fermeture du forum.

Partagez
 
 l'optimiste (janet)
Aller en bas 
Dylan Al-Fayed

Dylan Al-Fayed


⋅ paper notes : 15
⋅ since : 28/01/2019

click down

l'optimiste (janet) Empty
MessageSujet: l'optimiste (janet)   l'optimiste (janet) EmptyVen 1 Fév 2019 - 17:21

- white rabbit - @janet elior
terrain connu pour une issue inconnue, t’as besoin d’être en sécurité et de savoir où tu mets les pieds pour lancer les hostilités. un, deux, trois. tu clôtures la boutique derrière toi, un coup d’oeil à ton téléphone pour te rendre compte qu’il est toujours silencieux. loin de ta vie londonienne trépidante, t’as décidé de prendre le temps et ça passe par restreindre ton cercle de connaissances. le bruit du chaos citadin est remplacé par le son de l’écume qui s’installe à marée basse. c’est beau, c’est tendre et tu t’en émeus à chaque fois mais t’as l’esprit trop embrumé pour t’y attarder, pas ce soir en tout cas. quatre, cinq, six. c’est le nombre de pas qu’il te faut pour atteindre ta destination finale, pas le temps de réfléchir et il vaut mieux parce que tu aurais probablement déjà fait demi-tour si tu avais pris la mesure de l’ampleur de tes conneries mais t’es trop impulsive, comme d’habitude et tu regretteras plus tard. l’enseigne s’étale devant toi. drôle de nom pour un terrier. un gentleman auto-proclamé te tient la porte pour regarder exagérément ta chute de reins alors que tu lui passes devant, un regard appuyé salué par ton majeur. tu te serais attardée pour une bonne leçon de féminisme mais ce soir, t’es attendue. et le profil de ta victime se dessine plus loin, en retrait au fond du bar. sept, huit, neuf. lasse comptine qui te permet d’arriver dans son dos, tu abandonnes ton manteau sur le dossier de la chaise et tu viens t’installer avec ton plus joli sourire de peste. loin du dernier sourire doucereux que tu as daigné lui accorder. tu montes sur le ring en laissant la gamine blessée, lâchement abandonnée dans les cordes. c’est un ko qui s’annonce et t’as pas l’intention de te retrouver face contre terre, les rôles sont inversés cette fois. tu es celle qui mettra le point final.
à la folie,
il me suffirait de te pousser.

« alors, il paraît que je suis plus jolie en vrai » tu bats des cils exagérément dans une tentative de surjouer la naïveté mais tu peux pas mentir, le passé c’est toujours douloureux surtout quand le passé te force à tourner la page sans demander si tu as digéré la conclusion inachevée. t’as des milliers de questions à lui poser mais elles viennent toutes s’échouer sur tes lèvres qui restent closes par fierté. c’est à celui qui portera le premier coup. c’est le risque qui est beau et ta décision de remuer le couteau dans la plaie est d’une beauté sans limites, d'une douleur sans pareille.

_________________
" i am a museum
full of art
but you had
your eyes shut " -r. kaur

(c. sial & kane)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janet Elior

Janet Elior


⋅ paper notes : 55
⋅ since : 20/01/2019

click down

- getaway car.
address: WESTWESTWEST
contact book:
availability: 2/3

l'optimiste (janet) Empty
MessageSujet: Re: l'optimiste (janet)   l'optimiste (janet) EmptyDim 3 Fév 2019 - 10:56


l'optimiste (janet) Hbc12mYD_o

incapable de se rappeler quelle mouche t'a piqué. téléphone entre les doigts, tu tricotes des réponses sur le bout du fil. déjà grand échappé de la réalité goudron, tu t'enfuis encore sous des airs 2.0. factice, facile. trois photos et un peu de conversation. janet tu te perds encore, mais cette fois tu ne sens rien. les tripes en place c'est plutôt l'envie de ne plus être seul dans ce monde en 4k qui motive tes longues jambes à se traîner dans le froid.
c'est froid comme hier. comme le jour des phares étincelants. c'est tout pareil. tu peux pas t'empêcher de te pourrir l'esprit d'images memories. embué par les histoires d'avant. fracassé sur le pare-choc avant. tu gardes encore les dessins, éparpillés un peu partout, sur ta peau tendue par les températures du crépuscule.
tu avances encore. ces rues sont à toi. tout ici pourrait se caser dans ta valise. tu ramènerais tout pour ta prochaine odyssée. qui c'est combien de temps la chambre noire serait assez grande pour toi ? tu t'répands, flaque aux odeurs métalliques. tu tâches, murs gâchés par les années menteuses.
mais ce soir tu te laisses emmener par la diseuse de miracles au bout de la ligne. à qui il faut savoir aussi raconter des banalités affligeantes. tout ça pour la forme, le verre aussi fait partie des arrangements.
tu avances encore. ce bar n'est pas à toi. mais comme la boisson, par habitude,  te sert à ne plus être toi, tu finis par ne plus te faire la remarque. rien est à toi, si ce n'est trois brins d'sms douteux, relus ou simplement jetés à la face de ta compagne nocturne. pas peu fier, tu te surprends à te dire que même là-bas, dans ces contrées binaires, t'en alpaguera toujours une. et façon kinder surprise t'attend de la voir en vrai.
la porte poussée trop fort. grand fracas. terrible. tu t'en tapes. c'est pas la première fois. regard radar. assise ou pilier de comptoir ? bordel elle est où ? il croise le regard de tout ce qui ne lui ressemble pas. couple façon titanic, ou grand garçon qu'aime trop bien la boisson. mais pas de signe du lapin blanc. le lapin blanc n'arrive jamais à l'heure.
le lapin blanc est un menteur.
menteuse.
couteau dans le dos. longue ligne glacée qui coule sur ton échine. le lapin blanc tu le connais bien. même un peu trop. et pendant que tes genoux réfléchissent à savoir s'ils vont encore rester un peu, elle déambule pour mieux s'asseoir. se planter face à judas. doigts du traitre qui enlacent le dossier vernis de la chaise. transmission de la colère dans le bois vieilli. dans ta tête ça fait vingt fois que la chaise a valsé. disloquée sur le parquet. t'as déjà hurlé aussi. mais tout ça idiot, c'est dans ta tête.
lapin blanc, ou pie voleuse. elle aurait presque coupé ta langue acide. pourrie des pires horreurs. il est plus glaçant encore son joli sourire qui lui arque les commissures. qu'est-ce que tu branles ? qu'est-ce qui te prends ? dylan, tu fous quoi là ? pourquoi ? depuis quand t'es là ? comment t'as su ? comment t'as pu ? dylan t'as foutu quoi ? dylan faut que tu parles. t'façon y a qu'elle qui sait. il en fallait bien un dans le binôme pour montrer à l'autre comment s'tenir. comment ressentir que ça puait cette histoire à deux francs. tu sais juste courir. tu sais juste mentir. elle vient vider les caisses. janet est-ce que t'as encore d'la monnaie?
t'as fixé ses yeux et pourtant t'es passé à travers. t'avais trop peur de te voir dans son regard. de voir comme dans le miroir que tu mens depuis beaucoup trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan Al-Fayed

Dylan Al-Fayed


⋅ paper notes : 15
⋅ since : 28/01/2019

click down

l'optimiste (janet) Empty
MessageSujet: Re: l'optimiste (janet)   l'optimiste (janet) EmptySam 16 Fév 2019 - 0:23

- white rabbit - @janet elior
t’as le sourire passé, le coeur vintage et l’âme en berne. restée plantée un peu plus loin, un peu moins seule. t’arpentes la nuit dans des draps éphémères, des bras de passage. sourire fugace au prochain swipe. conquête masculine au besoin d’être admiré plutôt qu’aimé. ça tombe bien parce que t’as plus d’amour à donner. enveloppe sentimentale vidée par la fratrie maudite et leurs sourires ambitieux. tu ris, tu pleures. ça se mélange mais la réalité c’est que t’es seule. seule avec ton chaos. la vérité c’est que t’es déjà plus là, partie loin dans tes mensonges. tu seras brune pour lui et ça marche. homme à femmes. faiblesse utile pour la chute prématurée du fugueur. t’aurais aimé dire que t’as hésité, prise de remords mais c’est contraire à la vérité, parce que finalement, tu as aimé l’instant qui a précédé les retrouvailles mais tu as encore savouré davantage l’instant qui a suivi vos retrouvailles. sa mine défaite face à son passé en fuite. copperfield aux courbes démoniaques. « je m’attendais à un accueil plus chaleureux, t’étais plus accueillant avant. » poupée faussaire, t’es venue sans attentes, juste assoiffée de vérité. voir sa mine se détraquer. il est venu avec ses attentes, ses projets physiques pour la soirée mais finalement, les rôles se sont inversés et c’est toi qui va le baiser.
allez viens avec moi
nos coeurs à la lumière
les étoiles dans nos bras
et nos âmes en enfer

tu ne cilles pas, t’hésites même pas. tu me manques à chaque instant, plus que le précédent. poker menteur aux airs de déjà vu. tu fuis, je te suis. poupée d’apparence docile, ouragan qui se profile. vengeance pansement. amante fantasmée par le passé, cauchemar avéré pour les secrets. fantôme gracieux d’une réalité virtuelle. une commande passée sans regarder le serveur qui dépose le diabolo devant toi. signe que tu vas rester, si la conclusion n’était pas assez évidente. signe que t’as besoin de rester lucide pour la joute qui s’annonce. réalité altérée, fardeau indicible d’une fuite en avant. t’es usée par les questions muettes qu’il t’as jamais laissé formuler, décidée à t’imposer dans sa vie à prendre ta place sans lui demander son avis. on brûlera tous les deux en enfer, promesse silencieuse que tu ne chuteras pas seule. mais la vérité, c'est que t'as la volonté qui a tangué face à son air cassant. t'aurais espéré autre chose, t'aurais espéré briller comme avant, te sentir désirée mais il est plus prêt à te donner ça alors tu te contentes de rentrer dans son jeu, nourrir ta rancune. coeur chagrin.

_________________
" i am a museum
full of art
but you had
your eyes shut " -r. kaur

(c. sial & kane)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


click down

l'optimiste (janet) Empty
MessageSujet: Re: l'optimiste (janet)   l'optimiste (janet) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 l'optimiste (janet)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Migaël Kitaëv L'optimiste
» IRL Mission Stargate
» Janet Fraiser
» [0079] Janet L. Collins, l'enfant malade [GIVRALI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: