AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 at your inconvenience (scar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Marlene Kenway

get some sleep and i'll be fine

- paper notes : 643
- since : 07/04/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability:

MessageSujet: at your inconvenience (scar)   Dim 30 Sep - 22:25

T’as les yeux perdus sur le rivage, la clope coincée entre tes lippes. T’as posé son livre sur le banc à côté de toi pour allumer ta cancerette. T’inhales longuement, laisses la fumée s’infiltrer en toi comme si elle était salvatrice. Tu reprends la cigarette entre tes doigts tremblant, trop peu habituée à fumer de cette main-là. Ton poignet droit, il est toujours coincé dans ce plâtre à la con depuis l’accident de bus durant la tempête.
La plage, tu t'y perds bien trop souvent depuis ton retour dans cette ville maudite. Sûrement la seule chose qui te plait ici, dans le fond. Tellement, que t'as décidé d'emménager dans une baraque au bord de la mer ; le seul bon côté de tes parents, c'est la thune qu'ils continuent de te filer malgré ta fugue. Malgré l'absence de nouvelle. Malgré tout. Tu regardes à ta droite, où s'trouve ta boite à lettres. Ils peuvent pas venir te voir, ils connaissent même pas ton adresse. Tu t'sens à l'abri chez toi et pourtant, tu sais très bien que tu peux tomber sur eux à n'importe quel moment. T'as salement flippé lors de ton séjour à l'hôpital, craignant de croiser ta sœur durant un de ses nombreux séjours. T'as jamais autant été aussi désagréable avec le personnel médical pour sortir le plus vite possible.
Tu finis par quitter ton banc, tes pieds faisant craquer le bois des marches de ton porche. La cigarette bloquée entre les lèvres, tu réussis tant bien que mal à ouvrir ta boite à lettres. Un amas d'enveloppes s'y trouve, pour la plupart de la publicité. Tu vas jamais vérifier ton courrier. Qui communique de cette façon encore aujourd'hui, de toute manière ? Tu fais un tri rapide avant de t'rapprocher de ta poubelle pour y jeter la plupart du tas. Tu vas pour tourner les talons, mais t'es stoppée net dans ton mouvement quand tes yeux perçoivent une silhouette familière à quelques mètres, sur la plage. Tu déglutis, Marlene. Scar. Et soudainement, tu t'mets à prier un dieu en lequel tu ne crois pas pour devenir invisible, juste le temps de t'mettre à l'abri des regards entre les murs de ta maison.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 11
- since : 23/09/2018

( end game )

MessageSujet: Re: at your inconvenience (scar)   Mer 3 Oct - 21:08

Claque. Le vent claque sur ton visage rougi et toi tu restes là pantelante, regardant, fixant un point non visible. T'aimerais être une vague. Imprévisible, dangereuse, fascinante. Tu n'es que toi Scar. Tes cheveux humidifiés par la brume se collent sur ton visage. T'essaies de sortir, de profiter, de vivre malgré tout. Même si tu n'es plus vraiment toi même depuis qu'il est parti. Focalisation sur le vide. Faudrait peut être que tu rentres, que tu bouges, tout ne vas pas se faire tout seul Scar. Tu sens le sable qui fouette tes joues clairsemées de tâches brunes ... T'as du mal à marcher, du mal à garder tes chaussures dans tes mains. T'es tellement fatiguée, tu as juste envie de tout oublier. Reste calme.
Tu la vois comme une ombre, une étincelle dans le brouillard. Et ton coeur se brise quand ce flou devient cette forme un peu trop familière, elle. Encore elle. Toujours elle. Marlène, Marlène et son visae d'ange, qui l'a fait craqué lui, lui que tu aimais tant. Tu as été tellement heureuse pour lui au départ, parce que son bonheur a toujours beaucoup plus compté que le tien. Tu ne pensais pas qu'il te laisserait tomber, pour elle. Il est parti, il ne reviendra pas mais elle, elle est là. En face de toi, si près et pourtant t'as cette foutue impression qu'un énorme vide vous sépare, que tu ne pourras jamais l'atteindre. Des pas, encore et encore, qui te semble des kilomètres ... Tu sais pas vraiment pourquoi tu as pris cette direction, il est encore temps de partir, de retourner chez toi, dans ta solitude, entourée de toutes ces photos, de vous, de votre vie d'avant, où vous étiez tous si heureux, où l'amitié résolvait tout les problèmes. Tout est de sa faute à elle. Elle qui a absolument tout brisé, qui a brisé, brulé cette amitié avec une simple allumette. Elle. Et son putain de sourire. Tu sais pas quoi dire, tu la toises, tu as juste envie de lui faire mal comme elle vous a fait du mal à vous. Tu aimerais tellement le lui dire, lui dire à quel point tu as mal, parce qu'elle te la prit, que c'est de sa faute si maintenant il est mort. Ca ne peut être que sa faute à elle. Marlène. "Bonjour Marlène. Ca m'étonne de te voir ici." T'es dure, froide comme le marbre. Tu veux montrer que tu as du caractère, que tu as changé, que tu es pas cette petite grosse, frêle, trop fragile qui a besoin de son meilleur ami pour avoir un semblant de personnalité. Tu n'es plus cette personne. "Alors comment tu vas ? Ca fait longtemps !" Ton regard est perçant, t'es prête à cracher ce foutu venin, tu n'aurais jamais du la laisser rentrer dans votre vie, elle le serpent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Marlene Kenway

get some sleep and i'll be fine

- paper notes : 643
- since : 07/04/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: at your inconvenience (scar)   Dim 21 Oct - 19:43

Piégée dans ton propre jardin, sans un espoir de t'échapper. Tu tiens son regard, pourtant. Parce que c'est pas ton genre de plier dans un conflit ouvert. C'est pas ton genre de partir la queue entre les jambes. Elle n'a pas changé, Scar. Elle a toujours ce même visage, ce même air sur ses traits. Cette même haine que t'arrives à lire à travers ses iris. Une rage qui n'a pu qu'être attisée par la mort de celui que vous aimiez tant, toutes les deux. Celui que t'aimes toujours à en crever.
Tu ne peux réprimer un rire moqueur à ses mots. A son ton acéré. Un rictus qui reste sur tes lippes, un sourire hautain, comme tu sais si bien le faire. Tu croises les bras sur ta poitrine, la mâchoire serrée. Elle parle, Scar. Elle parle mais la seule chose que t'arrives à percevoir, c'est cette animosité qui dégouline de ses lèvres. La tête légèrement penchée sur le côté, tes yeux noirs la détaillent sous toutes les coutures. Tu pourrais être railleuse. Taper là où ça fait mal. Être cette parfaite petite garce que t'incarnes à merveille entre les murs du commissariat. Ta langue qui claque, finalement, avant que tu ne prennes la parole à ton tour. « Scar. Toujours coincée ici à c'que je vois. » Tu décroises les bras, retenant cette grimace de douleur quand tu bouges ton plâtre. Le ventre gonflé par ta grossesse, le bras en miette, un bracelet électronique à ta cheville. T'es bien loin de cette héroïne de ce film que tu t'es souvent fait, dans ta tête. De cette rencontre que tu ne pouvais plus éviter. Tu t'voyais victorieuse, Marlene. Parfaite face aux assauts qu'on pouvait t'infliger. Le destin, il s'est bien foutu de ta gueule.
Tu descends les quelques marches de ton perron, avançant en direction de la clôture en bois blanc, typique des maisons en bord de mer. Cette clôture, séparation physique entre vos deux corps qui transpirent la colère et les non-dits. « T'es sérieuse ? Comment je vais ? », que tu lui dis en secouant la tête de gauche à droite, abasourdie par ses paroles. T'aimerais en rire, t'aimerais prendre tout ça à la légère. Mais les précédents sont trop gros, les souvenirs sont encore trop douloureux. T'es incapable de garder ton calme, incapable de rester civilisée. « Je sais pas si tu le fais exprès, ou si t'es vraiment conne. » Le ton pareil à des lames aiguisées, le visage vindicatif. Tu ne peux réprimer ce poison qui glisse entre tes lèvres. Et bordel, tu sais pertinemment qu'Ean te jugerait pour ton comportement. Tu le sais, tu le reconnais. Mais tu ne changes rien. « T'en fais pas… », que tu dis en désignant ton bras coincé dans le plâtre. « Son gamin va bien malgré l'accident. » Un rappel non nécessaire de la nature de ta relation avec son meilleur ami. Que c'est toi qui régnais dans son cœur et ses draps. Et que c'est contre toi qu'il se nichait, chaque soir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: at your inconvenience (scar)   

Revenir en haut Aller en bas
 
at your inconvenience (scar)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Scar et Zira. |Chris|
» Scar
» Scar
» SCAR △ HEAR ME ROAR
» Scar veut se faire une nouvelle peau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side. :: résidences.-
Sauter vers: