fermeture du forum.

Partagez | 
 
 the only risk is that you'll go insane (rake)
Aller en bas 
Maxine Rosendale

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 436
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed (ford, jax, rake, robby, josh)

MessageSujet: the only risk is that you'll go insane (rake)   Dim 19 Aoû 2018 - 21:51


Ses bras dansent avec l'eau chlorée, simultanément. Le crawl, c'est quelque chose de mécanique, qui permet à Maxine d'extérioriser tellement de choses. Nager, c'est se focaliser sur autre chose. Quand la colère gronde, il lui suffit d'accélérer la cadence, de surpasser ses limites. De fatiguer l'hôte qu'est ce corps. Afin qu'une fois rentrée, cette même fatigue terre son esprit dans les draps de son lit. Au vestiaire, de l'eau perle encore de ses cheveux à ses épaules, malgré les quelques coups de sèche cheveux après sa douche. Elle se rhabille machinalement. Découvre un nouvel hématome, un deuxième, puis un troisième à la drôle de forme cette fois-ci. Elle malmène son corps dernièrement, avec le sport, avec ses mouvements brusques qui rencontrent des surfaces meublées beaucoup trop souvent. Des douleurs si accessoires en comparaison de la douleur qui ondule dans sa poitrine. En sortant de la piscine, elle enjambe sa moto, enfile son casque, en route vers le supermarché à seulement quelques mètres. Elle doit racheter de la nourriture pour poissons depuis trois jours déjà. Ils vont finir par mourir si elle ne prend pas ses responsabilités à coeur. C'est ça que tu veux Maxine, encore plus de morts dans ta sombre vie ? Mais à peine arrivée à l'entrée du parking, une voiture lui barre la route. Elle freine d'abord violemment. Avant de répondre avec provocation, en profitant de l'arrêt soudain des quatre roues pour redémarrer plus vite que celle-ci et passer si près du pare choc pour faire grincer le conducteur. Maxine ne cherche pas à savoir qui est en tort. Elle n'en a que faire. Tout comme ce qui aurait pu advenir, de plus grave. A deux roues, c'est si facile, la vitesse, la marge de manoeuvre, elle se faufile partout, comme si la route lui appartenait, comme si le danger n'existait pas. Protégée derrière une visière teintée. Comme si c'était suffisant. Elle reprend donc le fil de sa course, jusqu'à l'entrée du supermarché où elle se gare, à l'espace prévu pour ce type d'engin. Elle retire son casque, range ses clés à l'arrière de son pantalon, rehausse son sac à dos. Alors qu'elle commence à se diriger vers les portes coulissantes, on l'interpelle, comme on appellerait un animal qui s'enfuit ou/et désobéit. Tandis que son premier instinct est d'ignorer son cher intrus, elle se retourne pourtant, pour découvrir que son inconnu, n'a rien d'un étranger et qu'elle aurait mieux fait de suivre son instinct. Shit. Fuck my life or whatever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rake Hyatt

Rake Hyatt
we're far from the shallow now.

⋅ paper notes : 121
⋅ since : 21/05/2018

click down

- getaway car.
address: #38, east side.
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] maxine, donna, tara.

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Lun 20 Aoû 2018 - 0:25

Le silence dans le loft qu'il habite depuis son retour se fait assourdissant au fil des minutes, seul le tic tac de l'horloge raisonnant entre les murs. Il a beau essayer de se concentrer, de faire autre chose, d'écouter les bruits environnant, il n'entend que ça. Un tic tac incessant, qui ne cessait de lui rappeler la triste réalité de sa vie. Après toutes ces années, tous ces voyages au quatre coins du globe, il était seul. La quarantaine qui approchait à grand pas, et pas l'ombre d'un début de famille. Il avait toujours rêvé de tout ça, pourtant. La femme parfaite qui fait de bons petits plats, les enfants qui courent dans le jardin de sa grande et magnifique demeure. Tout ça, il l'avait souhaité, il l'avait pu l'imaginer. Mais la réalité de Rake était bien loin de cette fantaisie, et il se complaisait à vivre seul dans un loft de la ville où il avait grandi, passant la moitié de son temps à travailler, l'autre moitié à questionner la plupart des choix qu'il avait fait dans sa vie. Ç'en était trop. Attrapant ses clés, il quitta le loft, laissant derrière lui le tic tac de l'horloge et le trop grand nombre de questions qu'il s'était posé au fil des heures. Il était heureux, Rake. Il aimait sa vie. Pourtant, lorsqu'il se retrouvait seul, sans personne avec qui partager sa journée et ses aventures, il en revenait toujours à se demander ce qu'il avait pu bien faire pour en arriver là. Ses pieds le menèrent rapidement sur le chemin du supermarché. Il n'a pas vraiment besoin de quoi que ce soit, mais son cerveau se met déjà à faire un semblant de liste dans sa tête, simplement pour se donner une raison d'y aller. Du riz, de l'huile, des feuilles blanches pour l'imprimante de la salle de spectacle. Il en a besoin, c'est du moins ce qu'il tente de se faire croire. Il en a besoin, tout de suite. Les pensées encore embuées par un trop plein de réflexion, le Hyatt ne releva la tête qu'au bruit redoutable d'une moto qui entra sur le parking en même temps que lui. Il grimaça, secouant légèrement la tête. S'il aimait la musique, il était bien trop sensible à ce genre de bruits sourds. L'homme continua de marcher, regardant rapidement autour de lui avant de la remarquer. À l'instant où elle retira son casque, il sentit le temps se stopper quelques secondes, le laissant solitaire avec le choc de la revoir, après tant d'années. Elle n'avait pas changé. Les mêmes cheveux bruns, les mêmes grands yeux. Ses traits étaient tirés par les années qui le séparait de la dernière fois qu'il l'avait vu. Trop d'années. La brune ne sembla pas le remarquer, continuant son chemin. — Maxine ! — Sa voix se fit plus forte qu'il ne l'attendait, et il se surprit lui-même à redire son prénom pour la première fois depuis leur séparation, depuis son départ. Il s'avança légèrement, quelques bas, avant de se figer à nouveau, son regard scrutant toujours le visage de ce fantôme du passé. — Salut. — marmonna-t-il finalement. — Ça fait une éternité. — Si lui ne redoutait pas ses retrouvailles inattendus, il doutait pourtant qu'elle lui accorde le meilleur des accueils, mêmes s'ils étaient sur le parking d'un supermarché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Rosendale

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 436
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed (ford, jax, rake, robby, josh)

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Mar 21 Aoû 2018 - 20:06


Dans un tout autre scénario, elle tourne des talons et disparaît dans la foule du supermarché. Dans cette réalité mal faite, elle se contente de baisser la tête, laissant ses cheveux recouvrir son visage le temps d'échapper un soupir et d'écarquiller les yeux de manière exagérée. Rake. C'est comme si l'univers s'acharnait sur elle par moment. Une éternité, c'est le cas de le dire. Une éternité loin de toi, toi de moi, c'est tout ce qu'on peut espérer, pas vrai ? C'est ce que tu voulais. Elle pensait qu'après avoir quitté la ville, il ne reviendrait jamais. Cependant, le voilà aujourd'hui, devant elle, de chair et d'os. Toujours aussi beau ma foi. Mais toujours aussi agaçant cela dit. L'un ne va t-il pas sans l'autre ? C'est à se demander. Tout comme ce qui le ramène ici. Ceci n'est en aucun cas son affaire. Alors qu'une certaine amertume se niche entre ses côtes, Maxine est aussi incroyablement calme. Elle pourrait cracher son venin à l'heure qu'il est, laisser cette vilaine habitude prendre le dessus. Pourtant, une forme d'indulgence divine règne et rentre en conflit avec cette impulsion. Aujourd'hui, ironiquement, elle comprend mieux. Ce qui l'a poussé à partir, à tout quitter. Le deuil. Une réalité trop difficile à digérer. Ce n'est pas faute d'y avoir pensé. Mais où aller ? Quoi faire ? Une énième aventure sans lui ? A quoi bon.. Plus rien n'a plus le même goût, pas même ces retrouvailles. Qu'elle a tout de même imaginé, par le passé, comme défouloir quand tout à basculer la dernière fois qu'il a posé son regard sur elle. Elle imaginait cette réunion plus explosive, plus bruyante. — Rake.. — Pourtant, sur le fait accompli, Maxine n'a pas envie de hausser le ton Comme elle n'a pas envie de converser non plus. Encore moins avec lui. — Ravie de te savoir vivant.Everything is about death with that girl. But even some undead ones can remain extinct. Son timbre de voix a beau être serein, ça pique. Huit années, si elle ne se méprend pas. Huit années de silence. Huit années que tout est parti en fumée. On pense oublier. Jusqu'à ce qu'une marée de souvenirs s'échoue à vos pieds, jusqu'à vous faire perdre l'équilibre. On ne peut pas le prévenir, ni le guérir. On peut juste encaisser, en silence, sourire. Accorder une révérence. — Sur ce, bonne journée.Belle et longue vie à toi. Elle camoufle ses pas hésitants. Ravale tout ce qu'elle aurait aimé déblatérer. Tout ce qu'elle n'aura jamais l'occasion de dire. Parce qu'après tout, cela n'y changera rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rake Hyatt

Rake Hyatt
we're far from the shallow now.

⋅ paper notes : 121
⋅ since : 21/05/2018

click down

- getaway car.
address: #38, east side.
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] maxine, donna, tara.

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Mer 22 Aoû 2018 - 1:03

Un seul regard à son doux visage lui avait rappelé beaucoup trop de choses. Comme un flashbacks des années passées, une compilation des meilleurs moments. Des meilleurs moments avec elle. Cette brunette, c'était la seule à avoir vraiment fait sa marque dans la vie et le coeur de Rake. Il l'avait aimé, comme il n'avait jamais su aimer à nouveau, après ça. Il avait aimé ses grands yeux bruns, la façon dont ses pommettes ressortaient lorsqu'elle souriait. De sa personnalité hors du commun à la moindre de ses manies, il l'avait aimé tout entière, sans le moindre retenue. Même pendant ses voyages, les soirs où la mélancolie s'était installée dans sa tête, c'était à elle qu'il repensait sans cesse. La brunette qui l'avait fait se sentir vivant sans qu'il ne sache comment, qui lui avait fait découvrir l'Amour avec un grand A. Voilà qu'ils se regardaient presque comme des étrangers, des collègues perdus de vue, comme si ce qu'ils avaient partagés n'avait pas réellement compter. Il regrettait son départ. Il regrettait leur rupture. Il ne doutait pas de la peine qu'il avait dû causer en la quittant, aussi poliment l'avait-il fait. Mais ce départ, il en avait eu besoin. Quitter la ville pour mieux se trouver, loin du chagrin qu'avait causé la mort soudaine de ses parents. Il avait osé espérer qu'elle l'attendrait, mais au final, il n'était même pas revenu. Rake était en tord, de A à Z. Il n'oserait jamais le nier. Prêt à supplier qu'elle accepte ne serait-ce que de lui parler, il calma ses ardeurs, les cris de son coeur qui n'avait jamais oublié son amour pour elle. Ravie de te savoir vivant. Ils n'avaient pas gardé contact. Il n'avait pas donné de nouvelles. Une autre erreur à ajouter à la longue liste de celles qu'il avait commit à son égard. Et elle fit volte-face, prête à repartir, à continuer de vivre sa vie comme s'il n'existait pas. L'avait-elle effacé de tous les souvenirs ? Brûlé les photos qu'ils avaient pu prendre ensemble, à l'époque ? Était-il le seul encore hanté, parfois, par son rire ou le son de sa voix ? Rake aurait pu la laisser partir, mais il refusait d'en rester là. Quelques pas de plus, les rapprochant avant qu'elle ne s'éloigne trop, et il l'interpella à nouveau. — Maxine, attends. — Les mots s'arrêtèrent là, incapable de savoir ce qu'il voulait lui dire. Ça faisait trop longtemps, mais il n'avait pas pour autant préparé un long speech d'excuse. Ce n'était pas son genre. Il les avait déjà toutes servies lorsqu'il lui avait annoncé la nouvelle, de toute façon. — Accorde-moi cinq minutes, et si tu as toujours envie de t'enfuir... je te laisserais partir. — Pourquoi aurait-elle accepté ? Elle ne lui devait rien. Et de toute façon, il n'avait rien à lui dire. Rien qui pourrait la convaincre de reprendre un quelconque contact, d'aller prendre un verre, en l'honneur du bon vieux temps. Si certains restaient en bon terme avec leur ancienne petite-amie, ce n'était pas le cas de Rake Hyatt. Il le réalisait, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Rosendale

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 436
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed (ford, jax, rake, robby, josh)

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Sam 25 Aoû 2018 - 19:37


Le problème étant que Maxine ne sait pas comment réagir ni même quoi dire. Les années sont passées, ont fait leur travail. Du moins, c'est ce qu'elle pensait. Mais le revoir là aujourd'hui, ça fait quelque chose. C'est amer. Ça écrase une partie du cœur contre une surface solide et tranchante. Pourtant, l'anatomie, c'est quelque chose que Maxine connait par cœur. Alors comment est-ce possible exactement ? Tandis que ses pieds se figent, la vue sur son dos, c'est tout ce qu'elle peut lui accorder pendant des secondes. Des secondes beaucoup trop longues pour paraître naturelles à l'humain. Son prénom, au bout de ses lèvres, c'est comme une musique dont on oublie jamais vraiment les paroles. Puis, quand elle finit par faire demi-tour, elle plonge enfin son regard dans le sien, redresse et croise les bras au niveau de son abdomen. Comme pour se rendre plus imposante. Maxine est toujours aussi petite à ses côtés et ressent le besoin de compenser. I'm tough you know. Pour la première fois depuis cette entrevue, elle l'observe avec détail. L'âge aussi, a fait son travail de son côté. Son visage a quelque chose de différent. Quelque chose qu'elle ne pourrait nommer, ni pointer du doigt. Il a surement l'air plus mature, tout simplement. Il faut dire qu'ils étaient si jeunes, quand ils se sont rencontrés. Si naïfs et innocents. Regardez les aujourd'hui. Regardez les bien.. Mais au moins, ils partagent toujours quelque chose après tout ça. Il a perdu sa famille. Elle a perdu son côté droit. Un point commun. Quelque chose de macabre, qui change une personne. Mais il n'est surement pas au courant, du moins, elle l'espère. Elle n'est pas prête à avoir cette conversation, encore. Comme un énième couteau au milieu du thorax. — Cinq minutes hein ? — Après tout, s'il souhaite conduire la conversation. Laissons le faire. Qu'est-ce qu'il pourrait donc bien avoir à dire ? — Je t'écoute. — Après, ça sera son tour. De partir. De rebrousser chemin. De l'abandonner, comme il a pu le faire avant elle. Sauf que Maxine, elle ne quitte pas la ville. Ce n'est pas elle qui a baissé les bras. On lui a forcé cette situation. Ce qu'elle a encaissé, en silence. Puisque le silence, c'est tout ce qu'il a bien voulu lui offrir comme cadeau de départ. Alors à son tour, elle lui tournera le dos, pour la seconde et dernière fois. You better Max, you better.. Don't fall again, the ground is reinforced concrete.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rake Hyatt

Rake Hyatt
we're far from the shallow now.

⋅ paper notes : 121
⋅ since : 21/05/2018

click down

- getaway car.
address: #38, east side.
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] maxine, donna, tara.

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Dim 26 Aoû 2018 - 16:43

Rake avait ce besoin parfaitement inexplicable de s’assurer que Maxine allait bien. C’était soudain, car il n’avait jamais tenté de la recontacter pour prendre de ses nouvelles. Et pourtant, là, en la voyant devant lui, il se devait de faire en sorte qu’elle lui pardonne, qu’elle oublie à quel point il l’avait fait souffrir. Mais il n’avait aucune idée de comment s’y prendre. Ça faisait longtemps, trop longtemps sans le moindre signe de vie, pour qu’il ne sache ce qu’elle avait besoin d’entendre. Qui était-elle aujourd’hui ? Si lui avait changé, il doutait que c’était aussi le cas de sa douce Maxine. Elle le toise du regard, et il pourrait presque se sentir petit face à elle, s’il ne faisait pas vingt centimètres de plus qu’elle. Mais elle avait de la personnalité, Maxine, elle savait ce qu’elle voulait, assez pour le faire douter d’un simple regard. Il aurait pu faire demi tour, mais il resta planté devant elle, à attendre une réponse, un signe. Il avait besoin de cette réponse. Elle accepta finalement de l’écouter, le laissant sans mots pendant un instant. S’il avait cinq minutes, il en prendrait une entière juste pour observer la femme devant lui, pour se rappeler à quel point il l’avait aimé, et elle l’avait aimé en retour. — T’as pas changé. T’es.. t’es toujours aussi belle. — Un léger rictus anime ses lèvres alors qu’il baisse doucement le regard. Il était mal à l'aise devant elle, devant celle qui avait si souvent fait chavirer son coeur d'un simple regard. Elle ne lui facilitait pas la tâche, même avec cette mine en colère, son visage lui rappelait bien trop de souvenirs heureux qui enflammaient son esprit. Rake cherchait les mots, ces mots qu’il aurait voulu lui dire des années plus tôt, qu’il avait mit quelque part au fond de sa tête en attendant l’occasion, avant de finir par les oublier, emportés par les années qu’il avait passé à l’étranger. — Maxine, je regrette pas d’être parti. J’en avais besoin, pour faire mon deuil, et tu le sais très bien.  — Son regard se releva finalement, venant cherches les yeux bruns de la jeune femme, avant de reprendre la parole. — Mais quand j’ai fini par accepter la mort de mes parents, la seule personne qui manquait à ma vie, c’était toi. Et ça, je l’ai regretté, vraiment. J’aurais pas dû te laisser derrière, te laisser sans nouvelle. — Il n’y avait pas de solutions immédiates aux erreurs qu’il avait pu faire. S’il pouvait revenir dans le passé, il agirait peut-être différemment. Mais comment ? Ça, il n’en savait rien. Les possibilités étaient minces, entre choisir entre cette femme qu’il aimait et ce voyage qui avait fait de lui l’homme qu’il était aujourd’hui. Un silence se fit, quelques secondes, avant qu’il ne reprenne finalement. — Ne crois pas que je t’ai oublié à partir du moment où j’ai quitté le pays, parce que ça, c’est des conneries. Tu le sais comme moi. Je t’ai pas oublié en un clin d’oeil, Maxine. Et j’ai voulu revenir vers toi, mais je savais très bien comment t’allais m’accueillir. — L’idée lui avait traversé l’esprit, plusieurs fois. Revenir en Angleterre, pour elle, pour la retrouver. Mais il la connaissait, la Rosendale, il connaissait son caractère. Jamais elle ne l’aurait laissé revenir dans sa vie aussi rapidement qu’il en était parti. Il avait dû se faire une raison et passer à autre chose, comme tout adulte censé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Rosendale

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 436
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed (ford, jax, rake, robby, josh)

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Mer 29 Aoû 2018 - 22:20


Ils ont l'air si idiots, plantés à l'entrée du supermarché. Pendant que tous les autres vaquent à leur occupation. Ils ressassent des souvenirs douloureux, bien que beaux, pour la plupart, bien avant la fin. Ça fait quelque chose, d'avoir un ancien être aimé devant soi, comme ça, après tout ce temps. Un sentiment indescriptible. Mélangé à la colère que Maxine ressent en permanence. Cette colère qui la ronge, mais l'anime en même temps. Ses mots et son attitude sont vifs. Parce qu'il a tort, elle a changé. considérablement. T'arrives même un peu tard Hyatt, la Maxine que tu as connu s'est éteinte, momentanément. Les regrets et le deuil viennent déguiser la conversation. Beaucoup de verbe au passé. Je t'ai pas oublié en clin d’œil, au début. Elle a envie de rire, nerveusement, afin que ses sentiments ne s'échappent pas autrement. Parce que Maxine n'a pas envie de craquer devant lui. Malgré qu'il soit sans doute la seule personne à comprendre ce qu'elle vit présentement. Enfin non, pas la seule. Son frère est bien mieux placé que lui, mais la jeune femme s'interdit tout contact avec ce dernier pour des raisons obscures. C'est tout simplement plus facile de fuir. Quelque chose qui devrait parler à Rake d'ailleurs. Elle a peut-être appris de lui, inconsciemment. Regardez le aujourd'hui, ça semble lui avoir réussi. Et si c'était ça, la clé, finalement ? Elle ne lui en sera pas reconnaissante pour autant. — Je sais que tu ne regrettes pas ton départ et en réalité, ce premier acte, je peux le comprendre, bien plus que tu l'imagines. — Elle adopte ses mots avec soin. — Le second acte, par contre.Le courant d'air avant la tempête. — Alors quoi, c'était plus simple d'abandonner avant même d'avoir essayé ? — Avant même d'avoir essayé de se battre, rien qu'un peu. Si c'est de temps dont il avait besoin, elle aurait pu lui accorder, autant que nécessaire. C'est ça le plus tragique, elle aurait attendu, s'il le fallait. Mais il ne lui a jamais laissé le choix. Il a pris sa décision, sans même la concerter, sans revenir dessus, sans même considérer d'autres options. Aveuglé par quelque chose qu'elle connait désormais. — Je t'ai pourtant connu plus tenace que ça. — L'hôpital qui se fout de la charité. Venant de la femme qui préfère échapper ses problèmes, devenir quelqu'un d'autre plutôt que d'affronter ce qui l'attend le soir devant le miroir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rake Hyatt

Rake Hyatt
we're far from the shallow now.

⋅ paper notes : 121
⋅ since : 21/05/2018

click down

- getaway car.
address: #38, east side.
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] maxine, donna, tara.

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Mar 4 Sep 2018 - 19:52

Il n’aurait pas pu imaginer de pire retrouvailles. Dans sa tête, le jour où il allait tomber sur Maxine, la scène se serait passé ailleurs. Peut-être sur la plage, au coucher du soleil. Mais pas à l’entrée du supermarché. Pas comme ça. Elle méritait mieux, Maxine. Elle méritait de meilleurs retrouvailles comme elle aurait mérité de meilleurs adieux, ou tout simplement un meilleur petit-ami. Il n’avait jamais été très doué en amour, Rake. Il le savait. Pourtant, avec elle, il avait essayé de faire des efforts. Pendant un moment, il avait même cru comprendre comment ça marchait, la dynamique de couple. Il appréciait ça, parce que c’était à ses côtés. Comme si les choses avaient trouvé leur place, que tout fonctionnait sans qu’il n’est à se battre. Ç’en était trop simple, sûrement, et la vie lui avait joué un mauvais coup, s’assurant que ce bonheur ne dure pas trop. Un vilain rappel à la réalité. Il n’était pas fait pour ça, Rake, et il s’en était bien rendu compte après son départ. Il n’avait jamais plus ressenti ce qu’il ressentait avec Maxine, ce sentiment de normalité, comme si tout était à sa place. Les histoires et les flirts qu’il avait eu avaient tous étaient de courtes durées et de faibles intensités. Pourtant, là, devant Maxine, il se souvenait de ce que ça faisait d’aimer et d’être aimé, il se souvenait de la sensation d’avoir cette fille plus jeune dans ses bras les nuits d’hiver, pour lui tenir chaud et la protéger. Il se souvenait de tout, et ç’en était encore plus douloureux. Il n’a aucune idée de qui elle est devenue, après toutes ces années. La femme qui se tient devant lui n’a plus rien avoir avec la Maxine des jours heureux, mais tout ça, Rake l’ignore. Il ignore tout ce qu’elle a pu vivre ou traversé. Il ignore ce qui a pu se passer pendant son absence. — Ouais, sûrement. — Rake se dit qu’elle marque un point. C’était effectivement la solution la plus simple. Tout abandonner, tout laisser tomber. Elle aussi. Il secoua la tête, tentant de se reprendre autant que possible. — J’étais pas dans une période de ma vie où j’étais capable de me battre, Maxine. Et j’aurais jamais pu t’imposer mes choix de vie. J’aurais pas pu t’imposer mon voyage alors que je ne savait jamais où j’allais être le lendemain, ou la semaine d’après. J’aurais pas voulu que tu m’attendes, Maxine. — Mensonge. Il le savait. Il aurait au contraire adoré qu’elle l’attende, même si c’était tout simplement impossible. Rentrer sagement après des années pour retrouver la femme qu’il avait aimé. Pure utopie. Pourtant, ça lui semblait la solution la plus simple. Si elle l’avait attendu, ils auraient pu se retrouver, comme si de rien n’était. Ils aurait pu continuer. Continuer leur histoire, continuer leurs habitudes. Continuer de s’aimer comme si rien ne s’était passé. Pure utopie, il en avait conscience. Il n’avait même pas besoin de lui en parler.

_________________

(clarke) two possibilities exist: either we are alone in the universe or we are not, both are equally terrifying.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Rosendale

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 436
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed (ford, jax, rake, robby, josh)

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Jeu 6 Sep 2018 - 18:05


Maxine c'est une substance à 80% composée de rage. Une émotion devenue sa plus fidèle compagne. Du lever au coucher du soleil. Un cancer qui prend, progressivement, bien trop de place. Jusqu'à ne connaître que ça. Jusqu'à la rendre réconfortante, bien que pesante. Parce que la jeune femme commence à fatiguer, rongée par cette colère insatiable. Un parasite qu'elle a d'abord accueilli les bras ouverts mais qui aujourd'hui, ne laisse que très peu de place au reste. Comment une fleur, de nature si douce, a pu devenir si venimeuse ? Un vrai serpent à sonnette. Ses mots sont froids et blessants. Ses comportements, désobligeants. Une chance qu'au travail, ses patients ne soient pas très bavards. C'est sans doute le lieu où elle aimerait passer moins de temps, qui n'aide pas à taire la souffrance, mais pourtant, c'est aussi l'endroit où elle peut être elle-même, sans craindre de blesser personne, à part elle-même. Parce que même avec elle-même, ce n'est pas une tendre. Elle intoxique son corps à l'alcool, le pousse à ses limites avec le sport, prend trop de risques à moto. Comme si jouer avec le feu et courir après l'adrénaline, c'était le seul moyen de se sentir encore vivant. When everything else is shutting down. Les mots du jeune homme font mal. Mais pas pour les raisons évidentes. Pas parce qu'il ressasse tout un passé brumeux. Mais parce que ça fait sens. Parce qu'il est passé par là et qu'aujourd'hui, il a l'air d'aller mieux. Qu'elle ne sait pas si elle doit y trouver là une forme d'espoir ou en être profondément dégoutée. Parce que Maxine, elle n'est pas certaine de mériter encore sa place ici. Ça aurait dû être elle, allongée au milieu de la route, pour y donner son dernier souffle. C'est comme tel pourtant. Sauf qu'elle est là, à naviguer au milieu des vivants, prétendant être comme eux, avec ce cœur arraché qui tient à peine dans ses entrailles. C'est douloureux certes, mais surtout épuisant. Where does it ends ? Ses yeux sont humides, sa gorge nouée. — Je comprends. — Elle n'a pas envie d'avoir cette conversation, d'être ici, de faire face à tout ça. Elle veut retourner dans l'oubli, dans le bassin où elle se trouvait quelques minutes plus tôt, enchaîner les longueurs, noyer son chagrin dans l'eau chlorée qui ne fait pas de différence entre la sueur et les larmes. — Maintenant c'est à moi de renoncer de me battre. — Cette phrase bien trop vague prend dix mille sens. Rien que Rake pourrait comprendre. — Si c'est de mon pardon dont tu as besoin, pour avancer tranquillement dans ta merveilleuse petite vie. Je te l'accorde.You're free. You're welcome. Now run. Run away again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rake Hyatt

Rake Hyatt
we're far from the shallow now.

⋅ paper notes : 121
⋅ since : 21/05/2018

click down

- getaway car.
address: #38, east side.
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] maxine, donna, tara.

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Dim 9 Sep 2018 - 13:05

Plus il la voyait, et plus il se souvenait. Comme des flashs dans sa mémoire, de moments à ses côtés. Des moments heureux. Maxine et lui, ça aurait pu marcher, et Rake le savait très bien. Ils avaient cette dynamique parfaite pour l’un comme pour l’autre, une capacité à évoluer ensemble sans jamais dépasser les limites de l’espace de l’autre. Ils s’étaient habitués à la présence l’un de l’autre, à pouvoir se confier, à s’aimer. Tout ça avant qu’il ne laisse tomber lorsqu’il avait décidé de quitter le pays, de quitter tout ce qu’il avait. Le deuil avait eu raison de lui, comme une folie soudaine et passagère. Sans la mort de ses parents, Rake ne serait pas parti. Sans la mort de ses parents, il l’aurait sûrement fini par épouser cette femme. La voir devant lui tout en sachant qu’elle le détestait à présent le rendait fou. Rake continua d’observer Maxine, attentivement, pour desceller une moindre réaction. Ses yeux brillaient plus qu’à son arrivée, et il savait qu’il avait raté le coche. Elle ne lui pardonnerait pas. Une partie de lui voulait la comprendre. Il l’avait abandonné, il l’avait laissé tomber. Il n’avait aucun droit de lui demander pardon après tellement de temps. Et pourtant, il n’arrivait pas à se résoudre à la voir partir, la voir quitter sa vie de la même façon qu’il l’avait fait tant d’années plus tôt. Le brun voyait à quel point elle avait l’air différente de la Maxine qu’il avait laissé. Elle avait l’air brisé, comme si le poids de la terre entière reposée sur ses épaules. Les sourcils froncés, il l’écouta accepter de le pardonner, comme si elle était trop fatiguée pour faire autrement. Mais il s’en fichait. Si une seconde plus tôt, c’était tout ce qui l’intéressait, il était maintenant bien plus inquiet pour la jeune femme qu’il ne l’était pour ce qu’il restait de leur relation. — Maxine, t’as l’air… bouleversée. — Il ne savait ni quoi dire, ni quoi faire. Comment pourrait-elle lui faire confiance, après ce qu’il lui avait fait ? Pourquoi devrait-elle lui parler à lui, alors qu’il l’avait laissé tomber ? Le Hyatt fit malgré tout un pas vers elle, venant doucement poser sa main sur son avant-bras, quelques secondes, avant de la retirer pour ne pas les mettre mal à l'aise. Cette distance entre eux lui semblait si peu naturelle. — Est-ce qu’il t’est arrivé quelque chose, Max ? Je sais que je suis la dernière personne que t’as envie de voir, mais… — Mais rien. Il ne savait pas quoi dire d’autre. Il était la dernière personne de sa liste, il n’en avait aucun doute, et elle rejetterait son y penser à deux fois. Il ne pouvait pas lui en vouloir, mais il se devait quand même d’être là pour elle si elle en avait besoin. En l’honneur de ce qu’ils avaient pu partager, de tout l’amour qu’il lui avait porté. — Ça a beau faire huit ans, tu peux toujours me demander quoi que ce soit. — Pour elle, il accourrait quelle que soit l’urgence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Rosendale

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 436
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed (ford, jax, rake, robby, josh)

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Lun 17 Sep 2018 - 17:14


Boulversée, une seconde nature ou un deuxième prénom. Bouleversée par la colère, par ce que la vie lui balance à la tronche. Mais aussi bouleversée par cette entrevue, à laquelle elle n'était clairement pas préparée. Rake, il a toujours eu de l'effet sur la jeune femme, mais au milieu de toutes ses émotions aujourd'hui, c'est un champ de mines. C'est familier pourtant. Perdre, sans cesse. Face au temps qui passe. Perdre le contrôle, perdre des particules autrefois rattachées à ce qui lui sert de coeur. Si bien qu'elle ne sait plus comment se battre, contre qui, contre quoi. Elle pense qu'arrêter de se poser des questions devient plus simple. Fuir les sentiments ou les noyer ailleurs, dans l'alcool, dans les bras d'un inconnu, dans n'importe quelle situation. Parfois même des choses impensables, avant. Il s'agit bien là d'une matérialisation avant-après, d'une version moins réfléchie, beaucoup plus instable. Seulement, même refouler des émotions est un combat permanent. Ne pas vouloir s'en soucier implique bien des efforts. C'est tout aussi fatiguant finalement. Un soldat usé n'est pas un bon soldat, juste une énième bombe à retardement. Un autre problème survient, quand il est nécessaire de justifier sa mort, d'en informer les personnes encore loin d'être à la page. Au début, alors qu'on s'y fait à peine, c'est pourtant tout ce qu'il y a de plus courant. Vous n'avez pas idée du poids administratif que représente une personne sur terre jusqu'à sa mort. Des chiffres, au fond, c'est tout ce que nous sommes. Des contrats, d'appartements, de lignes téléphoniques, de tout un tas de services, qu'il faut alors, résilier. Le motif ? Pardonnez moi, mais, je suis mort. Faut-il encore le prouver. Comme si ça nous amusait, comme s'il s'agissait d'une escroquerie. I wish. Se faire passer pour mort est alors plus simple que de l'être vraiment. On peut aisément ghoster toute sa famille, mais impossible de se débarrasser d'un virement automatique d'assurance voiture sans monter tout un dossier. Mourir, c'est alors un luxe. Il serait nécessaire et surtout intelligent de remplir son testament le plus tôt possible, histoire d'ôter ce fardeau à sa famille le jour venu. Mais à ses vingt-ans, on pense à tout sauf à son dernier jour. Comme si ce n'était pas suffisant de perdre quelqu'un, s'en suit alors un long cauchemar bureaucratique. Mais informer les autres de cet événement, même après tout ce temps, c'est toujours aussi dur pour la jeune femme. Elle préférerait porter un panneau derrière son dos. My brother is dead, period. — Tu n'es pas le seul à avoir tout perdu, c'est tout. — Elle ravale ce qu'il lui reste, de la fierté, de la connerie. Elle n'a pas tout perdu, non, il lui reste toujours un frère, ses parents. Mais si elle continue à les ignorer, peut-être qu'elle les perdra aussi. — Qu'est-ce que ça peut faire.. — Il a sans doute mieux à faire. Comme aller rejoindre sa copine, par exemple. Retourner à sa petite vie bien rangée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rake Hyatt

Rake Hyatt
we're far from the shallow now.

⋅ paper notes : 121
⋅ since : 21/05/2018

click down

- getaway car.
address: #38, east side.
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] maxine, donna, tara.

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Lun 3 Déc 2018 - 13:54

Comment être là pour elle, après huit ans ? Il n’en avait aucune idée, Rake. La culpabilité le rongeait, alors qu’il lui faisait face pour la première fois, et il ne savait pas comment la consoler. Il savait qu’il n’était plus le fruit de son chagrin. Pas après autant d’années. Elle avait dû l’effacer un peu de sa mémoire, le relayer au rang de souvenir. Il ne méritait rien de plus. C’était lui, qui était parti. Mais devant lui, c’était loin d’être la même femme que celle qu’il avait laissé, des années plus tôt. Des yeux fatigué, une mine abattu. Quelque chose avait changé, Rake était simplement incapable de savoir quoi, de le comprendre. Il aurait voulu q’elle se confit à lui, tout simplement. Comme si ça aurait pu être si simple. Pourquoi est-ce qu’elle aurait voulu se confier à lui, après la façon dont il l’avait laissé tombé ? Tout perdu. Il fronça les sourcils immédiatement. Il savait ce qu’elle voulait dire par là, assez pour que son coeur se serre, soudainement prit par la tristesse qu’elle ressentait. Oh, pas la même tristesse. Personne ne pouvait comprendre la tristesse de Maxine, tout comme personne ne pouvait comprendre celle de Rake, à la mort de ses parents. — Maxine… — C’était presque un murmure, la voix un peu cassée. Rake s’éclaircit la gorge rapidement, tentant de se reprendre, de se ressaisir. — Tes parents ? — Il ne savait pas. Il n’en avait aucune idée. Il n’aurait même pas insisté, il ne lui aurait pas parlé ses excuses de la sorte, s’il avait su. Un sentiment de déjà vu l’avait envahi à la minute où il avait comprit, les places s’étaient simplement échangées. Sa main nerveuse vint trouver ses courtes mèches, détournant le regard du visage de la jeune femme. Il avait honte, Rake. Pour tant de raisons. L’avoir laissé. Ne pas avoir été là quand elle en avait eu besoin. Être revenu dans sa vie sans prendre le temps de savoir si elle allait bien, si elle en avait envie. C’était un égoïste. Rien de plus qu’un égoïste.

mea culpa:
 

_________________

(clarke) two possibilities exist: either we are alone in the universe or we are not, both are equally terrifying.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Rosendale

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 436
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed (ford, jax, rake, robby, josh)

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Dim 9 Déc 2018 - 12:20

C'est à croire qu'il a vécu les dernières années de sa vie loin d'ici dans une grotte. Que même en revenant à Brighton et en côtoyant toutes les anciennes personnes de son passé, qu'il doit aujourd'hui voir régulièrement, il n'a eu vent de rien. De l'épisode tragique des Rosendale. Une famille qui vole en éclat, ça fait toujours jaser. Même dans de bien tristes circonstances. Un article dans le journal, des commérages dans les quartiers où il vivait, existait, pour enfin rester dans les mémoires aujourd'hui. Charlie. La pitié s’installe. Il faut les plaindre pas vrai ? Les pauvres.. Puis penser tout bas ce que tout le monde pense. Mieux vaut eux, que nous. De manière plus directe. Tant qu'une tragédie ne nous touche pas de plein fouet, c'est toujours difficile d'en mesurer la douleur, d'en estimer les dégâts. Rake, lui, en est capable malheureusement. Il fait partie de ces malchanceux, qui n'ont pas pu éviter cette case au Monopoly. Un mauvais jeu de dés et le tour est joué. Notre propre case prison. Une prison où la douleur s'enferme, pour vivre en nous à jamais. Pour ronger les parois et l'intérieur des plus chétifs et fragiles. Même si, certains surpassent ça. Un stade que Maxine n'a même pas en vue, au loin. Il ne s'agit pourtant pas de ses parents, comme ça a pu être le cas pour lui. Mais de sa moitié, d'une partie d'elle. D'un être humain qui avait pour habitude d'être partout, sans même être là. C'est toujours le cas. Son fantôme. Un autre persiste, lui, bien vivant. Mais Maxine n'est déjà pas capable de supporter sa propre douleur, comment pourrait-elle contenir la sienne ? Ford. Si Charlie pouvait lui parler, il lui dirait, qu'elle a merdé. Ils étaient censés le protéger. Leur petit frère. Ça ne doit pas s'arrêter quand un maillon de la chaîne se casse la figure. Il faut juste redoubler d'efforts, c'est tout. — Sur quelle planète tu vis au juste ? — Et c'est la colère, qui refait de nouveau surface plus tenace que tout. — Tu ne connais pas l'histoire des jumeaux maudits ?Quand l'un tombe, l'autre tombe avec lui.
C'est comme si, le cordon invisible qui les liait depuis la naissance n'avait jamais cessé d'exister. Mais qu'il entraînait Maxine, de part sa présence dans les deux mondes - celui des vivants et de morts, dans l'obscurité. Figure poétique pour traduire sa détresse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rake Hyatt

Rake Hyatt
we're far from the shallow now.

⋅ paper notes : 121
⋅ since : 21/05/2018

click down

- getaway car.
address: #38, east side.
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] maxine, donna, tara.

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Ven 21 Déc 2018 - 15:09

Il pouvait se souvenir de ses éclats de rire, de ses yeux pétillants, de son sens de l’humour et de sa douceur. C’était le souvenir que Rake avait toujours gardé de Maxine, une jeune femme amoureuse et heureuse, à ses côtés. L’image qui l’avait suivi pendant des années, le couvrant toujours un peu plus de honte, à chaque fois qu’il pensait à la façon dont il l’avait laissé tomber. La femme devant lui n’avait rien de celle qu’il avait connu, à l’époque. Il pouvait le voir sans même connaitre son histoire, tout ce qui avait pu se passer ces dernières années. Rake ne savait pas. Il ne savait rien, comme si son entourage avait fait exprès de ne rien dire, comme si le destin c’était joué de lui. Il serait retourné auprès d’elle, s’il avait su. Jamais il n’aurait accepté de la laisser seule dans une telle épreuve, malgré leur passé. Il aurait mit sa honte et son égo de côté pour lui proposer une main amicale. Si elle avait voulu de lui. Si elle n’avait pas fait l’erreur de s’éloigner du reste du monde, de se refermer sur sa peine. L’erreur qu’il avait fait, à la mort de ses parents, avant de quitter le pays pour échapper à tous les mauvais souvenirs, toutes les idées noires qui ne cessaient de le suivre. — Je savais pas. — Une justification bien mince face à ce qui a pu passer pour un manque d’intérêt. Mais il ne savait pas, comment aurait-il pu être là pour elle ? — Je suis désolée, Maxine, je sais que… — Un soupir lui échappa, alors qu’il cherchait les mots, qu’il cherchait du regard quelque chose pour le sauver. Il n’arrivait même plus à la regarder dans les yeux, ou à trouver quoi lui dire. Il comprenait sa peine. Lui, ça n’avait pas été sa soeur, mais il comprenait la douleur de perdre quelqu’un de si proche. Pourtant, aucun mot ne pouvait arranger les choses, et Rake ne le savait que trop bien. Reposant son regard sur la jeune femme, il se racla la gorge avant de reprendre une voix calme mais sereine. — Écoute, je sais que rien de ce que je vais te dire ne changera quoi que ce soit, alors on va passer l’étape où je te présente mes condoléances. On sait tous les deux que ça tape sur le système plus qu’autre chose. — De l’honnêteté, peut-être trop d’honnêteté. Mais il n’aurait jamais pu jouer un rôle, avec elle. — Et je sais aussi que je n’ai pas été là pour toi, et que je t’ai fait du mal, mais si tu as besoin de quoi que ce soit, même de quelqu’un qui t’apporte une bouteille de vodka au milieu de la nuit pour chasser les mauvais souvenirs… Je serais là, maintenant. Si t’en as besoin. — Il ne l’envahirait pas, pas après tout ce qu’il lui avait fait subir. Il garderait ses distances, mais si elle avait besoin de lui, un jour, il s’assurerait d’être là pour l’aider. Il aurait été incapable de la laisser en détresse une nouvelle fois.

_________________

(clarke) two possibilities exist: either we are alone in the universe or we are not, both are equally terrifying.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Rosendale

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 436
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed (ford, jax, rake, robby, josh)

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Dim 6 Jan 2019 - 15:51

Une rage, insatiable. Qu’elle déverse, sur les autres. Qu’elle combat, dans des mouvements précis à la piscine. Qu’elle noie, principalement dans l’alcool. Elle fait ce qu’elle peut Maxine, mais ce n’est plus suffisant. Elle tourne en rond. Prisonnière de cette cage, qui sombre dans les abysses. Elle reste là, immobile, face à la scène qui s’offre à elle. Incapable de trouver une issue. Existe t-elle vraiment ? Sans lui, tout est si différent. Beaucoup trop fade, terne. Toute notre vie on court après le succès, l’amour, un sentiment de satisfaction. Tout ça pour quoi au juste ? Il suffit d’une chute, d’un être en moins au tableau et cela n’a soudainement plus de sens. Elle se demande parfois, pourquoi elle continue d’aller travailler, d’affronter ce monde. Pourquoi elle continue à s’enfoncer dans cette routine insignifiante. Puis, ça lui revient. Cette routine, aussi inutile qu’elle soit, c’est tout ce qui lui reste, c’est ce lui permet de combler ses journées. Combler le temps, imposer des activités à un corps et un esprit usé, qui se perd trop facilement à penser au pire. À Charlie. Alors mécaniquement elle s'y plie. Keep yourself busy, it will be fine. Elle aimerait se noyer de nouveau dans l'alcool plutôt que de se noyer dans ses paroles. Qui n'ont pas l'effet escompté. Elle n'avait pas oublié et n'oubliera jamais. Elle lui pardonne pourtant. Elle sait que c'est ainsi, on tourne tous la page, certains plus facilement que d'autres. Les gens, ça va ça vient. Les constantes, elles, devaient rester constantes. Même ça, c'est impossible. Comment en attendre autant du reste ? — Tu sais très bien que ce dont j'ai besoin est hors de portée. — Irréalisable. Personne n'est encore jamais revenu d'entre les morts. — Mais une bouteille de vodka fera l'affaire. — C'est aussi soudain que le son. Comme si son cerveau n'avait pas eu le temps d'envoyer l'information au reste. Elle ne sait pas pourquoi, ni comment. Mais les larmes qu'elle ravale n'ont pas l'effet de l'éthanol. — Et pourquoi attendre le milieu de la nuit pour ça ? — Une proposition qu'elle n'assume qu'à moitié. Intéressée par l'unique opportunité d'oublier, de nouveau. Avec ou sans lui, elle ira. Avec ou sans lui, elle se brûlera l'œsophage comme il se doit. Avec ou sans lui, elle survivra, à sa manière, c'est-à-dire, en cherchant tout le contraire de résister.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rake Hyatt

Rake Hyatt
we're far from the shallow now.

⋅ paper notes : 121
⋅ since : 21/05/2018

click down

- getaway car.
address: #38, east side.
contact book:
availability: [▪︎▪︎▪︎] maxine, donna, tara.

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Ven 11 Jan 2019 - 18:04

Étrange de se retrouver devant elle, à offrir son aide à un souvenir du passé, un souvenir qu’il pensait avoir laissé avec ses mauvais souvenirs, lorsqu’il avait quitté la ville, quitté l’île. Mais non, Maxine était bien là, face à lui, lui rappelant forcément les erreurs qu’il avait pu faire, la façon dont il avait abandonné leur amour sans raison, lui qui aurait, ) une époque, été capable de se battre battre par amour, de se battre pour elle. Il n’en avait ni eu la force, ni eu le courage. Il l’avait laissé alors que leur histoire était encore bien loin d’atteindre la case d’arrivée, le point final. Il avait tenté de d’avancer, de tourner la page. De l’oublier, même si l’éclat de son rire et l’odeur de son parfum lui revenait encore, de temps en temps, comme des flashbacks qu’il s’évertuait à chasser de ses pensées. Mais à cet instant, il était près à tout oublier, à oublier les années sans elle, juste pour qu’elle accepte de lui parler. Pour qu’elle soit à honnête avec lui, qu’elle lui accorde un semblant de confiance, quelques minutes, quelques heures. Rake hocha doucement la tête. Oui, il savait. Il savait trop bien. Maxine voulait son frère, comme il avait voulu retrouver ses parents, après l’accident. L’impossible. Quoi qu’on en dise. Il pouvait la comprendre, comprendre sa douleur et la façon qu’elle avait d’exprimer sa colère. Comme si les rôles étaient échangés, aujourd’hui. — Une bouteille de vodka ce sera, alors. — répondit-il, alors que son cerveau traitait encore la suite de sa phrase. Le brun releva le regard sur la jeune femme, les sourcils légèrement froncés. Avait-il vraiment comprit ? Il n’en était loin d’être sûr. — Tu veux y aller maintenant ? — Il n’était pas certain, Rake. Est-ce qu’il demandait pour s’assurer d’avoir comprit sa proposition, ou pour l’inviter ? Il ne savait pas. Il ne savait pas non plus comment il s’était retrouvé à proposer d’aller boire à cette heure-ci, lui qui était simplement venu faire quelques courses, échapper à la solitude et à la monotonie de sa journée. Un tournant pour le moins surprenant et inattendu. Lui qui jouait il n’y a pas si longtemps les voyageurs sans limites se retrouvait surpris à la simple idée de sortir boire un verre à cette heure-ci, sans réelle raison. Comment en était-il arrivé là ?

_________________

(clarke) two possibilities exist: either we are alone in the universe or we are not, both are equally terrifying.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Rosendale

Maxine Rosendale
until we go down

⋅ paper notes : 436
⋅ since : 22/06/2018

click down

- getaway car.
address: west side.
contact book:
availability: closed (ford, jax, rake, robby, josh)

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   Sam 12 Jan 2019 - 18:51

Chaud, froid. C'est surement difficile de suivre sa cadence. Elle était pourtant prête à le fuir en courant il y a peu. Et maintenant ? Elle le met au défi de tenir ses fausses promesses. Would you ? Would you be there like you said a few minutes ago Rake ? Un test, ceci n'est qu'un test. — Une bouteille de Rhum serait encore mieux, à vrai dire. Si c'est dans tes cordes et négociable, bien sûr. — Alors qu'il fait encore jour, que ceci n'a rien de raisonnable, rien d'une routine convenable pour quelqu'un comme lui, pour les âmes en paix. Parce qu'un verre de plus, que ce soit de jour ou de nuit, pour elle, ça n'a rien d'exceptionnel. Un passe-temps comme un autre. Elle augmente sa résistance de jour en jour, comme un petit jeu. Si les gueules de bois étaient compliquées au début, elles le sont de moins en moins maintenant. L'habitude, ça gagne. Savoir savourer ses petites victoires, il parait que c'est important. Mais combien de temps encore son corps pourra supporter ce rythme entrainant ? C'est une autre histoire.
Oui, pourquoi ? Mieux à faire peut-être ? — Une dernière question plutôt directe, voire violente. Qu'elle exprime avec beaucoup de sarcasme, les bras croisés sous sa poitrine. C'est surement ça, un endroit où être, une personne, qui attend. Elle en oublie le style que d'autres peuvent avoir. — Ne t'en fais pas, si c'est le cas, laisse tomber Rake. — Laisse tomber, comme le reste. Elle joue avec son casque de moto. — On ne peut pas dire que j'ai besoin d'un acolyte pour ça de toute manière. — C'est vrai, descendre des bouteilles, elle peut très bien le faire seule. Ou elle trouvera un ou une camarade sur place, comme à chaque fois. C'est un triste rire qui résonne. Une solitude qu'elle a choisi, qu'elle ravale, aussi amer qu'elle soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


click down

MessageSujet: Re: the only risk is that you'll go insane (rake)   

Revenir en haut Aller en bas
 
 the only risk is that you'll go insane (rake)
Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Tournoi de risk à mtl
» Liens pour le Tournoi De Risk Avec Humains & Photos des Prix
» Haiti: Anarchy risk without more aid
» ~Sixx ~They say it is too dangerous to risk my life. But they don't understand that this is my life. ~
» I'd risk my life for two things. Love and revenge. // Killian J. Flynn [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton east side.-
Sauter vers: