fermeture du forum.

Partagez
 
 beautiful war. (james)
Aller en bas 
Jane Ryder

Jane Ryder


⋅ paper notes : 173
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (0/4)jacob, ford, elian, eli. (sold out)

beautiful war. (james) Empty
MessageSujet: beautiful war. (james)   beautiful war. (james) EmptyMer 3 Oct 2018 - 20:09


≈ ≈ ≈
{3 years ago}
crédit/ tumblrft. @james monroe.

Plongée dans l'obscurité de son appartement, de multiples chandelles en guise d'éclairage, la pluie et les orages s'offraient en spectacle ce soir. Enveloppée dans un plaid, Jane buvait tranquillement une bouteille de vin; seule avec elle-même, ce qui était plutôt assez rare étant donné qu'habituellement elle ne tenait jamais réellement en place. Ce soir, le groupe avait décidé de s'offrir congé (de force), car la température ne permettait pas d'offrir un spectacle à l'extérieur. Son petit-ami, ou plutôt son amant lui proposa de passer la nuit avec lui à son appartement, mais la demoiselle déclina son invitation ayant besoin de se retrouver un peu dans ses propres affaires. Malgré tout ce qu'on pouvait dire, elle appréciait la solitude par moment, puisqu'elle devait partager le clair de son temps; sa fameuse caravane avec le reste du groupe. La belle brune était complètement perdue dans ses songes, lorsqu'on vint frapper à sa porte. C'était plutôt inattendu, étant donné la température de chien qu'il faisait à l'extérieur peu de gens s'aventurait à sortir. Elle s'empressa de sortir de sa plaid et se dirigea à la porte essayant de jeter un oeil à travers l'oeil magique dans l'espoir de voir qui cela pouvait bien être, mais sans succès; elle n'y voyait rien. Elle décida tout de même d'ouvrir, évidemment qu'elle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle le vit sous le pas de sa porte littéralement trempé. « William, entres ne reste pas dehors...» Qu'elle souffla avec stupéfaction, puis sans attendre; elle se décala de la porte venant à le laisser entrer venant à refermer la porte et pousser un soupir discret. Bientôt, évidemment ses iris pâles retrouvèrent les siennes; elle connaissait William depuis un bon moment maintenant, elle l'avait connue par l'entremise de son frère, les deux étaient dans l'armée et souvent ce dernier venait qu'à prendre ses permissions à la demeure familiale. « T'es rentré..» Qu'elle souffla simplement. Il faut dire, qu'elle était surprise de le retrouver ici, dans son appartement. Elle n'avait pas eu vraiment de nouvelles de sa part, depuis un sacré moment. Replaçant une mèche de ses cheveux derrière son oreille, elle lui offrit un doux sourire, elle était heureuse de le retrouver; à prime à bord, il semblait en forme, mais elle savait pertinemment que parfois cela n'était qu'un mirage pour faire bonne figure. Elle savait pertinemment que ceux envoyés là-bas revenaient avec des séquelles et des blessures souvent aucunement apparente, des blessures internes. Le silence qui s'installe, puis elle réalise que le pauvre est entièrement trempé, du coup elle reprend parole; « J'dois avoir des vêtements à Jacob, dans mes tiroirs.. Tu seras plus confortable avec des vêtements secs.» Sourire discret, elle l'invite à se rendre au salon en attendant. Évidemment, des questions lui traversent l'esprit. Elle a soudainement une pensée pour Andy, est-ce que celle-ci est au courant de son retour? Elle se dit probablement que oui, qu'il n'aurait pas pu être loin d'elle plus longtemps; elle croit savoir beaucoup de choses la cadette Ryder et elle est tellement loin du compte. Elle finit par revenir avec ce qu'elle a pu trouver, soigneusement pliés dans ses mains. Malheureusement, il ne risque pas d'avoir de l'électricité avant quelques heures. Elle l'observe alors qu'il se tient debout, il semble dans ses pensées; il semble littéralement loin, peut-être encore quelque part là-bas. Jane vint à se racler la gorge pour signaler sa présence, puis elle affiche une moue disant; « C'est tout ce que j'ai pu trouver, j'espère que ça ira..» Elle vint à le laisser, aller s'habiller lui indiquant la salle de bain. Bien sûr, elle avait pris soin de mettre des chandelles dans les différentes pièces pour se faire un peu de lumière, il est plutôt rare qu'ils se retrouvent seuls ensemble, malgré le fait qu'ils s'entendent relativement bien, Jane ne sait pas trop comment gérer la situation. Heureusement, elle ne ressent pas nécessairement de malaise. Elle prend l'initiative de sortir une seconde coupe de vin et également de la bière, en attendant son retour, venant ensuite à reprendre place sur le canapé.

_________________

--- shallow (a star is born)
Tell me somethin', girl are you happy in this modern world?
or do you need more?is there somethin' else you're searchin' for?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Monroe

James Monroe


⋅ paper notes : 23
⋅ since : 04/11/2018

click down

beautiful war. (james) Empty
MessageSujet: Re: beautiful war. (james)   beautiful war. (james) EmptyMar 27 Nov 2018 - 21:17

— I keep feeling smaller and smaller
I need my girl
[ jane + james ] @the national

Le corps fracassé par une fuite interminable. De longues heures de voyage, entre aéroports et gares. Avion en avance, et trains en retard. Il est décalé, Monroe. Perdu sur une dizaine de créneaux horaires, après avoir parcouru au moins autant de latitudes. Il n'a pas réussi à avoir le dernier bus, alors il traîne des pieds sur l'asphalte, s'abandonne à la météo et ses caprices. Une pluie diluvienne qui ne tarde pas à tremper sa carcasse, imprégnant les tissus d'abord avant qu'elle ne longe son épiderme. Il frisonne parce qu'il a froid, ou peut-être un peu chaud, aussi. Il ne sait plus, James, Will – peu importe. Sans doute qu'il y a un peu de fièvre derrière tout ça, ou n'importe quelle maladie qu'un chien errant comme lui aurait pu attraper. Il échappe une quinte de toux et tente de longer les murs, pour passer entre les gouttes. Ça ne suffit pas, mais il continue sa route. Espère trouver un peu de répit au croisement de la prochaine avenue. Il s'est déjà invité dans deux hôtels, avant d'être sympathiquement raccompagné vers la sortie ; manque de place lui a-t-on dit. Tout ce qu'il a compris, c'est qu'on ne voulait pas d'un type à son allure dans le bâtiment. Alors il s'égare du côté des quartiers résidentiels, bien malgré lui. Il a une idée, une dernière, avant de se résoudre à passer la nuit sous un pont. Le chemin est familier, il a après tout tant de fois emprunté vers le passé. La maison d'une amie, un havre de paix au milieu de la tempête. Il se plante devant la porte et patiente. Il se souvient trop bien de la couleur des murs et de la forme des fenêtres. Rien n'a changé, ici. Rien, malgré l'éternité qui s'est écoulée. Une silhouette se découpe dans le jour et il la regarde, un demi-sourire perçant finalement sur ses lippes. Il entre en silence et retrouve la vue grâce aux lumières. Il la détaille et son sourire s'élargit. « Oui. Enfin. » Une réponse concise qui trahit sa fatigue, ses craintes, aussi. Peur de la retrouver elle, Andy. Et de le revoir lui. Il ne sait pas trop où se mettre, James, surtout que l'eau perle sur ses vêtements jusqu'au sol. Elle lui apporte la solution et il acquiesce, étrangement calme, alors que tout se retourne dans son esprit, au nom du traître. Jacob. Il aurait presque envie de décliner sa proposition, mais il n'en fait rien. Elle n'a pas à subir les erreurs de son frère. « C'est. C'est gentil, merci beaucoup... » Il retire son sac de ses épaules pour l'abandonner à l'entrée. Alors qu'elle disparaît, il en fait autant avec sa veste et ses chaussures. Elle revient tout aussi vite, ou bien c'est lui qui a perdu la notion du temps. Il récupère les affaires et acquiesce dans un nouveau sourire, avant de s'éclipser vers la salle de bain. Une fois la porte fermée, il abandonne ses vêtements trempés et enfile les autres. Croise brièvement ce reflet qu'il ne reconnaît pas tellement dans le miroir. Des yeux creusés, ses cheveux trop longs et sa barbe mal rasée. Il n'a plus grand chose de l'homme qu'il était quand il est parti, mais peu importe. Il revient enfin dans le séjour, et retrouve la parole. « Merci beaucoup, pour tout ça. T'es pas obligée, Jane, j'ai... » Un soupir et il secoue la tête. Réalise que sa présence ici est parfaitement injustifiée, et la gentillesse de la sœur Ryder encore plus. « Je sais pas trop pourquoi tu le fais. Ça fait une éternité que je suis parti et je reviens comme ça, sans nouvelles, sans rien. Je pense pas mériter tout ça... » Qu'il ajoute, en regardant autour de lui. La maison qui n'a pas tellement bougé, une décoration chaleureuse et douce. Les effluves d'un parfum féminin qui flottent dans l'air. Il se sent ridicule, James, et pas tellement à sa place, malgré l'hospitalité de Jane. Il finit par hausser les épaules, et s'autorise enfin à la regarder. « Enfin. Tu as l'air... Bien. » Un sourire maladroit au bord des lippes. Il lui faut un temps pour s'adapter, se souvenir. Ce que c'est, de ne pas être seul.

_________________
    — can't drown my demons, they know how to swim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Ryder

Jane Ryder


⋅ paper notes : 173
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (0/4)jacob, ford, elian, eli. (sold out)

beautiful war. (james) Empty
MessageSujet: Re: beautiful war. (james)   beautiful war. (james) EmptyMar 27 Nov 2018 - 22:45


≈ ≈ ≈
{3 years ago}
crédit/ tumblrft. @james monroe.

C'est un peu surréaliste de le retrouver là. Comme s'il était une entité qui revenait d'un long, très long voyage. Sans trop réfléchir, tu agis, tu ne penses pas. T'offres ton hospitalité sans te poser la moindre question, pour toi c'est naturel de le faire; il est pour toi, un membre de la famille et c'est ce qu'on fait pour les siens. On aide sans compter et sans poser de questions. Tu reviens dans la pièce avec des vêtements secs, prenant soin de lui indiquer la salle de bain. Ton appartement se replonge dans un silence, tu reprends place sur le canapé. Les questions se percutent dans ton crâne, mais tu préfères le laisser venir à toi, s'il en ressent le besoin de s'ouvrir. Tu ne veux pas te montrer intrusive, c'est déjà une énorme marque de confiance, qu'il soit venu vers toi; tu refuses de briser ça. Ces pas font craqués brièvement le plancher du séjour annonçant son arrivé dans la piste. Tu détournes doucement ton visage vers le sien. Ça te fait drôle de le voir dans les vêtements de ton frère, il semble épuisé. Tu le constates juste à la façon dont il a de ce tenir, ça semble lourd.  « Merci beaucoup, pour tout ça. T'es pas obligée, Jane, j'ai... » Tu le vois chercher ces mots, pour toi c'est tellement rien. Doucement, il enchaîne et voilà que tu viens à te lever tout en l'écoutant attentivement; « Je sais pas trop pourquoi tu le fais. Ça fait une éternité que je suis parti et je reviens comme ça, sans nouvelles, sans rien. Je pense pas mériter tout ça... » Son regard est fuyant, ce qui est plutôt inhabituel, en tout cas dans tes souvenirs c'était pas ça, mais bon en même temps; les gens changent et tu commences vraiment à te dire que t'en as assurément fait trop. Finalement, il relève la tête et capte ton regard.  « Enfin. Tu as l'air... Bien. » Sourire maladroit que tu lui transmet en retour à ton tour. Comme si son attitude envers toi, venait qu'à teinter ta propre attitude et y'a une sorte de timidité dans l'air, comme si vous aviez besoin d'un temps d'adaptation. « Je vais bien.» Que tu réponds doucement. Tu n'élabores pas d'avantage, puis t'as cet air doux sur le visage pour venir appuyer tes dires. « C'est con, mais.. J'peux te serrer dans mes bras?» Que tu viens à demander au bout de quelques secondes. James c'est littéralement comme un second frère pour toi, du coup quand lui et Jacob partaient en mission, c'est comme si tu en perdais deux au lieu d'un.

Habituellement, tu n'aurais pas demandé, tu t'aurais contenter de simplement t'avancer vers lui et de le serrer contre toi, mais sur le coup; tu sens son malaise d'être là et tu ne veux pas l'accentuer. Pourtant, lorsqu'il te donne l'aval dans un léger hochement de tête, tu t'avances vers lui et les quelques pas qui vous séparent, les derniers se font un peu plus rapidement. T'enroules tes bras autour de lui et tu le sers fort contre toi, comme si tu voulais t'assurer qu'il ne soit pas une illusion, un mirage que le vin dans tes veines auraient pu créer. Pourtant, tu le sens belle et bien là, et ça t'apportes un certain soulagement. Te rendant compte que tu peux peut-être l'étouffé, tu te détaches doucement de lui, tu croises ses prunelles et t'as ce regard brillant, touché de le revoir vivant alors que t'as longtemps imaginé le pire. « Je suis contente que tu sois là.» Tes doigts glisse le long de sa joue, puis finis par détourner le regard pour tenter de reprendre sur toi et ne pas trop jouer dans le mélodrame. Y'a un rire nerveux qui s'échappe alors que tu te recules; « Bon, est-ce que tu as faim, je peux te préparer quelque chose de rapide. Sinon, j'ai entamé une bouteille de vin ou j'peux faire du café?» Ton regard qui se glisse à nouveau dans le sien. Évidemment, tu n'as pas pris soin de lui retourner la question, tu sais d'avance qu'il n'est pas au meilleur de sa forme, tu la sentis en le serrant dans tes bras aussi, c'est pas uniquement physique la douleur semble plus profonde que ça. Cette fois-ci, un rire plus franc s'échappe de ta bouche et tu rajoute; « J'peux me calmer aussi.» Tu secoues la tête en soufflant doucement, alors que tes mains viennent se poser contre tes hanches.

_________________

--- shallow (a star is born)
Tell me somethin', girl are you happy in this modern world?
or do you need more?is there somethin' else you're searchin' for?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Monroe

James Monroe


⋅ paper notes : 23
⋅ since : 04/11/2018

click down

beautiful war. (james) Empty
MessageSujet: Re: beautiful war. (james)   beautiful war. (james) EmptyMer 2 Jan 2019 - 11:20

Je vais bien. Il n'est pas sûr que ce soit l'entière vérité. Il est même persuadé que c'est plus nuancé que ça, mais il s'en contente, pour l'instant. Elle étoffera plus tard si elle juge que c'est nécessaire. Il n'est personne pour insister et il ne se le permettra pas ; pas alors qu'il vient juste de revenir après un trop long silence radio, pas alors qu'elle l'accueille sous son toit. Sa demande le surprend, mais un léger sourire étire ses lèvres. C'est comme si c'était nouveau, pour lui. Une sensation oubliée. Perdue entre d'autres, terribles et douloureuses. Il acquiesce, James, donne un accord qui lui semble pourtant inutile. Elle plonge dans ses bras et il les referme sur elle. Ses paupières tombent et son cœur s'apaise. Il s'oublie sur les effluves délicates de son parfum, et dans ses cheveux qui chatouillent son visage. L'étreinte est agréable, et peut-être même trop. Il n'a plus envie de la lâcher, James, pourtant il la laisse s'échapper. Son sourire s'étire un peu plus encore. « Et je suis content d'être rentré. » Puis, elle reprend la parole, sa petite tornade. Elle se perd entre les syllabes, lui propose tout le contenu de ses placards, de son réfrigérateur aussi, sans doute. Un rire timide lui échappe – un rire qu'il n'avait pas entendu depuis une éternité au moins, car au-delà des frontières, il n'y a plus grand chose qui pouvait le faire rire. Il s'approche à nouveau, un franc sourire ancré aux lippes, et il encadre le visage de la jeune femme de ses mains. « Tu peux respirer, pour commencer. » Un baiser qu'il plante sur son front, avant de prendre un peu de distance. « T'as pas changé. Toujours la même... » Et c'est un compliment, à son sens. Car il n'a toujours gardé que du bon, de ces souvenirs qu'ils ont partagé. De tous ces instants en permission passés ici, chez les Ryder, entre Jacob et sa sœur. Une famille de substitution. De quoi retrouver le sourire, de quoi découvrir l'Angleterre et ses trésors. De quoi la découvrir elle, l'autre, Andy. Brune qu'il redoute de croiser, dans les rues si familières de Brighton. Trois ans après le néant, trois ans après sa fuite, trois ans après la trahison. Les événements laissent un goût amer sur son palais, et puis James, il se demande ce que Jane sait. Il ne sait pas si Jacob lui a tout dit, ou s'il a oublié de lui raconter la vérité. Ça importe peu, dans le fond, il est juste heureux d'être rentré à la maison. « Je ne dirais pas non à un café, ceci dit. » Qu'il ajoute. Encore entamé par le décalage horaire, l'esprit qui tourne à l'envers et les yeux plus cernés que jamais. Il a l'air heureux, James, mais épuisé – et il n'est pas seulement question de voyages et d'horaires, non. Il y a tout le reste, cette fatigue mentale qu'il traîne depuis des mois, cette paranoïa, cette peur que la police militaire lui tombe dessus à chaque coin de rue. Déserter n'a rien de facile et quand le syndrome post-traumatique s'en mêle, c'est pire encore. Il lâche un petit soupir et se pince les lèvres. Une question demeure et il ne peut pas se résoudre à passer à côté. « Et Jacob ? Il va bien ? » Une manière détournée d'amener la suite. « Je. J'aimerais éviter qu'il sache que je suis rentré... » Une demande particulière, la paranoïa qui frappe à nouveau. Peur d'être retrouvé, dénoncé ; Ryder lui a déjà enfoncé un couteau dans le dos une fois, il serait capable de recommencer.

_________________
    — can't drown my demons, they know how to swim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


click down

beautiful war. (james) Empty
MessageSujet: Re: beautiful war. (james)   beautiful war. (james) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 beautiful war. (james)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» James Rutherford ▬ Présentation
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» James Storm Vs Brock Lesnar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton east side. :: résidences.-
Sauter vers: