AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 drunk on your love (cole)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

⋅ paper notes : 67
⋅ since : 08/04/2018

( end game )

MessageSujet: drunk on your love (cole)   Mer 28 Nov - 13:32

Ça devait être une soirée tranquille, sans soubresaut, la première depuis quelques jours maintenant. En effet, cela faisait un temps maintenant que j’étais chez mes deux pères, parce que l’un d’entre eux était à l’hôpital, et au vu de tout ce qu’il avait traversé, je tenais à être là pour lui. Avec l’accord de Cole, j’avais emmené Dylan, qui, en ce moment, dormait paisiblement, tout comme mon paternel qui pouvait rester à la maison. Moi, je trainais dans mon lit d’adolescente, jouant sur ma tablette, rattrapant mes messages ratés au boulot. Je n’attendais pas à me faire déranger de quelconque façon. Puis, sans crier gare, mon téléphone vint à vibrer violemment sur la table de nuit. Pour ne pas réveiller mon fils, qui dormait dans son parc dans la même chambre, je l’attrapai rapidement, parlant en chuchotant dans le téléphone. Je regardai l’écran, constatant que l’appel venait de Cole. Puisqu’il connaissait les heures de sommeil de Dylan, je ne crus pas de trop de répondre en disant:  « Dylan dort ! C’est pas le moment… » Je me fis interrompre aussitôt par une voix que je ne reconnus pas dans un premier temps. Une voix qui me demandait si je m’appelais bien Saskia, qui m’expliqua par après qu’il avait emprunté le téléphone de Cole parce que celui-ci était saoul et il avait besoin de quelqu’un pour le ramener. Décontenancée, je ne sus pas quoi faire dans un premier temps. J’étais autant inquiète que frustrée, sachant que ce n’était pas son genre, embêtée que je sois celle qui avait été appelée. Sentant que je n’avais pas vraiment d’autre choix, je dis que j’allais être là dans la demi-heure, à défaut de pouvoir faire mieux. Sitôt que j’eus raccroché, je m’habillai en vitesse, laissai un mot à mon père, m’excusant de partir, lui promettant que je serais de retour dès que possible. À contre-coeur, je sortis de la maison, puis je pris la route - rapidement, heureusement qu’il n’y avait aucun bouchon à cette heure - pour me rendre à l’adresse indiquée certainement par le barman, ou le propriétaire des lieux. Garée, je sortis du véhicule en vitesse, entrant dans les lieux, cherchant une tête blonde du regard, que je trouvai rapidement. Alors que sur le trajet, j’étais parvenue à me convaincre que peut-être il y avait une raison à ses agissements, la frustration me revint, et ce fut avec un:  « Qu’est-ce que tu fiches ici !? » que j’abordai le père de mon fils, qui avait l’air de tout sauf d’un père responsable en ce moment, ce qui était fort désolant. Qui sait, peut-être mes propos allaient le secouer, peut-être pas, j’en savais que trop peu en ce moment, et c’était particulièrement embêtant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 457
⋅ since : 27/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: drunk on your love (cole)   Lun 3 Déc - 20:24


≈ ≈ ≈
{ This world will never be what I expected
And if I don't belong who would have guessed it. }
crédit/ tumblrThree Days Grace.

Cole perdait doucement le contrôle de la situation, le contrôle de sa vie à tel point qu’il se demandait s’il l’avait déjà eu. D’abord manipulé par sa mère, puis par cette fusion et maintenant par les parents de Cassie il sentait la situation lui échapper. Il en avait assez de toujours devoir faire ce qu’on attend de lui. Les parents de Cassie avaient décidé de décaler la fusion après le mariage comme pour avoir une assurance qu’il irait jusqu’au bout et qu’il n’humilierait pas leur fille chérie. Cassie avait beau lui dire qu’elle n’était pas au courant de ce détail il avait quelques doutes. La jeune femme le sentait doucement s’éloigner et cela tombait à pic. Cole avait choisi alors de claquer de leur appartement autrefois le sien. En effet, il avait l’impression de ne plus être chez lui. Il avait envie de prendre la soirée pour lui et il avait donc mis son portable sur silencieux. Il n’avait aucune envie de devoir répondre aux messages de Cassie ou encore du travail. Il avait envie de souffler. Il alla donc dans un bar qu’il connaissait bien. Il y allait autrefois avec des amis quand il avait encore le temps de vivre pour lui. Cole ne se rend pas compte de son état de fatigue puisqu’il a beau enchainer les verres comme il le fait parfois, l’alcool lui monte à la tête. Heureusement qu’il n’y a personne qui l’embête sinon il se serait sûrement énervé et la soirée aurait pu mal tournée. A la place, il était resté seul à boire et regarder le match ce qui n’était finalement pas si mal. Au moment de rentrer, il se leva et vit le barman lui prendre ses clés. La politique de la maison était de ne pas laisser quelqu’un conduire. Il décida alors de commander un taxi, mais malheureusement pour lui il n’arrivait pas nettement à composer les numéros. Le barman excédé lui pris son téléphone et téléphona à sa place. Cependant, au lieu d’appeler un taxi il appela Saskia ce dont Cole n’avait aucune idée. Il ne lui aurait jamais demandé de l’appeler alors qu’elle s’occupait de son fils. Il n’aurait aucune envie qu’elle le voit dans cet état-là. Malheureusement il allait devoir faire face à la tornade Saskia puisque quelques dizaines de minutes plus tard elle débarqua dans le bar visiblement agacée. Elle lui demandait ce qu’il faisait ici ce qui était plutôt clair il s’amusait ici, mais il pouvait lui retourner facilement la question et c’est ce qu’il fit : – Qu’est-ce que tu fiches ici ? J’attends mon taxi. Il n’avait toujours pas compris que le barman avait appelé Saskia à la place. Pour sa défense, il n’était pas dans son état naturel. – Tu ne devrais pas être ici, rentre à la maison avec Dylan. Lui dit Cole. Il se demandait bien qui était en train de s’occuper de son fils et cette pensée l’inquiétait. C’est ainsi qu’il ne pu s’empêcher de dire la première connerie qui lui passait dans la tête – Il est avec ton nouveau mec c’est ça ? Le parfait papa. Il savait à la seconde où il avait dit ça que ce n’était pas une bonne idée, mais c’était trop tard.

_________________

Sometimes you only get one shot, cause I ain't got nothing you better to lose so much to prove. I came too far to hear no, gotta go hard or go home. Said I ain't got nothing to lose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 67
⋅ since : 08/04/2018

( end game )

MessageSujet: Re: drunk on your love (cole)   Jeu 6 Déc - 14:24

Au vu du temps qu’avait pris le trajet, j’avais eu le temps de me préparer à l’éventualité que j’allais voir Cole après que celui-ci ait consommé une quantité considérable d’alcool. Était-ce parce qu’il faisait la fête ou bien parce qu’il devait évacuer certaines frustrations ? Je redoutais la seconde option, pour tout dire. Parce que s’il était en train de fêter, certainement une autre personne que moi aurait pu passer le prendre. Et quand j’arrivai sur place, le spectacle était pire que ce à quoi je m’attendais. En effet, il ne savait même pas ce que le barman avait appelé pour lui. Parce qu’il était défoncé à ce point, ou parce que celui qui avait utilisé son téléphone lui avait joué un tour ? Je ne voulais pas le savoir. Heureusement, il était encore suffisamment conscient pour savoir qu’il avait un fils, fils dont j’avais la garde ce soir. Enfin, ce n’était pas grand-chose, mais mieux que rien du tout. Mais parce que j’étais là, et parce que je savais que Dylan était entre de bonnes mains, je pus me permettre de ne pas me justifier, et rouler les yeux au ciel en disant:  « Trop tard. Je suis ici et apparemment je suis ton taxi. Lève-toi. » Parce que non, il n’était pas question que je reste ici plus longtemps. Et pourtant, mon ex-petit-ami m’obligea à le faire, tenant un propos d’une arrogance qui me rappelait les premiers temps suivants notre rencontre, ces moments où on ne s’entendait pas, où on passait notre temps à se relancer constamment. Dommage pour lui, j’étais sobre, et je n’avais pas perdu mon sens de la répartie. Bon d’accord, peut-être étais-je aussi un peu trop énervée, faisant en sorte que je me retrouvai à lui lancer une méchanceté, soit:  « Il faut bien quelqu’un de sobre pour s’en occuper ! » J’aurais pu continuer encore sur un temps, mais je ne le fis pas. Ce n’était pas mature et en fait, je n’avais pas envie de commencer une dispute ici et maintenant. Me rétractant, je dis:  « Il est avec mon père. » Je mis l’emphase sur le dernier mot, supposant que ça pourrait lui rappeler que je n’étais pas en ville, parce que mon second paternel avait besoin de moi, parce qu’il n’allait pas bien. Ou peut-être était-il trop éméché pour s’en souvenir, ce ne serait pas surprenant. Lui attrapant le bras, parce que j’en avais un peu marre, je pris ses clés des mains du barman quand celui-ci me les tendit, et insistante, je dis:  « Allez, grouille. » Ne lui laissant pas le choix, je le tirai en direction de la sortie, dans l’intention d’aller vers ma voiture. Il se débrouillera pour récupérer la sienne demain, ce n’était pas mon problème. Alors que nous arrivions non loin de la sortie, et que dans ma tête, je faisais mon possible pour me calmer, je me retrouvai à lancer la seule chose qui me confortait dans tout ça, à savoir:  « Cassie sera bien contente de te voir rentrer dans un tel état. » Je ne pensais pas que ce serait méchant pour lui, je ne connaissais pas l’histoire, sachant juste qu’on m’avait tiré du domicile où j’avais grandi, de mon fils, tout ça pour le ramasser. Justement, ça ne devrait pas être son boulot à elle ? Pourquoi était-il ainsi de toute façon ? Il n’avait pas voulu me répondre, du coup je faisais comme je pouvais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 457
⋅ since : 27/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: drunk on your love (cole)   Dim 16 Déc - 18:20

Non seulement Saskia était agacée par la situation, sûrement déçue, mais elle était aussi autoritaire. Elle s’autoproclamait taxi et ne lui laissait pas le choix. Il lâcha un grognement en guise de protestation. Il savait bien qu’il n’avait pas le choix. En effet, la jeune femme ne lui laisserait pas le choix. Elle avait décidé d’être son taxi et elle comptait le ramener chez lui même par la peau des fesses. Il se leva alors et la suivi tant bien que mal. Saskia ne pu s’empêcher de lui rétorquer qu’il fallait bien quelqu’un de sobre pour s’en occuper. Elle n’était pas plus mature que lui sur ce coup-là, c’était un coup bas. Il ne note pas la phrase sur son père, il était trop piqué à vif par ses paroles. — J’oubliais tu es la maman parfaite responsable et je suis le gamin immature. Lui rappela de façon ironique Cole sous l’effet de l’alcool. Cela démontrait qu’il avait encore quelques problèmes de confiance en lui vis à vis de sa paternité. Il se rabaissait alors que Saskia n’avait rien fait, rien dit à ce propos. Elle ne le critiquait pas en tant que père puisqu’il n’en avait pas la garde ce soir. Sous l’effet de l’alcool Cole redevenait le connard arrogant qu’il était avec les autres. La jeune femme avait de la chance d’habitude elle faisait exception,mais pas ce soir. Il n’avait pas filtre. Il en avait assez de dire oui à tout le monde, de se plier aux exigences. Il était comme en train de faire un burn out. Il ne supportait plus la pression sur ses épaules entre son travail, sa mère, sa fiancée, sa famille et le reste. Il faisait de son mieux, mais il craquait. Il avait l’impression d’être piégé dans la vie de quelqu’un d’autre et il était le seul à blâmer. Cole se demandait ce qui se serait passé s’il avait décidé d’annuler son mariage en apprenant la grossesse de Saskia. Il savait qu’il n’en avait pas le droit, mais cela ne faisait pas de mal de rêver, de s’évader quelques secondes. Saskia le sortit de ses pensées en lui faisant remarquer que Faith ne sera pas contente de le voir rentrer dans un tel état. C’était réellement la dernière chose à lui dire. Il n’avait pas envie d’en parler et aucune envie de se faire sermonner. Elle ne semblait pas se douter de ce qui se passait derrière les apparences. — Sérieusement ? Si tu es venue me faire la leçon autant me commander un taxi… Lâcha-t-il. Il s’éloigna doucement de la jeune femme. Il n’avait pas envie de continuer à entendre ses remarques. Il était fatigué et il avait besoin d’une pause ce qui expliquait pourquoi il avait autant bu. Il avait voulu une pause, mais il n’avait pas très bien géré les choses. Il sortit donc seul du bar et chercha un taxi. Il savait qu’elle allait le rattraper et le disputer, mais il s’en fichait. Tout ce qu’il voulait c’était ne pas parler du mariage, de la fusion et du reste.

_________________

Sometimes you only get one shot, cause I ain't got nothing you better to lose so much to prove. I came too far to hear no, gotta go hard or go home. Said I ain't got nothing to lose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 67
⋅ since : 08/04/2018

( end game )

MessageSujet: Re: drunk on your love (cole)   Aujourd'hui à 13:32

Jamais je n’avais pensé que Cole était un mauvais père. Évidemment j’avais eu mes réticences au vu de la situation quand j’avais appris que j’attendais son enfant, mais au final, il s’avérait encore meilleur que je ne l’aurais cru, donc non, je ne pourrais jamais affirmer une chose pareille. Et pourtant, là tout de suite, il pensait le contraire, ce qui eut pour effet soudain de m’exaspérer profondément, si bien que je roulai les yeux au ciel. J’avais envie de le traiter d’immature, de dire que c’était n’importe quoi, mais parce que je devais faire la plus grande personne, surtout dans un lieu public où c’était difficile de nous entendre au vu du bruit ambiant, je ne dis rien, l’emmenant vers l’extérieur sans un mot. Rapidement, ça vint à me peser, à un tel point que je ne pus m’empêcher de faire une remarque sur Faith, sa fiancée qui l’attendait probablement chez lui. Je ne voulais rien faire de mal, seulement le provoquer et finalement, je le provoquai encore plus que je ne l’aurais cru. Même qu’en fait, je me retrouvai à le blesser, carrément. Je n’étais pas fière de mon coup, et l’idéal aurait peut-être été que je me calme et m’excuse, mais trop rapidement, Cole tenta de m’échapper, refusant mon aide. Et encore aux prises avec cette frustration d’avoir fait tout ce trajet, dans l’éventualité que ce soit pour rien, je lâchai, en lui attrapant le bras fermement:  « J’ai fait presqu’une heure de route pour venir te chercher, il est hors de question que je quitte cet endroit seule ! Tu ramènes tes fesses à ma voiture maintenant ! » Mon ton de voix ressemblait à un que je n’avais pas pris depuis longtemps, celui que je lui réservais, lors de nos premiers temps ensemble, quand il faisait quelque chose qui ne me plaisait pas. Mais la vérité, c’était que je ne me serais pas vue réagir autrement, et j’espérais que ce soit assez évident que je n’allais pas le laisser partir comme il le voulait. Mais sachant aussi que je ne pouvais pas garder cette intonation sans risquer de partir une Troisième Guerre mondiale - parce que Cole avait son caractère lui aussi - d’où le fait que lui et moi, ça faisait toujours des flammèches, j’inspirai, expirai un bon coup, jusqu’à notre arrivée à mon véhicule. Déverrouillant les portières, je finis par dire:  « Je te ramène chez toi ou ailleurs ? » J’avais beau être énervée, je n’étais pas stupide; j’avais compris qu’il s’était probablement passé un truc entre Faith et Cole pour qu’il soit dans un tel état. Pendant un instant, je pensai même lui proposer de prendre mon appartement pour la nuit, mais je ne voulais pas trop exagérer non plus. Une étape à la fois pour régler la crise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: drunk on your love (cole)   

Revenir en haut Aller en bas
 
drunk on your love (cole)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Effondrement en Haiti: de la mairie au propriétaire de l'école .
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: