fermeture du forum.

Partagez
 
 se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)
Aller en bas 
Jacob Ryder

Jacob Ryder


⋅ paper notes : 130
⋅ since : 03/04/2018

click down

- getaway car.
address: .023 brighton west side
contact book:
availability: ●●○○ (andy, james)

se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) Empty
MessageSujet: se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)   se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) EmptyLun 17 Sep 2018 - 23:14

jane & jacob
{ inventer la lune, que tous la voient
devenir vent de nuit, pousser la voile
et s'enfuir vers des rives là-bas... }

Son poing heurte la porte dans un mouvement régulier. Assez fort pour qu'elle l'entende, pas assez pour affoler qui que ce soit. En même temps, il connait les personnes environnantes ; quand elle a emménagé, Jake a fait sa petite enquête. Grand frère oblige. Quelques secondes, toujours trop longues, l'homme soupire et finit par actionner la poignée. C'est ouvert. Il roule des yeux. Faut qu'elle soit prudente, la gosse, n'importe qui pourrait entrer chez elle. Il a pas envie d'y penser, pas envie d'avoir encore plus peur pour elle que d'habitude. Parce que, vous voyez, s'il la perd... ne pas tomber là-dedans, secouer la tête, refermer la porte. 'Jane, t'es là ?' question con, si la porte est ouverte c'est qu'elle est là. Ou bien qu'elle a oublié de fermer mais il en doute ; elle est pas aussi étourdie que ça. Y a du bruit qui émane de sa chambre, pendant un quart de seconde il se dit qu'elle n'est peut-être pas seule. Mais c'est le crissement d'un meuble qu'on pousse qu'il entend, pas de voix, rien de suspicieux. Il s'approche, se pose dans un coin, regardant le spectacle de ses petits bras contre une armoire. Non, vraiment, il devrait immortaliser ça. 'Besoin d'aide ?' si elle ne l'avait pas entendu avant, Jane ne pouvait plus l'éviter. Son sourire narquois non plus. Après tout, il est là pour ça ; la torturer juste comme il faut. 'Dis moi où tu la veux.' il ôte sa veste qu'il délaisse sur le lit et vient se mettre à côté d'elle, mains sur son adversaire de bois. Ça ira plus vite si il s'en occupe. Pas qu'il l'en croit pas capable, mais c'est une vérité qu'ils peuvent tout deux accorder. Sous ses conseils, il bouge le meuble, s'en est fini. 'Ça m'étonne déjà que tu sois levée à cette heure, mais le ménage de printemps ? Qu'est-ce qui t'arrive ?!' lui a toujours du mal à dormir, c'est pas étonnant qu'il se pointe à l'aube chez elle. Elle était sur sa route. L'appel du café... 'Pendant que tu me réponds, fais ton sac : je t'embarque avec moi pour le weekend.' qu'elle ait des plans, possiblement ? Il n'en a strictement rien à faire ! C'est la beauté de la spontanéité. L'essence même d'eux. Elle et ses lettres à l'autre bout du monde, pour quelques mots, quelques photos, un bout d'Angleterre en pleine guerre. Lui et ses permissions surprises, ses apparitions rapides, ces moments fugaces. Leurs discussions à n'en plus finir, leurs coups de gueule futiles, leurs blessures partagées, leur quotidien fraternel. S'il est rentré, c'est en grande partie pour elle. Parce qu'à chaque retour, c'était un petit bout de Jane qu'il avait l'impression d'avoir perdu, de ne plus connaitre, d'oublier. En était-il de même pour elle ? Restait-il encore quelque chose du Jacob de leur enfance ?... Les doutes et les peurs mises de côtés, Ryder essaye aujourd'hui de rattraper le temps perdu. Qu'elle lui accorde les prochaines quarante-huit heures. C'est tout ce qu'il lui demande. Pas grand chose, quand on sait ce qu'ils ont laissé filer.

_________________

ryder --- if i had the time, i'd stop the world and make you mine, and every day would stay the same with you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Ryder

Jane Ryder


⋅ paper notes : 173
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (0/4)jacob, ford, elian, eli. (sold out)

se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) Empty
MessageSujet: Re: se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)   se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) EmptyMar 18 Sep 2018 - 0:29

jane & jacob
{Cold as you turn off the lights
And memories start floating around
You're doubting yourself
And you're tired of not being strong
It hurts to be all on your own
But you'll just have to wait
Cause time's running fast
And it calms you to know it won't last.}
-- Michael Schulte; You'll be okay.

L'oiseau de nuit, qu'elle a longtemps été; étant donné son mode de vie décalée se métamorphose peu à peu. Tranquillement, elle retrouve un équilibre, une sorte de routine sans vraiment en être une; parce que Jane n'a jamais été une grande adepte des routines, depuis son plus jeune âge; Jane semblait attirée l'instabilité et cette forme de chaos. En vieillissant, elle se rend compte que dans ce désordre de vie; elle y retrouve une certaine sécurité et ses propres repères. En ouvrant les yeux, ce matin; elle ressent comme une urgence d'effectuer du changement dans son petit appartement, l'envie de déplacer des meubles pour ne pas se retrouver dans un cadre monotone et d'une image fixée sur pause qui ne change jamais. Pour la cadette Ryder; la vie est un continuel flots de mouvements et de changements, la stabilité elle semble nouvellement commencer à l'apprivoiser. Elle se sent encore un peu maladroite, elle ne sait pas trop comment se familiariser, mais au moins elle tente le coup. Debout, les poings contre ses hanches, les lèvres pincées et le regard vif observant son environnement; Jane réfléchit, puis voilà que lui vient l'idée fabuleuse de vouloir déplacer l'un de ces meubles qui pèse une tonne. Peut-être, est-ce le fait qu'elle s'est levée à l'aube; mais elle est persuadée d'avoir une force herculéenne. Son visage se transforme, son corps est complètement en extension dû à cet effort physique, Jane est tellement dans le moment présent, qu'elle n'entend aucunement qu'on frappe à sa porte. Tellement concentrée, qu'elle ne remarque même pas ce visage familier qui l'observe avec amusement dans l'embrasure de la porte. 'Besoin d'aide ?' Ses prunelles claires qui retrouvent celles de son frère, lorsqu'elle entend sa voix. Évidemment, elle voit bien qu'il se moque de la situation; mais comme à chaque fois qu'il est là, elle sent un poids se soulever de ses épaules. C'est comme ça, depuis toujours; depuis qu'ils sont gamins. 'Dis moi où tu la veux.' Il retire sa veste, venant plaquer ses mains contre l'ennemi massif et Jane se recule vaincue. « Juste là..» Qu'elle souffle en désignant l'emplacement d'un signe de mains las. Elle replace une mèche de ses cheveux rebelle derrière son oreille et voilà que le meuble est finalement à sa place; comme dans un claquement de doigts. 'Ça m'étonne déjà que tu sois levée à cette heure, mais le ménage de printemps ? Qu'est-ce qui t'arrive ?!'

Cela lui arrache un sourire malgré tout, c'est vrai que c'est vraiment étrange comme comportement, mais en même temps; il l'a connait mieux que personne et forcément qu'il finirait par y trouver la réponse. « T'insinues quoi, que je dors comme une marmotte?» Elle arque un sourcil et croise ses bras contre sa poitrine et ce dernier enchaîne; 'Pendant que tu me réponds, fais ton sac : je t'embarque avec moi pour le weekend.' Pour le coup, Jane est surprise par cette proposition spontanée; évidemment elle connait ce côté chez son frère, une caractéristique qu'elle possède également, mais l'effet de surprise demeure quand même. Elle l'observe avec sérieux, pour être bien certaine d'avoir capter le message, puis en voyant son air elle comprend qu'il ne plaisante pas. « Où est-ce qu'on va?» Qu'elle demande alors qu'elle est déjà entrain de fouiller dans ses tiroirs pour se faire un sac à bagages. « S'il te plaît, je t'interdis de ne me dire que c'est une surprise; tu sais à quel point, je déteste ça.» Toujours dos à lui, elle ne fait que légèrement tourner son visage pour capter son attention, puis elle ramène son attention sur sa commode, fronce les sourcils ne sachant pas du tout quoi apporter. Pourtant, la situation l'amuse énormément; Elle dépose des vêtements soigneusement pliées sur son lit, puis elle fouille à la recherche de son sac de voyage; adepte d'aventures, elle ne refuserait jamais une escapade et surtout pas en présence de son frère. « Et toi alors, qu'est-ce qui t'arrives; pourquoi tu veux fuir comme ça?» Paroles franches, prononcés sur un ton de blague, mais avec un fond de sérieux quand même. Jane sait à quel point la vie de son frère n'est pas de tout repos. À croire que l'envie de partir, de "fuir" est quelque chose de génétique.

_________________

--- shallow (a star is born)
Tell me somethin', girl are you happy in this modern world?
or do you need more?is there somethin' else you're searchin' for?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Ryder

Jacob Ryder


⋅ paper notes : 130
⋅ since : 03/04/2018

click down

- getaway car.
address: .023 brighton west side
contact book:
availability: ●●○○ (andy, james)

se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) Empty
MessageSujet: Re: se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)   se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) EmptyLun 8 Oct 2018 - 23:36

C’est simple pour lui de déplacer un meuble. Suivre la direction, pousser le poids, y a pas de question à se poser. Il aurait aimé pouvoir en faire de même avec tous les aspects de la vie de sa petite sœur. Lui donner la carrière dont elle rêvait, la gloire avec ses bons mais jamais mauvais côtés, l’homme qui allait avec, la simplicité. Seulement Jacob, il était pas là. À l’époque de ses débuts, peut-être, mais quand elle s’est vraiment décidée, quand il aurait été nécessaire qu’il soit présent, Jake essayait de panser les plais du monde. Égoïste qu’il était, c’est ses rêves qu’il a fait passer en premier. Alors oui, certains diront qu’elle s’en est pas mal sortie, la petite Ryder, qu’elle a pas vrillé, qu’elle a eu de la chance dans son statu quo. Mais lui, ça lui reste dans un coin de la tête. Les et si, il en brasse à la pelle. À la place des réponses, il déplace des meubles. C’est plus efficace sur le court terme. Heureusement pour lui, Jane n’est pas du genre rancunière. Elle ne pense probablement même pas  toutes ces conneries. C’est simplement lui et son esprit torturé qui se renvoient la balle. Allez comprendre. ‘T’as toujours été un oiseau de nuit…’ ce n’est pas un reproche, une simple constatation. ‘… ça fait du bien d’être sur le même fuseau horaire pour une fois !’ qu’il laisse échapper avec une pointe de nostalgie. Pour toutes ces fois manquées, et le souvenir des moments saisis. La cadette scrute son visage à la recherche de réponse ; elle est claire et limpide, non, il le rigole pas. Y a rien de franchement sérieux en lui, c’est pas comme s’il l’emmenait à l’autre bout du monde parce qu’elle en avait besoin, juste… l’envie de partager un moment. Aussi simple que ça. Lorsqu’elle essaye de savoir où ils vont, le blond se décolle du mur, roule des yeux. Pas moyen de laisser la spontanéité parler, non, il lui faut du concret. Bientôt elle arguera que c’est pour une question de garde robe.   'Lisbonne, mais pas la peine de prendre quinze maillots de bain, on ne reste que deux nuits !' lâche t-il de la cuisine, alors qu’il lance une tournée fraiche de café. Il l’entend remuer dans sa chambre, affiche un sourire tendre. Peut-être qu’il n’a pas tout gâché après tout. Elle est encore là. Elle le laisser entrer sans prévenir, elle accepte ses idées folles. À croire qu’elle a toujours besoin de lui, autant qu’il a besoin d’elle. Il revient quelques minutes plus tard, deux tasses fumantes en mains. Et la chambre ressemble à un champ de guerre, retourné par les mines… ‘Je ne fuis rien du tout : le pilote qui devait se charger de ce vol s’est cassé le bras ce weekend, j’ai proposé de prendre sa place. À condition de pouvoir emmener quelqu’un.’ les avantages du métier, disons. Oui, il aurait pu emmener quelqu’un d’autre. Mais Jane… elle est la première personne à qui il a pensé. Ils en ont besoin, l’un comme l’autre. Il les sent, ses yeux posés sur lui. Ce regard qui en dit long, qui sait qu’il n’y a pas que ça en jeu, que l’histoire est un peu plus complexe. Il prend une gorgée ; ça lui chauffe la langue. Elle ne le lâchera pas. Il le sait. ‘J’ai besoin d’un peu d’air. De me changer les idées. Loin d’Andy… et de Will.’ Elle ne le sait probablement pas, ou bien peut-être que la brune la mise au parfum ? William, James, peu importe son nom. Il est là. Il est bel et bien là. Vivant.

_________________

ryder --- if i had the time, i'd stop the world and make you mine, and every day would stay the same with you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Ryder

Jane Ryder


⋅ paper notes : 173
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (0/4)jacob, ford, elian, eli. (sold out)

se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) Empty
MessageSujet: Re: se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)   se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) EmptyMer 24 Oct 2018 - 19:37

jane & jacob
{Cold as you turn off the lights
And memories start floating around
You're doubting yourself
And you're tired of not being strong
It hurts to be all on your own
But you'll just have to wait
Cause time's running fast
And it calms you to know it won't last.}
-- Michael Schulte; You'll be okay.


ça fait du bien d’être sur le même fuseau horaire pour une fois !’ il n'a pas tord, c'est vrai que cette escapade inattendue allait faire le plus grand bien. se retrouver juste tout les deux ensemble, ça faisait des lunes qu'ils n'avaient pas eu cette chance. La cadette Ryder continue de faire sa valise, évidemment elle ne manque pas de lui demander vers quelle destination il s'envole. La demoiselle est sceptique quant à la véritable raison de ce voyage soudain. Il vient à disparaître pour se rendre à la cuisine, Jane marmonne pour elle-même se faisant une liste invisible des choses qu'elle doit apportée. 'Lisbonne, mais pas la peine de prendre quinze maillots de bain, on ne reste que deux nuits !' Elle a alors un sourire amusé alors que son regard pâle se glisse sur le contenu de sa valise, à croire qu'aucun homme ne la connait mieux que son grand frère. Elle vient alors à retirer deux-trois morceaux, tentant de se concentrer sur l'essentiel. C'est vrai qu'en vivant continuellement sur la route à faire diverses concerts, la demoiselle avait apprise à faire des valises minimalistes. Par contre, cette fois-ci, elle voulait prendre soin de s'amener des choses. Elle allait pouvoir profiter du confort et d'un peu de luxe, comparativement à son mètre carré que pouvait contenir sa caravane. L'odeur du café flotte alors dans l'air et voilà qu'il revient dans la chambre avec deux tasses fumantes en mains. Jane se retourne et affiche un doux sourire venant à prendre l'une d'elle entre ses mains. Doux réconfort de ce liquide chaud, elle porte la tasse à ses lèvres pour en boire une fine gorgée. ‘Je ne fuis rien du tout : le pilote qui devait se charger de ce vol s’est cassé le bras ce weekend, j’ai proposé de prendre sa place. À condition de pouvoir emmener quelqu’un.’ Bien sûr, elle trouve cela hyper flatteur et elle est ravie qu'il est pensé à elle avant tout. Toutefois, Jane connait également son frère mieux que personne; elle sait que l'histoire est plus compliquée qu'un simple envie de lui faire plaisir. D'ailleurs, elle campe son regard dans le sien l'incitant à cracher le véritable fond de l'histoire et ça ne tarde pas à venir. ‘J’ai besoin d’un peu d’air. De me changer les idées. Loin d’Andy… et de Will.’ Will, ce prénom frappe. Jane, elle plisse le regard alors que ses doigts viennent à serrer un peu plus la tasse qu'elle garde entre ses mains. Jane, elle joue ardemment le jeu. Elle sait qu'il est rentré, d'ailleurs ça fait un moment qu'elle le sait; mais pour le préserver elle a préférée se taire à ce sujet. Rencontre hasardeuse, alors qu'il tombait des cordes, c'est le militaire qui s'est présenté chez elle, un soir. Jane, elle le croyait mort. Puis, il est réapparut comme ça, sans qu'elle ne s'y attende. Sans jugement, elle l'a accueillit chez elle; ils ont échangés ce soir là, mais Jane n'a pas jouée l'avocat du diable, elle s'est contenté d'être une oreille attentive. C'est probablement pour ça, qu'il est venu vers elle; parce qu'il savait qu'elle ne jugerait pas. « Comment.. Comment ça c'est passé?» Qu'elle demande, comment se sont passé les retrouvailles entre les deux frères d'armes? Elle essaie de déchiffrer dans son regard une quelconque réponse, mais en vint. Une chose est sûr, s'il a besoin d'air c'est que les retrouvailles n'ont pas été chaleureuses.

_________________

--- shallow (a star is born)
Tell me somethin', girl are you happy in this modern world?
or do you need more?is there somethin' else you're searchin' for?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Ryder

Jacob Ryder


⋅ paper notes : 130
⋅ since : 03/04/2018

click down

- getaway car.
address: .023 brighton west side
contact book:
availability: ●●○○ (andy, james)

se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) Empty
MessageSujet: Re: se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)   se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) EmptyJeu 8 Nov 2018 - 20:50

Jane, elle a toujours fait partie de sa vie. Elle a vu chaque étape, connu chacun de ses doutes, ses victoires, ses échecs. Bien sûr qu'elle connait les méandres de l'histoire qui le lie encore aujourd'hui à Andy et James. Elle était là. Elle a toujours été là. Elle l'a accueillit à bras ouvert lors de sa première permission, celle qui lui avait fait connaitre l'américain qui devenait son meilleur ami. Il avait menacé Will ; hors de question qu'il s'approche de sa sœur ! Elle avait été là lorsqu'ils avaient rencontré Andy, elle avait vu les premiers émois du couple star, elle avait constaté comme ce trio pouvait fonctionner. Elle avait vécu, avec eux, les retrouvailles et les départs déchirants des deux héros. Oui, Jane avait tout vécu ; même le pire. Bien sûr qu'il lui avait parlé de la distance que l'américain mettait entre eux, entre lui et le reste du monde. Bien sûr qu'elle l'avait vu, ombre de lui-même, errer dans les rues. Elle avait tenté d'aider ; comme tout le monde. Et elle avait su, finalement, l'erreur. Jake n'avait pas pu lui cacher. Ne l'avait pas voulu. Il n'en était pas fier, mais il assumait ; c'était bien la seule chose à faire. Elle l'avait vu remuer ciel et terre pour le retrouver, en vain. Et aujourd'hui... le fantôme de cet homme plane encore sur les Ryder. Et les bribes d'un Jacob d'antan se trouvent, çà et là, sur leur route. 'Bizarre. Il est... je sais pas. Différent ? Et en même temps, j'ai eu l'impression de revoir des bouts du Will d'avant.' il baisse les yeux sur sa tasse, s'appuie contre le mur. Il ne s'était pas attendu à ces retrouvailles, aussi pitoyables furent-elles. Ça lui a fait mal, bien sûr ; mais ça l'a réveillé. 'Je suis pas sûr qu'il me pardonne un jour tu sais. Pas que je le mérite, mais...' y a pas d'excuses à ce qu'il a fait. Y a juste des circonstances, des maux qu'il lui fallait guérir, le temps de quelques heures seulement. Au détriment d'un autre. 'J'espère juste qu'il changera d'avis pour Andy. Pour qu'elle puisse tourner la page, au moins.' c'est fou comme il donnerait tout pour qu'elle avance. Leur lien n'a absolument rien de rationnel. Il l'a dans le cœur, c'est certain. Pourtant, elle ne sera jamais sienne. Il ne l'espère pas ; ne le veut, peut-être même pas. C'est flou, c'est fou, c'est dérangeant. Jacob, il sait qu'il ne l'aime pas ; pas comme ça. Seulement jamais, jamais elle ne le laissera indifférent. Il l'aime, à sa manière. De celle qui aurait pu. Balayant la brume devant ses yeux, Jake tente un sourire en coin, hausse les épaules comme pour clore le sujet, et enfonce le nez dans son café fumant. Il regarde autour de lui, fait quelques pas, cherche une porte de sortie. Il trouve des prospectus sur un coin de table ; des pamphlets sur des métiers qui ne sont pas le sien. 'Tu penses te reconvertir ?!' qu'il lâche dans un rire léger alors qu'il lui montre un bout de papier vantant les métiers de la finance ; comme si ça pouvait lui plaire ! Non, sa cadette est chanteuse. Probablement pas celle qu'elle aurait voulu être, mais elle a fait son bout de chemin depuis le temps.

_________________

ryder --- if i had the time, i'd stop the world and make you mine, and every day would stay the same with you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Ryder

Jane Ryder


⋅ paper notes : 173
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (0/4)jacob, ford, elian, eli. (sold out)

se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) Empty
MessageSujet: Re: se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)   se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) EmptyDim 11 Nov 2018 - 21:57

jane & jacob
{Cold as you turn off the lights
And memories start floating around
You're doubting yourself
And you're tired of not being strong
It hurts to be all on your own
But you'll just have to wait
Cause time's running fast
And it calms you to know it won't last.}
-- Michael Schulte; You'll be okay.

Voilà qu'on tombe dans le sujet délicat. Évidemment, Jane savait que ça allait finir par venir éventuellement. La belle brune est ravie que son frère ose parler d'eux, même si cela peut faire mal. Comme à chaque fois, elle sera d'une bonne écoute prête à l'aider du mieux qu'elle peut dans cette situation. Jane, elle a été témoin du trio que formait son frère, Will et Andy a une certaine époque. Elle avait elle-même fait partie de ce groupe au départ, elle s'était d'ailleurs liée rapidement d'amitié avec la belle brune qui était devenue comme une soeur pour elle; elle avait énormément de respect pour elle et la personne qu'elle était. William aussi, elle le connaissait bien; elle avait vue à quel point lui et son frère étaient proches l'un de l'autre à un époque, des frères d'armes, et au delà de ça, des frères de coeur. Jane avait été témoin de nombreuses choses; des joies comme des déchirures entre les deux héros, puis vint un moment où elle continua sa vie, avec son groupe sans pour autant les oublier évidemment. Les relations qu'elles entretenaient autant avec William aujourd'hui appelé James que Andy s'étaient un peu effrités au courant des années, mais elle avait toujours dit à chacun d'entre eux; qu'elle demeurait toujours présente et disponible malgré la distance et leurs vies respectives. 'Bizarre. Il est... je sais pas. Différent ? Et en même temps, j'ai eu l'impression de revoir des bouts du Will d'avant. Sourire triste qui vient se glisser sur les lèvres de la jeune Ryder, elle se sent terriblement impuissante devant cette situation et aimerait avoir les bons mots ou le pouvoir d'arranger les choses. 'Je suis pas sûr qu'il me pardonne un jour tu sais. Pas que je le mérite, mais...' Elle a doucement portée sa tasse de café qu'elle maintient entre ses doigts à ses lèvres. Elle ajoute rien, elle sait pertinemment que ses mots ne suffiraient pas; elle n'est pas devin, alors elle le laisse poursuivre; 'J'espère juste qu'il changera d'avis pour Andy. Pour qu'elle puisse tourner la page, au moins.' Tourner la page n'est pas une chose facile et Jane en sait quelque chose, d'ailleurs Eli est de retour en ville depuis peu, elle l'a revue il y a quelques jours à peine et les retrouvailles l'ont littéralement ébranlées. Elle vient à glisser sa main la plus prêt contre son épaule, légère pression pour lui démontrer qu'elle est là pour lui, alors qu'il lui décroche un sourire. Il s'est toujours montré fort devant elle, c'est pas pour rien qu'elle le surnomme son héro. Puis, voilà qu'il regarde autour de lui et tombe sur de vieux prospectus qui traînent. 'Tu penses te reconvertir ?!' Jane ne peut pas s'empêcher de sourire, elle sait pertinemment qu'elle ne tombera jamais dans le domaine de la finance, elle n'a jamais été douée avec les chiffres et l'aspect logique de toute façon. « Quoi, tu m'vois pas assise dans un bureau, avec un tailleur et tout l'reste.» Elle fait mine de battre des cils et lâche un rire cette fois-ci; le ridicule ne tue pas, pas vrai? Évidemment, qu'il ne la voit pas dans la finance, tout comme elle d'ailleurs se serait se mentir. À nouveau, elle prend une gorgée de son café et reprend parole; « Bon, au lieu de juger mes potentiels choix de carrière, ta valise est prête?» Elle arque un sourcil laissant entrevoir un sourire léger, elle est prête pour l'aventure Jane, même si cela n'est que pour quelques jours.

_________________

--- shallow (a star is born)
Tell me somethin', girl are you happy in this modern world?
or do you need more?is there somethin' else you're searchin' for?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Ryder

Jacob Ryder


⋅ paper notes : 130
⋅ since : 03/04/2018

click down

- getaway car.
address: .023 brighton west side
contact book:
availability: ●●○○ (andy, james)

se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) Empty
MessageSujet: Re: se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)   se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) EmptyMar 20 Nov 2018 - 23:04

Il sent sa main sur son épaule et c'est le poids de ces derniers mois qui doucement s'allège, ne serait-ce que pour quelques secondes. Elle a ce pouvoir, Jane. Sur lui, du moins. À ne jamais l'avoir jugé malgré ses erreurs, à ne jamais l'avoir laissé, malgré ses errances. Ce petit bout de femme, sa constante, sa sœur. Et dans leur silence, une forme de compréhension. La situation est délicate, aussi bien pour lui que pour elle. Parce qu'elle les connait, ses deux compères d'infortune. Parce qu'ils sont plus pour elle que les amis de son frère. Parce qu'elle a réussi à ne jamais prendre parti, mais que demain, si une nouvelle guerre éclate... elle devra peut-être choisir un camp. En attendant, c'est sa vie que semble remettre en place Jane. Il ne connait pas forcément les tenants et aboutissants de ses choix, mais Jake sait notamment qu'elle a mis un terme à son histoire avec Eli. Il n'a pas à faire de commentaire dessus. S'il apprécie l'individu, c'est bien à sa sœur que revient le choix de celui qui partage sa vie. Enfin... tant qu'il reste respectable. Elle ironise sur de possibles choix de carrière, il hausse un sourcil, l'air dubitatif. 'Pas vraiment, non !' qu'il lâche avec un sourire narquois. Elle a trop la bougeotte pour ça, ils le savent tous les deux. Mais Jane semble éluder la vraie question, et elle devrait savoir qu'il ne la lâchera pas comme ça. 'Ma valise est toujours prête et ne change pas de sujet !' il s'installe finalement sur son lit après avoir récupéré sa tasse, fixe sa sœur avec un petit sourire. 'Qu'est-ce qui se passe dans ta vie ?' c'est large, comme question. Elle peut y répondre comme elle l'entend mais il lui faut une réponse, et lui dire que rien n'a changé serait mentir. Il n'est pas forcément intrusif en règle générale, mais comprenez que Jane, c'est son point faible. Il lui faut savoir un minimum ce qui se passe dans sa vie. Pour la soutenir, pour l'aider, pour l'encourager, pour être là. Il a déjà trop loupé, avec les années. En revenant au pays, Jacob se l'est promis : il sera présent, coûte que coûte, pour elle. Pour leur famille. Pour celle qui a continué à le soutenir à l'autre bout du monde, alors qu'il lui écrivait des lettres floues pour lui éviter les horreurs de la guerre. Le soldat lui a déjà trop menti, ne serait-ce que par omission. Il faut qu'il se rattrape. Qu'il lave encore un peu sa conscience d'égoïste. Il a suivit ses rêves, maintenant, c'est à elle de mettre les siens en avant, quels qu'ils soient. Quoi qu'il en pense.

_________________

ryder --- if i had the time, i'd stop the world and make you mine, and every day would stay the same with you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Ryder

Jane Ryder


⋅ paper notes : 173
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (0/4)jacob, ford, elian, eli. (sold out)

se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) Empty
MessageSujet: Re: se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)   se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) EmptyVen 23 Nov 2018 - 22:07

jane & jacob
{Cold as you turn off the lights
And memories start floating around
You're doubting yourself
And you're tired of not being strong
It hurts to be all on your own
But you'll just have to wait
Cause time's running fast
And it calms you to know it won't last.}
-- Michael Schulte; You'll be okay.

À vrai dire, tu ne sais même pas pourquoi t'as ces dépliants avec toi. T'as sûrement pris ça complètement par hasard, mais tu t'es pas vraiment penchée dessus. Tu le sais déjà d'avance que c'est pas un boulot que tu aimerais. T'as toujours été une personne active, rêvant de parcourir le monde, toujours avec la sensation d'avoir des fourmis dans les jambes et incapable de demeurer en place deux secondes. 'Pas vraiment, non !' Tu hausses légèrement les épaules alors que t'as toujours ce sourire accroché à tes lèvres. Évidemment, tu l'interroges à savoir si sa valise est prête. Une manière comme une autre de détourner un peu la discussion et l'empêcher qu'il te pose la fameuse question que tu redoutes tant. T'as toujours été ambitieuse, fonceuse, comme si rien ne pouvait t'échapper et de devoir avouer ouvertement à ton frère que tu commences juste à te retrouver et sortir de cette impasse, ça te rend pas tellement fière. 'Ma valise est toujours prête et ne change pas de sujet !' Tu viens à rouler des yeux, il se trouve sûrement très malin à vouloir jouer le frère aîné hyper protecteur, en même temps il doit sentir l'urgence de rattraper tout ce temps perdu avec toi. C'est vrai que tu aurais aimé l'avoir plus souvent avec toi, tu aurais aimé qu'il te secoue un peu quand tu commençais à perdre pied. Par contre, tu sais pertinemment que sa situation ne pouvait pas le permettre et tu ne lui en as jamais vraiment voulu pour ça. 'Qu'est-ce qui se passe dans ta vie Tu le vois prendre sa tasse à café et s'asseoir sur ton lit. Tu vois bien qu'il ne compte pas te laisser te défiler aussi rapidement. Du coup, tu dois te résigner et tu viens t'asseoir à ses côtés. « J'espère que t'as du temps, parce que ça risque d'être long.» Que tu avoues sans le regarder, ton regard flotte devant toi comme si tu cherchais par où commencer. Y'a un tas de choses qui ont changées pour toi et ne pas l'admettre serait être littéralement dans le déni. « J'ai quitté le groupe...» Le savait-il déjà? Les nouvelles vont tellement rapidement avec les réseaux sociaux aujourd'hui, qu'il est probablement déjà au courant. « J'ai quitté Eli...» T'as cet air triste qui apparaît sur ton visage, malgré que tu es été conscience de cette décision; malgré le fait que tu l'aies prise, ça te fait un mal de chien. Ton regard se pose sur tes mains, d'ailleurs dès que tu t'es mise à te confier, tu as commencé à jouer avec le bout de tes doigts pour calmer cette légère nervosité. « Un homme m'a engagé dans sa boutique d'antiquités, toute qu'un changement de cap hein?» Que tu lâches, tu n'oses toujours pas le regarder; comme si tu appréhendais ce que tu pouvais percevoir dans son regard. « J'étais complètement perdue, j'avais besoin de prendre du recul et de me poser.» T'avais besoin de le retrouver aussi ton grand frère, d'être là pour lui encore une fois sachant qu'il avait traversé des moments difficile. Tes sourcils se froncent brièvement alors que tu reprends; « Eli voulait me demander en mariage... J'suis tombé sur la petite boîte un soir complètement par hasard.» Ton regard s'embrume comme à chaque fois que tu penses un peu trop à lui, parce que t'es partie sans rien dire sans prendre la peine de lui demander des explications c'était juste trop pour toi à assumer alors que t'étais dans une crise existentielle. Tu renifles légèrement, et cette fois-ci t'oses soutenir son regard, il est rare que tu te montres aussi vulnérable; mais t'as l'impression d'être sur le point de craquer. « Je suis juste partie, comme une conne, j'ai fuis alors que j'avais un homme qui m'aimait plus que tout et que j'exerçais le plus beau métier du monde.» T'as besoin de ton frère te dise les bons mots comme il s'est si bien le faire, même si ça ne te plais pas toujours. T'as besoin qu'il te prenne dans ses bras et qu'il te dise que tout finira par s'arranger, t'as besoin de t'accrocher à tout ça.

Spoiler:
 

_________________

--- shallow (a star is born)
Tell me somethin', girl are you happy in this modern world?
or do you need more?is there somethin' else you're searchin' for?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Ryder

Jacob Ryder


⋅ paper notes : 130
⋅ since : 03/04/2018

click down

- getaway car.
address: .023 brighton west side
contact book:
availability: ●●○○ (andy, james)

se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) Empty
MessageSujet: Re: se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)   se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) EmptySam 8 Déc 2018 - 16:25

Il a tout le temps du monde, Jake. Si c'est pour écouter ses maux, si c'est pour lever un peu du poids sur ses maigres épaules, alors oui, il prendra le temps. Parce qu'il y a des choses qui lui pèsent, il le sait, il le sent. Qu'elle n'ait pas envie d'en parler, il peut le comprendre, mais il se doit d'essayer. Et il va falloir qu'elle se montre catégorique pour qu'il recule. Seulement la brune abdique, sans même qu'il ait à prendre les armes. Il n'a plus vraiment l'habitude, depuis la guerre, mais s'éfforce de se montrer impassible. Qu'elle lui donne les faits, il verrait après. Elle lui parle de ce groupe qu'elle a quitté. 'Je sais.' ce n'est pas un reproche, il n'a pas son mot à dire là-dessus. Mais il sait, il attendait simplement qu'elle lui en parle d'elle-même. Il n'a pas la prétention de croire qu'il sait ce qu'est le rush de ce qu'elle vivait, là, sur scène. Mais si c'est au moins un dixième de ce qu'il ressent lorsqu'il prend les airs, alors... oui, il comprend le déchirement. Et puis, elle lui parle d'Eli. Bien sûr qu'il connait le jeune homme, bien sûr qu'il a son avis sur leur couple. Un bon, avis. Le musicien, bien que Jacob ait eu ses réserves au départ, avait su lui montrer qu'il respectait sa petite sœur au point de ne pas lui en faire baver. La seule chose qu'il demandait, au fond. Le reste... leur appartenait. Il hoche la tête en signe de compréhension, digérant l'information. Il la voit jouer avec ses doigts et pose une main sur les siennes, comme pour la calmer. Pour qu'elle sache, aussi, qu'elle n'avait rien à craindre de lui. 'Un homme ?' bien sûr, il retient cette information en premier. Il a le droit d'être suspicieux, le Ryder, quand on sait qu'elle n'a pas la moindre expérience là-dedans. Qu'un homme lui offre simplement un job... il aimerait vivre dans un monde où tout les hommes sont bons. Malheureusement pour eux, ce n'est pas le cas. Elle lui explique enfin cette demande en mariage avortée, la chute d'une relation, le besoin de se trouver. Il voit sa sœur, sa toute petite sœur, perdue dans le labyrinthe de la vie. Et ça lui fend le cœur. Alors, il passe un bras autour de Jane, l'attire contre lui doucement. Il n'y a pas grand chose qu'il puisse faire ; pourtant il voudrait. Lui offrir le monde, lui ouvrir les yeux, l'aider. 'Est-ce que tu les aimes ? Eli, ce métier... est-ce que tu les aimes au point de vouloir les retrouver ?' parce qu'une erreur n'en est une que dans le statu quo, si elle voulait les récupérer, alors elle devait trouver une alternative. Elle pouvait encore corriger ça. Il n'est jamais trop tard. Jacob voulait y croire. 'T'as le droit de tout envoyer valser, de demander une pause. Tu as le droit. Ça ne veut pas dire que tu doives faire une croix sur tout ce qui constituait ta vie d'avant.' Il le sait, mieux que quiconque. Après le fiasco de sa nuit avec Andy, il a tenté de fuir, de mettre tout ça derrière lui. Il en a été incapable. Et surtout... il n'en avait pas envie. Bien sûr que sa relation avec William était brisée, mais il voulait malgré tout le trouver. Bien sûr que plus jamais il ne verrait Andy de la même façon. Pour autant, il avait encore besoin d'elle dans sa vie. Le temps s'offre au temps pour gommer les plaies que les hommes s'inflige. Qu'elle se l'offre, Jane. Qu'elle le prenne.

_________________

ryder --- if i had the time, i'd stop the world and make you mine, and every day would stay the same with you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Ryder

Jane Ryder


⋅ paper notes : 173
⋅ since : 09/08/2018

click down

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (0/4)jacob, ford, elian, eli. (sold out)

se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) Empty
MessageSujet: Re: se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)   se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) EmptySam 19 Jan 2019 - 22:10

T'es pas le genre à t'ouvrir Jane, te mettre à nue et exposer tes émotions à cœur ouvert. Pourtant, lorsque tu sens la présence de ton frère à tes côtés, tu ne peux pas t'empêcher de te laisser bercer par la confession. Tu déballes ce que tu as sur le cœur sans oser le regarder, parce que t'as honte et les remords aussi. Pourtant, il ne te juge pas; il te laisse vider ce que tu as sur le cœur, il maintient le silence du mieux qu'il peut, bien que son esprit de frère protecteur revient à la charge. 'Un homme ?' Ça t'arraches presque un sourire, tu peux comprendre qu'il soit inquiet à ton sujet. T'es tellement impulsive, tu te jettes tellement dans n'importe quoi, que tu peux comprendre qu'il se ronge les sangs et qu'il s'en fasse pour toi. « Il s'appelle Stanley Clarke, c'est un homme âgé qui était propriétaire d'une boutique d'antiquité en ville. Il m'a donné une chance de venir travailler avec lui et d'apprendre du milieu.» T'essaies de le rassurer comme tu le peux et t'espères que ça aidera. Stanley a été l'un des premiers à te tendre la main après ton retour en ville, alors que tu étais complètement perdue. Tu lui en seras éternellement reconnaissante pour ça d'ailleurs. Doucement, Jacob te prend dans ses bras et tu te laisses doucement bercer sans te braquer comme tu peux le faire souvent. Cette proximité a l'effet de t'apaiser et te faire le plus grand bien. 'Est-ce que tu les aimes ? Eli, ce métier... est-ce que tu les aimes au point de vouloir les retrouver ?' Bien sûr que tu aimes Eli, la question ne se pose même pas et de le quitter à été la chose la plus atroce que tu as dû faire aussi. Eli t'es certaine de vouloir le retrouver, d'essayer de réparer tes conneries si cela est possible évidemment. Tu ne veux pas rien brusquer, parce que tu sais que tu lui as fait énormément de mal en le quittant et en quittant le groupe sans donner d'explication. Alors revenir comme une fleur dans sa vie, ce serait égoïste de venir jouer avec ces sentiments de la sorte juste pour retrouver ton propre bonheur. Bonheur que tu as bousiller toi-même d'ailleurs. Du coup, tu ne réponds pas; parce que tu as l'impression que tu ne pourrais pas retrouver l'un sans l'autre. Comme si la musique et Eli faisait partie d'un tout, tu es certaine de vouloir retrouver Eli, mais la musique ça demeure encore un sujet délicat sur lequel tu as décidée de ne pas trop réfléchir, mais dont tu n'auras pas le choix de te poser éventuellement. 'T'as le droit de tout envoyer valser, de demander une pause. Tu as le droit. Ça ne veut pas dire que tu doives faire une croix sur tout ce qui constituait ta vie d'avant.' Bon sang, qu'il a toujours les mots justes, les mots qui te font du bien. Du coup, tu te sens moins coupable en l'écoutant même si cette culpabilité te ronge encore et encore, tu as la sensation que par ces mots ça s'atténue un peu. « Comment tu fais, pour toujours avoir les mots qu'il faut…» Que tu souffles doucement, c'est probablement son rôle de grand-frère, mais t'as l'impression toi que tu n'es pas aussi douée que lui avec ça. T'es souvent maladroite et t'agis parfois dans la confrontation pour faire entendre raison plutôt que la douceur. Toi non plus, tu ne veux pas qu'il souffre et le voir malheureux te rend complètement malade. « Merci d'avoir débarquer.» Que tu dis faiblement, tu sais qu'il le fait parce qu'il ressent l'urgence de rattraper le temps perdu; mais toi, tu t'en fous. T'apprécies juste le fait qu'il soit là pour toi. Tu finis par te redresser et tu tapes sa cuisse en disant; « Allez, on a un avion à prendre!» Tu te ressaisis avec ton sourire sur le visage, tu veux profiter de ce moment avec lui; dans la joie et le bonheur, tu ne veux pas ramener tes problèmes continuellement sur le tapis.

_________________

--- shallow (a star is born)
Tell me somethin', girl are you happy in this modern world?
or do you need more?is there somethin' else you're searchin' for?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


click down

se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) Empty
MessageSujet: Re: se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)   se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 se laisser émouvoir tôt le matin quand pousse l'aube (jane)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» La blague du soir, matin, quand vous voulez, j'm'en branle
» Editorial Le Matin: Pourquoi l'haitien s'autoflagelle-t-il autant?
» Yosei, l'étoile du matin
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)
» Première sortie de patit matin ( Flocon de cendre moi et Petit matin )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side. :: résidences.-
Sauter vers: