AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 not on drugs, just in love. (tessa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: not on drugs, just in love. (tessa)   Jeu 7 Déc 2017 - 10:24



- tessa & joan -
I'm up with the kites and I dream so blue
I'm queen of the clouds, make my wish come true.

Le véritable inconvénient lorsque l'on est son propre patron est de trouver du temps pour soi, le temps de décrocher. Entre l'administration de son affaire, les comptes, le maintien de l'endroit, la gérance des employés et le réapprovisionnement des stocks, on pouvait rapidement se perdre personnellement et s'enfoncer dans un cercle sans fin. Car il fallait le dire, lorsqu'une tâche s'achevait, il était pratiquement impossible qu'elle s'ensuive d'une accalmie. Mais ce mode de vie m'épanouissait, je me sentais active, vivante et j'avais l'impression de me dépasser de plus en plus, même si parfois, l'épuisement se faisait sentir. Mais nous avions tellement manqué lorsque nous étions plus jeunes que je refusais de baisser ma garde, ne sachant trop bien que dès lors que l'on se relâche, tout peut s'effondrer rapidement et je refusais de voir l'entreprise pour laquelle j'avais tout donné tomber en ruines. Je n'avais pas peur de décevoir ma famille, car je savais qu'ils n'avaient jamais imaginé que je rachèterais un pub ni même que je dédierais ma vie à servir des cocktails, mais je ne voulais pas montrer que j'étais simplement une entêtée incapable de se gérer. Mon père n'en serait que trop heureux de me dire que je l'avais bien cherché à me mettre ça sur les bras. Il ignorait pourtant que ce pub était devenu ma passion, mon foyer et ma raison de me battre. Pourtant, pour rester saine d'esprit, j'avais besoin de faire une pause de temps à autres et bien que ces temps furent très rares, j'avais la chance de pouvoir laisser mon bar entre de bonnes mains au moins pour un après-midi. Je profitais généralement de ces moments pour rendre visite à ma famille ou à des amis, faire des choses que j'aimais et que j'avais trop peu de temps pour faire d'ordinaire. Aujourd'hui, je rejoignais Tessa au salon de thé pour une pause, l'occasion de rattraper plusieurs jours sans se voir ni se parler, et avec le retour de Jerry en ville, je n'avais que plus de motivations à la voir. A peine quelques jours après notre rencontre à la collecte des jouets - ou plutôt notre affrontement - que déjà je me languissais de revoir ses traits et entendre sa voix. Je n'espérais nullement le voir aujourd'hui, mais sonder Tessa sur la situation serait un bon moyen pour en savoir plus sur les activités de son frère dernièrement. Je poussai la porte du salon de thé, consciente que j'étais en retard et sachant pourtant que par rapport à mon amie, je serais forcément en avance. Lorsqu'elle passa la porte juste après moi, je me tournai, me mettant à rire devant la situation : toutes les deux hors d'haleine, nous avions couru pour être la moins en retard des deux. « J’aime à quel point tu es fidèle à tes habitudes Tess ! », dis-je en riant encore, avant de serrer mon amie dans mes bras brièvement. « A part que tu as l’air d’avoir couru un marathon, comment vas-tu ? » La délicatesse n'avait jamais été mon fort et je me mordis la joue en réalisant que je venais d'insinuer à quel point elle avait l'air rouge et à bout de souffle.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: not on drugs, just in love. (tessa)   Ven 8 Déc 2017 - 10:42



- tessa & joan -
I'm up with the kites and I dream so blue
I'm queen of the clouds, make my wish come true.



Je suis toujours à la bourre, c’est une habitude chez moi, le retard est une seconde nature chez moi. Je ne sais pas être à l’heure, déjà au lycée, j’ai eu plusieurs avertissements parce que j’avais tendance à arriver avec un petit retard. Mes professeurs perdaient patience à force, ce que je peux comprendre, j’étais toujours sincère dans mes excuses, mais pourtant, j’ai toujours un mal fou à être à l’heure. Mais à ma décharge, je ne sais plus où j’ai lu cela, mais une étude prouve que les gens en retard sont généralement plus intelligents, vous imaginez ? Et bien moi j’aime le dire, quand on me reproche mes retards, j’aime à le dire, il est possible que mon QI soit plus important que ceux qui aiment la ponctualité. La ponctualité cela manque cruellement de mystère à mes yeux. Quand on arrive à l’heure, c’est rassurant bien entendu, mais quand on ne voit pas arriver dans la minutes la personne, on se demande ce qu’elle peut faire, est-ce qu’elle accourt pour nous, est-ce qu’elle est pressée de nous voir… bla bla bla, en général, je suis la personne qui court un marathon qui arrive un peu décoiffée. C’est exactement ce qui m’arrive en ce moment. Bordel. J’ai trop traîné au boulot. Notez d’ailleurs, si je suis en retard, la plupart du temps c’est que je suis encore et toujours dans mon bureau, entourée de pile de dossiers à gérer, c’est dingue ce que le conté a besoin d’assistante sociale, on dirait qu’on n’est pas assez pour tous les cas que l’on doit traiter. J’ai l’impression que je dois toujours boucler des dossiers pour éviter que des enfants passent plus de temps qu’il ne faudrait dans de mauvaises situations. J’ai toujours cette hantise de louper quelque chose et que par ma faute, un drame n’arrive, alors voilà, je passe peut-être du temps au travail mais j’aime mon travail, c’est clairement ma passion. Alors quand je me suis rendu compte que j’étais en retard, j’ai fermé le dossier sur lequel je bossais, j’ai éteint mon ordinateur et j’ai filé. Je manque de tomber en trébuchant avec mes talons, je suis toujours bien habillée pour travailler, c’est demandé, il faut faire bonne impression. J’ai de la chance, je trouve de la place pas loin du café où je dois retrouver une amie. Enfin c’est plutôt un salon de thé. Je cours presque lorsque je ferme ma voiture, je ne dois ressembler à rien, strictement à rien. J’arrive à destination. Je suis essoufflée, je devrais vraiment me remettre au sport moi, je danse un peu mais plus assez. J’entends la clochette teinter au-dessus de moi, je me freine dans mon élan et je constante de Joan, mon amie vient tout juste d’arriver. Je n’ai même pas pris la peine de lui envoyer un texto pour la prévenir, enfaite j’étais tellement en speed que me voilà… Elle rigole en me voyant arriver, elle me connait bien. Je pouffe lorsqu’elle me dit qu’elle aime mes habitudes, en gros, qu’elle aime mon retard, enfin, je crois que si elle était arrivée il y a vingt minutes, elle serait plutôt agacée mais soit, c’est une bonne journée ! Je reprends mon souffle et j’attrape la belle brune dans mes bras. « - Désolée, encore et toujours la même excuse, j’étais plongée dans mon boulot… ravie de voir que tu ne me maudis pas pour ce retard, je suis soulagée ! » Je lui fais un sourire malin. Elle me taquine, alors je me recoiffe un peu, mes cheveux ne sont jamais vraiment coiffés, je les démêle le matin et hop hop hop. Je les replace rapido et je souffle encore, mon souffle revient à la normale. « - Pff, ne te moque pas, j’ai manqué de me tordre la cheville rien que pour tes beaux yeux ! Essaie de courir dans cette tenue avec ses talons ! » J’ai un tailleur moderne et des talons, pas des talons qui torturent mes pieds, c’est déjà cela ! On se prend une table dans un petit coin sympa. Une serveuse nous donne les cartes. Je l’ouvre et mes yeux ne savent plus où se poser. Il y a un tas de pâtisseries qui me font de l’œil. Cependant, je crois que je vais opter pour une tartatin avec une boule de glace vanille. Il y a de la cannelle en plus, bon sang ! Je raffole de la tartatin ! Pour l’accompagner je prendrais un bon café viennois. « - Bon mise à part ça, je vais bien, c’est une meilleure période, Jerry est de retour… cela fera du bien à papa et maman… surtout après… la disparition d’El… enfin tu sais » je lui fais un petit sourire triste par-dessus la carte. Parler d’Elsa c’est toujours douloureux, même si cela remonte à cet été. « - Et toi ? Tu vas bien ? »
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: not on drugs, just in love. (tessa)   Ven 15 Déc 2017 - 8:35


- tessa & joan -
I'm up with the kites and I dream so blue
I'm queen of the clouds, make my wish come true.

Tessa était sans doute l'une des rares amies sur laquelle je pouvais toujours compter, et elle savait que j'étais toujours là pour la soutenir quoi qu'il se passe. Mais dernièrement, j'avais plutôt manqué à mes devoirs d'amie envers elle, ainsi qu'envers toute la famille Clarke. La perte de la jeune Elsa avait été un choc pour tout le monde, même si cette dernière était atteinte d'une maladie, nous espérions tous pour une guérison miraculeuse. Pour avoir passé beaucoup de temps parmi les Clarke ces quinze dernières années, je savais combien ils étaient unis et je m'étais assez attachée à chacun d'entre eux pour avoir été très peinée par la disparition d'Elsa. Bien évidemment, je n'étais pas aussi proche d'elle que je pouvais l'être de Tessa, quatre ans nous différenciant, mais je trouvais cela profondément injuste que le destin s'acharne sur une jeune femme avec un coeur aussi énorme, toujours de bonnes intentions et une gentillesse incomparable. Personne ne méritait de souffrir. C'est pourquoi, à l'annonce de son décès, une partie de moi avait été soulagée pour elle, ainsi que pour toute sa famille. Voir des proches souffrir est sans doute la pire chose qui soit, notamment lorsque l'on ne peut rien pour les soulager. Je me sentais d'autant plus misérable de ne pas avoir été présente à ce moment-là, de n'avoir pensé qu'à moi, bien que je n'eusse appris la nouvelle que plus tard. J'avais toujours été là pour Tessa, depuis le premier jour de notre rencontre dans ce couloir étroit du lycée de Brighton, où je n'avais pas hésité à bousculer cet abruti afin qu'il laisse la jeune et frêle Tessa tranquille. Et désormais, je désirais plus que jamais me rattraper et être présente pour soutenir mon amie autant que je le pouvais. Même si cela ne tenait qu'à une pause dans un salon de thé à se goinfrer de sucreries en tout genre. Comme toujours, la rouquine était rayonnante, les joues enflammées par sa course contre la montre - qu'elle ne pourrait sans doute jamais gagner -, mais je ne pouvais m'empêcher de mettre les pieds dans le plat chaque fois, pointant ce qu'il ne fallait pas le plus maladroitement. J'imaginais qu'elle était plutôt habituée avec le temps et qu'elle n'en tenait plus compte, comprenant toujours que c'était ma maladresse légendaire qui s'exprimait. Je ris à sa remarque, si elle savait que je venais tout juste de passer la porte, elle ne s'en voudrait pas autant d'être à bout de souffle, mais la voir ainsi était assez risible. Je ne fus pas assez cruelle pour continuer à la torturer toutefois. « Bon, c’est le moment où j’avoue que je viens juste d’arriver et qu’à une minute près, tu perdais ta réputation d’éternelle dernière arrivée ! », ris-je à nouveau en poursuivant, « Je t’assure que je ne me moque absolument pas, je le ferais seulement si je savais courir avec ces objets de torture que tu portes… mais toi et moi on sait que je ne sais même pas passer une soirée entière debout sur ces horreurs. » Et elle ne pouvait qu’acquiescer, elle ne m’avait vue que trop de fois dans ce genre de situation, puisque j’aimais faire des efforts vestimentaires à l’occasion et me parer de talons. Cependant, malgré tous les efforts fournis, je n’arrivais toujours pas à comprendre comment marcher sur de telles plateformes. Je préférais largement garder les pieds sur Terre et le confort de mes boots ou de mes baskets. Nous nous installâmes en riant et je scrutais la carte tandis que mon amie me faisait part des nouvelles. Ce fût lorsqu’elle évoqua brièvement le décès de sa sœur que mon coeur se serra. Je ne pouvais imaginer la douleur qu’elle devait ressentir chaque fois qu’elle l’évoquait. Perdre une sœur me serait fatal. « Oui je pense que ça va mettre un peu de gaieté et de baume dans le cœur de tes parents, surtout en cette période. », dis-je en faisant un sourire sincère et compatissant à Tessa. Je décidai de changer de sujet, ne désirant pas mettre mon amie dans l’embarras. Si elle souhaitait se confier, elle le ferait. « Oh tu sais, la routine, les affaires sont très agitées ces derniers temps avec le bilan de fin d’année et le dynamisme des fêtes. Mais c’est positif après tout ! », répondis-je en évitant d’étaler le drama familial qui m’inquiétait pour le déroulement de ces fêtes. « J’ai d’ailleurs pu voir Jerry à la collecte de jouets, je ne savais pas qu’il était rentré, ni même s’il… serait là pour Noël cette année. » Ou s’il me pardonnerait un jour. J’évitai alors le regard de Tessa après m’être précipitée sur le sujet du retour de Jerry, parlant à une vitesse qui ne m’était connue que lorsque j’étais nerveuse. Je repris mon souffle et indiquai à la serveuse que je prendrai un thé vert menthe et une de leurs délicieuses mince pies, non contente qu’elle soit arrivée à ce moment-là pour faire diversion.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: not on drugs, just in love. (tessa)   Dim 31 Déc 2017 - 10:34



- tessa & joan -
I'm up with the kites and I dream so blue
I'm queen of the clouds, make my wish come true.



C’est maladif à ce niveau-là. Je ne sais plus quoi faire de ma peau. Je suis impardonnable Jerry en rigole, ma mère ça l’agace. Mon père ne dit plus rien, il s’attend à mon retard, il compte quinze minutes de plus à l’heure que j’annonce. Bon, il est vrai que cela fait sourire mais j’ai toujours peur de vexer la personne qui m’attend mais c’est plus fort que moi, tant qu’il n’est pas une minute moins l’heure prévue, je ne m’inquiète pas. C’est dingue, j’ai toujours l’impression que je pourrais arriver à l’heure mais c’est totalement impossible, qui peut se déplacer en une minute ? Je ne suis pas wonder woman et même elle, je ne suis pas sûre qu’elle le fasse avec autant de classe. Sérieusement, comment les gens font-ils pour être à l’heure ? J’ai du mal mais je tente pourtant de m’améliorer. Je tente de faire un effort, mais être à l’heure pour moi, cela semble être impossible. Quand je vois l’heure à mon bureau, mon sang ne fait qu’un tour. Je crois que je bats un record pour me rendre sur le lieu de rendez-vous. Je dois retrouver Joan, c’est une bonne amie, une amie que je connais depuis le lycée, elle a fait partie de ceux qui en m’ont pas lâché lorsque je me suis retrouvée avec mes problèmes d’anorexie. En tout cas, je cours presque, non vraiment je cours dans la mesure du possible avec mes talons. Pourquoi je porte des talons déjà ? Il paraît que cela fait mieux qu’on bosse. Ce n’est pas encore que cela me fasse mal aux pieds mais pour une personne qui n’est jamais à l’heure comme moi, ce n’est pas la solution de facilité.

J’arrive dans le salon de thé où j’ai rendez-vous avec Joan. Je suis un peu essoufflée, je tente ne pas montrer que le sport ce n’est pas trop mon truc. Je suppose que j’ai les joues un peu roses quand même. Je retrouve la belle brune juste dans l’entrée, elle semble regarder ce qu’elle peut manger. Il est vrai que les petites pâtisseries donnent réellement envie. Bien sûr, Joan me taquine, elle ne fait pas partie des gens qui se vexent de mes retards, ouf ! Je tente de me défendre mais bon, elle se doutait de mon retard, elle y était presque préparée. Décidemment ! Je suis trop prévisible ! Je souris à Joan, il est vrai qu’elle ne porte pas souvent de talons, ceux que je prends pour le travail s’avère plutôt confortable, mais parfois je me retrouve avec des escarpins qui me mutilent les pieds, littéralement ! « - C’est une question d’habitude, ceux-là ne me vont pas trop souffrir encore ! »

On s’installe. Je pense savoir déjà ce que je vais prendre, un café viennois et sans doute une tarte tatin. J’ai toujours raffolé de ce dessert, bien sûr, les meilleurs viennent de ma mère mais c’est un secret. Chut ! Joan prend des nouvelles et je lui parle du retour de Jerry, les fêtes approchent et on est toujours ravi quand il rentre au bercail. Et puis avec la disparition d’Elsa, on avait besoin de lui ! Je tente de ne pas penser que ce sera le premier noël sans Elsa, rien que l’idée me serre le cœur. « - Jerry est rentré il y a peu, je crois qu’il savait qu’on aurait besoin de lui, tu sais, avec l’absence d’Elsa ce noël, papa et maman ont besoin de leur fils. Ils ont besoin de tout le monde ! » Je lui fais un petit sourire, je ne veux pas plomber l’ambiance. « - Mais passons, Jerry nous a aidé pour la collecte, il est là et on doit profiter ! » Je souris. La serveuse vient prendre notre commande. « - Je prendrais une tarte tartin et un café viennois s’il vous plait ! » Je lui rends la carte et j’attends que mon amie fasse de même. « - Et du coup, les affaires marchent, c’est génial et niveau cœur ? Ne me dis pas qu’une femme comme toi, ne trouve pas chaussure à son pied ! Je serais un mec, je craquerais ! Je suis sûre que mon frère serait d’accord avec moi ! Pas Demyan hein, quoiqu’il le serait aussi mais Jerry ! Pas de beau garçon aux alentours ? Tu sais que je suis curieuse ! Trop ? Si ça t’embête tu me le dis ! » Je souris malicieusement, je suis impardonnable. « - D’ailleurs vous feriez un beau couple Jerry et toi… non ? » Jerry est seul depuis trop longtemps et je trouve que les deux pourraient faire un beau couple, Joan est comme une sœur pour moi, sa petite sœur Emma une de mes meilleures amies, on pourrait réunir la famille avec eux deux, mais j’imagine que je pars un peu trop loin. En plus j'ai cette tendance à trop parler, je débite à toute vitesse. Je crois que je suis portée par l'énergie de noël, cela me donne plein d'énergie.

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: not on drugs, just in love. (tessa)   Dim 21 Jan 2018 - 13:03

- tessa & joan -
I'm up with the kites and I dream so blue
I'm queen of the clouds, make my wish come true.

Dans Brighton, les familles Clarke et Fairchild se ressemblaient beaucoup et étaient connues pour leur bonne entente, si bien que beaucoup dans le voisinage nourrissait l’espoir secret de voir un mariage se faire entre deux enfants des deux familles. Et pour beaucoup, Jerry et moi étions les élus parfaits pour représenter ce doux rêve. Ils n’imaginaient pas à quel point les choses étaient compliquées. Si jamais je ne m’étais imaginée ni rêvée en mariée, force était de croire qu’un lien s’était créé entre nous, sans même que nous ayons été forcés à nous rapprocher. Mes parents eux-mêmes ne cessaient de me demander des nouvelles de Jerry, chaque fois qu’ils me voyaient, l’étincelle de malice dans le regard de ma mère et les sourcils froncés de mon père, persuadés que quelque chose se tramait entre nous. Chaque fois, je faisais ma mauvaise tête et demandais pourquoi ne pas poser la question à mon frère, après tout il était son meilleur ami. Mais si ce dernier avait toujours gardé bien consciemment ses œillères nous concernant, mes parents, eux, n’avaient jamais été dupes. Quant à la famille Clarke, tous semblaient absolument convaincus que Jerry et moi formerions le couple parfait. Aucun n’imaginait que j’avais déjà sûrement réduit toute chance à néant. Et pourtant, j’étais attachée à chacun des membres de cette famille. Et si je m’en voulais de ne pas avoir été présente pour mon amie lors du décès de sa sœur, je mettais un point d’honneur à me rattraper et à lui montrer qu’elle pouvait toujours compter sur moi, tout comme au lycée. Je vis son regard se voiler au moment où le nom d’Elsa franchit ses lèvres et j’eus un pincement au cœur, loin de moi l’idée de lui noircir son après-midi. Réveillée par la présence de la serveuse, je lui tendis la carte que je tenais fermement dans mes mains après avoir commandé. Le temps que Tessa chasse elle-même ses pensées tristes. Elle était tellement admirable, par sa force et son courage. « Oui tu as raison, l’esprit de Noël est là pour donner de la joie à tous et c’est ce qu’elle aurait souhaité. » J’hoche la tête, comme pour appuyer mon propos et son naturel de véritable soleil reprend immédiatement le dessus. Je l’observe avec une pointe d’admiration et de fierté à la fois, tout en l’écoutant parler à toute vitesse. Elle me parle de mes histoires de cœur et je ne peux réprimer un rictus de dégoût. Tessa savait que je n’aimais pas particulièrement parler d’amour et de relations, mais elle ne pouvait s’empêcher d’essayer de me caser avec tous les hommes qu’elle pensait me correspondre. Je roulais déjà des yeux lorsqu’elle évoque le fait que Jerry serait d’accord. Jerry serait sûrement très mal à l’aise de confirmer de tels dires. Je laisse la serveuse nous poser les tasses et commence à me servir, tout en répondant à mon amie : « Non mais non, tu sais à quel point j’adore parler de mes histoires d’amour inexistantes ! » Je ne pouvais pas m’empêcher d'être sarcastique, d’autant plus que la dernière en date n’avait été qu’un échec du début à la fin, pour ne pas dire la pire bêtise qu’il m’ait été donné de faire. Et pourtant, j’en avais fait un certain nombre. Pourtant, elle poursuit et je manque de m’étouffer lorsque j’entends sa phrase. Je recrache le thé que j’avais dans la bouche, dans un naturel absolument déconcertant. Pourquoi avait-il fallu qu’elle dise cela au moment où je buvais mon thé ? Je m’essuyai la bouche et me maudis de ne pas savoir être plus retenue et distinguée. « Tu veux que je meurs c’est ça ? J’ai failli avaler mon thé de travers ! » Mais à dire vrai, j’étais plus gênée par sa remarque que par mon manque de délicatesse. « Qu’est-ce qui te fait dire ça d’abord ? Il t’a dit quelque chose ? » Mes yeux étaient grands ouverts et je recommençais à parler à toute vitesse, trahissant mon intérêt soudain pour le sujet. Il y a encore trois ans de cela, j’aurais roulé des yeux et dit simplement qu’elle délirait. Aujourd’hui, tout était différent, et tout espoir était bon à prendre. « Il doit avoir quelqu'un de toute façon. », tentai-je, en me mordant la joue et en évitant le regard de Tessa, tout en balayant le sujet du revers de la main. J'étais partagée entre l'envie presque obsessionnelle de savoir s'il lui avait parlé de quelqu'un et le besoin de changer de sujet.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: not on drugs, just in love. (tessa)   

Revenir en haut Aller en bas
 
not on drugs, just in love. (tessa)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» I love America
» Love Hina

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: