AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 nothing feels better than us + lina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

⋅ paper notes : 244
⋅ since : 23/06/2018

( end game )

MessageSujet: nothing feels better than us + lina    Dim 2 Déc - 12:48

Les idées ravagées partout dans mon esprit. Le goulot de la bouteille suspendu entre mes doigts. Et l’esquisse d’un rêve qui s’échappait. Des sentiments qui se dévoraient, puis se vomissaient dans ma tête. Je chancelais au milieu de la rue, le coeur soulevé par les plaisirs médiocres du vin. Les images s’agglutinaient sous mes paupières. Des fragments d’histoires et de mariages. Le divorce à peine officiel et le vide inhérent aux départs. Un échec qui s’enfonçait comme une lame dans la chair. Un choix de doute et de confusion alors que mon âme demeurait en apnée. Entre ses dualités et ses cultures qui se chevauchaient dans un cercle vicieux. Entre cette mère et ce père. Ce pays et l’autre. Je déglutis en marchant sur le rebord du trottoir. La corde raide s’étirait sous mes semelles. Une vie sans équilibre. Une solitude imposée et redoutée. Je plissais le front et forçait le sourire. Parce que le chagrin était la faille de l’Homme. A l’intérieur de moi, tout était significations, intensités et destinées. Mes yeux étaient occupés à rouler sur le goudron. A compter les dalles et les rayures. J’avançais avec cette affection qui se vidait sur les murs. Un mal à aimer. Un mal à tenir. L’amour nageait sur les rivages de la mer rouge. Un coeur épris, galopant comme un cheval sauvage vers le précipice. Je voyais l’abime et la chute. Mes muscles se tendaient, à l’étroit sous une charpente chétive. J’étais malade. Encore et toujours. Affaibli par l’aigreur de l’alcool et l’amertume du tabac. Mes pas me guidaient vers Lina. Un sourire qui dessinait dans mon imaginaire. Et la résistance, opposée face à l’agréable légèreté de notre amitié. Parfois, je l’aimais. Vraiment. Mais le coeur se ravisait. Je prenais peur face à elle. Face à sa beauté rieuse et prête à s’offrir. Mon poing martelait la porte et ma gorge braillait son nom. Une supplication d’ivrogne. Une détresse en attende d’être délivrée. Ses talons vibraient sur le sol. Deux êtres barricadées des deux côtés de la porte. Ma paume effleurait sa silhouette imaginaire. Je respirais son odeur et ses gestes au travers de la serrure qu’elle claquait dans un geste précis. « Tu es là rouhi. » Tu es toujours là. Je trébuchais dans ses bras. Une étreinte imposée. Deux joues qui se frôlaient timidement avant de s’embraser sous l’impact de la collision. « J’ai faim. » Sifflai-je sans cohérence. Ma langue était pâteuse et ma bouche répugnante. Je grommelais en me cramponnant à ses épaules. Alors que nous chancelions dans le silence, absorbés par les chancèlements incessants de la lampe.

* mon âme (dans le sens mon coeur)

_________________
ولمحت من عينيها نارى وحرقتى  
قالت على قلبى هواها محرَّمُ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 30
⋅ since : 25/11/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: nothing feels better than us + lina    Dim 2 Déc - 18:24



-- Just have a drink and you'll feel better
Just take her home and you'll feel better
Keep telling me that it gets better
Does it ever ?
@rami saab

Il est beaucoup trop tard, ou trop tôt selon les personnes. Et pourtant, Morphée semble m’avoir oublié depuis un long moment. Je tourne en rond, seule dans ce lit bien trop grand et vide. Les draps sont froids, mes pensées sont lourdes. J’ai la tête pleine d’idées, qui se bousculent comme lors d’un premier jour de soldes. J’ai beau tenter de faire le vide, j’en suis incapable. Si bien qu’au bout de quelques minutes, que dis-je quelques heures, je décide de me relever et me dirige vers la cuisine, à la recherche de réconfort. Prendre un café serait une très mauvaise idée, alors j’opte pour du Chardonnay fraichement débouché. Un verre à la main, j’ouvre la porte donnant à la terrasse et me pose face au ciel sombre, dans lequel je parviens à apercevoir quelques constellations.  L’air frais dans mes cheveux me fait un bien fou, tandis que Brighton se montre des plus calmes. Il est vraiment tard et pourtant, j’entends tambouriner à la porte. Une douce mélodie que je pourrais reconnaître parmi tant d’autres, surtout quand elle est accompagnée de cet accent que je connais par cœur et qui susurre mon nom à la perfection. Rami. Mon cœur manque un battement quand je l’entends prononcer ces mots chantants entre ses lèvres. « Je suis là. » Je souffle, en ouvrant la porte. Il me tombe dans les bras, bien que le poids de son corps soit difficile à porter je me refuse de le lâcher. Il est dans un sacré état. « Rami, regardes toi. » Je dis lentement, d’une voix douce. A quoi bon le réprimander, il avait surement ses raisons. Je ne suis pas une grande fan de l’alcool, encore moins quand je constate les ravages qu’il peut avoir sur l’homme que j’aime en secret. « Viens avec moi. » Sans tenir compte de sa faim, je décide de le guider jusqu’à la douche. Tout en lui retirant ses vêtements, je le pousse ensuite contre les parois probablement gelées. Là, j’allume l’eau et attends sagement que la température se réchauffe. L’eau me tombe dessus également mais je m’en fiche, préférant m’orienter sur son état de santé. « Maintenant tu vas me dire pourquoi tu es dans un tel état, sakhif. » Je lance, avant de rire face à l’ironie de la situation. Lui, ivre mort et quasiment nu et moi désormais trempée, qui tente de lui faire retrouver la raison.

_________________

Look at her smile and you’ll find the smallest hint of a sadness she can’t make disappear.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 244
⋅ since : 23/06/2018

( end game )

MessageSujet: Re: nothing feels better than us + lina    Dim 2 Déc - 22:35

Le vent soufflait dans le corridor. Je me redressais, des gifles sur les joues et le coeur élastique, étiré par les frictions du tissu sur mes côtes. Le sol vibrait sous mes pas, poussant la bêtise vers l’extreme. Je fixais les surfaces reluisantes de la peinture. Une ambiance onéreuse. Des décorations lumineuses. L’élégance, prisonnière des jougs du temps. Ici, dans la demeure où la beauté devenue immobile — glacée jusqu’aux sang. Mon regard s’embaumait dans la pénombre. Mille images confuses. Les souvenirs et les fragments d’une vie précédente. Je fermais les paupières et m’enlisais dans le vide. Lina rattrapait la chute, de justesse ou trop tard. Je me noyais dans mon apnée. Avec l’illusion d’une douleur brûlante. L’omission du baiser esquissé sur les lèvres de l’autre Rassam. Premier secret sur la liste. Car la vérité faisait trembler l’équilibre. Et les non-dits nous retenaient dans cette étreinte. L’impression de voltiger au dessus des cieux. D’être unis en vers et contre le monde. Les familles nous acclamaient et désiraient l’alliance. Mais nous étions les chainons manquants. Aimés dans le silence. Adorés à distance. Nos doigts s’emmêlaient et se détachaient. Parce que nos silhouettes courraient vers l’inconnu. Vers les amants et les amantes d’une nuit. Je la suivais difficilement. Pantin désarticulé entre ses bras. Un cadavre qu’elle trainait sous les gouttes ruisselantes. Les vêtements arrachés et la peau à même la céramique, je la regardais secouer mes chairs. Elle s’inquiétait, Lina. Des maladies. Des faiblesses. Du diable qui rongeait mes os. Je m’éveillais afin de l’attirer sous l’eau. Ses cheveux noirs, s’agglutinaient sur mon cou et drapaient mes blessures. J’acquiesçais sans un mot —sans énoncer la moindre syllabe. Il n’y avait pas de raison à mon ivresse. Seulement des conséquences. L’absence d’une femme et le divorce qui se concrétisait. L’échec, devenu réel, d’un couple que je pensais suffisant. « Enti sakhifa Grommelai-je en prenant mes distances. Ma main agrippait une serviette de bain alors que je m’extirpais de l’eau. Je souris en séchant mon visage puis je me tournais vers Lina. « Y a rien à dire. » Mais tu peux tout imaginer — tout ressentir pour deux. J’étais lassé des procédures. Des mensonges et de la séparation à l’amiable. Un foyer construit par dépit, afin de se contenir dans le moule. Mais je voulais autre chose. Une liberté absolu. Un détachement infini. « Tu viens de flinguer deux bouteilles de bourbon en un claquement de doigts. J’aimais bien planer … »  Je pinçais les lèvres en boudant. Mon corps était fatigué mais je me tenais encore là, debout et suintant, face à ce visage angélique. A ces grands yeux qui jaillissaient des ténèbres. Je m’approchais lorsqu’elle reculait. Je me surprenais à imaginer nos fantasmes à deux, tel que nos parents l’intimaient. Mais l’évidence était ailleurs. Nos chemins étaient parallèles. Et jamais ne se croisaient.

_________________
ولمحت من عينيها نارى وحرقتى  
قالت على قلبى هواها محرَّمُ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 30
⋅ since : 25/11/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: nothing feels better than us + lina    Dim 9 Déc - 14:14

J’aime ce bruit que nous offre la ville endormie, dans le noir le plus total. Je crois que je pourrais rester des heures assises sur ma terrasse, à écouter ce silence qui m’apaise. Cet air frais, paisible, qui fait virevolter ma chevelure ébène m’offre un instant de calme, jusqu’à ce que j’entende taper vers la porte d’entrée. Il ne me faut que quelques secondes pour comprendre qu’il s’agit de Rami. A dire vrai, je ne m’attendais pas à recevoir de la visite ce soir, si bien que je suis à peine présentable. Mais avec lui, je me fiche pas mal des apparences. Il me connaît par cœur et est vraisemblablement mon âme sœur d’un point de vue amical. J’aimerais qu’il y ait bien plus, mais prendre le risque de briser notre amitié est une chose que je ne ferai jamais. Au grand désespoir de nos familles, qui rêvent de nous unir pour la vie. Rami est dans un sacré état, tenant à peine debout. Je déteste le voir ainsi, sachant parfaitement que l’alcool est responsable de ce manque d’équilibre. Personnellement, je n’ai jamais réellement compris cet engouement qu’ont les autres autour des boissons fortement alcoolisées, détestant ne plus être maître de mes faits et gestes. L’heure n’est pas aux réprimandes, je préfère m’occuper de lui pour le faire aller mieux. Je l’embarque directement dans la salle de bain, où je le déshabille pour le mettre sous l’eau, afin de lui remettre les idées au clair. Rami, peu docile, râle avant de sortir pour s’essuyer avant de me dire qu’il n’y a pas d’explication. Bien sûr qu’il y a une raison, je la connais au fond de moi. Le jeune homme a beau se montrer fort, il est affecté par la vie qu’il mène depuis quelques temps et je suis assez idiote pour ne pas l’avoir compris directement en le voyant ainsi. « Je vois. » Je me contente de répondre, avant de le voir bouder d’avoir gâché son évasion furtive. « Et toi tu viens de flinguer mes cheveux lisses avec tes bêtises ! » Je dis en riant, avant de sortir de l’eau à mon tour. Trempée, je sens pourtant ma température corporelle augmenter quand il s’approche, tandis que je recule d’un pas pour mieux le regarder. Ma main passe dans ses cheveux encore humides, avant de glisser sur sa joue. « Je peux me faire pardonner ? » Je demande, d’un air malicieux en souriant. « Je n’aime pas te voir planer autant, Rami. » Je confie, en douceur avant de quitter la pièce pour accéder à ma chambre attenante, où je change mes vêtements humides par des secs. Le désir que j’éprouve pour mon meilleur ami ne devrait pas m’accompagner ce soir. Je m’efforce de l’oublier, de passer outre mais il devient de plus en plus fort. Heureusement, notre amitié est plus forte et me permets de résister à la tentation, pour une durée que j’ignore… « Tu étais où ? » Je demande alors.

_________________

Look at her smile and you’ll find the smallest hint of a sadness she can’t make disappear.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: nothing feels better than us + lina    

Revenir en haut Aller en bas
 
nothing feels better than us + lina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Boulangerie chez Lina et Arnoldo "L'amour du pain"
» MARISOL ∞ She feels in italics and thinks in capitals.
» Lettre à Lina
» remind me how it feels to hear your voice ✿ dylan
» Célina Ritana

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side. :: résidences.-
Sauter vers: