fermeture du forum.

Partagez
 
 all heat but no warmth. (poppy)
Aller en bas 
Rye Russet

Rye Russet
red. and a little more red.

⋅ paper notes : 222
⋅ since : 02/01/2019

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed // poppy, aly, colt, [cornelia]

all heat but no warmth. (poppy) Empty
MessageSujet: all heat but no warmth. (poppy)   all heat but no warmth. (poppy) EmptyVen 11 Jan 2019 - 15:49


sext: kiss all my freckles and then make new ones with your cigarette

Les secondes traînent des pieds, se fracassent les unes contres les autres, s'éparpillent entre lui et l'horloge en plastique pendue sur le mur d'en face comme un déversement d'huile sur le sol en linoléum blanc. Le satané tic-tac noie jusqu'aux crachotements erratiques des frigos et croone en rythme avec Frank Sinatra dans un duo de saison cacophonique. Let it snow, let it snow, let it snow. Pourtant, dehors, pas le moindre flocon solitaire en vue, juste un vent arctique piquant qui semble s'être aussi matérialisé entre les quatre murs de la station-service désertique. Les deux coudes posés sur le comptoir et les paupières lourdes de léthargie, Rye peut presque physiquement sentir deux lasers forer des trous bouillonnants à travers l’œil mécanique de la caméra braquée sur son dos. Depuis approximativement quinze minutes, il ne prend même plus la peine de cacher son téléphone portable. Il alterne les parties de solitaire, le scroll machinal d'un feed lent et ennuyeux, et le fixage intensif des chiffres digitaux languissants dans l’espoir vain que, miraculeusement, le temps y soit davantage susceptible d'en finir avec son existence végétative. Et puis, le cycle lymphatique s'interrompe quand l'écran s'illumine soudainement pour signifier l'arrivée d'un nouveau message. C'est Rob. "Poppy thinks someone might've broken in. Do you mind having a look?" Plus que la dévotion, c'est la curiosité qui le fait aussitôt répondre qu'il sera là. Elle tuera les dix dernières minutes de patience qu'il lui reste à vaincre, passées au décryptage des implications. Le coup de deux heures sonne la délivrance. Il a disparu dans la nuit plus rapidement qu'Emmett, The Manager et le seul autre employé présent sur les lieux, ne dégomme les mots redoutables et redoutés, "morning shift".

Il est précisément deux heures et douze minutes lorsqu'il se gare devant l'imposante demeure des Bloom. Casque sous le bras, Rye habite son stéréotype avec tout l'aplomb de celui qui a depuis longtemps arrêter de vouloir le transcender; enlacé dans un demi sourire caustique. Poppy, lettre capitale, se tient droite comme un i sur le perron. Il s'est convaincu de tenir l'interaction au strict minimum, sèchement business-like : trois grommellements désinvoltes, deux haussements d'épaules évasifs, un roulement des yeux assez dramatique pour les décrocher de leurs orbites. Short and sweet, et puis back to bed. A la regarder dans son manteau hors de prix, les bras croisés sur sa poitrine et le port de tête monarchique, irradier de condescendance dans des proportions nucléaires; Rye ne peut pas s'en empêcher. Instinctivement, il tourne saccharine, tout en angles saillants, shrapnel, et miel. "Hi, I'm here to handle it. Shall we?" Deux grandes enjambées et il se tient dans la commissure de la porte d'entrée laissée entrebâillée. Ce qu'il ne parvient pas à préméditer, c'est qu'elle le devance d'une fraction de seconde. Torse contre dos, il se prend un coude dans les côtes et un swish swish de crinière soyeuse au visage dans la collision. Le parfum fleuri entrelacé d'une note d'alcool lui saute à la gorge, brûle les parois de sa trachée et le dépouille de son air. Les poumons encore cruellement gonflés de Poppy, il claque la porte d'un coup sec qui résonne dans le hall et s'empresse d'intercaler autant de distance entre elle et lui qu'humainement possible. "Nice one, you drunk." Rye tend l'oreille à la recherche de pas mais, surtout, il fulmine parce que, lui, il est résolumment sobre et progressivement plus malheureux de l'être. La bâtisse s'est enveloppée dans un manteau de silence. Dans la pénombre, elle est parfaitement figée, et chaque bibelot parait siéger sereinement à sa place habituelle. Si cambrioleurs il y a, la logique voudrait qu'ils auraient dû être alertés par le boucan infernal émanant de l'entrée et force est de constater qu'ils sont soit dotés d'une discrétion remarquable, ou, de façon plus plausible, depuis longtemps envolés avec leur butin. Rye passe la tête dans le séjour, scanne la pièce d'un regard circulaire et la juge identiquement habituelle. "I'll check the booze cabinet. You check... whatever." Il s'aventure dans le salon, laisse ses doigts glisser sur les surfaces en bois lisse. De la pièce d'à côté, avant de se laisser guider dans la salle à manger, il crie à Poppy : "If you see someone, just yell 'rumbumptious' and I'll know." Il se souvient nettement d'une bouteille de Glenfiddich joliment vieillie que Rob garde pour une occasion spéciale et qu'il serait sans doute dépité de savoir partie. Rye, lui, serait définitivement dépité de la savoir partie. En même temps, il calcule ses chances, si elle est toujours là, d'accuser le coup - et les cambrioleurs - si elle venait à mystérieusement s’évanouir. Priorités, priorités.

_________________

— that's a nice touch, stains in the night, whiskey kisses for everyone.


Revenir en haut Aller en bas
Poppy Bloom

Poppy Bloom
those metaphors we live by

⋅ paper notes : 101
⋅ since : 03/01/2019

click down

- getaway car.
address: #608, west side
contact book:
availability: 3/4 [aly, colt, rye]

all heat but no warmth. (poppy) Empty
MessageSujet: Re: all heat but no warmth. (poppy)   all heat but no warmth. (poppy) EmptyVen 11 Jan 2019 - 15:55

Mains jointes devant sa jupe, elle scrute la rue, ronge son frein, distille fatigue en patience. Maintient les tremblements à distance avec une discipline martiale. Les contenus de son sac à main cliquètent à l'intérieur tandis qu'elle le balance machinalement d'un genou vers l'autre. Quelques minutes plus tôt, en escaladant tant bien que mal le portail du jardin afin d'investiguer l'état des serrures à l'arrière de la maison, Poppy a établi l'exacte amplitude de mouvements qu'elle peut se permettre sans que le froid ne s'engouffre dans son manteau. La réponse s'étant avérée être 'quasi inexistante', elle ne s'autorise que les gestes les plus infimes. A fortiori car ladite ascension a laissé des séquelles, notamment un long accroc dans sa paire de collants et, cause à effet, trois centimètres carrés de peau gravement engourdis à l'arrière de sa jambe. Encore quarante secondes et elle entre. Advienne que pourra. De potentiels intrus ne peuvent pas être fondamentalement plus dangereux que l'hypothermie. Might as well go out in style. Ça pétarade à l'entrée de la rue déserte et, très dramatiquement, son coeur s'arrête. Nononononononono. Elle ignore à quel moment précis la syllabe cogne suffisamment fort contre ses lèvres pour rouler en dehors mais, quelque part en cours de route, l'incrédulité s'est faite audible. "Nonononono. No. No no. What? No. He called you? Why? No. No. I was expecting Antonio. No." Elle n'est pas responsable de son propre court-circuit mental. Son supposé sauveur l'est sans doute un peu. Le propriétaire de la petite bodega du sea front l'est certainement beaucoup. Rye a le temps de prononcer une seule phrase et voila qu'elle grogne. Handle it? Il y a encore un an, elle lui aurait probablement accordé le bénéfice du doute (faux). Désormais, il n'y a plus aucun flou à ce sujet : il choisit ses mots expressément pour l'irriter. Pire : ça fonctionne et s'il était humainement possible d'adopter une position plus rigide que ne l'est déjà la sienne, Poppy se crisperait. À défaut, elle se contente de le coiffer au poteau, s'engouffrant dans l'entrée avant lui. Elle tangue passablement mais triomphe néanmoins. Aux dernières nouvelles, c'est encore chez elle et elle préfère mourir réfrigérée plutôt que de le laisser pénétrer en Conquérant dans la maison. Il laisse la porte se claquer derrière eux, tonitruante dans la nuit silencieuse. Elle répond par un "shhhhhh!" outré, suffisamment bruyant pour être un oxymore. Le nez en l'air, espérant candidement renifler le bruit en cas de présence inopportune aux étages, elle ponctue l'injonction d'un coup de poignet punitif contre le torse de Rye qui ne rencontre pas sa cible. Celle-ci s'est déjà glissée dans le séjour et Poppy, inquiète, reste quelques secondes immobile face à la cage d'escalier, bras tendu figé entre elle et rien, étrangement certaine qu'elle va voir un pied se poser lourdement sur la première marche visible descendant du palier. Snap out of it, Bloom. Puisque Rye a déjà mis les voiles, clairement occupé à handle rien du tout, elle se retourne pour examiner la serrure de l'intérieur. Un bruit de pas lui glace les os alors même qu'elle sait qu'il ne s'agit que de lui. Sa voix éraillée parvenant de la pièce adjacente arrache Poppy à son agitation. Bien malgré elle, elle glousse. Rétorque sur le même volume, "Wow. Way to turn on a linguist."  

Prudemment, elle parcourt le rez-de-chaussée. Rien ne paraît avoir bougé de façon flagrante, mais dans la surabondance presque baroque de bibelots et tableaux plus ou moins précieux, et sans oser pousser les interrupteurs, l'état intact est difficile à établir avec certitude. Devant la porte du bureau de son père, où se trouve le coffre-fort, elle pause. La porte est verrouillée, comme elle est toujours supposée l'être en l'absence du patriarche, et la clé se trouve à sa place, dans la rainure d'un cadre, à l'arrière d'une gravure impressionniste. Clé en main, Poppy s'arrête avant de l'introduire dans la serrure, et choisit plutôt de la replacer dans sa cachette. Ignorance is bliss, et s'il manque quoi que ce soit, il faudra impliquer la police. S'il manque quoi que ce soit -ce que l'état général de la maison semble infirmer- il sera toujours temps de le signaler demain. Reposée, sobre et seule. Emmitouflée dans son manteau mais ayant abandonné sa trop sonore paire de talons quelque part dans le couloir, elle s'aventure jusqu'à la véranda, dernière escale avant de vérifier les étages. La cathédrale de verre, sa pièce fétiche en temps normal, est menaçante. De l'autre côté des fenêtres, le jardin a disparu, remplacé par une étouffante opacité nocturne. Le temps de trois inspirations, les ombres se sont rapprochées. Au-dessus du piano, les yeux de Poppy rencontrent une silhouette, et elle a beau savoir qu'il ne s'agit de rien de plus que son reflet, elle doit physiquement ravaler l'envie de crier 'rumbumptious'. Trop rapidement, elle rebrousse chemin. Traverse la maison au pas de course. Dans l'entrée, au lieu de se diriger vers la cage d'escalier comme préalablement décidé, elle vire brusquement vers le foyer et se laisse tomber dans le premier fauteuil à sa portée. "Clear. ish." Nuque et jambes qui dégoulinent des accoudoirs, elle observe la silhouette de Rye, à l'envers, découpée contre le bar. Dans l'obscurité, elle est incapable de dire s'il lui tourne le dos ou lui fait face. À l'endroit où ses bas sont déchirés, le velours du fauteuil gratte. "If you have a drink, you can't get back on that piece of garbage deathtrap out there." Son index se soulève paresseusement pour désigner d'un geste approximatif la direction générale de la rue. "I'll be the last person who's seen you alive and I have motive, so I guess-" Alimentée par le buzz effervescent laissé par le vin mais interrompue par absolument tout le reste, elle s'arrête avant de lui offrir explicitement la chambre d'ami. Get a grip, Bloom. Rien de plus qu'une serrure défectueuse et un courant d'air. Snap. Out. Of. It.

_________________

— see the thing about smoke is it can be clouds if you let it.

Revenir en haut Aller en bas
Rye Russet

Rye Russet
red. and a little more red.

⋅ paper notes : 222
⋅ since : 02/01/2019

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed // poppy, aly, colt, [cornelia]

all heat but no warmth. (poppy) Empty
MessageSujet: Re: all heat but no warmth. (poppy)   all heat but no warmth. (poppy) EmptyVen 11 Jan 2019 - 15:59

Quand Poppy réapparaît, il a tout juste eu le temps de faire l'inventaire scrupuleux des contenus du bar, de pêcher la bouteille de whisky avec un long soupir de soulagement, et de rédiger une liste mentale du pour et du contre. Qu'il a balayé d'un revers nonchalant aussitôt que l'une des deux colonnes s'est faite tristement plus longue que l'autre. Rye n'a jamais éprouvé la moindre difficulté à imaginer le futur. Le problème, c'est, qu'en ce moment-même, le futur lambine à l'autre bout d'une nuit qui s'obstine à s'éterniser et semble subséquemment secondaire face au maintenant immortel. Plutôt risquer contrarier Rob dans un lendemain insondable qu'affronter la menace affreusement concrète du temps qui s'égoutte mollement sur le parquet ciré. And that is the story of how I drank your special bottle. "Whisky?" Il s'affaire à trouver deux verre lorsque la remarque de Poppy émane de la direction générale du canapé dans un blasé supposément innocent et le force à se figer, main suspendue contre l'étagère. A arquer un sourcil. A peser les mots, les laisser mûrir quelques secondes sur le bout de sa langue. Si ses propres provocations sont souvent calculées, découpées sur mesure pour susciter sa colère - au mieux, mais il sait se contenter d'un agacement piquant, Rye ne peut s'empêcher de penser que les bombes de Poppy sont larguées avec une telle inertie qu'elles ne peuvent pas être totalement délibérées, qu'elle est de naturel studieusement composée pour le faire grincer des dents. L'insulte est si bien ficelée qu'elle se décline trois fois au détour d'une phrase. Dans l'ordre de la calomnie, il y a l'attaque injustifiée à sa bécane, la présomption qu'il est assez stupide pour prendre la route ivre, et, finalement, ce petit impératif qui lui grésille dans le fond de la gorge. Ce que Rye manque en susceptibilité, il compense par un torrent d'impulsivité. Balafré par un défaut de fabrication majeur, il est tout juste assez self-aware pour que la conscience d'être l'architecte de sa propre catastrophe soit implacable. L'indépendance trop enflée pour laisser de place à d'autres coupables potentiels, la fierté trop épineuse pour pouvoir être ravalée. A l'instar d'un foutu gosse de cinq ans, il éprouve un plaisir capiteux à désobéir et rien ne le précipite aussi efficacement à l'action que l'interdiction explicite de le faire. Il passe le nœud autour de son propre cou. Il le sait. Shrug. Il s'impose peu de limites, et il déteste Poppy juste un peu pour son "you can't" insidieux qui le ferait presque reconsidérer les quelques frontières à ne pas franchir en faisant naître l'idée grisante de finir la bouteille tout de suite et de s'en aller pour une virée en moto au clair de lune. Il peut presque déjà sentir le vent polaire mordre son visage. A la place, Rye lui offre ce qu'elle redoute le plus. "Fine. Which side do you sleep on?" Le ton est placide, les syllabes paresseuses. Il les laissent languir sur ses lèvres avant de les regarder s'écraser au sol. Derrière l'apathie, la bravade flotte, supportée par rien du tout, seulement alimentée par la certitude que la seule autre personne à abhorrer l'idée plus que lui, c'est elle. Il débouche le whisky et s'assure de rendre l'acte aussi sonore que physiquement possible. "It makes sense, actually. Would your dad ever forgive me if I let you get murdered in your sleep? Not to mention I'll be the last person who's seen you alive and I have motive, so I guess-" Il s'empare des deux verres et parcoure la longueur du foyer prudemment dans la pénombre. Autour d'eux, la maison demeure profondément endormie, le silence saccadé d'une nuit tiède après une journée éprouvante comme pour prouver l'absence d'intrus sous son toit. Il devine la silhouette de Poppy sur un fauteuil, uniquement éclairée par la maigre lumière du lampadaire extérieur qui s'esquinte à les atteindre. Il pose le verre qui lui est destiné sur la table basse, et profite d'avoir libéré une main de son contenant pour disjoindre les chevilles de l'accoudoir où il vient se percher. "The best alternative is to have a little sleepover, get both murdered and skyrocketing the net value of the house." Le sourire dans sa voix devient phonique, tintement moqueur sous le couvert nocturne, et il est certain qu'elle peut entendre ses commissures s'élever dans un rictus narquois. Il porte le whisky à sa bouche pour étouffer le rire y naissant, mais surtout parce que chaque seconde le rapproche du moment fatidique où elle le mettrait à la porte à coups de verve toute poppiesque. Il y trempe ses lèvres quand du chahut se repend avec fracas depuis l'étage. Indubitablement la rencontre inopinée entre un objet lourd et le sol. Rationnellement, il sait que l'amusement n'est pas la réaction appropriée au constat manifeste qu'il a sous-estimé la menace, mais le timing absolument parfait déforme son visage de raillerie feutrée en ironie retentissante. Il coule un regard en biais à Poppy. "Uh-oh." Aussitôt, il est sur ses pieds. Il s'apprête à poser son verre avant de se réfracter. Il était décidé à savourer la cuvée d'exception, mais doit se contenter d'engloutir le liquide d'un trait sec. Au cas où. Le whisky enfièvre son œsophage et attise ses entrailles. Il lui semble qu'en vouloir aux potentiels cambrioleurs pour ruiner son instant avec son alcool est aussi valable qu'une autre. Il s'en va vers les escaliers.  

_________________

— that's a nice touch, stains in the night, whiskey kisses for everyone.


Revenir en haut Aller en bas
Poppy Bloom

Poppy Bloom
those metaphors we live by

⋅ paper notes : 101
⋅ since : 03/01/2019

click down

- getaway car.
address: #608, west side
contact book:
availability: 3/4 [aly, colt, rye]

all heat but no warmth. (poppy) Empty
MessageSujet: Re: all heat but no warmth. (poppy)   all heat but no warmth. (poppy) EmptyVen 11 Jan 2019 - 16:01

La tête et ses contenus tellement effervescents qu'elle pense en entendre les bulles crever la surface, Poppy se voit pourtant dans une vision très nette dresser une paume vers le vide au dessus d'elle et y effacer cérémonieusement les vingt dernières secondes. Si elle trouve le courage pour des mouvements plus amples, les trente minutes qui ont précédé. Jusqu'à retourner face à la nuit silencieuse et la serrure qui flotte dans l'embrasure, cognant contre le chambranle. À l'évidence, et ce malgré l'inconfort qui lui plaque à la nuque, la maison ne contient aucun danger. Le seul réel risque provient de la rencontre entre son ivresse à elle et sa présence à lui. L'animosité n'est pas adoucie par l'alcoolémie tendre, mais aiguisée par le manque de filtre. Tellement affûtée qu'elle en devient cassante. Poppy, toujours relativement directe, est à un verre de whisky de devenir exhaustive. Quelques gouttes à quarante degrés et elle embarque dans une longue énumération des quarante-trois façons et demi dont Rye a ruiné cette famille. Elle est consciente qu'avec son sarcasme parano, elle lui a cordialement tendu le bâton pour se faire battre. Cela n'empêche qu'à la seconde où il répond in kind, Poppy serre les dents. Ça a beau être juste, ce n'est pas fairplay, car c'est chez elle ici, elle est la grande perdante de la dynamique dans laquelle Rye s'est immiscé, sans compter qu'étant indubitablement la plus pudique du duel, elle est toujours celle qui s'empourpre en premier. Pour ça, il devrait la laisser gagner chaque fois. Il devrait courber l'échine. It would be the gentlemanly thing to do. "Someone's getting murdered in their sleep all right." Ça s'extirpe d'entre deux rangées de dents figées, pourtant suffisamment fort pour que ça atteigne Rye, qui fait son chemin vers elle. Poppy relève la tête. Il a deux verres. Elle renâcle. Now the boy has manners? Ce raisonnement s'évanouit à la seconde où il déloge ses jambes de leur emplacement pour se nicher sur l'accoudoir. Au milieu d'une pièce remplie de fauteuils vides. Naturellement. Les pieds de Poppy dégringolent jusqu'au parquet avant qu'elle les replie contre elle. Une marque de brûlure pulse contre sa malléole là où les doigts de Rye ont rencontré l'élasthanne de ses collants. La lésion suffit à éveiller les passions, principalement celle lui dictant d'envoyer son pied aussi fort que possible dans le verre de whisky qui repose dans sa main. Leur configuration présente s'y prête à la perfection. Il lui suffirait de tendre le genou comme un ressort et son talon rencontrerait la paume offerte, envoyant valser son old-fashioned loin dans la pièce. Poppy se livre toute entière à son fantasme de revanche, si proche qu'elle peut y goûter, mais avant d'avoir pu l'exécuter (si tant est qu'elle en aurait eu la témérité), ils sont interrompus par le pire des présages. Rye, plus vertical et surtout bien plus alerte, est debout avant elle, se précipitant vers le hall. Elle est sur ses talons, le cœur qui bat dans la gorge. Laissant son élan la faire glisser sur le parquet, elle rattrape Rye juste en bas de la cage d'escalier. Sur le coup du réflexe, elle saisit son bras à deux mains et le tire si fort vers elle qu'elle est relativement certaine de lui avoir démis l'épaule. Hors de question qu'il s'élance, tout chevaleresque qu'il pense être, à la rencontre des intrus. "Are you mad?" Le stage whisper est rendu tressaillant par l'heure, l'alcool et la crainte. Il n'en est pas moins trempé dans l'acier. La progéniture est aussi autoritaire que le patriarche, et puisque Rye sait se montrer déférent envers le second, la logique voudrait qu'il en fasse de même envers la première. "Be suicidal on your own time." Il fait trop sombre pour que le regard noir de Poppy atteigne sa cible avec toute la force dont il est chargé, mais n'est-ce pas l'intention qui compte ? "I'm calling the police." L'aplomb de son murmure n'est pas même entaché par la réalisation, deux secondes plus tard, que son téléphone se trouve à l'intérieur de son sac qui, quant à lui, se trouve là où elle l'a laissé, c'est-à-dire n'importe où au rez-de-chaussée sauf dans son champ de vision effectif. Elle change son fusil d'épaule. "Call the police." Sur ce, elle lâche la manche de Rye autour de laquelle ses mains se sont verrouillées, et jette un regard rapide derrière son épaule. À quelques mètres d'eux se trouve le porte-manteau tentaculaire. Poppy se saisit d'un parapluie, le plus pointu du lot, et se fraie un chemin silencieux sur les marches. Elle ignore ce qu'elle espère accomplir exactement avec son arme de fortune mais il est hors de question de s'arrêter pour y réfléchir. Forte de sa douce ébriété et de l'inépuisable esprit de compétitivité entre eux, si quelqu'un doit très honorablement risquer sa peau pour sauver les perles d'Isobel, ce sera elle.

_________________

— see the thing about smoke is it can be clouds if you let it.

Revenir en haut Aller en bas
Rye Russet

Rye Russet
red. and a little more red.

⋅ paper notes : 222
⋅ since : 02/01/2019

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed // poppy, aly, colt, [cornelia]

all heat but no warmth. (poppy) Empty
MessageSujet: Re: all heat but no warmth. (poppy)   all heat but no warmth. (poppy) EmptyLun 14 Jan 2019 - 12:54

Son bras droit n'atteint jamais la rampe des escaliers. A la place, il est pris en otage entre les dix doigts de Poppy et, sous la délicatesse des os agiles de pianiste, la poigne est étrangement ferme. Avant de perdre l'équilibre sous la force de l'impulsion, Rye se glace. Il injecte ses muscles de granite et s'enracine dans le parquet, la posture sévère qui se découpe contre la balustrade. Et elle, elle tient bon. Au-dessus de son épaule, il lui lance un regard tranchant, des lames qui fluent des orbites, ordonne l'intensité de ses iris assez aiguisée pour lui faire lâcher prise. Même à travers les couches successives de son blouson et de son pull, le contact est fébrile, la peau électrisée derrière les tissus protecteurs ; la sensation magnifiée par l'adrénaline écumeuse dans son système sanguin et le verre de whisky qu'il vient de descendre, mais plus encore par la vision dictatoriale à l'autre bout de l'intersection. Il siffle entre ses dents. "Let go." Il parvient tout juste à tracer les contours de son irritation dans la pénombre et son imagination fait le reste du travail, la représentation du plissement entre ses deux yeux si nettement gravée à même les rétines qu'il n'a pas besoin de la voir pour la voir. Infailliblement, ça ne fait que météoriser sa propre colère qui plante ses griffes dans le bas de sa nuque et presse contre sa cage thoracique. Renchérir, coude contre coude et grimace pour grimace, parce que même ça, ça relève de la rivalité statique qui les anime. Actuellement si substantielle que Rye peut la sentir tournoyer et puis se cristalliser autour d'eux, sa saisie à elle sur sa manche à lui pour cœur battant. Le problème, c'est que s'il y a un domaine dans lequel ils ne seront jamais égaux, question de composition élémentaire schématisée sommairement par la tête and then some qu'il a sur elle. Pour tout son toupet, il lui suffirait d'un flick sec et légèrement vicieux pour lui laisser le choix entre capituler ou risquer la chute contre la volée d'escaliers. Ça serait précisément si facile que ça en perd conjoncturellement tout son attrait mais, en attendant, il est bloqué le pied littéral au mur figuré. Bloody Poppy. Elle réussit même à lui commander d'appeler la police et l'injonction gerce au sens stricte. "What for? It could be nothing and if it isn't they'll be most likely gone by the time those twats actually got here." Dans la nuit ankylosée, sa voix éclate. Simultanément réaction à la furtivité absurde de Poppy - if there's a they, they know we're here - et ode au tempérament-dynamite au sens large - if there's a they, I want them to know we're here. Le bon sens tendrait à lui donner raison, qu'il s'agit de la manière la plus judicieuse de procéder; carillonner leur présence pour pousser les potentiels intrus à la fuite sous un assaut retentissant pour stimulus. Le procédé sensé subséquent serait sans doute de prévenir les autorités et il est a peu près certain que c'est ce qu'elle s'apprête à faire quand elle lâche enfin son bras - le soupire de soulagement est lui aussi audible que c'en est presque embarrassant. Du coin de l’œil, il l'observe et ses traits se figent dans un masque d'incrédulité quand il réalise qu'elle n'est pas du tout à la recherche d'un téléphone. Il la voit attraper un parapluie et la surprise est telle qu'elle parvient à se glisser devant lui et grimper une demie douzaine de marches avant qu'encéphale et carcasse puissent s'accorder. Un secouement de la tête et deux grandes enjambées plus tard, il est suffisamment vindicatif pour fermer son poing sur son coude. Ça suffit à la faire ralentir mais pas à l'arrêter, et ils sont contraints de terminer l'ascension dans une proximité malhabile déjà cultivée par les confins de la cage d'escaliers et amplifiée par le fait qu'il ait cogné son genou approximativement trois fois contre l'arrière de celui de Poppy avant d'atteindre le palier. En haut, les phalanges d'une main éraflent le mur jusqu'à tomber sur l'interrupteur tandis que l'autre stabilise sa saisie. "So, Lancelot, what did you say about being suicidal again?" La lumière arrose abondamment tout le dédain sur son visage alors ses yeux naviguent successivement entre la mine de Poppy et le parapluie qu'elle brandit toujours. Soudainement, il a l'irascible impression d'être la personne la plus raisonnable sous le toit de la townhouse et le shift insoupçonné dans la dynamique le laisse dans une position inconfortable. Il n'a aucune foutue idée de ce qu'il est supposé faire avec une Poppy inflammable et il en vient à se demander combien elle a bu exactement. "Do you know what drunk people do? They sit on their drunken arse and call the goddamn police. Stay here." L'autorité est ponctuée par un regard noir bouillonnant mais Rye est loin d'être assez naïf pour croire que ça suffira à la clouer sur place. Il laisse échapper son bras et, d'un pas prudent, commence à arpenter le périmètre du premier étage en tendant une oreille attentive. L'autre reste braquée sur Poppy, espérant que, pour le bien de tous, elle se tienne à carreaux. S'il parvient à survivre à la nuit, Rob le tuerait sans l'ombre d'un doute s'il lui arrivait quelque chose.

_________________

— that's a nice touch, stains in the night, whiskey kisses for everyone.


Revenir en haut Aller en bas
Poppy Bloom

Poppy Bloom
those metaphors we live by

⋅ paper notes : 101
⋅ since : 03/01/2019

click down

- getaway car.
address: #608, west side
contact book:
availability: 3/4 [aly, colt, rye]

all heat but no warmth. (poppy) Empty
MessageSujet: Re: all heat but no warmth. (poppy)   all heat but no warmth. (poppy) EmptyMer 16 Jan 2019 - 12:12

Forte de la bravoure primitive émanant du fait de défendre son territoire –courage qu'elle se refuse à attribuer à quelque chose d'aussi trivial que les vertus de l'éthanol– la prise de Poppy sur son arme blanche est stable. Aussi stable que l'étau de Rye autour de son coude. L'ascension est ridiculement entravée par le manque absolu de confiance qu'il a en elle et Poppy proteste en grommelant crescendo sur chaque nouvelle marche. Ce n'est pas faute d'essayer de le déloger moyennant d'amples mouvements de bras qu'elle réserve habituellement aux moustiques les plus irritants du mois de juillet, mais ce nuisible tient bon. En soi, le scoop est anything but, car si les derniers mois lui ont appris une chose... L'attention pourtant rivée au sommet des marches, Poppy réitère sa tentative d'évasion. Non seulement le poing de Rye ne chute pas d'un millimètre, mais son propriétaire a le culot d'esquiver l'épaule venue ""malencontreusement"" cahoter près de sa mâchoire. Vrai, Poppy l'a un peu cherché. Œil pour œil, fair pour enough. Il n'en reste que la partie la plus vindicative de son propre tempérament, celle qu'aucun Château Prétention ne sera jamais capable d'anesthésier, continue à penser qu'il devrait déférer à la maîtresse des lieux. Arrivé au sommet, Rye allume le plafonnier et à travers des paupières offensées qui parviennent peu à s'adapter à la clarté, le regard de Poppy se veut noir. Elle souhaitait la jouer furtive. Effet de surprise. Il mêle tonitruance à paternalisme. Merveilleux. Poppy marmonne quelques bribes de tirade dont l'essence voudrait que Lancelot étant canoniquement le Meilleur Chevalier du Monde, si Rye avait voulu réellement l'insulter, il aurait mieux fallu aller puiser du côté de Mordred ou Maleagant, donc thanks for the vote of confidence buddy, mais elle a elle-même décroché de son propre monotone à voix basse il y a environ sept marches. Lorsqu'il finit par la libérer, Poppy fait une grande production de vérifier si l'articulation de son coude est toujours fonctionnelle. Dans l'immédiateté du geste, elle est la digne fille de sa mère. Le dos de Rye longe le couloir et dans l'intimité des trois pieds de distance, Poppy est prête à reconnaître que, drapé dans l'assurance de son autorité, il est presque impressionnant. Qu'était-ce encore cette qualité théâtrale dont Isobel l'avait affublé ? One of those Theseus-types. The boy could pull off a crown. "I don't know where my pho- drunk me is still more reliable than sober you!" Sans attendre d'assentiment, encore moins qu'il ait le temps de s'imaginer qu'elle est docile, Poppy suit le coude esquissé par la rampe et grimpe la seconde cage d'escalier, cachée dans la pénombre. Plus étroite que la première, l'espace séparant le garde-fou du mur a le mérite de ne pas lui laisser le luxe de tanguer. Qu'il examine donc le premier étage. Peut-être que la master bedroom aux deux tables de nuit lui rappellera que Rob est déjà pris. Poppy, quant à elle, s'élance vers le deuxième, ou ce que ses parents appellent affectueusement "the girls’ floor" malgré que le pluriel ait pris fin il y a plus de quinze ans. Brandissant son parapluie avec gravité, s'il y a bel et bien des intrus dans la maison, elle s'imagine être l'inondation qui monte inéluctablement jusqu'à les piéger sous le toit. Même dans sa griserie insouciante, son drunken arse est doté de logique : plus que plausible, il est évident que leurs cambrioleurs, alertés par les voix et en mauvaise connaissance de l'agencement de la maison, aient été obligés de se réfugier au premier étage. D'où le bruit entendu depuis le foyer, résonnant pile au dessus de leurs têtes. Argumentaire par analogie, la situation peut s'être répliquée à l'identique lorsque l'étau s'est resserré autour de leur seule issue. CQFD. "The girls' bathroom" est vide, visible depuis le corridor. La pièce la plus proche est la chambre d'Aga-, toujours rebaptisée chambre d'ami sur la correction. La porte en est entrouverte, vision vaguement sinistre sans être pièce à conviction car la porte en est toujours entrouverte. Des fois qu'elle voudrait revenir. Poppy glisse le férule du parapluie dans l'interstice pour ouvrir sans s'approcher, chorégraphie empruntée à tous les bons films policiers. Elle entre dans la pièce avec précaution, une épaule puis la seconde, garde un mur constamment dans son dos et non pas (uniquement) par question d'équilibre. Avant tout chose, elle est résolue à donner raison à sa déclaration bouillonnante de l'étage du dessous. Née avec la tête vissée fermement sur ses deux épaules, Poppy peut se vanter de n'avoir jamais été pour quiconque ni la demoiselle en détresse à secourir, ni le boulet à surveiller. Le soir de ses dix-huit ans, après Dieu sait combien de Bellinis multipliés par Dieu sait combien de margaritas, elle divisait l'addition des cocktails en parts directement proportionnelles au débit des noceurs. Les implications des ordres de Rye la dérangent tout autant que les formes qu'il y met. Son regard, son body language, son foutu champ lexical. Stay there. Comme si -
Le plancher craque dans son dos et elle fait volte-face juste à temps pour voir la porte se claquer face à elle. Oh. Fuck. La symphonie de mouvement dans le couloir est claire et limpide. Une paire de pieds dévalant la cage d'escalier. Sans game plan aucun, elle ouvre la porte en trombe et s'élance à sa suite. Ne croyant pas réellement à une présence indésirable dans la maison, elle ne s'est pas préparée à l'éventualité d'une rencontre avec une excroissance humaine sous son toit. Avec le recul de l'urgence, elle est prête à reconnaître que certes, le parapluie, peu importe la qualité de la ferronnerie, est légèrement lacunaire. Elle le brandit tout de même. C'est de notoriété publique, l'attitude compose 50% de la puissance. "Rumbumptious! Rumbumptious!" That should cover it. Sur le seuil du premier étage, Poppy est frôlée par un doute. Pourquoi s'est-elle élancée à sa poursuite exactement ? L'homme fuit - et suivant un raisonnement rationnel, c'est précisément ce qu'ils étaient supposés espérer si l'éventualité que la maison soit infestée s'avérait réelle. La réalisation ne la ralentit pas - son élan ne lui en laisse de toute façon pas l'option. Ce qu'il lui manque en taille, Poppy le compense en momentum. Collants sur le parquet ciré, elle flotte plus qu'elle ne se rue. L'avantage en reste un jusqu'à la seconde volée d'escalier, menant au rez-de-chaussée. Moins étroite. Celle qui lui laisse suffisamment d'espace pour chanceler. Elle voit la chute arriver de loin mais n'a pas les moyens de la prévenir. Elle tente de s'agripper à la rampe mais la rate d'un bon centimètre. La filandre dans ses collants y parvient pourtant avec brio. Les fibres lâches à l'arrière de sa jambe s'accrochent aux angles sculptés sur les colonnes verticales et redirigent l'éboulement. Au lieu de chuter en avant, Poppy dégringole en trois temps, sur le flanc, dramatic flair qui ravirait sa mère. Ses pieds arrivent au rez-de-chaussée avec une longueur d'avance sur le reste de son corps, réduit dorénavant à une longue toile d'hématomes, et atterrissent pile dans le jarret de l'intrus, qui trébuche et pose brièvement un genou à terre. Pendant 0.01 seconde, elle est fière de son exploit. La fraction suivante, ouch. La douleur est immédiatement suivie et minimisée par la vague de mortification. S'il existe une justice sur terre, pitié pitié pitié que Russet n'ait pas été témoin du carambolage. Tout à coup, l'effraction est priorité numéro deux.

_________________

— see the thing about smoke is it can be clouds if you let it.

Revenir en haut Aller en bas
Rye Russet

Rye Russet
red. and a little more red.

⋅ paper notes : 222
⋅ since : 02/01/2019

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed // poppy, aly, colt, [cornelia]

all heat but no warmth. (poppy) Empty
MessageSujet: Re: all heat but no warmth. (poppy)   all heat but no warmth. (poppy) EmptyJeu 7 Fév 2019 - 10:22

La dynamique ne vacille plus, trop fermement ancrée pour tressauter. Tout le "Poppy-related", Rye le traite avec un certain degré de curiosité désavouée sous l'épaisse couche de mépris. Elle flotte constamment sur les bordures de toutes ses conceptions à son sujet. Le périmètre de sécurité reste suffisamment large pour le réconforter dans ses jugements, lui confirmer qu'il a fini par dresser un portrait réaliste du personnage, mais, périodiquement, elle parvient à franchir les frontières de tout ce qui cartographié pour le plonger dans l'inconnu du no man's land. Une zone mystérieuse gouvernée par le flou artistique où tout est possible. Où les parapluies constituent d'excellentes armes de fortune et les chevaliers portent des collants déchirés. Poppy ne reste pas là. Expected. Poppy file dans son dos pour grimper au deuxième. Not so much. Son empressement lui arrache un ricanement amusé. "Just so you know, I'm also stealing your car if you die." Bon joueur, Rye s'engage dans la pénombre des couloirs de son étage, là où les mèches du plafonnier sont trop timides pour s'aventurer. Les pas feutrés dans l'escalier s'estompent, et dans la décontraction offerte par la solitude retrouvée, il s'autorise même à compatir brièvement avec Poppy. Il porte sur lui les cicatrices d'une audace en carton, l'impétuosité si férale, si éperdue qu'elle passe pour de l'héroïsme, né d'une vaine nécessité viscérale à prouver quelque chose à quelqu'un. Les années se sont écoulées et il n'est pas plus prêt à mettre des noms sur les variables qu'il l'était une décennie plus tôt, mais elles lui ont appris que les enseignements tirés du culot juste au nom du putain de culot sont terriblement précieux. Trop fervent adepte de l'essai-erreur pour se mettre entre elle et sa témérité infusée au courage liquide, Rye laisse les bourdonnements émanant d'en haut ondoyer au loin tandis qu'ils se concentre sur sa propre inspection. Advienne que pourra, son fatalisme machinal, constamment au garde-à-vous, l'a déjà préparé au pire.
Rye examine moins qu'il éventre, la force de son impatience matérialisée en bulldozer impitoyable. Toutes les portes sur son passages sont défoncées puis claquées, les interrupteurs mis à mal. Pour toute l'adrénaline que la chasse à l'homme a cautionnée, il ne possède pas l'endurance nécessaire à apprécier le jeu du chat et de la souris. L'anticipation l'exaspère. Il traîne derrière lui les longues heures d'un service interminable et, à la lumière d'un début de buzz crépitant que le verre de whisky et de l'ébullition générale de la prospective d'une intrusion ont laissé, il ne voit rien d'aussi efficace que la gratification instantanée d'une collision frontale pour éliminer toute son agitation et le propulser dans les bras de Morphée. Les membres injectés de nervosité électrique, il s'élance dans la master bedroom et se surprend d'y trouver une fenêtre grande ouverte. Le courant d'air est assez fort pour faire grincer la porte derrière lui et il estime qu'il, compte tenu du vent marin atrocement capricieux, l'est également en suffisance pour faire la faire battre. There it is, our big bad trespasser. Le heurt avec la réalisation foudroie ce qui lui restait d'appréhension et c'est lourd de fatigue qu'il se penche au-dessus de la lucarne pour juger la chute jusqu'au jardin décemment jouable - c'est probablement ce qu'il aurait fait. Il s'apprête à fermer les carreaux quand des pas se font entendre dans la rampe d'escaliers, retentissants dans l'engourdissement nocturne, et beaucoup trop massifs pour appartenir à la silhouette gracile de Poppy. Les réflexes prennent le dessus et le catapultent en direction du boucan. Il arrive sur le palier juste à temps pour témoigner de la dégringolade de ladite silhouette gracile jusqu'au rez-de-chaussée et de la fuite d'un intrus en chair et en os. Rye se rue à sa poursuite, dévale les escalier, glisse autour d'une Poppy tentaculaire, et atterrit hésitant sur le plancher avant de s'immobiliser sur le foyer; l'homme file maladroitement - Poppy a dû placer un bon coup et, malgré lui, ça le fait sourire - et a même la délicatesse de fermer la porte derrière lui en un claquement sec. "Well, Sir Lancelot, I'm terribly impressed. That was fucking stupid." Rye se retourne sur elle et, pire que le sourire, il a de la fierté dans la voix. L'élan de camaraderie soudaine est immédiatement mis sur les dos des circonstances exceptionnelles, et personne n'apprécie un acte de témérité extravagante mieux que lui. Il agrippe un coude de chaque main et la hisse sur ses deux jambes en tentant d'évaluer la casse, un exercice qui s'avère compliqué dans la pénombre du hall d'entrée. "Too bad. You're fine." Il pêche son portable dans la poche arrière de son jean. "Here. Call the cops. Make it extra dramatic." Evidemment, l'alternative frappante serait d'appeler son père directement et ainsi significativement accélérer le processus, et Rye est même certain que ce dernier se déplacerait en personne, mais l'hypothèse est suffisamment déplaisante pour qu'il y préfère de longues minutes d'attente supplémentaires. Il ouvre la porte d'entrée et passe la tête dans l'embrasure. Exactement comme il s'y attendait, la rue est plongée dans un sommeil statique. Aucun mouvement à l'horizon, rien d'autre pour lécher les dalles des trottoirs que les courants changeants.
De retour auprès de Poppy, le "now what", dernier résidu substantiel de l'excitation envolée, se fait accablant. Il appuie une épaule contre le mur et enracine son campement confortablement à l'écart en observant l'adversaire d'un œil indiscret. Un écart au protocole habituel qu'il ne se permettrait pas dans n'importe quelle autre situation mais, circonstances exceptionnelles obligent, il s'adonne à la tâche allègrement. Il se surprend à parler, plus pour combler les vides qu'autre chose. "Did you manage to see his face?" La question qu'il a réellement envie de poser danse sur le bout de sa langue, épineuse contre son palais. Il la retient entre ses dents, partiellement pour en savourer le crépitement, partiellement parce qu'il ne sait pas s'il est prêt à en assumer les potentielles conséquences. Le problème, c'est que Rye résiste aussi bien à la tentation qu'un chaton devant une pelote de laine. "So, did you actually want me to stay?" Il ignore ce qu'il a envie d'entendre, il ignore même s'il est sérieux ou non. L'intérêt est un poil malsain, légèrement pernicieux. Ce qu'il désire réellement savoir, c'est jusqu'où elle est prête à pousser la bravoure.

_________________

— that's a nice touch, stains in the night, whiskey kisses for everyone.


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


click down

all heat but no warmth. (poppy) Empty
MessageSujet: Re: all heat but no warmth. (poppy)   all heat but no warmth. (poppy) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 all heat but no warmth. (poppy)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» ECW Heat Wave - 27 Juillet 2008 - (Résultats)
» Mars 125 - Human warmth and hot coffee - [Clio]
» Résultats Heat new Gen #15

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side. :: résidences.-
Sauter vers: