fermeture du forum.
-32%
Le deal à ne pas rater :
-80€ sur l’aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V9
169.99 € 249.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 you take me higher (alexei)
Aller en bas 
Salina Dust

Salina Dust


⋅ paper notes : 214
⋅ since : 28/11/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: alba, alma, lyle, kit.

you take me higher (alexei)  Empty
MessageSujet: you take me higher (alexei)    you take me higher (alexei)  EmptyMer 28 Nov 2018 - 21:41

Elle frotte son bar avec aigreur, le sourire envolé, balayé par le fruit inexistant de son dur labeur. Le manager la regarde, insistant. D’un signe de ses index, il lui indique qu’elle a plutôt intérêt à étirer ses lèvres rosées au risque de s’attirer les foudres du patron, du grand manitou. Elle lui adresse un rictus ironique, insolent alors que son chiffon pourrait partir en fumée tellement elle s’obstine à faire briller le bois. Elle faisait moins la maline quand elle était sur scène, à onduler sur la barre comme un serpent au bout d’un bâton. Aujourd’hui, elle se dit qu’elle n’a plus rien à perdre et bizarrement, ça lui donne des ailes. Elle se dissimule derrière son visage de poupée et ses airs de fausse américaine – blasée, vulgaire, cynique. C’est pas elle, tout ça. Et parfois, elle se perd tellement dans son rôle qu’elle fait rouler sa langue au rythme de la Californie. Les gens trouvent son accent chelou, mais personne n’ose l’ouvrir. Tout le monde sait qu’elle est à fleur de peau et qu’elle n’attend que ça – l’étincelle pour tout faire péter. La dispute dans laquelle elle pourrait se défouler. Alors, on lui fout la paix. On lui laisse un passe-droit en l’honneur de ses bons et loyaux services, quand elle faisait bander les truands et bégayer les puissants. C’était quelqu’un, avant, Salina. On reconnaissait son regard aguicheur et sa chute de reins. Aujourd’hui, elle n’est plus rien. Un souvenir. Un écho d’autrefois. Une étoile qui ne brille pas. – Bouge-toi, il y a la table du fond qui t’attend. C’est des habitués, donc sois mignonne, pour une fois. Il s’abstient de mettre le feu aux poudres et de terminer sa phrase. Mais il le pense si fort qu’elle n’a pas trop de mal à deviner le fond de sa pensée. Elle lui adresse un énième sourire teinté d’hypocrisie, puis elle s’élance, son plateau chargé de vices à bouts de bras. Elle se fraye un chemin parmi les hommes. L’amour rend aveugle. Le sexe redonne la vue. Ils observent et ça l’intrigue, Salina, de se retrouver de l’autre côté. ses yeux sont rivés sur la danseuse qui se dénude sur la scène et sous la lumière peu flatteuse des néons. l'ombre d'une seconde, salina s'imagine lui retirer le peu de vêtements qu'il lui reste pour torturer sa peau de ses dents désireuses et de ses ongles en manquent de chair. témoignage d'une frustration, celle de n’avoir pas fauté depuis trop longtemps. Celle de penser à lui chaque fois qu’elle met les pieds au boulot. Ouais, ça pue la décadence par ici. Et ses traits enfantins dénotent avec l’ambiance qui se dépeint entre les hanches qui se déroulent et les billets qui volent. Alexei. Ça tourne en boucle dans son esprit. putain de pensée assassine qui résonne lourdement en elle. pensée volatile qu'elle balaye du revers de la main. non, elle n'est pas comme toutes ces femmes en mal d'amour. non, elle n'est pas faible.  Et non, il ne lui manque pas. Que des mensonges qu’elle se répète depuis qu’elle a quitté le désert américain. Des histoires qu’elle se raconte pour ne pas vriller, pour ne pas sombrer. Mais il y a cette putain de voix qui revient à chaque fois. Celle qu’elle pourrait reconnaitre entre mille et qui ne veut pas lui foutre la paix. Elle cligne fort des yeux à plusieurs reprises, l’air de dire : « reviens à toi, reviens à toi », mais elle n'est pas perdue dans ses souvenirs. Et quand elle réalise qu’il est bien là, elle manque de manger le sol. L’alcool avec. Ses prunelles décortiquent les silhouettes et soudain, elle le devine parmi d’autres gaillards déjà bien éméchés. Ils se bousculent et se déplacent au gré de leur alcoolémie et très vite, l’image devient plus claire. Lui, assis sur son fauteuil comme le roi déchu de son cœur qu’il est, une des filles du club postée sur ses genoux. Elle, le cœur éclaté à bout portant, saigné à blanc par une scène qu’elle trouve insurmontable. Salina étouffée par une jalousie maladive qu’elle ne parvient pas à dissimuler. Ça lui donne la gerbe. Des haut-le-cœur abominables qui brûlent dans sa poitrine. Comme si ces derniers mois n’avaient jamais existés. Comme si elle avait toujours le droit de se l’approprier. Alors, elle fonce, la gamine. Tête la première, comme une fusée. – Tiens ton verre et je te remercie pas pour les morpions, Alexei. Elle fait claquer le verre contre la table à en reverser la moitié de liqueur. Et elle ne lui adresse pas un regard, de peur de tanguer, de perdre pied. Tout ce qu’elle veut c’est que l’autre dégage. Qu’elle se casse. Loin de lui. Loin de celui qu’elle a aimé. Mal aimé. Et elle réussit son coup minable, la gosse. La danseuse se tire, le dégout à peine masqué sur son visage peinturluré. Victoire. Elle s’en frotte les mains, Salina, alors qu’elle termine de distribuer les verres.
Revenir en haut Aller en bas
 
 you take me higher (alexei)
Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: