fermeture du forum.

Partagez
 
 - - nothing really ends. (atticus)
Aller en bas 


Invité
Invité

click down

- - nothing really ends. (atticus) Empty
MessageSujet: - - nothing really ends. (atticus)   - - nothing really ends. (atticus) EmptyLun 13 Aoû 2018 - 17:10


You lost that feeling
You want it again
More than I'm feeling
You'll never get

La trentenaire avait été préoccupée toute la journée. Rester concentrée releva presque de l’impossible et elle dût se faire violence pour réussir à avancer comme elle le voulait dans son travail. Elle n’avait cessé de penser à ce qui l’attendait en fin d’après-midi. Après plus de dix ans, elle allait revoir son ex mari, et elle n’était pas certaine d’être assez préparée pour cela. Et pourtant, c’était d’elle qui était à l’origine de cette initiative. Elle l’avait en effet contacté la veille, débarquant tel un cheveu sur la soupe après tout ce temps, et le sollicitant sans pour autant entrer dans les détails. Elle lui avait simplement exprimé le besoin de lui parler et il ne fut pas difficile à convaincre puisque ce fut lui-même qui lui proposa de se rencontrer aujourd’hui. Arrangeant, il l’était certainement. Elle fut d’ailleurs surprise de sa proposition à la voir dans un aussi court délai mais elle n’allait pas s’en plaindre. Et maintenant qu’elle approchait du bar où ils avaient rendez-vous, elle avait la boule au ventre. Elle appréhendait clairement cette rencontre et espérait que tout se passe bien. Après tout, ils partageaient tous deux un lourd passé. Un vécu chargé de souvenirs, et il était préférable que ce dernier n’interfère pas. Heureusement, de l’eau avait coulé sous les ponts et elle n’était plus la jeune femme vulnérable d’autrefois. Elle avait évolué et gagné en maturité, tout comme en assurance. Tandis qu’elle poussait les portes du Tempest Inn de ses mains moites, elle sentit les battements de son cœur s’emballer. La perspective de revoir Atticus ne la laissait pas indifférente, mais cela n’avait rien d’anormal. Le plus étonnant aurait été que ces retrouvailles ne lui fassent ni chaud, ni froid. Elle croisa son reflet dans le miroir accroché à l’entrée et inspira un grand coup pour évacuer le stress qui l’habitait. Bien que mal à l’aise avec l’idée de s’entretenir avec l’homme qui lui avait brisé le cœur, elle n’avait pas d’autre choix que de passer par là. Elle pénétra alors un peu plus dans l’enceinte et s’apprêta à partir à la recherche d’une table libre, persuadée d’être la première arrivée. C’est alors qu’elle l’aperçu, à quelques mètres de là, déjà installé. Il ne l’avait pas encore remarquée, plongé dans son téléphone portable. L’idée de repartir aussitôt lui traversa l’esprit -autant en profiter dans la mesure où il ne l’avait pas vue- mais celle-ci s’évapora rapidement quand il leva la tête et que leurs regards se croisèrent. Peut-être avait-il senti ses yeux se poser sur lui. Elle déglutit et s’avança dans sa direction avec, elle l’espérait, une démarche assurée. Ce n’était plus le moment de reculer. Quand, enfin, elle ne fut qu’à quelques centimètres de lui, elle fut la première à entamer la conversation. « Bonsoir Atticus. » Malgré les années, il n’avait pas vraiment changé. Il avait bien-sûr gagné en maturité et était devenu l’un de ces hommes qui se bonifiait avec l’âge, mais rien qu’elle n’avait manqué puisqu’elle avait eu l’occasion de l’apercevoir dans différents magazines. Toutefois, une vulgaire photo imprimée n’avait rien de comparable à ces retrouvailles qui se jouaient actuellement. « Je n’étais pas sûre que tu viendrais vraiment. Et encore moins que tu serais là avant moi. » lui avoua-elle en prenant place en face de lui. Il était vrai qu’elle avait envisagé la possibilité qu’il lui pose un lapin et qu’elle se retrouve à l’attendre telle une idiote pendant qu’il était occupé ailleurs. Cela n’aurait pas été la première fois. Mais c’était une bonne chose qu’il l’ait épargnée de cette situation embarrassante. Au moins, ils allaient pouvoir discuter comme convenu. Mais pour ça, elle avait besoin d’un remontant. Elle en profita alors pour faire signe à un serveur qui passait par là. « Je vais avoir besoin d’une bière, merci. » Et ce n’était même pas sûr qu’une seule soit suffisante.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

click down

- - nothing really ends. (atticus) Empty
MessageSujet: Re: - - nothing really ends. (atticus)   - - nothing really ends. (atticus) EmptyMer 15 Aoû 2018 - 19:46


≈ ≈ ≈
{ 'Cause, I built a home for you, for me
Until it disappeared from me, from you. }
crédit/ tumblrThe Cinematic Orchestra .

Atticus avait cru rêver lorsqu’il avait reçu le message d’Ava sur son téléphone, celle-ci souhaitait lui parler de quelque chose de bien mystérieux. Sarcastique il avait pensé qu’il espérait que ce n’était pas encore un enfant caché. Il avait ensuite retiré cette idée farfelue de son esprit, Ava était beaucoup de choses, mais elle ne lui aurait jamais caché et privé de voir son enfant. Elle savait combien il avait souffert d’avoir été abandonné par ses parents.  Atticus n’avait donc aucune idée du pourquoi du comment elle le recontactait après des années de silence radio. Il pensait d’ailleurs ne plus jamais entendre parler d’elle. Il ne pouvait pas lui en vouloir puisqu’il avait gâché leur mariage. Il espérait alors que ce n’était pas quelque chose de négatif ou étrange comme par exemple le fait qu’elle se marie à nouveau et que finalement leur divorce n’ait jamais été prononcé. Il n’aurait pas supporté de revivre cela à nouveau. Il se rappelait encore comme si c’était hier du jour où leur divorce a été prononcé. Il était resté silencieux, il n’avait pas osé la regarder dans les yeux. Il avait d’ailleurs bu jusqu’à ses limites afin de « fêter » ou plutôt oublier le plus gros échec de sa vie. Pourtant, Atticus était reconnaissant à ce divorce parce qu’il avait dû toucher le fond pour réaliser que quelque chose n’allait vraiment pas chez lui, qu’il devait faire quelque chose s’il ne voulait pas terminer seul un jour. Alors certes aujourd’hui Atticus était célibataire, mais c’était davantage par choix. Il avait mis au placard la plupart de ses démons. Pour autant, Atticus n’était pas très à l’aise à l’idée de recroiser son ex-femme et de devoir faire la discussion avec elle. Pire, il appréhendait ce qu’elle avait à lui dire. Il n’avait pas le choix il allait devoir la confronter ppour le savoir. Atticus repassa donc chez lui afin de se changer après sa journée de travail. Il avait besoin d’une douche et de vêtements propres. Il ne voulait pas trop en faire, mais il ne voulait pas arriver comme si cela ne signifiait rien. Il voulait donner une certaine image. Il n’était plus l’acteur que l’on voyait dans les journaux à scandale, aujourd’hui il était un producteur à succès. Il enfila alors un costume sombre qui lui allait comme un gant. Une fois prêt, il pris son courage à deux mains et sortit de chez pour pour monter dans sa voiture. Il y allait à reculons, mais maintenant il n’avait plus vraiment le choix. Il avait accepté ce rendez-vous, il ne pouvait pas la planter au milieu d’un endroit. Il avait encore du respect pour elle. Quelques minutes après, il arriva au lieu de rendez-vous. Il souffla un dernier coup et entra. Il eut la surprise de ne pas la voir déjà arrivée, elle avait pour habitude d’être toujours en avance. Il pris alors la table du fond afin de ne pas être repéré facilement. Il n’avait aucune envie de faire la une des journaux pour avoir dîner avec son ex-femme. Soudain il entendit une voix qu’il aurait reconnu entre mille. Ava. Elle venait d’arriver et le saluait poliment. Qu’était-il censé faire ? Il l’invita à s’asseoir et préféra ne pas lui faire la bise, il trouvait cela trop étrange. Il se contentait de sourire poliment afin de cacher son anxiété. Elle ne manqua pas l’occasion de lui faire remarquer son étonnement face à sa présence et à son avance. Elle avait pour habitude qu’il ne tienne pas ses engagements. Il ne savait donc pas comment le prendre. « Ça avait l’air urgent. » Lui fit remarquer Atticus. Il avait pour habitude d’avoir été un piètre mari il ne pouvait pas lui en vouloir d’être étonné. Il ne pu s’empêcher de laisser échapper un petit rire lorsqu’elle commanda une bière. Elle ne cachait pas son stress, apparemment passer la soirée avec lui lui donnait envie de boire. « Mettez-en deux. » Renchérit Atticus avant de reporter son attention sur elle. « Est-ce que c’est malpoli si je te demande d’abréger le mystère et de me dire pourquoi tu souhaitais qu’on se rencontre ? Je me demande que ce n’était pas pour le plaisir de voir mon beau visage. » Lui demanda le jeune homme. Il faisait de l’humour comme pour tenter de cacher son malaise. Il était honnête avec lui-même et la situation, si elle avait pu éviter de le revoir elle aurait fait.
Revenir en haut Aller en bas
 
 - - nothing really ends. (atticus)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» this is the way the world ends, not with a bang but a whimper // well, i'd still bang you

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: