fermeture du forum.

Partagez
 
 boom clap, the sound of my heart (jacob)
Aller en bas 


Invité
Invité

click down

boom clap, the sound of my heart (jacob) Empty
MessageSujet: boom clap, the sound of my heart (jacob)   boom clap, the sound of my heart (jacob) EmptyJeu 30 Aoû 2018 - 22:58




- Jacob & Misha -
loftoutfit

En grande femme occupée, la jeune assistante venait de passer harassante journée. Toute fraîche arrivée au sein de la maison d’édition, il y a encore tout à faire : ses preuves, sa place. Elle a peur. Peur de ne pas être à la hauteur, peur d’être faible et incompétente. La trouille au ventre. Paradoxalement, c’est ce sentiment négatif qui est le plus fort moteur dans son objectif de se dépasser d’y arriver. Une tasse de café. Une réunion éditoriale. Une tasse de café. Jamais bon de tourner à la caféine, c’est pourtant l’unique substance qui semble apaiser ses nerfs fragiles. Dix-huit heures arrivent finalement rapidement, elle sait quelle direction prendre en sortant de son travail : la piscine. Temple de l’eau, l’endroit où elle passe beaucoup de temps, son exutoire. Se défouler, se concentrer sur rien d’autres que les sensations. L’eau qui file le long de son corps. Les battements de son cœur qui pulse, empli de vie. Son souffle régulier, comme métronome du mouvement, de cette énergique symphonie. Une bonne séance pour elle, temps pour elle de rejoindre son loft. Les bras chargés, entre les manuscrits, son sac à main et son sac de sport ainsi que le téléphone à l'oreille, la tâche est périlleuse. Une fois entrée, elle pose tout sur le plan de travail et continue sa conversation téléphonique. Tegan, sa soeur, toujours aussi bavarde. Il faut dire que cela fait un an qu'elle ne se sont vu que par l'intermédiaire d'une caméra. La jeune femme est parti depuis ce temps à l'étranger, la grand-mère a pleuré toutes les larmes de son corps lors du départ et même après. Le côté baroudeur de sa sœur l'a toujours émerveillé, elle n'est pas certaine qu'elle aurait le même courage. Tegan lui manque terriblement, c'est pour cette raison qu'elle ne manque aucun appel ni même once de nouvelles, avec la terrible hâte de la serrer de nouveau dans ses bras. Elles discutent encore quelques minutes avant que Misha ne raccroche, le cœur un peu lourd. Déjà vingt-et-une heures, heureusement qu'elle a pris une journée de congé le lendemain. Passant dans la salle de bain, elle attache ses cheveux encore humides en un chignon flou et enfile son pyja-short bordeaux, se délestant de son tailleur pantalon de la journée. Retournant au salon, elle allait commencer à ranger le plan de travail quand soudain, on sonne à la porte d'entrée. Elle fronce légèrement les sourcils, perplexe. Elle n'attends personne ce soir. Passant près du porte manteau, elle attrape un gilet noir et l'enfile avant d'entrouvrir la porte, laissant juste passer son visage. Fracture de la rétine. Il est là. Lui. Jacob. Son cœur rate un battement. Deux semaines qu'elle n'a pas eu de nouvelles, rien. Elle l'a laissé avec ce message sur son oreiller, signé "son courant d'air". Le voilà, dans toute sa splendeur. « Mon dieu, Jacob ! » dit-elle, d'une voix surprise. Elle se détache de la porte, se décalant pour qu'il puisse entrer. Il a l'air visiblement chargé. « Qu'est-ce que tu fais là ? Je pensais que tu étais bien loin d'ici aujourd'hui. » Un large sourire se dessine sur les lèvres de la jeune femme, elle est si heureuse, bien plus qu'elle ne voudrait l'admettre. Elle ferme la porte, plaquant son dos sur cette dernière une fois qu'elle est fermée. Ses iris le scrutent, elle en oublie presque de respirer. D'habitude, il la prévient quand il arrive mais cette fois-ci, c'est une surprise. Soudain, elle se souvient de sa tenue face à lui. Ses joues prennent une teinte rosée alors qu'elle ferme le gilet sur son corps. Il l'a pourtant vu dans le plus simple appareil mais elle a si souvent l'impression d'être mise à nue face à lui qu'elle en est parfois gênée. Elle baisse le regard, tentant de cacher son trouble. « Tu reviens d'où comme ça, dis moi ? » dit-elle, plus doucement. Il a ce pouvoir de la rendre vulnérable, si seulement, elle pouvait savoir pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Ryder

Jacob Ryder


⋅ paper notes : 130
⋅ since : 03/04/2018

click down

- getaway car.
address: .023 brighton west side
contact book:
availability: ●●○○ (andy, james)

boom clap, the sound of my heart (jacob) Empty
MessageSujet: Re: boom clap, the sound of my heart (jacob)   boom clap, the sound of my heart (jacob) EmptyVen 31 Aoû 2018 - 18:16

misha & jacob
{ 'cause I need this more than I knew
more than I'd like, more than you do }

L'autre bout du monde a parfois un goût amer, une solitude toute particulière, une lassitude inavouable. Depuis qu'il a raccroché l'uniforme, Jacob a passé plus de mille cinq cents heures dans les airs ; juste assez pour s'évader, pas assez pour oublier. C'est paradoxal, tout semble lui manquer dans la marine. La sensation d'importance, de devoir, l'impression de servir enfin à quelque chose. Les gens, aussi. Le rythme de cette vie cadrée. Ne pas se poser de question ; la feuille de route est là, simple et claire. Tout lui manque oui, tout, sauf la guerre et les horreurs qui en découlent. Pourtant, parfois, lorsqu'il trimbale quelques huit cents âmes au-dessus des océans, il se dit qu'il pourrait être ailleurs. Faire autre chose. Seulement voler, c'est ce qu'il aime. Cette adrénaline au décollage, la beauté du ciel, la sensation d'être plus qu'un simple homme. Jane lui dirait certainement qu'il a un léger complexe de Dieu là-dessous. Peut-être. En attendant, lorsqu'il a posé l'appareil à l'aéroport de Sidney quelques jours plus tôt, c'est un malaise palpable qui flottait dans l'air. Il aurait pu se réjouir, aurait dû, connaissant ce pays pour y avoir déjà passé quelques instants mémorables. Mais la femme qui l'attendait dans le hall n'avait plus le sourire radieux qu'il lui connaissait ; la mort dans le regard, Patti essayait du mieux qu'elle pouvait de cacher sa peine. Voir Jake, c'était revoir un bout de son Trevor revenir.Sauf que Trevor ne reviendrait plus. Jamais.
Il a passé du temps avec la jeune veuve, se remémorant les bons moments, le fantôme d'un homme qu'ils avaient tout deux aimé flottant au-dessus d'eux. Il a essayé d'apprécier son séjour, mais ces ombres-là sont dures à chasser, une fois accrochées. Ça lui rappelle James et ses mots acerbes. T'étais pas là. T'as toujours eu la tête dans les nuages. Si seulement. Ce serait plus simple. C'est ses tripes qu'il laisse sur chaussée, son cœur qui traine sur l'asphalte. Et ça fait mal. Toujours. Alors il erre dans cette ville aux souvenirs vivaces, fait semblant ; il est doué pour ça. Donne le change. Respire de nouveau lorsqu'il se rassoit dans le cockpit ; celui qui va le ramener à Brighton. Il se rend compte de la nécessité de ce calme qu'il a retrouvé là-bas. Et, quand il y pense un peu plus, entre deux turbulences, c'est son image qui s'impose. Elle. Son sourire, même de souvenir, appelle le sien. Il sait qu'il n'a pas le droit de s'imposer dans sa vie, certainement pas après des jours de silence radio, et pourtant. Il sait très bien que la seule chose dont il a envie, c'est d'elle.
De son rire cristallin, du grain de sa peau, de la douceur de ses mots. Il hésite quelques secondes lorsqu'il commande son taxi, se ravise, non il ne peut pas ; bien sûr qu'il peut. La fatigue s'envole alors qu'il passe devant le petit fleuriste de l'aéroport sur le point de fermer. C'est un signe, qu'il se dit. Il lui prend une rose, une simple rose, pour l'intention plus que pour la forme. Pas pour s'excuser. Juste parce qu'il en a envie. En descendant du taxi, c'est un doute qui le prend. Et si. Si elle n'est pas là, si elle est là, si un autre homme est là. Après tout... elle ne lui doit rien. Il comprendrait que le reste du monde veuille sa part d'elle. Pourtant, ses jambes se mettent en marche, l'exaltation prenant l'ascendant sur le doute. 'Je sais qu'il est tard... mais j'avais envie de te voir.' c'est aussi simple que ça, aussi simple que ses yeux qui retrouvent la profondeur des siens, aussi simple qu'elle qui envoie balader le bruit qui l'habite. Misha lui sourit. Plus rien ne compte vraiment. Il entre, sac en main, ne se dit pas une seule seconde que ça peut paraitre bizarre. Lui tend sa rose, sans un mot. Se délecte de son visage. 'J'étais en Australie pour quelques jours.' il a le don de rester vague lorsqu'il ne veut pas parler de quelque chose. C'est son mécanisme de défense, ce n'est pas personnel. Elle détourne le regard en rabattant son gilet sur sa silhouette et il esquisse un sourire. Y a toujours cette réadaptation entre eux, comme s'il leur fallait un peu de temps pour s'apprivoiser de nouveau. Jake, il aime bien ce flottement. Ça lui électrise les sens. 'Tu sembles aller bien...' il peut être intense, parfois, lorsqu'il pose sa voix, que ses yeux ne quittent pas l'objet de leur désir. Elle, en l'occurrence. Mais la question n'en est pas moins anodine. Il a envie de savoir. Avec elle, il a besoin de savoir.

_________________

ryder --- if i had the time, i'd stop the world and make you mine, and every day would stay the same with you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 boom clap, the sound of my heart (jacob)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Ouverture du procès de Jacob Zuma en Afrique du Sud
» INQUIETUDE DE B. OBAMA A JACOB ZUMA POUR LE RETOUR D'ARISTIDE AVANT LE 20 MARS
» Newark post (la coupe a jacob josefson)
» The way of the heart.
» Jacob le karateka

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: