AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 lockharts ; afternoon tea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

⋅ paper notes : 37
⋅ since : 26/07/2018

( end game )

MessageSujet: lockharts ; afternoon tea   Dim 19 Aoû 2018 - 4:46

Elle avait donné rendez-vous au reste de la fratrie au salon de thé "La vie en rose". Leurs parents allaient fêter leur quarante ans de mariage. Leur mère avait pris l'idée de célébrer par une grande fête et de mettre sa fille aînée en charge de la moitié des préparatifs. Elizabeth n'avait rien dit, mais au fond elle se serait bien dispensée de participer à l'organisation d'une telle fête. Pour des questions tactiques elle s'était bien gardée de dire à ses frères pourquoi elle les conviait à un salon de thé, elle espérait que sa soeur puisse venir pour garder l'équilibre des sexes mais elle avait reçu un sms lui disant qu'elle ne pourrait pas venir, quelques secondes plus tôt. Elizabeth regardait régulièrement l'heure sur sa montre et sur son téléphone portable comme si quelques minutes allaient changer d'un objet à un autre, comme si l'un aurait plus de pouvoir sur le temps qui s'écoulait... Elle avait pris un risque en donnant rendez-vous à ses frères en fin de journée ; car elle savait que même en ayant laissé un message sur son répondeur, Alec ne serait pas ravi de voir qu'elle rentrerait après lui. C'était devenu de pire en pire en ce moment, au point qu'il lui arrivait même de sursauter en public. Elizabeth avait toujours réussi à garder son masque, sa personnalité en dehors de la demeure conjugale, mais peu à peu elle sentait son courage la quitter. Raleigh était arrivé, égal à lui-même. Elle l'avait accueillie avec le sourire. Ils avaient commencé à parler de tout et de rien et elle avait essayé de cacher cette gêne qui commençait à prendre de plus en plus de place sur son visage et son attitude. Elle aurait aimé en parler à quelqu'un, mais pour le moment la seule personne au courant était un des amis d'Alec... "Comment va Mae?" Avait-elle demandé tout en vérifiant pour la énième fois l'heure de son téléphone et de sa montre. Elle en profitait aussi pour vérifier si Alec n'avait pas essayé de la joindre... le pire, c'était quand elle ne répondait pas au téléphone... Elizabeth soupira attrapant le menu pour jeter un coup d'oeil à ce qu'elle allait commander. "Un jour peut-être notre très frère sera à l'heure..." Andrew, fils prodige, celui qui avait pris la relève du patriarche et qui faisait la fierté de tous, au point qu'on en oublierait qu'il n'était qu'un humain parmi d'autres. Elizabeth était certes plus proche de Raleigh, par leur âge mais aussi par leur caractère et leurs décisions... Andrew et leur soeur n'avaient pas osé ou n'avaient pas ressenti le besoin de se rebeller, de prendre d'autres voies. Elizabeth le respectait mais une distance s'était imposée à eux, sans qu'ils puissent y faire quoi que ce soit. Au loin, la porte d'entrée du salon s'ouvrit laissant apparaître le troisième du quatuor, incomplet aujourd'hui...

@Raleigh Lockhart & @Andrew Lockhart, désolée c'est un peu court mais je ne voulais pas vous faire attendre plus longtemps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 211
⋅ since : 06/07/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (leo, nick, nora)

MessageSujet: Re: lockharts ; afternoon tea   Dim 19 Aoû 2018 - 17:49


Il n'y a qu'Elizabeth, pour rapatrier Raleigh dans un salon de thé. Ou encore, Millie. Mais sinon, Raleigh dans un salon de thé c'est l'éléphant dans une boutique de porcelaine. Qu'est ce qu'il ne ferait pas, pour les femmes de sa vie celui-ci. Quand elle l'invite, il ne se pose pas de questions, répond qu'il sera présent et rien de plus. Toujours aller à l'essentiel, c'est son narratif. Accorder du temps à sa famille, c'est quelque chose que Raleigh d'autres, quelque chose qu'il fait très rarement. Ce genre de plan, ça génère beaucoup trop de problèmes en général, alors, il préfère rester à l'abri de tout ça, comme toute personne saine d'esprit. Mais quand il s'agit de sa grande-sœur, c'est différent. Il est prêt à faire des efforts pour elle, sans ronchonner. En réalité, côtoyer des visages familiers et chaleureux, c'est ce dont il a besoin présentement. Une fois à l'intérieur, il observe, aveuglé par les couleurs pastels qui l'entourent. Il retient une grimace, repère la personne à l'origine de ce choix audacieux et s'installe à ses côtés. S'il n'avait jamais participé aux tea party de ses sœurs quand ils étaient enfants, aujourd'hui, il le regrette. Au moins, c'était dans l'intimité de leur maison et avec des peluches comme auditoire. Ils conversent, timidement, sur des sujets légers. Jusqu'à ce que Lizzie mentionne l'autre madame Lockhart. « Mae ? Toujours égale à elle-même. » Qu'est-ce-que ceci est censé vouloir dire ? Il n'en sait rien. Quand il pense connaitre cette femme, avec qui il partage sa vie, elle fait tout pour lui indiquer le contraire. Peut-être que certaines femmes, mais aussi certains hommes, pensent que c'est ainsi qu'une relation est entretenue, avec une bonne dose de mystère et plot twist. Le juste milieu a toujours été un idéal difficile à saisir, de toute manière. Entre alors en scène la troisième roue du carrosse Lockhart, Andrew. Raleigh ne dissimule pas son air surpris. Il n'a surement pas prêté suffisamment attention aux détails de cette entrevue sur papier mais, il n'avait pas compris qu'il s'agissait d'une réunion de famille plus plus. Ce qui n'a rien de dramatique en soi. Seulement, cela fait si longtemps, qu'il aurait aimé pouvoir se préparer au malaise imminent. Beaucoup de gens contemplent d'un œil curieux la relation d'Andrew et de Raleigh. On les pense en compétition, depuis le plus jeune âge. Alors que ceci n'est qu'une énième construction. Enfant, ils étaient en réalité très proches. Adolescents, disons ils n'ont pas été baignés dans les mêmes cercles. Mais au final, ils ont pourtant vécu le même type d'entrée en matière. Raleigh le premier, Andrew sur les talons, séparés naturellement par leur différence d'âge. Poussés dans une direction non désirée, poussés à devenir quelqu'un à la ville. Puis, Raleigh a quitté le chemin tout tracé, Andrew, lui, en fait toujours partie, pas sans peine il semblerait. Elle est là, la différence. Une différence qui les divise, certainement, mais pas pour les raisons que certains aiment inventer. Raleigh se contente alors de saluer ce dernier, avec un sourire, quelque peu gêné. Qui vaut toujours mieux que des mots qui sonnent faux, d'après lui.

_________________

the less i know, the better.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: lockharts ; afternoon tea   Dim 19 Aoû 2018 - 22:24

Il n’était pas trop tard pour rebrousser chemin ; telle était la lamentation de son esprit en cet instant, alors qu’il contemplait l’entrée du salon de thé. Posé sur un banc comme la reproduction rachitique du Penseur de Rodin, il basculait intérieurement entre le courage et l’effroi ; son cœur était un pendule affolé qu’il ne parvenait pas à maîtriser. Il les avait vu passer, l’un après l’autre ; Elizabeth, la première, toujours, en tout, avec pourtant dans l'allure un soupçon de nervosité qui l'avait surpris. Raleigh, ensuite, qui naviguait le monde avec ce regard éloigné et cette attitude étrange qui forçait toujours chez Andrew une certaine perplexité. Ils étaient entrés, dans les pas l'un de l'autre, et lui était resté là, figé, incapable d'oser ; en cet instant ils devaient probablement rire ou s’agacer de leur cadet qui n’arrivait pas. Même sa chienne à coté de lui semblait blasée de ce conflit intérieur qui ne se résolvait pas. Ce message avait été tellement surprenant qu’il n’y avait pas répondu de suite, laissant en suspens cette invitation inattendue. Et finalement, des heures de dilemme intérieur plus tard, il avait répondu par la positive, s’étonnant encore et toujours de cette indécision qu’il ne se connaissait pas autrefois. Il avait l’impression d’être redevenu le gamin de douze ans qui ne savait que faire de sa vie ; où était passée, à présent, toute sa belle assurance d’autrefois ? Disparue sur le sol de son appartement, probablement, avec sa dignité ; retenant un ricanement sarcastique et dégoûté de son propre cynisme, il finit par se mettre en mouvement, se dépliant du banc comme un échassier entamant sa danse. Que craignait-il, réellement ? Tout. Combien de temps depuis que la fratrie ne s’était plus retrouvée rassemblée ? La dernière fois, il était au bord du gouffre ; à présent, il en remontait à peine. Il craignait leurs regards, leur malaise, leur jugement. Ou peut-être était-ce là l’apanage de ses parents ? La clochette de la porte tinta et deux regards familiers se tournèrent vers lui, le regardant sans vraiment le voir. La scène était cocasse, ce trio mal assorti dans un décor de pastel, de tasses de porcelaine et de gâteaux. Mais Dieu bénisse sa sœur pour ce choix ; la sucre adoucissait les mœurs, et le choix de boisson limité au thé éviterait un malaise plus profond encore. Il s’approcha, complétant le duo de sa personne. Il avait conscience d’être ici le troisième ; les deux aînés et les deux cadets avaient formé deux binômes distincts depuis l’époque maudite où la pression familiale les avait divisés. Il les salua en forçant un sourire, presque timidement. Il l’avait craint, cet instant, à juste titre : le malaise dans leurs regards, dans leurs sourires. Il s’assit, Nebula (bénie soit l’Angleterre et son amour des chiens) allant directement chercher de l'affection auprès de son frère, avant de prendre place à leurs pieds, avec cette grâce étrange que seules ont les lévriers greyhound. « Je m'excuserais bien d'être en retard... mais à ce stade, vous me connaissez, c’en est presque ma signature ! » Ainsi cachait-il tout ce qui le rongeait, sous une attitude bravache et des sourires trop grands. En apparence, il était le même ; pourtant sa nonchalance était plus nerveuse et son arrogance plutôt du cynisme. Il y eut quelques secondes, insoutenables, d’un silence gêné. Il était une époque où ils avaient tant à se dire ; à présent ils n’osaient plus se parler. « On attend encore la quatrième, ou la petite réunion au sommet peut commencer ? » Il brisa le silence d’un ton léger, souriant à l'une puis à l'autre, comme si au fond, tous les trois menaient des vies parfaitement heureuses et étaient simplement venus pour badiner. Comme si de rien n’était.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

⋅ paper notes : 37
⋅ since : 26/07/2018

( end game )

MessageSujet: Re: lockharts ; afternoon tea   Jeu 23 Aoû 2018 - 14:53

Andrew était arrivé, une remarque "à la Andrew" en accompagnement. Sa signature oui, d'arriver en retard, mais Elizabeth se mordait la langue pour ne pas faire de réflexion, il n'avait jamais été pontuel alors pourquoi ça changerait? "Non, ca sera que nous trois." Le quatuor ne serait pas au complet mais depuis quelques années maintenant, ils en avaient l'habitude, ils avaient tous plus ou moins leur vie , leurs problèmes à gérer alors se retrouver n'était plus une priorité. Petit à petit, le pouvoir qu'Alec avait sur elle l'avait aussi un peu éloignée de sa famille. Elle trouvait des excuses, elle essayait de rester en contact de temps en temps pour ne pas éveiller les soupçons sur ce qui se passaient réellement dans la demeure conjugale. Elle n'avait pas envie de faire face à la situation, surtout avec sa famille pleine de jugement. Être violentée n'était pas une forme de réussite, les Lockharts ne verraient probablement pas ca d'un très bon oeil. Et Elizabeth n'arrivait pas à se faire une opinion sur la manière dont ses frères réagiraient. Elle espérait qu'au moins Raleigh la défendrait, mais c'était prendre un gros risque que de lui en parler. "Je crois qu'on peut commander et commencer." Elle fit signe à la serveuse et commanda un thé et des gâteaux shortbread. Pendant que ses frères commandaient à leur tour, elle en profita pour sortir le calepin que sa mère lui avait confié et où elle avait listé toutes les choses à faire. "Notre très chère mère m'a chargée d'une partie de l'organisation de leur quarantième anniversaire de mariage..." Elle anticipait déjà les roulements oculaires de son ainé et de son frère mais elle enchaina presque immédiatement pour garder leur attention. "Il faut donc qu'on leur trouve un cadeau." Chose difficile à faire quand on a de l'argent... ils n'avaient besoin de rien, puisqu'ils avaient tout et qu'ils avaient déjà beaucoup de choses inutiles. Elle se doutait que ça finirait en cadeau commun, une idée c'était plus facile que quatre idées différentes, puis au moins ils mettaient la compétition de côté. Au son de sa propre voix, ils devaient bien se douter que ca ne l'enchantait pas de s'occuper de ça, mais en apparence, aux yeux de tous, c'était celle qui n'avait pas de travail, qui avait le temps de le faire... Elle s'était mise dans ce rôle, volontairement ou un peu forcée par son mari, Elizabeth était donc dans l'incapacité totale que d'argumenter sur pourquoi elle ne devrait pas être en charge. Elle se voyait déjà devoir porter un masque à un autre évènement social, masque lourd, rôle de plus en plus difficile à jouer. "Vous avez des idées?" Avait-elle reprit alors, se sentant partir dans de longues interrogations, Elizabeth avait dû s'obliger à revenir à la réalité.

@Raleigh Lockhart & @Andrew Lockhart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 211
⋅ since : 06/07/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (leo, nick, nora)

MessageSujet: Re: lockharts ; afternoon tea   Dim 26 Aoû 2018 - 14:28


Le malaise, c'est un sentiment que Raleigh connait bien. Rares sont les gens et situations où il sent pleinement confiant. Même avec sa famille, il est sur les réserves. Parce que c'est un monde de jugements. Il n'a jamais été assez bien pour ses parents et avec ses frères et sœurs la grande question de qui héritera du fardeau règne. Heureusement, il est en paix avec la première idée. Il ne cherche pas à leur rendre la vie plus facile en bousillant la sienne désormais. Il a essayé pourtant, de les contenter, sans succès. Avec ces gens-là, ce n'est jamais assez. Il est toujours admirateur, du côté de sa fratrie, pour en supporter autant de leur part. Elizabeth, comme lui, s'en détache un peu. Mais semble être toujours la personne que maman sonne pour certaines corvées. Andrew, quant à lui, c'est un mystère. Il ne s'en sort pas sans séquelles, visiblement, mais, il s'en sort quand même. Raleigh observe. Ces êtres dont il partage des gênes, du sang. Des êtres bien différents de lui pourtant. En apparence tout du moins, tandis qu'ils livrent les mêmes combats, séparément, à des degrés et rythmes distincts. Il écoute sa sœur, parler d'une énième raison pour se réunir, toujours plus ennuyante que jamais. Le jeune homme n'a que faire de fêter ce qui unit ses géniteurs depuis quarante ans. Il n'y a d'ailleurs pas de morale à retirer de cette union d'apparence parfaite mais noircie jusqu'au cœur. Pourtant, Raleigh, il pourrait gagner à en apprendre davantage sur comment garder un mariage sur pied. Ce n'est pas de ses parents qu'il va en retirer la meilleure des leçons. En amour et en éducation parentale. Le jeune homme ricane un peu quand sa soeur les interroge sur des idées de cadeaux. « Une humanité ? » marmonne Raleigh, tout fier de lui et son humour d'éffronté. Si seulement c'était courant sur le marché. On pourrait croire qu'il fait passer ses parents pour des monstres. Ils sont encore un peu loin de cette finalité sans retours possibles. Ils sont simplement détestables. D'aussi loin qu'il s'en souvienne, ni son père, ni même sa mère ne l'a pris dans ses bras après avoir dépassé l'âge du bambin. Ils n'accordent pas d'attention sans en retirer quelque chose. Ils n'ont pas été élevés eux-mêmes dans ce genre de coutumes.

_________________

the less i know, the better.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: lockharts ; afternoon tea   Mar 28 Aoû 2018 - 22:44

Etrange comme des semaines de repos forcé faisait de l’observation d’autrui un art ; et combien l’avait-il perfectionné, cet artisanat du silence, cette quête infinie des détails, alors que son esprit cherchait désespérément à se détourner du vide, de l’absence, du manque. Aujourd’hui seulement, il prenait conscience du peu de connaissance qu’il avait de son frère et sa sœur. Toutes ces mimiques, ces petits gestes du quotidien qui participaient de l’identité de quelqu’un ; il aurait pu énumérer ceux de sa mère un à un, pourtant de Raleigh ou d’Elizabeth, il se trouvait incapable d’en citer un seulement. Comment en étaient-ils arrivés à tant s’éloigner, au point de ne plus se connaître les uns les autres ? La mélancolie lui serra le cœur et la gorge, et l’enthousiasme débordant de sa sœur à l’annonce de sa mission devenue leur n’aida pas à alléger le moral général. La réplique soudain de Raleigh, pourtant, lui arracha un ricanement sincère. Ça dégoulinait d’amertume, ce sarcasme ; peut-être après tout les deux frères étaient-ils plus proches qu’ils ne voulaient bien le croire. « Ah, ça se vend ? Ils font des prix de groupe ? Parce qu’on pourrait nous-mêmes en avoir besoin d’une. » Retournement de situation étrange que le cadet du trio qui à travers le sarcasme, défend à demi-mot des parents qu’il aime et déteste à part égales, oscillant sans cesse comme sa fratrie de la haine à l’amour. « On devrait plutôt leur offrir des vacances… l’un de l’autre. » Nouveau ricanement ; la réflexion est aussi idiote que celle de Raleigh, pourtant chaque ironie, toute acide soit-elle ; est chargée de vérité. Et il se prend un instant à imaginer la paix que pourrait ressentir leur mère de sortir enfin de ce joug qu’elle a choisi elle-même : celui de se sacrifier corps et âme aux ambitions de son époux. Les thés, enfin, arrivèrent, le parfum de bergamote de l’Earl Grey en train d’infuser lui titilla les narines, lui arrachant l'ombre d'un sourire. « Je vois que comme de coutume, notre chère mère a laissé toute sa place à la spontanéité et à l’imprévu… » Il pointa du doigt le calepin qu’Elizabeth tenait précieusement, ne prenant même pas la peine de cacher le sarcasme qui dégoulinant dans sa voix. Leur mère ne laissait jamais rien au hasard, et ne supportait pas les surprises ; visiblement, même son quarantième anniversaire de mariage ne tolérerait pas de céder un peu de licence artistique à sa fille. « Et à part trouver un cadeau, que reste-t-il sur la liste ? » Andrew, s'y surprenant lui-même, se prenait brutalement de pitié pour sa sœur qui s’était jetée à corps perdu dans un projet qui risquait d’être colossal. Leurs parents voyaient toujours grandiose, et se complaisaient à se montrer ; il ne doutait pas que leurs noces d’émeraude ne feraient pas exception.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

⋅ paper notes : 37
⋅ since : 26/07/2018

( end game )

MessageSujet: Re: lockharts ; afternoon tea   Dim 2 Sep 2018 - 14:11

Dans d'autres familles, d'autres circonstances, fêter quarante ans de mariage s'apparentait à un milestone, un jalon de la vie. Malgré les choix de leur mère à mettre ses rêves de côtés et à tout faire pour la réussite de son mari quitte à s'oublier en tant qu'individu, quarante ans avec le même homme relevait du miracle. Elizabeth aurait pu être admirative, et parfois, elle l'avait été, avant son mariage à elle, pendant et quelques années après. Puis tout avait changé. Alec était devenu quelqu'un d'autre et l'idée que, eux, ne fêterait jamais leur quarante ans de mariage lui était apparu comme une évidence. Le divorce semblait peu probable, en tout cas si ça venait d'elle, elle avait de quoi craindre ses foudres. Elle ne pouvait pas penser au pire, et pourtant, elle ne voyait plus d'issue. Alors pourquoi ne pourrait-elle pas aller jusqu'à quarante ans de mariage si elle était prise au piège de la sorte? La réponse était simple : elle ne survivrait pas jusque là. Elizabeth reporta son attention sur ses frères, loin d'elle l'envie d'attirer les interrogations à cause de son inattention. "Et de l'humour aussi, parce que je suis pas certaine qu'ils apprécieraient ton idée, Raleigh." Se détestaient-ils tous réellement? Au fond, ils restaient leurs parents... Elizabeth ne les détestaient pas, elle ne les comprenait pas et eux, ne la comprenait pas. C'était surtout ça le problème dans la famille Lockhart. Personne ne se comprenait et surtout personne n'essayait. "Il parait que je suis la moins occupée des quatre, alors pourquoi confier cela à quelqu'un d'autre?" Répondit-elle à Andrew qui critiqua leur mère sur son manque de spontanéité. C'était évident, elle n'avait pas l'excuse du travail, et personne ne savait encore qu'elle essayait d'en retrouver un pour sortir de la maison ou même qu'elle essayait d'écrire un livre. C'était un des premiers signes extérieurs des violences conjugales, le cloisonnement... Elizabeth n'avait presque plus d'amis en dehors de ceux de son mari, qu'elle n'appréciait d'ailleurs pas. "Les invitations, j'ai une liste détaillée de qui inviter et qui ne pas inviter... Et je dois trouver un traiteur." Elle aurait aimé que le nom d'Alec n'y soit pas, mais il était dans les cinq premiers. Il savait y faire avec la belle famille, lui qui représentait la grande réussite... S'il n'avait pas été là, elle aurait peut-être enfin pu profiter d'une soirée normalement. "J'imagine que vous direz pas non à essayer quelques plats à l'oeil..." Lança-t-elle pour ne pas se perdre dans ses pensées à nouveau. Ses frères pourraient bien venir jouer les goûteurs avec elle quand viendrait le moment de tester les plats pour l'évènement. Ca serait aussi un moyen pour eux de se retrouver, de passer un peu de temps ensemble, malgré les lourds silences et les non-dits qui pesaient sur eux.

@Raleigh Lockhart & @Andrew Lockhart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 211
⋅ since : 06/07/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (leo, nick, nora)

MessageSujet: Re: lockharts ; afternoon tea   Mer 5 Sep 2018 - 14:34


Raleigh glousse un peu plus quand sa soeur fait gentiment référence à son humour et ses brillantes idées. Des idées que son frère vient agrémenter, pour son plus grand plaisir. Finalement, ils sont plus proches qu'ils ne le pensent. Le reste ne le surprend pas. Maman compte sur Lizzie depuis toujours. Toujours un peu trop. Des tentatives pour la rallier l'aînée à sa cause, petit à petit. Mais la jeune femme n'est pas dupe, fort heureusement. Une fois libre, il est bien difficile de se faire prendre dans les filets des Lockhart de nouveau. « Tu pourrais toujours l'envoyer valser Lizzie. Tu n'es pas obligé de faire le sale boulot de notre très chère maniaque du contrôle. » Le jeune homme perd ensuite son sourire quand cette dernière aborde la liste des invités. La foule, le monde, les mondains. Ses pires ennemies. Des soirées de l'angoisse où il est préférable de prendre racine du côté du bar, pour supporter les longues heures de la nuit coincés au milieu de cette bruyante mascarade. Et surtout, quand il pense à la liste des invités, une douleur vient bruler une partie de son thorax. Mae. Est-ce qu'elle figure sur la liste ? Il préfère soudain rapporter son attention sur la seconde partie du plan. La recherche d'un traiteur. Qui mènera à d'innombrables tests de mets. De quoi se remplir l'estomac à défaut d'un coeur plus vide. « Mais tu as raison. » Dire non à ses parents est une choses aisée. A l'inverse.. « Comment dire non à la nourriture ? » Comment dire non à toute occupation qui l'éloigne de sa maison, de sa situation et qui, de plus, lui permet de passer un peu de temps avec ses frères et soeurs. Un sentiment qui fait du bien, finalement. Malgré toutes les tensions et distances. Cela fait toujours chaud au coeur, de retrouver un peu de proximité quelque part.

Spoiler:
 

_________________

the less i know, the better.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: lockharts ; afternoon tea   Mer 12 Sep 2018 - 22:43

« Je vois que nous partageons les mêmes priorités. » Un demi-sourire narquois étira malgré lui le contour de ses lèvres quand sa sœur mentionna la liste d’invités et les séances de dégustation ; et soudain son visage retrouva ses airs de gamin canaille, qui lui avaient déjà valus quelques baffes paternelles, histoire de lui effacer ce rictus moqueur des lèvres. Il pouvait imaginer la scène d’ici. Son père braillant ses exploits capitalistes à une assistance seulement venue déguster ses petits fours, leur mère papillonnant de groupe en groupe avec son sourire figé de poupée de porcelaine, Raleigh arrimé au bar dans l’espoir d’échapper à tout contact social. Et pendant ce temps, Mae qui trouverait une fois de plus en son jeune beau-frère le compagnon de fête idéal, histoire de mettre un peu d’ambiance dans cette garden-party morose. Et dans l’ombre, Elizabeth qui courrait, s’assurant en maestro silencieux que tout se passait comme prévu. Ça avait toujours été comme ça. Appuyé nonchalamment sur le dossier de sa chaise, il scruta alternativement son frère et sa sœur, alors que cette pensée le frappait. Le silence. Il ne se souvenait pas d’Elizabeth aussi silencieuse. Pas qu’elle ait été aussi bruyante qu’il pouvait l’être avec Mae lors des fêtes familiales, mais il émanait de Raleigh, et d’Elizabeth plus encore un silence épais, incongru, troublant. « Raleigh a raison, » Les paroles s’arrachaèrent de ses cordes vocales presque malgré lui, et il rajouta presque avec précipitation, comme s’il craignait de choquer l’assistance par cette déclaration très inhabituelle – donner raison à son frère, grand dieu – : « tu n’as pas à tout faire seule… Tu as une vie aussi. Si tu veux... » Il hésita soudain, comme s'il craignait de dépasser une frontière établie des années plus tôt; de jeter un pont par-dessus un fossé creusé si longtemps qu'il en était devenue infranchissable. « je peux t’aider ? Qui plus est, ça me fera une bonne excuse pour m’échapper du bagne. »  Le bagne. Comprenez la place d’héritier dans lequel son père tentait à nouveau de l’encastrer. Comprenez la masse de travail sous laquelle son père l’ensevelissait, persuadé que tout ce qu’il avait récemment accompli pour son fils cadet mettait celui-ci dans sa dette éternelle ; au plus grand désarroi d’Andrew, il était en effet redevable à son père, mais peut-être pas tant que celui-ci l’estimait. Perdant son air sérieux aussi vite qu’il était arrivé, son insupportable côté facétieux reprit le dessus et d’un geste soudain, sa main bondit sans prévenir vers sa sœur et vint lui chiper le carnet des mains. « Maintenant voyons voir si notre chère tante sera de la partie ! » et il jeta un regard facétieux à sa fratrie, car tous ici savaient très bien que qui il voudrait parler. Différence ou pas, ils partageaient les mêmes… traumatismes d’enfance. Il parcourut brièvement la liste, puis lança dans soupir, prenant des airs faussement désespéré : « Mon frère, mes condoléances : la moitié de l’Angleterre est invitée, tu vas adorer. À ce rythme, il va falloir louer le Royal Pavilion en entier pour installer tout ce petit monde. » Il marqua une pause, puis ajouta : « Je ne devrais pas parler trop vite, elle en est capable. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

⋅ paper notes : 37
⋅ since : 26/07/2018

( end game )

MessageSujet: Re: lockharts ; afternoon tea   Dim 16 Sep 2018 - 22:40

Ses frères lui firent remarquer qu'elle n'était pas obligée d'obéir à leur mère ni de l'aider. Elizabeth était bien consciente de tout ça, mais elle savait aussi que sa mère n'ignorait pas qu'elle restait à la maison et qu'elle était peu occupée. Enfin, en l'absence d'Alec pendant la journée, elle essayait d'écrire, reprenait contact -de loin- avec des anciens collègues pour sonder si une place dans un département se libérerait prochainement. Elle voulait reprendre son travail. Mais elle avait quitté une place en or et depuis, elle avait été remplacée. Une fois la place perdue, il était difficile d'en retrouver une surtout dans le contexte financier des universités ces dernières années. Elle n'avait rien de concret si ce n'était l'organisation que sa mère lui avait confié. "Oui... enfin, j'imagine que je peux au moins faire ça..." Leurs parents avaient toujours été distants, pas forcément très expressifs avec eux. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle les détestait, personnellement. Elle s'agaçait très rapidement de l'attitude superficielle de sa mère et parfois, elle aimerait avoir des conversations plus poussées avec son père au lieu d'obtenir que des réponses monosyllabiques. Mais c'était trop demandé. Au moins avec ses frères, il y avait un peu plus de matière. "Le bagne... tu avais le choix Andrew..." On a toujours le choix n'est-ce pas? Les deux étaient s'étaient certes rebellés choisissant leur voie, mais les deux derniers auraient pu en faire tout autant. Selon Elizabeth, ils l'avaient choisis, leur bagne... "Plus il y a de monde pour s'exhiber mieux c'est mon très cher frère." Répliqua-t-elle en sirotant son thé quand Andrew fit un commentaire sur le nombre d'invités. Oui, Raleigh allait -ironiquement- adoré. "Elle en est capable et elle a demandé un devis hier. Au Mercure Brighton Seafront aussi... et Northease Manor." Elizabeth était pratiquement sur qu'elle choisirait le Royal Pavillon, bien qu'elle, elle préférait Northease... Le luxe, en mettre plein la vue, c'était tout simplement normal pour la mère Lockhart. "On a de l'argent ou on en a pas, n'est-ce pas? Je crois qu'elle veut un peu piquer à la jalousie sur certaines personnes." Elle regarda son agenda et compara les deux emails qu'elle avait reçu des traiteurs. Ils allaient devoir se mettre d'accord pour se revoir, ce qui était clairement inhabituel pour la fratrie Lockhart que de se voir aussi régulièrement. "Le traiteur Elizabeth Caton propose un midi de la semaine prochaine. Et Circa Events propose qu'on assiste à un évènement samedi prochain, pour voir ce qu'ils font en direct... Vous en pensez quoi?"

@Raleigh Lockhart & @Andrew Lockhart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 211
⋅ since : 06/07/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (leo, nick, nora)

MessageSujet: Re: lockharts ; afternoon tea   Jeu 20 Sep 2018 - 17:44


Andrew propose son aide. Raleigh aimerait vraiment aider sa soeur également, mais si cela signifie aider ses parents, c'est là que ça lui pose problème. Après tout, s'ils ont besoin d'aide, pourquoi ne pas engager des larbins comme ils le font la plupart du temps ? Tout ce qu'ils racontent, ça le dépasse. Le jeune homme ne s'est jamais intéressé à l'événementiel et ce n'est pas aujourd'hui qu'il aimerait commencer. Pour lui, toutes ces mascarades, c'est du vent. Une perte de temps. Pourquoi ne souhaitent-ils pas fêter leur anniversaire de mariage en petit comité ou justement, en amoureux, si l'amour existe toujours entre eux. Ce dont il doute doute beaucoup à vrai dire. A ce stade, il s'agit juste d'un arrangement. Pour ne pas perdre une aide précieuse d'un côté et une sécurité financière de l'autre. Si Raleigh devait fêter ça, il aimerait passer ce temps précieux avec la concernée, non pas au milieu d'étranger tous plus superficiels que les autres. Enfin Raleigh.. c'est une autre histoire. Et encore une fois pour ses parents, c'est pratique, voire stratégique. Dès qu'il est possible de pavaner son argent et son pseudo bonheur, c'est une occasion bonne à prendre. C'est triste à voir pourtant. Raleigh quand il les regarde, quand il prend consciente qu'ils incarnent ce qu'il méprise le plus, ça lui fait beaucoup de peine. Parce qu'au-delà de tout ça, il s'agit de ses parents. Qu'il aimerait voir plus concernés, plus attentionnés, plus.. humains. Il se demande parfois si ce n'est juste que lui, si c'est une question d'image ternie depuis beaucoup trop de temps. Qu'il serait alors difficile de regagner l'innocence d'un enfant, qui observe ses géniteurs, admirateur. Il n'admire rien chez eux. Pas leur réussite, pas leur amour, encore moins leurs personnalités. Autrefois, il plaignait sa mère, pour se retrouver au milieu de tout ça, pour s'être éloignée de ses ambitions. Puis finalement, elle n'a jamais rien fait pour en sortir. Raleigh se souvient, avoir souvent espéré le divorce, pour qu'elle s'envole de ses propres ailes. C'est terrible, pour un enfant, de souhaiter ça à ses parents, comme seul porte de sortie possible à un éventuel bonheur. Maintenant, c'est leur problème. Ils sont sans doute trop vieux pour que ça en vaille la peine. Tout ce qu'il espère, c'est qu'il en sera autrement pour eux. Même si le plus chanceux peut être, c'est Andrew. Sans mariage, moins de risques d'un tel fiasco. Enfin, si seulement c'était si facile d'être chanceux. Célibataire ou non, les problèmes sont toujours là, quelque part. Il souffle, plusieurs fois. À la réflexion de son frère sur l'immense liste d'invités, sur tout ce qui se dit et qu'il ne comprend pas. « Sérieusement, c'est comme si vous parliez une autre langue.. » Transformés, par un mode de vie corrompu. « Mais soit, donnez moi un lieu, une date et heure et, je serais là. Enfin je ferais de mon mieux. » Parce qu'après tout, il n'a rien de mieux à faire en ce moment.

_________________

the less i know, the better.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: lockharts ; afternoon tea   

Revenir en haut Aller en bas
 
lockharts ; afternoon tea
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ... It's just another rainy sunday afternoon. [PV Akathès]
» Remake d'Afternoon Delight
» 08. [Schuester's] Afternoon Delight.
» An Afternoon in the Park... [Emma]
» Afternoon Tea chez les Rookwood

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: