AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 soaring as you fall (edgar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: soaring as you fall (edgar)   Ven 14 Sep - 23:32


soaring as you fall
spencer & edgar


✻✻✻
Spencer n’était pas une figure emblématique de la station de police. Il ne s’était jamais vanté de sortir du lot parmi ses collègues au-delà du statut hiérarchique qu’il pouvait exercer sur certains, et ne se démarquait pas non plus par son humour ou tout autre trait de caractère qui pousserait les autres à chercher activement sa compagnie en dehors des missions. Spencer était à la frontière entre retenue professionnelle et recherche instinctive d’une certaine forme de camaraderie. Ce n’est pas tant qu’il cherchait à se faire des amis; mais Spencer savait reconnaître le bénéfice d’un environnement de travail sain. Tout cela pour dire, qu’on lui prêtait une attention quelconque en dehors du service qu’il dirigeait et qu’aucun de ses collègues ne pouvait s’aventurer à reconnaître tous ses travers. A commencer par la hantise abjecte qu’il éprouvait pour l’un des leurs: Edgar Smith. Sans doute le nom le plus banal du vocabulaire anglophone, et une personnalité qui l’était tout autant selon lui. S’il n’était évidemment pas objectif, Spencer avait bien du mal à le voir sous la même lumière que la plupart de ses supérieurs. Lorsqu’Edgar lui avait volé sa place – ni plus ni moins – il y a plusieurs années de cela, Spencer n’avait rien pu dire : avec plus de galons et un historique professionnel impeccable, verbaliser son mécontentement ne lui aurait rien apporté de bon si ce n’est une étiquette amère et jalouse, et des discours railleurs derrière son dos. Si Spencer avait mal supporté cet échec, il aurait encore moins supporté de voir son image se ternir. Car il n’en gardait pas moins un profil respectable. Un bon flic, un bon enquêteur, un bon chef. Ses casseroles et ses erreurs il les assumaient; preuves concrètes d’un parcours de persévérance. Bon, mais juste pas assez. Peut-être l’histoire de sa vie. Ça l’avait bouffé sur le moment, et ça le bouffait encore aujourd’hui. Quelque chose de sourd et de vicieux qui faisait son temps, rassemblant ses armes dans la plus grande des patiences. Et Spencer était à peu près sûr qu’aucun de ses collègues n’avait jamais découvert l’ampleur de sa rancune envers Edgar. Le principal intéressé? Encore moins. C’est sans doute pour ça qu’il pouvait se permettre de l’observer à loisir, de se renseigner discrètement sur lui, et même d’aller à la source sans craindre la moindre suspicion. Et c’était la période ou jamais, car les démons que Spencer lui avait soupçonné d’avoir semblaient faire surface. Il n’était pas au top de sa forme le Smith. Il n’avait pas l'air d'avoir l’esprit vif et la moindre parcelle de son attention dédiée à sa tâche. L’enquête qu’on lui avait confié et sur laquelle Edgar s’acharnait depuis des mois? Spencer souhaitait lui arracher des mains, et tant pis s’il fallait casser quelques phalanges au passage : il était persuadé qu‘il était capable de faire un meilleur boulot que lui. Mieux, il le méritait.  « Ça avance ton enquête? ». Nonchalant, il s’était approché du bureau de Smith. Une demande inoffensive et polie de la part d’un collègue de la brigade des mineurs; à des années du lumière du crime organisé. Dis-le moi, souhaitait-il demander. Toutes les choses que tu as inévitablement dû apprendre lors de tes nombreuses visites au Red Velvet. Une autre manière de lui dire qu’il observait, et qu’un jour, il allait tomber.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edgar Smith

vilified, crucified, in the human frame

- paper notes : 1001
- since : 24/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #221, west side.
contact book:
availability: logan, cecil.

MessageSujet: Re: soaring as you fall (edgar)   Lun 17 Sep - 16:18

La lassitude qui s’accumule sur ses traits, en plus de la fatigue. Éreinté jusque dans l’âme, Edgar se noie un peu plus dans l’alcool et dans un bourbier infâme – dans son enquête qui traîne et dans ses erreurs qu’il accumule plus que de raison. Un travail qui lui prend trop de temps. Un job qui lui boulotte la vie et les neurones. Une vie personnelle absente, quand elle n’est pas fracassante. Une nouvelle qu’il a apprise, la veille. Une nouvelle qui est tombée avec la même férocité qu’une guillotine pour le décapiter – mais sa tête, elle pend encore. Sa tête, elle est toujours accrochée à ses épaules bien qu’il s’imagine parfois qu’elle ne le soit plus. La danseuse, Logan, enceinte. Une vérité qu’il n’a même pas cherché réfuter. À quoi bon lutter contre l’évidence ? Au fond de lui, il le savait. Il s’en doutait depuis ce soir-là. Ce soir funeste où son enquête a volé en éclats. Mille morceaux éparpillés qu’une autre femme a ramassé. Mille autres morceaux qu’elle a oublié quelque part entre un paquet de cigarettes et une bouteille de vodka.
C’est par la force de l’habitude qu’Edgar traîne aux bureaux. Toujours à l’heure, quand il n’est pas en avance – ce qui arrive souvent. Trop souvent au goût de certains collègues, trop souvent aux yeux du chef. Une santé physique qui se mine d’une fatigue incommensurable et une santé mentale qui se pave tranquillement d’un burn-out. Edgar, il se noie simplement un peu plus dans son travail. Quinze heures par jour, aux bureaux. Le reste, chez lui. À dormir, parfois. À boire, surtout. Une habitude dont il ne se rend même plus compte, depuis le temps. Il ne se souvient même plus quand elle a commencé – un an, deux ans, trois ans plus tôt ? Quelques verres, d’abord. Des bouteilles, ensuite. Quelques centilitres qui se muent en litres. Assis dans son fauteuil, un stylo en main et de la paperasse sous les yeux, il fait le vide. Il raye ensuite la mention d’une jeune femme – une danseuse – qui a mystérieusement disparue. Un mensonge, une fausse piste. Et puis l’étonnement qui s’esquisse sur ses traits dans la forme d’un sourcil qui se arque et de son menton qui s’appuie sur le dos de sa main. Hayes. Une trogne qu’il reconnaît et qu’il croise souvent sans pour autant lui adresser la parole. À quoi bon ? Deux flics, mais deux brigades différentes. L’un, en uniforme. L’autre, sans. Sa question, curieuse, incisive et directe. Une surprise, en vérité ; ce type-là est à l’opposé de ceux qu’il s’imagine être intéressé par le réseau de prostitution qui se dissimule derrière les capitons veloutés du Red Velvet. Un réseau qui devient de plus en plus réel sans qu’il n’arrive à avoir les preuves qu’il faut pour qu’une descente de flics soit organisée. « À ma connaissance, aucune des danseuses n’est mineure, Hayes. » Un soupçon de mépris, peut-être. Edgar ne cherche pas à le cacher non plus – il est trop fatigué pour se soucier de la bienséance. Trop claqué pour s’ordonner à respecter ses pairs alors qu’il crève d’envie qu’on le laisse tranquille. Pourtant, il lâche un morceau. Peut-être parce qu’il n’a plus rien à perdre, au fond. « Mais si tu veux tout savoir, disons simplement que ça n’avance pas aussi bien que je le souhaiterais. »

_________________
— i couldn't see you when you were there. and now that you're gone, i see you everywhere.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
soaring as you fall (edgar)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]
» « why do we fall ? » ◊ ANGEL.
» Fall Out Boy
» WHY DO WE FALL ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: