fermeture du forum.
Partagez
 
 under the neon lights (margot)
Aller en bas 
Ross Leeson

Ross Leeson


⋅ paper notes : 57
⋅ since : 02/01/2019

click down

under the neon lights (margot)  Empty
MessageSujet: under the neon lights (margot)    under the neon lights (margot)  EmptyMar 29 Jan 2019 - 18:16

C’est une belle brochette de bras cassés qui s’avance dans la ruelle à peine éclairée par les lampadaires dysfonctionnels de la ville de Brighton. Ça crie, ça charrie, ça agit comme s’ils étaient les rois du monde – comme si rien ne pouvait les atteindre. Ross est perdu au milieu de cette farandole de testostérone. Ses lunettes de soleil sur le bout de son nez en pleine nuit. Sa cigarette se consumant au bord de ses lèvres où se forme un sourire. Un sourire de fierté – celui de marier l’un de ses meilleurs amis. Et pourtant, à l’entendre, il est contre le mariage le gosse. Cette institution archaïque qui pousse les gens à renoncer aux bonnes choses de la vie. Mais secrètement, il est content pour lui. Voire même un peu jaloux. – Bon, on arrête les conneries et on va se rincer l’œil avant que tu te fasses passer la corde au cou ? Il a un rire cynique avant de balancer son mégot à terre. Puis il relève ses lunettes pour les caler au-dessus de sa tête. Il regarde le videur de la boite qui n’a pas vraiment l’air commode. Mais il lui adresse malgré tout un sourire insolent. Ceux dont il a le secret. – Commence pas Leeson. Le gamin tourne la tête vers son ami. Non, ce soir il ne cherchera pas la bagarre parce que pour une fois dans sa vie, ce n’est pas à propos de lui. – T’en fais pas, pour voir des jolies filles danser, j’suis prêt à rester sage. Il lui adresse un clin d’œil amusé puis ils s’avancent pour emprunter l’entrée du pays des vices. Très vite, leurs sens sont rudement mis à l’épreuve. Les odeurs. Les néons. Les corps qui se dénudent. Il en a la tête qui tourne, Ross. Il ne sait plus où poser les yeux, déstabilisé par tant de possibilités. Et puis, il est pris d’une sale révélation, aussi. Il se rend compte que le strip club, c’est pas du tout ce qu’il s’imaginait. C’est assez glauque. C’est pas vraiment ce qu’il aime. – Bon, on va s’asseoir ? Il se racle la gorge pour faire passer la pilule. Il est mal à l’aise. Et c’est pas quelque chose qui arrive très souvent. Finalement, il se détend une fois assis et entouré de ses amis. Il se concentre sur la musique et sur les conversations qui fusent. Mais ses yeux sont vite attirés par une silhouette voluptueuse qui menace d’entrer en collision avec eux. Impact dans trois, deux… Ses prunelles parcourent les courbes de la tentatrice. Mais c’est finalement du dégoût qu’il ressent quand ses yeux croisent ceux de la danseuse qui s’apprêtait à proposer ses services. Il bondit pour se mettre debout face à elle, la cachant comme il peut de son corps gringalet. – Regardez pas bande de gros dégueulasses ! Son visage devient rouge de colère alors qu’il retire sa veste pour tenter de la passer autour du corps de la jeune femme. Margot. Margot et ses grands yeux bleus. Margot et ses lèvres d’une douceur sans pareille. Il n’avait pas pensé à elle depuis des lustres. Et pourtant, il n’avait jamais vraiment réussi à l’oublier. – Qu’est-ce que tu fous ?! C’est quoi ces conneries ? Il la regarde, déboussolé. Il cherche à comprendre, à savoir ce qu’est devenue l’étudiante en droit avec qui il avait vécu une brève romance. Et il sait que ce ne sont pas ses affaires, mais il ne peut s’empêcher d’être piqué en plein cœur. Ou en pleine fierté que ses potes puissent admirer ce qui lui appartenait, autrefois.

_________________
--- Si souvent,
j'la pousse à bout. elle m'aime et j'veux voir jusqu'où
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margot Atkins

Margot Atkins


⋅ paper notes : 886
⋅ since : 29/04/2018

click down

under the neon lights (margot)  Empty
MessageSujet: Re: under the neon lights (margot)    under the neon lights (margot)  EmptyMar 12 Fév 2019 - 14:36

Le mur en brique lui rentrait péniblement dans le dos. Les minutes défilaient sur sa montre. La grande aiguille se rapprochait dangereusement du douze, comme dans ce foutu conte de fée stupide. Cendrillon, et ses pantoufles de verre, et son carrosse, et ses souris. Une soirée au bonheur éphémère, pour une gamine aux rêves brisés, aux mains abîmées par les produits détergents. Margot, elle se sentait un peu comme Cendrillon qui dévalait les escaliers, la peur au ventre. Elle était adossée, là, depuis vingt minutes, une cigarette se consumant au bout des doigts. La cendre s’écrasait sur le bitume, emportant avec elle toutes les excuses qui lui passaient par la tête. Une échappatoire tissée de mensonges fébriles, qui s’envolaient avec la brise du soir. Travis allait la tuer. D’un geste lent, elle lâcha le mégot de cigarette, et l’écrasa avec la semelle de sa chaussure. Le videur lui ouvrit la porte d’un signe de la tête. Elle s’avança dans le club, les prunelles à la recherche de la silhouette de son homme. Il était imposant, Travis. Une carrure d’athlète avec ses épaules carrées et son torse musclé. Il était même impressionnant, quand ses yeux furetaient avec attention autour de la pièce. Quand ils se posaient sur elle, qu’ils la surveillaient, qu’ils la protégeaient. Mais il n’était pas à sa place habituelle, adossé contre le comptoir, un verre de whisky entre ses doigts, et Margot souffla de soulagement. Parce que sa jalousie prenait parfois le dessus, et qu’elle n’avait pas la force de se défendre ce soir. Après un rapide passage au vestiaire, elle déambula parmi les clients, un peu à reculons. Elle dansait habituellement sur scène, éclairée par les projecteurs, lascive, aguicheuse sous les néons violets. Les hommes la touchaient de loin, avec leurs iris dilatées, déposaient des billets ici et là, crachaient des mots qu’elle entendait à peine avec la musique. Ses courbes ondulaient pour le plaisir de tous, mais jamais pour un homme en particulier. Elle n’offrait pas ses services au premier qui la sifflait. Seulement, Stella avait papillonné des cils, l’avait supplié d’une voix aigüe, et la brune n’avait pas su lui dire non. Puis, elle se heurta à un torse, à des mains qui la retenaient, à cette voix, ce regard. Son merde, désolée mourra au fond de sa gorge. La surprise était aussi évidente pour lui, que pour elle. Ross Leeson. Une brève romance, de quelques semaines, quand elle était encore étudiante, quand son monde se résumait à apprendre des lois et des articles par cœur. Ross, et ses phrases de beau parleur, pour qui elle avait craqué comme une allumette. Ross, qu’elle avait presque défiguré. Ses doigts empoignèrent la veste qu’il tentait désespérément de mettre sur ses épaules. L’agacement remplaça rapidement la surprise sur les traits de son visage. « J’en avais marre de me déshabiller gratuitement. » Du sarcasme, pour masquer le malaise. Cependant, elle ne put represser un roulement de prunelles en enfonçant le vêtement entre les mains du jeune homme. « Fais pas ta mijaurée, on sait tous les deux que c’est pas du tout ton style, » souffla-t-elle entre leurs deux corps. Puis elle tenta un regard vers son groupe de potes, un sourire étirant ses lippes. « Vous pouvez vous installer à l’une des tables là-bas, » déclara-t-elle, pointant du doigt plusieurs canapés.

_________________
— she wears strength and darkness equally well, the girl has always been half goddess, half hell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 under the neon lights (margot)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Friday Night Lights ~ Partneariat
» Baptême de Dõna Margaux
» Katrina Caelevan - Femme de main pour Margot de Soltariel
» neon boy || + old bb
» # 1 - I SEE THE LIGHTS.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: