fermeture du forum.

Partagez
 
 she plays with fire (kit)
Aller en bas 
Salina Dust

Salina Dust


⋅ paper notes : 214
⋅ since : 28/11/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: alba, alma, lyle, kit.

she plays with fire (kit) Empty
MessageSujet: she plays with fire (kit)   she plays with fire (kit) EmptyVen 1 Fév 2019 - 15:52

Son rythme cardiaque s’accélère. Et malgré la douleur qui la lance dans le moindre de ses membres, elle continue. Elle ne baisse pas les bras. Elle s’est battue pour avoir cette heure bien à elle. Pour avoir le droit de courir alors qu’elle n’a jamais aimé ça. Mais après un an enfermée entre quatre murs, Salina apprécie cette possibilité plus que jamais. Cette liberté. Celle de ressentir ses muscles répondre au mouvement. Celle de sentir le vent glacial lui mordre la peau. Et elle aimerait se vider la tête pour de bon, la gamine, mais les pensées fusent et l’assaillent. Il y a trop de trucs qui ne tournent pas rond. Trop d’histoires qui la travaillent. Les minutes défilent. Et avec elles, ce sentiment de normalité. D’être comme les autres, de n’avoir jamais vécu tout ça. Même si avant, tout ça, ça avait un sens. Pour lui, pour elle, pour eux. Aujourd’hui, il n’en reste plus rien. Si ce n’est des cicatrices qu’on ne peut voir à l’œil nu. Et elle y pense, Salina. Plus que de raison. Même quand elle se l’interdit – parce qu’il est là, tout le temps, partout. Elle est marquée au fer rouge, incapable de tourner la page où il manque plusieurs mots. Et elle a comme un goût d’échec sur le bord de ses lèvres. Comme un goût d’une histoire inachevée sur le bout de la langue. Et le soleil n’est même pas encore levé. Perdue entre six heures et sept heures du matin, elle profite du voile réconfortant de la nuit pour masquer ses péchés. Comme un vampire, elle fuit les premiers rayons du jour, à courir après les derniers instants du crépuscule  dans l’espoir de tromper l’aube. – Haaaan, elle s’arrête, à bout de souffle. La poitrine haletante et un point de côté en guise de récompense. Elle a la vulgarité facile, dans ces moments-là, la gosse. Elle insulte les mères, maudit les pères – s’en mord violemment la lèvre inférieure. Elle y plante ses crocs. Ça fait un putain de mal de chien. Mais ce n’est rien comparé aux plaies qui la tiraillent de l’intérieur. Et elle s’en veut d’être si fragile, mais très vite, ses larmes se mêlent aux gouttes de pluie qui s’abattent violemment sur Brighton. Paysage cauchemardesque. Elle se jurerait en octobre, dissimulée par la brume et le ciel qui pleure à son tour. Peut-être que lui aussi a tout perdu. Peut-être que lui aussi a fait fausse route. C’est trop banal, d’être sentimentale. Elle a cette chanson dans la tête. Signe qu’elle n’est rien d’autre qu’une gamine qui a mal tourné. Sans doute que ses parents avaient raison. – T’es vraiment rien qu’une pauvre conne, qu’elle siffle entre ses dents, s’insurgeant de toutes les pensées les plus négatives alors qu’elle se dirige vers un abri bus pour se mettre à l’abri de la tempête. Dommage qu’il n’existe pas d’endroits pour se réfugier de celle qui menace dans sa tête. La voilà à nouveau prisonnière du temps. Condamnée à observer la vie lui rendre la monnaie de sa pièce sans qu’elle ne puisse y faire grand-chose. Alors elle fait les cent pas. Elle s’occupe comme elle peut. Et sur le banc, elle trouve un briquet laissé pour compte. Au moins, ils sont deux dans ce cas-là. Alors elle s’amuse à l’allumer et à l’éteindre. Mais elle sursaute quand la flamme laisse deviner une silhouette qui s’approche dangereusement dans la pénombre. C’est une ombre qu’elle reconnait rapidement. À croire qu’il ne peut vraiment pas demeurer loin du feu. – Je commence à croire que tu me suis, qu’elle balance d’un air désinvolte en s’appuyant contre l’abri bus. Cette rencontre avec l’inconnu lui avait laissé un goût amer. Mais elle se laisse pas démonter, Salina, convaincue que rien ni personne ne peut réussir à lui faire peur. L’insolence de la jeunesse. – Ou c’est peut-être ça que tu cherches ? Elle lève le briquet en l’air, l’allumant à nouveau.

_________________

- - - All wrapped in one he was so many sins, would have done anything everything for him. And if you ask me I would do it again. (heaven)
Revenir en haut Aller en bas
 
 she plays with fire (kit)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» Close to my fire [Keane]
» [DC] You wanted fire? Sorry, darling. My specialty is ice.
» 04. Cutlie on Fire/You Know I'm Bad.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side.-
Sauter vers: