AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — same old empty feeling in your heart (camrel).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Laurel Kane

flawed and still worthy.

⋅ paper notes : 312
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address: #176, west side.
contact book:
availability: cameron/leonie, kit, tc lorenzo.

MessageSujet: — same old empty feeling in your heart (camrel).   Mer 5 Sep 2018 - 3:37


- same old empty feeling in your heart -
cameron blake x laurel kane

Outfit // La décision était tombée tel un couperet, brusquement, sans prévenir. Sa dissociation d’avec son partenaire de glace, avec qui elle faisait équipe depuis de nombreuses années, avait choqué les nombreux fans du couple de patineurs. Son entêtement à refuser de revenir sur sa parole, lui,  était devenu source d’un vil désaccord entre elle et son entraîneur, qui le contestait avec acharnement. Mais Laurel n’était pas de celle qui faisait marche arrière : elle continuait d’avancer en tenant sa tête bien haute et son dos, droit, évitant de regarder par-dessus son épaule pour voir ce qu’elle avait laissé derrière. Leur coach lui avait fortement recommandé de prendre quelques jours de recul pour mieux réfléchir à la question, cherchant d’une certaine façon à retarder l’inévitable. La jeune femme avait acquiescé à sa requête, sachant toutefois que demain, ou la semaine prochaine, elle lui tiendrait le même discours, presque mot à mot, sur ce même ton résolu. Elle ne voyait à sa situation qu’aucune autre option. Lorsqu’elle franchit les portes du complexe sportif, ce jour-là, elle fut incapable d’ignorer les contractions de son estomac qui se serrait en songeant que ce serait peut-être la dernière fois avant un long moment. En mettant un terme à son partenariat avec Cameron, en choisissant d’interrompre momentanément sa carrière, elle tournait le dos à tout ce qu’elle aimait. Elle n’avait pourtant plus le cœur de poursuivre la compétition si ce n’était pas à ses côtés.  Elle supportait encore moins l’idée de continuer à faire équipe avec ce dernier, ce lien de confiance si précieux entre deux patineurs s’étant effrité au point d’en devenir poussière. Par habitude, elle s’arrêta un temps pour regarder les athlètes qui s’affairaient sur la glace, son regard de braise ne tardant pas à reconnaître la silhouette de l’homme avec lequel elle avait l’habitude de frôler cette glaciale surface. La gracile demoiselle qui se tenait à ses côtés semblait n’être nul autre que sa remplaçante, celle qui avait su combler de sa présence ses absences des derniers mois. Celle qui, elle l’imaginait sans peine, prendrait bientôt sa place dans leur duo désormais scindé.  Laurel connaissait bien peu de choses sur cette patineuse. À vrai dire, elle ignorait tout de cette dernière. Elle la détestait pourtant déjà, plus encore lorsqu’un large sourire défigura son visage, faisant naître sur celui de Cameron une grimace similaire. Son cœur, elle le sentit se fendre au creux de sa poitrine, alors que les battements éreintés de son palpitant frappant fort à ses oreilles. L’amertume la rongeait de l’intérieur, elle quitta son poste d’observation pour atteindre les vestiaires où une partie de son équipement reposait toujours. Des mois qu’il prenait la poussière. Laissant tomber au sol le sac de sport vide accroché à son épaule, c’est dans un soupir qu’elle s’affaira à vider son casier. Sa présence, elle l’avait gardée sous silence. Son seul désir étant de passer inaperçue et de s’éclipser sans être vue. Elle n’avait ni l’envie, ni la force nécessaire pour affronter le reste du monde. Lui, plus que les autres.

_________________

    --- ( laurel kane )
    i've kissed more bottles than boys and honestly a hangover hurts less than a heartbreak.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 267
⋅ since : 25/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (2/4)

MessageSujet: Re: — same old empty feeling in your heart (camrel).   Mer 5 Sep 2018 - 21:23


≈ ≈ ≈
{ Well you see her when you fall asleep
But never to touch and never to keep . }
crédit/ tumblrpassenger.

Après la blessure de Laurel, Cameron avait été obligé de travailler avec une patineuse remplaçante afin de ne continuer les entrainements. Si les débuts ont été difficiles entre eux, Cameron a fini par donner une chance à cette jeune femme. C’est une fois qu’il a fini de la comparer avec Laurel qu’il a pu réellement se remettre au travail. Maintenant Cameron sait que cette femme ne sera plus la remplaçante de Laurel, mais sa partenaire permanente. Les choses entre Laurel et lui sont allés trop loin pour que la jeune femme envisage un retour. Le sachant Cameron a commencé à réellement se donner durant les entrainements. Il sait qu’il doit faire passer son métier, sa passion en premier comme l’aurait fait Laurel auparavant. C’est pour cela, mais également à cause de ses disputes consécutives avec Laurel et Leonie que Cameron a accepté de faire un stage à l’étranger de plusieurs semaines avec sa nouvelle partenaire. L’idée est de créer une réelle harmonie entre eux qui se ressentira sur la glace. Si Cameron avait été hésitant, il avait fini par accepter. Il avait un besoin presque vital de prendre du recul face à la situation. Il ne se reconnaissait plus dans le miroir et il avait sûrement perdu à la fois sa meilleure amie et sa petite amie. Il savait qu’il ne pourrait pas tombe plus bas. Cameron tentait alors de se lancer à corps perdu dans son art puisque c’est tout ce qui lui restait. Il passait même un moment agréable avec sa partenaire qui tentait de faire de son mieux pour lui redonner le sourire entre deux prises. Soudain, le regard de Cameron s’arrêta sur une silhouette familière. Elle n’était que de dos, mais il l’aurait reconnu entre mille. Cette chevelure brune, cette assurance, cette démarche, mais aussi la fermeté avec laquelle elle avait fermé la porte du vestiaire. Il n’avait aucun doute sur ce qu’elle venait de voir. Cameron était encore très peiné de leur dernière conversation, mais il avait envie d’aller jusqu’à elle. Il savait que c’était déjà difficile de perdre leur amitié, mais que cela devait l’achève que de le voir sur la glace avec une autre femme. Cette pensée lui serra le coeur. Sachant qu’il allait partir bientôt et qu’il n’allait pas la revoir il décida alors de demander un moment de pause. Il alla alors discrètement dans les vestiaires afin d’aller voir la jeune femme. Il ne savait pas si elle était venue pour tout arrêter, pour recommencer seule. On ne pouvait pas dire qu’il avait beaucoup d’informations puisqu’ils ne se parlaient plus. Son coeur s’arrêta lorsqu’il tomba nez à nez avec elle. Cameron se sentait mal à l’aise d’être face à elle sans savoir quoi dire. Il n’avait pas réfléchit à ce qu’il pourrait dire. Il y alla alors tant bien que mal en lui disant : « Je ne savais pas que tu allais venir. Comment vas-tu ? » Rien de ce qu’il pourrait dire ou faire n’apaiserait la jeune femme. Il y allait donc doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Laurel Kane

flawed and still worthy.

⋅ paper notes : 312
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address: #176, west side.
contact book:
availability: cameron/leonie, kit, tc lorenzo.

MessageSujet: Re: — same old empty feeling in your heart (camrel).   Mar 18 Sep 2018 - 3:35

Le vide. Si elle regardait devant elle, c’est tout ce qu’elle trouvait, Laurel. Il n’y avait plus rien. En l’espace de quelques mois, tout ce qu’elle chérissait avait péri pour ne laisser que le néant, l’incertitude, Ils l’avaient tous abandonnés. Roman, disparu aux bras de sa fiancée de pacotille sans même un aurevoir. Cameron, dont la lâcheté et le déni avaient ternis ce qui restait encore de leur amitié. Puis sa passion, celle-là même pour laquelle elle avait tant travaillé, toutes ses années, qui l’avait trahi en la blessant physiquement, mais aussi mentalement. Patiner, c’est tout ce dont elle avait toujours rêvé. Et c’est tout ce qu’elle savait faire. Elle ne valait pas grand-chose, sans la glace. Elle n’avait plus aucune valeur, aucune fierté. L’ombre lui ouvrait les bras, l’aspirant dans l’oubli profond où on oublierait son nom. Démolie, elle se laissait bordée par l’obscurité. Son regard avait perdu cette petite lueur - il s’était éteint pour mieux se terrer dans la noirceur. Laurel, elle n’avait aucune intention de s’attarder au complexe sportif. À vrai dire, son seul désir résidait dans ce besoin de passer inaperçue, de n’être qu’une silhouette parmi la foule, une anonyme parmi des étrangers. Si elle parlait, on percevrait ce trémolo au fond de sa voix. Si on la regardait dans les yeux, on n’y verrait que tristesse et mélancolie. Ses jambes tremblaient et la moiteur perlait au creux de ses mains. Toute son énergie, elle la concentrait sur la seule tâche qui l’avait amené jusqu’ici : récupérer ses effets personnels et disparaitre sans un bruit. Il avait pourtant fallu qu’elle s’attarde. Que son regard se pose sur la patinoire. Que son cœur se torde dans le creux de sa poitrine. Que l’air lui manque au point où elle eut l’impression d’étouffer. Les vestiaires étaient devenus son refuge, son oasis. Il lui fallait reprendre ses esprits afin de ressortir d’ici la tête haute, la tête froide. Accroupie à même son casier, ses mains s’agitaient, agrippant tout ce qui se trouvait sur leur route pour les déposer dans le sac de sport à ses pieds. Ce besoin urgent de déguerpir, de fuir, la prenait aux tripes. Elle ne prit même pas la peine de refermer la case derrière elle quand elle déposa la ganse de sa poche de sport à son épaule, prête à filer sans désir de s’attarder. De l’autre côté de la porte, pourtant, elle trouva la seule personne qu’elle aurait préférée éviter. Elle figea. Ses paroles lui paraissaient si déplacés après leurs derniers échanges qu’il lui fallut un temps avant de retrouver la parole, le mépris habitant sa voix. – Laisse-tomber, Cameron. Toi et moi, on sait très bien que ça t'importe peu. – La seule pensée qu’il puisse réellement se soucier d’elle ne lui traversait même pas l’esprit, tant elle était blessée. Elle était même incapable de le regarder droit dans les yeux, préférant fixer un point au-dessus de son épaule pour mieux éviter son regard.

_________________

    --- ( laurel kane )
    i've kissed more bottles than boys and honestly a hangover hurts less than a heartbreak.


Dernière édition par Laurel Kane le Mer 31 Oct 2018 - 16:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 267
⋅ since : 25/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (2/4)

MessageSujet: Re: — same old empty feeling in your heart (camrel).   Jeu 20 Sep 2018 - 14:47

Cameron pouvait entendre le mépris dans sa voix, la froideur. Elle ne laissait passer aucune émotion même si elle devait souffrir. Elle lui rappela qu’il se fichait apparemment de leur relation et de leur ancienne amitié. Cette phrase le blessait au plus haut point. Cameron ne pourrait jamais cesser de tenir à elle, de l’aimer. Il avait beau ne pas savoir exactement la nature de ses sentiments pour la jeune femme, il savait qu’il n’imaginait pas sa vie sans lui. Malheureusement la jeune femme semblait bien décidée à le faire pour lui. Il pensait alors que c’était une erreur pour lui de lui courir après, de s’intéresser à elle. Laurel préférait rester furieuse après lui, elle préférait mettre une croix sur presque une dizaine d’années d’amitié. – Je tiendrais toujours à toi Laurel, peu importe ce qui peut se passer. Lui rétorqua Cam. Il refusait de la laisser parler ainsi. Il tenait toujours réellement à elle que cela lui faisait du mal de l’entendre dire cela. Il aurait aimé qu’elle sache faire la différence, mais malheureusement elle n’en semblait plus capable. Cam savait qu’il l’avait fait souffrir la dernière fois. En effet, il pouvait le voir à la façon dont la jeune femme se renfermait sur elle-même. Elle le faisait à chaque fois qu’elle souffrait, qu’elle perdait le contrôle de la situation. Elle tentait également de l’éloigner en lui faisant du mal à son tour. Cameron remarquait également qu’elle ne le regardait plus dans les yeux et cela voulait tout dire pour lui. D’ailleurs il ne pu s’empêcher de lui en faire la remarque : – Tu n’arrives même plus à me regarder dans les yeux .. Il avait l’impression que tout était fini, qu’elle ne pourrait jamais revenir vers lui d’une façon ou d’une autre. Il décida alors que c’était le bon moment de lui annoncer son départ. Elle s’en ficherait sûrement et elle ne montrerait aucune émotion comme elle sait si bien le faire. – Tu seras sans doute heureuse d’apprendre que dès lundi tu pourras revenir ici sans avoir peur de me croiser. Je m’en vais pour quelques temps. Lui annonça Cameron en essayant de trouver son regard. Il décida alors d’arrêter d’essayer puisqu’elle n’en avait aucune envie. Il regarda alors vers le plafond en se demandant s’il lui restait quelque chose à dire. Il avait décidé de rester évasif sans rien lui expliquer afin de savoir si elle lui poserait des questions, s’il suscitait encore son intérêt. Il se doutait que non malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Laurel Kane

flawed and still worthy.

⋅ paper notes : 312
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address: #176, west side.
contact book:
availability: cameron/leonie, kit, tc lorenzo.

MessageSujet: Re: — same old empty feeling in your heart (camrel).   Dim 14 Oct 2018 - 4:16

Elle n’avait plus aucun moyen de l’éviter : il se trouvait là, face à elle, bloquait la seule issue possible. Prise au piège, confrontée à ce qu’elle avait tenté à tout prix d’éviter, Laurel se braqua. Elle ne pouvait pas paraitre faible face à lui. Elle ne pouvait pas permettre qu’il voie à quel point cette distance qui s’était imposé entre eux, de son plein gré, la faisait souffrir. Son visage se figea et elle laissa la froideur s’emparer de son être pour mieux engourdir ces émotions qu’elle ne contrôlait plus. Le mépris balaya ses propos et sans même jeter un coup d’œil à Cameron, Laurel sut qu’elle l’avait blessé. Et dans sa voix, la déception. L’aveu qu’ultimement, qu’importe où la vie pourrait bien les mener, une petite partie d’elle-même vivrait toujours avec lui. Et ça faisait mal, à attendre. Parce que s’il s’agissait d’une franche vérité pour lui, Laurel, elle, aurait tout fait pour ne pas être à même d’affirmer la même chose. Mais c’était se mentir à elle-même que d’affirmer qu’elle l’avait complètement banni de sa vie. Qu’il ne comptait plus autant à ses yeux. Surtout pas quand son cœur se serrait de le savoir aussi près d’elle, mais pourtant si loin. Son regard quitta son point d’ancre pour se poser sur le sol, dans un coin de la pièce. Il dût le remarquer, cette façon qu’elle avait de l’éviter, car il lui en fit le reproche. Elle ne répondit pas. Il n’y avait rien à dire sur la question, de toute façon. Peut-être qu’à force d’ainsi l’ignorer, il finirait par la laisser tranquille. Par s’éloigner. Par disparaitre, tout simplement. Son annonce aurait dû lui faire plaisir. Lui apporter un certain soulagement de savoir qu’elle ne risquait plus de tomber sur lui pour un temps. Mais c’est une boule à l’estomac qui se format dans le creux de son ventre. Et des interrogations qui resteraient surement sans réponse qui bourdonnait dans son esprit. – Je n’ai plus rien à faire ici. Je ne reviendrai pas. – Peut-être ne savait-il pas qu’elle avait prit la décision d’accrocher ses patins. Pour combien de temps? Elle-même l’ignorait. Quelques mois? Pour toujours? Encore aujourd’hui, elle ne parvenait pas à répondre à cette question. Osant pour la première fois faire face au regard de Cameron, elle pointa ses iris sombres vers ce dernier. Cette fois, pourtant, c’est le sien qui l’évitait. Comme s’il craignait d’en dire plus. De mentionner les raisons derrière cette absence prolongé. Il n’en fallut très peu pour qu’elle s’invente une réalité. – Des félicitations s’imposent j’imagine? Tu n’as pas trop tardé après mon départ pour lui passer la bague au doigt à ce que je comprends. – Après tout, n’était-ce pas son désir le plus cher que d’épouser Leonie, avant qu’elle ne s’invite dans leur petite vie pour tout gâcher, telle un ouragan qui détruit tout sur son passage. Rien que d’y songer lui faisait mal. Une petite larme prit naissance au coin de son œil. Furtive, elle s’échappa de son repère et Laurel réagit à peine lorsqu’elle la sentit s’écouler le long de sa joue. Il n’y eut qu’un soupir las, brisé, tout comme son cœur éreinté.

_________________

    --- ( laurel kane )
    i've kissed more bottles than boys and honestly a hangover hurts less than a heartbreak.


Dernière édition par Laurel Kane le Mer 31 Oct 2018 - 16:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 267
⋅ since : 25/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (2/4)

MessageSujet: Re: — same old empty feeling in your heart (camrel).   Sam 27 Oct 2018 - 14:18

Alors que Cameron venait de lui annoncer son départ, la jeune femme rebondit directement pour lui faire part de sa décision de ne plus revenir ici. Elle décidait donc de raccrocher les patins. Était-ce une façon de demander de l’aide ? De vouloir de l’attention ? Il n’en savait rien. Il n’arrivait plus vraiment à la comprendre et cela ne datait pas d’hier. Sa Laurel semblait avoir disparue Cela ne lui faisait pas plaisir parce qu’elle était née pour être sur la glace, mais ce n’était plus son rôle de s’inquiéter pour elle, de la faire aller dans le droit chemin. Il avait fait de son mieux pour l’aider et l’emmener vers le haut, mais il avait échoué. Il devait cesser de prendre les décisions à sa place. Il devait laisser Laurel mener son propre chemin et faire ses propres erreurs. Dans un sens, il fut vexé qu’elle ne lui demande même pas ce qu’il faisait pour partir. Au contraire, elle fit des suppositions. Cameron ressentit comme un coup de poignard au coeur lorsque Laurel supposa instinctivement que s’il partait pour quelques temps c’était pour se marier avec Leonie comme s’il avait simplement attendu qu’elle parte pour continuer sa petite vie. Il n’en revenait pas qu’elle ne lui donne pas le bénéfice du doute. Elle ne semblait même pas penser aux conséquences de ses actes, aux conséquences qu’elle avait eu sur sa vie. Elle ne se demandait même pas comment il allait. Cameron avait pour ainsi dire presque tout perdu. – C’est vraiment ce que tu penses ? Qu’on attendait que tu ne sois pas dans le paysage pour se marier ? Si c’est ce que tu penses de moi je fais bien de m’en aller. Lui demanda Cameron. Il n’attendait pas de réponse sa question lui prouvait qu’elle n’avait qu’une petite estime de lui. Cela le blessait, mais cela n’aurait pas dû l’étonner, elle aimait aller et penser à l’extrême. – Donc je suis désolé de t’annoncer que non je ne vais pas me marier, je ne vais même pas me fiancer, je ne sais même pas si je suis encore en couple, mais je pars pour un stage de patinage. Rajouta le jeune homme. Il ne savait pas pourquoi il disait cela. Il avait sans doute besoin qu’elle sache que ses paroles avaient eu des conséquences sur lui, qu’il n’avait pas été insensible. Désormais, sa vie était sans dessus dessous. Grâce à cette petite conversation il se rendait compte qu’il avait pris la bonne décision. Après un long silence, il décida de lui dire au revoir une bonne fois pour toute avant son départ. – Je pense qu’on s’est tout dit. Au revoir Laurel, prend soin de toi. Il ne voyait pas quoi rajouter. Il évita soigneusement de la regarder comme pour ne pas voir la peine sur son visage. Partir n’était pas quelque chose de facile, mais il se sentait tellement piégé dans ce quotidien qu’il ne contrôlait plus qu’il préférait fuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Laurel Kane

flawed and still worthy.

⋅ paper notes : 312
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address: #176, west side.
contact book:
availability: cameron/leonie, kit, tc lorenzo.

MessageSujet: Re: — same old empty feeling in your heart (camrel).   Lun 5 Nov 2018 - 1:31

Elle ne chercha pas à comprendre la raison de son départ. Elle ne le questionna même pas quand il le lui annonça qu’il partait pour un temps indéterminé. Non, elle préféra sauter aux conclusions, justifier d’elle-même cette fuite aussi soudaine qu’inattendue, mais pas tant que ça, quand on sait qu’il s’agissait de Cameron. L’homme qui préférait échapper à ses problèmes plutôt que de les affronter de pleins fouets. L’homme qui évitait toute forme de confrontation, qui déguerpissait au moindre conflit comme s’il s’agissait de la peste.  Et voilà qu’il avait l’audace de venir lui dire qu’il partait. Qu’à nouveau, il trouvait une échappatoire pour se sortir de ce guet-apens. Ou pour tout simplement continuer sa vie telle qu’il l’avait imaginé, quelques mois plus tôt, avant qu’elle ne vienne y faire des vagues. Mais ses propos semblent visiblement blessés le patineur, qui s’offusque presque qu’elle l’imagine capable de faire une telle chose. – Si j’avais su me taire quand il le fallait, ça serait déjà une chose du passé, Cameron. Ne vient pas prétendre le contraire. – Leonie, il la considérait comme la femme de sa vie, comme celle avec qui il avait envie de vieillir, de faire des projets pour un futur commun. Une place qu’elle avait toujours considérée sienne, d’une certaine façon. Mais cette fille la lui avait ravie, sous le nez, lui arrachant des mains cet avenir qui s’effritait désormais pour ne devenir que poussière. Qu’il parte pour un stage de patinage ne l’interpela pas d’avantage que les quelques mots qu’il prononça juste avant. – Je ne te comprends plus. – avoua-t-elle finalement dans un soupir agacé. – Pourquoi tant d’hésitations, maintenant que tu as le champ libre. Je ne suis pas, ou plus un obstacle pour ton bonheur. Et tu ne m’aimes pas, de toute façon. Tu me l'as bien fait comprendre. – Elle martèle ses mots comme on enfonce un poignard dans le chair de quelqu’un. Comme si la pointe de cette lame se planterait, à chaque mot, un peu plus profondément dans son cœur qui saigne de lui cracher cette amère vérité au visage. Des propos qui s’était ancré dans sa mémoire, marqué au fer rouge, afin qu’elle ne les oublie jamais. Une cicatrice qui pesait sur son âme en peine. Le silence qui s’installe entre eux la force néanmoins à réévaluer le sens de ses confessions, à y trouver là un aveu troublant qui la chamboule plus qu’elle ne le laisse paraître. Et alors qu’il semble vouloir mettre un terme à cette conversation aux airs de confrontations, alors qu’il semble être prêt à lui tourner définitivement le dos, Laurel tend la main pour le retenir, s’accrochant à l’un de ses bras pour l’empêcher de partir. Un geste si familier qui lui parait si déplacé, désormais. Comme s’ils étaient devenus deux étrangers l’un pour l’autre. Des inconnus qui se connaissent par cœur, ou presque. – Cameron. – Elle le tire légèrement vers elle pour l’obliger à se détourner de la porte qu’il s’apprêtait à prendre. Pour qu’il la regarde, une bonne fois pour toute. Mais il ignore son regard, il l’évite avec toute la volonté qui l’habite. Consciente de l’urgence du moment, de cette dernière chance de se faire entendre, c’est sans invitation que la jeune femme s’empare des lèvres de son ancien partenaire de glace. Qu’elle scelle leur bouche l’une à l’autre dans un baiser à saveur douce-amère, teinté du goût salé des larmes qui glisse silencieusement le long de ses joues.

_________________

    --- ( laurel kane )
    i've kissed more bottles than boys and honestly a hangover hurts less than a heartbreak.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 267
⋅ since : 25/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (2/4)

MessageSujet: Re: — same old empty feeling in your heart (camrel).   Lun 5 Nov 2018 - 19:54

Cameron ne s’attendait pas à ce que Laurel lui balance une telle punchline. Réellement il ne comprenait pas à quoi cela servait. Il ne comprenait pas son but. Est-ce qu’elle faisait exprès d’essayer de le blesser ? Est-ce qu’elle faisait semblant de se montrer odieuse ? Elle avait déjà les réponses à ses questions. Il n’en pouvait plus et il comprenait alors qu’il avait pris la bonne décision en décidant de s’éloigner. La jeune femme est néfaste pour lui, il commence à s’en rendre compte. Il était d’une certaine façon déçue parce qu’après leur dernière discussion il pensait qu’elle était plus douce que Leonie, mais apparemment ce n’était pas le cas. Elle cherchait à taper là où ça faisait mal. – Et si tu avais su parler au bon moment je ne serais sans doute jamais sortie avec Leonie, c’est ironique la vie. Lui rétorqua Cameron. Il savait qu’il venait de lancer les hostilités cependant, il en avait assez d’entendre ses réflexions. Apparemment, elle savait tout mieux que lui. Il allait bientôt partir et il n’avait plus rien à perdre. Puis Laurel continua à le pousser à bout. Elle voulait savoir pourquoi il hésitait autant maintenant qu’il avait le champ libre. Elle lui rappelait qu’il ne l’aimait pas. A nouveau elle se disait ce qu’elle voulait entendre. Il ne savait pas ce qu’elle souhaitait. Est-ce qu’elle voulait le faire avouer quelque chose ? Cameron se demandait même si elle ne le faisait pas exprès. Elle devait bien se douter au fond qu’il avait des sentiments pour elle. Il en avait toujours eu et il se demandait s’il n’en aurait pas toujours. Cameron était agacé et c’est pour cela qu’il ne pris pas la peine de répondre. Il préférait s’en aller. Soudain, alors qu’il comptait partir Laurel tend la main pour le retenir, s’accrochant à l’un de ses bras pour l’empêcher de partir. Il refuse néanmoins de se laisser faire, il est fatigué, déçu par la situation. Elle le tire légèrement vers elle pour l’obliger à se détourner de la porte qu’il s’apprêtait à prendre. Cameron s’attendait à beaucoup de choses, mais pas à ce que la jeune femme ne vienne l’embrasser. Ce baiser si inattendu, mais également inespéré. Pourtant, Cameron ne le vit pas ainsi. Il avait toujours imaginé l’embrasser, mais pas dans ces circonstances. Il se dégagea rapidement avant de lui dire : – Ne fais pas ça, tu ne peux pas faire ça après tout ce que tu me dis. Il voulait qu’elle se rende compte que ses actes et ses paroles étaient en totale contradiction. Il n’avait pas envie de se laisser influencer par un baiser, peu importe combien il l’avait attendu toute ses années. – Tu avais des années pour faire ça et tu choisi de le faire au moment où je dois partir ? C’est toujours comme ça avec toi, tu me veux quand je ne peux pas et dès que je suis libre tu t’effaces. Lui rappela le jeune homme. Il s’agaçait et finissait par lui dire ce qu’il ressentait. Il savait qu’il allait lui faire du mal, mais elle lui en faisait aussi. Elle gâchait l’espoir d’un baiser, d’une fin heureuse en faisant ce geste dans un élan désespéré. – Tu ne m’aimes pas, tu penses peut-être que tu m’aimes, mais ce n’est pas ça l’amour. Tu n’aimes pas quelqu’un ou tu n’embrasses pas quelqu’un quand il va partir. Au fond, tu as juste peur de te retrouver seule. Je ne serais pas ton choix de secours. Fini par lui dire Cameron. Il pensait chacune de ses paroles, à ses yeux Laurel n’était pas amoureuse de lui, elle ne se comportait pas comme quelqu’un d’amoureux. Il pensait simplement qu’elle agissait par peur de le voir partir loin d’elle pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Laurel Kane

flawed and still worthy.

⋅ paper notes : 312
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address: #176, west side.
contact book:
availability: cameron/leonie, kit, tc lorenzo.

MessageSujet: Re: — same old empty feeling in your heart (camrel).   Lun 10 Déc 2018 - 3:07

Une véritable handicapée des sentiments. C’est ce que Laurel était. C’est ce qu’elle serait toujours. Et toute cette situation avec Cameron ne faisait que lui confirmer, une fois de plus, que ce bonheur d’être amoureux ne figurait pas dans les présents que lui ferait la vie. Qu’au contraire, elle maudirait chaque instant où son cœur battrait férocement pour un autre. Tout moment où il battrait pour lui. Ils se déchiraient alors qu’ils auraient dû s’aimer. Et de par leur colère respective, de par cet orgueil vicieux qui les rendait terriblement humains, ils se blessaient car ils ne savaient pas faire mieux. Elle regrettait chaque mot sortit de ce bouche ce jour-là. Chacun conversation qu’ils avaient eu au cours des derniers mois. De micro-agressions qui avaient abimés ce qu’ils avaient pourtant de si précieux entre eux, auparavant. Et dont il ne restait désormais plus rien. Que des souvenirs qui s’abimeraient dans le vent. Qui s’effaceraient avec le temps. Car de retour en arrière, il n’était possible d’en faire. Ça aurait pourtant été si simple. Appuyée sur Rewind et la maintenir enfoncée jusqu’à atteindre le moment où elle aurait dû apprendre à se taire. Rejouer la scène et ravaler ses aveux, les faire prisonniers dans un coin reculé de son cœur pour ne plus jamais y repenser.  Pour ne plus qu’ils menacent de s’échapper. Mais il était trop tard pour ça. Trop tard pour rattraper les erreurs du passé. Trop tard pour éviter qu’ils ne s’autodétruisent à coup de poignard en plein palpitant.  
C’est la panique qui s’empare d’elle au moment où elle réalise qu’elle est sur le point de le perdre. Que s’il franchit cette porte, là et maintenant, elle n’aura plus qu’elle a blâmer pour l’ultime déchéance de leur relation. Elle s’accroche à son bras, dans un vain espoir de le retenir. Son cœur se serre alors qu’elle le sent fermement s’éloigner dans la direction inverse. Mais elle n’est pas encore prête à le laisser partir. Elle ne sera surement jamais, à vrai dire. Comment pourrait-elle survivre sans un tel pan de sa vie? À croire qu’elle n’était bonne qu’à ça : faire fuir les hommes de sa vie. Son frère jumeau. Et maintenant Cameron. Ce baiser qu’elle posa sur ses lèvres était sans doute le geste en trop, le geste qui signerait la fin de ce qu’il était. Mais elle préférait encore vivre avec des remords que des regrets. Elle tituba vers l’arrière lorsqu’elle sentit qu’il la repoussait. Elle perdit pied alors que les mots se fracassaient contre sa silhouette, son dos allant se frotter contre les casiers qui ornait les murs du vestiaire. C’est une averse d’acerbes vérités qui pleuvaient sur elle, des paroles dites avec une telle froideur qu’elle eut l’impression que chacune des syllabes qu’il prononçait marquait sa chair, pareil à des coupures de papiers. Sa bouche s’entrouvrit pour se refermer aussitôt, les sons se bloquait au creux de sa gorge, lui donnait cet infime sentiment d’étouffement. Les larmes brouillaient toujours sa vision, l’empêchant de croiser le regard de cet homme qu’elle croyait tant connaître. Une déception amère au bout des lèvres, elle ferma les yeux quelques secondes, le temps de se redonner une certaine contenance. Pour ne pas perdre la face une seconde fois. Elle renifla à quelques reprises, balaya du revers de la main les larmes qui coulaient toujours le long de ses jours. Et c’est seulement à ce moment-là qu’elle accepta de relever la tête pour vriller ses yeux dans les siens. – Tu as raison Cameron, comme toujours. – Son ton assuré n’aurait pu camoufler le trémolo de sa voix, peu importe les efforts qu’elle y mettait. Peu importe l’ironie qui en ressortait. Elle se mentait à elle-même en confirmant les dires de son ancien partenaire. Mais autant lui dire ce qu’il voulait vraiment entendre. Autant lui faire croire qu’il avait raison sur toute la ligne, si ça pouvait lui permettre d’avoir la conscience tranquille. Laurel, elle garderait la douleur rien que pour elle. Après tout, elle le méritait. Réajustant le sac sur son épaule, elle ne tarda pas à le contourner pour s’avancer vers la porte. Main tendu sur la poignée, elle s’arrêta pourtant un instant, sans toutefois se retourner. – Tu n’as jamais été mon choix de secours, Cam.Il n’y a jamais eu que toi. Et sans attendre son reste, elle disparu dans le couloir, sans oser même un regard en arrière.

Sujet terminé pour Laurel.

_________________

    --- ( laurel kane )
    i've kissed more bottles than boys and honestly a hangover hurts less than a heartbreak.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: — same old empty feeling in your heart (camrel).   

Revenir en haut Aller en bas
 
— same old empty feeling in your heart (camrel).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» The way of the heart.
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: