AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 lost memory (nash)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 7
- since : 09/09/2018

( end game )

MessageSujet: lost memory (nash)   Lun 10 Sep - 1:39




- Nash & Elian -
lost memory

   Le chef d’orchestre dirige sa baguette en ma direction, m’invitant à me lever. Je ne le vois même pas, je ne fais que le sentir, sentir que c’est mon moment, sentir que c’est mon solo. Sans regarder la partition, puisque je n’en ai plus besoin, depuis maintes représentations maintenant, je m’exécute. Les percussions font écho, étant le seul bruit que je perçois, me donnant ce rythme que je n’ai pas besoin. Emporté, je joue sans regarder qui que ce soit, me concentrant sur mon instruments, sur mes doigts de ma main gauche qui faisaient glisser mon archet, ceux de ma main droite qui glissaient avec aisance sur les cordes de mon violent. Avec passion, je passai au travers de ce solo qui n’était plus tant un défi, mais un simple plaisir, malgré sa complexité. Il m’avait donné du fil à retordre, même à moi, c’était un fait, mais maintenant, il se voulait fluide, à la limite de la perfection, même si je sentais que jamais il ne serait parfait. Cette fois-ci, il fut suffisant pour, apparemment, émerveiller la foule, qui applaudit avec véhémence à la fin de la pièce, se levant debout quelques compositions après, annonçant la fin du spectacle. J’eus droit, comme les autres solistes, à mon propre salut, à ma propre révérence, que j’offris d’un signe de main avec un sourire poli. Pas large, puisque c’était mon métier, et non pas un exploit, mais pas absent non plus. Selon la procession établie, nous quittâmes la scène. Quelques félicitations d’usages s’échangèrent, et nous pûmes retourner dans les loges. Personnellement, je n’étais jamais celui qui s’attardait bien longtemps avant un concert. Non pas que j’avais hâte d’aller dormir, l’adrénaline de la performance étant beaucoup trop présente pour une telle chose, mais parce que lorsque j’avais terminé, je ne me voyais pas traîner pour le simple plaisir de traîner. Arrivé dans le coin de la pièce où j’avais laissé mes affaires, je nettoyai soigneusement mon instrument et le rangeai dans son coffre. Ensuite, je m’occupai de ma personne, détachant mes cheveux, retirant mon noeud papillon, mon veston et détachant finalement les deux premiers boutons de ma chemise blanche. Rien de plus, puisque mes vêtements étaient chez moi, et parce que nous devions toujours avoir une apparence à peu près soignée pour sortir du complexe de spectacles. Surtout qu’ici, contrairement à certains endroits, c’était encore plus nécessaire, sachant que nous sortions là où le public pouvait se trouver, même si, au vu du temps qui passait, maintes d’entre eux étaient partis. Mais ce soir, certains restaient dans le vestibule, à un tel point que pour atteindre la porte, je fus obligé de demander, poliment:  « Excusez-moi… », demandant à passer, mon violon à la main, refusant de le percuter sur qui ou quoi que ce soit, attendant donc, pour la bonne cause, patiemment qu’on me laisse le chemin libre pour quitter la salle et rentrer chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nash Kershaw

be happy, it drives people crazy.

- paper notes : 3486
- since : 16/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side w/ lula.
contact book:
availability: (off) lula, elian, april, bash.

MessageSujet: Re: lost memory (nash)   Lun 10 Sep - 2:03

Outfit // La musique avait toujours su conserver une place toute particulière dans la vie de Nash, même si, par une malheureuse suite d’évènements, il avait peu à peu abandonné la pratique pour se concentrer sur sa vie et les aléas qu’elle avait posé sur son chemin. Sa guitare avait fini par prendre la poussière, rangée dans le fond d’une garde-robe, où il l’avait presque oublié, bien involontairement. Ce n’est que depuis que Lula était de retour dans sa vie qu’il avait osé la sortir de l’ombre, ayant la douce impression de retrouver une vieille amie. Protégé de son étui, le temps n’avait nullement altéré l’instrument. Le manque de pratique, pourtant, se faisait sentir, même si l’ancien musicien n’avait pas perdu de son talent. Retrouvé le niveau qu’il avait à l’époque de ses études à Londres risquait d’être un travail de longue haleine, mais le défi n’effrayait pas le guitariste. Au contraire, ça le motivait plus que jamais à se remettre au jeu. Sa motivation, et son inspiration, il les trouvait en assistant à plusieurs concerts d’artistes de la région. Bien sûr, il ne ratait aucun spectacle de sa belle, mais ce soir-là, c’est à une représentation du Brighton Philharmonic Orchestra qu’il se trouvait, revenant à la base même de la musique : les orchestres. Là où il avait lui-même ses premiers pas, en joignant celle de son lycée il y a de cela plusieurs années. Le début d’une longue histoire d’amour. Plusieurs membres de l’orchestre eurent droit à leur moment de gloire, grâce à quelques prestations de solistes. L’homme au violon fut probablement celui qui remua le plus la foule. Et Nash du admettre que sa prestation avait su atteindre une corde sensible chez lui. Il n’hésita pas une seule seconde à se lever, lorsque le rideau tomba, célébrant avec fierté le talent de ces gens bien de chez eux. S’attardant à bavarder avec quelques amis qui avaient acceptés de l’accompagner, l’homme tarda à quitter les lieux. Visiblement, il n’était pas le seul, puisqu’une importante masse de personnes s’agglomérait toujours dans le hall d’entrée, à ses côtés. Un certain nombre d’entre eux attendaient patiemment leurs proches, près de la sortie des artistes.  Nash, lui, refusait tout simplement d’abandonner la conversation. Une voix d’homme, pourtant, l’arracha à sa discussion, et quand il se tourna, il tomba face à face avec l’un des solistes de la soirée. Un musicien qui, après quelques secondes d’observations approfondis, lui semblait étrangement familier. – Pearson? – demanda-t-il d’un air étonné, à la fois surpris et ravis de se trouver devant lui.

_________________

the biggest adventure you can take is to live the life of your dreams.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 7
- since : 09/09/2018

( end game )

MessageSujet: Re: lost memory (nash)   Lun 10 Sep - 2:04

Je savais que j’étais sur scène, je savais que le style singulier que me donnait le fait de transporter un instrument était susceptible de faire réagir les gens, ne serait-ce que pour quelques mots de politesse sur le concert en général. Ça arrivait, parfois, mais en ce moment, si peu de gens me portaient attention que je ne m’attendais à rien, et je ne me voyais pas demander quoi que ce soit en retour. Tout ce que je souhaitais, c’était passer, et rien de plus. Mais alors que j’étais prêt qu’à me contenter de me libérer de la foule et quitter l’entrée de la salle, je fus interpelé. Pas d’une façon commune à ceux qui me reconnaissaient - si le terme était approprié dans le cas présent - surtout que mon nom, outre d’être dans le programme de la soirée, n’était pas divulgué à grande échelle. Intrigué, je ne me fis toutefois pas impoli, répondant, hésitant: « Oui, c’est… » Désormais face à celui qui m’avait réclamé, je le considérai plus en détails, fronçant les sourcils, quelque peu perturbé. Perturbé parce que je savais désormais que je ne m’adressais pas à une personne aléatoire ou quelque chose du genre, mais à une personne qui me disait, me rappelait quelque chose. Refusant de jouer les hypocrites, je tentai de demander: « On se… connaît ? » Je n’aimais jamais tenir cette phrase. Estimant ne pas avoir une mauvaise mémoire, et surtout beaucoup d’orgueil, je décidai de prendre sur moi, réfléchir où j’aurais pu croiser cette personne. Cela prit quelques secondes, et encore là, je ne fus pas complètement certain quand je finis par dire, ou plutôt, essayer: « Nash… ? » Kayden ? Kershins ? Ça, je ne m’en souvenais plus par contre, pas autant que lui pouvait se souvenir de mon nom de famille. C’était un peu moche de ma part, j’en étais bien conscient, mais au moins, j’avais tenté quelque chose, quelque chose que j’estimais être, quand même, plutôt plausible. Restait plus à voir si j’étais vraiment dans la bonne direction, ou si j’étais carrément à côté de la plaque dans mes suppositions et si c’était le cas, à quel point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nash Kershaw

be happy, it drives people crazy.

- paper notes : 3486
- since : 16/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side w/ lula.
contact book:
availability: (off) lula, elian, april, bash.

MessageSujet: Re: lost memory (nash)   Lun 10 Sep - 2:05

Il n’avait pas l’habitude d’interpeler les gens d’une façon aussi… comment dire, effronté. Mais le simple fait de se retrouver face à face avec le musicien, dont le visage lui était de plus en plus familier à mesure qu’il l’observait, l’avait troublé. Pas de la mauvaise façon, cependant. Il était même plutôt heureux d’être tombé sur lui. Si le nom dans le programme n’avait pas su lui mettre la puce à l’oreille, désormais, il associait un visage à ce dernier, et c’est comme si toutes les pièces d’un puzzle étaient parvenues à s’assembler. L’homme semblait hésité en l’apercevant à son tour, mais Nash pu percevoir le doute s’installé dans l’éclat de son regard, alors qu’il tentait d’élucider le mystère de son identité. Le Kershaw n’eut pas le temps de répondre à sa question que de ses lèvres, il entendit enfin son prénom. – Tu ne te trompes pas, c’est bien moi. – lui rétorqua-t-il en souriant, confirmant du même coup son identité. – Ça fait plaisir de te revoir, et de voir tout le chemin que tu as parcouru depuis toutes ces années. Tu étais impressionnant, ce soir! – En abandonnant son cursus musical à Londres, en laissant derrière lui ses rêves et ses ambitions, Nash avait aussi perdu de vues bon nombre de ses amis musiciens. Elian était l’un d’eux. Légèrement envieux de constater que l’homme avait su se tailler une place dans cette industrie qu’on considérait parfois contingenté, il ne pouvait toutefois que se réjouir pour ce dernier, dont le talent était indéniable. Premier violon, ce n’était pas rien. Mais Pearson avait prouvé qu’il était à la hauteur de cette position, et le Kershaw ne pouvait que se taire et apprécier la musique. – Tu rentrais chez toi, j’imagine. – laissa-t-il entendre, en montrant d'un signe de la main l’étui que le violoniste tenait entre ses doigts. – Je t’aurai bien invité à boire quelque chose au pub d’à côté, mais ne te sent pas obliger, surtout. – Ses amis, qui l’avait accompagné ce soir-là, lui firent savoir que leur taxi était arrivé, et qu’ils quittaient les lieux pour rentrer chez eux. Il les salua, avant de rapporter son attention à son ancien camarade, d’une autre époque, d’un autre temps.

_________________

the biggest adventure you can take is to live the life of your dreams.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 7
- since : 09/09/2018

( end game )

MessageSujet: Re: lost memory (nash)   Lun 10 Sep - 2:07

Rassuré de voir que Nash ne me tenait pas rancune de ne pas me rappeler de son nom de famille, je souris à la fois de ce soulagement et de contentement quand il vint à me confirmer que je ne me trompais pas. Puis, avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, mon ancien collègue de classe reprit la parole, me félicitant de ma performance. Humblement, d’un signe de tête et d’un:  « Merci beaucoup. », j’acceptai le compliment, ne me voyant pas le refuser, parce que j’étais fier de ce que j’avais fait ce soir, j’étais fier d’avoir entendu les applaudissements de la foule quand on m’avait présenté à la fin, comme tous les solistes qui avaient eu leur tour dans la lumière au cours du concert. Par contre, je n’étais pas du genre à devenir arrogant, ne faisant que mon boulot, faisant ce que j’aimais, ce que j’étais né pour faire. J’étais ainsi avec tout le monde, je me comportais de cette façon constamment quand il était question de ma profession, même si là, je dus avouer que mon remerciement ne tenait pas que de la simple politesse, mais se voulait plus sincère. Parce que je ne pouvais le nier, venant d’une personne de ma connaissance, une personne qui avait certaines connaissances en musique, ça faisait plaisir, vraiment plaisir et ce, même si cela faisait un bon moment que nous ne nous étions pas vus, et que nous avions certainement fort à rattraper. Est-ce que ce soit serait l’occasion de le faire ? Je n’osai pas tant le demander, mais au final, ce fut Nash qui prit la parole le premier pour le suggérer, ou du moins, le laisser sous-entendre dans le cas où je ne rentrais pas chez moi. D’un ton qui se voulait teinté de plaisanterie, je lui répondis:  « Tu sais bien qu’après un concert, j’ai bien du mal à me poser tranquillement. » Ce n’était pas nouveau; à l’académie, c’était pareil. Alors que certains étaient éreintés après une performance, une répétition un peu intense en terme d’émotions, de passion, de mon côté, je ne pouvais pas vraiment rester en place. Enfin, je pouvais me poser, lire un livre, travailler, regarder la télévision, mais m’endormir à tout coup, ce n’était pas possible. Mais là n’étant pas le point, je repris la parole, pour dire:  « Donc si tu as du temps, ce serait avec plaisir. » Je ne cherchai pas à m’imposer non plus, me voyant difficilement insister de quelconque façon, parce qu’après tout, peut-être que c’était lui qui avait quelque chose de prévu, ou qui voulait rentrer chez lui. Mais maintenant, il savait que s’il le souhaitait, le reste de ma soirée pourrait lui appartenir, et qu’il aurait toute mon attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nash Kershaw

be happy, it drives people crazy.

- paper notes : 3486
- since : 16/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side w/ lula.
contact book:
availability: (off) lula, elian, april, bash.

MessageSujet: Re: lost memory (nash)   Lun 10 Sep - 2:13

Il avait rarement eu la chance de tomber sur ses camarades de cette autre époque de sa vie : celle qu’il avait vécu à Londres, il y a près de dix ans, maintenant. La plupart de ses comparses avaient quittés les bancs de l’école depuis longtemps, et ils œuvraient dans le milieu que ce soit au niveau local, national ou même, pour les plus acharnés de tous, à l’international. Et pendant qu’ils étaient tous partit à la conquête de leur rêve, lui avait enfoui le sien six pieds sous terre au même moment où il l’avait porté en terre. Sally, sa sœur. La musique n’était devenue qu’une façon de s’évader de son quotidien, le son du tourne-disque envahissant son appartement dès qu’il en franchissait la porte d’entrée. Se retrouver face à face avec Elias Pearson l’avait ramené des années en arrière, quand il ne vivait encore que de musique et de liberté. Un temps où il ne se posait pas de question sur son avenir : son chemin, il l’avait tant de fois dessiné qu’il lui était inimaginable qu’il puisse un jour s’en écarter.  La vie avait pourtant eu d’autres plans pour lui, qui l’avait conduit jusqu’ici, dans cette salle de spectacle où il avait su apprécier les talents des musiciens des environs. Notablement celui du violoniste, qui accepta ses compliments d’un merci teinté de gratitude. Saluant une dernière fois son couple d’amis qui disparut à l’arrière d’un taxi qui ne tarda pas à filer dans la nuit, Nash se retourna vers le musicien, un sourire amusé se dessinant sur ses lèvres. – Il y a des choses qui ne change pas, définitivement. – Il avait aussi été de ceux-là, de ceux que l’adrénaline gardait sur un high pendant de trop nombreuses heures, l’empêchant d’aller se blottir dans le creux des bras de Morphée pour sombrer dans un sommeil réparateur. Il avait tiré bon nombre de ses amitiés de ces nocturnes-là, créant des liens forts avec ces camarades d’infortunes que la nuit avait décidé d’ignorer. – Mon offre tient toujours. – renchérit-il, ne serait-ce que pour confirmer qu’il était disposé à passer un peu de temps en sa compagnie, tel qu’il le lui avait proposé, quelques minutes plus tôt. – J’ai proposé le pub, mais on peut aussi aller dans un café, ou même chez toi, si tu veux d’un endroit plus tranquille. – Peut-être avait-il envie de se poser dans un environnement moins bruyant qu’une salle de spectacle qui débordait d’instruments de musique de toute sorte et d’un public en pâmoisons, qui applaudissaient à tout rompre pour manifester ses impressions.

_________________

the biggest adventure you can take is to live the life of your dreams.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 7
- since : 09/09/2018

( end game )

MessageSujet: Re: lost memory (nash)   Lun 10 Sep - 2:13

Amusé et ravi du commentaire que mon ami me fit, je lui offris un sourire qui était loin d’être feint. Amusé parce qu’il était vrai que malgré tout ce qui changeait autour, certaines choses, elles, ne changeaient pas, ravi parce qu’il ne semblait même pas perturbé suite à mon propos, comme quoi peut-être, il s’en rappelait. Je ne disais pas que c’était le cas, mais il m’en donnait l’impression, et là, tout de suite, ça me faisait plaisir, comme il me faisait plaisir de le retrouver. Parce que oui, j’avais vécu bien des choses qui avaient fait en sorte que ma vie passée, je tentais de m’y détacher, petit à petit, mais je refusais d’oublier les bons moments, les personnes qui avaient eu un impact positif sur ma vie, dont Nash faisait partie. Donc oui, j’étais ravi de le voir, et encore plus maintenant qu’il me faisait comprendre que notre rencontre n’allait pas se terminer ici, dans le hall d’entrée de la salle de concert. Où irions-nous toutefois ? Nash offrait plusieurs options, qui ne changeaient pas grand-chose à ma vie. Pas dans le sens où je n’en avais rien à faire, mais tant que nous nous installions à une table, devant quelque chose à boire, ça m’irait. Le haussement d’épaules que je lui offris faisait office de réponse, laissait clairement comprendre ce que je pensais. J’aurais même pu m’en tenir à ça, tout simplement, mais au final, je ne me vis pas le faire. Je trouvais que c’était là un manque d’effort qui pourrait laisser une certaine frustration. Du coup, je réfléchis, réalisant qu’un bar, peut-être n’était-ce pas la meilleure idée qui soit, surtout si notre intention première était de discuter, histoire de rattraper un peu le temps perdu. Convaincu de ma façon de voir les choses, j’ajoutai:  « Un café, ce serait bien. » Mais où ? Encore y avait-il cette question à régler. Mais maintenant que le tout était un peu plus précis, le nombre de choix rétrécissait, et donc je pouvais même penser à un endroit en particulier. Pensant que ce serait là un lieu idéal, je me permis donc de proposer:  « Il y a un endroit non loin. Ils y servent même des cafés alcoolisés. » Après un concert, une fois de temps à autre, c’était même mon lieu de prédilection. Après, si Nash préférait aller ailleurs, je n’allais pas lui en vouloir non plus, mon but n’étant certainement pas de m’imposer. J’attendis donc de voir ce qu’il allait me répondre, nullement pressé, même si sortir de cette salle ne me ferait clairement pas de mal non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: lost memory (nash)   

Revenir en haut Aller en bas
 
lost memory (nash)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sam and the lost memory [Altéa & Sam]
» ♣ Lost Time Memory ♣
» Partenariat avec Lost Time Memory ?
» Fin du partenariat avec Lost Time Memory
» LOST LE RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: