fermeture du forum.

Partagez
 
 unspoken rules (ryn)
Aller en bas 
Nick Mun

Nick Mun


⋅ paper notes : 194
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address: #042, west side.
contact book:
availability: (closed) ryn, ivy, ophelia.

unspoken rules (ryn) Empty
MessageSujet: unspoken rules (ryn)   unspoken rules (ryn) EmptyVen 23 Nov 2018 - 19:07

Loin du studio mais trop près de son ordinateur. Il est éteint, pour l’instant.  Il ne l’approche même pas, Nick – la porte de son bureau est verrouillée et la clé, sagement posée sur l’étagère de son salon. Une étagère qui croule sous les bouquins d’Histoire et des piles de feuilles volantes. Des piles qui, quelques heures plus tôt, étaient parfaitement alignées, triées et rangées.
Une paire de mioches hyperactifs les ont dérangé. Les ont détaillé, les unes après les autres. Des dessins, griffonnés à la main. Des croquis de gens, de vêtements, d’armes et surtout de vaisseaux spatiaux. Des modèles bigarrés à la géométrie aléatoire que les gosses se sont amusés à reproduire. Il devrait les jeter, Nick – les dessins, pas les gosses – parce qu’il n’a aucune raison de s’accrocher à des vieilleries qui lui arrachent aujourd’hui des grimaces écoeurées. Il ne s’en sépare pas, pourtant. Peut-être parce qu’ils lui rappellent ce qu’il a été, dix ans, vingt ans plus tôt. Un jeunot avec  une myriade d’idées emmêlées à ses neurones et ses synapses. Un jeunot qui a eu peiné à les transmettre, au début. Qui excelle désormais. Un nom que l’on connaît et reconnaît dans le milieu de l’art conceptuel. Un nom qui a pourtant quitté les hautes sphères du gaming pour se tourner vers les indépendants et les projets innovants. Lassé par le générique, épuisé par les esquisses enchaînées dans le vide. Il est rentré à la maison et, là-bas, a retrouvé un havre de paix en plus d’une passion perdue.
Une passion à sens multiples – un murmure, de la part de son téléphone qui vibre et du prénom qui s’affiche. Mais Nick soupire simplement, le visage entre les mains. Il n’ose pas lever les yeux vers le carnage qu’est devenu son salon – il n’essaye pas de les ouvrir, à dire vrai. Eun-soo s’est invitée chez lui quelques heures plus tôt, flanquée de ses deux marmots. Une réunion d’affaires urgente, sa voisine absente et son frangin, présent.
Ils les aiment, ses neveux. Lorsqu’ils sont tranquilles. Lorsqu’ils dessinent, un sourire aux lippes. Lorsqu’ils dessinent avec des crayons de seconde main sur des feuilles d’imprimante. Ses carnets Moleskine et ses feutres Posca sont rangés à l’abri des petites mains curieuses.
Il se redresse lorsqu’on toque à la porte. Coup d’œil à l’horloge – vingt-et-une heures. Et puis, un regard qui s’accroche au tapis qui déborde de jouets et à la table basse où trône encore les restes des pâtes qu’il a cuisiné. Il se faufile entre les legos et file jusqu’à la porte d’entrée qu’il ouvre à la volée.
Trop vite, peut-être.
Les mains de Nick se glissent dans les poches de son jogging étroit alors que ses yeux s’accrochent à ceux de Ryn. Il hésite. Est-ce qu’il doit simplement la saluer ? Est-ce qu’il doit l’étreindre comme il le ferait avec un ami ? Ou est-ce qu’il doit lui pencher la tête sur le côté pour mieux l’embrasser ? Une hésitation qui ne dure qu’une fraction de seconde.
Nick s’écarte simplement de la porte pour mieux la refermer derrière elle. « So, what do you need help with? » Il se résout finalement exhiber une attitude nonchalance. Et pourtant, c’est son regard qui flambe.
Son regard qui brûle et qui remontent le long de ses jambes galbées jusqu’à s’arrêter à l’ourlet de sa robe. Une question qui le hante – un et si ? qui s’envole parce qu’ils ne sont pas au studio, ni même contre un bureau.
Il secoue la tête dans un soupir et se rend jusqu’à sa cuisine, sans l’attendre. « Do you want something to drink before we get down to business? »
Une question innocente aux courbes indécentes. Une question qu’il ne sait toujours pas s’il doit regretter ou non.

_________________
—It doesn't take much for someone to shut you down.


Dernière édition par Nick Mun le Dim 25 Nov 2018 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryn Malone

Ryn Malone


⋅ paper notes : 266
⋅ since : 06/07/2018

click down

- getaway car.
address: ✬
contact book:
availability: closed (leo, nick, nora)

unspoken rules (ryn) Empty
MessageSujet: Re: unspoken rules (ryn)   unspoken rules (ryn) EmptyDim 25 Nov 2018 - 14:49

Sa chaise est vide depuis quoi, deux semaines. Les responsabilités, sont elles, divisées. Quelques-unes lui sont retombées dessus, bien entendu, en tant qu'assistante. Des petites épaules qui n'aiment pas particulièrement gérer une telle pression. Pas certaine qu'elle soit à la hauteur non plus. Légitime. Elle qui se pensait toujours en phase d'apprentissage. Un bras droit, rien de plus. Après tout, elle n'a pas fait d'études pour ça. Contrairement à la majorité des personnes présentes ici. Un studio à l'équipe jeune et dynamique. Composée, comme on s'en doute dans un milieu comme celui-ci, exclusivement d'hommes. Pas que ce soit un problème pour la jeune femme. Mettre les pieds dans le plat et jouer des coudes, c'est un peu sa spécialité, après tout. Toutefois, elle a déjà hâte que de Dae-won reprenne son poste, à ses côtés. Un souhait sans arrière-pensées, qui ne veut rien dire de plus. Qui cherche-t-elle à convaincre ?
I'm quite busy at the moment but if it's important, just drop by my place tonight. Ça n'a clairement rien d'important. A vrai dire, l'approbation, elle pourrait l'obtenir par mail. Un simple échange virtuel aurait sans doute suffit. En 2018, les technologies nous offrent d’innombrables alternatives afin de rester isolé. Du haut de ses vingt-cinq ans, elle ne peut feindre une telle connaissance. Elle est par définition, une énième représentation de la génération y. Quand elle a initié cette rencontre, armé du plus beau prétexte, elle s'attendait néanmoins à des discussions techniques autour d'un café. Un cadre neutre aux semblants professionnels, pour ne pas les dépayser. Ils ne se sont jamais fréquentés en dehors du bureau. Le simple fait de parquer sa voiture devant sa résidence, n'est pas conforme. Une opposition à laquelle ils se retrouvent véritablement confronté, quand Ryn apparait dans l'encadrement de sa porte. Le malaise s'installe très rapidement. Saluer quelqu'un n'aura jamais été aussi embarrassant. C'est à se demander comment ces deux-là, ont pu, maintes et maintes fois, être érotiquement compatibles. Aurait-elle trouvé le turn-off de leur relation ? Bien au-delà des chaussettes au lit, des manies comme ne pas remettre la cuvette des toilettes en place. Pour eux, c'est plus irréfutable que ça. C'est une question d'espace. Charnels au bureau, uniquement au bureau.
Help with ? Et c'est de cette façon que Ryn en oublie l'objet de sa venue. Maladroitement, elle extirpe l'ordinateur minutieusement rangé dans son sac. Alors que sa silhouette disparait un instant. Le temps de déglutir, au son de quelques mots, qu'elle ne soupçonne pas implicites de sa part. Down to business. Mais bien mal interprétés par son esprit tordu. « No thank you, i'm good. » Elle avance à tâtons dans l'appartement de ce dernier. Se dirige vers la table basse sans trop savoir si c'est une bonne idée. Elle a l'impression de s'imposer en terre inconnue. « I need your notes on some ideas and visuals, that's all. » Son regard se perd dans une tonne de fichiers mal organisés. Puis, sur des dessins, qu'elle vient d'écraser en s'installant. Ou plutôt, des gribouillis. Des gribouillis d'enfants ?! Ou est-ce qu'il a perdu tout son talent en l’espace de quelques jours ?
Revenir en haut Aller en bas
Nick Mun

Nick Mun


⋅ paper notes : 194
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address: #042, west side.
contact book:
availability: (closed) ryn, ivy, ophelia.

unspoken rules (ryn) Empty
MessageSujet: Re: unspoken rules (ryn)   unspoken rules (ryn) EmptyDim 25 Nov 2018 - 21:15

C’est une mauvaise idée, songe-t-il alors qu’il allume sa bouilloire avant de jeter un sachet de thé dans une tasse. C’est une mauvaise idée depuis qu’il n’a pianoté sur l’écran de son téléphone, quelques heures plus tôt. Mais c’est trop tard, aussi – il ne peut plus reculer, il ne peut pas remonter dans le temps. Mais Nick, l’esprit ailleurs lors de leur échange téléphonique, ne le réalise qu’à l’instant. Ne l’a réalisé que lorsqu’elle a franchi la porte de son appartement, un sac sous le bras.
Nick lui tourne le dos mais il l’entend, pourtant. Il l’entend fouiller dans ses affaires alors qu’elle se faufile jusqu’à son salon. Démarche étrangère, présence qui l’est encore plus. Nick aurait dû lui proposer de faire un détour au studio. De la rejoindre, à la place qu’elle le rejoigne. Plutôt que de lui offrir un champ miné de jouets et de crayons usés, il – ils se seraient retrouvés sur un terrain connu, vu et revu. Usé aussi, dans un sens. Usé, parce qu’ils s’y sont épanchés. Parce qu’ils s’y sont enlacés, sans arrières-pensées. Une habitude qui s’est formée sans qu’il ne le réalise. Une habitude dont il n’a réalisé l’existence qu’à partir du moment où elle s’est achevée, deux semaines plus tôt. Un arrêt maladie imposé plus qu’apprécié. Son travail lui manque. Ses collègues lui manquent. Ryn lui manque. Des mots qu’il efface et une pensée qu’il chasse avant qu’elle puisse être formulée. Ce n’est qu’une habitude parmi tant d’autres – une habitude, se répète-t-il en versant l’eau bouillante au fond de sa tasse qu’il remue par automatisme.
Malgré tout, cette pensée s’esquisse d’elle-même le long de ses synapses. Une pensée qu’il corrige – ce n’est pas Ryn qui te manque, c’est le creux de ses reins. Ça, et les marques violacées laissées par ses lèvres, ses dents, sa langue – par sa bouche dont il a déjà oublié le goût. Toutes effacées, aujourd’hui. Nick secoue la tête, un juron ennuyé au bord des lèvres. You’re as emotionally stable as a teenage boy, Nick. It's pathetic. Mais à la place, c’est sa tasse qu’il empoigne alors qu’il se retourne enfin. Qu’il s’avance, jusqu’au salon. Qu’il pose son regard sur Ryn et qu’il trébuche sur un jouet, au même instant. Maladroit, dans tous les sens du terme. De sa main libre – la gauche, celle qu’il est censé ménager – il ramasse des feuilles volantes et une poignée de stylos qui traînent encore sur le canapé. « I apologize for the mess. » Souffle-t-il en déposant la paperasse encrée et sa tasse sur un coin de la table basse, à l’écart de l’ordinateur. « Kids barely left. I didn’t have time to clean up. » Les rejetons de sa jumelle. Les petits monstres. Il ne le précise pas, Nick – pour lui, ça coule de source. Une évidence parmi toutes les autres qu’il imagine être de notoriété publique. Qui l’est, peut-être, auprès des fans les plus hardcore de son grand frère. Des curieux, des fouineurs qui se sont déjà pointés jusqu’à chez lui, une flopée de questions indécentes peintes sur les lèvres. Nick ne l’a jamais envié – il n’a pas les épaules pour supporter les affres de la célébrité, de toute façon. Il n’a pas les épaules pour présenter ses propres travaux aux conventions de gaming non plus, d’ailleurs. Mal à l’aise avant même qu’une foule ne pose les yeux sur lui. Mal à l’aise à l’instant, aussi, alors qu’il s’installe à côté de Ryn. Que sa cuisse effleure la sienne dans un geste qui ne lui paraît pas si imperceptible que ça.
Nick se racle la gorge avant d’enfiler ses lunettes et de ramener l’ordinateur jusqu’à ses genoux. « I’ll check it out but if you followed my instructions, it must be good. » Lâche-t-il en s’adossant dans le canapé. Son regard, il le rive sur l’écran.
Son regard, il évite le sien sans qu’il ne le réalise.
Get a grip, Nick.

_________________
—It doesn't take much for someone to shut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Ryn Malone

Ryn Malone


⋅ paper notes : 266
⋅ since : 06/07/2018

click down

- getaway car.
address: ✬
contact book:
availability: closed (leo, nick, nora)

unspoken rules (ryn) Empty
MessageSujet: Re: unspoken rules (ryn)   unspoken rules (ryn) EmptyDim 25 Nov 2018 - 22:43

Il apporte des réponses à ses questions. Mais elle regrette instantanément qu'il n'en soit pas autrement. Kids ? Not even singular, but plural, meaning, more than one ? How ? La pire des deux options possibles. Parfois, Ryn, elle oublie son âge. Les nombreuses années qui les séparent. Elle a toujours fréquenté des hommes plus vieux qu'elle au fond. Même si, aussi vieux, c'est une première. Enfin, pas qu'ils se fréquentent, fréquentent. Still weird. Mais c'est une réalité qu'on observe rapidement quand on se penche sur ses déboires sentimentaux. Les garçons de son âge ne l'intéressent guère. Manque profond de maturité, des comportements puérils, enfin, des guerres intérieures sans date de péremption et plus qu'ordinaires. Ryn n'a pas envie de jouer à la mère. Encore moins de leur apprendre comment fonctionnent les femmes. Elle leurs laisse, à toutes les filles qui convoitent ce genre d'importance. Ceci étant dit, elle n'est pas à l'abri des obstacles avec des hommes plus mûrs non plus. C'est, disons, une toute autre forme de complexité.
Ici par exemple. L'hypothèse qu'à son âge, en effet, il puisse avoir des enfants. Peut-être même qu'il était marié, ou peut être l'est-il toujours. L'absence d'une alliance n'est pas une preuve suffisante. Son sur-investissement professionnel cependant, dénonce une contradiction. C'est la difficulté la plus récurrente. Des bagages. Quand à vingt-cinq ans, il est possible d'en dénombrer déjà suffisamment, imaginez le résultat avec - presque mais pas totalement - le double d'années. Mais des enfants ? Un signal d'alarme pour Malone. Elle agrippe un premier dessin, sur lequel elle était assise. Un sourire crispé s'affiche sur sa façade. « For a second I thought you've lost your skills in the process..  » Wouldn't be so terrible compared to the truth ? Elle dépose les œuvres d'art sur d'autres, sur le canapé. Tandis qu'il s'installe à ses côtés. D'une proximité familière, bien que totalement décontextualisée. Dans d'autres circonstances, elle aurait frissonné. Puis, elle aurait probablement fait danser ses phalanges contre son cuir chevelu, entre deux baisers et deux étreintes. C'est de toutes autres pensées qui viennent pervertir son esprit cependant. Ryn n'arrive pas à décrocher l'image qu'elle vient de créer. Lui, des enfants accrochés aux bras. Dae-ddy ? « Kids huh ? » Elle regrette déjà cette question sans véritable structure. Pour plusieurs raisons. Premièrement, est-ce que cela la regarde ? Non. Deuxièmement, est-ce qu'elle souhaite réellement en connaitre la réponse ? Pas vraiment. « Nevermind. » Elle se redresse légèrement, ce qui implique un petit décalage de ses jambes. Assez mince pour que cela se remarque. Qu'elle fuit déjà. Naïve. Elle replace ses mèches de cheveux derrière son oreille avant d'ouvrir le fichier informatique qu'elle cherchait. « There it is. » Annonce t-elle, brusquement, en tournant l'écran de son côté. « I did my best, I guess. » She's still not as confident in her work than in her daily life. Or still not as confident with him than with other, especially right now, here. S'il évite son regard, celui de Ryn est furtif mais, pour sûr elle l'observe. Toujours troublée par une représentation peu idéale. Une chose est sûre, elle risque de ne plus jamais rire avec Nora au sujet de ses utilisations moqueuses du terme sugar daddy.
Revenir en haut Aller en bas
Nick Mun

Nick Mun


⋅ paper notes : 194
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address: #042, west side.
contact book:
availability: (closed) ryn, ivy, ophelia.

unspoken rules (ryn) Empty
MessageSujet: Re: unspoken rules (ryn)   unspoken rules (ryn) EmptyMar 27 Nov 2018 - 18:19

Son regard évite le sien mais son regard, il accroche sa silhouette. Il retient son souffle, Nick. Il étouffe cette envie animale qui cherche à s’installer au creux de ses tripes – cette envie qu’il excuse par la tension qui lui mine les muscles et les tendons. Par ce stress qui le boulotte. Qui le dévore simplement un peu plus, depuis ce soir-là. Depuis cet échange par messages interposés, quelques heures plus tôt. Des sous-entendus qui l’ont inquiété – qui l’inquiètent encore – et la possibilité qu’il y en ait d’autres. Les jeunots, qui composent l’équipe de développeurs du studio. Les étudiants, qui parcourent autant les jupes des filles que les bancs des amphis. Les garçons, dans la rue, silhouettes anonymes dépourvues de rides. Tous plus jeunes, tous plus beaux. Des pensées qui s’étiolent dès lors qu’il retrouve ses esprits. Qu’il retourne sur le bon chemin – l’accord tacite, l’alliance dépourvue de conditions. Ils ne sont pas exclusifs.
Ce n’est qu’un truc, un instant qu’ils partagent au boulot. Il se fait des idées, Nick. Il voit plus grand que ce que la réalité dépeint en réalité – des rêves d’artistes, tous plus gargantuesques les uns que les autres. Ou plus simples, aussi – peut-être aime-t-il tout simplement un peu trop les jolies blondes. Ça bouillonne, au-dedans. Et pourtant, c’est la tranquillité qu’il s’efforce d’afficher dans un roulement d’épaules nonchalant face à sa remarque. Un sourire, aussi. Comme s’il pouvait perdre, ne serait-ce qu’une seconde, tout ce pour quoi il a travaillé. Toutes ces années à griffonner, à rater, à recommencer, à insister. Des efforts qui ont fini par payer, au prix d’un poignet enflammé. Ça aurait pu être pire. Ça peut toujours être pire. Comme l’écart imperceptible qui se creuse, au fond du canapé. Nick, il arque un sourcil à sa question dont le sens lui échappe. C’est évident, pour lui – le fait de garder les marmots de sa sœur. De sa jumelle, qu’il ne qualifie pourtant jamais comme telle. Une autre évidence flagrante qui ne saute pourtant qu’à ses propres yeux. « Kids, yeah. » Répond-il dans un roulement d’épaules alors que son regard interloqué croise le sien. Il n’a pas le temps de s’y perdre plus longtemps qu’elle lui arrache l’ordinateur des mains. Qu’elle le tourne vers elle, qu’elle fouille elle-même. Une brusquerie qui le prend au dépourvu. Mais Nick ne dit rien et s’enfonce simplement un peu plus au fond de son canapé.
Il s’éloigne, sans le vouloir. Et lorsque Ryn – un prénom qu’il a répété sous toutes les intonations – tourne enfin l’écran vers elle, Nick réajuste ses lunettes. Elle est rude, Ryn. Raide, aussi. Comme les traits de ses dessins, qu’il étudie. Œil expert qui s’y focalise pour ne pas se perdre dans les méandres de pensées embourbées dans le ridicule. Get a grip, Nick. Un adage qu’il répète dans le vide. She’s probably not even interested anymore. Why would she? « I have nothing to say about your work. It’s flawless. » Ou plutôt une façon de couper court à la discussion. En vérité, les ombres sont trop marquées. Les couleurs, trop éclatantes. Des détails qu’il pourrait corriger lui-même, à l’instant. Des détails qu’il ignore alors qu’il pose à nouveau l’ordinateur sur la table basse. Dans un même mouvement, il attrape sa tasse de thé d’une main droite maladroite. « Was there something else? » Demande-t-il finalement. Pourtant, c’est une autre question qui lui brûle les lèvres. Une question qu’il n’ose pas formuler.
What did I do wrong?

_________________
—It doesn't take much for someone to shut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Ryn Malone

Ryn Malone


⋅ paper notes : 266
⋅ since : 06/07/2018

click down

- getaway car.
address: ✬
contact book:
availability: closed (leo, nick, nora)

unspoken rules (ryn) Empty
MessageSujet: Re: unspoken rules (ryn)   unspoken rules (ryn) EmptyVen 30 Nov 2018 - 19:58

Kids, yeah.
Il est si calme dans ces propos. Placide à en faire peur. Comme si, ce mot, enfant, n'avait rien d'alarmant pour lui. Quand pour Ryn, c'est plus strident qu'un signal sonore d'incendie. Peut-être que cela est dû à son jeune âge, à sa génération d'incompétents – ou d'irresponsables - ou encore son profond malaise face aux nombreux dictats de la société dans ce domaine. Une nouvelle piqure de rappel, des années qui les séparent. Qu'est-ce que ça peut bien te faire ? Comme si ça avait une quelconque légitimité dans sa situation. Qu'importe, s'il a des enfants ! Après tout, quel est le problème ? You're just his assistant Ryn. Shagging assistant is a whole damn thing. An old thing actually. Wait… so. That's it ? I'm just a fucking cliché now ? Les débats intérieurs, de l'extérieur, c'est amusant. Des expressions perplexes en cascade. La tête totalement ailleurs, suffisamment pour ne pas entendre le début de son rapport, juste la fin, un mot parmi d'autres. Et quand il porte ses lunettes, ça a l'effet d'une tenue de pompier sur la jeune femme, allez savoir pourquoi. Tout s'entrechoque. Des contradictions, tiraillés entre ses désirs et ses craintes. At least, my work is good. Même si elle reste sur les réserves. C'est expéditif. Bien trop venant de Mun. Il a souvent plus de choses à redire à ses collègues, c'est mieux construit d'habitude. Elle n'est surement pas mieux qu'eux, il doit bien pouvoir y redire quelque chose. Dis quelque chose, oui, pour combler les silences et le malaise qui plane un peu, au-dessus de leurs têtes. « Are you sure ? You can be harsh with me you know. » Et non, rough. Visiblement très inapproprié. « I can hear anything, but if you have time, of course. And no, I don't see anything else. » Il attrape sa tasse de thé et elle regrette déjà avoir refusé un verre tant c'est douloureux de déglutir à cet instant.
Ryn en profite pour observer l'environnement dans lequel elle se trouve quelques minutes. Environnement dans lequel elle commence un peu à s'agiter, comme une bête apeurée, en terre inconnue. Elle joue avec ses doigts, à défaut de faire mieux. Scrute et analyse. Elle s'aperçoit aussi qu'elle est toujours plantée dans son canapé alors qu'elle semblait dire qu'elle en avait terminé. Est-ce qu'elle devrait se redresser ? C'est si particulier, ce malaise qui s'installe entre eux deux. Si déconcertant. « Sorry, I shouldn't have come here for this. Next time I will email you everything. » Alors, la jeune femme récupère enfin sa machine afin de la ranger dans son sac. « Playing the dad is already plenty of work. I guess I understand now why you said your life was boring. » Un dernier point qu'elle regrette instantanément. « I mean ! Not that I find your life boring, or having kids boring. » Oh god. Really Ryn ? Clumsy and kind of hypocrite. Kids is not your thing. « That's not what I meant, at all... and I should definitely go now. » Cours oui, cours le plus rapidement possible. Sans piétiner un autre dessin d’enfant ou que sais-je encore. Ta carrière professionnelle peut-être ? Il est surement temps de se reconvertir, dans un domaine qui ne nécessite aucun tact, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Nick Mun

Nick Mun


⋅ paper notes : 194
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address: #042, west side.
contact book:
availability: (closed) ryn, ivy, ophelia.

unspoken rules (ryn) Empty
MessageSujet: Re: unspoken rules (ryn)   unspoken rules (ryn) EmptyLun 3 Déc 2018 - 20:25

Elle peut tout entendre – pourtant, elle ne veut pas tout entendre.
Nick se mord la lèvre, incapable de savoir par où commencer. Ni comment. Ni quoi dire, d’ailleurs. Il soupire et remonte une nouvelle fois ses lunettes sur son nez pour occuper ses mains crispées. Son poignet gauche le lancine, comme tous les soirs – une souffrance à la limite de l’imperceptible, endormie par les prescriptions de son médecin. Une affliction qui se réveille dès qu’il attrape un crayon. Il l’a ignoré, au début. Il s’en ait moqué, persuadé qu’elle s’effacerait d’elle-même au bout de quelques semaines. À la place, son corps l’a rappelé à l’ordre – ses excès, aussi ennuyants soient-ils, ne sont pas exempt de conséquences. Tendons enflammés, doigts paralysés.
Une sentence qui, non contente de l’amputer de son métier, l’a aussi réveillé. Nick, il s’est embourbé dans un terrain inconnu. Aveugle aux solutions, il préfère s’y enliser un peu plus alors qu’il s’emmure dans le silence. Qu’il regarde Ryn, du coin de l’œil, détailler son appartement. L’inconnu, pour elle aussi. Et ça s’emmêle, dans son crâne. Toutes les choses qu’il a faites, toutes celles qu’il aimerait faire et toutes celles qu’il ne fait pas – toutes les mêmes, toutes semblables, toutes indissociables. Une seule constance, parmi elles – son assistance. Aussi gênée que lui, en proie à un malaise qu’ils ne nomment pas mais dont l’identité s’inscrit en lettres de feu sur son esprit. Amants – pas tout à fait. Pas à l’instant, alors qu’il touille son thé d’un côté du canapé alors que de l’autre, Ryn range son ordinateur. Il hoche la tête à sa proposition, bien qu’il songe à toutes les autres options possibles. À celle qu’elle revienne, ici. À celle qu’il passe au studio, ne serait-ce que pour suivre l’avancée du projet. Des options qu’il ne formule pas à voix haute. Nick n’en a pas le temps – Ryn l’en empêche, lorsqu’elle se redresse. Lorsqu’elle lui souffle ses suppositions.
Nick pose sa tasse de thé sur la table basse avant qu’il ne la lâche sous l’effet de la surprise. Ça ne lui ressemble pas – d’ordinaire, il détonne pour sa tranquillité exacerbée par des années à relativiser. Il rêve de jolies choses, Nick, et pourtant, ses pieds ne se décrochent pas du sol. Ennuyant, comme elle le souligne. Ennuyant depuis qu’il a commencé ses études, à dire vrai – alors que son frangin profitait des bienfaits de la célébrité, Nick passait ses soirées à griffonner sur des feuilles de papier. Mais au lieu d’une grimace, c’est un sourire piteux qui se dessine sur ses lippes. « That’s the thing, Ryn. » Commence-t-il en penchant la tête sur le côté. « I’m playing the dad but... » Il hausse finalement les épaules. « Nevermind. You’ll figure it out on your own soon enough, I guess. » Qu’il n’en est pas un. Que cette idée, aussi cohérente paraît-elle, ne correspond pas à son rythme de vie. N’y correspondait pas, jusqu’à ce qu’un congé maladie lui tombe sur le coin de la gueule et que sa sœur en profite pour le proclamer babysitter officiel de ses marmots. Il pourrait le préciser lui-même, Nick – lui dire que ce n’est qu’un vaste malentendu. L’effacer, de quelques mots. Son malaise l’en empêche.
Il se redresse, après elle.
Et lorsqu’elle atteint la porte d’entrée, ses doigts s’enroulent autour de son poignet. Courant électrique qui ravive ses neurones et ses souvenirs d’un temps où tout était plus simple. Où, au lieu de subir les affres de l’embarras, ils se satisfaisaient tous les deux d’une étreinte. « Wait. » Attends, mais quoi ? « I’ll drop by the studio once a week from now on. It’ll be easier for both of us. If that’s alright with you, of course. » Souffle-t-il alors que ses doigts remontent le long de sa peau sans parvenir à s’en détacher. Malgré sa rudesse maladroite, elle est douce, Ryn.
Enfin, sa peau l’est.
C’est une mauvaise idée et même s’il le sait, il n’a pas pu s’empêcher de la proposer. Nick soupire finalement en reculant d’un pas.
Et maintenant, quoi ? À nouveau, il hésite. À nouveau, il enfonce ses mains dans les poches de son jogging sans savoir comment la saluer.

_________________
—It doesn't take much for someone to shut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Ryn Malone

Ryn Malone


⋅ paper notes : 266
⋅ since : 06/07/2018

click down

- getaway car.
address: ✬
contact book:
availability: closed (leo, nick, nora)

unspoken rules (ryn) Empty
MessageSujet: Re: unspoken rules (ryn)   unspoken rules (ryn) EmptyMer 5 Déc 2018 - 21:19

That's the thing, Ryn. Un prénom si sucré au son de sa voix, qu'elle n'a pas pour habitude d'entendre ainsi, pourtant. Un prénom qui complète le sien à la perfection. Dae-Won, Ryn, the dream team. Une dénomination qui interroge tant. S'agirait-il d'un prénom masculin ? D'un diminutif ? De Ryan à Kathryn. It's just Ryn tho. Une signification vaporeuse. Pour ce qui est de l'origine, parait-il que ça vient d'à côté. Hello Wales people. Référence à un certain langage celtique. Tout ce qu'on sait de ce choix, c'est qu'il a été réfléchi, lui. Que ses parents avaient une affection certaine pour cette prononciation, aussi douce qu'assurée. Fierce, but still running away at the moment.
What will she figure out exactly ? Not where she stand in this "relationship" that's for sure. Elle n'aurait jamais dû initier ces retrouvailles, bancales depuis le début. Blâmons cet environnement peu habituel, pour la peine. Lever le voile du mystère, on pense ça si palpitant et enivrant, jusqu'à découvrir la sombre réalité, toute autre. Y a quelque chose de malsain, à cette rencontre cordiale. Moins secrète et houleuse. Trop normale pour eux, certainement. C'est comme s'ils n'existaient pas de la même manière, vêtus en dehors du travail et peau contre peau, contre un bureau. Sa peau nue, elle y pense toujours, quelques secondes dangereuses, avant de s'extirper vers l'entrée. Une pensée incohérente, compromise par des jouets d'enfants au sol et l'absence d'écrans où des croquis graphiques dansent.
Puis c'est un contact.
Un contact différent de ce qu'ils connaissent. Le genre de contact par lequel tout à commencer, il y a quelques mois. Du genre qui surprend, pas seulement l'esprit mais tout un corps soudainement éveillé. Son regard est vif, son poux haletant, ses sens, alertes. De nouveau. Don't you dare Ryn. Don't you dare glitching right now. Animals have better control of themselves, that's insane.. Elle déglutit, plutôt, à cette proposition. Arque un sourcil, tout en gardant la mâchoire serrée, comme pour garder l'impression d'être en contrôle, à minima, de cette partie - si infime soit elle - de son anatomie. Une invitation ? Doit-elle y comprendre, là, un quelconque sens caché ? Est-ce qu'ils parlent encore de travail ? C'est à se demander si elle est la seule à tout imaginer. Cela explique beaucoup. Serait-ce la raison pour laquelle, la plupart des gens - sains ou les moins aventureux - mélangent très rarement le sucré-salé. Le plaisir d'un côté, les affaires de l'autre. Pour l'ambiguïté. Une ambiguïté devenue beaucoup trop essentielle à sa routine, finalement. Ambiguous is her new drug now.
Elle fait durer le plaisir avec son silence, comme si c'était voulu. Alors qu'elle essaie seulement de reprendre le dessus sur ce qui lui échappe. Un peu comme la main de Dae-ddy qui fuit son épiderme. « That's… alright, yes. » De l'hiver à l'été, en un toucher. Puis de l'été à l'hiver, en un seul pas en arrière. « But, isn't medical leave a concept that encourage you to stay away from your work place, beyond the simple fact of working ? » Nice Ryn, real nice ! Subtilité pour démanteler ses motivations. Sont-elles si tendancieuses que les tiennes ? En attendant, elle est toujours plantée là, droite comme un i, à se battre contre les signaux contradictoires du siège cérébral et son enveloppe corporelle. Tu le veux, toujours. Mais pas ici. Pas là où il joue au papa. Rouler sur des Lego, très peu pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Nick Mun

Nick Mun


⋅ paper notes : 194
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address: #042, west side.
contact book:
availability: (closed) ryn, ivy, ophelia.

unspoken rules (ryn) Empty
MessageSujet: Re: unspoken rules (ryn)   unspoken rules (ryn) EmptyMar 11 Déc 2018 - 20:40

Il s’écarte par nécessité. Il s’écarte parce qu’en vérité, il crève d’envie de s’approcher. De l’enlacer, plus que de l’effleurer. Une hésitation futile et une bizarrerie de plus dans une relation qu’ils n’ont jamais songé à définir. Imprécise, improbable et à la limite de la morale. Dans les bonnes sociétés, se perdre dans les bras de son assistante n’est pas seulement mal vu, mais sanctionné. Le studio pour lequel ils travaillent, aussi minuscule soit-il, ne déroge pourtant pas à cette règle-là. Intrinsèque et inéluctable, c’est du bon sens. Une bonne conscience. Entre la clause de confidentialité et ses horaires de travail, il se souvient l’avoir lu. Mais avec Ryn, il a choisi de l’ignorer – de l’oublier. Pas de regrets, pas de remords. Seulement une petite voix au fond de son crâne qui lui rappelle que ce comportement-là ne lui correspond pas. Bourreau de travail, workaholic à la limite de l’excès – qu’il tutoie désormais de près, plus ou moins amputé de son outil de travail qu’est son poignet. Ses tendons le lancinent en soirée, lorsque les crèmes et les pommades ne font plus effets.
Comme à l’instant. Mais elle s’efface lorsqu’il pose les yeux sur Ryn. Parce qu’il n’y a qu’elle et uniquement elle qui sillonne ses terminaisons nerveuses. Nick déglutit, mal à l’aise. Un état de fait qui le consterne autant qu’il l’étonne – d’ordinaire, il garde la tête froide. Les pieds sur terre. Poli jusqu’à l’os, correct jusqu’à l’âme. Il ne s’écarte jamais du droit chemin – les détours ne lui conviennent pas. Ne lui convenaient pas. Il s’est autorisé un détour, Nick. Un raccourci, plutôt. Un raccourci qui l’a mené à un stop auquel il se serait de toute façon arrêté un jour ou l’autre. Et sa proposition, Ryn l’accepte. À reculons. Suivie ensuite d’une question. D’une interrogation sensée à laquelle il arque un sourcil, la tête penché sur le côté. Il y décèle un sous-entendu, Nick. Elle ne le dissimule pas vraiment – il est là, entre les lignes. Entre ses mots, lorsqu’ils ne s’y superposent pas. Staying away from his workplace. Un concept qu’il a du mal à saisir. Qu’il a du mal à respecter, encore plus aujourd’hui. Encore plus lorsqu’elle est là, à quelques centimètres de lui. Proche et pourtant si loin à la fois. Mais Nick, c’est lui qui l’a imposé. C’est lui qui a reculé le premier, lorsqu’elle est entrée. Qui a préféré le professionnalisme dans une relation qui en est exempt depuis des mois, déjà. Staying away from me. C’est ce qu’elle veut dire – c’est ce qu’elle veut qu’il comprenne. Et Nick, il lui offre simplement un sourire qu’il souligne d’un roulement d’épaules tranquille. « You already know that I can’t stay away from the studio that long. » That I can’t stay away from you either. Il ne s’impose pas de congés. Il les accumule et lorsque la situation l’exige – que son frangin ou que sa frangine l’y obligent, il les pose enfin. Ça ne veut pourtant pas dire qu’il se débranche de son travail – il ne peut pas. Maintenant, c’est pire. Dans ce non-dit, cette impression ambiguë, s’éloigner du studio, c’est s’éloigner de Ryn. Et s’il avait su qu’elle s’incrusterait autant sous sa peau... Nick aurait sûrement fait la même erreur, encore et encore.
Une pensée qu’il justifie par son addiction à sa peau. À cette facilité qu’ils ont, là-bas – au contraire d’ici – à omettre la gêne et le malaise. « I won’t work, if that’s what you’re worried about. » Il insiste sur le mot travail. But I could also be a we. Nick ne travaillera pas et peut-être qu’elle non plus. S’il passe plus tard. Une heure, une demi-heure avant que leurs collègues rentrent chez eux. Aveugles à ce qu’il se trame – un espoir, de sa part – habitués à l’aîne du studio qui prend trop à coeur son métier.
Qui prend trop à coeur d’autres choses, pourtant.
Qui prend tout court, en vérité.
Une pensée si crue qu’il s’éclaircit la gorge sans même l’avoir formulé. C’est d’autres mots qui franchissent la barrière de ses lèvres. « And if I’m starting to work by accident, I’m sure you’ll find a way to stop me. » Des mots qui sont, dans un sens, tout aussi indécents.

_________________
—It doesn't take much for someone to shut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Ryn Malone

Ryn Malone


⋅ paper notes : 266
⋅ since : 06/07/2018

click down

- getaway car.
address: ✬
contact book:
availability: closed (leo, nick, nora)

unspoken rules (ryn) Empty
MessageSujet: Re: unspoken rules (ryn)   unspoken rules (ryn) EmptyMer 12 Déc 2018 - 15:58

L'empreinte de ses doigts court encore le long de son poignet, hante le contour de son radius. C'est à la fois brulant et glacial. Phantasmatique. Une sensation de picotements, semblable à celle du dermographe qui perfore la peau. Dans le cas présent, seulement à la surface, pas suffisamment profond pour y laisser la moindre trace visible à l’œil nu. Pour ne laisser qu'un membre engourdi, par le manque. Un esprit tourmenté, par le convoitise. Les dégâts sont considérables en salle de contrôle - là haut. Des endorphines piquées par la curiosité, mais très vite frustrées par la situation, par un retour à une froideur sans effervescence. Deux ondes électriques, qui ne captent pas toujours la même fréquence. Ils captent bien ce qu'ils veulent, mais en assument la moitié.
C'est comme un langage à plusieurs couches, d'où il faut déceler le vrai du faux, le faux du vrai ? Jusqu'à s'y perdre. Faute de se perdre dans ses bras. Après Leo, les hommes sont passés en coup de vent dans la vie de Ryn. Entre ses jambes. Jamais dans les cellules cérébrales, encore moins à travers les conduits du palpitant. Dae-won, pourtant, arpente son subconscient. Bien plus qu'elle n'aimerait l'avouer en tout cas. Alors son esprit, il comprend tout de travers quand ces quelques mots franchissent le pas de sa bouche et son cœur, il s'emballe. « I'm not worried. » Not about that anyway. Elle devrait cependant. Ils sont dans de beaux draps, ces deux-là. Ironique quand on sait qu'ils n'ont jamais partagé un lit, ni même été à proximité d'un tel mobilier. Again, not their style. Comme l'ambiguïté de cette relation, c'est surement le danger qui l'anime. C'est ce qu'elle aime se raconter. Un énième kink, what else ? Petite poupée au cœur dérangé. Ce n'est pas le sang qu'il pompe qui est suffisant à la faire tenir sur pied, mais l'adrénaline qu'elle chasse, à s'en corrompre la raison. Elle s'en procure donc comme elle peut, dans son quotidien. Cette vie bien - trop - calme depuis qu'il est allé enflammer d'auras. Rien à voir avec le pyromane que fréquente sa sœur. Rien à voir avec Dae-ddy non plus. Une toute autre aventure, toute aussi excitante.
What does she have to lose ? Beside her job, of course. « And you're right, I will. I'm pretty resourceful. » Him ? Let's hope not. At least not yet. Un sourire s'affiche alors, aussi complice qu'au bureau. Une apparition furtive et joueuse. Un clin d’œil à leur histoire. Un instant où elle oublie tout ce dont elle a été témoin entre ces murs, trop préoccupée par des souvenirs d'un autre type. Ryn s'autorise un rapprochement, délicat. Dangereux. « Meanwhile.. » Le temps de faire danser ses petits doigts le long de sa main en convalescence. Comme Achille et sa cheville, sa faiblesse. La source de tous leurs problèmes, finalement. Si tout allait bien, il serait encore au studio aujourd'hui. « Take care boss. » Une invitation à s'en remettre, au plus vite, pour la retrouver, vraiment. Suivie d’un retournement de talons jusqu’à la porte, cette fois ci, pour disparaitre dans l’obscurité, s'éloigner de l'environnement du malaise.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


click down

unspoken rules (ryn) Empty
MessageSujet: Re: unspoken rules (ryn)   unspoken rules (ryn) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 unspoken rules (ryn)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] Bending the Rules [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side. :: résidences.-
Sauter vers: