AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 please, don't move on [pv/lysandra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Graham Shreve

darkness has turned to gray.

- paper notes : 164
- since : 21/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #218, east side.
contact book:
availability: [closed] lysandra.

MessageSujet: please, don't move on [pv/lysandra]   Sam 8 Sep - 19:11

Alors que son coeur et son esprit n'avait cessé de lui crier de la rejoindre, Graham avait tenté de laisser son espace à Lysandra. Elle avait beau être sa femme, il avait essayé de se mettre à sa place, celle d'une femme qui revient chez elle sans le moindre souvenir, après avoir disparu trois années. Il en avait souffert. Autant de son départ que de son retour. Il avait détesté rester éloigner d'elle, son âme soeur, alors qu'il n'avait qu'une envie, la retrouver près de lui au petit matin. Mais il avait prit sur lui, il avait fait passer le bonheur de la Hart avant le sien. Les jumeaux ne savaient toujours rien. Comment expliquer à des enfants de sept ans que leur mère est toujours envie mais qu'elle ne se souvient pas d'eux ? Il n'y arrivait tout simplement. Lorsqu'elle souhaiterait les voir, il leur en parlerait. Mais pour l'instant, Graham subissait toutes ces nouveautés seul, toutes ces questions et cette pression que lui apportait cette histoire digne d'un roman ou d'un blockbuster. Après plusieurs semaines, elle avait fini par le contacter, lui proposer de venir boire un café. Ils devaient parler, Graham le savait. Parler du passé, parler du présent et de l'avenir. De ce qu'ils allaient devenir, de ce qu'ils allaient faire. Il devait faire face, même s'il craignait le pire. Alors, un album photo à la main, le Shreve frappa à la porte de l'adresse qu'elle lui avait indiqué, son coeur s'emballant à l'idée de la revoir, de lui parler. Ça avait beau faire quinze ans, elle lui retournait toujours l'esprit avec un sourire, un regard. Graham lui sourit légèrement, presque amicalement, à cette femme qu'il aurait aimé prendre dans ses bras et embrasser pour le reste de la journée. Pourtant, il dû se contenter d'un rapide bonjour, avant de la suivre à l'intérieur de l'appartement. — I didn't really know what you needed for, but I bought pictures. Pictures of us. — Il déposa l'album sur la table, regardant à nouveau la brunette, détaillant ses traits comme il avait toujours aimé le faire. God, how much he missed her.You don't have to watch them if you don't want to.

_________________

(gs) you're just like an angel, your skin makes me cry, you float like a feather in a beautiful world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lysandra Hart

how can emptiness be so heavy.

- paper notes : 310
- since : 21/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #37, sea side.
contact book:
availability: (off) ingrid, julian, ophelia/zola, graham.

MessageSujet: Re: please, don't move on [pv/lysandra]   Jeu 20 Sep - 18:46

Outfit // Plusieurs mois s’étaient écoulés depuis son retour à Brighton, pourtant, Lysandra avait toujours cette impression de n’être qu’une étrangère dans sa propre ville. Dans sa propre vie.  Ses précieux repères, elle les avait égarés quelque part dans le chaos de la guerre et elle peinait à s’en façonner de nouveaux. D’anciens visages, d’anciennes histoires étaient restés ancrés dans sa mémoire, mais toujours cette impression de manque, de vide. Ce sentiment d’être incomplète. Sa famille et ses proches faisaient de leur mieux pour l’épauler dans cette période troublée, l’encadrant du mieux qu’ils le pouvaient, mais il ne comprenait pas le mal qui s’insinuait en elle, la souffrance que l’absence de ses propres souvenirs provoquait. Personne ne le pouvait. Elle était seule à se battre contre une chimère qui avait pris résidence dans sa tête. Les messages de Graham étaient tout de même parvenus à mettre un léger baume sur son cœur chargé. Inconstamment, son entourage l’avait maintenu à l’écart pour favoriser sa convalescence, mais Lysa en était venu à la réflexion que c’était une erreur. Ils avaient tant partagés ensemble, qu’il semblait être la personne appropriée pour la guider. Pour lui faire découvrir la femme qu’elle avait été. Celle qu’elle aimerait redevenir, si tant est que ce soit possible. Il avait accepté de venir à sa rencontre, d’entrer dans son univers aseptisé, de franchir ces années de silence, de distance qui s’étaient imposée d’elles-mêmes entre eux. La nervosité s’était glissée sournoisement en elle, sans qu’elle ne sache réellement pourquoi. L’appréhension, probablement. Celle, d’à nouveau, lire cette déception, cette tristesse dans son regard. Elle n’y était pour rien, pourtant, Lysandra. Et elle le savait. Mais le poids de la détresse des autres s’ajoutaient à la sienne,  une charge qui s’alourdissait de jour en jour, un fardeau qu’elle s’obligeait à porter, pour soulager sa conscience, se disait-elle. La machine à café tournait doucement dans un coin de sa cuisine, laissant s’écouler un liquide chaud dans la carafe de service, n’attendant que l’arrivée de l’invité. Lysandra, elle, laissant ses doigts pianotés sur le haut de ses cuisses, assises inconfortablement sur le sofa du salon, droite comme un pique, dans l’incapacité de se détendre. Ses épaules frémirent lorsque quelques coups sont frappés à sa porte. Elle se trouve idiote d’ainsi sursauter alors qu’elle savait pertinemment qu’on viendrait bientôt toquer à son appartement. Graham l’attendait de l’autre côté, ses lèvres étirés d’un fin sourire malgré la grisaille qu’elle pouvait percevoir dans son regard. Elle-même fit l’effort de lui rendre la pareille, tâchant de se montrer avenante à son égard. Il la suivit rapidement à l’intérieur alors qu’elle lui faisait découvrir son petit havre de paix en bord de mer. L’une des deux portes françaises étaient d’ailleurs ouvertes pour laisser entrer le vent marin dans la pièce. La femme avisa d’un coup le dit-album mentionné par son convive. – That’s kind of you. I’ve seen plenty of them, already, but I never get tired of it. Even if it’s a little bittersweet for me. – La Lysandra qu’elle voyait sur ces photographies semblaient si heureuse, si épanouie. Son passage en Syrie l’avait complètement annihilée, potentiellement détruite. Celle qui en était revenu n’était plus qu’une ombre d’elle-même. Et ça la peinait. – Coffee is ready, if you want some. – Lui annonça-t-elle afin de briser la glace pour de bon, jouant l’hôte attentionnée telle qu’elle l’avait toujours été.

_________________

i spent years as a ghost and now, i'm not sure where home is anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
please, don't move on [pv/lysandra]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MOVE SON NAN MIZIK LA
» ☆ MOVE YOUR BODY.
» 04. Let's move like Jagger ! Uh... Who ?
» [Propose] Évoli egg Move (Voeu)
» Liste des attaques apprises par Move Tutor ROSA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side. :: résidences.-
Sauter vers: