fermeture du forum.

Partagez
 
 La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]
Aller en bas 
Johan Byrne

Johan Byrne


⋅ paper notes : 199
⋅ since : 21/12/2018

click down

- getaway car.
address: Chez sa mère, loft 13 à West Side.
contact book:
availability:

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptyJeu 3 Jan 2019 - 18:22

À la fin de la semaine dernière, le professeur de musique de Johan leur avait annoncé qu'ils auraient une surprise sans vraiment s'étaler sur le sujet. Certains avaient absolument voulu savoir de quoi il retournait, Johan lui, s'en fichait pas mal, sauf si ça pouvait lui permettre de ne plus venir avec une boule au ventre.

Le cours de musique était probablement le seul où il suivait assidûment ce qui s'y passait, c'était le seul qui le passionnait réellement, qui le stimulait assez pour le maintenir aux aguets. Et d'ailleurs, c'était peut-être grâce à son professeur qu'il ressentait une tel sentiment. Il ne le traitait pas comme un moins que rien comme tous les autres, il l'encourageait même. Pour le jeune adolescent c'était extrêmement important ce genre de propos. Il faut croire qu'il avait vu juste et depuis ce jour, Johan était devenu un élève assidu, c'était bien le seul cours où il agissait ainsi. Il suffisait de voir son bulletin scolaire.

Présent devant la salle avant que les autres étudiants arrivent, le professeur l'invita à entrer et ils discutèrent quelques instants avant que la salle ne se remplissent. Le brouhaha général donnait mal au crâne au jeune garçon, mais lorsque le professeur annonça sa fameuse surprise, le silence retentit, presque en même temps qu'un homme qui venait de pénétrer dans la pièce. Immédiatement, toutes les filles sans exception se mirent à chuchoter. Inutile de se poser plus de questions, elles étaient en train de débattre sur le physique de l'inconnu. Qu'avait-il d'exceptionnel ? Rien aux yeux du jeune garçon, en revanche, le seul détail qui parvient jusqu'à ses oreilles ce fut que l'homme en question était musicien. Un détail qui intéressait fortement Johan. Il le fixa plusieurs minutes, écoutant le discours du professeur avant qu'il ne laisse la parole au musicien. Un rapide coup d'oeil autour de lui, et il vit toutes les filles de sa classe en train de baver devant l'homme. Peut-être qu'un jour il comprendrait ce comportement, mais pas aujourd'hui. Assis au fond de la classe, Johan attendait que l'homme prenne la parole.

_________________

I hold my breath and close my eyes. Nothing makes sense anymore anymore.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elian Pearson

Elian Pearson


⋅ paper notes : 40
⋅ since : 09/09/2018

click down

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptyJeu 3 Jan 2019 - 19:38

Le lycée avait une période importante de ma vie, un point tournant qui avait fait de moi qui j’étais aujourd’hui. Contrairement à bien des gens, ça n’avait pas été un temps négatif. Ç’aurait pu, mais c’était plutôt un temps où grâce à un professeur en particulier, j’avais su trouver ma voie, et je pouvais désormais vivre de ma passion, ce qui était loin d’être donné à tout le monde. Et pour ça, j’en étais reconnaissant, si bien que même si ce n’était pas mon truc, de faire dans la charité et tout ce qui venait avec, il y avait une chose que j’aimais faire, au moins une fois l’an, c’est-à-dire de faire plaisir à des classes de musique dans un lycée non loin de chez moi. Je connaissais bien l’enseignant, et celui-ci appréciait avoir ce genre de visite. Je n’y allais jamais à l’improviste, mais prévoir un moment pour m’y rendre, ce n’était jamais de trop. Et ce moment prévu, c’était aujourd’hui. L’heure du cours était établie, et j’étais arrivé quelque peu d’avance, mais je n’étais pas dans la classe quand les élèves arrivèrent. Le professeur voulait une entrée un peu plus dramatique. J’attendis donc son signal pour finalement faire mon entrée par la porte qui m’avait été indiquée, les mains dans mes poches, sans prendre la parole pour le moment, me contentant d’un simple signe de main, comme pour confirmer que c’était bel et bien de moi qu’il parlait. Bien sûr que je remarquai le regard des jeunes filles un peu émoustillées, mais je n’y prêtai pas attention. Les enfants de quinze ans mes cadets, ça ne m’intéressait pas. Il traça un portrait vite fait de mon parcours, ne mentionnant pas tous les instruments que je jouais, mais ce n’était pas essentiel non plus. Ensuite, il me laissa la parole. Heureusement, je n’étais pas sans savoir quoi dire, nous avions eu une conversation plus tôt sur ce qui allait se passer. Du coup, je pus dire:  « Votre professeur et moi avons pensé à vous voir un à un pour vous aider aujourd’hui. » L’avais-je bien dit ? Je regardai du coin de l’oeil mon collègue de la journée pour le confirmer. Chose faite, je le laissai donner les consignes sur comment les groupes allaient être séparés, qui allait faire quoi. Moi-même, j’écoutai attentivement, pour faire n’importe quoi, et une fois que ce fut bon, j’allai m’installai au piano dans un coin de la classe, attendant qu’un premier étudiant vienne à ma rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Byrne

Johan Byrne


⋅ paper notes : 199
⋅ since : 21/12/2018

click down

- getaway car.
address: Chez sa mère, loft 13 à West Side.
contact book:
availability:

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptyJeu 3 Jan 2019 - 20:43

Beaucoup de professeurs pensaient que Johan était un genre de cancre, le genre d'étudiants qui vient au lycée, non pas parce qu'il doit s'y rendre mais plus pour avoir un lieu chaud où passer sa journée. En soit, c'était pas totalement faux, le lycée était loin d'être une partie de plaisir aux yeux de l'adolescent, mais il est vrai qu'il avait un cours qui arrivait à capter son attention contrairement aux autres. Et ce cours était celui de musique.

La musique c'était sa passion, pourtant, quand il pensait à son avenir, Johan n'avait aucune idée du domaine dans lequel il voulait évoluer. Certes, la musique c'était ce qu'il aimait faire, c'était là qu'il se sentait le mieux. Ou il se sentait lui-même, il n'avait pas besoin de faire semblant. Mais en même temps, il avait peur que tout cet engouement ne devienne une lassitude s'il passait ses journées à faire ça. Écrire. Jouer. C'était ce qu'il faisait dès qu'il avait du temps libre mais est-ce qu'il était vraiment fait pour ça ? C'était peut-être l'occasion de le demander à cet homme puisqu'il était là.

L'adolescent écouta le parcours scolaire du musicien ainsi que les informations que leur livrait leur professeur. Et puis, ils viennent ensuite à expliquer comment allait se passer le cours. Une partie de la classe allait travailler avec le professeur, comme s'il s'agissait d'un cours normal, tandis qu'un élève sera avec le musicien, qui venait justement de s'installer au piano.

Inutile de demander qui sera volontaire pour se lancer en premier, sinon il est certain que toutes les mains des filles allaient se lever en même temps. C'est sans doute pour cette raison que le professeur le désigna lui. Tous les regards se tourna vers Johan avec quelques critiques et messes basses, mais il sortit de sa chaise sur laquelle il était confortablement installé, puis traversa l'allée où ses camarades ne manquaient pas de lancer quelques piques au passage. Ils furent rapidement rappeler à l'ordre tandis que le surdoué s'avança jusqu'au piano. Il faisait désormais face à ce musicien. Le visage fermé, il le salua.

" - Bonjour."

Qu'allait-il lui demander de faire ? Johan était un peu angoissé, même s'il n'osait pas l'avouer. Il avait peur que tout le monde sache que la musique, c'était ce qui le faisait vibrer. C'est sûr que c'était tout de suite moins classe que faire du football, ou du sport en général.

_________________

I hold my breath and close my eyes. Nothing makes sense anymore anymore.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elian Pearson

Elian Pearson


⋅ paper notes : 40
⋅ since : 09/09/2018

click down

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptyVen 4 Jan 2019 - 2:16

Ne connaissant pas ces élèves et n’ayant jamais aimé que quelqu’un me force à faire quoi que ce soit, je ne me voyais clairement pas demander à quelconque élève de venir à ma rencontre pour que je puisse l’écouter, lui donner des conseils de façon individuelle. Du coup, je m’étais simplement installé, laissant l’enseignant, qui connaissait bien mieux ses élèves, décider comment procéder à la tâche. Apparemment, il y avait bien des - jeunes filles - volontaires, mais le professeur choisit de ne pas faire le faible, désignant un élève discret, quasiment invisible parmi eux. N’ayant rien à dire, surtout que j’étais ce genre d’élève renfermé quand j’étais au lycée, je ne dis rien, laissant le gamin venir à moi. Oui, gamin, et non pas adolescent, puisqu’il semblait plus jeune, plus chétif que les autres. Était-ce normal ? Je ne saurais pas le dire, je n’étais pas là pour juger. Sans rien dire, rien faire, je le laissai venir à ma rencontre, la laissant donc me saluer, d’une voix apparemment bien timide. À cela, je répondis:  « Salut. » Nul besoin de le traiter comme un gamin même s’il en avait l’air d’un. Moi-même, adolescent, ça m’énervait, donc je ne le ferais clairement pas aux autres. Je n’allais pas tourner autour du pot non plus, ce n’était pas fait pour moi. Je décidai de lui expliquer tout de suite ce que je comptais faire, affirmant:  « J’aimerais bien te voir jouer, et ensuite, je tenterai de t’aider. » En lui donnant des conseils, en répondant à ses questions. J’allais improviser selon ses besoins. C’était pas mal ce que je faisais, bien souvent, quand je venais aider. Supposant que c’était simple à comprendre, je ne tardai pas à enchaîner, demandant:  « Tu joues de quel instrument ? » En effet, je préférais aider avec l’instrument de prédilection de l’élève, jugeant que ce n’était pas le temps d’en apprendre un nouveau ici et maintenant. Et puis, si je pouvais aider dans un instrument qui était source d’aisance, je me disais que l’apprentissage allait se prolonger avec un autre instrument, si l’élève était intéressé à apprendre à en jouer un autre, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Byrne

Johan Byrne


⋅ paper notes : 199
⋅ since : 21/12/2018

click down

- getaway car.
address: Chez sa mère, loft 13 à West Side.
contact book:
availability:

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptyVen 4 Jan 2019 - 15:37

Même si Johan connaissait quasiment toutes les réponses aux questions posées par les professeurs en règle générale, il ne levait jamais la main, il ne se montrait jamais volontaire. Sa participation en classe était proche du néant sauf lorsqu'on le forçait, auquel cas, il faisait l'effort de répondre à la question, ce qui satisfaisait le professeur puisqu'il avait très souvent la bonne réponse. Pourtant, il se contentait à se cacher au fond de la classe, sur sa chaise, s'enfoncant comme pour devenir invisible aux yeux des autres. Souvent il avait le regard perdu à l'extérieur. Johan c'est le genre d'élève qu'on pourrait presque qualifier de rêveur. Presque.

Quand le professeur le désigna pour rejoindre le musicien, il n'afficha ni joie ni dégoût. Il était content de pouvoir échanger avec un spécialiste, un homme passionné par la même chose que lui, mais il ne montrait jamais rien de ce qu'il pouvait ressentir. Alors il se déplaca jusqu'à rejoindre le professionnel, le saluant de manière tout de même respectueuse. Ils n'étaient pas amis après tout. Mais tandis qu'il lui disait bonjour, ce dernier lui répondit par une familiarité, ce qui fit sourire le brun aux yeux azur.

Il laissa le jeune homme parler avant de pouvoir lui répondre. Au fond de lui, il avait simplement envie de lui poser des centaines de questions, pourtant il était calme. Stressé, mais calme. Il n'avait pas envie qu'il puisse avoir le moindre doute concernant son intelligence. Quand il lui demanda de jouer, le jeune garçon se dit qu'il pourrait peut-être faire une des mélodies qu'il avait composé lui-même ? Ça semblait être une bonne idée, et puis, au moins il aurait les critiques en direct, des critiques qui n'avaient rien à voir avec celles qu'il recevait au quotidien. Celles-ci seraient constructives.

" - Je joue du piano en règle générale, mais que ce soit guitare ou batterie, ça ne me pose pas de problèmes."

En s'écoutant parler, Johan se rendit compte que ses propos sonnaient comme s'il avait confiance en lui et qu'il en avait conscience, mais la vérité c'est que c'était tout le contraire. Ce n'est pas l'image qu'il voulait dégagée. Il était loin d'être cet adolescent bien trop confiant et arrogant. Il baissa donc la tête comme s'il attendait qu'on lui donne une autorisation quelconque concernant ce qu'il devait faire ou non.

_________________

I hold my breath and close my eyes. Nothing makes sense anymore anymore.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elian Pearson

Elian Pearson


⋅ paper notes : 40
⋅ since : 09/09/2018

click down

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptySam 5 Jan 2019 - 18:40

J’eus un petit sourire amusé à la réponse du jeune homme. Non pas que je voulais me moquer de lui, au contraire, sa réponse avait été impeccable, mais bien parce que c’était une des rares fois que j’avais eu droit à un élève plus polyvalent que la moyenne. Certains, passionnés, avec un talent naturel, s’adonnaient à plusieurs instruments, mais ce n’était pas chose fréquente à cet âge, puisque la plupart préféraient se concentrer sur un seul instrument. Ce n’était pas mal, bien au contraire, mais étant ce que je considérais être un musicien versatile, pour sûr, je me reconnaissais davantage en ce jeune adolescent que la moyenne. Et ce n’était même pas surprenant, considérant le fait que j’avais toujours été un peu… marginal, comme celui-ci semblait l’être aux premiers abords. Mais malgré le fait que l’individu m’offrait là une belle brochette de possibilités pour ce cours particulier, je décidai de m’en tenir à ma première idée, et par conséquent, je lui dis:  « Piano ce sera alors. » Parfaitement conscient que c’était moi qui m’y étais assis, puisque j’aimais l’utiliser pour expliquer un point en temps normal - quand l’élève jouait d’un autre instrument, évidemment - je ne tardai pas à me lever afin de lui laisser la place. Dans le pire des cas, je pourrais toujours poser mes doigts sur les touches plus tard, ce n’était clairement pas la fin du monde, considérant le fait que le piano, mine de rien, était l’instrument avec lequel j’avais le plus d’aisance, compte tenu que c’était celui que je jouais le plus longtemps, même si en ce moment, ce n’était pas celui que je jouais le plus souvent. Une fois que je me fus levé et décalé, je lui fis un signe de main, lui signifiant qu’il avait toute la place nécessaire pour s’installer. Patiemment, j’attendis qu’il s’exécute, parfaitement conscient qu’un musicien était en droit de prendre le temps qu’il voulait pour être confortable. Évidemment, je ne m’attendais pas à ce que cela prenne une éternité non plus, il n’était pas le seul étudiant sur qui je devais m’attarder. En silence, j’attendis donc, pensant rester ainsi jusqu’à ce que finalement, je me décide à prendre la parole pour dire:  « Quel est ton nom ? », réalisant que je ne l’avais pas capté précédemment, et que c’était un peu idiot que je ne le sache pas, je me dis que c’était le moment idéal pour me rattraper et le lui demander, persuadé que je n’en dirais pas davantage par après, tant et aussi longtemps qu’il n’aurait pas commencé à jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Byrne

Johan Byrne


⋅ paper notes : 199
⋅ since : 21/12/2018

click down

- getaway car.
address: Chez sa mère, loft 13 à West Side.
contact book:
availability:

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptySam 5 Jan 2019 - 19:37

Sans doute qu'un autre gamin avec les facilités intellectuelles qu'à Johan en aurait profité et l'aurait crier sur tous les toits, lui n'était pas comme ça. D'ailleurs, personne n'était au courant. Ni le proviseur de l'établissement, ni les professeurs et encore moins les étudiants. Il avait préféré le garder pour lui, mais surtout, parce qu'il n'en était pas fier, il ne voyait pas ça comme un don contrairement à certains. Il n'aimait pas se mettre en avant, et il ne le faisait jamais même s'il aurait pu, il préférait rester au fond, invisible aux yeux des autres. Et tant pis pour l'image qu'il renvoyait.

Énonçant les instruments auxquels il jouait, le jeune adolescent cru percevoir un sourire sur le visage de son interlocuteur. Était-ce de la moquerie ? De la joie ? Il n'aurait pu dire, mais une chose était certaine, c'est que si le musicien se moquait de lui, Johan ne resterait pas une minute de plus dans cette salle avec lui. Il avait déjà assez à supporter avec ses camarades pour qu'un adulte vienne se moquer de lui.

Les minutes passaient et l'homme face à lui indiqua que ce sera donc le piano. C'était désormais à lui de jouer devant cet homme, de lui montrer ses capacités. Johan avait appris seul à jouer des divers instruments, il avait la chance d'avoir une oreille absolue, ce qui lui facilitait grandement la tâche pour reproduire des mélodies qui lui plaisait. Laissant le musicien quitter le banc, il prit alors sa place, tentant de s'installer du mieux qu'il le pouvait. La vérité c'est que ce n'était pas tant de jouer qui le faisait angoissé, c'était toujours le regard des autres. Ça avait toujours été là le problème. Avant qu'il ne se lance, son interlocuteur lui demanda comment il s'appelait. Il releva sa tête et planta ses yeux azur dans ceux du jeune homme.

" - Johan."

Puis, il prit une grande inspiration, jeta un coup d'oeil vers les autres pour s'assurer que chacun était occupé à sa tâche et il se lança. Ses doigts se déplaçaient sur les touches d'une manière très naturelle et très douce, comme s'il caressait chacune d'entre elles. La mélodie qui sortait de l'instrument était plutôt douce mais triste, au fond, elle reflétait pas mal ce que Johan gardait en lui. Cette mélodie c'était la sienne, celle qu'il avait composé quand il était au plus mal. C'était toujours la musique qui lui permettait de rester à la surface et de ne pas couler.

À la fin de sa démonstration, il laissait ses doigts sur les touches quelques secondes avant que ses mains ne rejoignent ses genoux pour s'y poser. En revanche, il ne relevait pas la tête, par peur d'y lire quelque chose qui pourrait le détruire encore un peu plus qu'il ne l'ai déjà. Il aurait aussi bien pu se lever et retourner s'asseoir à sa place, mais il n'avait pas eu l'autorisation et il ne voulait pas causer de soucis à son professeur.

_________________

I hold my breath and close my eyes. Nothing makes sense anymore anymore.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elian Pearson

Elian Pearson


⋅ paper notes : 40
⋅ since : 09/09/2018

click down

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptyDim 6 Jan 2019 - 19:13

Volontairement, je ne demandai pas au jeune homme ce qu’il allait jouer parce que je prenais pour acquis qu’il allait choisir une pièce apprise en classe, un truc classique, le genre de truc qui m’ennuyait quand j’étais à la place de tous ces adolescents. Ces pièces classiques, je les apprenais à une vitesse incroyable, laissant mes enseignants bouche-bée, et un peu décontenancés aussi, puisqu’ensuite, ils ne savaient que faire de ma personne. Certains avaient eu la bonne idée de m’offrir des défis supplémentaires, et j’en étais encore reconnaissant aujourd’hui. Mais Johan - puisque maintenant, je savais son prénom - ne joua pas d’une partition quelconque. Il n’en avait pas en main, mais s’installa quand même au piano, posa ses doigts sur ses touches, et commença à jouer. Avait-il appris la pièce par coeur ? S’il était doué, c’était une possibilité, ça pouvait arriver, surtout quand on avait beaucoup de pratique. Bref, rien pour me surprendre pour le moment, jusqu’à ce qu’il commence à jouer, et que je réalise que je ne reconnaissais pas les notes, ni la mélodie, et que ça n’avait rien à voir avec une mauvaise coordination de ses mains ou un manque de pratique. Fronçant les sourcils, je ne dis rien, le laissant jouer, écoutant attentivement le morceau, qui, au final, me fit un pincement au coeur. Il y avait une tristesse dans celui-ci, exprimant une solitude qui me rappelait des moments de mon passé, où je m’exprimais de la même façon. Est-ce que cela venait du gamin ? Je n’allais pas l’interrompre pour lui demander, ce serait déplacé. La pièce prit fin à un moment, mais Johan ne releva pas la tête, comme c’était commun de le faire. Était-ce parce qu’il y avait une pause volontaire ? J’attendis un instant, pour me rendre compte que non, il avait terminé… Et que moi, je ne savais pas par quoi commencer, comment je pourrais le corriger. Corriger quelqu’un sur sa composition… C’était une lourde tâche quand même, non ? Évidemment, si ç’avait été un désastre, je n’aurais pas réagi ainsi, mais ce n’était pas le cas. Mais plutôt que de me faire de fausses idées, je choisis d’être sûre de ce que je pensais, du coup, je brisai le silence en demandant:  « C’est… D’où vient cette pièce ? » J’avais compris que faire une supposition hâtive serait peut-être un peu trop osé, mais au final, soupirant discrètement à mon propre manque d’audace, je finis par me corriger en ajoutant:  « Tu… Tu l’as composée ? » Mais je me tus tout de suite après, attendant une réponse, curieux de voir ce qu’il allait me dire et surtout, s’il allait oser finalement lever la tête, parce que clairement, je n’avais pas envie de parler dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Byrne

Johan Byrne


⋅ paper notes : 199
⋅ since : 21/12/2018

click down

- getaway car.
address: Chez sa mère, loft 13 à West Side.
contact book:
availability:

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptyDim 6 Jan 2019 - 21:09

Johan avait pas mal de pratique concernant le piano, c'était avec la guitare son instrument de prédilection. C'est un peu comme s'il ne faisait qu'un avec l'instrument, comme s'il était en parfaite osmose avec lui, comme s'ils ne formaient qu'un tous les deux. C'est peut-être aussi pour cette raison que l'adolescent se sentait à l'aise, il se sentait dans son élément dès lors qu'il jouait de la musique, il n'avait plus besoin de faire semblant, il avait juste à être lui-même. C'était presque simple dit comme ça.

Il s'installa et joua durant quelques instants. Cet instant durant lequel il avait l'impression d'être dans sa bulle, là où rien ne pouvait l'atteindre, pas mal les coups de ses camarades ou leurs critiques toujours plus blessantes. Il n'y avait que lui. Lui et le piano. Chacun de ses mouvements était léger, il caressait les touches. Johan était comme transporté par cette mélodie qui l'emmenait, cette mélodie qui trahissait ce qu'il gardait enfoui au fond de lui. Cette mélodie, c'était pour celui qu'il voulait l'entendre, ses cris de désespoir face à tout ce qu'il vivait au quotidien.

Une fois terminé, il laissa ses doigts quelques secondes sur les touches avant de les retirer, puis, n'osant pas affronter le regard du musicien, il attendait simplement que celui-ci parle. Qu'il dise quelque chose, même simplement qu'il pouvait retourner s'asseoir. Il n'avait pas remarqué jusqu'alors, mais certains regards étaient tournés vers lui, et des messes basses commençaient à se faire après sa démonstration malgré que le professeur tentait de faire en sorte que ses étudiants ne se dispersent pas. Le jeune homme se mit ensuite à lui parler, le ramenant à la réalité.

" - Oui monsieur.." avoua-t-il timidement en plantant ses yeux bleu dans les siens.

Comment avait-il pu être aussi stupide ? Il est évident que le musicien s'attendait à entendre une mélodie qu'ils avaient travaillés en cours, une qui serait la même pour tout le monde, pour qu'il puisse juger de leur performance. Au lieu de quoi, il avait fait en sorte de se mettre un peu plus à l'écart en jouant quelque chose qui était très personnel pour celui qui avait l'oreille assez fine.

" - Mais.. Je peux jouer une partition apprise en cours si vous le souhaitez.."

Peut-être que c'était aussi simple que ça ce qu'il attendait. Mais les partitions qu'ils apprenaient ne plaisaient pas à Johan. Elles ne lui ressemblaient pas. Et puis, il lui suffisait d'une écoute pour les reproduire, pas de quoi le stimuler assez. Il avait besoin de plus.

_________________

I hold my breath and close my eyes. Nothing makes sense anymore anymore.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elian Pearson

Elian Pearson


⋅ paper notes : 40
⋅ since : 09/09/2018

click down

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptyMar 8 Jan 2019 - 15:41

J’avais vu juste; cette partition ne venait pas d’un livre, ne provenait pas d’un compositeur connu ou inconnu, mais bien du jeune adolescent que j’avais devant moi. Celui-ci venait de me le confirmer par ses mots qui, au final, me laissèrent avec une réflexion supplémentaire que je tentais de me faire le plus rapidement possible, sachant très bien que je ne pouvais pas rester sans rien dire bien longtemps, non seulement pour ne pas laisser Johan sans mot dire, mais aussi pour le bien du reste de la classe. J’avais bien remarqué; même si les élèves étaient supposés être à une tâche quelconque, certains étaient tournés vers l’arrière, là où je me trouvais, là où nous nous trouvions. Personnellement, j’avais toujours trouvé que c’était un brin malpoli, mais ce n’était pas moi qui devait leur faire des remontrances. Choisissant de les ignorer, je reportai mon attention sur Johan, d’abord parce que c’était lui qui méritait mon attention, mais aussi parce qu’à un moment il ne me donna pas le choix de lui en donner, puisqu’avant moi, il avait repris la parole me proposant de jouer autre chose. Si j’hésitais sur quoi dire, là, je n’hésitai pas un instant à secouer la tête pour lui signifier que non, je ne voulais pas qu’il joue autre chose. J’avais bien vu son aisance à jouer un morceau, nul besoin que je le vois jouer quelque chose de plus simple et plus classique. Bon, sa pièce n’était pas complexe non plus, mais ça convenait à la tristesse du numéro, tout comme la façon qu’il appuyait sur les touches, délicatement. C’était un peu mon contraire, puisque je préférais jouer dans l’intensité, mais c’était chacun son truc. Et par conséquent, c’était bien difficile de commenter de quelconque façon. Par conséquent, même si cela ne me convenait pas tout à fait, je me retrouvai à dire:  « C’est… J’ai beaucoup aimé. » Et pour moi, il était hors de question d’essayer de toucher sa partition, parce que même si personnellement, j’aurais préféré que certains passages soient joués un octave plus bas, plus rapidement, ce n’était pas à moi de le lui dire. De plus, j’étais là pour commenter sa façon de jouer, pas ce qu’il était en train de jouer. Mais sachant que je ne pouvais rester sans rien dire, que je ne voulais pas dire quoi que ce soit de déplacé, je supposai:  « Tu aimes jouer, je me trompe ? » En effet, je me doutais bien qu’il n’avait pas composé ce morceau que pour le plaisir, à moins qu’il y ait quelque chose que je ne savais pas et qui était en train de m’échapper, d’où le fait que je posais des questions plutôt que d’affirmer quoi que ce soit, à défaut de savoir vraiment ce que je pourrais corriger, pour tout avouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Byrne

Johan Byrne


⋅ paper notes : 199
⋅ since : 21/12/2018

click down

- getaway car.
address: Chez sa mère, loft 13 à West Side.
contact book:
availability:

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptyMar 8 Jan 2019 - 20:17

Johan aurait pu mentir. Il aurait pu dire que cette mélodie il l'avait entendu et que comme il avait l'oreille absolue il avait pu la reproduire. Pourquoi quelque chose l'empêchait de mentir cette fois-ci. C'était comme si l'homme en face de lui était quelqu'un de confiance. Comme s'il le connaissait depuis toujours sans véritablement savoir d'où provenait cette sensation. Peut-être parce qu'ils n'étaient pas si différents tous les deux. Peut-être parce qu'il sentait chez lui ce même amour qui l'animait lui. Quoiqu'oi en soit, il n'avait pas la réponse exacte, mais c'était comme s'il se sentait en sécurité auprès de lui, malgré certains regards qui s'étaient pointés sur lui.

La musique c'était la seule chose qui intéressait véritablement le jeune adolescent, et le seul domaine duquel il ne s'était pas encore lassé. Peut-être que c'était un signe non ? Peut-être qu'il était fait pour ça après tout. Mais c'est quoi l'avenir quand on est musicien ? Vivre dans la peur que tout se finisse un jour, sans savoir quand exactement ? Johan n'était pas assez endurci pour pouvoir subir un tel stress au quotidien. Il aurait tant aimé pouvoir questionner son interlocuteur sur son quotidien, sur ce qu'il aimait et ce qu'il n'aimait pas, mais ce n'était pas le moment des questions. Du moins, pas pour lui.

" - Merci."

Si le jeune garçon paraissait plutôt froid et distant en apparence, le contraire était tout autre. Il était sensible et assez émotif. Les compliments ? Il ne connaissait pas, on ne l'y avait jamais habitué, alors oui, quand l'homme face à lui le complimenta sur sa mélodie, il était heureux. Il était fier aussi. Venant d'une personne comme lui, il savait que ce n'était pas des moindres, et il savait de quoi il parlait. Ça reboostait le jeune qui avait tendance à être constamment enfoncé par ses camarades de classe. D'ailleurs, un sourire se dessina presque sûr son visage, sans être trop visible toutefois.

" - Ouais."

Se rendant compte que sa réponse était plus que rapide et pourrait froide, il fit en sorte de baisser le ton de sa voix, comme s'il craignait que quelqu'un entende ce qu'il avait à dire.

" - C'est ma passion. Quand je joue, c'est le seul moment où je n'ai pas besoin de faire semblant d'être quelqu'un d'autre. J'ai l'impression d'être dans une bulle où rien ne peut m'atteindre."

Est-ce qu'il ressentait aussi la même chose ? Auquel cas, Johan pourrait toujours se servir des conseils du musicien pour avancer dans sa vie, aussi bien d'adolescent que sa vie professionnelle.

_________________

I hold my breath and close my eyes. Nothing makes sense anymore anymore.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elian Pearson

Elian Pearson


⋅ paper notes : 40
⋅ since : 09/09/2018

click down

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptyVen 11 Jan 2019 - 13:47

La réponse positive que Johan me donna me laissa quelque peu perplexe. Non pas que je ne pensais pas qu’il disait la vérité, mais au vu de ce que j’avais pu remarquer, jauger de sa personnalité, ça ne semblait pas être son genre. Peut-être je me trompais, peut-être qu’au final, il était plein d’assurance mais il ne voulait pas me le montrer dans un premier temps, quoique là, il me paraissait si troublé, perturbé par tout ce qui l’entourait que ça me semblait à peine possible… Il parut percevoir ma surprise pour le coup, puisqu’il ne tarda pas à se justifier, avec soudainement moins de confiance, ou plutôt, avec moins d’agressivité que précédemment, si ce terme pouvait être un peu plus approprié dans le cas présent. Ainsi je confirmais ma théorie selon laquelle c’était plutôt la question qui l’avait éveillé à ce point, et non pas tant sa véritable personnalité qui ressortait, cette dernière étant, comme je le pensais, un peu plus chétive. Réagissant un peu plus pour le coup, mais pas trop, j’accusai réception d’un signe de tête, et croisant les bras, je gardai le silence, réfléchissant à ce que je pourrais lui dire, à ce que je pourrais faire. Je n’allais pas le nier, je me sentais quelque peu pris au dépourvu, partagé entre l’envie de lui parler davantage, et le fait que les minutes tournaient, que d’autres étudiants attendaient probablement leur tour. Obligé, en quelques sortes, de trouver un entre-deux, je soupirai pour moi-même, et je dis:  « Tu… Tu crois que… On pourrait parler… Après le cours ? » J’avais tenté d’adopter un ton désinvolte, voire même un brin candide, histoire de ne pas l’inquiéter, mais puisqu’il me semblait si peu sûr de lui, je finis par ajouter:  « J’ai bien aimé ce que tu as fait. » Je m’efforçai même d’ajouter un sourire qui avait pour but de prouver la sincérité de mes propos, même si encore une fois, je n’étais pas certain que ce soit tout à fait idéal et parfait. Au moins, j’avais fait un effort, n’était-ce pas ce qui comptait le plus dans le cas présent ? Pour le coup, j’espérais juste que celui-ci soit assez, assez pour le convaincre d’avoir cette discussion, assez pour que je puisse en apprendre un peu plus à son sujet, et sur sa passion qui l’animait tant, autre que dans un contexte où il y avait d’autres élèves que je devais voir, même si je me doutais bien que je n’aurais pas droit au même genre d’échange avec eux qu’avec l’adolescent devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Byrne

Johan Byrne


⋅ paper notes : 199
⋅ since : 21/12/2018

click down

- getaway car.
address: Chez sa mère, loft 13 à West Side.
contact book:
availability:

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptySam 12 Jan 2019 - 11:32

Johan était parfois ce qu'on appelle un peu brut de décoffrage, il est assez franc et direct. Certaines situations ne se prêtaient pas à ce type de réaction, pourtant c'est typiquement ce qu'il venait de faire face à cet homme. Voilà pourquoi il s'était rapidement rattrapé et tentait de se justifier. Pourquoi d'ailleurs ? Hormis le fait qu'il avait employait un ton un peu trop familier alors que le musicien était considéré comme une sorte de professeur. On lui devait respect, et l'adolescent avait dérogé à cette règle sans le vouloir. Il espérait qu'il ne lui en tiendrait pas rigueur vu ce qu'il venait de lui dire. Même si ça ne se lakt pas être ça à vu d'oeil, le jeune garçon venait de se confier à son interlocuteur malgré que ce dernier n'en ai probablement pas conscience.

Le temps passait, les étudiants derrière eux étaient en train de réviser certaines partitions tandis qu'entre Johan et le musicien, la conversation semblait se résumer à un silence. Bientôt, le jeune homme le combla en s'adressant à lui. À l'entendre, on pourrait presque croire qu'il était gêné de demander une telle chose. Mais la première chose qui vient dans l'esprit du brun, c'était ces entretiens qu'il avait parfois à la fin des cours avec ses professeurs. Ce moment où ils lui disaient que tout rien n'allait, qu'il devait se ressaisir puisque ses notes descendaient en flèche. Il craignait une nouvelle fois de se faire remonter les bretelles. Mais fort heureusement, il ne mit pas longtemps avant d'éclaircir le fond de sa pensée. Il voulait juste discuter. Johan se mit à souffler de soulagement.

" - Euh.. Oui bien sûr.."

Ce n'était pas souvent, voire jamais, que le jeune adolescent entendait des compliments, alors lorsqu'on lui en faisait il avait un peu du mal à y croire. Mais le regard du musicien ne le trahissait pas, il était sincère. Alors Johan quitta l'endroit où il était assis pour retourner se terrer à sa place habituelle au fond de la classe. Observant ses camarades qui avaient le regard tourné vers lui, sans pour autant qu'il aille se mêler au groupe. Il n'en avait pas envie, ça serait faire redescendre trop rapidement le peu de joie quil a en lui après cet échange avec le jeune homme.

Le temps s'écoula et la cloche retentit, signe que le cours était terminé. Tout le monde rangeait ses affaires avant de quitter la classe. Johan lui, avec son sac sur l'épaule et attendait à sa place. Il ignorait ce qu'ils allaient bien pouvoir dire, mais une chose était sûre, c'est que lui au moins, n'était pas là dans l'objectif de le rabaisser comme quasiment tout le monde le faisait.

_________________

I hold my breath and close my eyes. Nothing makes sense anymore anymore.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elian Pearson

Elian Pearson


⋅ paper notes : 40
⋅ since : 09/09/2018

click down

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptyLun 14 Jan 2019 - 14:53

Ce fut un soulagement pour moi d’entendre le gamin acquiescer, ne pensant pas nécessairement qu’il allait le faire au vu des circonstances, au vu du fait que je n’étais pas nécessairement le plus tactique quand venait le temps d’avoir une discussion plus complexe ou quelque chose comme ça. Satisfait pour le coup, j’acquiesçai avec un faible sourire, le laissant ensuite se lever du piano pour aller retrouver les autres, ce que je n’eus pas à faire autrement que par un mouvement de tête. Comme ça, je pourrais très bien penser à comment je pourrais lui parler. Parce que la vérité était que je ne savais pas vraiment de quoi je pourrais lui parler - sauf de musique, évidemment - donc je pourrais réfléchir, décanter et tout ce qui venait avec. Et du temps pour réfléchir, j’en eus. Non pas que j’étais resté seul dans mon coin, bien au contraire, mais parce que tandis que je parlais aux autres élèves, je n’avais pas besoin d’être aussi concentré. Les morceaux joués étaient des classiques et les erreurs, de base. Enfin, sauf un élève qui tenta de jouer une soi-disant composition, mais ça ne ressemblait à rien - et je ne m’étais pas gêné pour le lui dire, bien qu’évidemment, je l’avais fait aussi bien que possible. Au bout d’un moment, suite à un temps que je n’avais pas considéré, la cloche sonna, le cours prit fin. Les élèves quittèrent, le professeur commença à ranger ses choses. Ce fut vers ce premier que j’allai, pour lui signifier que j’avais demandé à Johan de rester un peu. Nous échangeâmes quelques banalités, puis il me laissa seul avec Johan, bien que je savais qu’il n’était pas loin; son bureau était juste à côté. Regardant l’adolescent, je m’approchai, puis à sa hauteur, je retournai la chaise devant lui de sorte à m’asseoir en face de sa personne. Et même si j’avais réfléchi, je me retrouvai à attendre un peu, silencieux, attendant de voir encore une fois ce que je pourrais dire. Et finalement, je choisis de m’en tenir au plus simple, du coup, je dis:  « As-tu déjà songé faire carrière dans la musique ? » Parce que ç’avait beau être sa passion, peut-être ce n’était pas son ambition de devenir musicien. Ce n’était pas comme si c’était une valeur sûre, moi-même je n’avais pas songé à une telle carrière, mais le destin en avait décidé autrement et clairement, je ne le regrettais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Byrne

Johan Byrne


⋅ paper notes : 199
⋅ since : 21/12/2018

click down

- getaway car.
address: Chez sa mère, loft 13 à West Side.
contact book:
availability:

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptyVen 25 Jan 2019 - 20:57

La fin du cours était arrivée assez rapidement le jeune garçon était toujours surpris de voir qu'il aimait ce bruit familier. Cette cloche qui sonnait la fin de son calvaire dans certains cours. En revanche, lorsqu'il s'agissait de celui de musique, il aimerait pouvoir stopper ce bruit, que le cours ne finisse jamais, mais hélas, comme on dit "Toutes les bonnes choses ont une fin". Et le cours de musique en faisait partie. Alors il laissa les étudiants de sa promotion quitter la salle de cours, tandis que lui, était toujours dans celle-ci, à sa place, son sac fermé, prêt à quitter la pièce.

C'est après avoir vu son professeur et le musicien discuter ensemble qui sentit une boule dans son ventre. Pourquoi était-il si anxieux pour tout un tas de choses ? Malheureusement, c'était ainsi, Johan appréhendait beaucoup de choses, et cette conversation, bien qu'elle n'ai aucune raison de le faire angoisser, il n'était tout de même pas aussi tranquille qu'il aurait dû l'être.

Il salua le professeur qui quitta la salle pour rejoindre son bureau qui juxtaposait celle-ci. Laissant alors les deux hommes seuls dans cette pièce qui semblait toit à coup comme se resserre autour de l'adolescent. Il avait l'impression de suffoquer, et ce jusqu'à temps que le musicien prenne la parole. Johan lui adressa un regard plus que surpris. Lui dans la musique ? C'était utopique tout ça. Bien sûr que c'était sa passion, qu'il aimait se réfugier dedans quand rien n'allait, mais de là à faire une carrière dedans ?

" - Non.."

Ça pourrait être une option plausible après tout. Vu son bulletin scolaire, il aura pour le moment du mal à trouver quelque chose de correct s'il ne faisait pas un peu d'efforts. La musique c'est le seul domaine où il pouvait réussir sans qu'on ne lui demande grand chose en soi. Mais est-ce vraiment comme ça qu'il avait imaginé son avenir ? En vérité, il était plutôt paumé concernant ce qu'il souhaitait faire, il avait beau être surdoué et probablement faire ce qu'il voulait, ses résultats scolaires lui fermaient pas mal de porte tant qu'il n'assumait pas ce "handicap" aux autres de tous.

" - Je ne suis pas certain que ce soit fait pour moi. J'aime la musique, c'est ma passion, mais je me lasse très vite des choses, j'ai.. J'ai constamment besoin d'apprendre de nouvelles choses, de me stimuler. Il me faut des challenges si on veut me garder à l'affût."

Johan n'avait pas totalement avoué qu'il avait ce don d'être plus avancé intellectuellement par rapport à ses camarades, mais il avait comme la vague impression que le musicien le connaissait mieux que quiconque. Peut-être qu'il n'aura pas besoin de se cacher avec lui.

_________________

I hold my breath and close my eyes. Nothing makes sense anymore anymore.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elian Pearson

Elian Pearson


⋅ paper notes : 40
⋅ since : 09/09/2018

click down

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] EmptySam 26 Jan 2019 - 1:20

Je savais bien que ce n’était pas chaque enfant qui était un minimum doué en musique qui projetait faire une carrière dans le domaine. Certains le faisaient pour le plaisir jusqu’à un certain âge, d’autres essayaient de percer sans succès et très souvent, de ce que j’avais pu remarquer, ceux qui tentaient de percer étaient souvent ceux qui n’avaient pas un talent naturel, ou la rigueur pour y parvenir. C’était triste quand on y pensait, mais je n’avais pas ce pouvoir de me mettre dans la tête des gens, de leur dire quoi faire. Moi-même, j’avais choisi ce chemin parce que pour tout dire, je pensais que c’était le seul pour moi. Je n’avais pas songé de la sorte pendant un bon moment, j’allais être franc. Mais pendant cette période où personne ne me disait que peut-être mon avenir pouvait être dans le domaine de la musique, celui auquel j’étais accro, celui qui me permettait vraiment d’être moi-même, je ne savais pas ce que je ferais. Je ne disais pas que c’était la même chose pour cet adolescent, mais étrangement, je me retrouvais un peu en lui, et jamais je n’avais senti une chose pareille avec un autre étudiant, et pourtant, ce n’était pas la première fois que je me prêtais à cet exercice. J’avais supposé que peut-être il avait des ambitions similaires à celles que j’avais quand on m’avait finalement poussé dans la bonne direction mais au final, ce n’était pas le cas. Je ne sus le nier, je tombai quelque peu de haut quand il vint à me dire que non. Histoire de ne pas jeter un malaise - ou plutôt, garder le malaise que je ressentais pour moi - je le laissai terminer son explication, la trouvant plausible pour le coup. Peut-être que finalement il était un de ces adolescents qui ne pouvait pas se contenter d’un passe-temps comme projet d’avenir, et ce n’était pas un mal non plus. Acquiesçant d’un signe de tête, je lui répondis:  « Je vois… » Que pouvais-je dire de plus en fait ? Je ne savais pas trop, sachant qu’à la base, je ne savais même pas ce que j’allais lui dire. Au final, je me contentai d’hausser les épaules, puis ajouter:  « J’espère que tu vas continuer un peu quand même alors, parce que tu as beaucoup de talent, comme je vois rarement. » Je ne saurais être plus sincère dans mes propos, mais l’avais-je dit de la façon la plus appropriée qui soit ? Personne n’était là pour me le confirmer ou l’infirmer, malheureusement. Voilà pourquoi je n’étais pas professeur, parce que je ne savais avoir les mots justes dans les situations comme celles-ci, où là, je ne savais plus tant quoi dire, pensant avoir fait le tour, mais ne me voyant pas non plus me lever et partir immédiatement, ce qui rendait le tout encore plus inconfortable au final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


click down

La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty
MessageSujet: Re: La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]   La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 La passion d'un même art [Feat. Elian Pearson]
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» On reconnaît la passion à l'interdit qu'elle jette sur le plaisir
» [Arcani] Une passion qui coûte cher
» ► david fernando vasquez « apporte la passion en toi. apporte la victoire dans ton coeur et dans son estime. soit victorieux. »
» Just the same //feat Matt'//
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton east side.-
Sauter vers: