AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 elizabeth & edan ; wanna be your shelter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 36
- since : 26/07/2018

( end game )

MessageSujet: elizabeth & edan ; wanna be your shelter   Mar 23 Oct - 14:22

wanna be your shelter when you just can't stand the rain

Edan & Elizabeth

La veille, Alec était rentré avec un bleu au visage et une humeur passablement énervé. Ils étaient sortis avec ses amis, Edan McInnes inclus dans un bar. L'alcool ne faisait jamais bon ménage avec Alec. Alors Elizabeth avait anticipé son retour, elle s'était assuré que tout soit en ordre pour qu'il ne trouve rien à lui dire, aucun reproche à lui faire. Mais elle n'avait pas imaginé qu'il se battrait avec Edan. Elizabeth avait cherché à connaitre les raisons qui avaient poussé les deux hommes à se battre. Bien entendu, elle n'avait rien obtenu de son mari à part un ton sec. Par chance, il n'avait pas levé la main sur elle, elle n'avait pas non plus insisté préférant le laisser ruminer et ne pas lui donner de raisons de s'acharner sur elle. Pourtant elle n'avait pu cessé de penser à Edan. Pourquoi avait-il fait ca? Avait-il cherché à la défendre? Etait-ce pour une autre raison? Elle n'avait pas beaucoup dormi cette nuit là, mais après les quelques heures de sommeil, elle avait été réveillé par Alec qui préparait sa valise pour un voyage à Londres de dernière minute. Il devait partir immédiatement et ne reviendrait que le lendemain. Son mari avait passé la porte et elle avait soufflé. Comme à chaque fois qu'il partait, elle se sentait un peu soulagée. La solitude était toujours présente, peut-être même accentuée mais au moins, elle n'avait pas peur de la présence de son mari, de dire un mot de travers, de faire tomber quelque chose et de recevoir un nouveau bleu sur le bras. Elle avait essayé de travailler un peu, d'envoyer quelques emails par ci par là toujours à la recherche d'un travail, elle avait aussi essayé d'écrire. Mais face à la fenêtre son regard était irrésistiblement attiré par le paysage qui s'offrait à elle. Le ciel s'était peu à peu assombri. Les nuages étaient présents depuis le petit matin, et s'étaient dégradés peu à peu jusqu'à devenir charbonneux. Le milieu de journée avait des allures de crépuscule. Les arbres avaient revêtis des tons plus sombres et les branches faisaient des vas et viens au rythme du vent. Sans s'en rendre compte, il était près de seize heures. Elle avait fermé son ordinateur, avait troqué son pantalon de yoga et son t-shirt pour une tenue un peu plus apprêtée. Elle avait choisi une robe sobre, une paire de bottes. Elle avait enfilé un manteau. Passée la porte, le ciel avait encore changé, l'odeur humide de la pluie était venue chatouiller ses narines. Ce n'était pas une bonne idée, elle se le répétait à chaque nouveau pas dans la direction qu'elle prenait. Parfois le vent se faisait un peu plus violent, parfois quelques gouttes d'eau fines tombaient sur son visage. Le ciel de plus en plus menaçant, elle avait oublié la solitude. La lourdeur du temps la rendait d'une façon étrange plus légère. Elle était arrivée à l'adresse d'Edan, ils étaient venus dîner une fois quand sa fiancée était encore... vivante. Elizabeth se rappela de ne pas lui en parler, elle n'était pas là pour ça. Elle voulait le voir, elle avait besoin de le voir. Etrangement elle n'avait pas cessé de penser à lui depuis qu'Alec était rentré. Elle avait aussi repensé à sa visite quelques semaines plus tôt et à cette connexion entre eux. Cet accord silencieux. Il savait. Quelqu'un avait en sa possession son secret. A la porte, elle sonna une fois puis frappa quelques coups, le coeur battant et l'orage grondant un peu plus loin.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 22
- since : 27/07/2018

( end game )

MessageSujet: Re: elizabeth & edan ; wanna be your shelter   Mer 7 Nov - 11:38

Tu te réveilles l’épaule douloureuse, plus fatigué encore que la veille. Et pour cause, tu n’as fermé l’oeil qu’aux alentours de quatre heures du matin, des pensées plein la tête. Tu aurais voulu lui écrire pour t’assurer qu’elle aille bien, peut-être aussi pour t’excuser, parce qu’hier soir, tu as merdé. Tu t’étais pourtant préparé à cette soirée, tu t’étais promis de garder ton sang-froid, quoi qu’il arrive, pour Elizabeth. Tu ne voulais prendre aucun risque. Mais à peine était-il arrivé que l’envie de lui coller ton poing dans la figure s’était éveillée. Tu as tenu quelques heures, enchaîné les bières dans l’espoir de réussir à l’ignorer. Et puis, les mots sont sortis de sa bouche avec tant d’abjection, que le coup est finalement parti tout seul. Tu as surpris tout le monde, toi l’homme à l’attitude habituellement si calme. Toi même, tu l’as été. Passer outre les paroles et les actes des autres, c’est une partie de ton travail. Ne pas te laisser emporter par tes sentiments personnels, c’est ce qu’on te demande. Et, généralement, c’est ce que tu fais. Alors, c’est peut-être la faute à toutes ces bières que tu as descendu. Ou bien, peut-être que ta patience à des limites et que l’honneur d’Elizabeth est devenue l’une de celles qu’il ne faut pas franchir. Depuis ta visite improvisée, et contrairement à ce que tu en espérais, tout ça te travaille. Tu n’aimes pas ce sentiment d’impuissance, tu n’aimes pas la savoir dans l’insécurité, dans l’appréhension du prochain accès de colère de son mari. Et le voir fanfaronner devant ses amis ne te plaît davantage. Sur le moment, tu n’as donc pas regretté d’avoir agi, mais au cours de la nuit, c’est la sécurité d’Elizabeth qui s’est mise à te faire culpabiliser. Plusieurs fois, tu as regardé l’écran de ton portable avec le désir fou de l’appeler ou seulement de lui écrire. Mais tu t’es ravisé, de crainte de la mettre dans une situation peut-être encore plus inconfortable que celle que lui aura valu ta bagarre avec son mari. Et maintenant, tu ne sais plus ce que tu dois faire. Auprès de qui tu dois t’excuser. Peut-être qu’elle t’en veut, parce que tu lui avais promis qu’il ne saurait pas. Peut-être qu’il sait maintenant. Tu pars chercher des réponses à tes questions à l’hôpital, comme souvent. Tu ne travailles pas aujourd’hui, fort heureusement. Tu n’aurais été bon à rien. Tu passes quelques heures à regarder ta fiancée sommeiller comme la belle au bois dormant. Tu lui racontes ce qu’il s’est passé hier soir, comme si elle t’écoutait. Tu imagines qu’elle soupirerait en entendant ton histoire et qu’elle te conseillerait de te mêler de tes affaires. Tu lui donnerais sûrement raison, pour ne pas te disputer avec elle. Ce qui t’amène à penser que tu devrais appeler Alec. L’idée de devoir t’excuser auprès de lui ne te satisfait pas, mais si tu le fais, c’est pour le bien d’Elizabeth. Tu composes donc son numéro. Vous faites court, car il est en déplacement. Ce qui te rassure, c’est qu’il ne se doute de rien. Alors, tu inventes un truc en rapport avec ta fiancée, que tu vis assez mal la situation et… tu t’excuses. Quand vous vous quittez, le ton de sa voix est encore un peu froid, tu as sûrement dû laisser une marque sur son visage, mais il te pardonne. Quelques heures défilent encore, avant que tu ne décides d’aller évacuer ta frustration à la salle de sport, mais tu forces un peu trop sur ton épaule. C’est donc prématurément que tu rentres chez toi. Tu y prends ta douche, enfile un boxer et un t-shirt sur lequel quelques gouttes tombent de tes cheveux encore humides. Tu hésites toujours à appeler Elizabeth ou peut-être à passer chez elle, maintenant que tu sais qu’Alec n’est pas là. Tu regardes le ciel assombri par des nuages noirs, lorsque quelqu’un sonne, en même temps que l’orage se met à gronder. Tu n’attends personne pourtant. On insiste avec quelques coups alors, tu vas ouvrir. Elizabeth se tient là, devant toi. Elle a l’air d’aller bien, ce qui te ravit. « Salut. » Tu te perds un instant dans son regard, un petit sourire au coin des lèvres. « Tu veux entrer? » Tu t’écartes de l’encadrement de la porte, pour la laisser passer. Tu te remémores la veille. Tu n’es pas sur qu’elle soit là pour une visite de courtoisie alors, à peine as-tu refermé la porte derrière elle, que tu reprends la parole. « Je sais pourquoi tu es là et je suis désolé. J’ai déjà appelé Alec, pour m’excuser, ne t’en fais pas. » Dans ta tête, c’est évident, c’est elle la raison de votre accrochage. Pourquoi, soudainement, après avoir appris quel homme il était, tu frapperais Alec? Mais est-ce qu’Elizabeth le sait, elle? Est-ce qu’elle sait ce qu’il a dit? Est-ce qu’elle sait que toute cette histoire est en passe de te rendre fou?  

_________________
i know you've been hurt by someone else but, if you'll let me, i'll take care of you. you won't ever have to worry, you don't ever have to cry, i'll be there beside you to dry your weeping eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 36
- since : 26/07/2018

( end game )

MessageSujet: Re: elizabeth & edan ; wanna be your shelter   Hier à 17:19

wanna be your shelter when you just can't stand the rain

Edan & Elizabeth

Elle n'aurait pas du venir. Au moment où elle avait vu la porte s'ouvrir et où elle avait vu son visage, Elizabeth avait eu le pressentiment que sa vie allait littéralement changer. C'était un sentiment fort, comme quelques secondes avant de prendre une décision importante. On sait que c'est trop tard, que c'est même déjà fait avant même d'avoir dit un seul mot. Et alors qu'elle aurait dû faire demi-tour, elle était entrée. La porte se refermant derrière elle l'avait fait frissonner. De peur? D'anticipation? Peut-être les deux. C'était une peur différente de celle qu'elle ressentait avec Alec. Avec Alec, elle tremblait, elle n'avait aucun moyen de se préparer à ce qui allait arriver. Mais avec Edan, c'était... autre chose. Une peur de l'inconnu paradoxalement rassurante. Sa voix aussi la faisait frissonner, calme, posée. Elle aurait dû être en colère contre lui pour avoir réagi. Parce qu'avec ce genre d'attitude les poings auraient pu se diriger contre elle. "T'excuser... tu n'imagines pas les conséquences que ça aurait pu avoir hier soir." Elizabeth n'avait pas encore prononcé un mot depuis qu'elle avait passé le pas de la porte. Elle avait répondu à son "salut" d'un mince sourire, muette par toutes les pensées qui l'accablaient à cet instant. Elle avança un peu sans lui faire face, observant les lieux. L'imaginant assis sur ce canapé, se déplaçant sur ce plancher, choisissant un livre sur cette étagère. "C'est avant que le coup parte qu'il faut penser." Elle ferma les yeux, consciente que si elle se retournait quelque chose qu'elle essayait de refouler. Ce n'était pas un reproche. Elle aurait aimé que ce soit vrai pour tout et pour tout le monde. Mais la vérité en était tout autre. Alec ne réfléchissait pas avant de lui taper dessus... "Pourquoi tu as fais ça, Edan?" Elle avait enfin tourné les talons. C'était une question rhétorique. Une question pour laquelle Elizabeth avait déjà une réponse. Son regard était au plancher... ses paupières étaient volubiles, ne se posant pas sur un point fixe, n'osant se relever vers son regard. Son coeur battait la chamade et sa tête se concentrait sur les bruits extérieurs, le vent qui s'élevait, la pluie qui arrivait. Elle avait fini par oser et par plonger son regard dans le sien. Est-ce qu'une seule fois dans sa vie, son mari l'avait regardé ainsi? Comme un être humain? Comme une femme? Est-ce qu'elle fabulait de voir ça dans le regard d'Edan? Tout son corps s'était enveloppé d'une douce chaleur contrastant avec la fraicheur de sa promenade pour arriver jusqu'ici. Elle était envahie d'un dilemme, ou de plusieurs. Elizabeth voulait céder à cet inconnu, à cet avenir proche qui se présageait et dont elle ignorait tout. Même si elle tombait après, elle avait le sentiment qu'elle regrettait de ne pas succomber à ce pressentiment. Alors elle avait fait un pas vers lui, sans détourner le regard maintenant, saisie d'une force qu'elle ne connaissait pas. Elle arriva jusqu'à lui, séparés maintenant de quelques centimètres. Dehors, la pluie commençait à tomber, on entendait le tonnerre au loin. La météo semblait être la même dans tout son être. Elle porta sa main au visage d'Edan, frôlant de ses doigts la tâche bleutée sur son arcade. Il était moins amoché qu'Alec. Le fait de penser qu'Edan avait eu le dessus sur son mari la nourrissait d'une satisfaction étrange et peut-être mal placée. "Ca fait mal?" Demanda-t-elle finalement, se pinçant les lèvres pour retenir encore un peu ce à quoi elle tentait de résister.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: elizabeth & edan ; wanna be your shelter   

Revenir en haut Aller en bas
 
elizabeth & edan ; wanna be your shelter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» CBS wanna trade
» Description de Cait Shelter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton east side. :: résidences.-
Sauter vers: