fermeture du forum.

Partagez
 
 — build a home in someone's arms.
Aller en bas 


Invité
Invité

click down

— build a home in someone's arms. Empty
MessageSujet: — build a home in someone's arms.   — build a home in someone's arms. EmptyLun 30 Juil 2018 - 6:26


- build a home in someone's arms. -
nash kershaw x lula goldstein


Outfit // Il n’avait fallu que d’une toute petite conversation anodine pour que tout s’enclanche. Quelques mots, écrit du bout des doigts sur le clavier d’un téléphone portable, quelques échanges qui s’affichaient sur un écran, et la décision avait été prise. Et aujourd’hui, c’était le grand jour. Le jour J. Celui où Lula emménageait chez lui. Et Nash était fébrile, excitée de cette nouvelle étape qui s’annonçait pour eux deux. Pour leur couple, plus amoureux que jamais. Tout ça à cause de Daisy, et son désir de quitter le nid familial. Sa petite nièce n’était désormais plus une enfant, et elle voulait voler de ses propres ailes. Il avait eu ce petit pincement au cœur d’ainsi savoir qu’il allait bientôt devoir la laisser partir. Mais puisqu’elle vivrait à proximité, en compagnie de deux de ses amis qu’elle connaissait depuis l’enfance, il s’en était vu rassurer. Même si au fond de lui, le papa protecteur qu’il est devenu, face à sa filleule, ne mourrait surement jamais. Il veillerait au grain à ce qu’elle ne manque de rien, même s’il se doutait qu’elle s’en sortirait à merveille sans lui. Nash, il n’avait jamais été de ceux qui se complaise dans la solitude. Oh, il aimait passer quelques moments en solitaire, à regarder des films ou à se laisser porter par les crépitements de son vieux tourne-disque qui faisait résonner sa musique dans toute la maisonnée. Vivre seul, cependant, lui paraissait une étrangeté. Daisy avait fait partie de son quotidien pendant les huit dernières années, et à Londres, il partageait son appartement avec d’autres types de son âge, avec qui il s’était lié d’amitié. Il n’était pas certain d’avoir pu tolérer ce changement drastique à ses habitudes, alors qu’il tâchait toujours de mettre de l’ordre dans sa vie professionnel, qu’il avait tout bonnement envoyé balader, il y avait quelques semaines. Cet ardent désir de continuité se projeta tout naturellement sur Lula, sa bien-aimée. Qui d’autres qu’elle aurait pu venir combler ce vide que sa protégée avait laissée derrière elle? Personne. Il ne voyait qu’une seule solution, et elle portait son nom. Qu’elle ait acceptée de faire partie à temps plein de son quotidien avait su le faire sourire pendant des semaines, et désormais, ils se trouvaient tout deux devant le fait accompli. Ou presque. Les mains pleines de boîtes, Nash s’affairait à débarrasser sa voiture des effets personnels de sa belle, qu’il avait récupéré dans son ancien appartement. Elle-même chargée d’une multitude de sacs, le couple en était – enfin – à ses derniers déplacements entre les deux logements, et la fatigue de cette longue journée, doucement, se faisait sentir. Grimpant les quelques marches qui le menait à sa résidence, il donna un léger coup de pied dans la porte d’entrée, laisser entre-ouverte, afin de libérer le chemin pour Lula, qui le suivait de près. À peine fut-il entré qu’il déposa son fardeau dans le hall, avant de refermer derrière lui. Il passa rapidement le dos de sa main sur son front, afin d’en chasser la sueur qui s’y était posé. – That's all that was left in the car, isn't it? If not, too bad, I'll take care of the rest tomorrow. – Deux déménagements en deux jours, autant dire qu’il ne s’était pas ménagé, le pauvre. Mais que n’aurait-il pas fait pour les deux femmes de sa vie, pour sa Daisy et sa Lula. Ses muscles, pourtant, ne cessaient de lui rappeler qu’il en avait peut-être légèrement trop fait pour ses capacités. Il risquait bien d’en payer le prix au cours des prochains jours, mais il s’en fichait. Il avait quelques jours de congé, et il comptait bien en profiter pour récupérer. – I'll just settle there ... just... a few minutes...  – lâcha-t-il à Lula, avant de se laisser tomber sur le canapé en poussant un soupir de soulagement mêlé à brin de souffrance. Les courbatures se faisaient déjà sentir. – I'm too old for this. – marmonna-t-il, comme un vieillard fourbu, du haut de ses trente-deux années de vie. Se moquait-il de lui? Assurément. Et il s’assumait complètement.


Dernière édition par Nash Kershaw le Lun 8 Oct 2018 - 1:33, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hana Golightly

Hana Golightly
books, flowers and the moon.

⋅ paper notes : 7543
⋅ since : 04/11/2017

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] colt, dean, hartley.

— build a home in someone's arms. Empty
MessageSujet: Re: — build a home in someone's arms.   — build a home in someone's arms. EmptyDim 5 Aoû 2018 - 23:16

(outfit) Elle s’était soudainement sentie courageuse, la gamine, alors qu’elle tenait son portable entre ses doigts, allongée seule dans le lit de son petit appartement. Toujours plus entreprenante lorsqu’elle savait qu’on ne pouvait pas voir ses joues tourner au rouge, lorsqu’elle avait du temps pour réfléchir à ses réponses et peser ses mots. Si, face à lui, elle aurait balbutier et cherchait ses mots, ce n’était pas le cas sur son clavier. Elle avait décider d’oser, et une chose en entrainant une autre, ils avaient prit une décision que Lula n’imaginait pas avant encore de longs mois. Mais pas pour eux. Ils avaient fait un pas de plus dans leur relation au moment où Nash lui avait proposé de venir s’installer chez lui, dans son appartement, tous les deux. L’idée l’avait séduite rapidement, bien entendu, mais elle n’avait pas tardé à l’inquiéter, aussi. Et s’il ne la supportait pas au quotidien ? Et si elle était trop jeune ? Et si c’était trop tôt ? Lula avait fini par chasser les questions et les doutes, car au fond d’elle, elle se savait prête. Prête à avancer, prête à essayer. Pour lui, pour eux. Leur relation, vieille de quelques mois, lui semblait bien plus solide qu’une vague amourette. Non, eux, ils s’aimaient. Ils s’aimaient vraiment. Et si la vie lui avait prouvé à maintes reprises que l’amour ne dure pas forcément toujours, elle avait laissé son coeur la guider plutôt que son cerveau. C’était ce qu’elle savait faire le mieux. Les cartons s’étaient rapidement entassé dans le couloir de son appartement alors qu’elle vidait petit à petit l’endroit, jusqu’au grand jour, celui du déménagement. La journée avait été longue, chargée par les allés-retours et les cartons, et c’est sa guitare sur le dos et deux sacs d’habits dans les mains que se termina ce qui lui avait semblait être la plus longue et la plus pénible des routines. La brunette suivit son copain jusqu’à son appartement, leur appartement, avant d’entrer pour y déposer les derniers sacs. — I think we're good, this time. — Si elle avait laissé tomber les sacs lourdement sur le sol, c’est délicatement qu’elle posa sa guitare contre un mur de l’entrée, alors que Nash se dirigeait vers le salon. Un léger rire échappa ses fines lèvres alors qu’il semblait souffrir. La journée avait été longue pour elle, mais elle avait dû être pire pour Nash, qui venait tout juste de déménager Daisy la vielle. Lula ne tarda pourtant pas à se moquer de lui, s’approchant d’un pas délicat jusqu’à lui. — How strange, I'm feeling great. I really don't know why I'm dating someone this old. — Elle le taquina, un sourire enfantin aux lèvres, avant de venir se poser le plus doucement possible sur ses cuisses, s’assurant de ne pas le faire souffrir plus que ce n’était déjà le cas. La musicienne glissa ses mains derrière sa nuque, l’observant longuement et tendrement, cet homme qui avait bousculé sa vie sans qu’elle ne s’y attende vraiment. Leur différence d’âge la marquait toujours autant, après ces quelques mois, mais elle ne la dérangeait plus du tout. Elle appréciait bien trop de vivre de nouvelles expériences aux côtés du Kershaw. Elle l’aimait bien trop, tout simplement. — I'm really happy to move in with you. — dit-elle finalement doucement, laissant sa blague derrière eux, alors que ses doigts se perdaient doucement dans ses cheveux.

_________________

(austen) the person, be it gentleman or lady, who has not pleasure in a good novel, must be intolerably stupid.


Dernière édition par Lula Goldstein le Jeu 23 Aoû 2018 - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

click down

— build a home in someone's arms. Empty
MessageSujet: Re: — build a home in someone's arms.   — build a home in someone's arms. EmptyMer 15 Aoû 2018 - 5:00

C’est avec un brin d’innocence qu’il avait abordé ce sujet, il y a quelque mois. Une idée qui avait fait son bout de chemin dans son esprit, jusqu’à ce qu’il se décide à la dévoiler à sa petite amie. Vivre ensemble, dans le même appartement, lui semblait être la suite logique des choses, la prochaine étape de leur relation. Ils n’étaient peut-être ensemble que depuis un peu plus de huit mois, mais il avait le sentiment que ce n’était que les premiers d’une longue série qui, il espérait, ne se terminerait jamais. Il s’imaginait sans peine vieillir avec sa belle à ses côtés. Nash, il était persuadé que cet amour-là, celui qu’ils se portaient l’un et l’autre, n’était pas qu’une amourette de passage. Elle était à la fois l’amoureuse et l’amie, la confidente et l’amante. Une multitude de rôles qu’elle endossait sans broncher, et qu’il revêtait aussi, à l’occasion. Il avait perçu les inquiétudes de Lula face à cet énorme changement dans leur vie respective. Cette nouvelle réalité amenait son lot de nouvelles expériences et une adaptation que l’un, comme l’autre, devrait faire. Vivre momentanément chez l’un ou chez l’autre, le temps de quelques jours, n’étaient qu’une vaine imitation du quotidien qu’ils partageraient désormais. Mais rien n’effrayait Nash. Il avait passé les dernières années à vivre avec une adolescente en pleine crise : ça ne pouvait pas être pire. C’est un sourire amusé aux lèvres, en songeant à sa nièce et ses années ingrates, qu’il pénétra dans l’appartement, avant de se libérer une toute dernière fois des paquets qu’il portait. Il n’avait qu’une seule envie, et c’était de se poser et de relaxer, de prendre une pause, son corps exténué ayant abandonné la course avant la fin. Il n’entendit presque pas Lula lui dire qu’ils en avaient enfin terminés pour aujourd’hui. Son corps s’était écroulé sur le sofa du salon, une plainte s’arrachant à ses lèvres asséchées, ses muscles menaçant de porter plainte contre ce traitement malsain qu’il leur avait fait subir au court des dernières heures. – Enjoy, while you're still young. Once in your thirties, it will be a different story. I'll laugh then. – Il avait opté pour ce même ton malicieux qu’elle avait employé, quelques instants plus tôt, sachant pertinemment qu’elle était aussi sérieuse qu’il pouvait l’être, à cet instant précis. C’est-à-dire : pas du tout. Et quand elle vint s’installer à califourchon sur ses cuisses, les dernières minutes semblèrent s’évaporer, alors que son regard se perdait dans les traits de sa douce, des traits dont il ne se lassait jamais. Ses yeux croisèrent les siens, s’y accrochèrent un peu trop longuement, comme à leur habitude. Il avait toujours un mal fou à se défaire de cette emprise-là. Elle l’avait ensorcelé comme nul autre avant elle. Ses doigts se frayaient un chemin au travers de ses mèches qui lui collait à la nuque, une petite habitude qu’elle avait prise au fil du temps et qui faisait toujours naître un sourire sur les lèvres du musicien. – Me too. – lui fit-il savoir, plus qu’heureux de savoir que chaque matin, désormais, c’est à ses côtés qu’il se réveillerait. Et même si elle lui arrachait les draps pendant qu’elle dormait, ou qu’il se retrouvait avec certains de ses cheveux dans la bouche, il n’allait jamais s’en plaindre. Au contraire, c’était à ces petits moments qu’il rêvait, quand il songeait à leur vie, ensemble. – There's still no dog in here, but I think it can wait a little. – L’état dans lequel se trouvait leur appartement n’était surtout pas propice à la vie d’un animal de compagnie. Des tonnes de boîtes s’accumulaient dans chaque recoin de la pièce, et il y avait encore de la peinture à faire, notamment dans l’ancienne chambre de Daisy, et dans la leur, aussi, question que sa belle s’y sente comme chez elle. Comme chez eux. Ses mains se posèrent doucement sur les cuisses de la jeune femme, son derme savourant ce contact avec la peau de jouvencelle que l’absence de tissu lui offrait. Ses pouces, distraitement, ne pouvaient s’empêcher de faire de petits cercles tout contre elle. – Kiss me. – lui susurra-t-il à mi-mots, alors qu’il laissait doucement ses doigts papillonner le long de ses jambes, tel les caresses d’une plume au vent.


Dernière édition par Nash Kershaw le Lun 8 Oct 2018 - 1:33, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hana Golightly

Hana Golightly
books, flowers and the moon.

⋅ paper notes : 7543
⋅ since : 04/11/2017

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] colt, dean, hartley.

— build a home in someone's arms. Empty
MessageSujet: Re: — build a home in someone's arms.   — build a home in someone's arms. EmptySam 8 Sep 2018 - 13:10

Certains diraient que les choses s'étaient faites trop vite, mais pas elle. Non, Lula appréciait les étapes qu'ils franchissaient, une à une, à leur rythme. Personne n'avait à leur imposer quoi que ce soit, que ce soit les parents Goldstein ou les possibles amis de Nash qui pourraient critiquer ses choix. Ils s'en foutaient bien. Elle s'en foutait. Elle ne voyait que lui, elle ne voulait que son avis à lui. Vivre avec lui, c'était le nouveau grand changement, un saut dans une autre facette de leur relation. Lula était prête, pourtant, malgré un fond de panique constante. Il avait appris à l'aimer, au fil des mois, à l'aimer pour qui elle était vraiment. Avec ou sans maquillage, même au petit matin ou lorsqu'elle était de mauvaise humeur. Il avait tout vu d'elle, ou presque tout. Pourquoi retarder l'échéance, alors qu'ils mouraient tous les deux d'envie de partager tout leur temps ensemble, dans le même appartement. C’est comme ça qu’elle s’était retrouvée là, à monter ses affaires dans cet appartement qu’elle avait visité quelques fois au paravant, cet appartement où ils avaient échanger leur premier baiser, leur première nuit ensemble. — You know, when I’ll be in my thirties you’ll be… almost in your forties. — Lula exagéra une grimace, cherchant à l’embêter un peu plus. C’était la réalité, pourtant. Sept années les séparaient, et le temps ne changerait rien à ça. Pourtant, Nash avait beau être plus vieux qu’elle, Lula ne le ressentait même plus. Il portait physiquement son âge, un visage mature qui criait l’âge adulte. Mais son esprit, lui, avait probablement cessé de vieillir au même moment que celui de Lula. Ils étaient, tous les deux, de véritables gamins. Leur relation en était plus candide, plus saine. Ils étaient fait l’un pour l’autre, et la Goldstein n’en doutait pas une seconde. Son regard était toujours rivé sur l’home, alors qu’il s’amusa de l’absence du chiot qu’ils n’avaient pas encore recueilli. Lula lâcha un doux rire, regardant rapidement autour d’eux. — Yes, it can wait. I want you all to myself, for now. — répondit-elle. L’appartement n’était pas dans les meilleures conditions pour accueillir un animal. Les cartons étaient encore faits, et Lula se connaissait bien, il lui faudrait quelques semaines avant d’avoir fini de ranger toutes ses affaires. Les peintures devaient passer avant, de plus, la prochaine étape avant qu’elle ne puisse commencer à disposer de l’espace. Le périple de ce déménagement était loin d’être fini, mais elle s’en réjouissait, car c’était avec lui. Son regard se posa à nouveau sur Nash, doux et amoureux, ce regard qu’elle lui réservait tout particulièrement depuis des mois maintenant. Elle manqua de frissonner en sentant ses doigts caresser la peau de ses cuisses, doucement, délicatement, et lorsqu’il lui susurra ses deux petits mots, la jeune femme craqua et colla immédiatement ses lèvres aux siennes. Il l’aurait fait craqué à chaque fois, avec ce regard et ses mots doux, ses gestes qui la faisaient chavirer. Il savait s’y prendre avec elle, le Kershaw, il avait apprit à desceller ses points faibles et ce qu’elle aimait, comment la faire craquer, et Lula était totalement à sa merci,  de la plus volontaire des façons qu’il existait. Leur baiser se prolongea alors que ses mains se perdirent un peu plus dans les boucles de l’homme, avant qu’elle ne décolle légèrement ses lèvres des siennes, reprenant son souffle. — You have to stop doing this. Being so charming and everything. I just can’t deal with it anymore. — Lula chuchota, un léger rire lui échappant alors que ses yeux étaient à nouveau plonger dans ceux de Nash.

_________________

(austen) the person, be it gentleman or lady, who has not pleasure in a good novel, must be intolerably stupid.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


click down

— build a home in someone's arms. Empty
MessageSujet: Re: — build a home in someone's arms.   — build a home in someone's arms. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 — build a home in someone's arms.
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» (discussion) Ocean Home
» News Orks pour Apocalypse... Stompas plastiques?
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» Kotei 2011 ?
» Avez vous la slacking attitude ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: