AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i will remember you. w./mattias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 79
- since : 09/08/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (0/4) stanley, ford, gabriel, elian. (sold out)

MessageSujet: i will remember you. w./mattias   Dim 12 Aoû - 23:20

i will remember you, will you remember me?
don't let your life pass you by,
weep not for the memories
remember the good times that we had?
i will remember you / sarah mclachlan


Ça fait un moment que je suis rentrée à brighton. Que j'ai définitivement posé mes valises. Terminées les tournées et les soirées endiablées. J’ai décidé de mettre un terme à ce rythme de vie qui semble ne plus me rejoindre comme autrefois; alors que j'étais jadis, une fille nomade qui ne rêvait que d'une chose faire vibrer l'émotion au son de ma musique. Décision évidemment que je n'ai pas prise sur un coup de tête, décision mûrement réfléchie qui m'a créé de nombreuses insomnies; bon en même temps, ce n'est pas comme si je dormais déjà beaucoup. L’oiseau de nuit qui a toujours refusé de se faire mettre en cage par des idéaux tout tracés semble avoir besoin aujourd'hui de se poser après un long et périlleux voyage. J’aurais pu me poser ailleurs; j'aurais pu choisir un endroit encore plus exotique pour poursuivre ma vie de jeune trentenaire; d'ailleurs cet âge me passe encore en travers de la gorge, je n'arrive pas entièrement à l'assumé. J’aurais pu décider de continuer ma vie en me faisant griller au soleil à mille lieues d'ici, mais mon coeur me dictait de rentrer à la maison; à brighton, auprès des miens. Culpabilité qui a commencé à me peser avec le temps, l'impression d'avoir manqué des choses et ne pas avoir été assez présente quand il le fallait pour les miens. Pendant longtemps, j'ai pris la décision de me choisir et de faire passer ma passion avant le reste, mais maintenant malgré l'euphorie des salles combles, l'amour du public soir après soir; je me suis mise à me rendre compte en rentrant et en me retrouvant entre les murs de ces chambres d'hôtel miteuses que je me sentais seule et vide. Que cette sensation d'être aimée et acclamée n'était qu'éphémère et que les gens qui m'aimaient vraiment étaient à la maison. J’ai besoin à présent de revoir ces visages familiaux, cette sensation de sécurité et ces lieux dont j'ai créé tellement de souvenirs. D’ailleurs, c'est parce que je recherchais le parfum des souvenirs que je me suis retrouvé ici, sur le terrain de football; c'est vrai, je n’ai jamais été une grande sportive. J’avais plutôt la fibre artistique, mais cela ne m'empêchait pas d'y venir quand l'envie me prenait de sécher les cours et de fumer en cachette sous ces fameux gradins soit en solo ou encore accompagner. J’ai l'impression que ce temps est terriblement loin et si près à la fois, comme si quand je viens à fermer les yeux; c'était hier. Je viens à me poser sur l'un des fameux gradins, le banc en haut complètement et j'observe l'horizon. Je regarde ces jeunes; et j'ai l'impression que finalement rien ne change vraiment, malgré les générations qui perpétuent à d'autres. Ça m'arrache un léger sourire discret et je fouille d'une main rapide dans la poche de mon jeans; et j'y sors mon paquet de clopes. Je sais, je ne devrais pas fumer; je le sais, mais c'est pratiquement ma seule faiblesse. Je viens à coincer l'un des bâtons cancérigènes mollement entre mes lèvres charnues sans pour autant l'allumer comme si je la narguais; un combat que je finirais probablement par perdre, parce que l'envie de la consumer deviendrait probablement trop forte. Bientôt les jeunes joueurs quittent le terrain; la pratique est probablement terminée et certains rentrent en bande, d'autres rentrent accompagner de filles qui sont venues les encourager. Je décide de m'allonger sur le fameux blanc, une jambe brièvement levée et la clope toujours pendante entre mes lèvres, mon regard clair qui se perd vers le ciel; l'impression que je suis en pleine méditation ou recueillement; nostalgique de mes souvenirs passés.

@mattias ortega

_________________

--- start of something good
I'm starting to believe that this could be the start.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
i will remember you. w./mattias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21
» .:' A love to remember... ':. ~ {PV R'hapsody}
» Mattias Tedenby
» 03. Boy, one day you'll remember me !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: