fermeture du forum.

Partagez
 
 on traîne jusqu'à plus savoir c'qu'on foutait de dehors. (edda)
Aller en bas 


Invité
Invité

click down

on traîne jusqu'à plus savoir c'qu'on foutait de dehors. (edda) Empty
MessageSujet: on traîne jusqu'à plus savoir c'qu'on foutait de dehors. (edda)   on traîne jusqu'à plus savoir c'qu'on foutait de dehors. (edda) EmptyLun 24 Sep 2018 - 22:33

le soleil se lève. les premiers habitants se décident à sortir de chez eux. à pointer leur nez dehors. prendre la température. faire leur footing. promener l'chien. y'a des tonnes d'activités. et parmi ce début d'activité, y'a un corps posé contre le mur d'un commerce désaffecté. le dos contre le mur, les jambes tendues et la tête penchée au-dessus de ses jambes. souffle lent mais régulier. on pourrait croire qu'il dort, parce qu'il est bien tranquille. on pourrait croire qu'il est mort, si son torse ne se soulevait pas de temps en temps. on sait pas ce qu'il fait là. parce qu'il est plutôt bien sapé. bien trop pour un sans abris. y'a les baskets quasi neuves au pieds. le jeans encore intact et sentant sûrement l'propre. mais y'a des tâches rougeâtres sur l'tissus. quelques petites gouttes par ci et par là. sur son haut aussi. trace bien plus conséquente sur son torse. là où le sang a longuement glissé depuis sa bouche. depuis son nez. et peut-être même depuis son arcade. l'gamin, il a la tête baissée. pas pour dormir. pas pour passer inaperçu. juste pour n'pas faire flipper les quelques gosses qui parcourent les rues. parce qu'il sait qu'il a une sale gueule. y'a l'ensemble de son visage qui pique. enfin qui piquait. quasiment indolore maintenant. et c'est sûrement ça le plus inquiétant. une de ses mains qu'il réussit à lever jusqu'à son visage. juste pour s'assurer que tout est encore là. à peu près à leur place. et il souffle. doucement. pas un soupire. non, ce genre de souffle lourd. lourd de sens. qui vient soulager ses épaules jusque là bien trop tendues. lazare, il repense à ceux qui l'ont mis dans cet état là. il voit les visages. ça n'date qu'il y a une ou deux heures après tout. y'avais son frère. son aîné. il se souvient de son sourire. de son regard. de ses mots, par moment. mais c'pas lui qui a cogné. non, c'est les autres. les potes de l'aîné bonezzi. le futur héritier. le fils aimé. le fils choyé. enfant légitime du couple bonezzi, surtout. comme les autres. tous sauf lazare. lazare qui essaie d'se faire de la place. une place qu'il veut centrale. et on l'fait redescendre comme ça d'son petit nuage. on brise ce qu'il pensait avoir gagné en un rien de temps. lazare, il bascule sa tête en arrière. le crâne qui vient heurter la pierre. léger grognement qui vient troubler le calme environnant. visage à la vue de tous. regard qui vient croiser celui d'une fille qui passait par là. j'fais si peur qu'ça ? les mots lâchés doucement. parce que c'est dur de parler. parce qu'il n'a aucune raison d'être sec. mauvais. pas là.
Revenir en haut Aller en bas
Edda Morello

Edda Morello


⋅ paper notes : 264
⋅ since : 10/05/2018

click down

- getaway car.
address: brighton east side. (w/nathan and lydia)
contact book:
availability: close; 2/4. (nathan, robby, soon.)

on traîne jusqu'à plus savoir c'qu'on foutait de dehors. (edda) Empty
MessageSujet: Re: on traîne jusqu'à plus savoir c'qu'on foutait de dehors. (edda)   on traîne jusqu'à plus savoir c'qu'on foutait de dehors. (edda) EmptyLun 24 Sep 2018 - 23:50

J'te promet que je vais ramener ce qu'il faut.. Qu'elle dit, en s'abaissant à hauteur de sa nièce. Depuis qu'Edda lui a appris à faire de la pâtisserie, il est rare qu'une journée ne passe sans que l'enfant n'ait envie de se mettre au fourneau. Elle trouve ça attendrissant, Edda, d'autant plus que c'est leur moment à elles, et à elles seules. Ravie de la réponse, la petite fille est repartie en trottinant vers sa chambre, comme si elle venait d'oublier les cinq minutes précédentes. Épatant. J'dois voir Rosie et Ziggy, mais je serais revenue avant le dîner. Qu'elle lance à son frère avant de s'éloigner. Bien sûr qu'elle serait revenue avant, elle l'a promis à Lydia. Et hors de question pour elle de rompre cette promesse. En regardant sa montre, elle remarque qu'elle a encore le temps avant de retrouver ses amis. Alors, elle flâne Edda, dans les rues de la ville, sans réel but, si ce n'est profiter de ce qu'elle voit. Les choses sont différentes de ce qu'elles ont été dans le passé. La ville est différente. Brighton est à des années lumières de Venise, mais d'une certaine façon, elle a réussi à se sentir chez elle, ici aussi, malgré la nostalgie qu'elle peut ressentir vis-à-vis de sa ville d'origine. Oui, les villes sont différentes, mais le sentiment d'être à la bonne place, n'a jamais été aussi fort. Alors comment regretter d'être partie ? Elle ne peut pas, plus maintenant en tout cas. Les vitrines de magasins divers défilent sous ses yeux sans qu'elle n'y porte la moindre importance. Parce qu'elle est dans ses pensées, ce qui fait que tout ce qui est autour d'elle n'existe plus. Elle ne peut pas s'empêcher de se demander où elle en serait, à l'heure actuelle, si elle n'était pas partie? Serait-elle encore entourée de ces personnes qu'elle pensait ses amis? Ou aurait-elle finit par ouvrir les yeux, pour se concentrer sur des choses plus importantes? Aurait-elle continué des études, qui ne lui convenaient absolument pas? Continuerait-elle à se dénigrer, à cause de ses complexes trop ancrés dans sa chair ? La réponse? Peut-être. La vérité? C'est qu'elle ne le saura jamais vraiment. Son regard, jusque-là regardant le vague, se pose sur la silhouette d'un homme avachi contre un mur. Elle aurait dû continuer son chemin Edda, probablement, mais elle s'est arrêté à sa vision. j'fais si peur qu'ça ? Que lui dit l'homme qu'elle n'a pas quitté du regard. Elle pourrait l'ignorer, aller ailleurs, mais elle se rapproche Edda. Tu t'es regardé dans un miroir récemment? Elle lance ça, haussant un sourcil. Probablement pas. Elle se fait la réponse toute seule. Elle ne prend pas de gant, elle ne le fait jamais. Elle ne se montre pas impressionnée, parce que ça ne fait pas partie de ce qu'elle est. Tant pis. Tu sais que tu devrais nettoyer ça... qu'elle dit, en désignant son visage. Avant que ça ne s'infecte.. ou que tu n'effraie les enfants du quartier. Avec la quantité de sang se trouvant sur son visage, sur son t-shirt, il semble presque étonnant qu'il ne soit pas encore inconscient.

_________________
Take my hand, let’s see where we wake up tomorrow. Please don’t see just a girl caught up in dreams and fantasies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 on traîne jusqu'à plus savoir c'qu'on foutait de dehors. (edda)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Les expressions et vocabulaire à savoir par votre perso
» question sur : le savoir construit les hommezs
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]
» Les NAC du Maitre de savoir
» La statue du savoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: