AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 take me back to the night we met (jeli)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 26
- since : 08/11/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: free.

MessageSujet: take me back to the night we met (jeli)   Sam 10 Nov - 11:37



and then i can tell myself what the hell i'm suppose to do
and then i can tell myself not to ride along with you.

the night we met @lord huron

@jane ryder

Ce serait facile de faire comme si de rien était. Comme si ton retour à Brighton n’avait rien de spécial. T’installer dans cet appartement qui est maintenant à ton nom et celui de ta sœur et prétendre que tu n’en as jamais partager un avec Jane ailleurs en ville. Prétendre un peu plus longtemps que tu ne t’ennuies pas de cette dernière. Que tu ne te poses pas mille et une questions depuis qu’elle a quitté votre groupe, depuis qu’elle t’a fait comprendre qu’elle et toi, ce n’est rien de plus que de l’histoire ancienne. Mais la vérité, c’est que tu ne comprends pas. Tu ne comprends pas ce qui a pu changer du jour au lendemain. Tu ne comprends pas qu’après dix ans, Jane soit capable de mettre sa musique de côté ainsi, tournant le dos à ce groupe qui lui a tout offert. Te tourner le dos à toi, qui lui a tout donné et qui aurait été prêt à absolument tout pour elle.

« Are you sure you want to do this today? »
Non.
Non, t’es pas sûr du tout que t’as envie de faire ça.
Mais t’en as besoin.

La voix de ta sœur se veut compatissante. Elle s’inquiète pour toi, depuis des mois déjà et elle ne s’en cache pas. Mais une fois de plus, tu te contentes de hocher les épaules en continuant de défaire tes bagages. Tu ouvres ton dernier tiroir pour y ranger quelques chandails et ton coeur se serre lorsque tu aperçois une petite boîte enfouie entre deux t-shirts. Tu fermes les yeux et soupire légèrement. You never got to propose to her. This happy life you had in mind for the both of you. Tu hoches la tête légèrement, refermant le tiroir. Refermant l’idée de cette vie à deux qui ne sera jamais tienne. Tu te retournes, attrape ta veste laissée sur ton lit et tu t’approches de ta sœur, lui offrant un sourire qui se veut sincère mais qui paraît probablement un peu triste, malgré toi.

« I called the store and they told me she was working until five. I just want to let her know we’re back from tour. »
« She won’t care. »

Laura, toujours aussi directe. Tu sais pourtant qu’elle a probablement raison, mais tu t’en fiches. T’as besoin de voir son visage à nouveau, après tous ses mois qui se sont écoulés. T’as besoin de réponses à tes questions pour pouvoir enfin tourner la page, la mettre complètement derrière toi et poursuivre ta route comme si elle n’avait jamais été là, juste à tes côtés. Tu serres Laura dans tes bras rapidement et sans lui offrir un regard de plus, tu t’éclipses de votre appartement retrouvant rapidement le froid qui s’installe à Brighton. L’automne et ses couleurs vives. Ça te ferait presque sourire si t’avais pas déjà le coeur dans les baskets.

Il y a une petite cloche qui sonne lorsque tu entres dans la boutique. Ça ne t’as pris que quelques minutes de marches (et quelques arrêts, quelques envies de rebrousser chemin aussi) avant de te rendre et tu as hésité pendant plusieurs longues secondes avant de franchir la porte. Mais te voilà au bout du trajet et faire demi-tour n’est plus une option. Tu l’aperçois derrière le comptoir et tu ne peux t’empêcher de sourire.

« Hey Jane. »

Try to be as casual as possible. Tu t’approches tranquillement du comptoir, prétendant de t’intéresser aux différentes marchandises de la boutique, mais la réalité, c’est que tu ne vois rien de plus que la jeune Ryder. T’en oublies presque tout le mal des derniers mois tellement tu l’as trouve belle. Mais la réalité te rattrape bien vite et une petite voix dans ta tête vient te rappeler que Jane, ce n’est plus la tienne. Que tu n’as plus le droit de la regarder comme la huitième merveille du monde. Que putain, elle a peut-être même déjà trouvé quelqu’un pour te remplacer dans les derniers mois.

« You missed one hell of a roadtrip. And a few great shows. »

Mais pas aussi incroyable qu’avec toi Jane. C’est simplement impossible.

_________________
are we all lost stars
please don't see just a boy caught up in dreams and fantasies. please see me reachin' out for someone i can't see. take my hand, let's see where we wake up tomorrow. best laid plans sometimes are just a one night stand. i'll be damned, cupid's demandin' back his arrow. so let's get drunk on our tears @adam levine ≈ lost stars©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 116
- since : 09/08/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (0/4) stanley, ford, elian, eli (coming soon); (sold out)

MessageSujet: Re: take me back to the night we met (jeli)   Sam 10 Nov - 18:49



and then i can tell myself what the hell i'm suppose to do
and then i can tell myself not to ride along with you.

the night we met @lord huron

@eli costello

Stanley t'as demandé de te charger du magasin aujourd'hui, Raleigh était absent, alors il ne pouvait compter que sur toi pour veiller au bon fonctionnement. Évidemment, tu acceptais cette requête avec le plus grand des plaisirs, tu aimais bien te retrouver dans la boutique cela te permettais de ne pas trop te plonger dans tes pensées. Il faut dire que la journée avait été relativement tranquille, tu en avais alors profité pour faire un peu de ménage et de rangement sans toutefois tout défaire. Il était important de ne pas perdre les repères, donc tu optais pour faire le strict nécessaire. Derrière le comptoir, ton regard se posait parfois sur la fenêtre donnant une vue sur l'extérieur. Évidemment, il fallait peu de temps avant que ton esprit divague et que tu tombes dans tes pensées. Stanley vint à te téléphoner au courant de la journée pour te demander comment ça se passait. Cela t'amusais beaucoup, mais tu trouvais cet appel également très rassurant et sympathique de sa part. Tu pris soin de lui signifier que tout allait bien, puis ce dernier te suggéra de faire l'inventaire; une des tâches que tu appréciais le moins, mais qui devait être fait et qui allait occuper ton temps. Tu avais pris également soin d'allumer la radio faisant jouer de la musique, la musique qui faisait partie intégrante de ta vie depuis toujours, il était impossible pour toi de passer une journée sans écouter un morceau d'un de tes groupes favoris. L'après-midi tirait bientôt à sa fin et il te restait que quelques heures avant de finalement fermer et rentrer chez toi. Sincèrement, tu redoutais toujours ce moment; bien que tu sois une âme solitaire, tu n'avais pas toujours envie de rentrer et te retrouver seule entre ces murs et surtout avec les souvenirs rattachées. Tu ne pouvais que te blâmer toi-même pour ça, tu avais même provoquer tout ça, tournant une page de ta vie laissant derrière toi ce que tu aimais le plus au monde ainsi que les gens les plus importants pour toi. Alors que tu venais te ranger les dernières traces de paperasses, la clochette à l'entrée vint à tinter de sa douce mélodie annonçant l'arrivé de quelqu'un dans la boutique. Ton regard clair se glissa instinctivement sur l'individu venant de faire son entré. Ton pauvre palpitant crut rater un battement et ta pression artérielle monta en flèche, en quelque seconde à peine. Il était là, il venait de faire son apparition dans la boutique. Tu baisses le regard, tu fais comme si tu ne l'avais pas aperçu. T'essaies de prendre sur toi, t'anticipes les prochaines secondes. « Hey Jane. » Tu relèves ton regard vers lui, puis tu aperçois son sourire; bordel son sourire. Il s'avance vers le comptoir regardant autour, regardant ton nouvel univers; on est loin des étincelles et de la scène, loin de tout ça. « Eli...»

Que tu souffles, on dirait que tu le souffles pour toi; comme si tu voulais t'assurer qu'il ne soit pas une illusion dû à ton imagination, mais non il est bien là. Vos regards se croisent à nouveau, tu oses le regarder droit dans les yeux, tu ne baisses plus le regard. « You missed one hell of a roadtrip. And a few great shows. » Ou presque, tu sens la culpabilité te ronger en entendant ces mots. Nostalgie qui s'empare également de toi. Je sais.. Que t'as envie de lui dire, mais on dirait que tu n'as pas les mots, tu ne sais pas par où commencer. « Ça devait être fou.» Que tu lâches, tu ne sais pas trop; ça fait bizarre comme si vous parliez sans jamais vous êtes quittés, comme des potes, comme ce que vous étiez avant que tu bousilles tout. Tu fronces les sourcils venant à glisser ton attention sur le comptoir, tes lippes se pincent et tu te trouves littéralement stupide. « Comment t'as su que j'bossais ici?» Que tu viens à demander, le regardant de nouveau avec de la curiosité au fond des yeux.

_________________

--- shallow (a star is born)
Tell me somethin', girl are you happy in this modern world?
or do you need more?is there somethin' else you're searchin' for?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 26
- since : 08/11/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: free.

MessageSujet: Re: take me back to the night we met (jeli)   Sam 10 Nov - 22:12



and then i can tell myself what the hell i'm suppose to do
and then i can tell myself not to ride along with you.

the night we met @lord huron

@jane ryder

Tu te souvenais trop clairement de la dernière fois. Mais particulièrement ce qui en avait découlé. Tu te souviens trop bien d’avoir rempli tes sacs alors que Jane était dieu sait ou. D’avoir errer les murs de votre appartement une dernière fois, tentant de mémoriser chaque petit détails de cet endroit ne serait-ce que pour mieux pouvoir les détruire par la suite. La porte avait sembler lourde alors qu’elle se fermait derrière toi pour une dernière fois. Ton coeur se serre encore à repenser à cette journée. Parce que tu as tout perdu à ce moment. Avec Jane, ce n’était pas seulement une relation amoureuse. Jane, c’était ta meilleure amie, ta confidente, tu savais tout d’elle et elle savait tout de toi. Jane, c’était des nuits blanches à composer de la musique, c’était se découvrir sous une lumière nouvelle et se comprendre mieux qu’on ne le croyait possible. Jane, c’était avant tout ta partenaire et tu as longtemps cru qu’elle était le coeur de votre groupe, que sans elle, vous ne pourriez pas continuer. La seule chose que tu es content de réaliser, c’est que tu avais tort sur ce dernier point. Les mois qui venaient de filer sur la route le prouvaient. Vous pouviez réussir sans Jane. Non pas que c’était aussi plaisant sans elle.

« Eli.. »
Elle a cette façon de dire ton nom.
Elle pourrait voler ton coeur, encore et encore.

Et tu réalises que tous ses mois à essayer de l’oublier, à être si déterminé à oublier son parfum en te permettant d’en sentir de nouveaux soirs après soirs, dans toutes ses villes qui ne veulent rien dire pour toi, tu es pourtant encore prisonnier de ton point de départ. Ce point de départ ou les questions sont nombreuses et les réponses manquantes. Tu n’as pas envie de parler de la tournée, t’as plutôt envie de la mettre derrière toi et prétendre que rien de tout ça n’est arrivé. Parce que peut-être, juste peut-être, tu pourrais retourner à un moment de vos vies ou tu n’as pas tout perdu.

Mais c’est impossible Eli.
On ne revient pas en arrière.
Et Jane, elle ne veut plus de toi.
Easy as that.

« Ça devait être fou. »
Si seulement tu savais Jane.

Vous restez là pendant quelques secondes, à vous regarder tout en évitant de croiser le regard de l’autre. L’atmosphère est chargée de tout ce que vous ne vous êtes pas dit depuis la dernière fois, et tu pensais que ce serait facile de la mettre au pied du mur et lui demander des explications. Mais c’est dur, bien plus difficile que tu ne pouvais te l’imaginer. Tu frottes ta main contre ta nuque, un tic qui démontre trop bien que tes nerfs sont sur le point de lâcher, que putain, t’aurais jamais imaginer être aussi mal à l’aise devant la jeune Ryder.

« Comment t’as su que j’bossais ici? »

De toutes les questions sans réponse, tu trouves que celle-là, elle est loin d’être la plus pertinente. Mais tu te contentes de hausser les épaules tout en échappant un léger soupir.

« Tu connais Laura. Elle a des connexions partout et des réponses à tout.. »

Tu ne peux pas rester en place alors tu commences légèrement à te promener devant le comptoir, tes yeux se promenant lentement au travers des antiquités de la place. Tu ne comprends pas. Tu ne comprends pas que Jane ait pu laisser votre groupe pour ce genre d’emploi. Il y a tellement de questions qui te brûlent les lèvres. Pourquoi Jane? Es-tu réellement plus heureuse ici? Est-ce que t’as quitté le groupe à cause de moi? Parce que tu n’aurais pas dû. Le regrettes-tu Jane? Les mots, tu ne parviens pas à les dire à voix haute. Mais tu ne peux pas rester dans la boutique et ne rien dire, bordel t’es venu jusqu’ici, c’est pas le temps de faire comme si de rien était. T’en as marre de prétendre que tout ça fait du sens,

« T’aimes ça, travailler ici? Plus que ce qu’on faisait ensemble? »

Ta question, elle est pleine de jugement et ça ne te ressemble pas, mais tu ne sais plus comment agir correctement devant la jeune femme. Ça ne fait pas de sens, ça fait trop mal. Alors tu oses finalement dire ce que tu penses tout bas depuis trop longtemps. Tu oses finalement plonger dans le vif du sujet, et tu appréhendes la douleur qui va venir avec les réponses de la brune. Mais tu es prêt. Du moins, c’est ce que tu te répètes, encore et encore, jusqu’à te croire.

« Parce que j’peux comprendre que tu ne voulais plus être avec moi Jane, mais abandonner le groupe.. Ça, j’t’avoue que j’comprends pas. »

_________________
are we all lost stars
please don't see just a boy caught up in dreams and fantasies. please see me reachin' out for someone i can't see. take my hand, let's see where we wake up tomorrow. best laid plans sometimes are just a one night stand. i'll be damned, cupid's demandin' back his arrow. so let's get drunk on our tears @adam levine ≈ lost stars©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 116
- since : 09/08/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (0/4) stanley, ford, elian, eli (coming soon); (sold out)

MessageSujet: Re: take me back to the night we met (jeli)   Sam 10 Nov - 22:59



and then i can tell myself what the hell i'm suppose to do
and then i can tell myself not to ride along with you.

the night we met @lord huron

@eli costello

Tu te sens tellement gauche, tu n'oses pas plonger dans l'vif du sujet, sachant que c'est toi l'ultime responsable dans l'histoire. Tu questionnes en surface, tu laisses écouler le temps comme si ça allait te donner du courage supplémentaire pour affronter ce qui allait suivre. « Tu connais Laura. Elle a des connexions partout et des réponses à tout.. » Tu acquiesces et t'as ce drôle d'air qui apparaît sur le visage alors que tu penses à Laura. Ton ex belle-soeur, la seconde présence féminine du groupe, vous étiez comme les deux doigts d'la main ensemble. Maintenant, elle doit vouloir t'arracher les yeux et tu ne pourrais pas la blâmer pour ça, elle veut protéger son frère et tu ferais forcément la même chose pour ton propre frère. La question qui brûle tant les lèvres et qui finit par tomber comme l'effet d'une bombe; « T’aimes ça, travailler ici? Plus que ce qu’on faisait ensemble? » T'aimes pas ce que t'entends dans l'timbre de sa voix, ombre de jugement quelque chose qui ne lui ressemble tellement pas. Tu t'sens attaquée, comme si ce que tu faisais actuellement c'était l'bas de l'échelle, un travail bidon et rien d'extraordinaire. Tu viens à froncer les sourcils, t'es piquée à vif parce que ouais, t'aimes ça travailler ici. Par contre, tu réalises qu'il mélange les choses; il mélange votre métier et votre relation. C'est peut-être ça l'aspect épineux et dangereux au final, d'avoir mélanger le boulot et votre vie privée. « Mélange pas tout.» Que tu prononces d'une voix sèche. Un soupir franchit tes lèvres à ton tour, et tu replaces une mèche de tes cheveux derrière ton oreille; mèche s'étant libéré de ton chignon. « J'adore travailler ici. C'est peut-être pas aussi gratifiant et glamour que d'entendre des gens chanter mes chansons soir après soir, mais j'me sens bien ici.» Que t'exprimes, tu as l'impression de manquer de salive; d'avoir la gorge sèche. Tu l'vois faire les cents pas en avant du comptoir, ça te créer un stress que t'essaies de gérer comme tu l'peux. « Parce que j’peux comprendre que tu ne voulais plus être avec moi Jane, mais abandonner le groupe.. Ça, j’t’avoue que j’comprends pas. »

C'est vrai que c'est à rien y comprendre, d'ailleurs tu ne comprends pas toujours ton choix après des mois qui se sont écoulés. « Ça t'es jamais arrivé de te réveiller en pleine nuit et de te demander, quand ça arrêtera.. il y aura quoi après la musique?» Parce que toi, ça te dévorait pendant des nuits entières. T'as l'impression qu'Eli a toujours su qu'il allait mourir sur scène alors que toi, tu te remets continuellement en question. Tu sens une fébrilité t'envahir et ton regard s'embrume brièvement, pourtant aucune larme ne coule. « Parce que moi, y'a pas une nuit où j'y pensais pas, durant les derniers mois.» T'as honte, de le dire aussi ouvertement, mais en même temps ça t'arraches un poids énorme sur les épaules. « Par contre, quand j'te voyais avec les étincelles dans l'regard alors qu'on montait sur scène, ça se dissipait.. Mes doutes, mes craintes s'envolaient.» T'as ce sourire triste et discret qui se forge sur tes lèvres, puis tu te tais un moment alors que tu sens l'émotion te monter à la gorge. « J'ai.. j'ai l'impression de ne plus avoir la flamme Eli, ce que j'aimais faire le plus au monde était entrain de me bouffer de l'intérieur.» Une larme s'échappe, larme que tu t'empresses d'essuyer; t'as toujours détester te montrer aussi vulnérable surtout face à lui, tu renifles et sans réellement te rendre compte alors que tu sortais ta tirade, t'as fait le tour du comptoir et tes mains se sont glissés dans les poches arrières de ton jeans. « Par contre, j'suis heureuse de voir que vous avez continués, vraiment.» Même si c'est sans toi, la chose que tu refuses le plus c'est de devenir un boulet pour le groupe; tu refuses l'idée d'étouffer son rêve à lui parce que toi, t'es dans une impasse. Tu l'aimes et tu l'aimeras probablement toute ta vie d'ailleurs, tu ne peux pas l'empêcher de se réaliser. « Puis, j'sens que j'avais du temps à rattraper avec ma famille, avec Jacob surtout». Ton frère, le second homme de ta vie. T'as l'regard encore humide, c'est beaucoup d'émotion d'un coup pour toi.

_________________

--- shallow (a star is born)
Tell me somethin', girl are you happy in this modern world?
or do you need more?is there somethin' else you're searchin' for?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 26
- since : 08/11/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: free.

MessageSujet: Re: take me back to the night we met (jeli)   Dim 11 Nov - 1:38



and then i can tell myself what the hell i'm suppose to do
and then i can tell myself not to ride along with you.

the night we met @lord huron

@jane ryder

« Mélange pas tout. »

Tu devrais réellement faire attention à ce que tu dis. Elle te connaît trop bien, elle comprend tout encore. La chanceuse.

« J’adore travailler ici. C’est peut-être pas aussi gratifiant et glamour que d’entendre des gens chanter mes chansons soir après soir, mais j’me sens bien ici. »
« J’suis content pour toi. »
Non, t’es pas content du tout.
Mais pour elle, tu pourrais prétendre n’importe quoi.

Ta voix te trahit de toute façon, t’es pas certaine qu’elle va te croire, mais tu ne sais pas quoi dire de plus sans nécessairement passer pour un trou de cul. Tu as quand même du mal à imaginer la Jane que tu connais complètement satisfaite avec une job dans un endroit si rangé, dans un silence des plus complets la majorité du temps. Elle est rendue ou, ta Jane qui avait besoin de bruit et de folie, celle qui était à côté de toi pour des trips plus fous les uns que les autres? Mais la réalité en est toute autre et tu réalises tranquillement que l’image que tu as de Jane n’est peut-être plus ce qu’elle est réellement désormais.

« Ça t’es jamais arrivé de te réveiller en pleine nuit et de te demander, quand ça arrêtera.. il y aura quoi après la musique? »
Non Jane, ça ne m’est jamais arrivé.
Mais explique-moi. Je veux comprendre.
Je te le jure.


Tu te sens un peu perdu devant cette révélation choc, tu te mets même à douter de ce que tu croyais savoir depuis le début. Et si Jane n’avait pas quitté le groupe parce qu’elle ne voulait plus de toi? Et si c’était plutôt le contraire? Et si Jane t’avait quitté parce qu’elle ne pouvait plus continuer la musique? Tu ne sais pas ce qui fait le plus mal, t’as pas envie de te torturer avec les si et et les peut-être, mais il est déjà trop tard. Et bordel que c’est douloureux.

« Parce que moi, y’a pas une nuit ou j’y pensais pas, durant les derniers mois. »
« Et tu ne m’as rien dit.. jamais, jamais j’aurais pu imaginé. »

Ta voix n’est qu’un murmure, tu peines à la regarder dans les yeux. Ton regard balai le sol devant toi, les mains bien enfoncés dans les poches de ton jeans. Tu voudrais tellement que ça puisse être simple de nouveau, comme avant. Cet avant ou vous étiez capables de vous comprendre en un seul regard.

« Par contre, quand j’te voyais avec les étincelles dans l’regard alors qu’on montait sur scène, ça se dissipait.. Mes doutes, mes craintes s’envolaient. »
Mais ce n’était pas suffisant il faut croire.

T’aurais voulu pouvoir lui donner l’inspiration de continuer plus longtemps, mais s’il y a bien une chose que tu peux comprendre dans ce qu’elle te raconte, c’est que l’envie, la flamme, tu sais qu’elle n’est pas éternelle, pas pour tout le monde du moins. Tu peux accepter que la jeune Ryder ait besoin d’autre chose, de se trouver en dehors du groupe. Mais a-t-elle réellement le besoin de le faire en dehors de vous, de ce que vous étiez, de ce que vous pourriez être aujourd’hui? Tu ne devrais pas penser ainsi Eli, Ça va t’achever de te permettre d’y croire ne serait-ce qu’un peu.

« J’ai.. j’ai l’impression de ne plus avoir la flamme Eli, ce que j’aimais faire le plus au monde était en train de me bouffer de l’intérieur. »
« Pourquoi tu ne m’as jamais rien dit Jane? Pourquoi t’es partie comme ça? J’aurais pu comprendre, j’aurais pu t’aider. »

Elle s’est approchée de toi doucement, passant de l’arrière jusqu’à l’avant du comptoir et il n’y a que quelques pas qui vous séparent désormais. Tu vois la larme furtive qui s’échappe sur la joue de la brune, cette tentative qu’elle a de le cacher en passant sa main contre son visage, mais tu n’es pas dupe. Tu fais les quelques pas qui te rapprochent d’elle au point ou vous êtes face à face, sans autre endroit ou regarder. Tu te retiens pour ne pas amener tes propres mains à son visage, même si tout ton épiderme ne demande qu’une seule chose : reprendre contact avec sa peau. Mais tu ne le fais pas, parce que t’as beau avoir du mal à comprendre comment vous en êtes arrivés là, tu l’as respecte trop pour lui forcer des contacts qu’elle ne désire pas.

« Par contre, j’suis heureuse de voir que vous avez continués, vraiment. »
« J’suis pas certain que nos fans partagent le même avis. »

Les médias sociaux ne mentent jamais et les réactions depuis le départ de Jane sont presque unanimes. Il manque désormais un gros morceau au groupe. Les commentaires te rappellent ce que tu sais déjà, tu n’as pas la voix de la brune et si celle-ci ne revient pas, il vous faudra la remplacer, ne serait-ce que pour tous ces duos qui font de votre groupe ce qu’il est aujourd’hui.

« Puis, j’sens que j’avais du temps à rattraper avec ma famille, avec Jacob surtout. »
« Comment il va ton frère? »
Tu demandes plus par politesse que par envie de savoir.
Mais tu lui offres un sourire quand même.
C’est que t’as été bien élevé malgré ta famille dysfonctionnelle.

Tu hoches de la tête. Tu peux comprendre tout ça, même si ça te fait royalement chier. Une petite voix te dit que tu devrais partir maintenant, que tu as eu les réponses à tes questions et que tu ne peux pas en demander plus. Qu’elle a fait ses choix et que tu te dois de respecter ça et sortir de sa vie, comme elle te l’a demandé. Tu lui tournes le dos, il n’y a que quelques pas qui te sépare de l’endroit ou tu es de la porte. Mais tu es figé sur place, parce que si tu comprends un peu mieux ce qui s’est passé il y a quelques mois, t’as le sentiment que ce n’est pas toute l’histoire. Qu’il te manque encore quelques éléments importants.

« Et moi.. est-ce que tu étouffais aussi avec moi? »
Tu veux pas savoir.
Mais t’as besoin de savoir.

Be gentle Jane, please. I’m barely holding on as it is.

_________________
are we all lost stars
please don't see just a boy caught up in dreams and fantasies. please see me reachin' out for someone i can't see. take my hand, let's see where we wake up tomorrow. best laid plans sometimes are just a one night stand. i'll be damned, cupid's demandin' back his arrow. so let's get drunk on our tears @adam levine ≈ lost stars©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 116
- since : 09/08/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (0/4) stanley, ford, elian, eli (coming soon); (sold out)

MessageSujet: Re: take me back to the night we met (jeli)   Dim 11 Nov - 18:45



and then i can tell myself what the hell i'm suppose to do
and then i can tell myself not to ride along with you.

the night we met @lord huron

@eli costello

T'as l'impression de te sentir complètement vidée, pourtant un peu plus légère aussi malgré le fait que la culpabilité soit toujours autant présente. Tu vides ton sac, tu crèves l'abcès devant lui; évidemment ce dernier reçoit cela comme une tonne de briques. « Et tu ne m’as rien dit.. jamais, jamais j’aurais pu imaginé. » Alors comment voulais-tu qu'il le sache? Tu es demeurée complètement muette et t'as gardée tout ça pour toi, jusqu'à plus savoir comment gérer et t'as pris la fuite comme une lâche. Tu te pinces les lippes, sa voix n'est plus qu'un murmure à présent et t'aimes pas le voir dans cet état, t'as mal. Tu lui avoues ne plus avoir la flamme qui t'animes comme auparavant, tu as prononcé ces mots sur le bout des lèvres; parce que t'as encore du mal à l'assumer complètement. T'as toujours cru que la musique et ce qu'elle représentait il n'y avait que ça qui pouvait compter; le reste c'était éphémère. T'as fait des choix, t'as délaissé ta famille pour cette passion qui te dévorait, puis aujourd'hui t'es plus sûre de rien. « Pourquoi tu ne m’as jamais rien dit Jane? Pourquoi t’es partie comme ça? J’aurais pu comprendre, j’aurais pu t’aider. » La honte te rongeait, tu ne pouvais pas assumer le fait que ça ne fonctionnait plus. Tu ressentais cette pression (pression que tu t'es toi-même imposée) de devoir maintenir le groupe à flot, d'être toujours là contre vents et marrés comme au début; la lionne sauvage, celle qui possède le feu sacré et qui devient presque posséder lorsqu'elle se retrouve devant son micro. Tu sais qu'Eli est compréhensif, attentionné, mais tu as douté qu'il puisse t'aider dans cette épreuve; qu'il puisse vraiment comprendre ce que tu pouvais ressentir alors que lui; il brille toujours autant, qu'il n'a jamais été rongé par le doute ou l'angoisse que tout s'arrête; du après. « J'avais honte...» Que tu dis simplement, tu avais peur de voir la déception dans son regard; l'incompréhension aussi, tu avais peur qu'il veuille te pousser à continuer prétextant que c'était qu'une impasse que tout les musiciens peuvent en vivre une au courant de leurs carrières. « J'me disais que tu comprendrais pas.» Paroles qui peuvent paraître blessantes, mais que tu penses vraiment. T'enchaînes avec le fait que t'es heureuse qu'ils aient continués sans toi, t'es honnête et tu le penses vraiment. Même si, ça te fais un mal de chien de penser qu'ils continuent sans toi, que tu ne fais plus partie de la meute; meute que t'as créer dix ans auparavant. « J’suis pas certain que nos fans partagent le même avis. » Tu te masses la nuque brièvement, tu l'sais ce que les fans racontent; t'as pas pu t'empêcher d'aller lire sur les réseaux sociaux après ton départ. T'as fini par arrêter, parce que tu passais des soirs à pleurer ou à faire de crises d'angoisses. T'expliques que tu devais te rapprocher de ta famille, de ton frère. « Comment il va ton frère? » Tu sais qu'il doit s'en foutre un peu, mais t'apprécies qu'il t'interroges et prenne de ces nouvelles. « Ça va.» Que tu réponds simplement, tu sais qu'il passe parfois des moments difficiles, mais tu ne veux pas élaborer sur le sujet; tu sais qu'Eli n'est pas venu jusqu'ici pour ça. Voilà qu'il vient à te tourner le dos, tu sens ton coeur s'emballer. Est-ce vraiment la fin? C'est comme ça que ça va se terminer, il va simplement te tourner le dos et franchir cette porte. Puis, tu perçois qu'il se fige. T'avales ta salive, et la question qui tombe; « Et moi.. est-ce que tu étouffais aussi avec moi? » Ton myocarde qui se sert dans ta poitrine, ça t'ébranles de penser qu'il a pu penser une telle chose pendant ces mois de silence radio, mais en même temps tu ne peux pas lui en vouloir pour ça non plus. « Jamais.» Que tu souffles, tu ne peux pas être plus sûre que ça. Jamais tu t'es sentie dans un étaux, jamais tu t'es sentie prisonnière dans votre relation; le problème majeure vient de toi et ta phobie de l'engagement, le problème c'est toi et pas lui. Lui, il a été parfait même dans toutes ces imperfections. Il t'a toujours propulsé, c'est en partie grâce à lui que tu as pu avoir cette carrière. Il t'a rendue belle, femme aussi, juste en posant son regard sur toi. Il t'a fait connaître ce que c'était d'être véritable amoureuse. Le temps semble être en suspend, il est toujours dos à toi et t'aurais envie de lui dire toutes ces choses; lui demander de rester, de te pardonner, de t'aimer et de s'accrocher même si tu n'es pas facile à vivre. Pourtant, tu ne peux pas exiger ça, pas après ce que tu lui as fait endurer. « Eli, prend soin de toi.» Que tu dis simplement, maladroitement et avec une certaine tendresse camouflée.

_________________

--- shallow (a star is born)
Tell me somethin', girl are you happy in this modern world?
or do you need more?is there somethin' else you're searchin' for?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 26
- since : 08/11/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: free.

MessageSujet: Re: take me back to the night we met (jeli)   Dim 11 Nov - 22:42



and then i can tell myself what the hell i'm suppose to do
and then i can tell myself not to ride along with you.

the night we met @lord huron

@jane ryder

Elle prend un goût amer, cette discussion. Si une partie de toi est soulagée de finalement connaître la vérité, de finalement comprendre un peu mieux ce qui s’est passé, tu n’en demeures pas moins secoué. Tu te demandes comment tu as pu ne pas voir qu’elle était devenue si malheureuse au sein du groupe. Tu te demandes comment tu as fais pour ne pas sentir qu’elle t’échappait ainsi, petit à petit, nuit après nuit. Était-elle si douée pour camoufler ou étais-tu simplement un idiot aveugle, refusant de voir ce qui se passait directement sous tes yeux? Tu voudrais tellement pouvoir la serrer dans tes bras, la rassurer comme tu savais si bien le faire par le passé, mais comme pour tout le reste, tu t’en empêches. Parce que décidément, t’es plus la chose dont elle a besoin et même si ça te brise le coeur, tu ne peux que la laisser te filer entre les doigts, encore et encore. Une douleur qui ne semble pas s’atténuer, malgré le temps qui file.

« J’avais honte... »
Tu hoches la tête.
T’as jamais à avoir honte avec moi Jane. Ne l’as-tu pas compris après toutes ces années à mes côtés?

C’est fou parfois, comment la vie s’enchaîne devant nous dans un de ses coups de grâce que tu n’as pas vu venir. Mais ce qui est encore plus fou, c’est de réaliser à quel point tu croyais connaître quelqu’un parfaitement pour finalement faire face à une version totalement différente de cette dite personne. Tu sais que devant toi, quelque part, se cache encore la Jane dont tu es tombé amoureux il y a si longtemps maintenant, bien avant que tu n’oses faire les premiers pas vers elle. Mais elle n’est plus tout à fait la même et tu ne peux pas la blâmer parce que tu sais que si tu prends le temps d’y réfléchir rien qu’un peu, tu vas vite te rendre compte que t’es plus le gamin qu’elle a rencontré il y a dix ans non plus. Mais quelque part en chemin elle s’est perdue, et plutôt que de le voir et de l’aider, tu t’es accroché à la version d’elle que tu connaissais, celle qui faisait ton bonheur, malgré toi. Comme un parfait imbécile.

« J’me disais que tu comprendrais pas. »
Peut-être au final que vous étiez tous les deux à ne pas vous connaître si bien que ça.
Triste réalisation.
« T’as peut-être raison. »
Ou pas vraiment, mais on peut prétendre un peu plus longtemps, pour que ça fasse moins mal.

La fin d’un chapitre. C’est l’impression que tu as, avec la lourdeur de cette conversation. Se dire ce qui a été évité pendant des mois pour simplement mieux tourner la page. C’est ce que ça devrait être, mais t’as pas envie de partir. Pas envie de lui dire aurevoir officiellement, comme si c’était tant différent du moment ou elle a mis fin à votre relation il y a de ça des mois déjà. T’as pas envie de ne plus la voir ou de simplement la croiser par hasard ici et là et se faire la conversation sur les plus grandes banalités, un peu comme en ce moment alors qu’elle te dit sans plus que son frère va bien. C’est ton queue; le moment idéal pour faire ta sortie. Tu lui tournes le dos parce que c’est plus simple de franchir la porte sans la regarder une fois de plus, une fois de trop. Mais y’a cette dernière question qui franchit la barrière de tes lèvres et tu redoutes déjà la réponse. Tu prends une grande respiration, tu n’oses même pas te retourner.

« Jamais. » qu’elle murmure, avec sa voix plus douce que de la soie.
Et ton coeur se serre, une fois de plus.
T’es censé faire quoi de tout ça maintenant?

« Eli, prend soin de toi. »
Tu allais te retourner.
Tu allais lui dire que ça ne pouvait pas se terminer ainsi.
Mais t’as pas le droit.

Tu fermes les yeux et puis tu avances. Tu l’as laisse derrière, comme elle t’a fait comprendre que c’est ce qu’elle désirait. C’est l’heure de passer à autre chose. C’est l’heure d’oublier.

Mais t’as son visage de graver éternellement dans ta mémoire.

_________________
are we all lost stars
please don't see just a boy caught up in dreams and fantasies. please see me reachin' out for someone i can't see. take my hand, let's see where we wake up tomorrow. best laid plans sometimes are just a one night stand. i'll be damned, cupid's demandin' back his arrow. so let's get drunk on our tears @adam levine ≈ lost stars©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: take me back to the night we met (jeli)   

Revenir en haut Aller en bas
 
take me back to the night we met (jeli)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Take me back to the night we met ⭐︎ Jaein
» take me back to the night we met (echo)
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Made in Flash Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: