fermeture du forum.

Partagez
 
 wanna be your shelter (edan)
Aller en bas 
Elizabeth Lockhart

Elizabeth Lockhart


⋅ paper notes : 17
⋅ since : 17/12/2018

click down

wanna be your shelter (edan) Empty
MessageSujet: wanna be your shelter (edan)   wanna be your shelter (edan) EmptyMar 18 Déc 2018 - 21:27

wanna be your shelter when you just can't stand the rain
Edan & Elizabeth


La veille, Alec était rentré avec un bleu au visage et une humeur passablement énervé. Ils étaient sortis avec ses amis, Edan McInnes inclus dans un bar. L'alcool ne faisait jamais bon ménage avec Alec. Alors Elizabeth avait anticipé son retour, elle s'était assuré que tout soit en ordre pour qu'il ne trouve rien à lui dire, aucun reproche à lui faire. Mais elle n'avait pas imaginé qu'il se battrait avec Edan. Elizabeth avait cherché à connaitre les raisons qui avaient poussé les deux hommes à se battre. Bien entendu, elle n'avait rien obtenu de son mari à part un ton sec. Par chance, il n'avait pas levé la main sur elle, elle n'avait pas non plus insisté préférant le laisser ruminer et ne pas lui donner de raisons de s'acharner sur elle. Pourtant elle n'avait pu cessé de penser à Edan. Pourquoi avait-il fait ca? Avait-il cherché à la défendre? Etait-ce pour une autre raison? Elle n'avait pas beaucoup dormi cette nuit là, mais après les quelques heures de sommeil, elle avait été réveillé par Alec qui préparait sa valise pour un voyage à Londres de dernière minute. Il devait partir immédiatement et ne reviendrait que le lendemain. Son mari avait passé la porte et elle avait soufflé. Comme à chaque fois qu'il partait, elle se sentait un peu soulagée. La solitude était toujours présente, peut-être même accentuée mais au moins, elle n'avait pas peur de la présence de son mari, de dire un mot de travers, de faire tomber quelque chose et de recevoir un nouveau bleu sur le bras. Elle avait essayé de travailler un peu, d'envoyer quelques emails par ci par là toujours à la recherche d'un travail, elle avait aussi essayé d'écrire. Mais face à la fenêtre son regard était irrésistiblement attiré par le paysage qui s'offrait à elle. Le ciel s'était peu à peu assombri. Les nuages étaient présents depuis le petit matin, et s'étaient dégradés peu à peu jusqu'à devenir charbonneux. Le milieu de journée avait des allures de crépuscule. Les arbres avaient revêtis des tons plus sombres et les branches faisaient des vas et viens au rythme du vent. Sans s'en rendre compte, il était près de seize heures. Elle avait fermé son ordinateur, avait troqué son pantalon de yoga et son t-shirt pour une tenue un peu plus apprêtée. Elle avait choisi une robe sobre, une paire de bottes. Elle avait enfilé un manteau. Passée la porte, le ciel avait encore changé, l'odeur humide de la pluie était venue chatouiller ses narines. Ce n'était pas une bonne idée, elle se le répétait à chaque nouveau pas dans la direction qu'elle prenait. Parfois le vent se faisait un peu plus violent, parfois quelques gouttes d'eau fines tombaient sur son visage. Le ciel de plus en plus menaçant, elle avait oublié la solitude. La lourdeur du temps la rendait d'une façon étrange plus légère. Elle était arrivée à l'adresse d'Edan, ils étaient venus dîner une fois quand sa fiancée était encore... vivante. Elizabeth se rappela de ne pas lui en parler, elle n'était pas là pour ça. Elle voulait le voir, elle avait besoin de le voir. Etrangement elle n'avait pas cessé de penser à lui depuis qu'Alec était rentré. Elle avait aussi repensé à sa visite quelques semaines plus tôt et à cette connexion entre eux. Cet accord silencieux. Il savait. Quelqu'un avait en sa possession son secret. A la porte, elle sonna une fois puis frappa quelques coups, le coeur battant et l'orage grondant un peu plus loin.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edan MacInnes

Edan MacInnes


⋅ paper notes : 29
⋅ since : 27/07/2018

click down

wanna be your shelter (edan) Empty
MessageSujet: Re: wanna be your shelter (edan)   wanna be your shelter (edan) EmptySam 29 Déc 2018 - 21:55

Tu te réveilles l’épaule douloureuse, plus fatigué encore que la veille. Et pour cause, tu n’as fermé l’oeil qu’aux alentours de quatre heures du matin, des pensées plein la tête. Tu aurais voulu lui écrire pour t’assurer qu’elle aille bien, peut-être aussi pour t’excuser, parce qu’hier soir, tu as merdé. Tu t’étais pourtant préparé à cette soirée, tu t’étais promis de garder ton sang-froid, quoi qu’il arrive, pour Elizabeth. Tu ne voulais prendre aucun risque. Mais à peine était-il arrivé que l’envie de lui coller ton poing dans la figure s’était éveillée. Tu as tenu quelques heures, enchaîné les bières dans l’espoir de réussir à l’ignorer. Et puis, les mots sont sortis de sa bouche avec tant d’abjection, que le coup est finalement parti tout seul. Tu as surpris tout le monde, toi l’homme à l’attitude habituellement si calme. Toi même, tu l’as été. Passer outre les paroles et les actes des autres, c’est une partie de ton travail. Ne pas te laisser emporter par tes sentiments personnels, c’est ce qu’on te demande. Et, généralement, c’est ce que tu fais. Alors, c’est peut-être la faute à toutes ces bières que tu as descendu. Ou bien, peut-être que ta patience à des limites et que l’honneur d’Elizabeth est devenue l’une de celles qu’il ne faut pas franchir. Depuis ta visite improvisée, et contrairement à ce que tu en espérais, tout ça te travaille. Tu n’aimes pas ce sentiment d’impuissance, tu n’aimes pas la savoir dans l’insécurité, dans l’appréhension du prochain accès de colère de son mari. Et le voir fanfaronner devant ses amis ne te plaît davantage. Sur le moment, tu n’as donc pas regretté d’avoir agi, mais au cours de la nuit, c’est la sécurité d’Elizabeth qui s’est mise à te faire culpabiliser. Plusieurs fois, tu as regardé l’écran de ton portable avec le désir fou de l’appeler ou seulement de lui écrire. Mais tu t’es ravisé, de crainte de la mettre dans une situation peut-être encore plus inconfortable que celle que lui aura valu ta bagarre avec son mari. Et maintenant, tu ne sais plus ce que tu dois faire. Auprès de qui tu dois t’excuser. Peut-être qu’elle t’en veut, parce que tu lui avais promis qu’il ne saurait pas. Peut-être qu’il sait maintenant. Tu pars chercher des réponses à tes questions à l’hôpital, comme souvent. Tu ne travailles pas aujourd’hui, fort heureusement. Tu n’aurais été bon à rien. Tu passes quelques heures à regarder ta fiancée sommeiller comme la belle au bois dormant. Tu lui racontes ce qu’il s’est passé hier soir, comme si elle t’écoutait. Tu imagines qu’elle soupirerait en entendant ton histoire et qu’elle te conseillerait de te mêler de tes affaires. Tu lui donnerais sûrement raison, pour ne pas te disputer avec elle. Ce qui t’amène à penser que tu devrais appeler Alec. L’idée de devoir t’excuser auprès de lui ne te satisfait pas, mais si tu le fais, c’est pour le bien d’Elizabeth. Tu composes donc son numéro. Vous faites court, car il est en déplacement. Ce qui te rassure, c’est qu’il ne se doute de rien. Alors, tu inventes un truc en rapport avec ta fiancée, que tu vis assez mal la situation et… tu t’excuses. Quand vous vous quittez, le ton de sa voix est encore un peu froid, tu as sûrement dû laisser une marque sur son visage, mais il te pardonne. Quelques heures défilent encore, avant que tu ne décides d’aller évacuer ta frustration à la salle de sport, mais tu forces un peu trop sur ton épaule. C’est donc prématurément que tu rentres chez toi. Tu y prends ta douche, enfile un boxer et un t-shirt sur lequel quelques gouttes tombent de tes cheveux encore humides. Tu hésites toujours à appeler Elizabeth ou peut-être à passer chez elle, maintenant que tu sais qu’Alec n’est pas là. Tu regardes le ciel assombri par des nuages noirs, lorsque quelqu’un sonne, en même temps que l’orage se met à gronder. Tu n’attends personne pourtant. On insiste avec quelques coups alors, tu vas ouvrir. Elizabeth se tient là, devant toi. Elle a l’air d’aller bien, ce qui te ravit. « Salut. » Tu te perds un instant dans son regard, un petit sourire au coin des lèvres. « Tu veux entrer? » Tu t’écartes de l’encadrement de la porte, pour la laisser passer. Tu te remémores la veille. Tu n’es pas sur qu’elle soit là pour une visite de courtoisie alors, à peine as-tu refermé la porte derrière elle, que tu reprends la parole. « Je sais pourquoi tu es là et je suis désolé. J’ai déjà appelé Alec, pour m’excuser, ne t’en fais pas. » Dans ta tête, c’est évident, c’est elle la raison de votre accrochage. Pourquoi, soudainement, après avoir appris quel homme il était, tu frapperais Alec? Mais est-ce qu’Elizabeth le sait, elle? Est-ce qu’elle sait ce qu’il a dit? Est-ce qu’elle sait que toute cette histoire est en passe de te rendre fou?  

_________________

i know you've been hurt by someone else but, if you'll let me, i'll take care of you. you won't ever have to worry, you don't ever have to cry, i'll be there beside you to dry your weeping eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Lockhart

Elizabeth Lockhart


⋅ paper notes : 17
⋅ since : 17/12/2018

click down

wanna be your shelter (edan) Empty
MessageSujet: Re: wanna be your shelter (edan)   wanna be your shelter (edan) EmptyLun 31 Déc 2018 - 13:51

wanna be your shelter when you just can't stand the rain
Edan & Elizabeth

Elle n'aurait pas du venir. Au moment où elle avait vu la porte s'ouvrir et où elle avait vu son visage, Elizabeth avait eu le pressentiment que sa vie allait littéralement changer. C'était un sentiment fort, comme quelques secondes avant de prendre une décision importante. On sait que c'est trop tard, que c'est même déjà fait avant même d'avoir dit un seul mot. Et alors qu'elle aurait dû faire demi-tour, elle était entrée. La porte se refermant derrière elle l'avait fait frissonner. De peur? D'anticipation? Peut-être les deux. C'était une peur différente de celle qu'elle ressentait avec Alec. Avec Alec, elle tremblait, elle n'avait aucun moyen de se préparer à ce qui allait arriver. Mais avec Edan, c'était... autre chose. Une peur de l'inconnu paradoxalement rassurante. Sa voix aussi la faisait frissonner, calme, posée. Elle aurait dû être en colère contre lui pour avoir réagi. Parce qu'avec ce genre d'attitude les poings auraient pu se diriger contre elle. "T'excuser... tu n'imagines pas les conséquences que ça aurait pu avoir hier soir." Elizabeth n'avait pas encore prononcé un mot depuis qu'elle avait passé le pas de la porte. Elle avait répondu à son "salut" d'un mince sourire, muette par toutes les pensées qui l'accablaient à cet instant. Elle avança un peu sans lui faire face, observant les lieux. L'imaginant assis sur ce canapé, se déplaçant sur ce plancher, choisissant un livre sur cette étagère. "C'est avant que le coup parte qu'il faut penser." Elle ferma les yeux, consciente que si elle se retournait quelque chose qu'elle essayait de refouler. Ce n'était pas un reproche. Elle aurait aimé que ce soit vrai pour tout et pour tout le monde. Mais la vérité en était tout autre. Alec ne réfléchissait pas avant de lui taper dessus... "Pourquoi tu as fais ça, Edan?" Elle avait enfin tourné les talons. C'était une question rhétorique. Une question pour laquelle Elizabeth avait déjà une réponse. Son regard était au plancher... ses paupières étaient volubiles, ne se posant pas sur un point fixe, n'osant se relever vers son regard. Son coeur battait la chamade et sa tête se concentrait sur les bruits extérieurs, le vent qui s'élevait, la pluie qui arrivait. Elle avait fini par oser et par plonger son regard dans le sien. Est-ce qu'une seule fois dans sa vie, son mari l'avait regardé ainsi? Comme un être humain? Comme une femme? Est-ce qu'elle fabulait de voir ça dans le regard d'Edan? Tout son corps s'était enveloppé d'une douce chaleur contrastant avec la fraicheur de sa promenade pour arriver jusqu'ici. Elle était envahie d'un dilemme, ou de plusieurs. Elizabeth voulait céder à cet inconnu, à cet avenir proche qui se présageait et dont elle ignorait tout. Même si elle tombait après, elle avait le sentiment qu'elle regrettait de ne pas succomber à ce pressentiment. Alors elle avait fait un pas vers lui, sans détourner le regard maintenant, saisie d'une force qu'elle ne connaissait pas. Elle arriva jusqu'à lui, séparés maintenant de quelques centimètres. Dehors, la pluie commençait à tomber, on entendait le tonnerre au loin. La météo semblait être la même dans tout son être. Elle porta sa main au visage d'Edan, frôlant de ses doigts la tâche bleutée sur son arcade. Il était moins amoché qu'Alec. Le fait de penser qu'Edan avait eu le dessus sur son mari la nourrissait d'une satisfaction étrange et peut-être mal placée. "Ca fait mal?" Demanda-t-elle finalement, se pinçant les lèvres pour retenir encore un peu ce à quoi elle tentait de résister.





AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Elizabeth Lockhart le Ven 18 Jan 2019 - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edan MacInnes

Edan MacInnes


⋅ paper notes : 29
⋅ since : 27/07/2018

click down

wanna be your shelter (edan) Empty
MessageSujet: Re: wanna be your shelter (edan)   wanna be your shelter (edan) EmptyMer 9 Jan 2019 - 11:02

Évidemment, mettre Elizabeth en danger n’a jamais été dans tes intentions, au contraire, elles te sont toutes particulièrement louables. Bien que tu rêves de passer les menottes à son mari, tu as accepté de garder ce que tu sais, pour toi, et ceux afin de laisser le temps à Elizabeth de prendre une décision. Pendant plusieurs heures, tu as su garder ton sang-froid face à lui, et respecter ta promesse en agissant comme à ton habitude, pour ne pas éveiller les soupçons. Et puis, bien que cet acte irréfléchi et certainement poussé par un excès d’alcool aille dans une direction totalement opposée à celle de tes autres bonnes intentions, lui mettre ton poing dans la figure pour avoir manqué de respect à sa femme n’en est pas moins une. Alors, elle a raison, cela aurait pu avoir de terribles conséquences mais toi, tout ce que tu fais, tu le fais pour elle. « Si, je sais et j’y ai pensé toute la nuit. » Avoues-tu, lorsqu’elle décide enfin de prendre la parole, jusque là alors muette. Elle parcourt la pièce, regarde partout sauf dans ta direction. Elle ne te le dit peut-être pas comme un reproche, que c’est avant que le coup parte qu’il faut penser, mais c’est comme ça que tu le ressens. Incapable de lire l’expression sur son visage, tu te dis qu’elle doit t’en vouloir, que c’est peut-être pour ça qu’elle ne peut te regarder. Tes yeux rejoignent le sol. Tu culpabilises de ne pas avoir su garder ton sang-froid, de l’avoir mise en danger, même si cela partait d’un bon sentiment. Et puis, elle te demande pourquoi tu as fait ça. Ce n’est pas évident? Ou peut-être est-ce purement rhétorique? « Il l’a cherché. » Tu donnes pour réponse. Tu ne veux pas jouer à qui a commencé le premier, mais tu veux qu’elle sache que tu as agi pour une bonne raison et pas simplement parce que ton poing te démangeait. Tu veux qu’elle sache que son secret est entre de bonnes mains et que tu veilles sur elle. A cet instant, elle te regarde enfin. Vous restez comme ça un instant, silencieux. Il y a tant de choses qu’on peut se dire en un simple regard. Tu comprends alors qu’elle ne t’en veut pas, elle a juste peur. S’écoule quelques secondes, avant que ses pas la mène à toi. Tu ressens la chaleur de son corps, à quelques centimètres du tien. Ton coeur tambourine contre ta poitrine, si fort qu’elle pourrait presque l’entendre. Cette soudaine proximité devrait certainement te mettre mal à l’aise, pourtant c’est tout le contraire. Sa main froide sur ton visage qui glisse dans une douce caresse, son souffle sur ta peau, c’est agréable, à tel point que l’espace de quelques secondes tu te laisses aller à fermer les yeux. Elle te demande si elle te fait mal, cette marque que son mari a apposé près de ton oeil, et tu voudrais répondre que oui, un peu, bien que tu ais connu pire. Mais la délicatesse de son geste est tel que tu ne le dis pas. « Non. » Tu ne penses plus à la légère douleur à ton arcade, tu ne penses plus qu’à elle, à son corps si près du tien, à sa main sur ta joue. Tu ouvres les yeux sur cette femme sublime et tu te demandes comment on peut vouloir lui faire du mal. D’un geste délicat tes doigts se pose sur son poignet. « Tu as confiance en moi, Liz? » Demandes-tu dans un murmure, ton regard bleuté ancré dans le sien. 

_________________

i know you've been hurt by someone else but, if you'll let me, i'll take care of you. you won't ever have to worry, you don't ever have to cry, i'll be there beside you to dry your weeping eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Lockhart

Elizabeth Lockhart


⋅ paper notes : 17
⋅ since : 17/12/2018

click down

wanna be your shelter (edan) Empty
MessageSujet: Re: wanna be your shelter (edan)   wanna be your shelter (edan) EmptyVen 18 Jan 2019 - 13:14

wanna be your shelter when you just can't stand the rain
Edan & Elizabeth

Dans sa tête ça tournait sans cesse. Elizabeth était dans l'oeil du cyclone, ses sentiments et sa raison formaient cette tornade qu'elle présageait destructrice. Pourtant, elle sentait le besoin, l'envie de s'attarder, de regarder le spectacle climatique de sa vie anticipant la beauté des éléments un peu plus chaque seconde. La voix d'Edan qui lui offre des explications sur le fait qu'il a pensé aux conséquences, qu'il n'a pas agi sans raison... ça semblait l'avoir perturbé et Elizabeth ça la touchait réellement. Et si au départ elle n'avait pas osé lui faire face, qu'elle préférait attarder son regard sur les meubles et la décorations, Elizabeth avait fini par s'approcher de lui. Ses doigts avaient frôlé sa peau, dangereusement proche de lui. Elle aurait dû avoir peur, le craindre. Alec ne donnait pas la meilleure image qui soit des hommes en général. Ils n'étaient pas tous comme lui... Edan encore moins. Il suffisait d'un regard pour le savoir. Ses yeux bleus la transperçait jusqu'au plus profond d'elle même. L'idée qu'il puisse voir des choses que personne d'autre ne voyait la faisait frissonner, d'angoisse mais aussi de soulagement. Oh oui, un soulagement, elle se sentait libérer de pouvoir partager ce secret avec quelqu'un. Elizabeth sursauta quand Edan posa ses doigts autour de son poignet. Pendant quelques secondes, tout son corps s'était raidi. Certains gestes avaient cet effet sur elle, des gestes qui débutaient comme certaines aggressions d'Alec. Mais à la différence, Edan d'une voix douce, lui posa une question qui arrêta les battements de son coeur pendant un instant. "Oui." Répondit la belle brune. Elle aurait dû dire non, c'était la réponse la plus raisonnable à donner. Elle ne pouvait pas se sentir proche d'un autre, se sentir en sécurité avec un homme... Il y avait tout un tas de raisons pour répondre non... et pourtant. "Je ne sais pas pourquoi. Ces dernières années personne ne m'a réellement donné de raison de faire confiance à qui que ce soit... mais... toi... c'est..." Elizabeth n'arrivait pas à finir ses phrases, tout se mélangeait dans sa tête. Ce besoin d'être protégée, cette envie de ne plus avoir peur, cette sensation de confort, ce sentiment inconnu... "Différent...?" Une nouvelle question rhétorique. Oui c'était différent. Elle n'arrivait pas à mettre un mot sur ce que c'était exactement. Peut-être que ça n'existait pas d'ailleurs... ou pas encore. Elle retenait sa respiration, l'anticipation lui tordait le ventre, son contact lui brûlait la peau non pas de douleur mais d'un bien-être indescriptible. Son regard ne quittait pas le sien. Etait-ce normal de ressentir ça? De vouloir regarder une autre personne et de se sentir capable de regarder cette personne en silence pendant des heures? Sans se lasser, juste parce qu'on se sentait bien? A cet instant précis, Elizabeth aurait répondu oui à chacune de ces questions. "Edan... je..." Commença-t-elle à dire, le coeur lourd et battant. Elle avait l'impression que leurs palpitants dansaient de façon synchroniques, elle ressentait les vibrations à travers leur peau et elle ne pouvait distinguer les battements de son coeur au sien. Elle aurait pu lacher prise, se fondre contre lui, sur lui, sentir la protection de ses bras et pas seulement de son regard. Mais sa raison résistait encore un peu... "Je ne devrais pas être ici." Murmura-t-elle le regard baisser. Elle devait trouver la force de partir, partir avant qu'il ne soit trop tard, avant qu'elle ne puisse pas oublier, qu'elle ne puisse plus faire demi-tour.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edan MacInnes

Edan MacInnes


⋅ paper notes : 29
⋅ since : 27/07/2018

click down

wanna be your shelter (edan) Empty
MessageSujet: Re: wanna be your shelter (edan)   wanna be your shelter (edan) EmptyVen 1 Fév 2019 - 17:16

Tes doigts défont leur étreinte autour de son poignet. Dans une délicate caresse, ils rejoignent sa main, pour calmer son angoisse. Ton geste se voulait tendre et pourtant, son sursaut est la preuve que la moindre de tes actions, en sa présence, doit être précautionneusement réfléchie, même si elle part d’un bon sentiment. Tout, même le plus petit détail, peut faire remonter en elle des souvenirs douloureux ou un ressentiment, tu en es conscient, et ça t’attriste autant que ça te met en colère. Une colère qui n’est bien entendu pas dirigée contre elle. Tu ne comprendras jamais ce plaisir pervers qu’on certain à rabaisser, briser ou apeurer l’autre. En toi, Elizabeth fait naître admiration et bienveillance, ainsi que des sentiments affectueux un peu flous. Lorsqu’une femme à un tel pouvoir, on lui offre généralement la terre entière, pas des coups. Un léger sourire se dessine sur tes lèvres, quand elle te dit avoir confiance en toi. Ca signifie beaucoup à tes yeux, même si lorsqu’elle t’avoue qu’avec toi c’est différent, dans ta tête tout ça devient encore plus confus. Parce que pour toi aussi, c’est différent. Dans cette histoire, tu n’es plus seulement le flic qui prend son travail un peu trop à coeur. Dans cette histoire, il y a aussi cet homme qui a toujours été attiré par cette femme, qui apprend à la connaître et qui ne peut rester de marbre face à sa fragilité à la fois touchante et désarmante, mêlée à un incroyable courage dont elle ne s’imagine peut-être même pas la portée. C’est lui, c’est cet homme, qui a frappé son mari et qui est là, face à elle, en train de mémoriser chaque trait de son visage comme s’il avait le sentiment qu’il ne la reverrait peut-être plus. Cet instant est fragile, tu sais qu’elle pourrait refermer la porte n’importe quand, que sa présence ici est un risque qu’elle prend. Tu ne veux pas qu’il s’arrête, pas tout de suite, mais tu n’es pas celui qui décide. « Tu? » Souffles-tu pour l’inciter à finir sa phrase. Elle veut te dire quelque chose, tu le vois dans son regard et tu es presque certain que ce n’est pas ce qui suit. Elle lutte, tandis que toi, tu as déjà abandonné. Tu sens ses doigts se dérober. Son regard a fuit le tien. On ne dit pas qu’on ne devrait pas être là, lorsqu’on ne le veut pas. Alors lentement, tu réduis tout l’espace qu’il reste entre vos deux corps. D’un geste délicat, tes mains s’emparent de son visage et l’obligent à relever la tête. « C’est avec lui, que tu ne devrais pas être. » Dis-tu, ton regard plongé dans le sien. « Ne pars pas. Pas maintenant. » Tu murmures sans la quitter des yeux. Tu restes silencieux et puis, ton regard glisse sur ses lèvres. Il y a un instant d’hésitation, ta raison qui cherche mille prétextes pour ne pas le faire, mais tu ne l’écoutes pas. Ton visage s’approche du sien, tes lèvres se posent sur les siens, s’en emparent tendrement. Il y a une chance sur deux pour que ce baiser la fasse fuir plutôt que rester, mais tu prends le risque.

_________________

i know you've been hurt by someone else but, if you'll let me, i'll take care of you. you won't ever have to worry, you don't ever have to cry, i'll be there beside you to dry your weeping eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Lockhart

Elizabeth Lockhart


⋅ paper notes : 17
⋅ since : 17/12/2018

click down

wanna be your shelter (edan) Empty
MessageSujet: Re: wanna be your shelter (edan)   wanna be your shelter (edan) EmptyLun 18 Fév 2019 - 2:55

wanna be your shelter when you just can't stand the rain
Edan & Elizabeth

Quelques années auparavant, Elizabeth aimait encore plaire. Avant son mariage, elle souriait à un regard dans la rue, à un signe dans un bar. Se sentir attirante c'était quelque chose qui avait finir par disparaitre, pour laisser place à la crainte constante de voir les coups s'abattre sur elle, de recevoir des remarques désobligeantes de la part de son mari. Si elle avait été un jour une flamme vivante, elle s'était éteint en un souffle. Mais jusqu'à quelques temps, c'était comme si Elizabeth ne s'était jamais arrêté sur ces regrets. Les choses semblaient avoir changé au moment où le regard d'Edan avait croisé le sien, ce soir là... le soir de l'intervention. Pourtant ce n'avait pas été la première fois qu'ils se voyaient mais malgré tout c'était la première fois que ça lui faisait quelque chose. D'ailleurs depuis ce jour, elle ne cessait de penser à lui, à l'envie qu'elle avait de lui parler, de tout lui dire. Et au fond Lizzie savait qu'elle n'aurait pas besoin de beaucoup de mots parce qu'il suffisait qu'il la regarde pour savoir ce qu'elle subissait. Elizabeth, elle aurait aimé qu'il lui dise tout ce qui lui passait par l'esprit, elle aurait simplement à hocher la tête pour lui offrir des réponses. Elle qui avait toujours été indépendante, garder le silence était devenu son quotidien. Elle en était honteuse. Tout simplement honteuse, au point qu'elle aurait voulu disparaitre. Voilà ce qu'Alec avait fait d'elle... Pourtant pas son inaction, Elizabeth agissait. Elle tentait de trouver les mots espérant qu'ils l'aideraient à lui faire prendre la fuite, parce que Dieu seul savait ce qui se passerait si elle prenait ce chemin. Cette voie. Pourtant elle se surprenait à vouloir, vouloir qu'il la retienne. Et pourtant encore, quand il réduisit l'espace entre eux, elle se figea, un frisson lui parcourant l'échine. Encore une fois, les mêmes sensations la submergèrent quand il porta ses mains à son visage avec une délicatesse qu'elle ne connaissait plus. "Et avec..." Impossible de finir la phrase, les yeux d'Elizabeth suivent ceux d'Edan, puis les retrouvent quand il scelle leurs lèvres d'un baiser. Elizabeth resta figée un instant, partagée entre cette flamme qui se rallume au creux de son ventre, et cette peur qui la glace. Elle soupira son nom entre ses lèvres. "Edan..." Tremblante, elle porta ses mains jusqu'à ses épaules, avec la légèreté d'une plume. Elizabeth se sentait légère, elle flottait, et en même temps, elle savait qu'elle coulait. Elle allait droit là où il ne fallait pas aller, mais la douceur de ses mains et le goût de son baiser semblaient valoir tous les risques. Soudainement, elle recula son visage de quelques centimètres, reprenant son souffle, honteuse de ne pas pouvoir cacher la rousseur de ses joues. "Je n'ai pas envie..." Murmura-t-elle. Sa main vint se poser sur sa joue, ses doigts frôlant sa tempe, sa pommette, sa machoire avant de venir caresser sa bouche. Elle se souvenait à peine de la dernière fois où elle avait pris le temps d'observer l'homme qui l'embrassait, un homme qui semblait la désirer. Finalement, elle osa relever le regard vers lui pour finir sa phrase : "... de partir..."
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


click down

wanna be your shelter (edan) Empty
MessageSujet: Re: wanna be your shelter (edan)   wanna be your shelter (edan) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 wanna be your shelter (edan)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» Description de Cait Shelter
» 01.05, 14h07 ≡ i just wanna be myself and i want you to know i am my hair
» girls just wanna have fun [15/05 à 11h12]
» Girls just wanna have fun

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton east side. :: résidences.-
Sauter vers: