fermeture du forum.

Partagez
 
 scars from battles nobody won [pv/eli]
Aller en bas 


Invité
Invité

click down

scars from battles nobody won [pv/eli]  Empty
MessageSujet: scars from battles nobody won [pv/eli]    scars from battles nobody won [pv/eli]  EmptyJeu 6 Sep 2018 - 22:37

Isveig avait prit l’habitude de ne plus l’avoir dans sa vie. Lui, Eli, l’homme avec qui elle avait partagé tant et qu’elle avait si violemment perdu par ses propres erreurs. Elle s’était habitué à ne plus le voir avant de se coucher, ne plus entendre sa voix de bon matin, ne plus sentir son odeur partout chez elle. Pourtant, depuis plusieurs semaines, c’était sur son canapé qu’il avait échoué. Père dévoué malgré leur relation tendue, il avait tenu à être présent. Il ne voulait pas le laisser seul, les laisser seuls. Leur fils était né quelques semaines plus tôt, il avait poussé son premier cri devant ses deux parents, qui en étaient tombés sous le charme immédiatement. Adrian avait été un véritable drapeau blanc sur la relation qu’Eliott et Isveig entretenaient, et alors qu’elle était déjà prête à élever son fils seule, il avait tenu à être là, malgré son boulot, malgré les conditions. Il avait échoué sur le sofa de son nouvel appartement, qu’elle louait en ville depuis qu’elle avait quitté son petit-ami abusif. Elle était bien, dans cet appartement. Depuis qu’Eli y passait une bonne partie de ses journées, elle y était encore mieux. Elle connaissait les limites, pourtant, Isveig. Elle restait discrète, elle ne le questionnait pas. S’il lui arrivait de préparer à manger pour eux, elle ne le forçait jamais à prendre le repas avec elle, s’il n’en avait pas envie. Is l’avait trop blessé, elle lui avait fait vivre un enfer, et malgré tous les regrets, elle savait que rien ne pourrait changer ça. Sa vie n’était plus la même, depuis la naissance d’Adrian. Elle reprenait un sens, doucement. Elle oubliait les mauvais jours du passé, elle se concentrait vers l’avenir, pour son fils. Si ses journées étaient belles, ses nuits, pourtant, étaient pour la plupart remplis de cauchemars, comme des souvenirs ou des flashbacks, où elle finissait en larmes ou en sang. Seule dans ses draps, elle sursautait, attendait que ça passe, tentait de se rendormir pour pouvoir tenir le coup la journée qui aller suivre. Cette nuit ne faisait pas exception, Isveig voyait les minutes passer et le sommeil ne semblait pas vouloir revenir. 3h14. 3h22. 3h37. 3h48 Elle fini par quitter son lit alors que la pendule s’approchait dangereusement des quatre heures du matin, un t-shirt trop grand et ses sous-vêtements comme seuls vêtements, elle alla sur la pointe des pieds jusqu’à la cuisine pour se servir un verre d’eau. Elle ne voulait ni réveiller Eli, ni réveiller le bébé, qui avait prit l’habitude d’un peu trop pleurer la nuit. Mais alors qu’elle s’apprêtait à quitter la cuisine, la brunette manqua de glisser sur le carrelage et, se rattrapant au plan de travail, c’est seulement son verre qui fini sa course sur le sol, en mille morceaux. — Fuck it. — marmonna-t-elle, s’agenouillant déjà pour ramasser les morceaux de verres brisés sur le sol. Ce n’est que lorsqu’elle entendit des bruits de pas qu’elle réalisa à quel point la chute avait dû faire du bruit. Eli ne tarda pas à apparaitre à son tour dans la cuisine. — Sorry, I didn't mean to wake you up.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

click down

scars from battles nobody won [pv/eli]  Empty
MessageSujet: Re: scars from battles nobody won [pv/eli]    scars from battles nobody won [pv/eli]  EmptyMer 19 Sep 2018 - 16:25

Outfit // Si on lui avait dit, il y a un mois, que sa vie prendrait un tel tournant, Eliott ne l’aurait pas cru, trop obstinément coincé dans son monde qu’il tendait plus ou moins de garder aseptisé. Et pourtant, les faits étaient là, devant lui. Il ne pouvait pas les ignorer. Le test de paternité qu’il avait tenu à passer n’avait que confirmer une vérité qu’Isveig s’évertuait de lui faire entendre depuis un bon moment : il était le père de cet enfant. Une petite part de lui-même s’en était trouvée soulagé : ce poupon n’aurait pas un monstre comme père, ne partageant aucun gène avec l’homme qui avait fait vivre un calvaire à sa mère durant sa grossesse. D’un autre côté, c’est la culpabilité qui l’avait envahi. Ce sentiment de manque, de n’avoir pu en faire suffisamment pour elle. De ne pas avoir été assez présent. La nouvelle l’avait mis dans un état second, précipité par l’arrivée imminente de ce bébé dans sa vie. Dans leur vie. Adrian avait pointé le bout de son nez il y a quelques semaines, chamboulant la totalité de son existence. C’est avec une émotion sincère et ému qu’il avait découvert ce petit être fragile et chétif, celui-là même qui l’appellerait papa dans quelques années. Et malgré tous les ressentiments, toute la rancœur qu’il portait toujours à l’égard d’Isveig, il ne pouvait que poser un regard emplit de respect et de gratitude sur elle, car elle venait de lui faire le plus beau des présents. Une période de trêve, d’un temps de paix entre les deux parents s’annonçait : le bien-être du bambin passait désormais bien avant leurs soucis relationnels. Quand un petit humain dépend de vous, le reste importe peu. Eli avait tenu à être présent, il s’était presque imposé dans le nouvel appartement de son ancienne fiancée, par désir de faire sa part, et de se faire pardonner son absence au cours de la grossesse de la jeune femme, malgré les circonstances atténuantes. C’est sur le canapé du salon qu’il créchait lorsqu’il ne travaillait pas, où qu’il ne rentrait chez lui pour la nuit. L’un de ses voisins avait gentiment accepté de s’occuper de ses chiens en son absence, le laissant avec la conscience tranquille d’agir à sa guise, et d’ainsi découcher sans trop s’inquiéter de les laisser derrière. La situation était si particulière, pourtant.  À nouveau sous le même toit, Eli s’était vu dans l’obligation de réapprendre à cohabiter avec Isveig, de tolérer sa présence dans son quotidien même si, en vérité, c’était lui, l’étranger dans ce paysage. Mais elle l’avait accepté sans contrainte, se montrant discrète et respectueuse de son besoin d’intimité, de ce désir de conserver cette distance qui s’était imposée d’elle-même depuis leur rupture. Le lien de confiance avait été rompu, mais Eli savait qu’il faudrait, tôt ou tard, qu’ils tentent de le reconstruite, ne serait-ce que pour le bien-être de leur enfant - Adrian ne devait pas avoir à payer des erreurs de ses parents. Le regard rivé vers le plafond au-dessus de sa tête, Eliott ne dormait pas. Un sofa n’égalait pas toujours confort, quand venait le temps de s’y poser pour la nuit. Et même si le décor était différent, même si l’alcool ne coulait pas dans ses veines, l’empoisonnant lentement, il ressentait toujours un certain inconfort à se retrouver dans cette position qui le ramenait plusieurs mois en arrière, alors qu’il touchait presque le fond. Le bruit du verre qui se fracassait au sol le tira brusquement de sa fixation, et il se souleva légèrement afin de jeter un œil à la cuisine, où il pouvait apercevoir une silhouette s’agiter dans la pénombre. Avant même qu’il puisse réellement le réaliser, Eli se retrouvait debout sur ses deux jambes. Vêtu uniquement de son bas de pyjama, il laissa ses pas le guider jusqu’à la scène de crime, où Isveig s’affairait à amasser les dégâts. – You didn’t, I wasn’t asleep. – Et pour une rare fois, son fils n’y était pour rien, lui qui avait l’habitude de le tenir éveillée plusieurs heures par nuit. – Are you alright? – Il s’interroge, Eli, songeant qu’elle a peut-être pu se blesser. Seconde nature, de par son métier, de s’enquérir de l’état des gens. Même d’Isveig, à qui il avait tant donné de son temps. – Maybe it'll be easier if you open the lights. – Lui suggère-t-il d'un ton calme, conciliant, considérant le fait qu'ils étaient tout deux éveillés et qu'il valait mieux éviter de laisser traîner quelconque morceau de verre sur le parquet de la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
 
 scars from battles nobody won [pv/eli]
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» lee hye mi + scars make us who we are.
» KAIDAN ❖ the marks humans leave are too often scars.
» Thonny Petrou - Girl battles
» Show me your scars and I'll show you mine ~ [feat. Ezra]
» Noakhe △ Scars of Time

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: