fermeture du forum.

Partagez
 
 wake me up when september ends. (conley)
Aller en bas 
Curtis Conley

Curtis Conley


⋅ paper notes : 308
⋅ since : 14/09/2018

click down

- getaway car.
address: 253, east side
contact book:
availability: free

wake me up when september ends. (conley) Empty
MessageSujet: wake me up when september ends. (conley)   wake me up when september ends. (conley) EmptyMer 19 Sep 2018 - 22:41

Septembre. Les dernières journées chaudes de l'année qui se profilent, les dernières montées de stress pour Curtis. Enfin, non, pas vraiment. Les journées de stress ne se pointaient pas un matin, annonçant leur date de péremption, et partaient en temps voulu. Elles se glissaient, sournoises, silencieuses. Ne dévoilent leur vrai visage qu'une fois que le mal était fait, que la gangrène avait commencé à s'installer.
Mais pas celle-ci. Celle-ci, elle est marquée à l'encre rouge sur son calendrier. Tous les ans, c'était la même foutue histoire.
L'anniversaire de sa mère.
Et les jours défilaient, et aucune idée de cadeau ne se profilait à l'horizon. Et il ne pouvait pas se pointer avec son sourire et un stupide bouquet de fleurs – ou pire, des chocolats. Parce que c'était pas juste un numéro banal, une année ou une ride dont il valait mieux taire que glorifier, non. Là, ils allaient fêter ses soixante-dix ans, et un chiffre aussi rond méritait quelque chose d'un peu plus travaillé qu'une plante grasse increvable. A ce régime-là, c'est lui qui allait en crever. Il avait pas le choix, il devait mettre la barre bien plus haute que les années précédentes, bien plus haute que les autres membres de sa famille.
Et comme si ça ne suffisait pas, sa douce épouse lui avait bien fait comprendre qu'il était seul avec ses pensées, pour ce coup-là, et que ce n'était pas à elle de trouver une idée de cadeau pour sa belle-mère. Elle aimait beaucoup trop le voir paniquer avec cette histoire. Il en était sûr. Parce que quand il s'agissait d'offrir un présent à son épouse, Curtis se révélait, certes, à peu près inventif, mais au moins le faisait-il de manière régulière. Pour sa mère, c'était complètement autre chose.

Aussi avait-il requis la présence de la deuxième personne la plus créative de cette maison, après sa traîtresse de femme : sa fille aînée. Ce n'était pas comme s'il avait vraiment le choix, de toute façon ; ses deux autres enfants étaient au lycée et l'auraient renvoyé sur les roses. Encore fallait-il expliquer à Ness pourquoi il avait besoin d'elle, et prier pour qu'elle ne se défile pas, elle non plus. L'éclair de soulagement qui traversa son visage quand il vit la tête bouclée de sa fille arriver ne fut que de courte durée.
Il était treize heures et il n'avait aucune idée de la manière dont sa fille avait passé la matinée. Son ordinateur portable ouvert sur des pages et des pages de stupides idées cadeaux devant lui, sur la table de la cuisine, ne devait qu'accentuer cette impression de désespoir qui l'animait à chaque fois que l'on évoquait la célébration prochaine.
Ness … J'ai besoin de toi. Il avait une guerre diplomatique sur les bras, et besoin d'une conseillère avisée pour mener à bien sa mission. Clairement, ses idées étaient un champ de bataille. Et lui, il était le pauvre couillon nu comme un ver après que ses camarades eurent trouvé drôle de le dépouiller de ses fringues. Pour le cadeau de ta grand-mère.
Il était dans la merde. Mais avec un peu de chance, elle avait des choses à se faire pardonner, ou à demander, et il serait plus qu'ouvert aux négociations. V u l n é r a b l e.

_________________
NOBODY MESS WITH MY FAMILIA.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

click down

wake me up when september ends. (conley) Empty
MessageSujet: Re: wake me up when september ends. (conley)   wake me up when september ends. (conley) EmptySam 22 Sep 2018 - 23:07

Septembre qui tire bientôt à sa fin, l'automne qui prend place après que l'été fut chaude et agréable. L'automne, saison que préférait ardemment l'aînée Conley à toutes les autres saisons. Le changement des couleurs, le fond de l'air frais rendant la température plus agréable; elle qui détestait suer à grosses gouttes alors qu'elle ne faisait pas aucun effort physique exigé, comme dans les cours de sport par exemple. L'automne, moment de l'année où les gros chandails étaient de mise et les plaids également; sans oublier les tasses de café avec cette garniture à la citrouille offert par le café du coin; un véritable délice. C'est donc, le coeur léger et sa musique dans les oreilles que Nessie fit le trajet à pieds jusqu'à chez elle après son cours de l'après-midi, elle adorait ce bout de trajet où elle abandonnait le transport en commun et où elle pouvait marcher tranquillement en profitant de ce moment de solitude. Suivant presque le rythme de sa musique; elle pouvait donner aux passants l'impression qu'elle dansait tout en poursuivant son chemin. Bien sûr, elle ne manquait pas l'occasion de fredonner les paroles de ses idoles favoris, elle était loin d'avoir une voix en or; mais elle se foutait complètement du jugement des gens, une belle et grande qualité chez elle. La journée avait été relativement bonne; ses travaux scolaires avançaient plutôt bien, rien ne pouvait venir mettre une zone grise au tableau. Elle vint alors à pousser la porte d'entrée de la résidence familiale retirant alors sa veste et ses chaussures; évidemment comme quatre-vingt pourcent du temps, elle ne prenait pas soin de déposer le tout à l'endroit approprié et forcément sa mère allait lui rappeler en rentrant du boulot, mais comme à chaque fois, cela ne semblait pas être l'une de ses préoccupations première. Toujours les écouteurs dans les oreilles, Nessie se rendit presque par automatisme dans la cuisine et c'est avec étonnement qu'elle retrouva son paternel devant son ordinateur au comptoir de la cuisine avec une drôle de tête; la tête d'un homme dépourvu de moyens ce qui était plutôt rare chez lui.

Homme fier qui avait toujours l'habitude de maintenir le navire et sa famille à bout de bras peu importe les circonstances. Elle retira ses écouteurs le dévisageant un instant, puis elle vint à croiser ses prunelles alors qu'il s'adressa à elle; Ness … J'ai besoin de toi. Sur le coup, Nessie imagina le pire; la pire des catastrophes possible et inimaginable, ayant une imagination assez fertile; la belle métisse se faisait déjà un tas de scénarios.Pour le cadeau de ta grand-mère. Un soupir franchit ses lèvres, la demoiselle fut rassurée de voir qu'il n'y avait pas quelque chose de grave à l'horizon. Elle se pinça les lèvres laissant échapper un rire et prit parole; « Bon sang papa, j'ai cru qu'il y avait eu un mort; avec la tête que tu fais, j'ai imaginée le pire..» Sourire amusé aux lèvres, l'aînée des Conley s'avança devant l'une des armoires prenant un verre au passage et se servit un verre de jus d'orange. Bon à croire, que son père était toujours autant dépité et que ses paroles ne l'aidaient pas réellement. Arquant un sourcil, Nessie l'interrogea; « Tu as demandé à maman?» Évidemment, dans chaque cellule de crise; il fallait se retourner vers le capitaine du navire Conley; soit la femme de la maison, elle avait toujours réponse à tout et pouvait régler n'importe lequel litige. Portant son verre à ses lèvres, elle s'avança regardant par dessus l'épaule de son père sur l'écran d'ordinateur, puis elle ne pu s'empêcher de commenter; « Mamie a déjà ce modèle, mais en argenté..» Ouais, Nessie était d'une aide monumentale, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Curtis Conley

Curtis Conley


⋅ paper notes : 308
⋅ since : 14/09/2018

click down

- getaway car.
address: 253, east side
contact book:
availability: free

wake me up when september ends. (conley) Empty
MessageSujet: Re: wake me up when september ends. (conley)   wake me up when september ends. (conley) EmptyDim 23 Sep 2018 - 19:16

Il avait presque tout essayé. Ses habituels recours en période de crise ne lui étaient d'aucune aide, cette fois. Le souci n'était pas d'ordre numérique, ce n'était pas une erreur dans les relevés, des chiffres dans le rouge qui l'inquiétaient. Cette fois, le problème était d'ordre créatif.
Quand les bonnes fées s'étaient penchées sur son berceau pour décider de son avenir, elles ont complètement omis le côté créatif. Si on lui demandait de dessiner, Curtis dessinerait honteusement des personnages-bâtons et si on lui demanderait de peindre, il ferait sans aucun doute un tableau uni et proclamerait son côté avant-gardiste. Sa femme avait hérité de toute la créativité que lui manquait, et celle-ci ne lui serait d'aucune aide. Son ultime recours, donc, était devenu sa fille aînée – qui avait eu le bon sens d'hériter de la créativité de sa mère. Peut-être que celle-ci aurait plus d'idées afin de marquer les soixante-dix ans de sa grand-mère. Peut-être qu'elle l'abandonnerait, elle aussi.
Elle ne pouvait pas l'abandonner.

Alors, quand la frimousse de sa fille adorée passe la porte, c'est une pointe de soulagement qui le traverse. Néanmoins pas assez visible, parce que Ness lui reproche quasiment aussitôt de faire une tête d'enterrement. Il y aurait de quoi. S'il ne trouvait pas une idée rapidement, c'est lui qui allait passer l'arme à gauche. Alors il lui lance un regard encore plus torve, signe qu'il n'est pas amusé.
Et c'est pire quand elle a recours à la simplicité en évoquant sa mère. Ils se reposaient tous sur sa femme, il en était conscient. Sauf que cette fois-ci, elle l'avait pris de court. Ta mère a décidé de ne pas m'aider et de me regarder sombrer dans ces pages d'idées cadeaux ... Il fit un geste en direction de son écran d'ordinateur.
Son enfer personnel.
Et Ness qui ne trouve rien de mieux à faire que … de le regarder sombrer, elle aussi. Il peut le sentir, par-dessus son épaule. Sur une énième image, il obtient néanmoins une réaction. Pas ce truc-là, elle l'a déjà. Bien. Une idée naze de moins. Bien. Pas de dessous de plat. Il ferma l'onglet. Soupira.
Non, vraiment, Ness, aide-moi. S'il te plait ? Soixante-dix ans, soixante-dix ans. Il voudrait quoi, lui, à cet âge-là ? Difficile de se l'imaginer. Des lunettes flambant neuves, un dentier, une place au cimetière ? Une aide auditive, une couleur pour ses cheveux, des couches pour adulte ? Des prières contre Alzheimer ? Tu n'as pas le choix, de toute façon, qu'il assène d'un large sourire. Prend une chaise. Bon. Pas de fleurs, de chocolat, de n'importe quoi qui se mange ou qui fane. Et je crois qu'elle a passé le temps pour les colliers en coquillettes. Mettre la barre plus haut que les colliers de pâtes, voilà tout le défi qui le mettait K.O.. Un collier en argent, alors ?
Mais c'était sans compter les goûts et les couleurs de sa mère. Tu penses qu'elle apprécierait des bijoux ? Ce n'était en général pas son idée première lorsqu'il pensait à sa mère.

_________________
NOBODY MESS WITH MY FAMILIA.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

click down

wake me up when september ends. (conley) Empty
MessageSujet: Re: wake me up when september ends. (conley)   wake me up when september ends. (conley) EmptyDim 30 Sep 2018 - 23:11

Ta mère a décidé de ne pas m'aider et de me regarder sombrer dans ces pages d'idées cadeaux ... Légère moue qui se glisse sur son visage, en voyant son père complètement démuni sans la présence de sa reine à ses côtés. Voilà que la belle métisse vient à se glisser derrière son père, tête par dessus son épaule curieuse de voir le fruit de ces recherches. Sans se retenir, elle laisse sortir un commentaire d'entre ses lèvres. Elle ne souhaite pas le voir sombrer, non elle veut juste lui éviter des recherches inutiles. Il faut dire que sa chère grand-mère avait accumulée au fil des années, plusieurs choses et il était difficile à présent de lui ligoter une nouvelle trouvaille. Bien. Pas de dessous de plat. Un soupir vint à franchir les lèvres de l'homme et ses iris charbons croisèrent les siennes, alors qu'il reprit parole; Non, vraiment, Ness, aide-moi. S'il te plait ? Voilà, qu'il l'implorait presque de venir à son secours, Nessie se pinça brièvement les lèvres, laissant rien transparaître. À vrai dire, elle aimait bien voir son père tenter l'impossible pour la convaincre, d'ailleurs il renchérit presque aussitôt. Tu n'as pas le choix, de toute façon Sourire franc sur les lèvres, le paternel ne semblait pas lui offrir d'autre option potentiel, l'un de ses sourcils s'arqua doucement, puis elle vint à pousser un soupir s'avouant littéralement vaincue. Elle vint à s'asseoir sur l'un des tabourets libres près de son père, ses yeux se glissèrent sur le portable devant elle. Son cerveau se mis à tourner à grande vitesse à la recherche du cadeau idéal pour cette femme unique.Prend une chaise. Bon. Pas de fleurs, de chocolat, de n'importe quoi qui se mange ou qui fane. Et je crois qu'elle a passé le temps pour les colliers en coquillettes. L'idée des colliers en coquillettes la fit sourire, sourire de nostalgie parce qu'étant gamine, elle avait offert ce même cadeau à sa mère pour la fête des mères; une idée d'ailleurs proposée par sa grand-mère elle-même. « C'est mignon pourtant.» Ajouta-t-elle dans un haussement d'épaules, évidemment elle se moquait un peu. Tu penses qu'elle apprécierait des bijoux ? Les bijoux étaient toujours un présent gagnant, quelle femme n'appréciait pas un beau bijou? « Elle en a déjà pas mal, mais ça pourrait être bien.» Elle tentait d'encourager son père dans ces idées. Fronçant les sourcils, elle reprit parole questionnant son père; « Quel bijou, te fais penser à mamie?» Peut-être qu'ils pourraient trouver quelque chose d'unique et significatif, qui lui rappellerait pas simplement la femme qu'elle est, mais également que c'est un cadeau de son fils.  « En vérité, la vraie question c'est; qu'est-ce qui te fait penser à elle? J'veux dire, pas seulement en terme de bijou, mais en général?» Peut-être qu'au final, le cadeau n'était pas nécessairement un bijou, assurément ils allaient finir par trouver avec un peu d'acharnement et d'entraide.
Revenir en haut Aller en bas
Curtis Conley

Curtis Conley


⋅ paper notes : 308
⋅ since : 14/09/2018

click down

- getaway car.
address: 253, east side
contact book:
availability: free

wake me up when september ends. (conley) Empty
MessageSujet: Re: wake me up when september ends. (conley)   wake me up when september ends. (conley) EmptyJeu 4 Oct 2018 - 22:39

Il pianote quelques mots dans la barre de recherche, soupire, abandonne. Le regard vide, le désespoir qui s'installe au creux de ses prunelles sombres. Achevez-moi. pensait-il en silence. Plus rien n'arrive entre ses synapses, sa vie ne se résume qu'à attendre l'opinion de Ness sur le sujet. Il l'implore de l'aider, sans quoi il finira par se rendre chez sa mère les mains vides.
Il risquait aussi de ressortir les pieds devant.
Il tente de la mettre au parfum le plus rapidement possible, de la manière la plus concise qui soit. Pas de fleurs, ni de chocolats, ni de n'importe quoi qui serait bien trop banal, et pas à la hauteur de l'événement. Dommage, le collier en coquillettes passait à la trappe cette fois. Sa fille lui assure pourtant que ce genre de cadeau est mignon … Elle n'aura comme réponse qu'un rictus amusé de son père. Même s'il n'avait plus vraiment le temps de plaisanter : plus les minutes, les heures tournaient, et plus son échéance approchait. Et plus il était dans le pétrin.
L'avis de sa fille est important pour lui, de manière générale, mais particulièrement sur un sujet aussi sensible que celui-ci. Non seulement elle faisait preuve d'imagination, mais il pouvait compter sur elle pour trouver un cadeau qui ne soit pas ringard. Car on devait se l'avouer, question tendances, Curtis était dépassé depuis longtemps. Les seules tendances qu'il suivait, c'étaient celles de la Bourse.

Elle marqua un point, en lui disant que sa mère avait déjà pas mal de bijoux. Parfois, il pensait à elle comme à Barracuda de l'Agence Tous Risques – à peu de choses près, ils portaient le même nombre de breloques. Tous ? Question foutrement rhétorique. Ce n'est peut-être pas une si bonne idée que cela, après tout ... Il se passa une main sur ses joues, frottant sa barbe naissante. Elle lui posa une question qui le poussait dans ses retranchements. Dans ses idées. Dans son passé. Il aimait sa mère comme n'importe quel fils, mais dès qu'il pensait à elle, il pensait à son enfance, à sa maison, à tout ce qu'il avait jamais connu. Difficile donc d'imaginer quelque chose de nouveau, de neuf, pour l'associer à cette femme de caractère.
Oui, ses meubles sont vieux, mais ils sont pour la plupart à leur deuxième vie, empreints d'amour, de marques et de coups, d'une patine due au temps qui passe. Oui, ses recettes sont souvent les mêmes, mais il n'a jamais retrouvé le même fish & chips ailleurs dans ce pays. C'est pas pareil.
C'était une femme aux goûts de luxe, mais qui n'en restait pas moins bosseuse avec une valeur de l'argent exemplaire. Elle avait toujours tout géré d'une main de fer dans un gant de velours. Jusque-là, il avait essayé de penser à ce qui lui avait manqué de manière beaucoup trop matérielle. Ce n'était pas un vélo électrique ou un nouveau fauteuil qui ferait l'affaire.
C'est ça ! Enfin, non, ça, ça ne voulait rien dire. Je pensais trop à quelque chose de physique, de tangible, une breloque ou une babiole. Au final, il ne reste que la mémoire, les souvenirs, l'amour. Avant que la démence ne s'empare d'elle. Je pense qu'elle aimerait quelque chose comme … je ne sais pas, se faire de nouveaux souvenirs ? Tu vois, pouvoir raconter une belle histoire à sa sœur et nous rabâcher les oreilles avec pendant au moins dix ans ! Restait maintenant à trouver quelque chose qu'elle serait susceptible d'aimer. Quelque chose du genre, prendre le thé avec la Reine, ça serait bien. Après tout, il pouvait rêver. Il pouvait faire rêver sa mère.

_________________
NOBODY MESS WITH MY FAMILIA.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


click down

wake me up when september ends. (conley) Empty
MessageSujet: Re: wake me up when september ends. (conley)   wake me up when september ends. (conley) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 wake me up when september ends. (conley)
Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: