fermeture du forum.

Partagez
 
 breathless (seaton)
Aller en bas 


Invité
Invité

click down

breathless (seaton) Empty
MessageSujet: breathless (seaton)   breathless (seaton) EmptyMer 9 Jan 2019 - 2:42


- breathless -
keaton && sead

three miles away from sea life, 15h14
Une journée de plus au boulot, une journée de plus dans ton univers, ton jardin paisible. Là, y'a jamais eut personne pour t'atteindre, y'a jamais personne qui a osé y mettre les pieds pour s'en prendre à toi. Tu te souviens clairement comment tout ça à commencé. Tu te souviens exactement quand on été les premiers coups de chacun de tes bourreaux. Tu connais chacun de leur nom, chacun leur visage, tu connais sûrement même la présence d'un grain de beauté gênant derrière l'oreille, ou le tatouage fait bourré dans le bas du dos. - de quoi bien rire d'eux. - Tu pourrais utiliser tout ce que tu sais contre eux, mais dès qu'ils se pointent, tu figes, dès que tu te retrouves face à l'un d'entre eux, ou face à plusieurs, tu figes. Comme si ce serait pire de courir pour avoir la paix. T'as toujours cru que ce serait moins long, moins douloureux si tu te laissais faire.

T'as toujours aimé bossé, tu en oublis même tes maux de tête, t'En oublis même qu'en finissant le boulot, si tu prends ton temps, tu ne rentreras pas à temps pour ton émission fétiche. T'es naïf Sead, tu crois à un monde rose, quand ta vie est bien sombre, bien noire. Aujourd'hui tu finis plus tôt, peut-être que ça te donneras une chance de t'en sortir sans coup ni insulte pour une fois. Un regard vers la grande horloge et tu vois la grande aiguille tourner, annonçant la fin de ton chiffre. Comme toujours, tu disparais au vestiaire en silence, sans que personne ne te remarque. Tu prends la peine de te changer et de récupérer ton bouquin, ton carnet de dessins et t'as récupéré ta veste avant de prendre la porte arrière. T'as un sourire pour une fois et le soleil brille étrangement au dessus de Brighton. « SEAD! » Ton coeur s'arrête, tu t'arrêtes, tu ne respires plus. Tu te tournes en douceur et ton regard croise le sien, son sourire bouillant, sa lèvre affreusement fendue, plus que tu n'aies pus subir. Tu ne parles pas de cet oeil au beur noir. Il n'est pas seul, il est entouré de deux de ses amis. Ton regard dérive vers sa main, une barre de fer. Ton coeur s'emballe, s'embrouille. Pour une fois... Tu cours. Tu le sais, ils te suivent et lui, il est en colère. Tu cours, mais y'a quelqu'un, une tête rousse qui se pose sur ton chemin, là bin pénard. Tu le percutes de plein fouet, sans pour autant te retrouver au sol. De ta voix affolée, tu t'excuses. « Je suis désolé. » Tu ne prends pas la peine regarder qui tu as percuter. Tu reprends ta course. Tu les entends pas très loin derrière toi. « Sead ! Petite merde! Arrête de fuir! » Tu ne te retournes pas, tu cours et pourtant, ils te rattrapent et te plaque au mur. Il te plaque à plusieurs reprises avant de te balancer sa barre de fer en pleines côtes. « T'as vu ce que tu m'as fait petite merde? Depuis quand tu répliques! » Il te frappe à nouveau dans les côtes avec sa barre de faire et tu étouffes un cri. « J'ai rien fais Brad, je vois pas de quoi tu parles. » T'as le souffle coupé.
@Keaton Hallman
Revenir en haut Aller en bas
Keaton Hallman

Keaton Hallman
♦️ TIC TAC. SOMETHING'S WRONG. ♦️

⋅ paper notes : 9
⋅ since : 02/01/2019

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: Dispo!

breathless (seaton) Empty
MessageSujet: Re: breathless (seaton)   breathless (seaton) EmptyMer 9 Jan 2019 - 4:15


I KNEW YOU WOULD CHANGE MY LIFE. I JUST DIDN'T KNOW EXACTLY WHEN.

Deux jours plus tôt...
J'avais encore le fichu nom "Sead" en tête.  Depuis une semaine, des imbéciles s'en prennent à moi et ma patience a ses limites.  Deux fois en moins de sept jours, c'est carrément de l'abus.  Il devait être environ huit heures du matin et je courais à pleine vitesse lorsque la bande de mecs s'est postée devant moi.  J'ai pas eu le temps de ralentir que j'ai percuté l'un d'eux de plein fouet.  Je tombe avec lui au sol et à peine ai-je le temps de comprendre ce qui se passe qu'il se met à me frapper et ses potes se joignent à lui.  En position foetale, je n'ose même plus bouger le petit doigt.  Quand les coups cessent et que les pas s'éloignent, je décide que ça en est assez.  D'un bond, évitant la douleur cinglante aux côtes, je me lance sur le dernier à l'arrière de la bande.  Je l'attrape par le collet et commence à le frapper.  Je frappe et je n'arrête plus, il devient mou, inconscient, mais je continue.  Je perds le contrôle, c'est évident, mais toute ma colère accumulée lui tombe littralement au visage.  Puis une douleur assomante vient m'écraser le derrière de la tête et j'en tombe à la renverse.  Je suis déjà légèrement sonné et je reconnais ces ombres.  Faut croire que la bande est revenue, mais cette fois, je perds carrément conscience à mon tour.

Aujourd'hui...

Et quand ce p'tit roux me percute de plein fouet à son tour, ma tête fait aussitôt un bond dans le temps.  Je ne vois même pas son visage qu'il bredouille déjà des excuses avant de décamper.  « Sead! Petite merde! Arrête de fuir! »  La bande de mecs passent devant mes yeux sans même remarquer ma présence.  Pourtant, je les reconnais, mais ils courent après Sead.  LE Sead.  Celui que je cherche depuis presque deux semaines déjà.  J'reconnais même ce mec que j'ai franchement amoché.. et il a une putain de barre de fer.  Sans même y penser, je les suis de près, sans trop me faire remarquer et je les vois s'en prendre au rouquin.  Encore une fois, il y a trop de gens, je ne sais même pas de quoi il a l'air.  J'entends aussi ce son, particulier, fort, mais étouffé et je l'entends souffrir.  Pauvre gamin. « T'as vu ce que tu m'as fait petite merde? Depuis quand tu répliques!» »  C'est donc bien Sead qui se tient là, en train de recevoir les coups que je mérite.  Ça suffit.

Je sprint dans leur direction, poings en l'air et plus je me rapproche, plus je vois enfin Sead.  Les cheveux roux, la taille, la couleur de peau, les traits faciaux qui deviennent de plus en plus précis.  « Fredrik... »  Ce prénom sort d'entre mes lèvres pour la première fois depuis tellement d'années.  Je fige.  La peur paralysant jusqu'au bout de chacuns de mes doigts.  Je regarde la scène, les bruits ambiants devenant totalement muets et je fixe le fameux Sead.  Mon coeur s'emballe et c'est bien le seul bruit que je puisse entendre, mais on dirait que j'suis en transe, coincé dans un corps paralysé.  Je l'entends alors... sa voix.  La voix de Sead.  Il souffre et c'est plus fort que moi, mais je saute littéralement dans le tas.

Je frappe partout, en attrape un par l'épaule pour le balancer contre le mur.  Il s'écrase au sol, ce qui m'envoie directement dans les bras d'un autre mec qui m'accueille avec un coup en pleine gueule.  Je tombe aussitôt au sol, visage contre terre, le regard se plantant directement dans celui de Sead.  On dirait que le temps se fige et je vois aussitôt la cicatrice.  La même foutue cicatrice de merde.  J'aurais aimé que le temps se fige réellement.  Ça m'aurait permis d'encaisser le choc, mais la brute me relève à bouts de bras pour m'écraser se genou en plein dans mon ventre.  D'ailleurs, le p'tit déjeuner a failli aller rencontrer son torse, mais je me suis retenu.  Là, j'aurais été mort.  Replié contre moi-même, j'en profite pour lui foncer dessus tête première.  Je vois son entre-jambes et bien que ce soit un coup illégal, je fonce comme un bélier.  À entendre le couinement sorti de sa bouche, je savais que j'avais gagné.  Il doit maintenant faire le deuil de ses capacités de reproduction.  Pour m'assurer de le mettre hors circuit, je lui fais un fabuleux doigt d'honneur avant d'écraser ma semelle de chaussure contre son visage.  Il cesse aussitôt de bouger, parti rejoindre Morphée avec son pote.

Il reste encore la brute avec la barre de métal qui s'acharne sur Sead au sol et qui semble passer un très mauvais quart d'heure.  Le bruit est le pire dans tout ça et j'suis certain d'une chose: le rouquin a au moins une côte cassée lui aussi.  Sans même y penser, j'attrape l'arrière de la tête du mec et lui écrase contre le mur de briques.  « Mais t'es malade! »  La barre de fer tombe au sol alors qu'il s'agrippe le visage déjà salement amoché.  J'attrape aussitôt son arme et son regard change du tout au tout.  Il passe de la brute enragée à la pauvre petite victime qui supplie pour l'épargner.  « Écoute mec, j'suis désolé pour la dernière fois.  On pensait pas que vous étiez deux. »  Mon regard se retrouve directement sur Sead qui s'enroule la taille de ses bras.  Je frappe le mec sur le genou de toutes mes forces, lui cassant l'articulation sans aucun ménagement.  Après tout, il l'a mérité.  Il tombe au sol, couinant comme une pauvre petite bête et je le laisse se sauver en boîtant comme un imbécile.  « Putain!  Merde!  Tu devrais te faire soigner! » Il continue de balancer des insultes comme un vrai con, boîtant dangereusement et se tenant contre le mur qui a rencontré son visage il y a quelques secondes à peine.

Puis j'me rends compte d'une chose: j'suis seul avec Sead et je n'ai absolument aucune idée de ce que je devrais dire.  Je n'ose même pas le regarder à nouveau.  Je reste dos à lui, regardant autour de moi.  Regardant ce que ma colère m'avait à nouveau fait faire.  Les deux mecs inconscients au sol, le sang contre le mur, mes mains tachées de sang.  Pour la deuxième fois, je fige.  Je reste planté là, le coeur battant et... serait-ce la honte qui oserait montrer le bout de son nez après tout ce temps?  Pourquoi serais-je honteux.  J'ai défendu un mec qui en avait besoin.  Et pourtant, pour la première fois depuis deux semaines, c'est le nom de Fredrik qui me vient à l'esprit.

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

click down

breathless (seaton) Empty
MessageSujet: Re: breathless (seaton)   breathless (seaton) EmptySam 19 Jan 2019 - 3:48


- breathless -
keaton && sead

three miles away from sea life, 15h14
Accusé à tord, frapper sans savoir pourquoi, sans savoir de quoi il parle. T'as la respiration courte, t'es le coeur qui débat, t'as le coeur qui sert. T'as couru, tu cours, tu grognes, tu grondes, tu cilles. Tu pris pour que tout ça s'arrête, pourtant, tu le sais bien qu'il ne te lâchera pas. Brad n'est pas Oliver, c'est vrai, mais lui, il sait ou frapper pour que tu ne bouges plus, pour que tu ne cherches pas à te défendre. On te reproches des coups que tu n'as jamais donné, tes coups que tu n'aurais jamais tenté lancer. Tu paniques, ta respiration se brise, se coupe. Soudainement, tu n'arrives plus à respirer. Tu te tords, tu les regardes un à un sans savoir ce que tu devrais faire, sans savoir ce que tu pourrais faire. Tes jambes ne bougent plus, tes bras stagnent autour de ton torse, t'es piégé comme une simple souris dans une ruelle, entouré de chat affamé. On pourrait dire que tu as envie de chialer comme un bébé, mais tu te retiens, tu te sers la gorge, t'essaie de rester stoïque, mais tes mains tremblent, tu trahis toi-même sans effort. Brad est là, devant toi avec ses mecs, ses sbires, ses moutons. Tu te retrouves plaqué au sol, le souffle court, le souffle coupé.

D'un coup, tout s'arrête, t'arrives à souffler. Tu tousses, t'as ce gout de sang dans le fond de la gorge. Tu craches ton propre sang au sol et tu finis par lever les yeux. Ton regard se pose sur une silhouette aux cheveux de flamme. Tu fronces les sourcils, mais ta vue reste embrouillé. Tu vois chacun de ses gestes, pourtant, sans grands détails. « Mais t'es malade! » L'un fini contre le mur de briques. Tu sursautes et tu te traînes au sol pour t'éloigner un peu. T'as cette question au bout des lèvres. C'est qui ce mec? Pourquoi est-ce qu'il prend la peine de s'en prendre à eux? Tu ne le connais pas, personne n'avait déjà prit ta défense. Les gens avaient tendance à détourner les yeux, à regarder ailleurs. Personne n'avait déjà prit la peine de te tendre la main. C'était qui lui? « Écoute mec, j'suis désolé pour la dernière fois.  On pensait pas que vous étiez deux. » Tu te tords sans trop comprendre ce qu'il veut dire. Pourquoi est-ce qu'il parle de deux, pourquoi est-ce qu'il dit ça? T'es seul, tu connais pas ce mec... T'as aucune idée de qui il est, tout ce que tu sais, c'est qu'il est roux, tout comme toi. « Putain!  Merde!  Tu devrais te faire soigner! » Ta tête retombe contre le bitume. Tu fermes les yeux. Tu te demandes s'il s'en prendra à toi aussi. Tu t'attends au pire, tu t'attends à souffrir encore un peu. T'aimerais bien t'endormi, mais tu n'es pas assez engourdi pour que ça t'arrives, là maintenant.

Y'a ce silence, y'a cette distance, il est là, stoïque à quelques pas de toi, tu le sais, tu le sens. Ton coeur se sert, tu le sais, tu es seul avec ce type et tu te demandes si tu bouges ou non. Tu prends le temps de réfléchir et tu n'arrives pas à prendre une décision, mais tu te redresses sur tes coudes par inconfort. Tu te traînes jusqu'au mur avant de t'y appuyer. Tu souffles, la tête embrouillée, les idées complètement floues. Tu te tiens les côtes, tu craches au sol, ils n'y sont pas aller de main morte cette fois. C'est même à se demander si tu arriverais encore à marcher si ce mec n'était pas intervenu. Tu essaies de le regarder, mais ta tête tient difficilement en place. « Pour... pourquoi t'as fait ça? » Non, tu ne lui en veux pas. Non, étrangement, il ne te fait pas peur. Oui, tu le remercies, mais la plus grande question qui te hante, c'est pourquoi est-ce qu'il t'a aidé?
@Keaton Hallman
Revenir en haut Aller en bas
Keaton Hallman

Keaton Hallman
♦️ TIC TAC. SOMETHING'S WRONG. ♦️

⋅ paper notes : 9
⋅ since : 02/01/2019

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: Dispo!

breathless (seaton) Empty
MessageSujet: Re: breathless (seaton)   breathless (seaton) EmptyLun 21 Jan 2019 - 3:25

BREATHLESS
FEAT. SEAD


Je ne saurais vraiment dire ce qui m'a amené à défendre le dénommé Sead.  J'aimerais dire que c'est seulement parce que c'était à cause de moi qu'il se fait taper sur la gueule, mais en même temps, ça extérieurise tellement.  À chaque coup donné, j'ai l'impression que le poids sur mes épaules devient de moins en moins lourd.  C'est libérateur et quand le dernier assaillant part en me traitant de fou, j'ai ce petit sourire aux coins des lèvres.

J'suis resté planté comme ça, dans le noir, dos à ce Sead pendant plusieurs secondes.  Je reprenais mon souffle, mais en même temps j'avais cette peur qui me nouait l'estomac.  Elle m'empêchait de parler ou même émettre un simple petit son.  J'étais momentanément devenu muet et c'est lui qui a brisé la glace.  « Pour... pourquoi t'as fait ça? »  Il n'a pas l'air effrayé et déjà, ça me rassure.  Non, je ne l'aurais jamais frappé, franchement, mais c'est déjà un bon départ.  Je prends appui contre mes genoux, prenant de grandes inspirations.  « C'est à cause de moi qu'ils t'ont tabassés. »  Je souffle quelques coups, ramenant maintenant mes mains contre mes hanches.  Je relâche ma tête vers l'arrière, reprenant une dernière fois mon souffle.

À vrai dire, je pense que j'avais déjà retrouvé mon souffle depuis un bail.  J'suis pas si mauvais, j'avais seulement peur de le voir, vraiment, mais je ne pouvais plus repousser ce moment.  Je me tourne face à lui et pendant une fraction de seconde, je jurerais que j'allais tomber dans les vapes.  Je me sens blêmir et le dévisager, mais je suis incapable d'une autre réaction.  Je reste planté là à le fixer, la bouche entre-ouverte, à la recherche d'un mot ou d'une action que je pourrais poser.

Il me ressemble exactement.  Les mêmes cheveux, les mêmes traits, le style vestimentaire est par contre totalement différent, mais ce n'est qu'un détail.  Je réalise que j'ai amené mes mains à mes cheveux et que mon expression faciale se veut plus dévastée que bouche-bée.  Encore une fois, j'essaie d'articuler quelque chose, mais rien ne sort.  Comme si un muet tenterait de prononcer ses premiers mots.  Je perds légèrement l'équilibre vers l'arrière, finissant par prendre appuie sur une barrière un peu plus loin.

Une main contre le visage, j'essaie de me calmer.  Le sang pompe dans mes veines à une vitesse ahurissante, mon cerveau me balance tellement d'hypothèses que la crise cardiaque se rapproche de plus en plus.  Sans même m'en rendre compte, quatre mots s'échappent d'entre mes lèvres.  Je ne sais même pas si le dénommé Sead les a entendu, mais ce sont bien les seuls mots qui veulent sortir de ma bouche en ce moment.

« T'es qui merde? »

@Sead Rorish
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


click down

breathless (seaton) Empty
MessageSujet: Re: breathless (seaton)   breathless (seaton) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 breathless (seaton)
Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: