fermeture du forum.
Partagez
 
 “ unpredictable consequences ” (meera)
Aller en bas 
Imran Johar

Imran Johar
HEAVY IS THE CROWN

⋅ paper notes : 180
⋅ since : 11/01/2019

click down

- getaway car.
address: vickee's couch (in one of her eight bedroom) ;
contact book:
availability: azel, victoria, meera, ava

“ unpredictable consequences ” (meera)  Empty
MessageSujet: “ unpredictable consequences ” (meera)    “ unpredictable consequences ” (meera)  EmptyMar 15 Jan 2019 - 12:21




unpredictable consequences
15 JAN 2019 W/ @Meera Winnifield

C’est irrésistible. Chacun plonge son nez dans son téléphone, rentre dans un autre monde et ne porte plus aucun intérêt à la réalité. Quelque chose les attire, comme les mots d’une sirène invisible. Dès qu’Imran aperçoit un dos courbé, il sait pourquoi. Ils ont une fenêtre dans les mains et c’est irrésistible. Ils passeraient presque à travers, comme le trou d’Alice au Pays des Merveilles. Il ne peut pas juger, lui-même, il est devant son smartphone. Cette petite boite noire qui le connecte au reste de l’univers et qui transforme les minutes en secondes. Il pourrait s’en passer, mais c’est compliqué – il admet que c’est plus facile de lire ses emails dessus et que c’est plus rapide de répondre à toutes les questions que sa secrétaire lui balance par jour. Pas facile de partir d’un travail qui lui a coûté quatre ans de son investissement. C’était une expérience pas comme les autres, c’est certain. Un dossier full of signatures et le voilà candidat. Une campagne bien étudiée, un com' sérieuse et boom. C’est lui le maire. Son obsession du pouvoir a pourtant trouvé une limite. Il y avait quelque d’incroyable à diriger une ville, à étudier les projets, participer à des événements locaux, écouter les besoins des autres… mais plus maintenant. Imran était fatigué et, sans doute, s’est-il rendu compte que ce travail lui avait demandé trop d’énergie, trop d’investissement. Au fond, il est beaucoup mieux dans un hôpital. Sa place, elle se trouve là, près des patients, près des mystères de la pensée humaine.

Collé contre une vitre, il est donc lui-même sur son téléphone, à faire défiler les intitulés de ses emails à la recherche des choses urgentes. Il sait très bien ce qui l’attend, une fois son remplaçant trouvé : rien du tout. Retour à la case départ – s’il y en a une. Il pourrait très bien être à la retraite, maintenant. Vivre sur les bénéfices de la maison de production de sa famille, toujours actif. Il gagne encore quelques billets via la maison d’édition qui a dernièrement fait une nouvelle édition de son premier roman. Il a quelques économies, également, de toutes ses interventions dans les universités. En fait, il peut faire ce qu’il veut et ça, c’est vraiment bizarre pour lui.

« Bonjour ! » Dit-il alors qu’il entre dans une boutique d’informatique, cherchant un vendeur derrière le comptoir le plus proche. Il est encore tôt et, en semaine, il n’y a pas grand monde – ils travaillent tous, sans aucun doute. « Bonjour ? » Il se lève presque sur la pointe des pieds pour chercher dans la pièce quelqu’un. Finalement, une tête brune se dévoile plus loin et pour la troisième fois, il reprend (avec un enthousiasme exagéré) : « Bonjour madame, je cherche un… » Il s’arrête, fronce les sourcils, étudie le visage qui se trouve devant lui, recule un peu puis reprend : « Meera ? » Difficile pour Imran d’oublier les âmes qui ont croisé sa route, surtout qu’il met toute son énergie à ne jamais oublier les gens utiles – une habitude qui s’est mis en place depuis son amnésie.


_________________



sometimes
not so bad





Dernière édition par Imran Johar le Lun 11 Fév 2019 - 9:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meera Winnifield

Meera Winnifield


⋅ paper notes : 124
⋅ since : 05/01/2019

click down

“ unpredictable consequences ” (meera)  Empty
MessageSujet: Re: “ unpredictable consequences ” (meera)    “ unpredictable consequences ” (meera)  EmptyDim 27 Jan 2019 - 19:53


≈ ≈ ≈
{ Well, there's three versions of this story
Mine and yours and then the truth. }
crédit/ minerobby williams.

Blasée, la jeune femme ne fait pas attention aux clients. Elle déteste ce travail, elle déteste cet endroit et elle déteste les clients. Une bande de naze qui pensent valoir mieux qu’elle sous prétexte qu’ils sont clients alors qu’ils n’ont aucune idée de qui elle est. Invisible c’est ce qu’elle ressent la plupart du temps et c’est sans doute ce qu’elle préfère. Elle préfère encore passer inaperçue plutôt que de se sentir rabaisser.  C’est donc avec une certaine boule au ventre qu’elle part chaque matin au travail. Elle aimerait tout envoyer balader, mais sans travail elle retournera en prison et il en est hors de question. Elle ne supporterait plus de se retrouver enfermée à nouveau. Elle préférerait encore se tirer une balle sans métaphore. C’est un client continuant de dire bonjour de façon incessante comme pour avoir son attention qui la fit sortir de ses pensées. Alors qu’elle s’apprêtait à feindre un sourire poli pour masquer son agacement elle eut un léger mouvement de recule en voyant le visage en face d’elle. Imran. Elle n’en croit pas ses yeux et apparemment la réciproque est vraie. Meera se sent honteuse d’être face à lui sans cet accoutrement. Il l’a connu au sommet de sa gloire, il l’a connu fière et maintenant que la descente sociale s’est abattue sur elle, elle doit garder la tête haute même si elle aimerait se cacher. « Imran.. » qu’elle lâche très gênée. Pourtant, elle est presque heureuse de le voir ici. Il n’est pas de ceux qu’on oublie, il est de ceux qui nous marque toute une vie. Imran était le symbole de son ancienne vie, le frisson, le génie. Il l’avait payé une certaine somme afin d’obtenir des informations illégales et elle avait accepté. Ils avaient en quelque sorte sympathisés et lorsqu’elle avait demandé le divorce il n’en avait pas été choqué. Il savait qu’elle aspirait à plus, il savait qu’elle prenait la bonne décision. Alors au lieu de la faire se sentir comme une folle à oser briser sa famille, il l’avait encouragé dans cette voie. Elle n’oublierait jamais son soutien. Pourtant, ils n’ont pas gardé contact bien avant qu’elle aille en prison. Meera ignore d’ailleurs s’il est au courant et cette pensée la glace. Elle n’a pas envie de voir son visage désolé qu’elle soit tombée aussi bas après la prison. « Je peux t’aider ? » Lui demande alors Meera. Il doit bien avoir compris ce qu’elle faisait ici alors autant aller droit au but.

_________________

i saw it in the news you told me they were wrong and i stood up for you 'cause i believed you were the one. you had all the chances in the world to let me know the truth. what the hell is wrong with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imran Johar

Imran Johar
HEAVY IS THE CROWN

⋅ paper notes : 180
⋅ since : 11/01/2019

click down

- getaway car.
address: vickee's couch (in one of her eight bedroom) ;
contact book:
availability: azel, victoria, meera, ava

“ unpredictable consequences ” (meera)  Empty
MessageSujet: Re: “ unpredictable consequences ” (meera)    “ unpredictable consequences ” (meera)  EmptyMer 30 Jan 2019 - 10:13




unpredictable consequences
15 JAN 2019 W/ @Meera Winnifield

Coïncidence ou coup magique du destin ? Aucune idée. Qu’il soit entré ici ou ailleurs, dans tous les cas, il aurait trouvé son achat et serait reparti aussitôt. Sauf qu’en reconnaissant Meera, il ne peut s’empêcher de l’étudier. Un peu comme dans ces films d’enquête où le détective parvient à recoller des aspects dès son caractère simplement en remarquant quelques détails. En voyant la façon dont elle s’approche, il en déduit qu’elle n’a aucune envie d’accueillir qui que ce soit, de vendre quoi que ce soit. Ce travail, c’est qu’un plan merdique qui apporte un peu d’argent. Et encore. D’ailleurs, le petit aperçu d’un sourire forcé, pousse Imran à comprendre que ses journées doivent être pénible. Magnifique petit uniforme de vendeuse, d’ailleurs, mais il ne se moque pas, l’Indien. Non, pas avant d’avoir les faits.

Il est vrai, pourtant, qu’il ne pensait pas la recroiser dans un espace comme celui-ci. Pour arriver à ce niveau, quelque chose s’est sûrement produit. Meera, elle avait tellement de choses à accomplir, de belles choses d’ailleurs.
Mais pas le temps de poser des questions, de remplir les trous. Meera reste Meera, quelle que soit la situation. Elle va droit au but.

« Je cherche une batterie de secours, pour mon téléphone. » Il montre son smartphone, comme si c’était une information utile pour elle. Voyager aussi souvent, ça n’aide pas du tout. Les outils électroniques n’ont pas du tout été conçu pour faire le tour du monde, comme lui. « Tu me sauves la vie si tu me trouves ça. » Comme autrefois, lorsqu’il lui avait demandé de l’aide. Pas compliqué d’effacer des choses, d’en trouver d’autres, surtout quand on a sous le bras quelqu’un d’aussi agile et efficace qu’elle. D’ailleurs, il aurait pu garder contact avec elle, la retrouver de temps en temps, en faire une amie de longue date, mais la vie d’Imran est partie dans tous les sens, un peu comme la sienne, quelque part. Ils n’ont pas toujours le contrôle sur tout, malheureusement.

Et puisque l’ancien psychiatre adore poser les bonnes questions - c’est dans sa nature) : « Tu travailles ici depuis longtemps ? Je te pensais toujours à Londres. » Autant lui demander : qu’est-ce qui s’est passé ? Sauf qu’elle travaille, ils ne sont pas autour d’un café et, après toutes ses années, peut-il être si direct sans l’offenser ? Non. Autant rester vague et lui donner la possibilité de camoufler les détails.


_________________



sometimes
not so bad





Dernière édition par Imran Johar le Lun 11 Fév 2019 - 9:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meera Winnifield

Meera Winnifield


⋅ paper notes : 124
⋅ since : 05/01/2019

click down

“ unpredictable consequences ” (meera)  Empty
MessageSujet: Re: “ unpredictable consequences ” (meera)    “ unpredictable consequences ” (meera)  EmptyMer 6 Fév 2019 - 19:35

Imran était venu ici pour une batterie de secours pour son téléphone. Apparemment, elle allait lui sauver la vie en lui trouvant cela. C’était ironique sachant qu’autrefois elle lui avait sauvé la mise à plusieurs reprises, il lui était reconnaissant. Sans elle il aurait sans doute été dans une situation délicate. Aujourd’hui elle allait se contenter de lui apporter une batterie, c’était pathétique. « Je pense que c’est dans mes cordes. » Qu’elle répond en essayant de feindre un sourire. C’est difficile d’être devant une personne qui l’a connue lorsqu’elle était au sommet de son art et qui aujourd’hui lui demande une tâche aussi facile. Elle se sent rabaissée par la situation, mais aucunement par lui. Elle sait qu’il est gêné également, qu’il essaye de se comporter normalement avec elle, qu’il ne veut surtout pas être maladroit. Malheureusement il l’est en ne lui demandant pas directement ce qu’elle fiche ici. Il préfère lui demander depuis combien de temps elle travaille ici parce que forcément il l’a pense à Londres. « Tu ne préfèrerais pas savoir ce que je fais ici ? » Lui demanda Meera sans aucun filtre. Elle n’avait pas le temps de tourner autour du pot, elle devait travailler pour ne pas se faire emmerder par son patron qui était plus jeune qu’elle histoire d’enfoncer le clou. « C’est pas un gros mot tu sais. » Rajouta la jeune femme en lâchant un rire. Elle l’emmène ensuite dans un autre rayon afin de lui trouver sa fameuse batterie. Elle l’a trouva en quelques secondes et lui tendit. Elle savait qu’il allait continuer à la regarder avec ses grands yeux si elle ne lui disait pas clairement ce qu’elle faisait ici. Elle détestait en parler parce qu’elle savait qu’elle allait devoir recevoir un œil remplit de pitié ou de dégoût, mais de toute façon, il risquait de ne pas la rappeler après avoir eu sa batterie alors elle se disait qu’elle n’avait rien à perdre. « J’ai eu quelques ennuis, de gros ennuis, apparemment la liberté conditionnelle ne plait pas aux grandes entreprise ou même aux entreprises tout court. J’ai pris ce job pour éviter de retourner en prison. » Qu’elle lâcha de but en blanc. Elle sent qu’il risque de faire un malaise ou de penser qu’elle plaisante. Meera est tout de même étonnée qu’il ne sache pas qu’elle ait allée en prison. Après tout leur monde n’est pas grand et quand quelqu’un se fait mettre en taule on le sait assez rapidement surtout quand c’est pour une affaire aussi importante. Meera ne tentait même pas d’expliquer qu’elle avait porté le chapeau dans cette affaire parce qu’elle n’avait plus envie de se justifier. Elle avait simplement envie de continuer sa vie.

_________________

i saw it in the news you told me they were wrong and i stood up for you 'cause i believed you were the one. you had all the chances in the world to let me know the truth. what the hell is wrong with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imran Johar

Imran Johar
HEAVY IS THE CROWN

⋅ paper notes : 180
⋅ since : 11/01/2019

click down

- getaway car.
address: vickee's couch (in one of her eight bedroom) ;
contact book:
availability: azel, victoria, meera, ava

“ unpredictable consequences ” (meera)  Empty
MessageSujet: Re: “ unpredictable consequences ” (meera)    “ unpredictable consequences ” (meera)  EmptyLun 11 Fév 2019 - 14:08




unpredictable consequences
15 JAN 2019 W/ @Meera Winnifield

C’est impressionnant comment la vie change. Comment les situations d’hier, se répète d’une manière différente et presque ironique. Imran n’est pas le genre moqueur, mais c’est ce genre de petite chose qui le fascine. Qui lui rappelle que personne n’est vraiment maître de son destin, que parfois, une main invisible change tout. Par respect pour Meera, cependant, et parce qu’elle lui a été si utile par le passé, Imran se refuse de la rabaisser. Non, c’est une femme de valeur. Elle ne mérite pas ça. Ce qui lui arrive, en ce moment, ce n’est sans doute qu’un petit détour.

Au moins, elle reste serviable et, malgré son ennui, avoue bel et bien qu’elle peut lui trouver ce dont il a besoin. Désormais, il y a du silence à combler par une conversation de politesse. Imran est le genre à excellée pour ça. Il trouve toujours une chose à dire, les sujets de conversation sont infinis. Face à sa réaction, il ne peut s’empêcher de sourire. Son franc-parler l’amuse. Il apprécie les gens honnêtes, lui. Ceux qui ont de la gueule et qui disent ce qui en vaut la peine.

« Si, si, je préfère. Je voulais juste me montrer courtois, tu me connais. » Il a cette sensation de parler à une amie de toujours, le genre qui arrive à voir à travers ses longues phrases, le sens caché. Il hausse donc les épaules, se demandant effectivement ce qui l’avait conduit dans cette boutique. L’uniforme de vendeuse, ça ne lui va pas si bien, d’ailleurs. C’est une belle femme, mais avec le temps et les peines, elle semble avoir mal vieillit. Dans d’autres circonstances, sans doute, elle aurait gardé cette aura qu’elle avait eue par la passer.

Batterie en main, Imran fait ce que tout bon psy fait dans ce genre de situation : le regard insistant. C’est inconscient, mais si elle s’attend à de la pitié, ce n’est pas le cas. Ce qui se remarque le plus, dans ses yeux, c’est sa curiosité et, peut-être bien, un peu d’admiration.

« Qu’est-ce que t’as fait ? » Oui, un gamin. Avide d’informations et de surprises. « Désolé. On n’est pas obligé d’en parler, mais je t’avoue que je suis surpris. Quoi que ça explique… » Il prend la pose des critiques, quand ils jugent les choses pour un oui ou pour un non. « Rassure-moi, ce n’était pas à cause de ce que je t’ai demandé de faire. » Il fronce les sourcils. « Tu sais que j’aurais payé ce qu’il faut pour t’empêcher de finir derrière les barreaux. » Il se serait battu pour elle, c’est certain. Engageant les meilleurs avocats, trouvant les failles là où il y en a toujours. Il ne l’aurait pas abandonné, non. Il lui doit bien plus d’une dette, à Meera.

« Si tu veux changer de boulot... » Un claquement de doigts et il peut essayer de l’aider, trouver autre chose, un job bien plus adapté à son niveau, à ce dont elle est capable. « Tu ne peux pas sécher, sinon ? » Son sourire est vicieux. Comme si c’était aussi simple. « Après m’avoir encaissé, bien entendu. »


_________________



sometimes
not so bad



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


click down

“ unpredictable consequences ” (meera)  Empty
MessageSujet: Re: “ unpredictable consequences ” (meera)    “ unpredictable consequences ” (meera)  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 “ unpredictable consequences ” (meera)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Meera Reed
» „ et ma vie pour tes yeux, lentement s'empoisonne” MEERA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: