AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 – wherever life plants you, bloom with grace.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: – wherever life plants you, bloom with grace.   Mer 6 Déc - 21:44




- dawn whittaker (simone theriot) -
growth is painful, change is painful, but nothing is
as painful as staying stuck somewhere you don't belong.


i. harness your blame, walk through
- âge et lieu de naissance: c'est à baton rouge, dans le coeur de la louisiane, que simone theriot a vu le jour, il y a celà vingt-cinq ans. mais dawn whittaker, elle, prétend être née à new york, dans le queens. la seule chose que ses deux identités ont en communs réside dans la date de leur naissance, le seul élément de son passé conservé dans sa nouvelle identité. - origines et nationalité: l'accent qui vibre au fond de sa voix laisse deviner sans peine ses origines américaines. et même si elle en possède encore la nationalité, dawn s'affiche désormais comme une anglaise à part entière. - statut familial: orpheline, la jeune femme évite de parler de son passé. et même si ses parents ne sont pas véritablement morts, il est plus aisé de s'abstenir de parler d'eux. ils ont, depuis longtemps, perdu ce titre précieux, ne devenant, aux yeux de dawn, que des géniteurs dont elle se préoccupe peu. elle a aussi une sœur, mais il y a longtemps que simone a cessé de faire des efforts pour se rapprocher d'elle. - statut civil: elle porte encore les traces d'une relation passée sur certaines parcelles de son corps et elle ne supporte pas d'être approchée par qui que ce soit. elle s'accroche au célibat, par simple instinct de survie, même si la solitude lui pèse plus qu'elle ne laisse croire. - occupation: la jeune femme n'a jamais eu le courage de faire de grandes études, mais elle se savait habile de ses mains, et c'est tout naturellement qu'elle s'est tournée vers une carrière plutôt manuelle. à la fois menuisière et femme à tout faire, elle possède aussi un certain talent pour rafistoler les vieux meubles trouvés dans les encans et chez les antiquaires. elle s'est même formée en ébénisterie afin de perfectionner ses techniques. depuis, elle a ouvert son petit atelier avec pignon sur rue, où elle vends ses pièces originales ou recyclées. - cinq choses favorites: son atelier, l'endroit où elle passe le plus clair de son temps, là où elle oublie parfois même la vie et ses tourments. le café, elle ne peut tout simplement pas s'en passer.  new york, qui signifie à la fois la fin et la commencement. cette ville et les rencontres qu'elle y a faite l'ont sauvés, et rien que pour ça, elle ne peut l'oublier. maple, son chien d'assistance, un labrador brun aussi doux que réconfortant, qui ne la lâche pas d'une semelle. la radio local, et plus particulièrement la première son qu'elle entends, presque tous les matins, soit la voix de l'animateur de l'émission matinale, bash fraser. sans se l'avouer, elle fait une légère fixation sur ce dernier, ne connaissant toutefois rien de lui, sauf le son de sa voix. - saison préférée: le printemps, signe de renouveau, de renaissance. le froid de l'hiver qui s'éclipse enfin pour laisser place au soleil, chassant la neige à coup de temps doux et de pluie qui nettoie tout sur son passage. - traits de caractères: fragile, délicate, introvertie, minutieuse, sens du détail surdeveloppé, créative, craintive, solitaire, fascinée, rat de bibliothèque, renfermé, timide. - groupe: marigold. - avatar: bb suki waterhouse.  

ii. swing wide your crane, run me
Elle est née sous le pseudonyme de Simone Theriot, à Bâton Rouge, en Louisiane, il y a maintenant vingt-cinq ans. Erreur de parcours sur le chemin de vie bien précis de ses parents, elle ne s’est jamais considérée à sa place parmi les siens, et ses géniteurs avaient le don de la faire culpabilisé rien que parce qu’elle existait. – Simone a grandi dans l’ombre de sa sœur ainée, Camille, l’enfant parfait aux yeux de leurs parents. Sa mère n’avait de cesse de la faire pavaner dans des concours de beauté, créant, avec les années, un véritable monstre narcissiste qui devint aussi un bourreau des cœurs. Trop belle pour n’appartenir qu’à un seul homme, elle les enfilait les uns après les deux sous le regard afféré de sa cadette, se préoccupant bien peu du mal qu’elle leur causait. – Sa mère, dans un rare élan de bonté, tenta de chercher un bon parti pour sa seconde fille, qui approchait lentement mais surement de l’âge adulte. Loin d’être aussi jolie que l’ainée, elle n’était pourtant pas au reste : après tout, elle restait l’enfant de ses parents. Elle organisa un blind date avec le fils d’une amie, un garçon de bonne famille qui aurait, assurément, tout pour lui plaire. – Le rendez-vous ne répondit à aucune des attentes de la jeune fille. L’homme n’avait, en dehors du physique, rien d’intéressant à proposer. Leurs conversations étaient vides, ennuyantes et il se désintéressait d’elle continuellement pour reluquer les demoiselles de la table d’à côté. Elle passa tout de même la soirée avec ce dernier, se jurant toutefois que ça serait la première, et la dernière. – Adam, de son prénom, ne lâcha toutefois pas l’affaire, visiblement attirée par la cadette Theriot. Une affection qui flatta à priori la femme qu’elle était, sans toutefois la convaincre de changer d’avis. Si elle répondit avec politesse aux nombreux texto et coup de téléphones qu’il lui faisait, après quelques semaines, elle commença à trouver ce surplus d’attention lourd. Trop lourd. Jugeant préférable de couper tout contact avec ce dernier, elle cessa de lui répondre, puis, voyant qu’il ne s’arrêtait pas, changea de numéro de téléphone portable. – Obstiné, l’homme redoubla d’ardeur pour se rapprocher d’elle, s’invitant à son domicile dès qu’il avait un moment libre, et osant même pousser l’audace jusqu’à se présenter sur son lieu de travail, un petit café, pour l’observer alors qu’elle était en service. Agacée, elle tenta de porter plainte, mais fautes de preuves, on s’excusa de ne pouvoir rien pour elle. – Il la surprit, ce soir-là, alors qu’elle quittait son emploi à la fin d’une longue journée de travail. Tapis dans l’ombre, il l’attendait, et elle s’inquiéta dès que son regard croisa le sien. Ses intentions, comprit-elle rapidement, n’étaient pas de lui faire du bien. Et quand il l’attrapa, la coinçant contre un mur de cette ruelle pour la souiller de la pire des manières qui soit, elle n’eut même pas la force de se débattre. En silence, elle accepta cette déchéance, son âme se fissurant un peu plus à chaque coup de reins, bercés par le souffle rauque de son agresseur qui savoura sa victoire d’un ultime râle masculin, avant de vaguement la jeter à moitié nue dans la rue. – Ses parents refusèrent qu’elle porte plainte contre son assaillant, de peur de gâcher la vie de ce pauvre garçon qui n’avait qu’assouvir ses pulsions. Et puis, autant dire que la somme généreuse d’argent que le père de ce dernier donna à ses géniteurs mit un certain poids supplémentaire dans la balance. Il était le shérif de la ville, après tout, et il ne tenait pas à ce que la réputation de son fils chéri soit entachée par les histoires inventées d’une pauvre écervelée. – Franchement écheurée, Simone n’eut d’autres choix que de fuir sa Louisiane natale pour oublier, ou du moins, tenter de le faire. Elle prit le premier autobus qui passait par là, et elle vagabonda pendant plusieurs jours d’un état à l’autre avant de décider de se poser à New York. Elle pourrait aisément se dissimuler dans la foule de cette grande ville, sans qu’on la remarque, et c’était là tout ce qu’elle désirait. – Elle rencontra Evan un peu par hasard, l’ami d’un ami, qu’importe. Les deux se lièrent rapidement d’amitié, alors qu’il apportait une bouffée d’air frais à la vie de la louisianaise. Homosexuel affirmé, elle savait qu’elle n’avait aucune crainte à avoir de ce dernier, et après des mois à souffrir en silence de ce violent assaut, il fut le premier à qui elle osa finalement se confier. – Elle crut pendant un temps que ce cher Adam l’avait oublié, qu’il était passé à autre chose, délaissant le fruit de son obsession maintenant qu’il y avait gouté. Mais ce ne fut pas le cas, et près d’un an après son arrivée à New York, il la retrouva. Il était trop tard, quand elle s’en rendit compte. De nouveau, il avait violée son intimité, pénétrant par infraction dans le petit appartement qu’elle occupant dans le Queens. Et il l’attendait là, sagement, installé sur l’un des fauteuils du salon. Cette fois-là, elle ne figea pas. Elle n’était plus cette gamine-là. Et ses cris fusèrent dans le silence de la nuit quand il l’a coinça entre ses bras. Il la gifla si fort, pour la faire taire, qu’elle s’écroula au sol, dans un état de simi-conscience. Il aurait probablement abusée d’elle une nouvelle fois si ses voisins n’avaient pas accouru à sa rescousse, maitrisant l’homme qui tentait de fuir jusqu’à l’arrivée des policiers. – Au bout d’un long processus judiciaire qui s’éternisa pendant près d’un an, l’homme écopa d’une peine de prison de cinq ans. Maigre récompense obtenue pour les efforts qu’il fallut à Simone pour raconter son histoire depuis le commencement. Mais Evan était à ses côtés, et son charmant papa, avocat de renom, s’était chargée de sa défense, sans lui quémander le moindre montant d’argent. Des sous qu’elle n’avait pas, visiblement. Ses parents, aussi accusée de négligence parentale, eurent plus de chance. – On lui offrit de recourir au programme de protection de témoins pour se reconstruire une vie, à l’abri du danger. N’ayant point d’attache autre que celle de son meilleur ami, elle accepta. C’est en Angleterre, et plus particulièrement à Brighton qu’elle débarqua, quelques semaines plus tard, sous le couvert de l’anonymat. À partir de ce jour, Simone Theriot n’existait plus. Dawn Whittaker venait de voir le jour. – Une certaine somme d’argent avait été mis à sa disposions afin qu’elle puisse bien s’installer dans sa nouvelle vie, et elle l’utilisa avec parcimonie. Elle acheta un petit immeuble commercial au centre-ville, en haut duquel elle y installa ses appartements. L’étage du bas, quant à lui, servirait à son gagne-pain, soit la confection et la réparation/modification de meubles, avec un petit espace boutique pour vendre ses produits. – Toujours au prise avec certains syndromes post-traumatique, la jeune femme a fait une requête pour avoir droit à un chien d’assistance, et sa demande a été acceptée. Depuis bientôt deux ans, Maple, son labrador brun chocolaté, la suit comme son ombre, et la réconforte lorsque les fantômes du passé viennent la hanter. – Elle n’a jamais été capable de fréquenter un seul homme depuis son arrivée. Elle est effrayée lorsque l’un d’eux l’approche, ne serait-ce que pour complimenter son travail. Les médicaments qu’elle prend calment ses angoisses et son anxiété, et ses séances avec un psychologue l’aide à mettre en mots ce qui l’habite, mais rien ne saura jamais effacer les marques du passé.

iii. when eyes are all painted sinatra blue
- pseudo/prénom: schuylers, karine. - âge et pays: trente ans, québec. - type de personnage: inventé, reprise d'un très vieux personnage que j'ai joué sur un tr.   - votre avis sur le forum: gosh.    - où avait vous connu le forum: nadège bb.   - autre: oui, je sais, je me détriple. osef.  


Dernière édition par Dawn Whittaker le Mer 14 Fév - 17:11, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Brandy Fairchild

real eyes, realise, real highs.

- paper notes : 899
- since : 19/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #027, west side w/ wyatt.
contact book:
availability: yasin, tallulah, karaoke night (2/7)

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Mer 6 Déc - 21:46

re-bienvenue par ici avec ce nouveau perso' que j'ai hâte de découvrir I love you

_________________
i don't smoke weed to escape reality, i smoke weed to enjoy reality even more.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bash Fraser

i'm willing to wait for it.

- paper notes : 349
- since : 06/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #012, sea side.
contact book:
availability: [open] mina, nash@tc.

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Mer 6 Déc - 21:51

Salut, t'es canon.
Ça a été rapide de te faire craquer, mais t'es belle bébé.

_________________

(bf) and take my past and take my sins, like an empty sail takes the wind.


(absente jusqu'au 02 août. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Mer 6 Déc - 22:04

re
amuse-toi bien avec la belle
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Mer 6 Déc - 22:26

re-re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 623
- since : 20/11/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Mer 6 Déc - 23:07

Rebienvenue Dawn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Mer 6 Déc - 23:22

Rebienvenue.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Mer 6 Déc - 23:53

La folie des TC.
Rebienvenue à la casa, j'ai hâte d'en savoir plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 326
- since : 23/11/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Jeu 7 Déc - 0:18

Rebienvenue Karine I love you
J’ai hâte de découvrir ce personnage

_________________

▪ ▪  Hit me with your eyes so sweetly, Oh, you know that yes I love you... I mean I'd love to get to know you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Jeu 7 Déc - 10:33

suki est trop jolie
rebienvenue
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Jeu 7 Déc - 10:36

re-bienvenue chez toi et bon courage pour ta fiche. I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Jeu 7 Déc - 21:32

mon bro avec des titts
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bash Fraser

i'm willing to wait for it.

- paper notes : 349
- since : 06/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #012, sea side.
contact book:
availability: [open] mina, nash@tc.

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Jeu 7 Déc - 22:52

J'ai changé de compte et tout pour te valider avec Bash.
Bref, t'es trop belle t'es trop parfaite, j'ai failli verser une larme, elle mérite pas tout ça la petite Dawn. Promis, je prendrais soin d'elle.
Bref, validée bien sûr, j'ai hâte qu'on fasse des merveilles encore une fois.

_________________

(bf) and take my past and take my sins, like an empty sail takes the wind.


(absente jusqu'au 02 août. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nash Kershaw

say it before you run out of time.

- paper notes : 2604
- since : 16/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side w/ daisy.
contact book:
availability: lula, becca.

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Ven 8 Déc - 1:15

Nora Clarks a écrit:
mon bro avec des titts


ce commentaire, jpp.

merci ma douce.

_________________

you unravel me with a melody, you surround me with a song.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   Ven 15 Déc - 0:25

Rebienvenue à toi
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: – wherever life plants you, bloom with grace.   

Revenir en haut Aller en bas
 
– wherever life plants you, bloom with grace.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» Amazing grace
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» 06. My life would suck without you (part II)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: personnages.-
Sauter vers: