AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — the emptiness within.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

⋅ paper notes : 156
⋅ since : 14/06/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (off)

MessageSujet: — the emptiness within.   Mar 11 Sep 2018 - 21:54


- illusion is needed to disguise the emptiness within -
layton walsh x cordelia bates

Outfit // Cordelia ne pouvait détacher son regard du chaos qui régnait tout autour d’elle, un méandre de croquis, d’échantillons et de paperasses diverses se retrouvant pêle-mêle sur le sol des locaux de son entreprise.  Du mobilier avait été renversé, des effets personnels abimés, et quelques tiroirs, délogés de leur compartiment. Elle naviguait en eau trouble, ses pas se faisant prudent alors qu’elle se promenait parmi les décombres de cette tempête qui avait frappé sans prévenir, au revers de la nuit. Ses mains tremblaient, alors que du bout des doigts, elle cherchait réconfort dans les mots de son mari. Après tout, ils étaient ensemble pour le meilleur et le pire. Et ce matin-là s’affichait dans cette seconde promesse, alors que son palpitant se tordait dans son estomac devant l’ampleur des dégâts. Des mois de travail, des dizaines d’heures d’essais et d’erreurs, bousillés en une fraction de moment. Si elle avait espoir de pouvoir rescapés certains de ses projets, la presque entièreté de son dur labeur serait à recommencer. Elle perdrait des contrats, elle causerait des délais pour sa clientèle et ses entrepreneurs. Avaeta Design était en plus essor, tout ça ne pouvait pas tomber à un pire moment dans sa carrière. S’installant sur une chaîne qui trônait au milieu de ce désordre, son téléphone collé à son oreille, elle racontait d’une voix débitée ses petits malheurs à la répartitrice au bout du fil. L’une de ses mains se perdit dans sa blonde chevelure alors que ses coudes reposaient sur le haut de ses cuisses, ses lèvres laissant s’échapper un soupir las, synonyme de ses états. Les policiers ne tarderaient pas à venir investiguer, qu’on lui mentionna, il ne lui restait donc plus qu’à attendre. Figée, la jeune femme n’osa pas s’aventurer plus en profondeur dans les locaux de l’entreprise, par crainte de ce qu’elle pourrait y retrouver. Pas toute seule. Pas alors que quelqu’un pouvait toujours s’y cacher. Elle guettait la porte d’entrée d’un œil avisé, sa main cramponné à son portable, même si en cas de nécessité, le pauvre appareil téléphonique n’y pourrait rien pour la sauver. Deux silhouettes finisent par apparaître dans l’entrebâillement de la porte, des hommes dont l’uniforme ne laissait aucun doute sur leur profession. Elle se leva pour aller à leur rencontre, affichant une confiance qu'elle feignait sans grande conviction. – C’est moi qui vous ai téléphoné, merci d’être venu si rapidement. Et elle tend la main vers les nouveaux venus, avec cette impression malaisante de se jeter dans la gueule du loup.

_________________

    --- ( noemi keene )
    learn me slowly, please, be patient with my pages. i am a poem in progress, a tangle of words in search of meaning.


Dernière édition par Cordelia Bates le Mar 6 Nov 2018 - 21:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 172
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — the emptiness within.   Ven 14 Sep 2018 - 17:20


≈ ≈ ≈
{  A thousand pieces on the floor so I can chase the fireflies
I face the pain, it’s beautiful, I don’t have to run anymore. }
crédit/ tumblrmarina kaye.

Layton avait été bipé au travail afin de prendre la déposition d’une jeune femme qui avait subit un vol. Il n’avait pas vraiment plus d’éléments, mais comme il était disponible on l’envoya sur le terrain avec son coéquipier. Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent à l’adresse donnée et Layton sonna à la porte. Lorsque la jeune femme ouvrit la porte, Layton eut l’impression de se prendre une gifle en pleine figure. Son visage, la forme de ses yeux, l’expression avec laquelle elle s’adressait à eux, tout lui rappelait les fantômes de son passé. Il en eut des frissons jusque dans sa nuque. Layton était face à une jeune femme qui ressemblait à s’y m’éprendre à sa défunte femme. C’était la première fois qu’il ressentait une telle sensation de déjà-vu. Il en resta sans voix pendant quelques secondes. C’est pour cela que ce fut son partenaire qui se jeta en premier dans la gueule du loup en entrant. Il le suivit alors discrètement en essayant de se ressaisir. Dans un premier temps, Layton laisse son partenaire mener l’entretien avec la jeune femme. Il était mal à l’aise par la présence de la jeune femme. Il ne savait absolument pas comment se comporter. Malheureusement à peine la jeune femme avait-elle commencé à parler que son collègue reçut un appel important du commissariat. Il lui lança alors : « Je te laisse prendre le relai. » Layton n’eut le temps de répondre qu’il avait déjà quitté la pièce, le laissant seul avec la jeune femme.Il se connaissait assez pour savoir qu’il risquait pour la faire fuir, de laisser sortir son mauvais côté en lui parlant et il n’en avait pas forcément envie. Elle n’avait rien fait de mal, son seul crime était de lui faire penser à sa défunte femme. Layton avait envie de creuser un trou et de s’enterrer dedans, mais malheureusement il ne pouvait pas. Il espérait vraiment qu’elle n’allait pas se rendre compte de la façon dont il l’a regardait et du malaise ambiant. « Je voulais continuer à me raconter les évènements. » Lui répondit Layton après un silence gênant. Il se doutait pour autant, qu’elle risquait de lui poser des questions sur la façon dont il l’a regardait à un moment ou à un autre. Elle devait le prendre pour un rustre, il s’en rendait compte, mais rien de la voir, de la regarder lui retournait déjà l’estomac, alors lui parler il n’imaginait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 156
⋅ since : 14/06/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (off)

MessageSujet: Re: — the emptiness within.   Mar 6 Nov 2018 - 22:02

Une certaine détresse pouvait se lire dans son regard, mais Cordelia tentait, tant bien que mal, de garder la tête haute malgré la dure défaite qu’elle venait d’encaisser. Quelqu’un avait détruit ce qu’elle avait tant mit de temps à construire. Un être sans scrupule, un inconscient, qui ne pouvait pas comprendre les pertes qu’elle devrait désormais assumée. Les nombreuses heures de travail acharné qui devenaient poussières. L’arrivée des policiers auraient dû la rassurer, aurait dû lui donner ce sentiment de confiance que ces malheurs allaient s’arranger. Mais elle fut plutôt confrontée à l’infâme vérité, forcée d’énumérer les dégâts, trop abondants, causés par l’incident à l’un de deux agents de la paix. Et alors qu’elle se livre à ce regrettable exercice, la sonnerie stridente d’un portable les interrompt. L’homme à ses côtés s’excuse avant de tendre la perche à son partenaire, s’éclipsant ensuite d’un pas pressé pour prendre l’appel. Ses mains posées sur ses cuisses jouent nerveusement avec le rebord de sa jupe, alors qu’elle attend du second officier qu’il prenne la relève pour cette déposition. Mais entre eux, il n’y a plus que le silence, et ce regard insistant constamment rivé sur elle. Un étrange malaise glisse le long de son échine, et une toux nerveuse creuse son chemin le long de sa trachée. – Est-ce… est-ce que tout va bien, monsieur l'agent? – lui demanda-t-elle finalement au bout de longues minutes tout aussi inconfortable qu’inquiétante, de sa voix qui déraille, légèrement.  Son explication lui semble pourtant futile et Cordelia ressent le besoin pressant d’en finir avec ce tête-à-tête déconcertant, implorant intérieurement l’autre policier de faire un retour triomphant pour la tirer de cette position plus que gênante. Se levant dans un geste trop brusque, à des lieux de ses allures de jeune première, elle avise la petite salle à manger non loin de là, seule pièce encore intact de l’endroit, où elle se réfugie un instant. Le bruit de l’eau qui s’écoule du robinet meuble le silence  qu’elle parvient difficilement à tolérer. Mais elle se voit bientôt forcée de retrouver son siège, un verre d’eau bien froide coincée entre ses mains. Il n’a pas bougé de l’endroit où il s’était posé. Il n’y a que ses yeux qui se sont déplacés à son passage, alors qu’ils marquaient au fer rouge sa silhouette élancée. – Souhaitez-vous que je reprenne mon témoignage? – tente-t-elle en sa direction, incapable de tolérer plus longtemps l’étrangeté de cette situation. Plus vite elle en terminait avec cette histoire, et plus vite il partirait d'ici.

_________________

    --- ( noemi keene )
    learn me slowly, please, be patient with my pages. i am a poem in progress, a tangle of words in search of meaning.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 172
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — the emptiness within.   Dim 11 Nov 2018 - 14:32

Layton attendait que son partenaire revienne, mais il ne le faisait pas. La jeune femme attendait pour donner sa déposition, mais il ne s’en sentait pas capable. Il savait qu’il ne pourrait simplement pas prendre des notes, il devrait l’écouter et la regarder. Il ne se sentait pas capable de faire cela. Layton avait l’impression d’être dans un mauvais rêve ou fasse à une blague de mauvais goût. Pourtant, la jeune femme innocente dans cette histoire faisait les frais de sa gêne. Layton se rendait compte qu’il devait étrange, très étrange. Il rendait même la jeune femme nerveuse alors qu’elle venait déjà de vivre un épisode traumatique.Au bout de quelques minutes, elle lui demanda même si tout allait bien. Elle devait le prendre pour un lunatique ou un de ses hommes qui détestaient les femmes. Il décida alors de se ressaisir pour le bien de l’enquête. Il lui suffisait d’être attentif quelques minutes et ensuite il n’aurait plus jamais à la voir. En effet, même si la jeune femme semblait charmante, il préférait largement la fuite. La ressemblance avec sa défunte femme le rendait beaucoup trop mal à l’aise. Il n’avait pas envie d’avoir le coeur serré à chaque fois qu’il la croiserait. Il avait donc en tête l’idée de refiler le dossier à un collègue qui lui doit une faveur. — Veuillez m’excuser, vous … me sembliez familière. Lui confia sans entrer dans les détails le jeune homme. Il n’avait aucune envie d’en dire plus, mais il lui devait un semblant d’explication. Au moins, elle ne le prendrait pas pour un psychopathe. Il était très difficile pour lui de se concentrer lorsqu’il voit devant lui une femme qui ressemble à sa défunte femme, c’était comme un coup de poignard en plein coeur. Il pensait en avoir fait le deuil, il avait même déjà croisé des femmes avec un air de déjà vu, mais pas à ce point-là. Layton fut ensuite sorti de ses pensées par la jeune femme qui lui demanda s’il souhaitait qu’elle reprenne son témoignage. Il ne pouvait dire non, autant s’en débarrasser maintenant. — Oui reprenez votre témoignage. Lui répondit Layton. Il reprit sa feuille et son stylo prêt à noter son témoignage. Il tentait également de ne pas détourner le regard. Il n’avait pas envie qu’elle pense qu’elle avait fait quelque chose de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: — the emptiness within.   

Revenir en haut Aller en bas
 
— the emptiness within.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINEE] Autumn C. Johnson ● The emptiness will haunt you.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: