fermeture du forum.

Partagez
 
  “just like a symphony” (elian)
Aller en bas 
Moriarty Costigan

Moriarty Costigan
— deep black hole

⋅ paper notes : 77
⋅ since : 30/01/2019

click down

- getaway car.
address: with aunty costigan ;
contact book:
availability: ean, azel, elian, leo, salina

 “just like a symphony” (elian) Empty
MessageSujet: “just like a symphony” (elian)    “just like a symphony” (elian) EmptyMer 6 Fév 2019 - 11:56




just like a symphony
6 FEV 2019 W/ @Elian Pearson

Cigarette en bouche, il hésite. La nuit a recouvert la ville, les rues s’animent moins, les boutiques commencent à fermer. Il fait froid, mais ça ne le dérange pas. L’hiver reste sa saison préférée, il admire la manière qu’on ses respirations de s’évaporer. Sur son téléphone, l’heure s’affiche légèrement – faute d’avoir beaucoup de batterie. Il est tard, mais il n’a pas envie de rentrer. Non, il ne veut pas. Il refuse, même. Ses derniers temps, il s’est remis à trainer dans le noir, à sortir quand il n’y a personne. Mo ne cherche rien, mais en même temps, il espère que quelque chose lui tombe dessus. Une surprise, qui sait ? Un je-ne-sais-quoi pour animer ses longues journées. En plus, ce soir, il ne travaille pas. Il est sorti de son cours kenjutsu il y a une bonne heure avant de se retrouver là, collé à un mur, de l’herbe fumant entre les lèvres. C’est comme si son existence se résumer à attendre et à scroller sur son écran les feeds instagram des autres.

Mégot à terre, il relève la tête vers le monde. Quelle heure il est maintenant ? Est-ce que son petit stratagème a fait avancer les choses ou pas ? Ce n’est jamais assez de toute façon, mais Mo décide de poser son skate à terre et de rouler dans les rues. Il tient debout, parfaitement en équilibre, le regard posé sur le moindre danger. Il tourne puis s’arrête, pied sur sa planche, devant un immeuble bien trop beau. De là où il est, on peut entendre un peu de musique. C’est ridicule face aux bruits des voitures et des passants, mais agréable quand même. Vu l’heure, il n’y a pas de concert, mais peut-être des répétitions. Il fait le tour, cherche l’escalier de secours et s’y accroche. Son skate il le laisse derrière un sac-poubelle. Personne ne risque de lui voler un truc aussi naze, de toute façon.

Puisque ce n’est pas la première fois, il sait où s’arrêter et quelle fenêtre est ouverte pour s’y glisser. Quelques minutes plus tard, il est assis en hauteur, non-loin de la scène principale. D’ailleurs, il y a quelqu’un. Violon sur l’épaule, il se prépare sans doute à démarrer. C’est bien mieux que d’aller au cinéma, sauf que ça manque de pop-corn. Alors Mo fouille dans ses poches et y trouve une barre de chocolat à moitié entamé. C’est parfait, sauf que l’objet lui glisse entre les doigts et tombe sur un siège. Le violoniste n’a sans doute rien entendu.

« Merde. » Murmure-t-il. Hors de question d’attendre la fin pour aller le chercher. Mo se relève, cherche l’escalier le plus proche et descend à l’étage principale. Il y va doucement, se colle au mur et espère que personne ne va le remarquer. L'endroit semble assez vide, quand même. Finalement, il entre, prie pour que le musicien ne remarque pas la porte sur le côté s’ouvrir et se cache derrière un siège. Il a besoin d’un temps de réflexion pour essayer de se souvenir de la trajectoire de la barre chocolatée. Alors qu'il est à quatre pattes, avançant entre les sièges bordeaux, il se cogne la tête.

« Putain ! » Pour passer inaperçu, il a raté son coup.


_________________





    Sanctify my sins when I pray





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elian Pearson

Elian Pearson


⋅ paper notes : 40
⋅ since : 09/09/2018

click down

 “just like a symphony” (elian) Empty
MessageSujet: Re: “just like a symphony” (elian)    “just like a symphony” (elian) EmptyJeu 7 Fév 2019 - 18:07

La répétition de groupe avait été courte. Il n’y avait pas tant à ajuster, tant à faire. Mais personnellement, je n’étais pas satisfait. Pas avec le reste de l’orchestre, mais envers moi-même. Le chef d’orchestre avait beau dire que c’était parfait, que mon solo était impeccable et qu’il n’y avait rien à changer, mais ce n’était pas suffisant, pas pour moi. Alors que tout le monde rangeait son instrument et s’apprêtait à quitter, je demandai s’il y avait quelque chose dans la salle, ou si je pouvais rester pendant un temps. Quelques minutes, quelques heures, je ne saurais pas le dire, parce que je ne savais pas combien de temps il me faudrait pour que je sente mes doigts se promener sur les cordes avec un confort, naturellement, qui me faisait sentir bien, qui me convenait. Le chef devait le savoir, puisqu’il m’accorda ce temps. Le remerciant, j’attendis patiemment que tout le monde quitte, que je sois seul, ou plutôt, que je pense que j’étais seul. M’enivrant du silence pendant un instant, je posai mon violon sur mon épaule, plaçant lentement mes doigts, parce que je pouvais me permettre de prendre mon temps, posai mon archet sur les cordes, et je commençai à jouer, lentement, trop lentement pour le morceau que je voulais jouer. Mais je voulais profiter du moment, le moment où j’entendis les notes résonner en écho dans la salle, de façon exagérée, mais de façon si… enivrante en même temps. Fermant les yeux, je revins à la partition que je connaissais par coeur, mais que je n’avais pas l’impression de maîtriser. L’archet glissait sur les cordes, mes doigts bougeaient avec plus d’aisance que précédemment. La pression ? Non. Peut-être juste le fait que je pouvais faire ce que je voulais, comme je voulais. Et soudainement, un son. Un son pas nécessairement perceptible, mais suffisant, au vu des circonstances, pour me faire sursauter. Je fis une note maladroite, je m’arrêtai, et j’ouvris les yeux. J’entendis un juron, mais rien de plus. Ce fut suffisant pour me faire comprendre que je n’étais pas seul. Seul problème, je ne voyais personne. Du coup, je demandai:  « Qui va là !? », angoissant à l’idée de paraître idiot si ce n’était qu’une personne chargée de l’entretien, même si ceux-ci ne se cachaient pas et là, même en m’avançant, toujours rien. Que se passait-il ? Je ne le savais pas, mais pour le moment, ce qui me semblait similaire à une blague ne m’amusait pas, mais pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moriarty Costigan

Moriarty Costigan
— deep black hole

⋅ paper notes : 77
⋅ since : 30/01/2019

click down

- getaway car.
address: with aunty costigan ;
contact book:
availability: ean, azel, elian, leo, salina

 “just like a symphony” (elian) Empty
MessageSujet: Re: “just like a symphony” (elian)    “just like a symphony” (elian) EmptyLun 11 Fév 2019 - 17:19




just like a symphony
6 FEV 2019 W/ @Elian Pearson

La musique a un effet particulier sur les gens. Certains l’utilisent pour s’échapper, d’autres s’y plongent en guise de réconfort. Moriarty en a plutôt besoin pour respirer. Quelle que soit la situation, quel que soit le moment, ses écouteurs ne l’abandonnent pas. Un nouveau son, une vieille mélodie, une voix légendaire. Tout et n’importe quoi défile dans son téléphone, de l’ancien jazz, au classique du piano en passant par du punk déjanté et du rap de rue cru. La musique est depuis toujours une forme d’expression qui le fascine, le trouble et l’emporte. Il n’a pourtant aucune fibre musicale, juste une culture bien réfléchie. Il aurait pu apprendre, peut-être créer de la magie, mais ce n’est pas le destin d’un Costigan. Il s’y est fait, il n’a du coup jamais osé rêvé d’un violon sur son épaule. Et puis maintenant, c’est trop tard. C’est inutile. Il ne va rien révolutionner.

Profiter des répétitions quand il n’a ni le temps ni l’envie de venir lors des soirées officielles, c’est un peu son péché mignon. Jusqu’ici, il ne s’est jamais fait prendre. Deux mois à errer dans les rues de Dublin lui ont appris à ne pas se faire remarquer. À baisser les yeux quand il le faut. Cette fois, pourtant, il était cuit. Ce petit accident à la con va bien lui coûter son pass VIP. Il ramasse alors sa barre chocolatée qui se moque de lui et se relève, une main sur la tête.

« Désolé, j’voulais pas vous déranger. » C’est trop facile, il le sait. Et puis avec son look, il ne peut pas prétendre être la femme de ménage. D’ailleurs, son matos, il est où ? Non, il n’a aucune excuse. Rien d’assez réaliste pour lui permettre de s’en sortir indemne. « Vous… Vous pouvez reprendre, je vais y aller. Désolé. »

Fuir, c’est toujours l’autre option. Celle qui lui procure une certaine adrénaline et la force de bouger pour s’échapper. D’ailleurs, gêné, il s’extirpe doucement des sièges pour s’arrêter dans l’un des couloirs. Le musicien peut voir, maintenant plus que jamais, que ce n’est qu’un gamin. Fraîchement sorti du lycée, pas un seul poil au menton. Il agite donc c’est main, cherchant dans la panique la sortie la plus proche. Si ça ne tient qu’à lui, il serait déjà dehors, mais il a l’impression d’être de nouveau au lycée, coincé face à un prof, aucune issu de secours possible – et ce n’est pas dans un endroit pareil que la sonnerie va sonner pour sauver ses fesses.

_________________





    Sanctify my sins when I pray





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elian Pearson

Elian Pearson


⋅ paper notes : 40
⋅ since : 09/09/2018

click down

 “just like a symphony” (elian) Empty
MessageSujet: Re: “just like a symphony” (elian)    “just like a symphony” (elian) EmptyJeu 14 Fév 2019 - 17:46

Je n’étais pas le genre de personne dérangé par le fait d’être écouté par d’autres. Au contraire, j’aimais transmettre ma passion pour la musique, j’aimais sentir que je pouvais, même si ce n’était que pour un instant, même si ce n’était pas aussi intense que pour moi, faire ressentir aux gens ce que moi, je sentais quand je jouais. Si je voulais répéter seul, c’était pour ne pas avoir la pression de devoir continuer constamment. Après, si d’autres pouvaient être patients et juste écouter, ce n’était pas la fin du monde. Ce qui m’avait fait sursauter surtout dans le cas présent, c’était que je pensais être seul, alors qu’en fait, je ne l’étais pas. Je ne craignais pas un agresseur, et j’eus raison de ne pas m’emporter trop rapidement, puisque bien rapidement, je constatai que je n’avais pas à faire à quelqu’un de violent, juste un maladroit qui, apparemment, s’était caché et maintenant, était grillé. Aussi habilement que ses gestes, il s’excusa en mots, prêt à quitter la salle. Et moi, je n’avais rien dit, soudainement trop occupé à le détailler. Il était jeune, terriblement jeune, trop jeune pour être ici, en plein jour. En fait, peu de gens venaient en plein jour ici, ce qui rendait le tout encore plus intriguant. Et aux prises avec une certaine curiosité tout à coup, je finis par lui dire:  « Attendez… » Prenant volontairement une pause, je constatai pendant celle-ci à quel point il me paraissait inoffensif soudainement. Il ne semblait même pas savoir où aller pour sortir de la fameuse salle. Bon, peut-être j’étais un peu loin pour juger, mais c’était ce que ça me semblait être dans un premier temps. Quand je supposai avoir son attention, je fis encore quelques pas en direction des sièges. J’étais toujours sur la scène, mais j’étais tout près du rebord de celle-ci pour le coup. Je n’étais pas prêt à descendre les quelques marches - hors de question que je saute avec mon instrument à la main - mais je pouvais le faire si nécessaire. Mais là, je ne le jugeai pas essentiel pour poser ma question, qui s’articula comme suit:  « Qu’est-ce que… Qu’est-ce que vous venez faire ici en fait ? » Pour moi, c’était mon lieu de travail, un lieu limite sacré pour la musique, mais j’avais bien compris que ce n’était pas la même chose pour tout le monde. Par conséquent, je ne savais pas quel était son intérêt à être ici. J’avais envie de croire que c’était pour la beauté de la musique et apprécier les notes des instruments, mais dans certains cas, penser ainsi était limite une utopique, alors autant poser la question, avant de me faire de fausses idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


click down

 “just like a symphony” (elian) Empty
MessageSujet: Re: “just like a symphony” (elian)    “just like a symphony” (elian) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
  “just like a symphony” (elian)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» LIVIA ▼ Bittersweet symphony
» Xaïl Til'Elian [remise à zéro]
» You're lucky I don't kill you ♦ Niké & Elian
» Symphony X

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: