fermeture du forum.

Partagez
 
 purpose fuels passion
Aller en bas 
Jamie Sinclair

Jamie Sinclair


⋅ paper notes : 18
⋅ since : 26/12/2018

click down

purpose fuels passion  Empty
MessageSujet: purpose fuels passion    purpose fuels passion  EmptyLun 31 Déc 2018 - 17:13

Jamie avait attendu ce moment toute la journée. Non pas qu’il était particulièrement impatient d’aller boire ce verre en compagnie d’Odessa, mais plutôt parce que sa journée de travail avait été tellement longue et chiante qu’il pensait qu’elle ne se terminerait jamais. Il fallait croire qu’en cette nouvelle année, ces clients avaient s’étaient tous concertés pour prendre une résolution : celle d’être le plus casse-couilles possible. Ils l’avaient tous emmerdés, tous sans exception, à chipoter sur le moindre détail, à essayer de renégocier des tarifs sur lesquels ils s’étaient entendus depuis plusieurs mois, à remettre en cause son expertise. C’était la première fois qu’il se retrouvait seul avec Odessa depuis cette sorte de crise qu’elle avait piqué inexplicablement un peu plus d’un mois auparavant. Elle lui avait reproché ne serait-ce que d’accorder la parole à Lena alors que Jamie n’avait absolument aucun compte à lui rendre. Ils n’étaient pas en couple, ils s’amusaient juste tous les deux de temps à autre et la nature de leur relation s’arrêtait là. Ce n’était pas parce qu’ils avaient eu un futur ensemble il y a de longues années de cela qu’elle pouvait lui dicter un quelconque comportement à adopter. Surtout que lorsqu’on connaissait ne serait-ce qu’un tant soit peu Jamie, on savait pertinemment que c’était la dernière chose à faire, il avait toujours eu cette fâcheuse tendance à faire l’exact opposé de ce qu’on lui demandait par simple esprit de contradiction (auquel s’ajoutait un gros mépris des règles). Fort heureusement, jusqu’à présent la soirée se déroulait de manière bien plus agréable que la dernière fois et avec un peu de chance, ils la finiraient peut-être sous les mêmes draps. Mais depuis quelques minutes - alors qu’ils en étaient à leur troisième verre - Damian, son meilleur pote, assis quelques tables à côté, lui aussi en charmante compagnie tentaient de lui faire des signes incompréhensibles. Des gros yeux, des mouvements de têtes, du play back. Il y avait forcément quelque chose qui n’allait pas, probablement avec son rendez-vous du soir. N’arrivant à déchiffrer aucun des signaux, Jamie empoigna son téléphone et lui envoya un message. "Need a rescue mission?". Il ne fallut que quelques secondes à Damian pour répondre alors que Jamie écoutait d’une oreille le flot incessant de ragots que débitait Odessa. "LOOK AT YOUR RIGHT MORON!" Fronçant dans un premier temps les sourcils, Jamie décrocha sa tête sur la droite de la manière la moins discrète possible. A moins d’une dizaine de mètres de lui, assise à une table, Lena. La dernière personne qui était censée le voir en compagnie d’Odessa. Mais le pire dans tout cela ? Elle était elle aussi en pleine discussion avec un gars. Sentant subitement la colère monter en lui, Jamie saisit sa pinte d’une main ferme et avala une grande quantité. Par chance, Odessa était trop accaparée par son propre récit qu’elle n’avait remarqué ni la scène, ni la présence de Lena. Dans le cas contraire, il aurait eu le droit à une nouvelle stupide crise de jalousie. Un peu comme celle que Jamie laissait fermenter en lui, bouillant et ne pouvant s’empêcher de lancer des regards noirs en direction de la table de Lena toutes les cinq secondes. Ils avaient beau ne plus être ensemble depuis des années, il était toujours énormément jaloux lorsqu’un mec s’approchait de Lena, contrairement à ce qu’il laissait paraitre aux yeux de tous, il n’était jamais passé à autre chose. Ces relations sans avenir qu’il enchaînait n’était qu’une manière d’éviter de penser à elle, d’occuper son esprit. Les mots à destination d’Odessa se faisaient de plus en plus rare à mesure que les regards à destination de Lena et de son mystérieux compagnon se faisaient de plus en plus fréquents. La mâchoire serrée, Jamie termina son verra d’une traite avant de faire signe à la serveuse de lui remettre la même chose. L’alcool, encore et toujours le moyen qui lui semblait le plus fiable pour contrôler sa jalousie alors qu’il avait à la base même des problèmes qu’ils avaient eu quand ils formaient un couple. Entre cinq et dix minutes plus tard, Odessa eut la bonne idée de s’absenter aux toilettes. Dans un premier temps hésitant, Jamie empoigna ensuite son verre et se leva à destination de cette table qu’il ciblait du regard depuis de longues minutes. Arrivé à proximité de la table, il prit appui dessus avant de s’adresser à Lena de la manière la plus faussement décontractée possible. « Hey Lena, what’s up ? » Non, il n’était pas chill du tout, mais il n’avait aucun droit de montrer sa jalousie, après tout, il était celui qui avait infidèle. « Aren’t you gonna introduce me to your friend ? » enchaîna-t-il en jetant un regard au mec qui était assise en face d’elle. « I’m Jamie, how you doin’? » Il lui tendit la main et la serra aussi fort que possible armé de son plus grand sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Lena Maclean

Lena Maclean


⋅ paper notes : 7
⋅ since : 26/12/2018

click down

purpose fuels passion  Empty
MessageSujet: Re: purpose fuels passion    purpose fuels passion  EmptyMar 1 Jan 2019 - 18:05

Elle affichait un sourire radieux, cependant frustrée de sentir le regard de Damian sur son épaule. Damian ne cessait de l’examiner depuis voilà dix minutes comme si elle avait quelque chose entre les dents, ou une étiquette encore accrochée à sa veste. What ? demanda-t-elle au loin, silencieuse dans le ton, mais la question sur les lèvres. Son téléphone vibra dans sa poche, et elle n’eut aucun mal à deviner que Damian allait, comme c’était souvent le cas, lui donner une raison de prendre la mouche. Encore fallait-il savoir à quel degré. you, me, a drink, different bar ?  Damian avait une nana devant lui, et au moins une autre qui lorgnait dessus, accoudée au bar en attendant qu’il se dépêtre de l’entrée pour passer au plat principal. Pourquoi partir ? no répondit-elle à la volée, sa pinte dans la main, et pas certaine de comprendre Damian dans ses intentions, ou seulement de le vouloir. Le type qui l’accompagnait s’était présenté de lui-même, un sourire éclatant sur les lèvres, du culot à revendre et, en même temps, un espèce d’embarras que Lena avait trouvé particulièrement adorable sur le coup. Ses collègues de boulot s’étaient mises à glousser, certaines qu’elles auraient de quoi bavasser demain matin à la pause café. Elle avait accepté d’aller à l’encontre de toutes ses règles, poussée par collègues et amies, pour une conversation pas si innocente que ça autour d’un verre. Damian s’était littéralement jeté sur eux comme si Lena tenait dans sa main la dernière pinte du monde avant rupture définitive de houblon. Il avait bafouillé deux-trois mots incompréhensibles, Lena l’avait fait passer pour un total inconnu auprès de son date improvisé, et voilà qu’il recommençait ses grands étalages de gestes et de paroles mimées. Lena s’installa à la table, sur une chaise qu’on lui tirait galamment. Pourtant si sa compagnie avait tout de l’homme idéal, de prime abord tout de moins, toute sa vigilance s’était enracinée sur Damian, qu’elle assassina d’un regard pétris de d’irritation. what are you doing ?  -  givin’ you an exit. dude’s an ass.  let’s leave, there’s an other bar next door. -  this bar is just fine, and you don’t even know him. Damian avait l’air d’avoir laissé tomber, ou d'être occupé ailleurs. Assez pour qu’elle puisse s’en remettre au destin, qui lui choisissait type tout ce qu’il y a de plus respectable pour siroter un verre. Damian s’était enfoncé dans sa chaise, et après ça, Lena ne prit plus la peine de le regarder. Au cas où. Puis elle comprit, vingt minutes plus tard. Enfin. Après une énième gorgée et un ‘mmhmm’ marmonné au pauvre type qui essayait de lui tirer plus que des banalités. Un regard vers le fond de la salle, et elle tomba irrémédiablement dans un abysse. Odessa d’abord, mais ça, elle aurait pu faire avec. Prétendre ne pas l’avoir vue, faire l’impasse, continuer à mener sa barque tant bien que mal. Mais Jamie, vraiment. Il y avait des choses, des sentiments, des blessures que le temps lui-même ne pourrait jamais panser, ou ne serait-ce que cautériser. Et parmi toutes les filles, fallait qu’il choisisse celle-ci. N’importe laquelle aurait suscité une vive émotion en elle. De la tristesse, mélangée avec de la bonne vieille jalousie et une pointe de ressentiment. Mais avec Odessa, il se foutait littéralement d'elle, et elle, tombait dans une colère vicieuse qui ne lui ressemblait pas. Tout ce que les concernaient était, à ses yeux, une attaque personnelle. Sa langue claqua dans sa bouche, et sans qu’elle puisse y faire quoi que ce soit, ses grands yeux bleus restèrent figés sur un Jamie qui souriait, riait, s’intéressait. what a fuckin’ tool, pensa-t-elle, renfrognée.  Les lèvres plissées en une moue contrite, elle s’obligea à prétendre, comme elle était si douée à le faire. Non, elle ne le regarderait pas. Elle déposa un coude sur la table, son menton dans la paume de sa main, et s’obligea à scruter le moindre trait de son interlocuteur, qui semblait particulièrement enthousiaste et n’avait rien percuté à la grande tragédie qui se déroulait sous ses yeux innocents.   oh, so that’s why  -  sorry len’. Elle venait de ranger son téléphone, et ne répondit pas à Damian, qui lui lança un regard navré, et manqua de venir les rejoindre, si ça n'avait pas été pour Jamie qui s’immisçait. Elle assista à l’intervention sans quitter sa pinte vide des yeux, manqua de lui répondre qu’il n’était pas son friend, mais à quoi bon. Sans répondre à Jamie et sentant définitivement le malaise, leur invité d’un soir décréta qu’un autre verre ne serait pas de trop, et qu’il s’en chargeait. Lena lui adressa un sourire de façade, brisé dans les angles. — You havin’ fun ? lança-t-elle, dans un soupir. Le type s’acoquinait sous ses yeux avec son ex, et voilà qu’il profitait d’un repoudrage pour s’intéresser à elle, à eux. — Ok, since you asked. His name’s Max, he’s our age, a pilot in the royal air force, in town to enjoy the marvelous Brighton at this time of the year with his friends, and happens to live three blocks away from me in London. Met him outside when I got here, and he nicely offered to buy me a drink, although I think now he’s a bit… taken aback ? if not completely scared by your sudden intrusion. So, yeah…That’s pretty much it. not to mention he’s ridiculously hot, but, not gonna state the obvious.  Elle se félicita d’avoir tout écouté malgré tout. L’avantage d’être capable de déléguer son attention à plusieurs tâches. Déformation professionnelle. — Anyway, you should get back to your girlfriend before she does all her crazy jealous crap no one wants to hear about. Droit au but. Pas de détour. Elle n’avait pas envie, pas le temps, pas la patience. Lena était de bonne composition. Bonne dans sa nature, et particulièrement patiente sous bien des aspects, dans bien des situations, mais comme tout, il y avait cette exception qui la transformait, la poussait violemment à aller à l’encontre de tout ce qu’elle était, et voulait être, et il se trouvait juste devant elle. Elle avait délibérément insisté sur le mot girlfriend, histoire de lui faire comprendre que tenter de lui faire croire qu’il ne se passait rien était un futile. Pas qu’elle ait quelque chose à redire, après tout, cela faisait des années qu’ils ne s’étaient plus fréquentés. Mais même. — Some things never change, huh, lança-t-elle, un faux sourire sur les lèvres. Max revenait, les mains chargées de deux larges bières, et croisa le chemin d’Odessa qui, interpellée par Damian, ne remarqua pas tout de suite cette précieuse discussion. — I’d wish you a happy new year, but it seems like you’re off to a good start.

_________________
[.if you’re pretending from the start like this, with a tight grip, then my kiss can mend your broken heart, I might miss everything you said to me. And I can lend your broken parts that might fit like this, and I will give you all my heart so we can start it all over again.]
Revenir en haut Aller en bas
Jamie Sinclair

Jamie Sinclair


⋅ paper notes : 18
⋅ since : 26/12/2018

click down

purpose fuels passion  Empty
MessageSujet: Re: purpose fuels passion    purpose fuels passion  EmptyDim 6 Jan 2019 - 15:51

Jamie savait sa tentative osée, il n’était pas encore revenu dans les bonnes grâces de Lena qu’il venait déjà interférer dans un de ses rencards. Mais c’était plus fort que lui, à chaque fois qu’il la voyait avec un autre homme la jalousie s’emparait de lui et il se devait d’intervenir, de faire tout ce qui était en son pouvoir pour éviter qu’elle ne tombe dans les bras d’un autre. S’il avait complètement perdu espoir en une seconde chance lorsqu’elle avait disparu des radars, la flamme s’était ravivée depuis son retour à Brighton. Les griefs qu’elle entretenait à son encontre étaient encore bien vifs, mais Jamie aspirait tout de même à un avenir meilleur, un futur qu’ils conjugueraient de nouveau à deux, ensemble. Quelques secondes suite à l’irruption de Jamie, le type avec qui Lena entretenait une discussion sembla comprendre qu’il était de trop et s’en alla chercher d’autres verres au bar. Bien décidé à se joindre à eux pour le restant de la soirée, Jamie l’apostropha. « Get me a beer bro, would ya’ ? » Prenant ses aises, il s’installa sur la chaise tout juste laissée vacante, face à Lena. Lui adressant un grand sourire, il n’eut pas le temps d’en placer une. Lena se décidait finalement à briser le silence et lui adresser la parole. Tant mieux, il n’était pas le plus grand fan des monologues (bien qu’il trouvait toujours cela instructif de s’écouter parler). S’il s’amusait ? Totalement et il était plutôt fier d’avoir fait fuir son concurrent en un temps record. Bien entendu, Lena était probablement furieuse, mais il avait plus de chances de la perdre en restant en retrait à ne rien faire plutôt qu’en agissant de la sorte. « The truth ? Not really. You know, Odessa’s boring gossips and shit. » Il détournait la question, ne voulant pas partir directement dans l’affrontement et il ne pensait pas prendre trop de risques en dénigrant Odessa avec qui Lena semblait entretenir des rapports glaciaux depuis son retour à Brighton. Il l’écouta ensuite débiter un monologue sur le fameux Max avec qui elle partageait la soirée. Un sourire amusé sur les lèvres, il avait parfaitement conscience de ce que Lena était en train de faire. Elle l’embellissait sûrement, le rendait plus intéressant qu’il ne l’était vraiment - ou du moins il l’espérait, sinon la concurrence allait être féroce - pour démasquer sa jalousie. Si à une époque il se serait très rapidement mis dans une colère noire, il était plutôt satisfait aujourd’hui qu’elle agisse de la sorte. Il la préférait voir rentrer dans ce genre de jeux plutôt que de l’ignorer totalement, c’était un signe comme un autre de progrès dans les rapports qu’ils entretenaient. « Damn, dude’s looks like a catch. » lâcha-t-il ironiquement. « Oh come on, I was just being friendly. » répliqua-t-il quand elle l’accusa d’avoir effrayé Max. Après tout, Jamie n’avait fait que se présenter, il aurait très bien pu être simplement un ami de Lena qui s’incrustait, rien de plus. Et à sa décharge, il n’avait rien dit de méchant, pas encore du moins. Lorsque Lena évoqua sa petite amie, il prit un air surpris, agissant comme s’il ne savait pas qui elle mentionnait. « What girlfriend ? Oh you mean Odessa, my friend who happens to be a girl. » Après tout, il ne faisait que dire la vérité, ils n’étaient nullement en couple bien qu’Odessa lui avait fait comprendre avec insistance que tel était son désir. S’il aimait bien s’amuser sous les draps avec elle de temps à autres, Jamie ne se voyait certainement pas vivre quelque chose de sérieux avec elle. Non, la seule fille avec qui il souhaitait envisager un futur commun se trouvait en face de lui et était blonde aux yeux bleus, pas brune aux yeux foncés. « Yeah I noticed that she tends to be quite jealous. But do I care ? » Il fit semblant de réfléchir pendant l’espace de deux secondes avant de reprendre la parole. « Well, absolutely not. »  Odessa pouvait bien croire ce qu’elle voulait, Jamie n’aurait jamais de comptes à lui rendre. Il était libre comme l’air et s’autorisait à adresser la parole - et plus si affinités - à qui il le souhaitait. « Don’t tell her - or do for all I care - but I’d rather be here talking to you than hearing all her gossips all over again. » Et ce, sans aucune contestation possible. Si Jamie avait fait une avancée qu’il jugeait considérable dans sa quête de rédemption auprès de Lena le soir de Noël, il savait la route encore bien longue et toute occasion était bonne pour tenter d’augmenter ses chances. Prenant conscience qu’il venait d’omettre de prononcer le nom de la third wheel de la soirée, Jamie se rattrapa rapidement. « I mean, talking to you and Max. How could I forget about him. » Jamie afficha d’ailleurs un air satisfait en jetant un oeil en direction du bar. Il y avait beaucoup de personnes qui semblaient vouloir commander un verre et cela allait sûrement demander un peu plus de temps que prévu à Max pour obtenir le sien, et par conséquent, revenir à leur table. Faisant référence à la relation entre Jamie et Odessa, Lena balançait que certaines choses ne changeraient jamais. Elle semblait toujours vouloir revenir à ce sujet et si l’envie de lever les yeux au ciel par dépit était forte, Jamie réussit à se contenir et à trouver une parade en guise de réponse. « True. Like me being super funny. Me kicking your ass at drinking shots. You turning me down. Et caetera. » En se découvrant un peu de la sorte, il espérait - au delà de sa sincérité - détourner un peu l’attention d’Odessa. Car si elle semblait être le sujet de discussion favori de Lena ce soir, Jamie, lui, préférait largement parler de cette dernière. Alors qu’ils apercevaient Max revenant à la table - le bougre avait été rapide à se faire servir - Lena tenta une manière déguisée de congédier Jamie en lui précisant qu’il semblait déjà bien commencer la nouvelle année. « Now that I’ve seen you, I certainly am. » répliqua-t-il du tac au tac, armé d’un large sourire. Si elle semblait à tout prix vouloir rentrer dans l’affrontement, Jamie lui se contentait pour le moment d’esquiver les attaques du mieux qu’il le pouvait. Max était finalement arrivé à leur table, seulement deux bières dans les mains, pensant sûrement qu’il allait pouvoir se débarrasser de lui de la sorte. Pas décontenancé pour autant, Jamie se saisit de la bière de Max et en versa la moitié dans son verre vide. « Oh thank you Max, you’re a doll. » Avant même qu’il n’ait eu le temps de riposter que ce soit par la parole ou par les poings, Jamie leva son verre, regardant Lena droit dans les yeux et portant un toast. « To Lena. The most amazing woman I’ve met. Cheers. »

_________________

    he just thought quietly, “The damage was permanent; there would always be scars. But even the angriest scars faded over time until it was difficult to see them written on the skin at all, and the only thing that remained was the memory of how painful it had been.”
Revenir en haut Aller en bas
Lena Maclean

Lena Maclean


⋅ paper notes : 7
⋅ since : 26/12/2018

click down

purpose fuels passion  Empty
MessageSujet: Re: purpose fuels passion    purpose fuels passion  EmptySam 12 Jan 2019 - 0:09

Sans gêne.
Deux minutes, et c’en était déjà trop de prétentions pour elle. Elle ne rentrerait pas dans son jeu fait de grands sourires de façade, de fausses prétentions et de sous-entendus voilés. Lena n’était pas douée pour les faux-semblants, les mascarades, et si peu pour l’hypocrisie que c’en était à la limite de l’indécent. Trop vraie, trop authentique, trop sincère dans l’esprit autant que dans le coeur. Lena aimait voir la vérité sur le visage des gens qu’elle fréquentait, et Jamie, à cette heure, transpirait les faux prétextes, se cachait derrière des phrases détournées, des allusions équivoques et édulcorées pour mieux passer. Leur relation passée lui était tant un fardeau qu’une bénédiction, en cela qu’elle pouvait lire en lui comme dans un livre grand ouvert. L’inverse était aussi valable, ce pourquoi il avait fort à parier qu’il saurait lire en elle qu’elle en avait déjà assez de leur intermède. Elle se contenta de le laisser s’amuser avec les mots, détourner la situation et le laisser croire que ça fonctionnait, et que oui, il allait s’en sortir. Comme il s’en sortait à la fac, lorsqu’il rentrait, trace de bouche dans la nuque et parfum à la vanille sur les fringues. Rien n’avait vraiment changé finalement. Sauf qu’ici il n’y avait plus rien en jeu. Elle avait retiré ses cartes, ses pions, sa tune, sa dignité et le coeur y était à peine, dans cette intermède qui tournait autour d’Odessa, et d’un type dont elle ne se souviendrait probablement pas la semaine suivante. Elle croisa ses bras autour de sa poitrine et s’enfonça dans sa chaise, haussant de temps en temps les épaules ou les sourcils, selon, pour à peine donner l’illusion qu’elle en avait quelque chose à foutre. Ses doigts valsaient les uns avec les autres, s’amusant à faire passer une de ses bagues de l’un à l’autre, pendant que d’autres doigts tiraient sur un fil qui dépassait de son pull. Un véritable quadrille de mouvements nerveux. Lena était plutôt sereine de nature, mais tout en cette situation n’était que pure provocation - ou bien elle se trompait, se faisait des films, mais qui pouvait le lui reprocher ?  — That’s how you talk about your friend ? consentit-elle à lâcher, presque à s’apitoyer sur le cas Odessa, si seulement ladite Odessa n’était pas une effroyable garce. — She’s in love with you. Always have been. For that, you should stop playing with her,  s’entendit-elle dire, selfless as ever, allant à l’encontre de tout ce qu’elle ressentait pour lui, contre Odessa, et c’est là tout ce qu’elle dirait à ce sujet désormais clos pour elle. Lena avait toujours été la conseillère de leur groupe d’amis. Toujours une oreille attentive, une bonne parole. Un rôle qu’elle avait transmis à Elya plus tard, et qui se chargeait désormais de recueillir les déboires de tous, et donc, les siens.  Pour tout le reste, elle lui fit grâce d’un silence aussi lourd qu’une brique couplé à une série de regards noirs - qu’il trouverait certainement moyen de tourner en dérision because he is super funny.  Le retour de Max parvint en revanche à lui tirer un sourire, ou bien était-ce l’arrivée d’une bière pleine et bien fraiche ? God knows.  Elle s’apprêta à en boire une gorgée avant que la scène, surréaliste, ne l’arrête dans son élan. Max darda tantôt sur elle, tantôt sur Jamie un regard ahuri, un poing serré sur la table que Lena vint recouvrir d’une main tiède, évitant ainsi que le poing ne parte dans la figure de l’ex. En gage de tribu, elle fit glisser sa bière pleine vers lui, et fit l’échange avec la sienne, devenue un demi. — Max, could you give us a minute, please ? I’ll meet you outside with the next round.  Max hésita, puis décida de céder en lui lâchant un sure un tantinet crispé. Lena tenta un sourire, que le type lui rendit non sans peine. Elle se frotta les yeux, fit glisser une main frémissante dans sa longue chevelure blonde, puis la déposa sur la table, après avoir repoussé le demi de bière lamentable qui se trouvait devant elle en direction de Jamie. Elle laissa filer une minute interminable entre eux, ça dans le seul but de ne pas proprement s’énerver. Parce qu’elle valait mieux que ça, et refusait de le laisser se repaitre de cette colère idiote, provoquée de ce qu’il qualifierait certainement de ‘ rien ‘ .  — Is this a normal behaviour to you ? finit-elle par demander, après un long et douloureux soupir.  — Because, if it is, I’m gonna have to have a serious chat with your mother. Le respect, l’éducation, les bonnes manières, de ce côté-là, y avait clairement un petit topo à refaire, et Lena n’avait ni le temps, ni l’envie. Renverser la bière d’un autre dans son verre, aberrant. Jonas enseignait à des gamins mieux éduqués que ça, et heureusement qu’elle au moins avait la décence de garder sa réflexion pour elle, sinon là, c’était elle qui devenait la putain d’hérétique. — And please, please, don’t give me that goofy-snarky-satisfied smile. Also keep the usual ‘ what ? I’m not doing anything wrong ! ‘ garbage to yourself. It was never charming and it never will. Non, le ton n’était pas monté. Le registre était d’autant plus respectueux que vraiment, il méritait qu’elle s’emporte. Pour si peu, peut-être. Mais n’importe qui, Damian et lui en tête de peloton, se serait battu, on the ground that you don’t steal a dude’s beer. you still his wife, but not his beer.  Déjà, elle cherchait sur le dossier de son siège les manches de son manteau, tout en perpétuant le cycle des reproches pas encore tout à fait achevé. — If this is who you are now, then you know what, let’s cut it straight to the point : I don’t wanna have to do anything with you anymore. Elle savait la portée qu’aurait ses mots. Pertinemment. Peut-être même qu’elle en jouait, mais ça ne signifiait pas que ce n’était pas vrai. — Even eighteen years old me would not have you this way. Là, en revanche, c’était tout à fait personnel, et totalement vicieux. Les mains dans les manches de son épais manteau, elle se leva, prête à s’en aller, lorsque son regard croisa celui, furieux, d’Odessa.

_________________
[.if you’re pretending from the start like this, with a tight grip, then my kiss can mend your broken heart, I might miss everything you said to me. And I can lend your broken parts that might fit like this, and I will give you all my heart so we can start it all over again.]
Revenir en haut Aller en bas
Jamie Sinclair

Jamie Sinclair


⋅ paper notes : 18
⋅ since : 26/12/2018

click down

purpose fuels passion  Empty
MessageSujet: Re: purpose fuels passion    purpose fuels passion  EmptyMer 23 Jan 2019 - 18:41

La situation était mal embarquée. Il pouvait le voir sans qu’elle ne dise le moindre mot, il la connaissait par coeur ou presque après toutes ces années. Bien assise au fond de sa chaise, les bras croisés, l’attention qui s’accrochait à tout ce qu’elle pouvait autour d’elle, le langage corporelle était désastreux. Comme à son habitude, Jamie voulait faire son intéressant, essayer de lui arracher un sourire mais son comportement ne faisait apparement qu’empirer les choses. Mais même s’il savait qu’il était en train de se perdre avec ce comportement auquel elle ne goûtait guère, il ne voyait pas vraiment quels autres choix étaient à sa disposition. En aucun cas il se sentait capable de l’observer de loin se faire draguer par un autre mec. Ce n’était pas parce qu’il l’avait perdu qu’il ne se battrait pas pour la récupérer, pire encore, qu’il laisserait quelqu’un d’autre prendre la place qu’il avait laissé vacante dans son coeur. Son air était surpris lorsqu’elle évoqua Odessa, apparemment prête à prendre sa défense. Donc elle en était rendu à ce point, il était tombé si bas qu’Odessa lui était désormais préféré. Putain qu’il était dans la merde. « Well, I already told her what I thought about her stories. So no hard feelings. » Faux. On ne disait pas ce genre de phrases à Odessa sans échapper à une des fameuses crises, et celles-là, Jamie faisait tout en son pouvoir pour les éviter. Mais il se devait de calmer jeu, temporiser la rancoeur qui semblait grandir en Lena, essayer de se montrer de nouveau sous un bon jour, ou du moins, un pas complètement mauvais. « Who said I am playing with her ? We were just chatting. Jesus, you really are seing evil everywhere. » Il n’était pas amoureux d’Odessa et tout le monde le savait. Ils agissaient en adultes consentants, elle savait très bien qu’il ne recherchait rien de sérieux avec elle. Alors ce refrain qu’il n’entendait que trop souvent commençait sérieusement à l’échauder. Ce soir il était venu avec elle au bar uniquement en tant que pote, comment cela pouvait-il être si dur à comprendre ? Le retour de Max à leur table eut le mérite de clore cette intermède consacrée à Odessa, Jamie lui accordait au moins cela. Apparemment, la third wheel de la soirée ne fut pas vraiment ravi de se faire dérober la moitié de sa bière de la sorte. Son regard alternait entre Lena et Jamie et il semblait prêt à en découdre. Se battre pour une fille qu’il connaissait depuis quinze minutes, tellement chevaleresque. Lena intervint avant que les choses ne dégénérèrent et invita Max à l’attendre dehors. Enfin débarrassé du parasite, Jamie adressa un énorme sourire à Lena même s’il se savait profondément dans la merde, encore plus quand elle lui demanda si tout cela était un comportement normal à ses yeux. Oh, mommy’s mad. Mais alors qu’il aurait du calmer le jeu, essayer de repartir sur des bases plus saines pour la suite de conversation, s’expliquer, voire même, s’excuser, il ne pût s’empêcher de rebondir sur la phrase suivante de Lena pour lâcher une blague. Elle parlait d’avoir une conversation avec sa mère, sûrement centrée sur les bonnes manières ou ce genre de merdes dont Jamie n’avait strictement rien à faire. « Good. She keeps asking me to invite you for dinner. » Erreur. Ce n’était pas en poursuivant dans ce comportement qu’elle venait juste de lui reprocher qu’il allait marquer des points et il sentit que les choses allaient vraiment mal tourner dès la réplique suivante. Il le sentait venir, il allait se faire enchaîner et il n’était pas vraiment préparé à cela, avec Lena, il ne l’était jamais. Pas le genre à se mettre dans des colères noires, elle était pourtant celle qui savait le plus appuyer sur ses points sensibles lorsqu’elle était fâchée. « Ok. » se contenta-t-il simplement de répondre, préférant cette fois-ci éviter de mettre de l’huile sur le feu. Ils avait également qu’elle n’avait certainement pas terminé et qu’elle allait vider son sac d’une seconde à l’autre. Mais la violence des propos était plus importante que tout ce qu’il aurait pu imaginer. Elle ne voulait plus rien à voir avec lui, elle ne le voulait plus dans sa vie, jamais. Abasourdi, Jamie plongea dans un certain mutisme et la dernière riposte l’acheva. Cloué sur sa chaise, le regard dans le vide, il était complètement désemparé. Il se forçait du mieux qu’il pouvait à étouffer les larmes qui voulaient grimper jusqu’à ses yeux. Non, il ne devait rien montrer, il devait rester stoïque, ce n’était pas en pleurnichant qu’il la récupérerait, certainement pas. C’est seulement lorsqu’elle se leva, son manteau enfilé, prête à s’en aller, que Jamie eut de nouveau la force de la regarder dans les yeux. « You asked if it was normal behaviour to me. It’s not. You’re driving me crazy, I can’t help it. » tenta-t-il de se justifier dans un premier temps, avant d’enchaîner en essayant quelque chose qu’il ne maîtrisait pas réellement, l’honnêteté. « I’m jealous as hell and I know I don’t have any right to be. » Il ravala sa salive, ayant du mal à mettre ses idées en ordre, puis se leva finalement de sa chaise, se rapprochant de Lena, essayant de créer une certaine proximité entre eux. Il allait pour une fois parler avec son coeur et elle était la seule concernée, inutile d’en faire profiter tout le bar. « No it’s not normal. It can’t be normal 'cause I can’t act like I’m your friend when I’m still madly in love with you. » Il baissa les yeux quelques secondes avant de reprendre. « Here. Normal behaviour, honesty. » Expirant de manière bruyante, bizarrement soulagé d’avoir lâché ce qu’il avait sur le coeur, il aperçut du coin de l’oeil Odessa qui le fixait, le regard noir. Rien à foutre, ça n’avait jamais été elle de toute façon, ça ne le serait jamais. C’était Lena, et rien que Lena. Elle était la femme de sa vie, il en était persuadé, même après toutes ces années. « And I know… » commença-t-il, plus honnête et plus triste qu’il ne l’avait jamais été. « I know you don’t feel the same way. I know I should let you live your life, be happier. I guess letting go the most important person in your life ain’t just that easy. » Il savait désormais pourquoi il n’était pas friand de ce genre de confessions à coeur ouvert : parce que ça faisait mal, un putain de mal de chien. De l’alcool, des tonnes d’alcool, voilà ce dont il aurait besoin pour anesthésier cette douleur. Mais pour l’heure, il regardait Lena droit dans les yeux, attendant sa sentence.

_________________

    he just thought quietly, “The damage was permanent; there would always be scars. But even the angriest scars faded over time until it was difficult to see them written on the skin at all, and the only thing that remained was the memory of how painful it had been.”
Revenir en haut Aller en bas
Lena Maclean

Lena Maclean


⋅ paper notes : 7
⋅ since : 26/12/2018

click down

purpose fuels passion  Empty
MessageSujet: Re: purpose fuels passion    purpose fuels passion  EmptyMer 30 Jan 2019 - 19:13

— Right, qu’elle rétorque, manifestement peu convaincue, et définitivement amère de constater que Jamie vivait, comme toujours, dans le déni total - ou au moins lui refusait-il l’honneur d’une once d’honnêteté. Elle ne voyait pas le diable partout. Dieu l’en préserve, c’était même tout l’inverse - excepté peut-être lorsqu’il s’agissait de Jamie, mais il faisait si bon se voiler la face. Elle avait plutôt le malheur de se fier au malaise de Damian, qui ne savait rien cacher. Damian était bon pour se planquer derrière ses combines et duper bien des nanas, mais s’avérait être un menteur pitoyable auprès de ses proches, dont elle faisait malgré tout parti. Le gars avait bafouillé des excuses pitoyables dix minutes plus tôt, lorsqu’elle était tombée sur ce couple aux effluves amères de passé, alors qu’il aurait très bien pu dire ce que Jamie clamait être la vérité : il ne se passe rien. Quand bien même, Lena était bornée dans ses convictions, et tout le reste, à ce point qu’elle décidait de croire ce qu’elle voulait croire, qu’importe qu’elle fasse fausse route. Elle aurait voulu se lever, et faire comme si rien ne s’était passé. Rentrer chez elle, prétendre qu’elle sortait du travail, que la journée s’était achevée sur un dossier enfin bouclé, une migraine et un long trajet en train. Elle en était capable, sinon elle n’aurait pas traversé tant d’années sans Jamie dans sa vie, à prétendre qu’elle l’avait laissé l’ami derrière elle en Angleterre plutôt que l’amour en Amérique. Et lorsqu’il se permettait quelques fantaisies d’humour douteux, qui ne faisait rire personne si ce n’est lui, Lena poussa un soupir à s’en briser les côtes. — Aaaaand he kept going, siffla-t-elle, serrant plus encore sa propre étreinte autour de sa poitrine. Ç’aurait dû être son signal. Elle aurait dû se lever, attraper sa veste, même pas prendre le temps de la mettre correctement, foutre un coup de pied dans la table et faire une sortie théâtrale comme dans les films. Pourtant bien incapable de se résoudre à pareille désinvolture, et surtout éreintée par trop d’années à ravaler tout ce qui le concernait, Lena se laissa aller à quelques réprimandes vicieuses. Elle manqua de rien de lui cracher wow, so you really never cared at all à son ok parfaitement scandaleux, ou seulement de lui souffler toujours plus de raisons qui faisaient de lui un insupportable connard. Tout ça pour des bières, un inconnu qui n’en valait certainement pas la peine, et comme toujours, Odessa, qui pour une fois ne demandait aucun crédit pour ses tentatives déplorables de ramener toute l’attention et l’affection à sa petite personne. Odessa qui trainait des pieds autour du bar, non sans fusiller ce binôme du regard, avec plus d’intensité à chaque instant qu’elle passait, seule accoudée au comptoir. Lena leva les yeux au ciel. Pour cette ancienne amie, et cet ex, qui parvenait à la tourmenter sans même essayer. Son caban sur les épaules, elle s’apprêta à faire volte-face, mais il fallait toujours compter sur Jamie pour un retournement de situation dans les formes. Là débuta un enchevêtrement de tentatives d’excuses et de reproches fourbes. — I drive you cra— Jealous of what ? Seriously ?! You’ve got to be kiddi— Don’t even — Et ils ne se disputaient pas. Pas encore. Pas vraiment. Il s’était levée, elle fit un pas en arrière, manquant de rien de se prendre les pieds sur la table derrière qui discutait, et se régalait de ce spectacle dont le tout Brighton était particulièrement friand. Mais Lena n’en fit rien, happée qu’elle était par l’ élan d’honnêteté rarissime dont Jamie faisait preuve. Un soupir à mi-chemin entre l’ahurissement et l’affliction s’échappa dans ses lèvres. Son coeur, comprimé sous sa poitrine, fit une embardée à perdre son chemin vers ses pompes. Un silence d’enclume s’empara de la scène, alors que l’effervescence persévérait autour d’eux, comme si le monde ne venait pas de s’arrêter et de s’étaler à leurs pieds. La carte des sentiments étaient sur le tapis, les mots magiques flottaient au-dessus d’eux. — Ok, you know what, this has gone too far, finit-elle par lâcher, se frottant le front d’une main fébrile. — Don’t ! tenta-t-elle de le couper, alors qu’il reprenait prestement ce qui ressemblait à une conversation qu’elle ne voulait pas avoir. Mais son applomb était plus fort que le sien, alors elle le laissa terminer sa phrase, et s’occupa de l’encaisser de son côté. — For god sakes, Jamie. Elle l’avait cherché, mais ne s’attendait pas à tant de transparence de sa part. Jamie avait passé son temps à se justifier plus qu’à se livrer, pourtant elle eut l’impression tout à fait révoltante que pour la première fois, il disait la vérité. — That’s how you treat the most important person in your life ? Fébrile dans le ton, trop droite pour paraitre détendue, Lena tenta un semblant de conviction en posant son regard d’avocate sur Jamie. Ce regard qui ne trahissait d’aucun émoi, aucune émotion, mais traduisait d’une assurance ici fausse, carrément surjouée. — And I don’t mean just tonight. Le même refrain, encore et encore. Elle ne laisserait jamais tomber. La plaie était telle que rien ne pourrait jamais la panser. Elle se répéterait, encore, pas parce qu’elle en avait envie, mais parce qu’il méritait de l’entendre à répétition, comme un vieux cd coincé dans un autoradio. — It was what, eight-nine years ago ? demanda-t-elle, pourtant certaine que ça faisait huit ans. Juste pour voir s’il suivait. L’on pourrait aisément croire que le temps, comme souvent, offrait à ces relations en perditions de se raccommoder à où défaut, un semblant d’indifférence. Pourtant, il n’en était rien. — You can’t be in love still. You weren’t at the time, it makes no sense, poursuivit-elle, en haussant les épaules. À tous les coups, il allait lui sortir que l’amour n’a aucun sens, et les transporter dans une rom—com bonne pour Netflix. Ou lui prouver qu’elle se trompait. Lourdement. Et n’était-ce pas ce qu’elle attendait de lui, finalement. Qu’il lui démontre qu’elle avait tort. Depuis le début. La pousse dans ses retranchements, hors de ses petites certitudes. Ou seulement qu’elle avait raison, que tout ceci ne valait rien, et lui donne l’autorisation, s’il en est, de passer à autre chose.  — God, you’re good. You’re so so good. You’re good with words, James Sinclair, I’ll give you that much. Elle haussa les épaules à nouveau, coping mechanism, et fit dévier son regard sur un point invisible au sol.  — Too bad I’m not a fool. Not anymore, at least. I’m not gonna fall into that pit again.

_________________
[.if you’re pretending from the start like this, with a tight grip, then my kiss can mend your broken heart, I might miss everything you said to me. And I can lend your broken parts that might fit like this, and I will give you all my heart so we can start it all over again.]
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


click down

purpose fuels passion  Empty
MessageSujet: Re: purpose fuels passion    purpose fuels passion  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 purpose fuels passion
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» La passion...[Shi Raynid] Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side.-
Sauter vers: