fermeture du forum.

Partagez
 
 secrets in the attic.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Aller en bas 
Woody Lusk

Woody Lusk


⋅ paper notes : 34
⋅ since : 27/01/2019

click down

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 9:55


woody lusk
- melancholy is useful. bring yours. -
[moodboard]



good beginnings
- âge et lieu de naissance: Trente-trois années et beaucoup de poussière. Surtout la poussière. Toujours plus de foutue poussière. Woody a comme l'impression que le temps ne l'aime pas beaucoup, mais il le lui rend tellement bien en oubliant fréquemment qu'il est supposément linéaire. Les "trop jeune pour comprendre" ont été remplacés par les "encore toute la vie devant toi" et il réalise que c'est dans cet entre-deux qu'il s'épanouit vraiment. Parce qu'il n'a jamais été strictement jeune et ne se laissera jamais véritablement vieillir. Woody, ça a toujours été tous les âges de la vie condensés en un spleen maladroit, tout en sagesse candide, éternellement trop grand pour lui. - origines et nationalité: Désastreusement anglais, de l'humour noir à l'inhabilité émotionnelle handicapante. Produit local au pedigree impeccable, il appartient au Londres mythologique. Aussi vaporeux que le pea soup fog victorien, Woody a les contours romantiques, la cinétique poétique et un goût certain pour le tragique; beaucoup mieux adapté à un roman de Dickens qu'à la vie réelle. - statut familial: Woody a été élevé aux gentlemen's clubs et aux courses épiques, et ça se voit. Sous des tendances gauchistes parfaitement assumées, il a les manières d'un monarque et, assez franchement, n'est pas attristé à l'idée de se faire traiter comme tel. Pendant que ses illustres parents sifflent une retraite doucereuse sous le soleil catalan, ses deux très très grandes sœurs virées mères de substitution depuis la nuit des temps se chargent de lui rappeler que, chaque année, les probabilités que le nom ancestral meure avec lui se cristallisent. Mutin, et contrairement à ce que son métier pourrait laisser penser, il rétorque avec malice qu'il s'agit d'une culpabilité avec laquelle il est prêt à vivre. - statut civil: Confortablement célibataire. Parce que Pygmalion a déjà trouvé sa Galathée, parce que la légende est déjà écrite, tous les chants déjà composés. Et pour toute la satisfaction qu'il tire à avoir touché l'idéal métaphysique, même si ça n'a pas marché entre eux, amoureux des détails, Woody n'est rien si pas excessivement exhaustif - et, fatalement, las à en crever. Il connait la saveur exacte de l'Amour. Le mystère n'est plus. Il a emporté sa patience avec lui, éventrée devant le Terminal 3 d'Heathrow, Woody en a encore vu l'empreinte imprimée sur la moquette la dernière fois qu'il est passé. Trop épris de la fécondité de sa solitude pour y renoncer pour des fragments d'un absolu qu'il est persuadé qu'il ne pourra plus revisiter, la fournaise lui a appris qu'il préférera à chaque fois geler sur place que de se contenter de tiédeur ordinaire. - occupation: Après de très barbantes études d'histoire de l'art dans la très pompeuse Université de St Andrews, Woody est parti apprendre la sculpture classique auprès des maîtres italiens, et a perdu sa passion quelque part en cours de route alors qu'il s'est pris le Syndrome de Stendhal en plein dans les dents. La réconciliation viendra beaucoup plus tard, quand il aura définitivement quitté le marbre inflexible pour retomber dans les bras d'un bois plus versatile, son premier amour; mais, surtout, lorsqu'il aura enfin trouvé le moyen d'harmoniser tous les pans de sa personnalité. Woody est fabriquant de jouets depuis sept ans, artisan de profession et artiste de constitution. Chaque pièce qu'il confectionne est unique, façonnée avec soin minutieux et orfèvrerie lyrique. Il se fait joaillier des songes, imagier onirique, magicien de la technique. Parce que Woody n'a jamais pu se contenter de faire du juste beau. Ce qu'il a toujours voulu tailler, dans toute son ambition cataclysmique, c'est l'essence-même des rêves. Son art, il n'est pas admiré de loin, il est aimé jusqu'à l'usure. - cinq choses favorites: Les mains, toucher, les textures - un penchant pour le tactile qui tranche avec la sévérité de sa nature réservée. La satisfaction du travail bien fait. Le jazz, surtout au piano. L'odeur du bois. Avoir raison. - saison préférée: L'automne mélancolique. - traits de caractères: Woody est un spécimen rare du genre mostly human qui s'épanouit dans la contradiction. Il est taiseux, mais éloquent. Amical et chaleureux, mais profondément réservé et un peu trop méfiant. Un perfectionniste qui aspire à la reconnaissance, mais qui déteste se faire remarquer. Un rêveur, mais aussi un architecte et un logicien. La douceur cinglante, l'acerbité tendre. La facétie au bord des lèvres et la mélancolie au fond de la gorge. Vacille dramatiquement entre une empathie qui pèse trop lourd pour être une qualité et le détachement courtois. L'isolement chronique, l'indépendance à l'état sauvage mais une soif de compagnie qui gagne du terrain. Un poil présomptueux, mais on lui pardonne facilement parce qu'il en a rarement conscience. Précis, méticuleux, prudent, jusqu'à l'obsession, jusqu'à la négligence. Des nerfs d'acier mais une patience aux bordures épineuses. - groupe: marigold. - avatar: Clément Chabernaud.


all along it was your story
walking without making a sound, picturesque landscapes, silence, pouring rain, leather worn soft, déjà vu, old clocks, spiral staircases, cedar, dust in the air, insomnia, constantly losing pens, cigarette afternoons, sharpness, the dead of the night, museums, mist, quiet laughter, charcoal and paint-stained hands, mind over matter, longing, billie holiday, cinnamon, a kettle shrieking, cornerstones, wind chimes, dark circles, attics, cheap wine in crystal glasses.
— (genesis)
Beaucoup l’ignorent, mais avant que Woody ne soit "juste Woody", il était Peter Lusk. Le surnom, à l'origine, il le doit à sa jambe gauche. Elle aime prendre son temps, juste un peu dissonante, juste un peu languissante. Comme si elle était faite de bois. Woody boîte depuis toujours. Et ce qui pourrait s’apparenter à une faiblesse au premier regard, il l'a transformée en force en tissant tout son mythe autour, parce qu'il n'y a rien de plus puissant qu'une bonne histoire. La sienne, il l'aime prophétique, cosmogonique. Une chute symbolique du haut d'un arbre. Boom. And Thus The Boy Was Born From The Tree. Woody devient allégorie, il y a autant de bois en Woody que de Woody dans le bois. L'essence reste toujours la même, mais il éprouve un malin plaisir à brouiller les pistes en changeant sporadiquement les détails, parce que toutes les meilleures légendes connaissent milles-et-unes variantes. Un jour, il a sept ans et s'écrase dans le domaine familial, la candeur infantile vaincue par la force de l’illumination. L'autre, il lit Mary Shelley dans un jardin toscan, sur les traces de Da Vinci, et oh! survient la dégringolade de la pomme de Newton. Toute sa crédibilité repose sur son amour pour le bois et la virtuosité avec laquelle il le manipule. La morale, c'est ça. Leur histoire n'a pas de début, pas de fin. Woody courbe l'échine sous le poids de la prédestination. Entre eux, c'est plus fort que les circonstances, aussi implacable que la fatalité. Il a essayé d'y échapper seulement pour mieux retomber dans ses bras. Tant que Peter respirera, il sera Woody ; fait d'écorce, de nœuds et cercles concentriques, de la sève qui coule dans les veines. Magicien des forêts qui plient sous ses doigts parce que like calls to like, mais surtout parce qu'il a préféré s'inventer une identité plutôt que de racler une pitié mal placée.
— (romanticism. nonsense. rotteness. art.)
Woody sculpte comme le dévot prie. La quête de l'absolu est pèlerinage, l'atelier autel. Il ne connait qu'un seul dieu et Elle se nomme Art. La spiritualité est purement sensorielle, il a toujours aimé les formes et les dimensions, le mouvement et le tangible, parce que rien n'est plus sacré que le toucher. Ce qu'il affectionne encore davantage, ce sont les concepts, les idées plus grandes que lui et les symboles. Dans son romantisme, il est lunaire. Tunnel vision allégorique fermement vissée derrière les rétines, tout ce qu'il a toujours voulu, c'est être transcendé par le plus. Sa sœur le qualifie de "delightfully oblivious". Ce qu'il est vraiment, c'est profondément blasé, tellement occupé à idéaliser qu'il en a perdu le goût pour le réel. Au final, la solitude dans laquelle il s'est enveloppé depuis bientôt une dizaine d'années reste son véritable chef-d’œuvre, bourrée de sens forcé jusqu'à saturation, taillée pour prendre toute la place. Il y est si accoutumé qu'elle semble naturelle et incontestable, aussi évidente que l'air dans ses poumons. Woody, c'est l’ermite, le vrai. Cloîtré chez lui, cloîtré dans sa mélancolie. Elle tourne en boucle comme un disque rayé. Trop abstraite pour être précisément définie, elle en devient titanesque. Dévorante et débordante, elle ne se contente pas de le submerger, elle coule tout ce qui est suffisamment proche pour être emporté dans le tourbillon. Un sacrifice nécessaire au nom de la Sainte Mère l'Inspiration. Viscéralement incapable de s'accrocher au présent, il glisse contre les parois de la réalité. Pour museler le temps, il se perd dans le sublime.
— (the magic toyshop)
Le virage sec a surpris. Il n'aurait pas dû. En réalité, il s'est fait avec toute l'aisance d'une course continue. Trop peu narcissique pour espérer que son nom lui survive, il l'est toutefois en suffisance pour aspirer à la reconnaissance. Woody a écumé les planchers des plus grands de ses contemporains. Il s'est délecté de leurs précieux conseils mais les abandonnés sur le pas de leurs portes, les oreilles attentives mais l'esprit intouchable. Il a migré à Florence pour y trouver l'hégémonie mais a trébuché sur ses propres ambitions. Rien de ce qu'il a pu y produire n'a rencontré les normes acérées de son perfectionnisme. Son plus grand problème, c'est qu'il n'a jamais pu se satisfaire de l'art pour l'art. L'avidité ingrate, Woody, il est exceptionnel, lyrique, surnaturel, ou rien du tout. Stendhal a écrit : "En sortant de Santa Croce, j’avais un battement de cœur, la vie était épuisée chez moi, je marchais avec la crainte de tomber." Wanderlust mort dans l’œuf, il a erré presque deux ans à travers les jardins et les musées, le myocarde dans la gorge et l’estomac dans les talons. Sans que ça ne soit véritablement surprenant, l'épiphanie l'a foudroyé quand il est rentré sous le ciel morne de son Angleterre bien-aimée, parce qu'un personnage tel que Woody, à la composition délicatement précise, se draine au soleil. Pour prospérer, il a besoin de brume et de beaucoup d'averses. Des campagnes verdoyantes et de son spleen ombrageux. Evidemment, la passion se cachait dans l'intimité des tracés veineux des planches de bois, exactement là où il l'a laissée. Constellées dans la sciure, toutes les réponses à ses questions. Ce n'est pas un hasard si son élément de prédilection est aussi peu résistant aux ouvrages du temps qu'il l'est lui-même. Indifférent face à l'éternel, il lui choisit le tragiquement éphémère, la déliquescence éthérée - et, en l'honneur du namesake qui n'a jamais voulu grandir, la terrible nostalgie des jours plus légers.
— (anarchy in the uk)
Bonnes manières infusées à l'éducation princière, à la structure osseuse en elle-même et à "his overall englishness", Woody, en bon Brit, a le sorry-reflex increvable, dégainé à la vitesse de la lumière en toutes occasions. Il s'excuse profusément, pour tout, pour n'importe quoi, même quand il sait qu'il ne devrait pas, et juste pour combler les silences maladroits. Poli et policé, la courtoisie est aérienne et étanche, immuable. Il est atrocement humain, Woody, conciliant, compatissant et compréhensif; il excelle dans l'art subtil d'écouter en générant le minimum de jugement mais demeure beaucoup trop soucieux des tapis pour saigner lui-même ailleurs qu'en privé. Discret compulsif, il s'effacerait volontiers dans le papier peint si ça lui évitait le small talk mondain. Il est virtuellement impossible de lui faire perdre son calme, le sang-froid trempé de bon sens polaire, cartésianisme à l'appui, sa rationalité prend trop de place pour laisser l'impulsivité fleurir. Woody, c'est le phare dans la tempête, le "gentle" dans gentleman, un matin paisible dans la countryside gorgée de rosée, un feu qui crépite doucement dans la cheminée et toute la flotte du monde. Le genre de modération qu'on confond souvent pour de la docilité. Grave erreur. Les véritables proches ne sont pas dupes. "You'd be surprised, how much of a prick he can be." Le sarcasme à l'anglaise ourle des lèvres assassines. Sa répartie est tranchante mais assénée avec tant d'élégance qu'elle parait bénigne. Jusque. Sous le voile énigmatique, Woody est un livre ouvert à tous ceux qui ont appris à en décoder le langage. Les longs regards coulés à sa nièce au-dessus du sunday roast, les cigarette breaks réglées comme du papier à musique, les sourires lourds de sous-entendu : son manque abyssal de patience pour tout ce qui relève du social suinte de tous les pores. L'arrogance a beau être feutrée, elle reste irrévocable. Habité par tout l'élitisme intellectuel du gamin biberonné au débat planqué sous le couvert de la discussion de plaisance, don't get me started on the Brexit et quiconque pense autrement a manifestement tort. La bienséance occasionnellement si glaciale qu'elle se reçoit comme un gifle. Pudeur si exacerbée qu'il en deviendrait hostile dans la défense du territoire. Le calme olympien, Woody reste imperturbable sous l'orage. Trempé jusqu'à l'os, il refusera de bouger. Histoire de prouver au ciel qui des deux est le plus obstiné. 
— (rex, regis)
Ils en crevaient d'envie, la vanité boursouflée, typiquement humains dans leur complexe de mortalité. Un fils, pour écrire leur bout d'Histoire, pour donner un sens à leurs cendres. Parce que le Destin brûle d'amour pour l'Ironie, il est arrivé des années après qu'on ait cessé de l'attendre, l'enfant à la sensibilité diaphane. Si délicat dans ses épaisses couvertures qu'on avait peur que son squelette d'oisillon crisse sous la pression de la responsabilité filiale. Aujourd'hui, Woody est conscient de l'héritage comme il est conscient de l'existence de la couche d'ozone. La notion est vaguement plus que conceptuelle, il en saisit les grandes lignes mais les détails des mécanismes, faute à l'intérêt or lack thereof, lui échappent. La quintessence de la conversation-cigarette, his lordship laisse les autres épiloguer sur le futur de la dynastie à sa place. C'est que son statut lui a enseigné deux choses : benjamin et dernier rescapé de l'espèce en voie d'extinction qu'est le Lusk mâle, Woody, primo, n'a jamais eu a lever le petit doigt. Ergo, il délègue avec un flegme seigneurial. Il a beau n'en avoir jamais voulu, il s'est accommodé du poids de la couronne de la même manière qu'il a appris à détester l'attention mais à toujours l'escompter. Secundo, c'est horriblement décevant, un héritier. Il s'est depuis longtemps dépossédé d'une culpabilité qui n'était pas la sienne à porter, et sa famille l'aime suffisamment pour ne pas lui en tenir rigueur. Pire, ils ne le prennent pas au sérieux. Du haut de son mètre quatre-vingt-cinq et de ses trois décennies, Woody reste little Pete. Le baby brother, emphase sur baby. Infantilisé, couvé, choyé jusqu'à l'inéluctable asphyxie. Trop diplomate pour l'opposition rectiligne, si Woody est un monarque, il est un roi en exil. Il s'est rendu privé jusqu'à l'excès. Dans leur bienveillance malavisée, ils ont forgé son indépendance maladive qui est elle-même devenue tour d'ivoire. Au fond, il ne se fait aucune illusion sur sa condition. Médiocre dans tout sauf son idéalisme, il n'a rien d'autre pour le sauver du darwinisme que son nom clinquant. Que les immortal longings aillent à ceux qui possèdent quelque chose à transmettre.
— (the recovering wallflower)
Fishing for a flatmate. Must like dogs and Herbie Hancock. Dans toute l’hypocrisie du old money, il traite l’opulence de son train de vie comme un secret très mal gardé. Il roule ses propres clopes, "fait un geste pour la planète" en choisissant de ne pas conduire mais dépense des fortunes en courses de taxi, sirote son millésime dans sa tasse à café, ne parle jamais d'argent - à vrai dire, n'y pense même pas. Woody nourrit son chien, Bodhi, au bœuf de Kobe alors qu'il se contente lui-même d'arabica froid et de ses propres tergiversations. Il y sept ans, en guise de célébration de sa nouvelle vocation, il a fait l'acquisition d'une maison grinçante dans le vieux Brighton, assaillie par les courants d'air mais à l'acoustique divine digne d'une cathédrale. Il a installé sa boutique au rez-de-chaussée et son atelier dans le grenier. Le reste de l'espace, il l'a hanté par sa présence laconique et les notes de son piano, poltergeist sous son propre toit. Bodhi constamment sur les talons, la quarantaine est restée supportable et l'isolement endigué. Et puis, le mois dernier, une tumeur a été détectée dans l'estomac de son berger allemand et, pour la première fois de sa vie, Woody a senti ses genoux fléchir. C'est comme ça que Sven est entré dans sa vie et occupe désormais la chambre à un couloir de la sienne depuis trois semaines. Woody, un anachronisme à lui tout seul, ressasse l'ancien sans relâche. Il a fait de la transformation son gagne-pain, et la townhouse se présente comme une ode à ça. Tout y est constamment recyclé. Sven, c'est la première chose véritablement nouvelle à passer le pas de la porte en tant d'années. Et il prend de la place. Quand Woody lui a demandé de ne pas le déranger pendant qu'il travaille, il l'a compris comme une suggestion. Délicieusement social, il a rempli les vides de banter aisé, la fanfaronnade maniée avec tant de malice qu'elle en devient difficilement impardonnable. Et quel coq. Si Woody n'était pas certain qu'il flirte avec tout ce qui bouge, il serait presque flatté.
— (zeitgeist)
Tout ce qui était n’est plus ; tout ce qui sera n’est pas encore. Woody, il est Janus, une face braquée sur le passé et une autre sur l'avenir. Il ne cache pas son dédain pour les millennials et leur pragmatisme relationnel. Trop Romantique pour le romantisme moderne, dans l'amour, il voit l'attrait esthétique avant tout. Son analogie préférée, elle est théologique. “Love is a sacrament that should be taken kneeling, and Domine non sum dignus should be on the lips and in the hearts of those who receive it.” Il ne craint pas le cœur brisé. N'essaye même pas de s'y soustraire. Plus qu'une fatalité, il relève de la suite logique et Woody l'embrasse cérémonieusement sous la pluie battante, se laisse ravager par sa force créatrice. C'est précisément tout ce qu'elle lui reproche, de ne leur avoir jamais donné de véritable chance. Gemma et Woody, ça remonte à l'aube de l'humanité, ou alors ça devrait. Ils ont grandi côte à côte, épaule contre épaule. Ils se sont perdus aux portes de l'âge adulte et se sont retrouvés des années plus tard, arrivés à terme, la maturité angulaire finalement seyante. L'un des deux s'est pris les pieds dans le tapis. Question de politesse, l'autre a rapidement suivi. Ensemble, ils se sont lamentablement écrasés au sol. Ne s'en sont jamais vraiment relevés. And the rest is history. Dieu sait qu'ils l'ont réécrite un million de fois. La collision a été nucléaire, atomisante, cosmique. Avec elle, Woody a découvert qu'il est croyant, que le temps peut s'arrêter, que sa patience a des limites, que la lumière peut être assujettie par (une) certaine(s) personne(s), à quel point les connexions nerveuses sont chargées d'électricité, qu'une conclusion n'est pas toujours une fin, que les scientifiques sont des idiots, que les artistes sont des idiots, que l'amour c'est un putain de cancer, qu'il est la somme de ses parties et qu'elles sont absolument toutes cassables. La dislocation a été cosmique, atomisante, nucléaire. Son analogie préférée, elle est théologique. Et lui, il est strictement monothéiste. Toutes les incursions post-Gemma ont été des one-night stands carburés à l'éthanol, audacieux sur le moment mais hérétiques dans l'aftermath. Le palpitant, lui, s'est fait crypte dans une chambre aseptisée dans une prison. D'autres redoutent la souffrance et Woody a peur de ne jamais plus se languir de la sorte. De la monotonie. De la fadeur. De demi-mesure. Et, surtout, il l'aime, Gemma ; assez pour longtemps prétendre, pour elle, qu'ils pouvaient faire marche-arrière redevenir amis. Comme s'ils n'avaient pas altéré leur composition chimique pour de bon, comme s'ils ne s'étaient pas ruinés. Au pied du mur, ils ont fini par reconnaître l'évidence et s'accepter pour ce qu'ils sont devenus : des étrangers condamnés à trop bien se connaître, piégés dans un flash-back qui n'en finit jamais. Gemma est canicule là où Woody est hivernal, le dramatique à son contemplatif, l'oscillogramme bondissant et la course effrénée. Ponctuellement, leurs chemins finissent par se croiser et le pillowtalk, quand la nuit n'a laissé rien d'autre que les regrets dans son sillage, se heurte chaque fois au même blocage. "Where did we go wrong? You want to be chased and I couldn't run to save my fucking life."

who are you?
- pseudo/prénom: The Actual Very Worst. - âge et pays: toujours 22, toujours be. - type de personnage: inventé. - votre avis sur le forum: écrire votre réponse ici. - où avez-vous connu le forum: écrire votre réponse ici. - autre: écrire votre réponse ici.

_________________

old shoes, old roads-
the questions keep being new ones.
like two negative numbers multiplied by rain
into oranges and olives.




Dernière édition par Woody Lusk le Ven 15 Fév 2019 - 8:12, édité 84 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Woody Lusk

Woody Lusk


⋅ paper notes : 34
⋅ since : 27/01/2019

click down

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 9:56

---

_________________

old shoes, old roads-
the questions keep being new ones.
like two negative numbers multiplied by rain
into oranges and olives.




Dernière édition par Woody Lusk le Mar 12 Fév 2019 - 9:32, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imran Johar

Imran Johar
HEAVY IS THE CROWN

⋅ paper notes : 180
⋅ since : 11/01/2019

click down

- getaway car.
address: vickee's couch (in one of her eight bedroom) ;
contact book:
availability: azel, victoria, meera, ava

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 10:17

Rebienvenue ! secrets in the attic. 1419594218

_________________



sometimes
not so bad



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisa Ferguson

Lisa Ferguson


⋅ paper notes : 1620
⋅ since : 17/12/2017

click down

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 10:32

ce début de fiche, j'ai hâte d'en lire plus secrets in the attic. 3636191404
puis j'adore le pseudo secrets in the attic. 3375079550
faudra que je vienne envahir ta boite mp secrets in the attic. 585397809
(re)bienvenue à la maison secrets in the attic. 873553205

_________________
- He put a star in my heart, and I haven't stopped burning.

secrets in the attic. 2872021818 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Basil Meads

Basil Meads
tomorrow's here, it's called today

⋅ paper notes : 39
⋅ since : 30/12/2018

click down

- getaway car.
address: #37, west side.
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎▪︎] rory, ingrid, riley, noemi.

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 11:14

You again. secrets in the attic. 664976795
Il promet tout autant ce personnage, j'ai hâte d'en voir plus. secrets in the attic. 1679898192

_________________

(khera) your positive action combined with positive thinking results in success.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Woody Lusk

Woody Lusk


⋅ paper notes : 34
⋅ since : 27/01/2019

click down

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 11:19

@Imran Johar merci bien. secrets in the attic. 1419594218
@Lisa Ferguson trop mims, merci beaucoup. secrets in the attic. 1679898192 et tu viens quand tu veux et tu fais comme chez mémé. secrets in the attic. 1627604487
@Basil Meads oui, encore moi, je me suis faite exactement la même réflexion. secrets in the attic. 478184136 merci nadège. secrets in the attic. 1198546509

_________________

old shoes, old roads-
the questions keep being new ones.
like two negative numbers multiplied by rain
into oranges and olives.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Rosendale

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 436
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed (ford, jax, rake, robby, josh)

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 12:19

Well well, ce début de fiche secrets in the attic. 1679898192
Rebienvenue parmi nous et, on en veut plus I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renata Farnese

Renata Farnese


⋅ paper notes : 156
⋅ since : 25/01/2019

click down

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 12:29

oh t'es beau secrets in the attic. 1679898192
et ce personnage secrets in the attic. 2872021818
(re)bienvenue à la maison secrets in the attic. 429141933

_________________

--- and suddenly
i was there, caught up in a dream, running after a new reality.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Lowell

Sam Lowell


⋅ paper notes : 25
⋅ since : 29/12/2018

click down

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 12:34

il m'intrigue secrets in the attic. 3006684558 hâte d'en lire plus secrets in the attic. 2872021818

_________________


She only looked away for a moment, and the mask slipped, and you fell. All your tomorrows start here. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poppy Bloom

Poppy Bloom
those metaphors we live by

⋅ paper notes : 101
⋅ since : 03/01/2019

click down

- getaway car.
address: #608, west side
contact book:
availability: 3/4 [aly, colt, rye]

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 12:48

@Woody Lusk a écrit:
- cinq choses favorites: Avoir raison.
soul
mate.

@Woody Lusk a écrit:
mais il le lui rend tellement bien en oubliant fréquemment qu'il est supposément linéaire.
anaïs, mesdames et messieurs
fucking me up une fiche à le fois
secrets in the attic. 1204509553
Complexe d'Infériorité: Don't Know Why We Fucking Bother, 2019, n.pag ; une autobiographie.

pour mes deux cents, chabernaud lui va comme un gant secrets in the attic. 108757049

_________________

— see the thing about smoke is it can be clouds if you let it.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Woody Lusk

Woody Lusk


⋅ paper notes : 34
⋅ since : 27/01/2019

click down

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 13:18

@Maxine Rosendale @Renata Farnese @Sam Lowell merci à vous les puces, j'espère que ça sera à la hauteur de vos attentes. secrets in the attic. 1204509553 secrets in the attic. 2872021818

@Poppy Bloom oh non, tu vas pas commencer. une fois. secrets in the attic. 1367543318
complexe d’infériorité
lolilol
secrets in the attic. 29755263
MAIS
ça me fait penser que j'ai peut-être une idée de lien, la suite au prochain épisode secrets in the attic. 108757049

_________________

old shoes, old roads-
the questions keep being new ones.
like two negative numbers multiplied by rain
into oranges and olives.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meera Winnifield

Meera Winnifield


⋅ paper notes : 124
⋅ since : 05/01/2019

click down

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 14:04

Rebienvenue parmi nous I love you

_________________

i saw it in the news you told me they were wrong and i stood up for you 'cause i believed you were the one. you had all the chances in the world to let me know the truth. what the hell is wrong with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aly Dyers

Aly Dyers


⋅ paper notes : 176
⋅ since : 02/01/2019

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: closed/colt, rye, poppy, drew, squad.

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 14:44

aaah, j'me demandais quand allait arriver le dc. finally. secrets in the attic. 198370067  secrets in the attic. 3636191404  secrets in the attic. 3428865361
mais pfff, cette perfection, toujours. secrets in the attic. 2607465314 secrets in the attic. 3764971524 secrets in the attic. 980971473 secrets in the attic. 2932197667
kiss kiss. secrets in the attic. 1914922290

_________________

- high hopes, when you let it go, go out and start again. high hopes, ooh when it all comes to an end. but the world keeps spinning around.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lina Rassam

Lina Rassam


⋅ paper notes : 113
⋅ since : 25/11/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 17:37

J'aime beaucoup ce que j'ai lu.
Rebienvenue par ici. secrets in the attic. 3830796224

_________________

their tears are filling up their glasses no expression - no expression. hide my head I want to drown my sorrow no tomorrow - no tomorrow. and I find it kinda funny, I find it kinda sad the dreams in which I'm dying are the best I've ever had.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité

click down

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 17:38

clément, et ce personnage qui se dessine. secrets in the attic. 1806006837
rebienvenue à la maison. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Nick Mun

Nick Mun


⋅ paper notes : 194
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address: #042, west side.
contact book:
availability: (closed) ryn, ivy, ophelia.

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 18:58

j'suis fan de son métier, c'est tellement original. secrets in the attic. 1002393928 et c'te bouille. secrets in the attic. 1679898192
rebienvenue parmi nous. secrets in the attic. 2872021818

_________________
—It doesn't take much for someone to shut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willow Keynes

Willow Keynes


⋅ paper notes : 152
⋅ since : 16/01/2019

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 19:18

re-bienvenue! I love you

_________________

--- happiness
can be found, even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devon Granger

Devon Granger


⋅ paper notes : 48
⋅ since : 21/01/2019

click down

- getaway car.
address: mental house, west side
contact book:
availability: open

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyDim 27 Jan 2019 - 23:22

C'est du lourd à chaque fois secrets in the attic. 1679898192
Rebienvenue secrets in the attic. 3636191404

_________________

DON'T LOOK BACK.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité

click down

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyLun 28 Jan 2019 - 11:52

(re) bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Woody Lusk

Woody Lusk


⋅ paper notes : 34
⋅ since : 27/01/2019

click down

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. EmptyLun 28 Jan 2019 - 19:21

merci tout le monde, vous êtes au top secrets in the attic. 1419594218 secrets in the attic. 1419594218 secrets in the attic. 1419594218

_________________

old shoes, old roads-
the questions keep being new ones.
like two negative numbers multiplied by rain
into oranges and olives.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


click down

secrets in the attic. Empty
MessageSujet: Re: secrets in the attic.   secrets in the attic. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 secrets in the attic.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Secrets du crépuscule (Zanzi')
» « Les cercueils fermés gardent les secrets. Le sien est ouvert et expose les vôtres »- Elena L. Salvatore
» Le Lac aux Mille et un Secrets
» Dirty little secrets ϟ Athena & Louise
» Il n'est points de secret que le temps ne révèle ( Aelycia )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: hear them whispers. :: run for the fences.-
Sauter vers: