fermeture du forum.

Partagez
 
 Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]
Aller en bas 
Johan Byrne

Johan Byrne


⋅ paper notes : 199
⋅ since : 21/12/2018

click down

- getaway car.
address: Chez sa mère, loft 13 à West Side.
contact book:
availability:

Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  Empty
MessageSujet: Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]    Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  EmptyMer 26 Déc 2018 - 23:40

Avec son handicap, Johan ne trouvait aucune satisfaction à aller en cours. Il y allait parce qu'il le devait, mais en soit, il préférait rester enfermé dans sa chambre, à réfléchir, à écrire, à resasser tout ça dans sa tête. Finalement c'était peut-être mieux qu'il aille en cours, ça occupait un minimum son esprit.

Ayant deux heures de trou, le jeune garçon ne souhaitait pas rester une minute de plus dans cet établissement. Il craignait encore que ses "camarades" ne viennent le chercher pour l'embêter. Et le terme était plutôt gentil quand on sait de quoi ils étaient capable. Johan n'avait jamais rien dit, il avait misé sur sa soit disant maladresse, et jusqu'alors c'était toujours passé. Mais il avait mal. Mal au coeur et mal à la tête. Mal au coeur d'être toujours rejeté où qu'il aille, quoiqu'il fasse. Mal à la tête de toujours réfléchir à comment faire pour être enfin accepté par les plus grands. Est-ce que toute sa vie allait être comme ça ? Est-ce que toute sa vie il sera rejeté parce qu'il est différent ? Il faut croire que c'était le destin qui en avait décidé ainsi.

Pour trouver un peu de calme, le jeune garçon s'était réfugié dans la bibliothèque non plus du campus. Il s'était isolé dans un coin de celle-ci, pensant qu'il serait peut-être protégé par ce qui pouvait l'atteindre. C'était un peu comme s'il était hors d'atteinte de tout. C'était son moment à lui. Il s'installa dans un coin, cherchant un ouvrage qui pourrait lui plaire. Il était non loin du rayon de droit, alors il prit un des ouvrages devant lui avant de s'assoir et se laisser emporter par sa lecture.

Pour certains, c'était illisible, pour d'autres, c'était barbant. Mais pour l'esprit de Johan, c'était tout à fait à sa portée. Et il aimait se cultiver, en apprendre encore plus. Ce n'est pas en cours qu'il avait cette possibilité, même si ses professeurs avaient fini par croire qu'il ne voulait tout simplement pas travailler et fournir d'efforts. La vérité c'est qu'il ne trouvait rien d'assez intéressant pour captiver son attention.

_________________

I hold my breath and close my eyes. Nothing makes sense anymore anymore.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yasin Shankar

Yasin Shankar


⋅ paper notes : 1379
⋅ since : 25/11/2017

click down

- getaway car.
address: 123, west side.
contact book:
availability: (Open - Logan)

Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  Empty
MessageSujet: Re: Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]    Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  EmptyJeu 3 Jan 2019 - 17:38

L'odeur du papier remplit ses poumons dès que Yasin franchit la porte de la bibliothèque. Une odeur d'ancien, d'histoires parachevées, de pages tournées avec avidité. S'il aurait pu se contenter d'une plus proche de chez lui, il s'était déplacé pour trouver des ouvrages plus spécifiques. Des ouvrages scientifiques, universitaires. Avec un peu de chance, il trouverait même l'ouvrage pas du tout scientifique de sa collègue dans les rayons.
S'il le trouvait, il devait de le procurer. Pour l'étudier. Même s'il n'avouerait jamais que le contenu de son livre pourrait lui servir – parce qu'après tout, il n'était pas censé découvrir une paternité deux ans après les faits. Ou plutôt, personne n'était censé découvrir de tels faits deux ans plus tard. Il tenta néanmoins de repousser toutes ses pensées loin, très loin au fin fond de son esprit. Il n'était pas venu dans cette bibliothèque pour trouver des fichus bouquins sur la parentalité.
Alors pourquoi ses pas le menaient-ils dans une section bien particulière de ladite bibliothèque ? Pas la section sur la petite enfance, non. Celle sur le droit familial. Réflexe primaire. Système défensif du rat de bibliothèque. Lorsque Yasin était confronté à une situation qu'il ne comprenait pas – ou plus précisément, dans son cas, une situation inédite dont il était incertain de sa légitimité – il se réfugiait dans la connaissance. Un livre ferait sans doute l'affaire. Il n'avait pas besoin d'impliquer une personne tierce dans cette histoire rocambolesque ; pas tant que lui-même ne savait pas où poser les pieds. Pour cette valse à trois temps.

Les sections désertes au vu de l'heure inhabituelle, Yasin peut entendre le son de ses pas se répercuter entre les allées vides. Un claquement rythmé, pressé. Des soupirs qui percent le silence endormi. Lorsqu'il atteint enfin l'allée convoitée, il se fait presque surprendre par un lecteur égaré. Forcément égaré. Parce que personne d'autre que lui ne pouvait décidément ingurgiter un livre de droit par pur plaisir.  Yasin ne peut s'empêcher de lui jeter un coup d'oeil. A ce visage bien trop juvénile – à peine plus gros que certains codes de droit.
Lui, il devrait être en cours. C'était un fait. T'es pas censé être en cours ?
Yasin ne sait pas se mêler de ses affaires seulement. C'était un fait.
Le domaine de ses recherches étant un peu trop vaste, le psychologue s'attela à réduire grandement son champ de recherches. Il délogea les quelques ouvrages de la série "for dummies", reconnaissables facilement grâce à leurs couvertures jaune, et s'installa non loin de l'adolescent. Il fallait dire que les places étaient plus que limitées – particulièrement dans ce recoin de l'établissement. Le premier ouvrage qu'il ouvrit traitait du divorce. Bien que ce n'était pas tout à fait ce qu'il recherchait … ses découvertes pouvaient toujours lui être utile.
Et quand bien même cela ne lui serait pas utile à l'instant, cela pourrait toujours lui donner des connaissances. Un autre point de vue, éclairé, sur ce que pouvaient traverser certains de ses patients. Sur les épreuves que ceux de Gabriela tentaient d'éviter.

_________________
une vie sans cause est une vie sans effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Byrne

Johan Byrne


⋅ paper notes : 199
⋅ since : 21/12/2018

click down

- getaway car.
address: Chez sa mère, loft 13 à West Side.
contact book:
availability:

Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  Empty
MessageSujet: Re: Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]    Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  EmptyJeu 3 Jan 2019 - 18:19

Johan avait de plus en plus de mal à se lever tous les matins pour se rendre en cours. Ça lui coûtait un peu plus chaque jour qui passait. Pourtant, il n'avait pas le choix, l'envie d'esquisser quelques cours était une perspective qui lui plaisait, non pas qu'il soit délinquant ou quelque chose de ce genre, c'est simplement qu'il n'en peut plus. Mais sa mère ne voyait rien, elle se disait sûrement qu'il faisait sa crise d'adolescence plus tôt que les autres, si seulement elle savait. Si seulement il pouvait lui parler, lui expliquer à quel point il est mal dans sa peau, mais tout cela lui semble impossible, il ne pourra jamais retrouver la complicité qu'il avait avec elle avant. Avant qu'elle ne l'abandonne sans donner de nouvelles. Il lui en voudrait sans doute la moitié de sa vie.

Mais il ne voulait pas y penser, il n'était pas chez lui, il ne voulait pas songer à ce qui allait se passer ce soir quand il reprendra le chemin de chez lui après les cours. Il voulait juste penser à lui, à cet instant de liberté qu'il avait dû au fait qu'il n'avait pas cours durant les deux prochaines heures. Il aurait pu sortir du lycée, aller se balader, mais il savait aussi que s'il le faisait, il ne reviendrait probablement pas. Mieux valait ne pas tenter le diable, alors il opta pour une valeur sûre. La bibliothèque. Le seul endroit où il n'avait pas besoin de faire croire qu'il était quelqu'un d'autre. Il lui suffisait d'être lui-même, de lire les ouvrages qui lui plaisait sans crainte qu'on vienne le juger pour ce qu'il avait entre les mains.

L'adolescent était perdu dans l'ouvrage de droit qu'il tenait devant lui. Il avalait les pages sans même s'en rendre compte. Au vu du fait qu'il était surdoué, Johan n'était pas motivé par les études, mais surtout, la question qu'il se posait de longues semaines, c'était de savoir ce qu'il voulait faire de son avenir. La musique était sa passion, écrire et jouer de la guitare, mais est-ce que c'était réellement un métier ? Le droit l'avait toujours plus ou moins intéressé, mais est-ce qu'il aurait les épaules pour ce type de cursus qui durait de longues années ? Il valait mieux se renseigner avant de se lancer tête baissée dedans. C'était peut-être pour cette raison qu'il s'était dirigé vers ce rayon sans véritablement en avoir conscience. Mais il fut soudain interrompu dans sa lecture. Il leva la tête, lança un regard méfiant à l'homme qui venait de lui adresser la parole.

" - Et quand bien même ce serait le cas, vous êtes du personnel du lycée ?"

Il savait très bien que non, mais il n'aimait pas qu'on le mette devant le fait accompli. Et puis, qui était-il pour se permettre de tenir de tels propos ? Si Johan n'avait pas envie d'aller en cours, il n'y allait pas, il n'y avait que sa mère qui avait le droit d'intervenir sur ce point, pas un inconnu qui s'adressait à lui de la sorte. Mais l'adolescent n'avait rien à se reprocher, il n'était pas en infraction, il était simplement en pause. Longue pause de deux heures. Il cherchait à tuer le temps simplement.

_________________

I hold my breath and close my eyes. Nothing makes sense anymore anymore.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yasin Shankar

Yasin Shankar


⋅ paper notes : 1379
⋅ since : 25/11/2017

click down

- getaway car.
address: 123, west side.
contact book:
availability: (Open - Logan)

Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  Empty
MessageSujet: Re: Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]    Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  EmptyMer 9 Jan 2019 - 14:43

Le jeune rat de bibliothèque a de quoi l'intriguer. Si les classes étaient supposées l'occuper, il pouvait comprendre son désir de partir, de fuir. De s'échapper. De trouver refuge au milieu des ouvrages, où l'accueil n'était pas vraiment regardant. En revanche, prendre place au milieu des bouquins de droit – et pire que ça, les ouvrir et les dévorer, c'était quand même autre chose. Cela aurait presque pu être poétique si quelqu'un en avait encore quelque chose à faire de la poésie.
Ne restait que l'incompréhension. Et comme tout ce que Yasin ne comprenait pas l'intriguait forcément, il ne lui faut pas longtemps pour interpeller le jeune. Il n'a pas vraiment le temps de se perdre dans sa contemplation du divorce pour les nuls qu'il se voit envoyé sur les roses. Sa curiosité finira par le perdre, c'est certain.
Pour autant, il ne renonce pas. Il laisse son index courir sur la table des matières, sélectionnant les sujets qui seraient susceptibles de l'intéresser. Non. Loin d'être personnel du lycée, il côtoyait pourtant certains de ses camarades, sans qu'il ne soit au courant. Même s'il m'arrive de travailler avec eux. A quel point un jeune devait-il être perdu pour choisir de s'enfermer délibérément au rayon droit d'une bibliothèque ? Quand on faisait l'école buissonnière, n'était-on pas censé en profiter ?
Même pour Yasin, le concept de s'amuser était loin, très loin d'inclure un livre de droit. Il se refusait de croire que la ville de Brighton était si triste pour que la seule occupation disponible soit cet endroit. Quant aux rares lycéens qu'il suivait, aucun n'avait le profil de ce jeune homme là. Il laissa filer les pages jusqu'à tomber sur le chapitre qu'il recherchait, qu'il commença à parcourir du regard.

Il n'avait sans doute pas le bon livre entre les mains, mais il avait tout le temps de dénicher quelque chose qui puisse l'aider dans ses recherches personnelles. C'est juste qu'à mon époque, on ne venait pas lire des bouquins de droit quand on séchait.
Finalement, Yasin s'en tient là. Il parlait déjà trop, son désir de tout savoir se faisant bien trop voir. Peut-être que l'adolescent lui en tiendrait rigueur, ou peut-être sortirait-il de son silence. Mais comme il lui avait déjà plus ou moins fait subtilement remarquer, ce n'était pas son devoir, ni son travail, de savoir pourquoi il était face à lui, en train de dévorer un livre des plus insipide. Le psychologue n'avait aucune idée de l'établissement que celui-ci fréquentait, et il n'allait pas commencer des investigations inutiles. Si le gosse ne voulait pas parler, ce serait tant pis pour lui. Il n'aurait plus qu'à ravaler sa curiosité mal placée et à se concentrer davantage sur les lignes qui s'étalaient, dansaient sous ses yeux.

_________________
une vie sans cause est une vie sans effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Byrne

Johan Byrne


⋅ paper notes : 199
⋅ since : 21/12/2018

click down

- getaway car.
address: Chez sa mère, loft 13 à West Side.
contact book:
availability:

Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  Empty
MessageSujet: Re: Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]    Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  EmptyMer 9 Jan 2019 - 20:47

Johan aimait rarement quand des personnes tentaient d'en apprendre sur lui, c'était un peu comme tenter de briser sa carapace et il se mettait immédiatement en position de défense. C'est ce qu'il avait fait face à cet inconnu qui s'était adressé à lui sans qu'il sache réellement pourquoi. Avait-il envie de faire la discussion ? Dans ces cas-là pourquoi venir à la bibliothèque, un lieu supposé calme et fait pour se documenter ou bien tout simplement se laisser emporter par un roman quelconque.

Le jeune adolescent estimait qu'il avait été assez clément, ce qui n'était pas vraiment dans ses habitudes, normalement il aurait envoyé balader son interlocuteur encore plus que la simple réplique qu'il lui avait lancé. Mais malgré cela, l'homme à ses côtés parcourut le livre qu'il avait entre les mains, comme s'il ne l'avait pas entendu. Johan remarqua qu'il s'agissait d'un livre pour en apprendre plus sur le divorce. Était-il divorcé ? Était-il en instance de divorce et du coup, il se posait des dizaines de questions auxquelles il espérait trouver des réponses dans cet ouvrage ? Contrairement à lui, le gamin ne posa pas de questions, après tout il faisait bien ce qu'il voulait, que ce soit un livre portant sur le divorce, sur la façon de concocter certaines recettes de cuisine. Ce n'était pas ses affaires, il avait déjà assez à gérer avec le poids qu'il avait sur les épaules.

" - Vous êtes ce genre de personnes qui intervient à l'université pour une raison quelconque ?"

Il avait bien le droit de poser des questions lui aussi non ? C'était un juste retour des choses. Il était curieux, alors Johan avait bien le droit de savoir un peu plus à qui il avait à faire. L'homme releva la tête pour s'adresser de plus belle à lui. Il arqua un sourcil en entendant ses propos.

" - À quel moment exactement je vous ai dis que je séchais les cours ? C'est vous qui en avait déduit ça en me voyant ici, mais puisque ça semble vous intéressez, je ne sèche pas les cours même si c'est très tentant je dois l'avouer. Je suis ici parce que j'ai deux heures de trou dans mon emploi du temps et je n'avais pas envie de rester là-bas avec eux.."

Le simple ton de sa voix ainsi que ses paroles, il ne fallait pas avoir un QI supérieur aux autres pour deviner qu'il était tout sauf à l'aise dans l'établissement scolaire où il était scolarisé.

" - Et puis qu'est-ce ça change que je lise in bouquin de droit ou un autre ? Vous lisez bien un livre sur le divorce vous, il y a certainement plus interessant à faire que de lire ce genre d'ouvrage."

_________________

I hold my breath and close my eyes. Nothing makes sense anymore anymore.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yasin Shankar

Yasin Shankar


⋅ paper notes : 1379
⋅ since : 25/11/2017

click down

- getaway car.
address: 123, west side.
contact book:
availability: (Open - Logan)

Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  Empty
MessageSujet: Re: Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]    Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  EmptyLun 14 Jan 2019 - 19:52

Après avoir prit le temps de poser ses appâts, Yasin n'avait plus qu'à remonter ses filets. Des remarques imprudentes, des détails relevés, de quoi montrer son intérêt et piquer sa curiosité. Peut-être que le gamin ne relèvera pas, se contentera de le laisser en plan et de partir vers d'autres rayonnages. De l'envoyer bouler, de planter des écouteurs dans ses oreilles pour le couper de son monde.
Mais entre deux chapitres, entre le choix des avocats et la garde partagée, c'est la voix du réfugié qui l'interpelle. Yasin s'efforce de s'intéresser à sa lecture, mais c'est bien moins passionnant. Pas vraiment, non. En réalité, j'écris des thèses avec le soutien de l'université de Londres. Un peu comme si j'avais jamais quitté l'école. Alors, d'une certaine manière, lui aussi était en train de sécher les cours.
Sauf qu'il séchait son propre job et ses propres responsabilités pour en apprendre un peu plus sur des problèmes personnels. Un fracas avec la réalité violent, pour lui qui a toujours préféré gérer les problèmes des autres plutôt que les siens. Le voilà avec des responsabilités sorties de nulle part, un écho du passé qui le rattrapait.
Et lui qui préférait fuir, d'une certaine manière. S'intéresser à un autre plutôt qu'à ce qui l'attendait, quand les voix autour de lui cessaient. Quand il était seul avec ses pensées. S'il ne pouvait pas vraiment divorcer de Lyana, avec laquelle il n'a jamais été marié, il se posait encore des questions concernant l'enfant qu'elle lui avait caché. Sur une possible garde partagée, sur les prétentions qu'il pouvait prétendre, et ses obligations. Ils s'étaient séparés presque trois ans auparavant, et il avait encore le cœur à l'amer, les pensées à l'envers.

Écouter, ça par contre, il savait faire. Alors Yasin se délecte quand le gosse craque et s'exprime – lui offre sans le vouloir un nouveau jouet à manipuler. Mais ce qu'il avait prit pour de l'école buissonnière n'en était pas tout à fait. Il n'était pas très compliqué de lire entre les lignes, de révéler les non-dits. Pas le premier à tenir ce genre de discours, certainement pas le dernier non plus.
Les écoles se trouvaient la plupart du temps démunies face à ce genre de situation … Pour avoir des patients de son âge, il était familier du problème. Le psychologue ne veut pas s'imposer, ni s'engouffrer dans cette discussion. Il se laisse porter par une autre, plus légère. Quitte à y revenir plus tard. Ouais mais … J'ai déjà lu tous les livres intéressants.
Il tente un sourire à l'attention du jeune. Tente d'être malin même s'il l'avait démasqué. Je ne suis pas marié. Et tu n'es pas étudiant en droit … Alors on doit être tous les deux un peu bizarre. Il avait appris sa leçon, Yasin, il avait arrêté de poser trop de questions. A la place, il avait préféré jouer sur le comique de situation, de cette rencontre au beau milieu des livres poussiéreux.

_________________
une vie sans cause est une vie sans effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Byrne

Johan Byrne


⋅ paper notes : 199
⋅ since : 21/12/2018

click down

- getaway car.
address: Chez sa mère, loft 13 à West Side.
contact book:
availability:

Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  Empty
MessageSujet: Re: Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]    Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  EmptyDim 10 Fév 2019 - 11:17

Johan pensait pouvoir être tranquille dans sa lecture, que le simple fait d'avoir répondu sèchement à cet homme allait le dissuader de s'installer auprès de lui. Mais non. Johan devait supporter sa présence, et ses questions dérangeantes. Il aurait pu changer de place, mais il avait un caractère bien trempé et il n'était pas décidé à changer de place pour cet inconnu qui venait l'interrompre dans sa lecture, et encore moins un inconnu qui l'accusait de sécher les cours sans même savoir de quoi il parlait réellement.

Plus pour se défendre que par réelle envie de savoir, le jeune adolescent lui demanda s'il faisait parti de l'établissement, auquel cas, il allait certainement pas se gêner pour aller baver auprès du directeur de celui-ci comme quoi il n'était pas dans l'enceinte pendant les heures de cours. Mais au lieu de ça, il lui dit que non. Un sentiment de colère s'empara alors de l'anglais. Pourquoi cherchait-il tant à savoir s'il séchait les cours ou non ? Sa mère avait-elle envoyé quelqu'un pour le surveiller ? Non, elle ignorait le mal-être de son propre fils, ce n'était pas pour engager quelqu'un qui puisse épier le moindre de ses faits et gestes. Cet homme était juste là pour l'embêter visiblement.

En entendant cette réponse, Johan fronça les sourcils. Comment pouvait-il faire pour être toujours lié à l'université à son âge ? L'avis du plus jeune était biaisé puisqu'il avait de plus en plus de mal à se rendre en cours sans être tétanisé à l'idée de se retrouver entouré de ses petits camarades. Il rêvait de quitter le domaine scolaire, de pouvoir enfin échapper à toute cette pression, à toute cette peur qu'il garde au fond de lui. Mais ce n'était pas le cas, il lui restait de longues années avant de s'en débarrasser.

" - Et ça ne vous dérange pas de continuer à fréquenter ce lieu alors que vous pourriez l'éviter ?"

Question qui venait à l'esprit du brun, mais à laquelle il n'accordait pas plus d'importance que ça. Après tout, il faisait bien ce qu'il voulait, ça ne le regardait pas. S'il voulait suivre des cours à l'université, c'était bien le dernier soucis du jeune garçon.

" - Ouais ça doit être ça."

Johan n'était pas comme les autres garçons de son âge, il avait tendance à être beaucoup plus avancé au niveau intellectuel certes, mais il ne ressentait pas les choses comme eux. Il était beaucoup plus fragile émotionnellement parlant. Il était tellement facile de le briser que Johan tentait de renforcer sa carapace tous les jours. Il était fragile comme adolescent, et influençable aussi. Il suffisait de lui dire ce qu'il avait besoin d'entendre pour le déstabiliser et faire de lui ce que bon lui semble. Le fait que l'inconnu reprenne la parole en lui disant qu'il n'était pas étudiant en droit, ça ne lui faisait pas plaisir, pourtant il avait raison. Simplement c'était un peu l'idéal que Johan souhaitait. Un idéal qu'il n'atteindra probablement jamais d'ailleurs. Voilà pourquoi ça lui faisait doublement mal d'entendre ces mots là.

" - Vous cherchez quoi exactement sur le divorce ? Parce que techniquement si vous n'êtes pas marié, il ne peut y avoir de divorce. À moins que vous ayez une sorte de contrat qui vous impose certaines choses."

C'était au tour du brun de poser les questions qui fâchent. Ça surprenait parfois les gens quand Johan se mettait à parler. Contrairement à son corps, sa voix était assez grave, et ses discours étaient parfois digne des propos que pouvaient tenir un adulte.

_________________

I hold my breath and close my eyes. Nothing makes sense anymore anymore.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


click down

Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  Empty
MessageSujet: Re: Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]    Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 Un petit coin de paradis [Feat. Yasin Shankar]
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Un petit coin de Paradis...
» [RP][Petit Coin des Artisans] Les charpentiers.
» [RP][Petit Coin des Artisans] Les Forgerons
» [Propose] Mon petit coin ^^
» Un petit coin de tranquillité...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton east side.-
Sauter vers: