AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 high hopes @ (the walsh)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 549
- since : 30/07/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: high hopes @ (the walsh)   Lun 17 Sep - 2:01

Lorsqu’elle pousse les portes du poste de police, Jillian est fébrile. Elle redoute le pire. Elle redoute la confrontation avec son aîné. Elle craint une dispute. Elle craint d’entendre les même remarques amères. Les même piques acides. Comme les mots de Teddy qui sont encore ancrés dans sa boîte crânienne. Elle a voulu être honnête. Elle en a payé les pots cassés. Elle y repense à ses paroles. Elle se demande à quoi tout ça peut bien rimer. L’amertume de cet appel aux abonnés absents. Rhys qui n’est pas venu. Même en la sachant entre la vie et la mort. Même en la sachant au bord du précipice. Et ça suffit à la faire douter. Ça suffit à l’inquiéter alors qu’ils tentent de construire quelque chose. Un truc solide. Un truc vrai. Loin de la haine, de la guerre qu’ils se font. Loin de la mélancolie d’une histoire avortée avant l’heure. Jill craint le pire avec Layton. Parce qu’elle sait à quel point il déteste Rhys. Il n’a jamais pu le supporter. Il a toujours été le premier à émettre des critiques et des réserves envers lui. Encore plus lorsque Jill s’est réveillée sur ce lit d’hôpital. Il a voulu le tuer de ses propres mains. Il a voulu le retrouver pour lui cracher sa haine au visage et l’empêcher de revenir auprès de sa soeur. Alors elle prend une inspiration profonde et se dirige vers le bureau de son frère.
Elle garde l’espoir infime qu’il comprenne.
Elle garde l’espoir déraisonné qu’il veuille son bonheur.
Malgré les drames, malgré la rage.
Lorsqu’elle arrive devant l’office, son regard se porte sur lui. Avec Layton, ça a été compliqué parfois. Une relation en dent de scie. Une relation forte avec Teddy qui a souvent semé le trouble entre elle et son autre frère. L’impression de ne pas être sur la même longueur. L’impression qu’un truc clochait à chaque fois. Le voile de la mort venant planer sur leur existence au point de les rapprocher. Au point d’effacer les tensions.
Comme si le pire nécessitait d’arriver pour entrevoir une lueur de soie.
— J’ai le droit de te kidnapper pour le déjeuner ?
Elle esquisse un sourire en coin et se rapproche de ce dernier. Son dos se courbe alors qu’elle dépose un baiser sur sa joue. Elle est heureuse de le voir. Elle est heureuse de pouvoir profiter d’un moment d’accalmie. Depuis le départ de Teddy, un vide s’est crée. Il a choisi la carte de la fuite au détriment de ce qu’ils auraient pu se confier. Ils auraient pu être un soutient. Comme à chaque fois. Parce que c’est comme ça que la mécanique fonctionne chez les Walsh. Même précipitée dans l’enfer, dans les tensions, dans les doutes, la famille a toujours su se soutenir et s’épauler. Dans le pire et le meilleur. Alors Jill ne peut pas d’éprouver de ressentir une once de colère.
La tristesse épousant les traits de son visage.
— C’est pas réellement une question à vrai dire.
Elle attrape la veste de son frère et lui tend, la mine déterminée. Il n’a pas intérêt à refuser, à trouver une excuse, à s’interdire de vivre. Parce que c’est ce qu’il a fait à la mort de son âme-soeur. Il s’est éteint. Il a détesté la vie. Il s’est sûrement détesté aussi. Comme tout ce qu’elle a ressenti lorsque son fiancé est décédé. Mais Jill veut le voir heureux. Elle voit le voir se reconstruire quand bien même le chemin est sinueux.
— J’ai réservé une table dans notre restaurant favori.
Comme avant. Comme quand le temps filait dans les dédales du bonheur.
Celui où le monde semblait simple.
Celui où on se battait pas contre nos démons.

_________________
oublier ces heures qui tuaient parfois à coups de pourquoi le cœur du bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 171
- since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: high hopes @ (the walsh)   Jeu 20 Sep - 17:03


≈ ≈ ≈
{  Bent or broken it's the family tree
Each branch a part of a part of me. }
crédit/ tumblrrain perry.

Depuis plusieurs jours, Layton évitait soigneusement sa soeur. Il filtrait ses appels et trouvait une excuse pour ne pas la voir. Il ne s’attendait pourtant pas à ce qu’elle décide d’aller au poste de police pour aller le voir. Apparemment, elle était encore capable de le surprendre. En effet, alors qu’il était plongé dans un dossier elle arriva avec un grand sourire dans l’idée de le kidnapper pour aller dans leur restaurant favori. Layton l’a regardait surpris et tentait de cacher ses émotions. Layton avait eu la mauvaise surprise de découvrir que sa petite soeur fréquentait encore son “ami” si on pouvait le qualifier ainsi. L’homme qui lui avait fait plus de mal que n’importe qui, qui n’avait pas été présent lorsqu’elle avait failli mourir.  Elle avait encore une fois été assez naïve pour pardonner et écouter les excuses à deux balles de ce connard de Rhys. Cela le rendait dingue, mais il préférait encore éviter sa soeur plutôt que de partir très en colère. La jeune femme se pensait sans doute discrète, mais fréquenter les mêmes endroits que son frère n’aidait pas à maintenir son petit secret. Il n’en revenait pas qu’elle soit toujours proche de Rhys après tout ce qu’il avait fait. Il pensait qu’ils étaient sur la même longueur d’ondes, mais apparemment il avait eu tort. Ce qui le décevait le plus c’est qu’il pensait réellement être plus proche de sa soeur notamment depuis la mort de son fiancée. Il pensait avoir trouvé une personne qui le comprendrait, qui  serait comme lui, mais il en doutait fortement désormais. Il savait qu’elle avait beaucoup aimé son fiancé, mais Layton pensait qu’elle ne l’avait pas aimé comme elle aimait Rhys et cela lui faisait du mal. Layton ne pouvait pas s’identifier à sa soeur parce que sa défunte femme était la femme de sa vie, son âme soeur. Il avait cru crever de douleur en la perdant et souvent au cours des premiers mois il avait eu envie de se servir de son arme de service pour abréger ses souffrances. Alors bien sûr qu’il ne voulait pas qu’elle souffre autant que lui, mais il aurait aimé qu’elle respecte davantage la mémoire de son défunt fiancé. Au fond, Layton savait que cela ne le regardait pas, que c’était sans doute très compliqué, mais peu importe il était trop en colère pour y voir clair. Il se sentait presque comme trahis et il n’avait qu’une envie celle de fracasser le petit crâne de cet enfoiré de Rhys.  — Notre restaurant favori ? C’est drôle je pensais que c’était celui de Rhys et toi, mais j’ai dû me tromper. Lui fit remarquer Layton. Il ne voulait pas faire un scandale ici alors il la pris doucement par le bras avant de l’emmener dans une salle à l’abri des regards. Il n’avait aucune envie que tout le monde entende une dispute et c’est sûrement ce qui allait arriver. Il ferma la porte et la regarda difficilement. Il ne savait vraiment plus comment faire avec elle. Il voulait protéger sa petite soeur, il l’avait toujours voulu, mais il n’y arrivait pas. Elle continuait de faire encore et toujours les même erreurs. — Tu n’aurais pas quelque chose à me dire ? Lui demanda le beau brun d’un ton agacé. Il espérait qu’elle avait une bonne explication, mais il en doutait fortement. Elle avait sans doute encore craqué pour ses beaux yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 549
- since : 30/07/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: high hopes @ (the walsh)   Ven 21 Sep - 19:56

Jillian sent son corps se tendre. Ses muscles se contractent et sa respiration omet un mouvement. Ses yeux clairs ne peuvent s’empêcher de briller en l’espace de quelques secondes. Ces secondes infimes où son aîné entame la discussion. Les mots crachés comme un venin qui s’infiltre dans ses veines. Il est au courant. Il a surpris sa soeur et Rhys. Un concours de circonstances sans doute qui vient de créer le chaos chez l’avocate. Cette dernière relâche l’étreinte de ses phalanges graciles sur sa veste. Le morceau tissu tombe au sol et elle se recule. Elle force la distance à s’imposer avec son frère. Et ça lui fend le coeur. Ça la détruit. C’est comme une plongée dans les années passées. C’est comme une bande vidéo qui ne cesse de tourner. Les tensions qui se réaniment. Entre eux, ça a été compliqué. Lui, grand frère sur-protecteur. Elle, petite-soeur trop caractérielle. Alors, ils se disputaient souvent. Et c’est dans les bras de Teddy que la blonde partait se réfugier. Avec le décès de Soren, les choses ont réussi à s’arranger.
Sauf qu’à présent, l’enfer dévore le paradis.
Le voile blanc devient une ombre noire qui pèse sur leurs épaules.
Jillian lâche un soupire en s’adossant au mur. Il veut des détails. Sauf que les détails ne servent à rien. Il a décidé de se faire sa propre opinion. Il a décidé de laisser sa colère prendre le pas sur le reste. Jill peut le comprendre. Parce qu’il a souffert comme les autres membres de sa famille à la mort de Soren. Lorsqu’il a vu sa soeur étendue, inerte dans ce lit d’hôpital. Quand il a eu la sensation de perdre une seconde personne essentielle à sa vie. Mais ça n’excuse pas son comportement. Ça ne lui donne pas l’autorisation de la juger. Elle n’est pas parfaite l’avocate. Elle n’a pas la prétention de l’être. Elle aurait aimé être assez forte pour ne pas craquer. Pour ne pas autoriser Rhys à revenir dans son existence. Le gifler une bonne fois pour toute et lui ordonner de partir. Encore. Pour ne pas revenir cette fois-ci. Comme si chaque retour serait plus douloureux que le précédent.
Mais ça a été impossible. Parce que ses sentiments sont plus forts que le reste. Et ça n’a rien à voir avec Soren. Ni même son deuil inachevé. Elle a aimé le médecin. Une part de son être continuera de l’aimer. Avec ou sans la présence de l’animateur radio. Et elle ne laissera personne remettre en cause ses sentiments. Elle a voulu mourir en le perdant. Elle a voulu mourir en les perdant. Une perte trop intense. Une perte trop douloureuse pour la tenir éveillée.
— A quoi bon Layton ? Visiblement, tu as choisi de tirer les conclusions tout seul.
Il n’a pas écrit. Il n’a pas essayé de l’appeler pour en discuter. Il a préféré se renfrogner. Il a préféré jouer au con en évitant sa soeur comme la peste. Et ça rend Jillian folle de rage. Ce ne sont plus des enfants. Ni même des adolescents. Ce sont des adultes et ils feraient mieux de mettre cartes sur table. Elle croise les bras contre sa poitrine et laisse un soupire filtrer de ses pulpes rougies.
— Comme d’habitude. C’est tout le temps comme ça avec toi. Depuis que Rhys a passé le seuil de notre porte alors que c’était qu’un gamin, tu as décidé de le haïr. Et je suis sure qu’à choisir, c’est lui que tu aurais voulu voir dans ce cercueil.
Les mots sont amers. Ils bousillent l’avocate de l’intérieur. Elle n’a pas envie de se disputer avec son aîné et pourtant c’est exactement ce qui se produit. Alors elle pointe du doigt le pire. Ce cercueil où la dépouille de Soren reposait. Ce cercueil auquel elle s’est accrochée, les yeux gorgés de larmes. Ce cercueil qu’elle a maudit. Parce qu’il renfermait l’être aimé. Parce qu’il rendait l’instant terriblement réel. Ses paroles dépassent ses pensées mais Jill est comme ça. Impulsive, sanguine et incapable de gérer tout ce qui est en train de se passer.
— Il est revenu. Je m’y attendais pas. Il voulait qu’on se voit. Et moi, j’avais besoin d’avoir des réponses. J’avais besoin de comprendre. J’avais besoin qu’on s’explique. J’en pouvais plus de vivre dans l’ombre de notre relation. C’est Rhys. Et vous savez tous que mes sentiments peuvent pas s’envoler comme ça, putain.
Teddy le sait même s’il ne l’accepte pas. Son père le sait même s’il voudrait tordre le cou de l’intéressé. La seule personne qui tend à la soutenir, c’est sa mère. Parce qu’elle a toujours su à quel point Jillian pouvait être amoureuse. À quel point leur relation était forte, torturée et passionnée. Même avec Soren dans les parages. Même avec cette bague au doigt. Jillian n’a pas cherché à mentir. Elle n’a pas fait semblant d’aimer son fiancé. C’était réel. C’était beau. Et ce dernier était au courant de tout. Une seule question avait suffit à lui faire comprendre la triste réalité. Le fantôme de Rhys planerait quoiqu’il arrive.
— Alors ne fais pas ça Lay. Ne me regarde pas comme si j’étais un monstre.
Et sa voix se brise.
Et ses yeux sont pris d’assaut par des larmes amères.

_________________
oublier ces heures qui tuaient parfois à coups de pourquoi le cœur du bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 171
- since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: high hopes @ (the walsh)   Sam 22 Sep - 15:12

Layton avait été présent pour sa soeur, à sa manière à chaque fois que Rhys la décevait, à chaque fois qu’il ne se comportait pas comme un homme. De près ou de loin, adroitement ou maladroitement il avait tenté d’être présent pour elle. Il n’en pouvait plus de la revoir refaire les mêmes erreurs encore et encore et d’attendre un résultat différent. Forcément, sa petite soeur n’appréciait pas ses remarques et elle montait rapidement sur ses grands chevaux comme pour justifier le fait qu’elle avait été pris en flagrant délit. Elle tentait de retourner la situation et de faire de lui le méchant de l’histoire. — Alors si je tire des conclusions hâtives, tu as tiré une croix sur lui et tu ne vas pas le revoir ? Lui demanda Layton du tac o tac. Face au silence de la jeune femme il sentit son coeur se serrer. Il avait raison, elle n’y arrivait vraiment pas. Elle serait toujours prisonnière de lui d’une certaine manière. — C’est bizarre je sens que ton silence en dit long. Rajouta-t-il d’un ton sarcastique. Il n’aimait pas ce qu’elle faisait ressortir de lui cependant, c’est elle qui lui avait reproché de tirer des conclusions trop rapidement. Layton ne supportait plus ce cercle vicieux dans lequel elle se trouvait. Il ne pouvait pas l’aider puisqu’elle n’était pas décidée. Rhys était pour elle comme une drogue dont elle ne pouvait pas se passer. C’était difficile à regarder et surtout sans rien faire. Layton n’avait jamais été quelqu’un de passif et elle le savait. Il n’allait pas commencer aujourd’hui. — Tu ne peux pas te passer de lui et tu n’as jamais pu. Lui rappela Layton. Les mots de la jeune femme le blessaient surtout lorsqu’elle disait qu’à choisir il aurait voulu le voir dans ce cercueil. Il n’en revenait pas qu’elle parle ainsi. Layton avait eu raison depuis le début sur Rhys et même si elle le savait elle préférait faire de lui le mauvais de l’histoire. Si cela l’amusait de réécrire l’histoire il ne pourrait rien faire pour elle. — Tu es dégueulasse de dire ça. J’ai fait de mon mieux pour le tolérer au fil des années. Ce n'est pas de ma faute si finalement il s’est révélé être le lâche que je pensais ! Lui rétorqua le beau brun. Il voulait qu’elle prenne conscience de tout ce qu’il avait fait et qu’elle cesse de tout oublier pour ses beaux yeux. Même si elle savait qu’il avait déconné et que c’était quasiment impardonnable elle préférait l’écouter et essayer de fermer les yeux parce qu’elle ne pouvait pas vivre sans lui. La fin de la phrase de sa soeur le toucha particulièrement. Elle parlait de ses sentiments qui ne pouvaient pas s’envoler ainsi. Cela lui donnait presque un haut de coeur. Elle parlait de lui avec un tel amour même si elle refusait de le dire. On aurait presque dit qu’elle parlait de lui comme de l’homme de sa vie. — Bordel on a à peine enterré ton fiancé et tu parles de sentiment pour Rhys ? Lâcha-t-il avant de se tourner et de serrer ses poings. Il se rendait compte qu’il ne comprendrait sans doute jamais sa petite soeur. En effet, il aurait pensé qu’elle aurait parlé de son fiancé ainsi, mais ce n’était pas le cas. Il était déçu par le comportement de sa soeur parce qu’il s’était senti proche d’elle d’une certaine manière lors de la mort de son fiancé. Finalement il se rendait compte qu’elle ne pouvait pas le comprendre comme il le pensait. Elle était triste, elle portait un deuil, mais pas comme lui. Il savait que c’était injuste pour elle de penser ainsi, mais il ne pouvait pas expliquer ce sentiment. — Je pensais que toi et moi on se ressemblait pour une fois, je pensais que tu me comprenais et finalement je vois que non. Lui confia Layton. Il préférait lui dire directement ce qu’il avait sur le coeur, il n’avait aucune envie de garder sa rancoeur pour lui. Au moins tout serait dit. De toute façon, il n’imaginait pas que la conversation pourrait bien se finir. — Je sais que nos situations sont différentes, que le deuil est différent d’une personne à l’autre mais je te comprends pas Jill je suis désolé. J’aimerais vraiment te comprendre, mais j’y arrive pas. Rajouta-t-il. Il lui tendait presque une perche pour qu’elle lui explique, mais il savait que cela serait vain. Elle ne pourrait pas justifier son amour pour Rhys, elle n’a jamais pu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 549
- since : 30/07/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: high hopes @ (the walsh)   Dim 23 Sep - 19:19

La cage thoracique de Jill se soulève au détour de mouvements anarchiques. Le galbe de la colère qui se déverse dans sa chaire. Une rage lancinante qui prend source à chaque fois que ses yeux émeraudes croisent ceux de son frère. Elle ne dit plus rien. Les mots aux abonnés absents. Les mots trop douloureux pour sortir. Ils préfèrent danser le long de son palais, d’une manière anonyme et silencieuse. Ses poings se serrent à mesure du discours de Layton. Et tout ce qu’il dit résonne comme des lames assassines. Des coups qu’elle encaisse. Elle veut lui demander de se taire, mais c’est impossible. Il est trop déterminé à cracher son venin. À étaler des aprioris et des remarques absurdes.  Il n’a aucune idée de ce qui trame dans le coeur de Jill. Il n’a aucune idée de ce qui peut se passer entre elle et Rhys. Il n’a aucune idée à quel point elle peut l’avoir dans la peau.
La gorge serrée, les yeux imbibés de larmes, la blonde replace une mèche de sa chevelure. Et lorsqu’il termine son discours, un long silence s’en suit. Un silence pesant. Un silence à la hauteur de la déception de Jill. Elle est venue ici pleine de bonnes intentions. Mais tout s’écroule comme un château de cartes. Sa silhouette se déplace vers cette fenêtre, où ses phalanges fines s’apposent. Elles tracent des formes anodines et ravale les perles salées sur sa joue. Elle repense aux mots de son frère. Elle n’a pas trahi Soren. Elle ne l’a pas trompé. Elle été honnête avec lorsqu’il lui a posé la question fatidique. Elle n’a pas cherché à rattraper Rhys après leur baiser sur ce porche inondé par la pluie. Elle n’a pas annulé son mariage en pensant que cet instant venait d’en sceller un autre. Alors ses reproches, elle s’en contre fiche. Elle pince ses lèvres. Une moue contrariée venant prendre l’empreinte de ses traits. La blonde se retourne vers son frère.
Le coeur lourd. Le coeur assassin.
Sa respiration est saccadée, rythmée par l’écho de ses larmes.
— Soren a été enterré y a un an. Une putain d’année à ne plus vivre, à ne plus sortir et à me plonger tête baissée dans mon boulot. À t’entendre, j’ai été une vraie salope en ouvrant mes cuisses à tout Brighton.
Elle s’est interdit de vivre Jillian. Elle a refusé toutes les sorties proposées. Elle préférait s’enfermer dans son appartement, comptant sur la présence de sa meilleure amie, de sa famille. Elle bossait durant des nuits entières pour ne pas s’endormir, pour ne pas refaire le même cauchemar. Pour ne pas revoir les même images. Ces deux hommes en uniformes. L’aveu funeste quittant leurs bouches. Les roses blanches sur un parterre de cendres. Les larmes. La rage. Elle a refusé les avances de plusieurs hommes. Parce qu’elle n’en avait pas envie. Parce que le souvenir de Soren venait l’asphyxier sur place. Parce que son absence et celle de Rhys devenaient un étau autour de sa gorge.
— Je te parle pas d’un inconnu. Je te parle de Rhys. Je te parle du type dont je suis tombée amoureuse l’année de mes quinze ans. Tu me fileras pas le mauvais rôle pour défendre tes arguments à la con.
Elle a aimé Soren, avec toute la sincérité possible. Elle s’est donnée corps et âme dans leur relation. Encore plus en prononçant ce oui, gage d’une union qui aurait scellé sa vie. Et elle lui a tristement avoué l’importance qu’avait Rhys. Elle lui a avoué d’une voix brisée l’impact qu’il incarnait et la place qu’il ne pourrait pas perdre. Son fiancé semblait avoir compris. Du moins, c’est ce que Jill se disait. Ça l’empêchait pas de culpabiliser. Ça l’empêchait pas de se répéter cent fois qu’il méritait mieux qu’une nana au coeur prisonnier d’un autre.
— Mais tu as raison sur un point, on se comprend pas. Et on y arrivera jamais. Pas avec un tel manque de tolérance de ta part. Sa voix se brise. Comme les espoirs de voir leur relation s’arranger. Comme les espoirs de réaliser qu’ils pouvaient enfin s’entendre et devenir complices. Même si la mort avait entaché leur existence. Même si la mort avait dû déposer son empreinte pour les rapprocher. Elle s’adosse au mur, éreintée par toutes ces conneries. Sa bouche se paralyse par toute la rage qui déborde. Et ses yeux se ferment durant de courtes secondes. Une accalmie où elle s’imagine une vie différente. Une vie où elle n’aurait pas été en proie à tant de démons. Une vie où son coeur aurait appartenu à Rhys dès le départ. — J’ai pleuré Soren. Chaque minute. Chaque seconde. Y a pas une heure qui passe sans que j’y pense et sans que je me demande pourquoi c’est lui qui est mort et pas un autre.
Ce champ de bataille. Ces corps qui tombent. Ces détonations. Cette misère. Ce sang qui coule. Jillian y pense souvent. Lorsqu’elle croise des militaires. Lorsqu’elle revoit les clichés de son fiancé. Lorsqu’elle regarde les informations à la télévision.
Elle n’a pas prémédité le retour de Rhys. Elle pensait même que ça n’arriverait plus.
—  Je vais même pas chercher à le défendre parce que tu veux pas comprendre. Les sentiments ne se contrôlent pas. Même s’il a des défauts. Même s’il m’a fait souffrir. Même s’il est à coté de la plaque. Il est là. Au creux de mon ventre. Je peux pas l’effacer. Je peux pas ne pas prendre le risque de voir ce qui se passerait cette fois-ci. Je suis peut-être naïve mais ça signifie pas que Soren disparaît de ma mémoire.
Parce que Rhys incarne un risque. Celui de souffrir. Celui d’être blessée un peu plus. Celui de tomber plus bas que terre. Celui d’avoir envie de mourir. Celui d’être déçue une énième fois. Mais c’est un risque que Jill veut prendre. Malgré les potentielles conséquences.
Elle l’aime trop pour le laisser filer. Elle l’aime trop pour empêcher son coeur de lui appartenir. Quelques heures. Quelques mois. Quelques années. Elle n’en sait rien. Et ça lui est égal tant qu’ils sont ensemble. Et elle voudrait que Layton comprenne. Malgré ses inquiétudes. Malgré son envie de la protéger.

_________________
oublier ces heures qui tuaient parfois à coups de pourquoi le cœur du bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 171
- since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: high hopes @ (the walsh)   Mer 3 Oct - 18:40

Un long silence pesant prend place lorsque Layton clôt son discours. Il se doute qu’elle a besoin de quelques secondes, de quelques minutes pour intégrer l’ensemble de ses informations. Il se doute également qu’elle ne va pas se laisser faire aussi facilement, elle va répliquer et la situation risque de mal tourné. Les larmes de sa soeur ne le laissent pas indifférent, mais il ne peut pas cacher sa façon de penser simplement pour ne pas lui faire du mal. Elle ne semble pas se rendre compte que lui aussi souffre de la situation parce qu’il ne peut rien faire. Il la voit encore et encore faire la même erreur. Il la ramasse encore et encore à la petite cuillère lorsque Rhys ne se révèle pas à la hauteur. Layton n’était pas étonné de voir Jillian extrapolée ce qu’il venait de dire. Elle allait à l’extrême comme pour le faire culpabiliser d’oser lui dire que son fiancé était à peine enterré qu’elle se rapprochait déjà de Rhys. Il n’avait en aucun dit qu’elle était une salope avec toute la ville, mais si elle voulait en rajouter une couche il la laisserait faire. Cela montrait bien qu’elle ne voulait pas voir la vérité en face. Jillian passe la vitesse supérieure en mentionnant clairement Rhys. Elle venait de lui prouver qu’elle revenait toujours vers lui tout simplement parce qu’elle était tombée amoureuse de lui à ses quinze ans. Layton était donc d’autant plus certain de ses arguments à la con comme elle le disait. Rhys était le grand gagnant même face au souvenir de son fiancé. Il ne comprenait pas ce point de vue, mais elle avait toujours été comme hypnotisée par ce connard et il n’y pouvait rien. C’est lorsque Jillian le tacla d’intolérant qu’il décida de répliquer et de dire ce qu’il pensait. — Je suis peut-être intolérant, mais tu es naïve ou folle je ne sais pas. Lâcha-t-il. Il savait qu’elle allait sûrement vouloir le gifler, mais tant pis. Il allait lui dire ce qu’il pensait. — Comment est-ce que tu appelles autrement ton comportement ? Tu fais la même chose encore et encore avec Rhys et tu attends un résultat différent, mais ça n'arrive jamais. C'est pourtant la définition de la folie. Rajouta-t-il comme pour justifier ce qu’il venait de dire. Il voulait qu’elle se mette dans la tête que Rhys ne changerait jamais, qu’il ne deviendrait jamais l’homme qu’elle attendait. Il en était incapable à l’époque et encore aujourd’hui. Il en avait assez d’assister à ce carnage à chaque fois. Layton la croyait lorsqu’elle disait qu’elle avait pleuré Soren et qu’elle ne comprenait pas pourquoi c’était lui qui était mort, mais cela n’empêchait le fait que finalement peut-être qu’elle n’aurait pas fini sa vie avec lui s’il n’était pas mort. Rhys était peut-être malheureusement son grand amour. Qu’il le veuille ou non elle risquait de finir avec lui. Jillian continuait en lui expliquant qu’elle ne contrôlait pas ses sentiments malgré ses défauts et ses erreurs. Elle l’avait dans la peau et cela le rendait malade. Elle lâcha ensuite ses intentions. Elle comptait une fois de plus prendre le risque de souffrir. Il ne pu s’empêcher de mettre sa tête entre ses mains. C’était beaucoup trop pour lui. — Qu'est-ce que tu attends de moi ? Que je te donne ma bénédiction ? Vas-y dis-moi ? Lui demanda Layton. Il était curieux de savoir ce qu’elle allait lui répondre. Il ne savait vraiment pas ce qu’elle attendait de lui. — Je suis censé te regarder faire la pire erreur de ta vie ? Je suis censé fermer ma gueule comme les autres ? Désolé je peux pas, pas quand c'est ma petite sœur qui se fait avoir encore et encore par un sacré connard. Continua le jeune homme. Layton savait qu’il allait jouer le méchant de l’histoire, mais il ne pouvait pas rester assis sans rien faire. Il était en train de perdre patience parce qu’il assistait impuissant à une scène qu’il avait déjà vu. Il ne supportait plus l’idée qu’elle se fasse avoir. Elle était en train d’oublier l’ensemble de ses erreurs et cela lui faisait perdre pied. — Bordel il était ou quand tu étais blessée ? Quand Soren est mort ? Et s'il y avait que ça ...  Il n'est jamais la durant les moments importants. Il grandira jamais, il deviendra JAMAIS l'homme dont tu as besoin et que tu mérites. Lui demanda Layton tout en tapant du poing sur la table. Il voulait qu’elle se rappelle de toutes ces choses. Il voulait qu’elle ouvre les yeux même s’il avait peu d’espoir. Il savait qu’il tentait le tout pour le tout, mais il sentait qu’il n’avait rien à perdre. Il l’avait déjà sans doute perdu pour de bon au profit de ce connard. — Tu peux me détester pour ne pas te donner la bénédiction, pour te dire tout ça. Je l'accepte. Je préfère que tu me détestes plutôt que d'être un hypocrite. C'est si dégueulasse que ça de pas avoir envie de te retrouver le cœur brisé à nouveau ? Lui demanda Layton. Elle avait beau ne pas le comprendre elle ne pouvait pas lui en vouloir de vouloir la protéger même si c’était idiot ou maladroit de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: high hopes @ (the walsh)   

Revenir en haut Aller en bas
 
high hopes @ (the walsh)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Brent - High hopes, when you let it go, go out and start again
» Haiti has high hopes for jobs at new industrial park
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Jeu de pirates : Legend of the high seas ?
» Sennar Walsh Cavalier d'Hazufel ; Arthur Cavalier de Kita ; Flynn Rider Cavalier de Waterloo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: