AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 either way my soul will die (anwar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 90
- since : 03/06/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: maddox \ marlene \ anwar (3/5)

MessageSujet: either way my soul will die (anwar)   Dim 19 Aoû - 16:12

drink with me my love
for there's fire in the sky
and there's ice on the ground
either way my soul will die

Quatre heures du matin. Aucune envie de dormir.
La radio diffusait un vieux son EDM, sorti en 2012 (2014 peut-être), mais Oz prêtait pas grande attention au fond sonore. Ses yeux fatigués scrutaient les lampadaires qui déchiraient la nuit expirante – déjà le ciel s'éclaircissait, l'ébène se muait imperceptiblement en bleu safre. La nuit noire avait été nuit blanche, et les cernes profonds sous ses yeux étaient les seules ruine d'un empire nocturne qui s'écroulait lentement et qui, dès l'apparition du soleil, n'existerait plus. Le sommeil, il le trouverait dans quelques heures – mais les meilleures opportunités étaient exclusivement noctambules. Et alors qu'il venait de se faire virer d'un énième job sous-payé, il avait désespérément besoin d'expédiences. Le tuyau lui était tombé entre les mains à une heure du matin. Cela faisait donc plus ou moins trois heures qu'il attendait là, dans le parking lugubre du Red Velvet. Il avait jamais pris le temps de retenir les horaires d'Anwar, préférant nettement attendre des plombes à apprendre par cœur des heures qui étaient tout à fait susceptibles de changer le mois prochain. L'impatience de la première demi-heure s'était mué en éreintement qu'il évacuait tant bien que mal en fumant des cigarettes bon marché et en envoyant des messages sur quelque application de rencontre gratuite. S'il pouvait rattraper sa nuit dans les bras d'un inconnu, il ne refuserait pas – il n'était pas encore assez désenchanté par le capitalisme pour se détourner de ces véritables magasins de plans cul en ligne. Jetant des regards désabusés par dessus son volant de temps à autre, il ne se redressa véritablement que lorsqu'il aperçut la silhouette familière de son meilleur ami briser les jets de lumière agressifs des réverbères. Bah putain, c'est pas trop tôt... Ses plaintes (qui n'étaient destinées à personne d'autre qu'à lui même) vinrent accompagner l'allumage de ses pleins-phares, censés attirer l'attention d'Anwar. Puis, il se rendit compte que le jeune homme ne reconnaîtrait très certainement pas la voiture (volée) dans laquelle il était et que cet aveuglement ressemblait probablement plus à une agression qu'autre chose. C'est avec une résignation ennuyée qu'il ouvrit sa portière et sortit de la caisse en s'appuyant sur celle-ci, soufflant la fumée de sa cigarette par le nez. Mec, ramène ton cul par ici. Puis il se laissa retomber sur son siège – sans cependant refermer la portière. Il s'était peut-être rendu que c'était plus agréable de respirer un air frais, qui n'avait pas été souillé par la fumée de quatre cigarettes et la chaleur humaine. Son doigt appuyait sur le bouton d'extinction de la radio au moment où Anwar entrait du côté passager. Le silence était bienvenu, bienveillant, et pourtant, Oz le brisa sans aucune hésitation. Sa voix, inutilisée pendant des heures et qui avait tourné au fond de sa gorge sans s'en extraire, était rauque, basse. Peut-être que c'était le manque de sommeil, aussi. Hey. Tu sors de ce trou de plus en plus tard j'ai l'impression. Déjà, il s'allumait une nouvelle cigarette, ayant par réflexe écrasée la précédente sur le macadam alors qu'il s'était extirpé de la voiture. La flamme de son briquet illumina momentanément son visage creusé et les ombres qui dansaient sur sa peau semblait en exacerber les reliefs. Frère, j'ai un super coup à te proposer. Si tu marches, j'pense que tu peux te faire mille balles. Facile. Après, faut qu'tu marches. Il souffla la fumée par sa portière restée ouverte, une jambe dehors. L'air était frais, mais l'avidité embrasée d'Oz semblait consumer tout son corps.

_________________
le ciel est clair tant que dure son cours, et nous avons des nuits plus belles que vos jours (racine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Anwar Shahraz

aut viam inveniam aut faciam.

- paper notes : 220
- since : 23/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #482, west side.
contact book:
availability: (off) babe, oz, logan.

MessageSujet: Re: either way my soul will die (anwar)   Lun 3 Sep - 21:46

Outfit // Anwar, il en a plein le cul de cette soirée, qui, en plus d’avoir débuté en dents de scie, n’avait fait qu’empirer au fur et à mesure des minutes qui s’écoulaient. Des types pas très nets s’étaient invités dans la boîte : une clientèle plutôt habituelle dans les parages, rien pour l’alarmer outre mesure. Mais quand ces gars avaient décidé de s’en prendre à une des danseuses, la pagaille ne mit pas quelques secondes avant de prendre, la situation tournant au vinaigre bien plus rapidement qu’il n’en fallut pour que son cerveau décortique cette information. Les filles gueulaient dans un coin alors que les guetteurs de la place se jetait dans la mêlée. Il décocha quelques droites pour dégager son chemin, récolta un coup de coude sous le menton, se mordant la lèvre par la même occasion. Le goût du sang perlait au bout de sa langue, mais il s’en fichait. Ça ne l’empêcherait pas de faire son job. En moins d’une trentaine de minutes, ces fouteurs de trouble était parvenu à foutre le chaos dans le cabaret. Adieu, petite soirée tranquille. Quelques hommes de main de Cerbère durent venir leur prêter mains fortes, et Anwar leur laissa le loisir de les mettre à la porte, ne voulant même pas savoir quel sort ils leur réservaient. À coup sûr, ils garderaient un petit souvenir de leur passage au Red Velvet. Et pas des moindres.  
Il avait passé outre la fin de son quart de travail pour donner un coup de main à la patronne, question de remettre en état les lieux. Des morceaux de verre jonchaient le sol, des tables avaient été renversés et une partie du décor, partiellement abimé. Du boulot, il n’en manquait pas, mais ils se contentèrent de limiter à l’essentiel, remettant de l’ordre au mieux de leur capacité. Des femmes de ménage passeraient le lendemain matin pour faire reluire les lieux, effaçant les quelques traces qui restaient encore des dernières heures. Quatre heures du matin venaient de sonner quand il franchit afin les portes du bar. Sa moto coincée au garage, en attente de quelques pièces pour la rendre fonctionnelle de nouveau, il dû se résoudre à rentrer chez lui par la méthode la plus ennuyante qui soit : en marchant. Et avec ce ciel ennuagé qui menaçait de leur tomber sur la tête, ses chances pour qu’il se retrouve trempe de la tête au pied d’ici à ce qu’il franchisse le seuil de sa maison dépassait largement les cinquante pourcents. Les phares d’un véhicule garé non-loin s’allumèrent sur son passage, mais c’est bien peu d’attention qu’il leur prêta. La voix qui retendit dans la nuit, par contre, le força à ralentir le pas et à faire demi-tour, s’avançant vers la bagnole qu’il ne reconnaissait pas, contrairement à son chauffeur. Oz, son meilleur ami, son partenaire de crime. La cigarette coinçant entre ses lèvres produisait un jet de fumée qui se frayait un chemin sinueux jusqu’à l’éclairage des réverbères, la petite étincelle rougeâtre ruisselant à mesure qu’il aspirait l’air vicier de la nicotine. Contournant le bolide, Anwar se laissa tomber sur le siège passager, un soupir s’extirpant de ses lèvres, accueillant le silence de l’habitacle comme un cadeau du ciel. – C’était l’bordel ce soir. Et pas de la façon dont tu te l'imagines. – Un de ses mains alla se perdre dans sa chevelure hirsute, et il la stabilisa sous sa tête, alors qu’il s’enfonçait un peu plus contre le siège. Il ne la dégagea de là que pour attraper son paquet de clope dans les poches de son veston, en coinçant une entre ses lèvres alors qu’Oz lui tendait le feu pour qu’il allume la sienne à son tour. Il ferma les yeux en tirant un coup sur la cigarette. – Mec, tu sais que j’marche toujours. – Anwar ne savait même pas pourquoi Oz en doutait encore. Par habitude, peut-être. – C’est quoi ce coup du siècle? – L’opportunité de faire un peu de fric supplémentaire avait bien vite chassé la fatigue de son regard ambré.

_________________
roses are red, violets are blue, i'm using my hand but thinking of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
either way my soul will die (anwar)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Le soul Gardien, le vaisseaux des rebelles démoniaque
» !! ..: Poor Soul :.. !!
» Body & Soul
» Voyage trés cool !!! (PV Soul)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: