fermeture du forum.

Partagez
 
 - I said I'd catch you if you fall [gabe]
Aller en bas 
Lysa Halder

Lysa Halder


⋅ paper notes : 40
⋅ since : 21/11/2018

click down

- I said I'd catch you if you fall [gabe] Empty
MessageSujet: - I said I'd catch you if you fall [gabe]   - I said I'd catch you if you fall [gabe] EmptyDim 9 Déc 2018 - 22:03


- - - - - - - ❖ - - - - - - -
“I miss the mornings with you laying in my bed i miss the memories replaying in my head i miss the thought of a forever, you and me” @Gabe Kramer


Elle se réveille en sursaut, en sueur, encore un cauchemar... ou était-ce un rêve ? La ligne est fine entre les deux ces temps-ci, si bien qu'elle n'arrive plus bien à les différencier. Ou bien était-ce un souvenir? Elle ne saurait le dire. Cela lui semblait à la fois réel et improbable. Il était là, allongé à côté d'elle, lui murmurant des mots qui l'ont toujours fait frissonné. Elle peut encore sentir la chaleur émanant de son corps. Et puis elle s'est retournée, et elle était seule, abandonnée, sur un sol trop dur. Elle était là, hurlant sa douleur à un monde qui ne pouvait pas l'entendre. Elle voulait que ça s'arrête, que tout s'arrête. La tête dans les mains, elle se débattait, jusqu'à avoir l'impression de tomber dans un abysse. Et la réalité l'a rattrapé. Réveil brutal, où elle est à bout de souffle. Elle repousse ses longs cheveux bruns en arrière, alors qu'elle chasse les dernières traces de fatigue de son visage. 5 heures. C'est déjà bien, mieux que la nuit précédente. 5 heures, c'est le temps qu'elle aura passé à dormir cette nuit, parce que désormais le sommeil semble l'abandonner à son tour, comme pour la punir, ou est-ce pour l'empêcher de se souvenir de choses difficiles ? Peut-être. Elle se lève péniblement, et ne sursaute plus quand elle croise son reflet dans le miroir. Des cernes sous des yeux vides, des cheveux emmêlés, elle ne semble être que l'ombre de celle qu'elle a été autrefois. Par automatisme, elle se dirige vers sa cafetière et en actionne le mécanisme. Ses jambes l'emmènent à la salle de bain, où l'eau chaude achève de supprimer les souvenirs de la nuit passée. Elle se coiffe d'un chignon, enfile un jean quelconque ainsi qu'un t-shirt par dessus duquel elle ajoute un gilet à grosse maille. Elle a besoin de prendre l'air, là maintenant tout de suite, si bien qu'après avoir attrapé sa tasse de café, elle se dirige vers la baie vitrée de sa maison, d'où elle peut rejoindre la plage. Quand ses pieds touchent le sable, elle inspire profondément et ferme les yeux un instant. Enfin, elle est revenue à la maison, chez elle, qu'on lui a répété. Pourtant tout lui semble si différent, comme si elle n'était plus à sa place. Elle a quitté tout ça y'a plus de dix ans, revenir, c'est comme se rendre compte qu'elle a échoué, c'est difficile. Pourtant retrouver cette vue, cette sensation qu'elle a présentement en s'asseyant, laissant son regard se perd dans la contemplation des vagues, elle retrouve ce sentiment familier d'être là où elle doit être. C'est cet endroit, qui lui a probablement le plus manqué, en étant loin, parce qu'ici, elle avait l'impression que rien ne pouvait l'atteindre. Mais maintenant, cela ne semble plus aussi vrai, parce que tout l'a atteint, trop vite, trop dur. Elle a tout perdu, qu'elle se dit, alors qu'une nouvelle salve de souvenir l'assaille. Lui, sa carrière, sa réputation. Tout lui a échappé et elle ne sait plus à quel moment cela a commencé à déraper. Rentre chez toi. Que lui a dit son agent, comme si revenir dans cette ville pouvait tout effacer. Ô elle s'est soignée, si bien que médicalement, on l'a dit parfaitement saine. Mais mentalement, elle est plus perdue que jamais. Perdue dans ses pensées, elle ne remarque qu'au dernier moment la silhouette qui s'approche d'elle. Quand elle lève le regard, son coeur s'arrête, comme si ses rêves, ou ses cauchemars ou encore ses souvenirs, venaient prendre possession de la réalité. Je rêve, qu'elle ne peut pas s'empêcher de penser alors qu'elle n'arrive pas détourner le regard. — Gabe.. Son prénom glisse entre ses lèvres, alors qu'elle dépose sa tasse à côté d'elle et qu'avec précaution, elle se relève, se mettant à sa hauteur. Son regard examine la silhouette de son compagnon, ou de son ex compagnon, elle-même n'est plus sûre de ce qu'ils sont l'un pour l'autre. Ses souvenirs ne lui rendaient pas justice. Elle a pensé à l'appeler, plusieurs fois, à fuir pour le retrouver, mais cela était trop dur pour elle. Perdue, trop perdue pour lui faire face. Elle a choisi la facilité : elle a fui. Elle a imaginé plusieurs fois de le revoir, sans jamais vraiment savoir comment réagir et maintenant qu'il se tient devant elle, elle fait la seule chose à laquelle elle ne s'attendait pas. Elle l'enlace, laisse ses bras entourer son cou, alors qu'elle inspire son odeur. Il est vraiment là. Il lui faut quelques secondes pour se rendre compte que son geste, est peut-être déplacé, alors elle se détache, s'éloignant de lui. En lui faisant face, elle ne peut pas s'empêcher de se rendre compte à quel point il lui a manqué, même si c'était sa décision à elle, de s'enfuir. — Tu es là.. tu es vraiment là, qu'elle commence à dire, toujours perturbée par sa présence. Et puis leurs regards se croisent et elle réalise, qu'il est vraiment là. — Qu'est-ce que tu fais là? Qu'elle lui demande, d'une petite voix, alors qu'elle ne le quitte pas des yeux, de peur qu'il disparaisse.

_________________
maybe we’re just two stars born from different constellations, we were never meant to connect, oh, but how we tried, we reached, we screamed, we yearned, but it was never enough.
Revenir en haut Aller en bas
Gabe Kramer

Gabe Kramer


⋅ paper notes : 205
⋅ since : 04/02/2018

click down

- I said I'd catch you if you fall [gabe] Empty
MessageSujet: Re: - I said I'd catch you if you fall [gabe]   - I said I'd catch you if you fall [gabe] EmptyVen 14 Déc 2018 - 19:22


≈ ≈ ≈
{ So come on let it go just let it be
Why don't you be you and I'll be me. }
crédit/ tumblrjames bay.

Présent en ville depuis déjà quelques jours Gabe avait pris la décision de prendre son courage à deux mains et de venir à la rencontre de l’objet de sa venue : Lysa. Il savait qu’elle avait une maison sur la place, il savait que si tôt le matin elle serait sans doute seule. Il pris alors sa voiture pour rouler jusqu’à chez elle, il avait eu l’adresse par un ami intime qu’ils ont en commun. Arrivé devant chez elle, il décida alors de passer par la plage. Il ressentait ce poids dans son estomac, il ressentait cette tension dans son corps. Il n’avait aucune idée de ce qu’il allait trouver. Soudain, son cœur manqua un battement lorsqu’il aperçut la jeune femme. Elle était bien chez elle, elle était bien devant lui. La surprise dans ses yeux étaient flagrantes. On aurait dit qu’elle venait de voir un fantôme, c’est peut-être ce qu’il était, un fantôme du passé. Gabe s’approcha d’elle doucement s’imaginant comment aborder leurs retrouvailles. Gabe est tellement surpris par la réaction que la jeune femme qu’il se laisse enlacer, avant de mettre fin quelques secondes plus tard à cet étreinte. Comment peut-elle oser le prendre dans ses bras, l’enlacer comme si de rien était, comme si elle était réellement heureuse de le retrouver. Elle était partie, elle avait fui, sans un mot, sans un regard. Elle l’avait laissé seule face à sa peine, face à son mal-être. Elle qui connaissait ses problématiques face à l’abandon, l’engagement, elle l’avait laissé tombé comme beaucoup de personnes dans sa vie. Il n’avait pas compris pourquoi elle avait agi de la sorte, pourquoi elle ne lui avait pas expliqué. Il savait que leur mode de vie la rendait malheureuse, mais il pensait que le jour où elle déciderait de se reprendre en main elle lui tendrait la main pour qu’il en fasse de même. A la place, elle avait simplement pris la fuite. Elle ne s’était pas retournée pour savoir s’il allait bien. Elle n’avait aucune idée de combien son départ avait été dévastateur. Face à sa peine, face à la perte de la femme qu’il aimait Gabe avait plongé à corps perdu dans l’obscurité. Si Gabe était toujours vivant il n’était plus le même homme. Forcé par ce réveil difficile à l’hôpital de se reprendre en main. C’est la détox ou la mort lui avait signifié le docteur. Des années d’excès avaient laissé des traces et cette overdose aurait dû le termine une fois pour toute. Conscient de cette dernière chance, conscient de l’urgence de la situation, Gabe s’était relevé, il avait repris sa vie en main. Il s’était fait également aidé par ce programme, par ces réunions. Aujourd’hui il n’était plus le même homme. Lysa le sortit de ses penses en lui demandant ce qu’il faisait ici. Gabe tentait tant bien que mal de remettre de l’ordre dans sa vie, dans sa carrière, mais un gros point d’interrogation restait présent. C’est ces interrogations qui le poussaient aujourd’hui à se tenir devant la jeune femme. Elle ne semblait pas se douter que s’il était ici c’était pour elle. — Toi. C’est toi que je viens voir. Il disait la vérité, du moins une partie. Elle était bien au courant qu’il avait une ex et un fils dans cette ville, mais ce n’était pas le moment d’en parler. Gabe ne se sentait pas d’humeur à partager l’ensemble de ses pensées avec elle. Il avait également l’envie de se rapprocher de son fils, de réparer ses erreurs, comme dans une des étapes du programme. Gabe préférait se concentrer aujourd’hui sur Lysa. — Tu as l’air en forme à ce que je vois. Lâcha-t-il un brin amer. Il savait qu’elle avait eu besoin de se soigner. Ils vivaient dans un petit monde, mais cela ne répondait pas à toutes ses questions. Il voulait savoir pourquoi elle avait fuit sans lui, pourquoi ne l’avait-elle pas assez aimé. Il avait besoin de comprendre également ce qu’il avait fait de mal. Il devait prendre un nouveau départ. — J’avais besoin de comprendre, voir de mes propres yeux la nouvelle Lysa. Rajouta Gabe. Il attendait désormais une explication, des raisons afin d’y voir plus clair. Il espérait qu’elle aurait le respect d’éclairer ses questions. Il aurait pu lui dire qu’il l’a détestait, détestait d’être partie sans lui, mais il en aurait été capable parce qu’il ne l’a détestait pas bien au contraire. Il l’aimait toujours et cela le tuait de ne pas être capable de tirer un trait.

_________________

We can breathe, and be in the same world. You live in me and it still hurts but I won't cry anymore. You return to them and I return to you. Again, my friend, there's nothing I can do 'cause I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Lysa Halder

Lysa Halder


⋅ paper notes : 40
⋅ since : 21/11/2018

click down

- I said I'd catch you if you fall [gabe] Empty
MessageSujet: Re: - I said I'd catch you if you fall [gabe]   - I said I'd catch you if you fall [gabe] EmptyDim 13 Jan 2019 - 15:03

Alors qu’elle le voit là, face à elle, elle sent que son cœur est sur le point de quitter sa cage thoracique tant il bat fort. Et elle ne peut pas s’empêcher de se demander comment elle a réussi à mettre en retrait dans sa mémoire cet effet qu’il a toujours eu sur elle. Car oui, dès qu’elle a posé ses yeux sur lui, elle a su qu’il changerait sa vie. Mais elle ne se doutait pas encore à quel point. Et peu importe les années qui se sont écoulées, il a toujours cette incidence sur elle, il lui coupe le souffle, l’empêche de penser correctement et il l’a toujours fait. Depuis le jour un. Les mois de séparation n’ont en rien altéré cette réalité. — Toi. C’est toi que je viens voir. Elle sent des reproches dans sa voix et elle ne peut pas le blâmer car c’est elle qui est partie du jour au lendemain, sans donner de nouvelles. C’est sa faute, à elle. Et elle prend le blâme sans dire quoi que ce soit. Elle sait pourtant, qu’elle avait ses raisons de disparaître comme elle l’a fait. Quand elle a eu son accident, c’est là que son problème lui a explosé en plein visage. Elle avait besoin d’aide, vraiment et seule, elle n’y arrivait pas. Son manager l’a pris en main, l’a aidé, mais il lui a également demandé de ne pas entrer en contact avec Gabe, car il savait, il a toujours su l’influence que l’un pouvait exercer sur l’autre. Ce n’était pas sa faute à elle, et d’une certaine façon, ce n’était pas non plus sa faute à elle, ils ont juste été pris au jeu des stress et des paillettes, mais surtout aux excès que cela propose. Ils ont été naïfs et se sont brulé les ailes, l’un comme l’autre, si bien qu’au final, ils ne se rendaient même pas compte du problème qu’ils pouvaient avoir. Elle avait besoin d’aide et s’est donc faite aider, elle en avait besoin pour elle, pour survivre, mais Gabe pourrait-il le comprendre si elle le lui explique ? Elle ne sait pas. — Tu as l’air en forme à ce que je vois. C’est dur pour elle de l’entendre lui parler avec tant de détachement. Parce que si elle pouvait avoir des doutes après tant de mois d’éloignement, elle en est sûre maintenant, ses sentiments pour lui sont toujours bien présents, toujours aussi fort. Mais s’il était trop tard . Elle sait qu’il est venu pour elle, il vient de le lui confirmer, mais s’il avait rencontré quelqu’un . S’il avait tourné la page . S’il venait simplement pour mettre au clair leurs relations, pour confirmer leur rupture . Elle sent une boule se fermer au creux de son estomac. Mais elle n’a plus le droit de dire quoi que ce soit pour le moment, car c’est bien de sa faute à elle, s’ils en sont là aujourd’hui. Parce que si elle a fui, elle l'a surtout abandonné lui. Elle entend ses mots et pourtant, elle a l'impression qu'il les prononcent sans vraiment la voir, parce qu'elle sait Lysa, qu'elle n'est pas en forme. Elle a des cernes sous ses grands yeux noisettes, elle a arrêté de prêter attention à son apparence. Elle est loin de la femme qu'il a rencontré il y a plusieurs années. Alors elle ne relève pas, parce qu'elle sait que son commentaire est ironique, qu'il fait juste remarquer le fait qu'elle est vivante, respirant et non victime d'un quelconque scénario grotesque qui l'aurait empêcher de prendre contact avec lui. Si tel avait été le cas, son comportement aurait pu être excusable. Peut-être. Mais ce n'est pas le cas. Elle prend enfin son courage à deux mains, relève le regard et se plonge dans la contemplation de Gabe. Elle détaille son apparence, remarque quelques mèches rebelles qu’elle voudrait repousser en arrière, elle remarque ses grands yeux clairs, cette carrure imposante qu’elle a toujours trouvée rassurante. Et finalement des deux, c’est lui qui semble s’en sortir le mieux. — C'est toi, qui a l'air en forme, qu'elle se contente de dire. Elle se sent nerveuse, parce qu’elle redoute ce qui va arriver, pourtant, elle sait que cela va être nécessaire, parce que cela fait déjà bien trop longtemps que les choses sont en suspens. — J’avais besoin de comprendre, voir de mes propres yeux la nouvelle Lysa. Nouvelle Lysa. Elle n'est pas sûre d'en être déjà là. Elle n'est plus ce qu'elle était, elle n'est pas ce qu'elle veut être. Elle est simplement perdue. Elle voulait être une artiste, être heureuse, et à un moment donné, elle a eu tout ça avant que tout ne s'écroule comme un château de cartes. Maintenant, elle n'est plus vraiment sûre de ce qu'elle veut, mais elle sait qu'elle y arrivera, elle a juste besoin de temps. Du temps pour retrouver ce qui la faisait vibrer, se retrouver elle-même et surtout, oublier ce qu'elle a vécu, oublier ce fond qu'elle a touché. — Je suis désolée... qu'elle commence par lui dire, car c'est quelque chose qui lui tient vraiment à coeur. — Et je le suis vraiment, tu ne mérites pas la façon dont j'ai agi.. Elle est sincère Lysa, parce que Gabe il est un pilier de sa vie, quelqu'un sur qui elle a pu compter, pourtant quand elle en a eu besoin, elle ne lui a pas laissé l'opportunité d'être là. — Mais j'ai failli tuer quelqu'un Gabe... qu'elle continue, se heurtant elle-même à la réalité de ce qui s'est passé. Se rappelant de cet accident qui aurait pu avoir une issue bien plus tragique. — Tout ça parce que j'étais complètement défoncée! et oui, la drogue a été bien trop présent dans son organisme pendant un certain temps. — J'avais besoin de prendre le temps pour moi, pour pouvoir me soigner.. Les images de son hospitalisation lui reviennent en mémoire, elle se souvient de la souffrance, d'à quel point ça a été compliqué, à quel point elle a eu plusieurs fois envie de tout abandonner. — Quand je suis sortie... j'avais beaucoup trop honte pour revenir vers toi, pas tout de suite.. Elle sent une douleur à la poitrine, alors qu'elle n'entend pas encore la réponse de Gabe. — Je suis perdue Gabe... et je sais que ça n'excuse rien, mais j'ai tout perdu et je ne sais plus du tout où j'en suis.. ou qui je suis.. qu'elle se contente de dire, en se rasseyant, enfouissant sa tête dans ses mains. Elle est fatiguée, parce que son esprit n'a de cesse de fonctionner, espérant trouver une réponse qui s'imposerait d'elle-même, essayant de se rappeler le moment où tout a dérapé.

_________________
maybe we’re just two stars born from different constellations, we were never meant to connect, oh, but how we tried, we reached, we screamed, we yearned, but it was never enough.
Revenir en haut Aller en bas
Gabe Kramer

Gabe Kramer


⋅ paper notes : 205
⋅ since : 04/02/2018

click down

- I said I'd catch you if you fall [gabe] Empty
MessageSujet: Re: - I said I'd catch you if you fall [gabe]   - I said I'd catch you if you fall [gabe] EmptyDim 27 Jan 2019 - 19:50

Gabe n’était pas venu ici pour lui faire des reproches, pour vider ce qu’il avait sur le cœur et ainsi se sentir mieux. Il était venu pour avoir des réponses, pour comprendre ce qu’il avait fait mal. Il savait qu’il ne sentirait pas mieux après avoir discuté avec elle. Il se doutait qu’elle en avait des choses à dire sur son compte. Gabe n’avait pas été le meilleur compagnon de route, compagnon de vie. Il l’avait pourtant aimé, sûrement trop fort, sûrement mal. D’ailleurs rien que le fait de la voir en face de lui n’était pas facile. C’était sa Lysa et en même temps ça ne l’était plus. Elle n’était plus celle qui partageait sa vie puisqu’elle était partie en emportant avec elle leur histoire, ses souvenirs et son cœur. Tout ce qui restait c’était des questions, des non-dits et surtout le silence. Gabe s’était retrouvé plus seul que jamais lorsqu’elle était partie. C’était comme s’il n’avait plus rien à quoi se raccrocher. Il s’était donc contenté de suivre la pente glissante sur laquelle il était. Usant et abusant de la drogue il avait fini par frôler la mort. Lysa ne semblait pas s’en douter, mais elle avait devant elle un nouvel homme. Il tentait de changer de vie, de changer de comportement parce qu’il avait enfin compris quelque chose : il n’avait pas envie de mourir, il avait envie de vivre. Gabe avait tenté durant des années de combler le vide qu’il ressentait en faisant mauvais choix sur mauvais choix. Il s’était senti presque libéré lorsqu’il avait senti son cœur l’abandonné dans cette chambre d’hôtel. Pourtant c’est juste avant de fermer les yeux qu’il avait réalisé qu’il n’avait pas envie de partir, de quitter cette vie. Par chance, Gabe s’était réveillé à l’hôpital avec une nouvelle chance de changer de vie. C’était pourtant plus difficile qu’il n’y paraissait et voir Lysa devant lui ne faisait que lui rappeler les erreurs qu’il avait fait. Il se demandait forcément ce qu’elle ressentait en le voyant. Est-ce qu’elle l’aimait toujours ? Est-ce que son cœur avait cessé de battre pour lui ? Il l’ignorait. La jeune femme était tellement nerveuse qu’il n’arrivait pas à livre sur son visage ce qu’elle pouvait ressentir. Cela le blessait puisqu’il avait pour habitude de savoir ce qu’elle pensait sans qu’elle n’ait besoin de parler. Gabe devait donc prendre conscience que la femme qu’il avait devant lui n’était peut-être plus celle dont il était tombé amoureux. Etait-ce une bonne chose ? Il n’en savait rien. Ce qu’il savait c’est qu’elle avait l’air plus en forme que lorsqu’elle était partie. Il savait que leur amour parfois trop intense et leur rythme de vie l’avait poussé dans ses retranchements. La jeune femme lui fit remarquer qu’il avait l’air en forme, il ne savait pas si elle était sincère ou ironique. « Si tu le dis.. » Lui répondit Gabe. Il savait qu’il n’était pas au meilleur de sa forme. Entre le fait de devenir sobre, de ne pas très bien dormir la nuit et de ne plus réussir à écrire il avait été en meilleur état. Gabe avait lancé la conversation en lui confiant qu’il avait besoin de comprendre, de voir devant ses yeux la nouvelle Lysa. La jeune femme semblait touchée par ses paroles et elle décida alors de s’excuser. Elle s’excusait d’être partie, elle pensait qu’il ne méritait pas qu’elle ait agit de la sorte. Le plus surprenant c’est que Gabe n’en était pas persuadé. Il pensait qu’il avait sûre-ment mérité cela puisqu’il savait qu’il ne l’avait pas toujours traité avec le respect qu’il méritait. Gabe restait silencieux l’écoutant parler. Elle semblait en avoir besoin. Soudain alors qu’il comptait lui dire qu’il le méritait sûrement Lysa lâcha une bombe. Elle avait failli tuer quelqu’un parce qu’elle était complètement défoncée. Elle avait donc décidé de s’éloigner, de prendre du temps pour elle afin de se soigner. Elle avait dû aller à l’extrême pour réaliser qu’elle avait un problème. C’était assez ironique lors-qu’on sait qu’il a dû expérimenter quelque chose de difficile aussi pour changer. Lysa lui confia ensuite que lorsqu’elle était sortie elle avait trop honte pour revenir vers lui. Lysa fini par lui confier qu’elle était perdue, qu’elle ne savait plus où elle en était. « Je ne suis pas venu ici pour des excuses Lysa, je ne suis pas venu ici te chercher, tu avais sûrement des raisons autre que cette tragédie pour ne pas m’appeler. » Lui confia Gabe avant qu’elle ne se sente pas prise au piège. Il savait bien que si elle ne l’avait pas appelé c’était également parce qu’elle avait besoin d’une pause dans leur drame. « J’ai pas été le plus stable des hommes, je ne t’en voudrais pas si tu avais voulu fuir cette relation. » Rajouta-t-il. Une des étapes du programme qu’il suivait était de prendre responsabilités de ses actes, c’est donc ce qu’il essayait de faire avec elle. C’était difficile parce qu’il l’aimait encore, mais il essayait de respecter le fait qu’elle était partie. Il savait également qu’il ne méritait sans doute pas une seconde chance. Lysa devait prendre le temps de se reconstruire et il ne savait pas s’ils avaient encore quelque chose à vivre ensemble. Gabe était lucide sur le fait qu’ils étaient peut-être dangereux l’un pour l’autre. Gabe fini par lui dire : « Ironiquement je comprends ce que tu veux dire. J’ai moi-même dû expérimenter un événement pour être sobre. » Il sortit son jeton comme pour lui donner la preuve. Il savait que sinon Lysa ne le croirait sûrement pas. Il était sans doute encore plus accro qu’elle à l’époque et il avait refusé de réduire sa consommation les rares fois où elle lui avait demandé. Pour autant, Gabe ne se sentait pas prêt pour lui avouer tout ce qui s’était passé. Il tenait simplement à partager le fait qu’il l’a comprenait.

_________________

We can breathe, and be in the same world. You live in me and it still hurts but I won't cry anymore. You return to them and I return to you. Again, my friend, there's nothing I can do 'cause I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


click down

- I said I'd catch you if you fall [gabe] Empty
MessageSujet: Re: - I said I'd catch you if you fall [gabe]   - I said I'd catch you if you fall [gabe] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 - I said I'd catch you if you fall [gabe]
Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side.-
Sauter vers: