Partagez | 
 
 — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Aller en bas 
avatar

Tara Cohen


⋅ paper notes : 299
⋅ since : 23/09/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Sam 12 Jan 2019 - 4:05

(près de la scène) Paume contre ses reins. Lettres qui traînent au creux de son oreille. L’échine pour frissonner. L’échine pour réagir à cet appel silencieux. Les yeux qui se cherchent. Les yeux qui se trouvent là où les faux semblants ne prennent plus. Sentiments exacerbés pour ronger le palpitant. Un ras le bol des illusions piquées au vif. L’envie dévorante suspendue aux lippes. Les aveux pour cogner contre les astres. Ceux qu’elle imagine de sa voix douce. Ceux qu’elle prononce parfois en silence dans des draps trop froids. Parce que Shaun, il compte plus que l’éclat des conséquences. Shaun, il s’est imposé tel un organe vital. Un second souffle. Une respiration calquée sur la sienne. Un coup de lame entre les côtes pour raviver les sensations. L’inattendu pour racoler les promesses. L’inattendu pour ricochets contre les envies.
Une existence modelée sur les notes sentimentales. Mélodie épurée et pourtant souillée par les mensonges. Les travers. Pensées obscures chassées par la surprise.
Mouvement de foule où l’incontrôlable est roi. Stupeur dans l’émeraude. Silhouette éloignée des maux quand une inconnue devient dommage collatéral. Shaun pour la rattraper ; Shaun pour agir. Et son corps à elle qui disparaît. Son corps à elle emprisonné par des mains corrosives. Étreinte dont elle ne peut se défaire. Symphonie des détonations pour hasard macabre. Le canon du flingue sur la tempe. Ce souffle qui s’écrase au creux de la nuque. Dégoût pour lui soulever le corps. Dégoût pour abîmer l’émeraude. L’angoisse égorgeant les poumons. Pulsation volatile au creux du thorax. Une main pour maintenir sa taille et filer contre le tissu. Le fric, ce vice pour la condamner. Elle serre les poings. Des prières effacées par les doutes. Un regard vers la brune. Un regard vers Shaun.
La peau rougie du canon prêt à flamber.
Une dernière déclaration sous le nacre émeraude. L’impression que le couperet va résonner. L’impression que la vie sans lui se profile. Elle sent ses lèvres s’entrouvrir et l’empressement de sa respiration pour s’ébruiter. A l’aide, Shaun. J’ai peur. J’ai peur de mourir. J’ai peur de pas avoir eu assez de temps. J’ai peur de la faucheuse qui viendra nous ruiner. Une larme teinte le rosé. Une larme s’échappe contre le tissu bordé de satin. Un geste irréfléchi du chauffeur. Un geste pour éloigner le démon. La silhouette relâchée avec hargne. Bonne qu’à s’écrouler plus loin. La tête qui tape à terre ; comme le buste qui flanche. Le mouvement de foule pour cogner la carcasse. Une main cramponnée au sol. — Shaun… Prénom libéré dans un supplice. Le visage de sa mère comme fragment chimérique. Comme si tout pouvait s’arrêter. Une douleur violente contre les côtes. Bruit assourdissant des méninges quand son regard cherche dans un dernier ourlet d’espoir celui de son compagnon.

(@shaun penwyn @gabriela baez)

_________________
je ne pourrais que m'enfuir devant toi mais saurais que rougir. et je serais, comment t'dire folle de toi, de nos premier soupirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ivy Rhodes


⋅ paper notes : 307
⋅ since : 27/05/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: off.

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Sam 12 Jan 2019 - 8:08

(au milieu des tables) Les courbes angéliques pour bouffer le sol. Carcasse prisonnière des autres. Mouvement de foule. Cage thoracique écrasée par des pas fuyants. Mélodie frénétique des talons qui claquent, des semelles qui traînent. Des supplications filtrant des lèvres mais finissent par crever. Comme elle. Réminiscence du drame. Deuxième mort qui guette la reporter.
Ballet des détonations ; symphonie du diable. Les poumons atrophiés. Respiration en suspend,  pulsations à peine fécondes. Les yeux souillés de larmes qui cherchent désespérément une accroche. Les yeux ravagés de cette émotion qu’elle pensait éteinte. Une main pour tenter de se redresser mais le poids des autres qui devient vorace. Douleur dans ce bras qu’un inconnu piétine. Douleur entre les côtes à chaque coup de pied. Maux involontaires qu’on greffe aux courbes pour s’assurer une issue de secours. Leo, Leo, please. Murmure narguant l’hystérie collective. Puis cette poigne. Sa taille soulevée et libérée de l’emprise féroce. La peur au ventre, là où sa cicatrice semble revivre. Pansement écarlate qui se barre et laisse les berges à vif. Sa voix à lui pour faire danser les lettres près de son oreille. Réconfort apporté pour une comédie où on ne démêle plus le vrai du faux. Chaque parcelle du corps endolorie. Une main qui s’accroche à sa chemise. Un regard qui se visse vers le sien. Des larmes là au creux des yeux. Cuvée de cendres qui se disperse. Pupilles dilatées sous l’éclosion angoissante. Sincérité édifiante. Sincérité surprenante. Pour ceux qui mènent l’opale du mensonge. Pour ceux qui se perdent un peu  trop en cours de route. — I can't breathe. Les paroles hachées de ce souffle rapide, rauque. La gorge contractée sous l’écho caustique. Rappel des détonations. Rappel de la tragédie où le pourpre est roi. Elle essaye d’inspirer, d’expirer. Chaque souffle crève. Chaque souffle se morfond. Ivy, elle se retient à lui comme à une ancre. Un point solide au milieu du néant. L’infini de l’équation aux milles inconnues. Les corps qui ne font plus qu’une peau. Celle rougie par la chute. Ce filet de sang sur le sommet de son front qu’elle ne remarque pas. — I don't want to go through that again. Miroir nauséabond d’un disque rayé. Ivy, elle s’autorise à la sincérité. Visage qui crache une vérité bordée d’émotion. Les phalanges tremblantes pour se retenir à lui. Deux ombres au milieu de la foule. Deux contradictions qui n’ont jamais été aussi proches. — Don’t let me go. Please.
Lettres devenant une supplication. La sienne.

_________________
le regard éteint, des visages pales, des teints gris. nous sommes de ceux qui s'délavent de jour en jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 262
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: closed (ford, rake, robby)

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Sam 12 Jan 2019 - 13:57

(au bar) Stay right where you are brother ! Maxine, elle y tient à cette proximité retrouvée. Un lien qu'elle ne veut plus mettre en péril, qu'elle a si peur de maladroitement malmener, encore peu habituée à partager le fardeau. Une présence dont elle a besoin, tout autant que lui. Parce que, petit à petit, c'est des parties de son palpitant qu'il apaise avec son sourire et leurs anciens rituels. Des parcelles qu'elle pensait éteintes, à jamais. Si Maxine cherchait à se couper des autres, du monde, elle n'a jamais réalisé jusqu'ici. Que la seule personne capable de l'aider à traverser cet enfer, c'est lui. Sa petite tête blonde. Celui qui partage le même deuil, qui a subi la même perte. Le troisième angle du triangle équilatéral. L'enfant qu'elle a si souvent protégé, qu'ils ont si souvent intégré dans leurs aventures d'idiots. Charlie serait fier aujourd'hui, de les voir réunis de nouveau, elle le sait, malgré ce pincement au cœur.
What's wrong huh ? So many things, you just don't know it, yet.
Elle comprend d'abord qu'il s'agit de l'homme dont il lui a parlé l'autre soir, dans la confidence. L'homme qui pouvait potentiellement se trouver ici, ce soir. Et à sa nervosité, elle comprend que c'est le cas, qu'il a croisé son regard. Mais dans cette foule, elle ne s'y retrouve pas Maxine. Elle a juste bien fait de commander un troisième verre pour lui. Même si elle questionne alors son rôle d'aînée, qui ne devrait surement pas le pousser à boire dans ce genre de situation. Bad habits of hers, not a example to follow obviously.
Mais elle n'a même pas le temps de savourer le sien, que la panique résonne dans la salle, suivie du sifflement d'armes. Des sifflements qui ont, outre l'effet de surprise, l'effet d'une piqure de rappel. Un regard vers les assaillants et ses mains agrippent celles de Ford, l'entraînent contre son dos, qui ne couvre misérablement qu'une partie de son torse et épaules. La petite tête brune ridicule contre lui, mais prête à tout pour le protéger, pour le faire sortir d'ici, vivant. Ou c'est son corps inerte qu'on traînera dans des sacs blancs de toute manière. Elle ne peut pas songer ça, si quelque chose venait à lui arriver, on pourrait la considérer morte pour de bon. Il représente tout ce qu'il lui reste, tout ce qu'il lui reste à perdre. Les mains de la jeune femme se resserrent, un esprit brouillé par la peur et la colère. Why here, why now, why them, again ? « We stick together and don't do anything stupid. » Elle lui fait finalement face, plonge son regard sérieux dans le sien. « Promise me this Ford ! » Promise me you won't die for nothing too. Si elle le pouvait, des larmes viendraient perler son visage. Si une seule place est disponible à la sortie, elle lui donnera la sienne.  

(@ford rosendale)

_________________

this is a ghost story, sadly, our family history.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ford Rosendale
inside my spirits fading

⋅ paper notes : 426
⋅ since : 25/08/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Sam 12 Jan 2019 - 17:16

(au bar) | What’s wrong ? Sourire au coin des lèvres. Elle sait, Max. Elle connaît les déboires avec l’autre. Tes échecs autant que les siens. La danse stoppée, au milieu de la nuit. Abandonnée, au milieu de ce bureau. Simple haussement des épaules, les deux mains encore enfoncées dans les poches. « He’s here with that girl that I literally put in front of him. » Un rire pour contrer la gêne installée dans ta voix. Jeune femme embarquée dans toute cette histoire sans en connaître les plus sombres détails. Sans savoir le mal qui ronge de tous les côtés. Sans savoir que t’es là, toi aussi. À laisser les nerfs te bouffer. Les doigts viennent saisir le verre posé sous tes yeux, l’éthanol pour faire passer la douleur au cœur. Son visage que tu fuis, désormais. Stop looking at the Devil, for he is too charming for your own soul. Les prunelles concentrées sur la silhouette de ta sœur. L’inébranlable dans tout le capharnaüm environnant. Une main posée sur son bras. Geste muet pour dire tellement de choses. I’m so happy, Max. So happy that you’re here. That we’re talking and smiling to each other. Le sourire arraché, pourtant, quand l’écho résonne et que les balles fusent en hauteur.
T’as pas vraiment le temps de réfléchir, Ford. Balancé en arrière par la carcasse frêle de ton aînée. Bouclier de qualité moindre, alors que tu la dépasses de plusieurs centimètres. Position avec laquelle tu n’es pas en accord. Moment de flottement , pourtant, alors que tout s’écroule autour de vos deux corps. Les phalanges autour du portable. Le cerveau éteint, à cet instant. Temps stoppé dans la salle. Quelques mots balancés dans un sms à son attention. Puis le regard qui retrouve la tête brune contre ton thorax. La main posée sur son épaule, prêt à la renvoyer derrière toi plutôt que de la laisser en première ligne. Mais elle se tourne, Maxine. Impose ce regard déchirant dans le tien. Lèvres tremblantes aux mots qu’elle débite. Dilemme qu’elle te crache alors que d’autres coups de feu raisonnent. Que des corps commencent déjà à tomber et que la panique devient reine. « Ok Max, ok ! I promise. » But you already did something stupid, Ford. Le portable toujours coincé dans la main libre. L’objet qui attire le regard. Qui attire le canon du flingue en votre direction. « You ! Drop that phone ! Drop that fucking phone I said ! » I promise, Max. I promise but I’m not to be trusted. Not when you’re in danger. L’écran se fracasse contre le sol, la main sur son épaule qui s’actionne. L’aînée devant laquelle tu t’imposes. Barrage de ton corps entre elle et l’arme. Bras levés en l'air et les prunelles plantées sur le visage de l'autre. « Alright, it’s done. Don’t shoot us. » Don’t shoot her.
(@maxine rosendale @seth abberline)

_________________

i'll remember, only our smiles because that's all they've seen. long since dried, when we are found, are the tears in which we had drowned.


Dernière édition par Ford Rosendale le Dim 13 Jan 2019 - 1:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hana Golightly
books, flowers and the moon.

⋅ paper notes : 7413
⋅ since : 04/11/2017

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] colt, dean, hartley.

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Sam 12 Jan 2019 - 17:16

Le membre 'Ford Rosendale' a effectué l'action suivante : - lancer de dés


'christmas gala' : 1

_________________

(austen) the person, be it gentleman or lady, who has not pleasure in a good novel, must be intolerably stupid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

Bonnie & Clyde


⋅ paper notes : 7
⋅ since : 17/12/2018

click down

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Mer 16 Jan 2019 - 21:07

résultats des lancés de dés / résumé de l'action


@Lorenzo Farnese, en voulant trouver une échappatoire, se cogne contre un des sbires du duo maléfique. Les deux hommes chute sous l'impact. Le Farnese se cogne violemment la tête contre le sol, tandis que le crâne du malfrat frappe sur une des chaises. Les deux hommes sont assommés.

@Curtis Conley, suivant l’impulsion du footballeur, tente de déstabiliser le comparse du sbire. Après une lutte de plusieurs secondes avec l’homme, un coup de feu part. Moment de flottement pendant un court instant, où le silence règne autour d'eux. Puis, on découvre ce trou béant dans le costume de Curtis, au niveau de son épaule.

Surpris par l’attaque de @Shaun Penwyn, l’homme tenant @Tara Cohen relâche violemment cette dernière qui s’écroule lourdement contre le sol. S'en suit un combat entre les deux hommes, où le garde du corps parvient à dévier l’arme du visage de la jeune femme. Mais dans son geste, une balle s’encastre dans son pectoral droit.

Suite à un important mouvement de foule, @Ivy Rhodes se retrouve piétinée par de nombreux convives en panique. Elle est sauvée in extremis par @Leo Costigan, qui la sort de la manifestation dantesque.

Séparés avant la panique, @Clara Andersen et @Teddy Walsh se perdent de vue. Cette dernière est accostée par @Jessi Byrne et @Cole Baldini, s’inquiétant de son état.

@Maxine Rosendale, voulant protéger son petit-frère, se met entre lui et une main armée. Mais @Ford Rosendale n’est pas du même avis, et après une terrible erreur impliquant son téléphone portable, se place devant sa sœur. Pris à part par un des preneurs d’otages qui le menace, il se fait tirer dessus à bout portant dans l’abdomen


Le chaos règne désormais dans la salle de balle, et trônant toujours au-dessus de la foule vu leur présence sur la scène, le couple se régale devant la panique qu’ils viennent de créer. Certains esprits s’échauffent déjà, et des coups de feu sont entendus en contre-bas. De quoi agrandir le sourire sanguinaire sur leur visage. Évidemment, l’interaction entre l’un de leurs hommes de main et @Ford Rosendale ne passe pas inaperçu. Un message qu’ils s’empressent de faire passer à leurs otages, leurs armes visés vers les invités. – Que ça vous serve de leçon, mes chers amis. Touchez une seule seconde à votre téléphone, et nous nous ferons un plaisir de vous faire comprendre votre erreur! – En d’autres termes, leurs sbires avaient ordre de tirer sur quiconque troublait leur petite fête. Et ils n'hésiteraient pas à le faire, pour faire passer leur message. Même si, de toute évidence, l'information avait sans doute eu le temps de filtrer ici et là, réduisant considérablement leur temps d'action. – Maintenant, la rigolade a assez durée. Les femmes, alignez-vous près des tables d'enchères. Toutes, sans exception. Et seule. – Sans compagnon, sans cavalier, sans garde du corps pour assurer leur protection, elles seraient alors des cibles de choix. Mais aussi un élément de négociation. – RAPIDEMENT! – que l'homme s'exclama avec violence, pointant son glock en direction d'un couple dans la salle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 262
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: closed (ford, rake, robby)

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Mer 16 Jan 2019 - 22:53

He promised. That what he did. That's what he failed at. Un enchainement de mauvaises actions, un enchainement trop. Il était de nouveau à ses côtés et on souhaite déjà lui enlever. C'est donc ça, son super-pouvoir ? Regarder tous ses proches tomber, un à un, dans les bras de la mort. Une mort qu'elle appréhendait si différemment avant. Pas qu'une simple tragédie, mais aujourd'hui si peu poétique à son goût, trop amer tout simplement. C'est de l'ordre de l'acharnement à ce stade. Un sifflement intense dans les tympans. Un corps, celui de son petit frère, qui tombe sur le sien comme une suite logique. Teintant petit à petit sa robe de soirée, mais surtout, ses mains qu'elle presse sur le trou de l'impact, par réflexe. Un réflexe vif, parce que son corps connait la chanson, connait les mécanismes du corps humain même si sa spécialité c'est l'inanimé. Mais ce corps-là, elle ne souhaite pas le voir se décomposer sur sa table à la morgue. She can't. Son corps accepte la réalité plus vite que son cerveau, qui ne répond pas aux mêmes stimuli. Son cerveau patauge, en état de choc. Les larmes coulent le long de ses joues alors que ses yeux sont grands ouverts sur la scène ensanglantée. Elle sort de son mutisme avec des mots qui peinent à franchir l'audible. « Ford…you… » You fucking promised ! You're bleeding but you're not dying on me because you're all I have left and you can't join Charlie. Elle veut crier. Fermer les yeux. Mourir aussi. Pour lui, non pas avec lui. Non, à sa place. Elle était devant lui la première, c'était sa mission, sa seule mission.
Le chagrin, la peur, mais la colère persiste, toujours, plus frappante encore. Une colère brouillée par des larmes, mais des yeux qui fixent l'assaillant. Avec une rage si laide qu'elle marque son visage de la pire manière qu'il soit. Si elle pouvait dégager sa main de la blessure, elle lui enverrait celle-ci en pleine figure, quitte à y laisser sa vie. Sa vie qui n'a plus de sens s'il disparait lui aussi. Vous savez ce qu'on dit, ceux qui n'ont plus rien à perdre sont les êtres les plus dangereux. Mais tant qu'il respire encore, elle ne peut pas le laisser là, seul, à se noyer dans son propre sang. Ce dont il a besoin, c'est d'être transféré à l'hôpital de toute urgence. Ce qui ne semble en aucun cas faire partie de leur plan.
« Stay with me ! » Plus qu'une parole, un ordre. Elle peut paraitre encore si froide de l'extérieur Maxine, tandis que l'intérieur se désintègre sous les flammes. Elle le serre alors si fort contre elle avec sa seule main libre. Elle qui pensait avoir perdu le plus gros de son pauvre et ridicule cœur, on lui arrache maintenant ce qu'il en reste. Et quand un autre corps s'affale au sol pour les rejoindre elle est prête à montrer les crocs pour le défendre. Avant de comprendre qu'il ne s'agit pas d'un ennemi, mais de lui. Le fameux. Le seul capable de partager sa panique, ses craintes, mais qui le montre bien mieux qu'elle. « You love him right ? » Qu'elle lâche, tremblante. Une question peu anodine. Une question pleine de sens. « I need you to take care of him. Can you do that ? » ..for me, for him ? Can he ? Dans d'autres circonstances, elle ne lui ferait aucunement confiance. Pas après la méfiance que leur histoire lui inspire. Mais s'il y a bien une chose qui motive dans ce genre de scénario apocalyptique, c'est la peur de perdre l'être aimé. Et si c'est bien le cas, s'il l'aime vraiment, elle peut alors lui accorder celle-ci, entièrement.

(@seth abberline @ford rosendale)

_________________

this is a ghost story, sadly, our family history.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Seth Abberline


⋅ paper notes : 300
⋅ since : 07/08/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Jeu 17 Jan 2019 - 11:02

(au bar) Panique qui se fait plus oppressante, à chaque détonation qui ricoche contre ses tympans. Un mauvais scénario pour lequel il n'a pas signé. Des effets spéciaux qui deviennent bien trop réels. Il est partagé, Abberline, l'âme scindée entre ce qu'il doit faire et ce qu'il veut faire. Deux silhouettes qui s'opposent, deux avenirs, aussi. Un secret pour animer ses nuits, et une pauvre jeune femme pour ramasser les restes. Couverture au sourire splendide, mais qui n'anime rien de plus que de l'indifférence, dans le palpitant de l'acteur. Il s'inquiète pour elle, pourtant. Mais il s'inquiète pour lui aussi. Son corps se faufile entre les convives et son regard fou sonde la salle, cherche l'un, puis l'autre. Il écoute d'une oreille distraite les propos de ce pauvre type perché sur son estrade, et quand les premiers couples acceptent enfin de se diviser, la scène devient un peu plus claire. Trop claire, soudainement. Un corps à terre, plus loin. Silhouette familière, qu'il espère d'abord être une illusion. Mirage qui prend des airs trop réels, à chaque pas qu'il prend en sa direction. Il s'effondre à ses côtés et l'air se raréfie dans ses poumons. La gorge qui se serre. Les yeux qui débordent d'inquiétude. C'est irréel, ridicule, pourquoi lui – pas lui, par pitié. Les larmes au bord des paupières, il ancre ses prunelles à la petite brune. Cette sœur qu'il n'a jamais rencontrée. Cette sœur qui crève un peu, elle aussi. « I. » I don't. I do. « I don't know how to do that, I, I don't. » Mots qui débloquent et se coincent entre ses lippes. Panique qui le gagne lentement. Il n'est bon qu'à faire des pizzas, à faire le pitre derrière une caméra, Seth. Sauver des vies, il laisse ça aux autres. « Ok, ok. » Moment de lucidité au milieu du rêve – du cauchemar. Il prend le relais de la brune et presse ses mains contre la plaie. L'hémoglobine qui lui lèche les paumes, catastrophe qu'il tente de contenir de ses doigts tremblants. « I hate you. You can't do that. You can't leave. » L'âme qui vacille. Parce que s'il part, lui aussi, il finira par basculer dans le vide. You can't leave me.

@maxine rosendale @ford rosendale

_________________
And when you think of My body on yours, don't forget, Once I would've died for you, baby.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ford Rosendale
inside my spirits fading

⋅ paper notes : 426
⋅ since : 25/08/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Jeu 17 Jan 2019 - 13:04

(au bar) | Regard planté sur la main armée. Souffle coupé dans la cage thoracique, tellement que la peur ronge. Des yeux que tu n’oses pas renvoyer à l’arrière, pour t’assurer de la sécurité de ton aînée. Don’t shoot us. Mais y’a l’écho qui cogne contre les murs. Le son qui parvient en premier. Pas le temps de réaliser, pas le temps de comprendre. Douleur vivace au creux de l’abdomen. Tu titubes avant que l’information ne parvienne au cerveau. T’écroules contre la silhouette frêle de ta sœur. Don’t shoot her. La voix trop distante, comme depuis un autre monde. La rencontre avec le sol que tu ne perçois qu'à peine. Le coup de feu qui résonne encore dans ton crâne, en boucle comme un disque rayé. Main tremblante contre le costume. Le tissu qui se macule de sang au fil des secondes. T’arrives plus à respirer, Ford. L’impression d’avoir les poumons comprimés par une force inconnue.
Et c’est la panique qui gagne. Carcasse chevrotante dans les bras de l’aînée. Prunelles hagardes qui cherchent, peinent à trouver le visage familier. Son prénom sur les lèvres dans un soupir muet, coupé par la douleur devenue empire. La main encore immaculée tendue vers son visage, des centimètres restants que tu n’arrives pas à parcourir. Ça fait trop mal, c’est trop difficile. Perles salées au bord des paupières. I don’t wanna die, Max. I can’t leave you alone. I can’t do this to you.
Vision obstruée par une autre silhouette qui s’impose. L’autre, avec sa belle gueule déformée par la panique. Râle coincé au fond de la gorge. Filet rouge pour venir décorer le coin des lèvres. Chahut des deux autres trop distant pour en comprendre les moindres bribes. L’impression d’avoir la tête coincée sous l’eau. Les doigts souillés de sang qui s’écartent de la plaie, cherchent ceux de l’acteur quand il tente de contrôler l’écoulement. Regard blindé de toute cette peur qui tiraille les tripes. Les prunelles implorantes en sa direction. Combat final pour réussir à cracher quelques mots parmi l’hémoglobine dansante sur les lippes. « Get her out. » Chaque lettre pareille à un coup de poignard contre les entrailles. Le son de la voix en écho avec l’apocalypse qui fait rage dans ta chair. « Please, get her out. » La fin de la prière noyée sous une toux rougie. Save her. I’m dead anyway. Derniers palabres adressés à celui qui fait battre le cœur, avant qu'il ne risque de s'arrêter.
(@maxine rosendale @seth abberline)

_________________

i'll remember, only our smiles because that's all they've seen. long since dried, when we are found, are the tears in which we had drowned.


Dernière édition par Ford Rosendale le Jeu 17 Jan 2019 - 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 262
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: closed (ford, rake, robby)

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Jeu 17 Jan 2019 - 22:35

(proche du bar) | Il s'agit d'un cauchemar familier. Semblable à ceux qui bercent ses nuits depuis plus d'un an, qui garde éveiller parfois. Qui pousse la jeune femme à pousser les portes des bars aux environs de son appartement. Toujours les mêmes mauvais rêves, en boucle. Un scénario usé, qui pleure la disparition d'un visage, d'un sourire. Deux géants de métaux ambulants en collision, c'est tout ce qu'il aura fallu. Une balle aura suffi ce soir. Une réalité bien trop difficile à supporter, de nouveau. Une réalité qu'elle ne peut tout simplement accepter. Si la vie a décidé de se moquer allègrement de ses pantins, s'en est trop pour eux. Le point de retour, dont elle pensait si souvent s'approcher dangereusement est désormais derrière elle. Le sang de son frère sur les mains tremblantes. Charlie, now him. What else could you take from me ?
Elle lui donne sa place, un dernier regard sur sa petite blonde. Une mèche de ses cheveux qu'elle replace, laissant malencontreusement une trainée rouge sur son front. La goutte de trop, littéralement.
C'est ainsi qu'elle cède, à la folie. Qu'elle se relève, le cœur en miette, qui se décompose dans son élan. Partagée, à l'idée de l'abandonner, de le laisser avec lui. Elle s'est sentie si impuissante à la mort de Charlie et n'est-elle pas en train de reproduire le même schéma ? Dans cette situation, elle a pourtant l'avantage d'être là cette fois. Alors pourquoi elle s'en détache ? Pour ne pas prendre le risque de le voir mourir dans ses bras ? Même si elle ne peut se faire totalement à cette idée. Il a surement plus de chance de survivre sans elle de toute façon. C'est elle qui a traîné celui-ci jusqu'au bar. C'est elle qui n'a pas su le protéger comme elle devait.
Une main lui attrape alors le bras. Et c'est tout ce qu'elle attendait. L'acte salvateur. Ou dans son cas, tout l'inverse. Ne perdons pas de vue qu'elle n'est plus là pour être sauvé. Sans lui, c'est impossible. Elle n'a juste pas entendu Maxine, avec le sifflement insistant dans ses tympans, mais ils veulent la forcer à s'éloigner, à rejoindre les autres femmes sur le côté. Suivre les ordres, obéir. Alors qu'elle entend encore le bruit de l'impact, qui résonne contre sa boite crânienne. Elle se souvient alors, des entraînements, des conseils de Charlie. Le policier qui sauvait les vivants, pendant que Maxine examinait les morts. Elle a été formée, certes aux bases, mais des bases obligatoires pour faire partie de l'équipe, même si elle est enfermée dans sa morgue à longueur de journée. Elle dépend des forces de l'ordre quand même. Elle a même déjà tenu une arme en main, elle sait comment ça fonctionne. Elle pensait juste pas que ça lui servirait tant que ça un jour. Et celle que l'homme détient, c'est la même qu'il a pointé sur eux juste avant. La même avec laquelle il a abattu son petit frère. « Fuck you. » And now, she's coming for it. Although, she is in fact, the loaded gun in the room. Alea jacta est. Elle peut échouer, le sort ne sera jamais aussi terrible que celui-ci.

_________________

this is a ghost story, sadly, our family history.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hana Golightly
books, flowers and the moon.

⋅ paper notes : 7413
⋅ since : 04/11/2017

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] colt, dean, hartley.

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Jeu 17 Jan 2019 - 22:35

Le membre 'Maxine Rosendale' a effectué l'action suivante : - lancer de dés


'christmas gala' : 8

_________________

(austen) the person, be it gentleman or lady, who has not pleasure in a good novel, must be intolerably stupid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

Rhys Egerton


⋅ paper notes : 322
⋅ since : 22/08/2018

click down

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Sam 19 Jan 2019 - 19:11

Et les rires se fracassaient sous la pointe acérée du flingue. Les battants d'ivoire de la cage thoracique tremblaient et s'immolaient dans les bruits assourdissant de la foule qui soudain, se transformait en agrégats au milieu de la pièce. Ils bougeaient et tourbillonnaient sous les lustres. Mes mains s'élevaient afin de happer la silhouette de Jillian. Un appel à l'aide. Un besoin de la tenir dans mes bras. Je refusais de lâcher prise, de les laisser nous séparer malgré la violence des altercations. Mes yeux furetaient autour de l'espace à la recherche d'une échappatoire. D'une issue de secours pour nous. Mais la panique nous submergeait et nous retenait prisonniers près du bar. Je me tournais vers elle, positionnais ma carrure en face de la sienne et effleurais son visage du bout des doigts. Une promesse silencieuse. Une supplication de rester. Maintenant. Demain. Et tous les jours. Nos coeurs balançaient sur la corde raide. Un toujours qui s'étiolait avec les secondes qui se consumaient entre ces murs. Je chancelais maladroitement, pris à contre courant. Des mouvements anarchiques et des marches agitées sur le parquet glissant de la grande pièce. Les lumières vacillaient afin d'éclairer les expressions. De la peur. Il n'y avait que ça. Des prunelles écarquillées et des larmes retenues. Je fronçais les sourcils en me penchant sur sa bouche. « Ne les suis pas, Jill. » Sifflai-je en serrant son poignet. Impossible de la laisser s'aligner avec les autres. Impossible de la voir exposée, fragile et esseulée. Je voulais me battre, lutter avec mon entêtement et toute ma hargne. Un trait de caractère stupide. Un courage qui, bientôt, deviendrait ma perte.



_________________
-the radio aches a little tune that tells the story of what the night is thinking. it’s thinking of us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hana Golightly
books, flowers and the moon.

⋅ paper notes : 7413
⋅ since : 04/11/2017

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] colt, dean, hartley.

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Sam 19 Jan 2019 - 19:11

Le membre 'Rhys Egerton' a effectué l'action suivante : - lancer de dés


'christmas gala' : 1

_________________

(austen) the person, be it gentleman or lady, who has not pleasure in a good novel, must be intolerably stupid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

Clara Andersen
a little storm with skin

⋅ paper notes : 826
⋅ since : 28/01/2018

click down

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: closed (teddy & min-ho, logan, jill)

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Sam 19 Jan 2019 - 23:38

(à proximité du buffet) Des échos, c'est tout ce qui parvient jusqu'à ses tympans. Etouffés par un nouveau coup de feu. Qui saccadent davantage sa respiration. Les battements de son cœur au niveau des tempes. C'est la panique qui l'envahit, quand elle pense qu'il peut se trouver à proximité des détonations. Teddy. Où est-il quand on a besoin de lui ? Pourquoi est-ce qu'il part toujours au pire moment, quand tout est sur le point de s'effondrer ? Pourquoi est-ce qu'elle est si en colère après lui ? Parce qu'elle ne sait pas s'il est en sécurité.
Vous n'avez rien ? Rien quand il n'est plus là. C'est donc à ça que mène l'amour ? Pourquoi est-ce qu'ils doivent nourrir le cliché des amants maudits. Incapables d'être en paix et heureux ensemble plus de quelques jours. Ils s'étaient enfin retrouvés. Aussitôt séparés. De nouveau, dans les pires circonstances possibles. « I don't feel so good.  » No, you don't. Elle tremble un peu. Perd le contrôle d'un corps qu'elle ne reconnaissait déjà plus. Elle a peur pour lui et pour lui ou elle. L'alien. « Teddy...I need Teddy !  » Yes, you do. Elle se paralyse, quand on la force à rejoindre les tables d’enchères, avec le reste des femmes présentes à cette foutue soirée. Ils diminuent encore plus ses chances de le retrouver en agissant ainsi. Ils jouent avec leur futur alors qu'ils se faisaient à peine à l'idée de leur côté.

@teddy walsh @jessi byrne

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Teddy Walsh


⋅ paper notes : 1546
⋅ since : 24/12/2017

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (alex, alex/lisa, charles, clara, cole, layton, logan)

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Hier à 16:57

(au milieu des tables) La panique dans le myocarde. Il la cherche aux quatre coins de la pièce, navigue à contre courant entre les convives apeurés, dans l'espoir de la retrouver. Les tripes serrées par la peur et des visions d'horreur agglutinées sur ses rétines. Il se souvient de l'impact des balles dans la chair, Teddy. Apports théoriques tracés sur les tableaux noirs, méthodes appliquées au scalpel par la suite. Il a vu la violence des armes, et celle des hommes. Impacts au corps, qu'il redessine mentalement, à chaque détonation qui se fait entendre. Une, et puis bien trop. Ici, là, alors que son regard chasse l'invisible et que ses doigts tremblent un peu plus, à chaque personne qu'il dépasse pour la retrouver. « Clara ! » Lettres qui se perdent dans le brouhaha ambiant. Les prunelles détaillent les silhouettes et la repèrent enfin, non loin d'une jeune femme qu'il reconnaît aussitôt – Jessi, amie qu'il s'inquiète de voir ici aussi. Et puis, il voit Clara, qu'on emmène avec les autres femmes vers la table aux enchères. Clara, qu'il tente de rattraper, quoi qu'il en coûte, jusqu'à ce que son corps percute celui d'un des assaillants et que ce dernier ne le tire vivement par le bras pour l'inciter à rejoindre l'autre bout de la salle, sans doute. « Let go of me ! » Colère au bord des lippes. Son regard fou qui cherche celui de l'autre homme. « She's pregnant. There's no way I'm leaving her alone. » Ce n'est pas négociable. L'inquiétude et l'agacement lui rongent les veines. L'autre veut s'en tenir au plan mais Teddy, pas tant que ça. C'est dans un élan d'impulsion qu'il envoie son poing dans le visage de l'autre. Mais il n'a rien d'un super héro, Teddy. Ses méthodes douteuses, elles se résument à quelques bagarres à la sortie des bars et aux batailles simulées avec ses frères. Tellement stupide, Walsh.

_________________

- i'm falling around y o u.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hana Golightly
books, flowers and the moon.

⋅ paper notes : 7413
⋅ since : 04/11/2017

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] colt, dean, hartley.

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   Hier à 16:57

Le membre 'Teddy Walsh' a effectué l'action suivante : - lancer de dés


'christmas gala' : 1

_________________

(austen) the person, be it gentleman or lady, who has not pleasure in a good novel, must be intolerably stupid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Contenu sponsorisé


click down

MessageSujet: Re: — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)   

Revenir en haut Aller en bas
 
 — CHRISTMAS CHARITY GALA (tc #6)
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Merry Christmas!!
» api beur'z dei gala
» END - Merry Christmas : Le miracle de noël ? [Chuchu]
» Merry Christmas or not ♦ Roxanne
» Discussions autour d'un amendement de la Constitution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: