fermeture du forum.

Partagez
 
 “not so simple” (salina)
Aller en bas 
Moriarty Costigan

Moriarty Costigan
— deep black hole

⋅ paper notes : 77
⋅ since : 30/01/2019

click down

- getaway car.
address: with aunty costigan ;
contact book:
availability: ean, azel, elian, leo, salina

“not so simple” (salina) Empty
MessageSujet: “not so simple” (salina)   “not so simple” (salina) EmptyMer 6 Fév 2019 - 21:25




not so simple
7 FEV 2019 W/ @Salina Dust

Il est ridicule. Pauvre gamin, les yeux complètements éclatés, affamés. C’était une mauvaise idée de passer sa soirée à rattraper son retard sur la nouvelle saison de l'attaque des titans. Et puis se faire réveiller par sa tante qui hurle à la mort contre l’idiot qui a bouché l’évier de la salle de bain… Pas le top. Un jour, peut-être, il vivra seul, comme un adulte. Ce qui n'est pas évident, c’est qu’il est loin d’être indépendant le petit. Il ne sait pas faire la vaisselle, c’est une plaie. Il laisse traîner ses affaires aux quatre coins de la maison, se fiche un peu de la propreté de sa chambre. Il est du genre à porter cent fois la même veste sans la laver. Il use les choses au maximum, satisfait, sentimentalisme aussi. Il n’y peut pas grand-chose, il a grandi comme ça. Livré à lui-même, sans aucune volonté de se prendre la tête pour des choses qu’il n’a jamais trouvé nécessaire – bah ouais, pourquoi faire son lit le matin ou laver un verre dans lequel il a juste bu de l’eau ? Ridicule. Autant laisser la femme de ménage faire son job, aussi, sinon ce n'est pas drôle.

Il est ridicule. Les mains sur les hanches, un pied sur la planche, à regarder l’enseigne du red velvet. En journée, ce n’est pas pareil. Il peut peut-être choper quelques cacahuètes dans la réserve, pisser un coup et voler une bière sans que Leo ne le remarque. De toute façon, ce n’est pas lui qui va mater les danseuses du cabaret, oh non. Ce n’est pas son genre. Ça ne lui fit absolument rien, en fait…

« Yo. » Il fait un petit check rapide avec le videur, déjà présent malgré l’heure. Il sait bien que Mo passe voir son cousin – ou qu’il traîne juste pour faire chier son monde. Ce type l’a déjà balancé dehors, une fois. Une sacrée soirée. En même temps, ce n’est pas un établissement pour un petit clochard qui a, en réalité, une carte de crédit avec laquelle il pourrait bien se payer les dernières nikes à la mode (version gucci). Après un bref stop au toilette – devenu plus urgent que de remplir son ventre – Mo s’est penché vers le bar. Quelques bretzels en main, il en profite pour chercher la réserve. C’est bizarre, il n’y a personne – pas même Leo. Il tape un coup sur la porte, évite de se ramasser et fronce les sourcils face au spectacle devant lui. Il avale le reste de bretzel en bouche (important avan de dire quoi que ce soit), puis indique avec sa main libre la cheville de Salina.

C’est quoi ce délire ?

« C’est… » Il ne se souvient plus de mot. C’est bête. Comment on dit déjà. Le truc qu’on voit dans les films quand les mecs de prison sont en coincé dans leur maison. Ant-man avait ça, dans son dernier film. « T’as fait de la prison ?! » Il est pas subtile Moriarty.

_________________





    Sanctify my sins when I pray





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salina Dust

Salina Dust


⋅ paper notes : 214
⋅ since : 28/11/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: alba, alma, lyle, kit.

“not so simple” (salina) Empty
MessageSujet: Re: “not so simple” (salina)   “not so simple” (salina) EmptyVen 8 Fév 2019 - 13:49

Assise en tailleur sur le comptoir, elle observe les danseuses répéter. Elle admire cette grâce et cette sensualité qui, autrefois, la définissait également. Une époque lointaine, résolue – envolée. À l’image de son innocence qui a foutu le camp depuis des lustres déjà. Et Salina, elle a l’amertume de la gamine qui a grandi trop vite. Comme poussée hors du nid. Elle est tombée. S’est cassée la gueule et a ramé pour réussir à s’en relever. Aujourd’hui, elle lave les verres. Elle essuie le bar. Elle sert les cocktails. C’est beaucoup plus respectable, à ce qu’on raconte. Mais elle se sentait beaucoup plus libre à moitié nue sur scène que prisonnière des bouteilles d’alcool et de son bracelet électronique qui lui mord la peau. Dissimulée sous la large coupe d’un jean flare, elle le sent, incapable de l’oublier ne serait-ce qu’une seconde. Ça la tiraille. Ça la travaille. Et elle a comme une méchante envie de l’arracher – de l’enlever pour de bon. Mais elle se ravise, la gosse. Il y a sa conscience qui la rappelle à l’ordre. Si tu fais ça, c’est retour à la case prison. Et c’est désormais un frisson qui lui parcourt l’échine. Tout mais pas ça, c’est hors de question. Finalement, elle se relève. Elle a du pain sur la planche et elle n’a plus le temps de rêvasser, de ressasser le passé. Et pourtant, son existence est hantée par l’homme qu’elle a aimé. Celui pour qui elle a tout sacrifié. Les Costigan sont partout. Ils font partie de sa vie. Et passer à autre chose lui est difficile. Même après un an d’absence, loin d’eux, mais surtout loin de lui. Elle secoue sa tête comme pour repousser les mauvaises pensées, mais elles reviennent comme des boomerang ou des méchants coups de couteau. Et pour les fuir, elle se plonge tête la première dans le boulot. Elle range ce qu’il a à ranger. Elle remplace ce qu’il y a à remplacer. Elle sert les quelques clients qui se réfugient dans la pénombre en plein après-midi. Et finalement, elle ramène des caisses en réserve. Salina, elle a toujours refusé catégoriquement de demander de l’aide. Et même si ses bras tremblent quand elle porte des charges lourdes, ses genoux, eux, ne flanchent pas. Elle tient bon. Plutôt crever que de montrer et d’avouer ses faiblesses. Mais une fois loin des regards indiscrets, elle en profite pour s’occuper de sa cheville. Elle pose délicatement sa chaussure à talon contre l’une des caisses, puis elle remonte son pantalon le long de sa jambe. Sa peau est marquée par le bourreau de sa liberté. Elle tire dessus, le déplace comme elle le peut, se gratte légèrement en espérant faire passer l’inconfort. Mais la situation devient soudainement beaucoup plus dérangeante quand la porte s’ouvre sur son secret. Et il y a baby Costigan qui la regarde avec des yeux écarquillés. Elle remet son jean en place, puis elle se déplace en trombe pour fermer la porte. – Chut ! Elle fronce les sourcils, menaçante, alors que son cœur n’en fait qu’à sa tête. Il bat à tout rompre. Et dans la confusion, la gamine fait les cent pas dans l’attente de trouver une solution. – C’est compliqué Mori, mais j’aimerais que tu le gardes pour toi. Après tout, t’as l’habitude de garder mes secrets, non ? Elle fait référence à la fois où le gosse a surpris son cousin dans les bras de Salina. C’était le seul au courant de cette relation et la gamine a toujours eu confiance en lui pour ne pas cracher le morceau. Elle espère qu’il continuera sur sa lancée et qu’il pourra à nouveau garder le silence. Dans sa tête, c’est le chaos. Elle panique. Son souffle s’accélère. Caem ne doit pas être au courant. Elle préfère être la garce qui s’est tirée au bras d’un autre plutôt que la minette au cœur trop gros qui a tout sacrifié par amour. Même sa liberté.

_________________

- - - All wrapped in one he was so many sins, would have done anything everything for him. And if you ask me I would do it again. (heaven)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moriarty Costigan

Moriarty Costigan
— deep black hole

⋅ paper notes : 77
⋅ since : 30/01/2019

click down

- getaway car.
address: with aunty costigan ;
contact book:
availability: ean, azel, elian, leo, salina

“not so simple” (salina) Empty
MessageSujet: Re: “not so simple” (salina)   “not so simple” (salina) EmptyLun 11 Fév 2019 - 20:28




not so simple
7 FEV 2019 W/ @Salina Dust

Une fraction de seconde, ça peut tout changer. Il y a un voile qui se lève, une réalité qui apparaît. Salina a fait de la prison. Pour qui, pour quoi, quand... Ce n’est pas Moriarty qui a les réponses. En plus de ne posséder aucune discrétion – c’est à se demander si c’est un vrai Costigan – il est capable d’enchaîner les maladresses. Son vocabulaire est assez limité d’ailleurs, mais face à l'expression plutôt insistante de son amie, il est obligé de bien fermer derrière lui et d’enfermer pour un court instant ce nouveau secret.

Car pour garder un secret, Mo, il paraît qu’il sait faire. Il a envie de rire tellement c’est vrai. Salina n’a pas tort, il est loyal. S’il peut emporter avec lui les mystères de sa famille, il le fera sans hésiter et sans jamais cracher quoi que ce soit. Pourtant, ça l’irrite presque qu’elle lui impose le silence si facilement. Sans prendre de décision, il s’assoit sur une caisse, apercevant des sachets de noix de cajou sur une étagère. Penser à la bouffe, ça le distrait des milliers de questions qu’il possède. Il ne va pas la juger, sa famille a fait pire. Son père a fait pire. Il n’y avait pas que des animaux morts dans le frigo de la boutique, il en a vu des images pas nettes, du sang coulé. Pourtant, Salina, il l’imagine mal faire une connerie. Il y a quelque chose qui ne colle pas.

« Qu’est-ce que t’as fait ? » Oui, rien à foutre. Elle ne va pas s’en sortir si facilement. Il ouvre son sachet, sans gêne. « Bah quoi. Si je ne connais pas tous les détails, qu’est-ce qui m’empêche d’aller dire Caem que t’as fait de la prison ? » Parce que forcément, c’est de lui que les mensonges ne doivent pas être prononcé. Et parce que ça lui paraît con, il reprend aussitôt : « Tu sais, d’ailleurs, qu’il en aura rien à foutre de ton bracelet ? » Si ça peut la rassurer, elle ira peut-être en parler comme une grande et Moriarty échappera à ce cercle vicieux. Ce cercle des silences forcés. Au fond, il n’a même pas envie de savoir. Elle a sa vie, il a la sienne. Il ne veut pas être un problème pour les autres, mais vu dans quoi baigne son clan, il sait qu’il n’a pas le choix que de prendre des précautions. Pas encore la vingtaine qu’il doit quand même s’assurer qu’aucun monstre n’entre par la porte des sentiments. Il sait, lui, qu’il est tranquille. Imperméable à tout désir, il est franchement glauque parfois. Pourtant, ce qu’il avait observé dans le regard des deux amants, il sait bien que ça peut tout changer. Ean et Marlene, ils ont été maudits à leur façon. La dernière chose dont Moriarty a envie, c’est de trouver le corps de Caem sans souffle, à ses pieds.

Y’en a marre des morts.
Y’en a marre de ses cœurs qui guident jusqu’aux portes de l’enfer.


« T’en veux ? » Et il tend le sachet, innocent jusqu’au bout, mais l’esprit plus torturé que jamais. Autant invité à la conversation, au déluge de vérité. Mo, il sait s’imposer quand il le peut, mais elle pourrait très bien lui balancer sa chaussure au visage qu’il ne pourrait pas trouver de moyen de l’arrêter. Il est bien trop faible, l’idiot…

_________________





    Sanctify my sins when I pray





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salina Dust

Salina Dust


⋅ paper notes : 214
⋅ since : 28/11/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: alba, alma, lyle, kit.

“not so simple” (salina) Empty
MessageSujet: Re: “not so simple” (salina)   “not so simple” (salina) EmptyLun 11 Fév 2019 - 21:15

Elle le regarde un instant, alors que la pièce est plongée dans le silence. Elle essaye de le jauger, de savoir s’il est ou non de son côté. Pourtant, elle a confiance en ce gosse, Salina. Elle sait qu’elle peut lui confier un secret. Mais il est le cousin de Caem. Et sa loyauté connait une hiérarchie qu’elle ne peut que comprendre. Elle soupire. Elle se sent comme un animal pris au piège qui n’a pas d’autre choix que de renoncer. Et pourtant, elle a fait tout ce qui était en son pouvoir pour garder cette histoire rien que pour elle, mais il a suffi d’un moment d’inattention pour que tout s’envole – comme une brise d’air sur un château de cartes. Elle panique, intérieurement. Et quand il évoque le nom de son cousin, elle fait les gros yeux, Salina. – C’est une menace ? Elle sait bien que non, mais elle est sous pression. Elle supporte pas trop les cachoteries et ce secret lui pourrit la vie depuis trop longtemps déjà. Elle se laisse tomber sur une caisse à côté de celle où est assis Moriarty, puis elle soupire à nouveau. De fatigue, cette fois-ci, parce qu’elle ne supporte plus le tournant chaotique qu’a pris sa vie. Et elle est à deux doigts de lâcher prise, la gamine. De tout balancer. – Excuse-moi, j’suis à cran, qu’elle balance en plongeant son visage dans la paume de main gauche. Elle essaye de se calmer, de se ramener à la raison, mais c’est dur. Davantage encore quand elle sait que quelqu’un d’autre sera dans la confidence. C’est toute son armure qui en prend un vilain coup et qui commence à céder sous le poids des mensonges. Ce n’est qu’une question de temps avant que tout n’explose. – Je pense que t’as dû entendre l’histoire de moi qui me tire au bras d’un type ? Elle pose à présent son regard sur l’adolescent, essayant coûte que coûte que de ne pas faire marche arrière, alors qu’elle en meurt d’envie. Dans le fond, il y a une petite part de son inconscient qui est bien content que le gosse soit bientôt au courant – parce que si Caem l’apprend, mais pas de la bouche de Salina, sa fierté en sera peut-être moins blessée. – C’était du pipeau. En réalité, il y a un mec qui a fait une overdose avec un truc que ton cousin lui a vendu. Et vu votre historique et votre réputation, il serait tombé pour longtemps. J’ai porté le chapeau, j’ai dit que c’était moi qui avais vendu la drogue. Mais je voulais pas que Caem soit au courant. Elle détourne à nouveau le regard, s’amusant à observer cette pièce où la vérité éclate finalement. Elle se sent soulagée, pendant un court instant. Mais le répit ne dure pas très longtemps. – Promets-moi que tu vas garder ça pour toi ? S’il l’apprend, il va me tuer. Ou pire, il va croire que j’suis sa groupie, elle rit, un peu. Pour détendre l’atmosphère, mais aussi la confusion qui prend place dans son esprit.  Elle ignore si ça vaut le coup de lui faire promettre. Après-tout, rien ne l’oblige à le faire. Mais elle espère de tout cœur qu’il se rangera de son côté, ne serait-ce que parce qu’elle a préféré sacrifier une partie de sa vie pour sauver celle d’un Costigan. – Merci, dit-elle en plongeant sa main dans le paquet de noix. Elle en prend un grosse poignée avant de faire face à la fatalité : - Qui aurait cru qu’on se retrouverait ici, tous les deux. Moi avec un bracelet et bientôt avec des fesses énormes si je continue à manger autant. Elle rit quelque peu à nouveau. Mais c’est sans oublier que la tempête gronde.

_________________

- - - All wrapped in one he was so many sins, would have done anything everything for him. And if you ask me I would do it again. (heaven)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


click down

“not so simple” (salina) Empty
MessageSujet: Re: “not so simple” (salina)   “not so simple” (salina) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 “not so simple” (salina)
Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: