AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 under and over it (seth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Lorenzo Farnese

a king in my own mind

⋅ paper notes : 907
⋅ since : 27/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability:

MessageSujet: under and over it (seth)   Dim 12 Aoû 2018 - 16:54

T'aimes pas les costards, tu te sens pas à l'aise dans ces conneries. Ça fait cinq minutes que t'arrêtes pas de tirer sur le nœud papillon qui enserre ta nuque. Ta sœur a insisté, elle a dit que ça faisait plus classe. Toi, t'as l'impression d'être un clown en direction de son spectacle. T'as qu'une envie, c'est de rentrer chez toi, d'enfiler un jogging et de te glisser devant ton pc pour jouer. Tu sais très bien que t'es pas le seul à te faire chier ce soir, mais les gars sont venus avec leur copine et t'oses pas t'incruster avec eux. Sans doute parce que t'as couché avec les amies desdites copines sans prendre le temps de les rappeler. Mais c'est pas ta faute Lorenzo, elles savent dans quoi elles s'embarquent les filles, elles connaissent ta réputation et ton je m'en foutisme complet au regard des relations amoureuses. A croire qu'elles se pensent toutes en mesure de te faire changer. Ça t'fait doucement rire toutes ces conneries.
Les galas de ce genre, c'est la mort assurée. Entre les gonzesses qui cherchent à recréer la galerie des glaces avec leurs bijoux plus lourds que leur égo et les vieux blancs obligés de se déplacer avec une canne à cause des trop gros carnets de chèques dans leurs poches, tu fais bien tâche Lorenzo. T'es là dans un coin de la pièce, avec ton verre à la main. T'as beau être bien habillé, à peu près coiffé, tu détonnes. T'as même pas cherché à retirer l'anneau de ton septum. Et quand tu croises le regard d'une de ces vieilles dames dont les diamants brillent de mille feux, c'est avec le sourire que tu lui lances un clin d'œil. Tu sirotes ton verre, tu regardes un peu autour de toi. Puis c'est le soulagement, enfin. Un peu plus loin, à quelques mètres de là, t'aperçois Seth. T'attends pas une seconde de plus avant d'aller en sa direction, attrapant au passage un petit four. « Merci, bonne soirée. », que tu dis à la blonde portant le plateau, insistant sur ton accent. Incorrigible putain. Tu tends ta main en direction du jeune acteur pour un check, un sourire sur tes lèvres. « Mec putain, j'ai cru que cette soirée allait me tuer. » Tu l'aimes bien Seth, il te rappelle toi à tes premiers galas. « Qu'est-ce que tu fous là ? », tu lui demandes avant de prendre une gorgée de ton verre. Tu ne sais même pas pourquoi cette fête a été organisée, t'as juste suivi le mouvement. Toute l'équipe était conviée, t'avais pas d'excuse assez bonne pour y échapper.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 267
⋅ since : 07/08/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: under and over it (seth)   Ven 24 Aoû 2018 - 14:47

Des soirées qui s'accumulent et s'étirent sur les pages noircies de son agenda. Seth, il vit autant de jour que de nuit – comme avant, mais différemment encore. Autrefois, son ombre valsait dans des boîtes miteuses et s'imprégnait sur le bois du comptoir de bars basiques. Aujourd'hui, c'est dans des grandes réceptions qu'il se pavane. Petit prince à la couronne de pacotille. Une jeune carrière prometteuse qu'il apprend à gérer, jour après jour, soirée après soirée. Il n'a jamais été costume trois pièces et nœud papillon, pourtant, on ne lui laisse plus vraiment le choix – même cela, on en décide pour lui. Car il s'agit de paraître. De devenir la coqueluche des cougars et le fantasme des adolescentes. Sourire poliment, le regard frangé de mystères et autres non-dits. Mais ces soirées sont longues et l'ambiance pesante. Les distractions se cachent au fond des flûtes de champagne, rarement dans toutes les discussions qui se ressemblent. Qu'en est-il de votre rôle ? Et l'avancée du film ? Qu'est-ce que ça fait, de travailler avec un grand nom du milieu comme Mun ? Fucking Mun. Seth, il se lasse de cette curiosité peu originale, qui se répète et sous laquelle il doit pourtant ployer avec un sourire poli. Une silhouette s'approche et Abberline, il accroche un nouveau sourire à ses lippes, avant de réaliser qu'il s'agit de Lorenzo. Sa main frappe la sienne et son cœur se gonfle de sincérité. « M'en parle pas, j'étais en train de réfléchir à comment disparaître sans qu'on s'en rende compte. » Qu'il lâche dans un soupir. Mais maintenant que Lorenzo est là, l'idée de partir est un peu moins pressante. L'idée de rester est plus tolérable. Il vide sa coupe de champagne et hausse les épaules à la question du footballeur. « Oh tu sais, j'en ai aucune idée. Je gère pas tellement mon agenda et toutes ces conneries. L'agent a dit que je devait être là, alors je suis là... » Same old story. Son sourire est un peu confus et son esprit aussi. Il a toujours été indépendant, Seth. Il s'est toujours géré et aujourd'hui, il confie le rôle de sa vie à un autre. Il se ploie aux demandes et autres obligations. Faire ci, dire ça, une vie sous les caméras et les flashs qu'il apprend encore à gérer. « Sinon je teste ma résistance au champagne et jusque là, c'est plus ennuyant que prévu. » Il hausse les épaules une fois de plus et attrape une énième coupe sur un plateau qui passe. « C'est bon de te voir, mais qu'est-ce que tu fais là, toi ? » Il le sait, Lorenzo n'est pas plus fan que lui de toutes ces petites sauteries. Pourtant, il est là – et oui, heureusement qu'il est là.

_________________
- Cosmic violence, chills dripping like acid rain, Keep coming back 'cause it's you I crave .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lorenzo Farnese

a king in my own mind

⋅ paper notes : 907
⋅ since : 27/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: under and over it (seth)   Dim 26 Aoû 2018 - 18:28

Tu regardes les visages défiler, tu cherches le moindre indice qui pourrait t'indiquer la raison de cette soirée. Mais les galas se succèdent et se ressemblent tous. C'est toujours la même chose. Tu viens, tu serres des mains, tu bois un peu, tu papotes à des gens qui ne t'intéressent pas plus que ça, et tu repars. Et à quoi ça sert ? Le coach répète que c'est bon pour l'équipe, que c'est bon pour la com. Mais t'es pas ici indéfiniment, t'es pas ici pour devenir le visage du club. T'es qu'en prêt, tu piges pas pourquoi on s'acharne autant à te voir partout. « Vous commencez la promo alors que vous avez toujours pas fini de tourner ? » Tu demandes ça, tu pourrais très bien passer pour le dernier des imbéciles. Mais t'y connais rien au monde de Seth, aux codes qui le régissent et des façons de faire. Votre célébrité, elle est bien différente. « Ouais, un peu comme moi pour le coup. », tu ajoutes en avalant une gorgée de ton verre. Vous avez beau représenter des structures, des marques, mais vous n'êtes que des pions au final. Des jetons que l'on place à sa convenance, sans forcément s'enquérir de votre pensée initiale. Le revers de la médaille. Cet aspect auquel t'arriveras jamais à te faire, t'en est certain.
Tu rigoles à sa réplique, tu te rappelles de tes première semaines ici, quand t'étais encore dans cette période où tu blâmais tout le monde, où tu n'en faisais qu'à ta tête. Punir ceux qui t'ont puni. Ces soirées organisées durant lesquels tu buvais verre sur verre sans regarder à la quantité. « Oh crois-moi, ce truc de bourge ça tape pas. J'ai déjà essayé. » Tu lui adresse un sourire et comme pour accompagner tes mots, tu descends ton verre d'un cul sec manquant cruellement de bienséance. Tu reposes le verre vide sur un plateau passant, remerciant le serveur qui doit autant haïr cette soirée que vous. Les mains dans les poches de ton costume, tu hausses les épaules. « J'en sais trop rien. Un truc comme quoi faudrait attirer des investisseurs pour le club. » Machinalement, ton regard se tourne vers les dirigeants du club, la poignée influente accompagnant les joueurs. Ces types que tu ne croises que rarement, à qui tu ne parles jamais mais qui décide de ton sort, qui décident de ta carrière et de ton futur. « Et les investisseurs, j'ai déjà donné. », que tu lui dis, ne pouvant réprimer un rire jaune. Tu lui as raconté à Seth, il est au courant de ta mésaventure avec l'un d'eux suite à ta relation avec sa femme. Le cocu qui ne va pas chercher le problème de son côté et qui préfère te la mettre à l'envers plutôt que reconnaître ses problèmes de couple. Un coup de fil bien placé, et tu te retrouvais prêté à Brighton, sans avoir eu la chance de te défendre auprès des autres officiels d'Arsenal. La douce vengeance d'un homme à l'égo blessé. « Comment ça se passe le tournage ? » Par réflexe, tes yeux cherchent la présence d'une de ses co-stars, d'une de ces personnes faisaient aussi partie de l'aventure Galactic Fighters. De Min-ho Mun, ce type dont t'es absolument fan depuis que t'es gamin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Min-ho Mun

i will never be extinct

⋅ paper notes : 485
⋅ since : 18/07/2018

( end game )

- getaway car.
address: #003, sea side.
contact book:
availability: (closed)

MessageSujet: Re: under and over it (seth)   Mar 28 Aoû 2018 - 0:33

Aux galas, Min-ho se pointe toujours en retard – c’est la norme, pour les stars dans son genre. On l’attend, on s’impatiente et il déboule lorsque la tension crève les plafonds. Certains ont même cru qu’il ne se pointerait pas ; c’est mal le connaître. Min-ho, il n’hésite pas à se traîner à toutes les soirées auxquels on l’invite – sauf quand elles se chevauchent, évidemment. Min-ho, il préfère quand c’est les corps qui le font.
Il pose à peine le pied sur le tapis d’entrée que les journalistes l’encadrent. C’est toujours les mêmes questions. What are you wearing, tonight ? Kiton, of course. Le costard le plus cher sur le marché – sur-mesure, un cadeau. Qu’il l’exhibe sous les yeux avides des photographes et des caméras suffisent à faire vendre la marque et l’excès de zéro qui s’alignent derrière chaque pièce. Quelque chose comme cinquante milles. Peut-être un peu plus, peut-être un peu moins. Il ne s’en souvient pas. Et puis, c’est ses yeux qui roulent dans ses orbites lorsque les autres questions pleuvent. What can we expect from Max Wire this time ? Tell us more about the plot. Tell us that, tell us this. Min-ho ne prend même pas la peine d’y répondre ; le gardien lui ouvre déjà la porte d’entrée et chasse les paparazzis avec brusquerie dans son dos.
C’est son monde qu’il rejoint – celui des riches et des puissants. Celui de ceux qui organisent des soirées en l’honneur des pauvres mais qui les dédaignent dans la rue. Il aimerait se dire qu’il est différent, qu’il a grandi dans la classe moyenne et qu’il se souvient, mais c’est un mensonge qu’il ne se permet pas de proférer. Et puis c’est salaud, qu’on l’aime. Pas aimable et généreux. Min-ho, il attrape un verre de champagne sur le plateau d’un serveur sans même le remercier ; l’alcool au bord des lèvres, son regard vogue sur l’assemblée. Des inconnus, des gueules dont il se souvient – le maire de Brighton, sûrement ? – mais surtout, le gamin. Il n’y a pas de Leo pour orner son bras, cependant. Seulement un jeunot. Une gueule qui détone dans parmi les invités trop bien guindés.
Piercing au nez, cheveux en bataille, peau trop sombre qui arrache des grimaces aux vieillards à la gueule aussi blanche que leurs culs et aux poignets ornés de Rolex dorées. Et Min-ho, il lève simplement son verre de champagne vers ce duo insolite – mais pas si insolite que ça, à ses yeux. Un défi. Une boutade silencieuse. Une façon de lui rappeler qu’il sait et qu’il pourrait ouvrir le bec là, maintenant. En présence du gratin de Brighton tous plus homophobes les uns que les autres dès qu’ils retrouvent le confort de leurs limos.

spoiler:
 

_________________
— stand in the ashes of a trillion dead souls and ask the ghosts if honor matters. the silence is your answer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 267
⋅ since : 07/08/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: under and over it (seth)   Mer 12 Sep 2018 - 23:32

Il se prend à l'envier, Lorenzo, à le jalouser rien qu'un peu pour cette assurance qu'il a face à la foule. Peut-être qu'un jour, il sera aussi à l'aise. Peut-être qu'un jour, l'indifférence ne sera qu'un rôle supplémentaire et toute cette comédie ridicule s'ancrera à lui comme une seconde peau. Plus besoin de surveiller ses mots et ses gestes, faire semblant comme une nouvelle nature. Seth, il se mord la langue à chaque conversation et noie sa nervosité dans une énième gorgée de champagne, perdu entre les syllabes irrégulières et les mots dangereux ; ce qu'il peut et ne peut pas dire. Une réputation à construire sur toute une carrière ; une image détruite en une fraction de seconde. Il fait comme si c'était naturel, comme si c'était facile – il n'en est rien. Il hausse les épaules aux interrogations de Lorenzo. Il n'en sait rien, de ce qu'il fait là. Il se montre et c'est tout ce qui compte. Cette putain d'image. Un sourire éclatant, l'american dream sur cette bonne vieille Angleterre. Pizzaïolo devenu acteur. De quoi faire rêver les foules.
Il rit un peu Seth, quand Lorenzo lui parle des investisseurs. Le footballeur, il est l'exemple par excellence de ce qu'une simple petite erreur peut faire à une carrière. Un avenir qui s'effondre pour quelques coups de reins sans lendemain. Mais il rit jaune Abberline, un peu malgré lui, car il sait que c'est ce qui finira par lui arriver. Un jour, quand le monde comprendra que c'est dans le lit des hommes qu'il préfère se perdre. « C'est définitivement fini, Arsenal ? » Il se sent obligé de demander, Seth. Il a besoin de savoir. Besoin d'entendre qu'une erreur ne les condamne pas et qu'on finira bien par les pardonner, un jour ou un autre. Son regard glisse sur la foule alors qu'il s'enterre dans son silence. Il accroche les silhouettes, autant d'inconnus qui ne s'intéressent même pas à lui. Un nouveau sourire tranche dans ses joues à la question de son acolyte. Il hausse les épaules, Seth, partagé entre une vérité enjolivée et une réalité partagée. « Ça se passe bien. C'est pas tout à fait ce que je m'imaginais, mais le staff est cool. » Il se pince un peu les lèvres, Seth. « J'ai juste du mal à croire que c'est bien réel, tout ça. » Un rêve lointain, enterré avec son frère, remis au goût du jour par un coup de chance. Un soupir bienheureux lui échappe tandis que ses prunelles tombent sur une tête familière. Il lui lève sa coupe, lui aussi. Une politesse feinte qui dégueule de mauvaises intentions. « Max Wire. Mun. Très bon acteur, mais véritable connard. Viens, je vais te le présenter si tu veux. » Il l'entraîne vers Min-ho, se faufile entre les vieux croulants de Brighton qui se gargarisent sur le champagne. Il calque son profil à côté du sien, le salue d'une claque vigoureuse entre les omoplates. « T'es pas couché à cette heure-là mon vieux ? » Une amitié montée de toute pièce, des élans colériques qu'il garde au creux de ses tripes. « Je te présente Lorenzo. Lorenzo, voici Min-ho, pardon, l'excellent Min-ho. »

_________________
- Cosmic violence, chills dripping like acid rain, Keep coming back 'cause it's you I crave .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lorenzo Farnese

a king in my own mind

⋅ paper notes : 907
⋅ since : 27/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: under and over it (seth)   Sam 15 Sep 2018 - 19:58

Simple hochement des épaules à sa question sur Arsenal. Tu sais pas, t'en sais rien. T'as pas eu de nouvelles depuis un certain temps et tes nombreux appels restent sans la moindre réponse. Et ça commence honnêtement à te faire flipper toutes ces conneries. D'être laissé de la sorte de côté, dans le brouillard complet sans avoir la moindre idée de ton futur. Plus les jours avancent, et plus t'arrives à te convaincre que tu resteras coincé ici une saison de plus. Une année de plus, loin de tes rêves de gosse, loin du haut niveau et loin d'un certain prestige. « J'en sais rien, mec. J'espère pas. » Réponse simple, qui vient couper court à la conversation. Tu n'as pas envie d'en parler, pas maintenant, pas ce soir. Pas quand le reste de ton équipe actuelle et toutes les personnes du staff sont présents. T'as bien trop peur des oreilles indiscrètes. Ton attention se tourne vers Seth et ses propos sur le tournage. Tu ne peux pas réprimer un sourire à ses mots. Pas ce qu'il imaginait. Le retour de flamme inévitable quand on découvre toute l'effervescence derrière les caméras. T'es passé par le même stade, à une échelle différente seulement. Puis ta main quitte ta poche pour se claquer contre son épaule d'un geste qui se veut rassurant. « T'en fais pas, on s'y fait à tout ça. » Enfin, presque. Y'a toujours cette difficulté à cacher la vie privée, à protéger des regards indiscrets les proches qui ne souhaitent pas atterrir sous la lumière des projecteurs. Toi, t'as pas trop à te plaindre de ce genre de connerie ; la seule chose qui intéresse vraiment les tabloïds, c'est de savoir avec qui tu couches. Ta famille, elle est protégée. Tes potes également. Mais tu te doutes bien que pour l'acteur, le jeu est loin d'être réglé sur le même niveau.
Tu suis son regard quand ce dernier se bloque sur un visage, et dans ton crâne ça explose. Tes yeux se sont agrandis, sûrement. Et c'est à peine si tu entends ce que Seth te raconte sur la personne en question. C'est à peine si tu captes ce qu'il vient de dire. Min-ho fucking Mun. « Oddio… », tu murmures de ta langue natale. T'as pas l'temps de réaliser la teneur des choses que Seth t'entraîne déjà en sa direction. Et tu te souviens de ta réaction démesurée quand il t'avait répondu sur Paperies, quand il t'avait suivi. Tu te souviens du visage saoulé de Renata alors que tu lui répétais pour la cinquantième fois de la journée. T'aurais beau vouloir protester, on t'en laisse pas l'occasion, Lorenzo. Alors tu fais de ton mieux pour paraître normal, pour paraître cool. Et c'est une main étonnamment assurée que tu tends à l'acteur oscarisé. « J'espère qu'on vous a assez fait honneur contre Manchester United. », tu lui dis, un sourire étincelant installé sur ton visage. Positionné dans un rôle inversé, pas habitué à être celui qui rencontre la star. Puis les mots de Seth, ils te reviennent. Tu réalises ce qu'il t'a dit, quelques secondes auparavant. Véritable connard. Et ça provoque en toi une pointe d'appréhension en plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Min-ho Mun

i will never be extinct

⋅ paper notes : 485
⋅ since : 18/07/2018

( end game )

- getaway car.
address: #003, sea side.
contact book:
availability: (closed)

MessageSujet: Re: under and over it (seth)   Jeu 20 Sep 2018 - 21:57

Son geste se retourne contre lui – ou presque. Min-ho, il sourit simplement un peu plus largement lorsque Seth lève à son tour son verre. Politesse teintée de moquerie et bête tentative de lui rendre la pareille. Un écho que Min-ho ignore, de toute façon. Habitué aux galas et aux soirées huppées et aux conventions sociales qui les régissent, il serre les mains qu’il faut quand il le faut. Pourtant, Min-ho s’ennuie. Qui dit petite ville dit petites gens – et ceux-là, ils s’émerveillent devant l’étoile qui a su s’échapper de l’Angleterre pour mieux briller aux États-Unis. Los Angeles lui manque bien plus qu’il ne se l’imagine. Là-bas, il côtoie les grands noms du milieu. Là-bas, les blagues ne sont pas vaseuses et l’alcool est plus doux.
Une main dans la poche de son pantalon et l’autre qui tient sa coupe de champagne, il tourne déjà le dos à Seth et son comparse. Trop occupé à rendre les sourires et feindre l’intérêt alors que c’est l’indifférence qui l’étreint, Min-ho ne le remarque à nouveau que lorsqu’il écrase sa main contre sa colonne vertébrale. Une grimace, des yeux qui roulent et les invités qui l’encadraient jusque-là qui filent – qui sentent que s’ils restent, ils seront considérés comme des dommages collatéraux bien plus que des spectateurs. Un nuage de malaise, une tension électrique et un orage qui éclate. Min-ho dédaigne la remarque d’un roulement d’épaules, sa coupe de champagne au bord des lèvres. Une gorgée qu’il avale, un verre qu’il achève et une réplique qui fuse, pétrie par une humour feinte. « Parce que tu penses vraiment que je vais laisser les vieux croulants qui traînent encore dans les parages croire qu’ils sont plus endurants que moi ? Tu sais très bien que je vaux mieux que ça. » Un paradis pavé de mauvaises intentions, une amitié qu’il joue tout aussi bien – si ce n’est mieux – que son cadet. Et puis son regard qui s’accroche enfin sur son compagnon de soirée. Une trogne qu’il reconnaît, de près. Une main qu’il serre par automatisme avec une nonchalance évidente. Lorenzo Farnese, un membre de l’équipe de foot de la ville – des types que l’on a plutôt l’habitude de voir à taper dans un ballon plutôt qu’à des galas. Il dégueule la courtoisie, le respect et la politesse mais ce n’est que de la retenue. Un sarcasme qu’il ravale mais au moins, l’ennui se délite, l’espace d’un instant.
L’électricité, toujours là. Min-ho jette simplement un regard éclatant de malice à Seth alors qu’il parvient enfin à récupérer sa main de la prise insistante du joueur de foot. « C’était un beau match, toutes mes félicitations. » Min-ho dépose sa coupe vide sur le plateau d’un serveur qui passe à quelques pas d’eux alors qu’il arque un sourcil. « Je ne savais pas que tu connaissais un sportif, Seth. Tu t'intéresses au foot ? » Au foot, aux joueurs de foot. Une remarque badine et une question qui l’est plus encore mais surtout, un énième rappel à son petit secret. Une pique qu’il dissimule sous la sympathie.
Une guerre ouverte où tous les coups sont permis. Un reflet des personnages qu’ils incarnent – des rôles qui se superposent et se confondent. Et Lorenzo, un simple pion qu'ils s'échangent.

_________________
— stand in the ashes of a trillion dead souls and ask the ghosts if honor matters. the silence is your answer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 267
⋅ since : 07/08/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: under and over it (seth)   Ven 2 Nov 2018 - 21:35

Une silhouette qu'il aurait préférer ignorer. Du drame, il en voit assez tous les jours sur les plateaux. À chaque scène qu'ils partagent, chaque réplique qu'ils s'échangent, comme autant de couteaux qui volent bien bas. C'est à celui qui sera le plus acide – le plus assassin. Un sourire enrobé de malice perce sur les lippes de l'acteur. Il ne résiste pas à l'envie de s'approcher, alors qu'il pourrait simplement tourner le dos et en revenir à des histoires d'agents et de transferts avec Lorenzo. Il s'avance parce qu'il a le goût du jeu au bord des lippes, et un besoin irrépressible de tenir tête à l'autre. Min-ho, qui le couvre de son ombre et d'une réputation faite et refaite, taillée sur mesure par les plus grands critiques. Min-ho qui ne manque pas une occasion de lui rappeler qu'il n'est rien, à côté de lui. Rien de plus qu'un gamin qui fait quelques pirouettes pour de l'attention, un gosse aux rêves rocambolesques qui s'effondreront quand ses petits secrets éclateront au grand jour. Quelques reliquats de politesse tanguent sur ses lèvres. Des mots creux. Des mots pour le grand public. Des mots pour couvrir cette haine qui lui serre les tripes.
Lorenzo, pion malgré lui. Cavalier qu'on sacrifie, l'interposant entre le Roi et le Fou. Une place qu'il accepte naïvement, apparemment loin de percevoir les failles dans leurs sourires. Seth, il le pousse sans scrupule dans la gueule du loup, parce qu'il sait qu'il ne craint pas grand chose ; c'est après lui que Min-ho en aura toujours, pas après une de ces trop nombreuses personnes qui voient en lui un homme remarquable. Il les écoute distraitement, Seth, en se noyant entre quelques bulles de champagne. Pour une poignée de secondes, on l'oublie, une trêve ridicule qui se dissout quand l'aîné lui déballe une énième remarque de son cru. Un sourire en coin se calque sur les lippes d'Abberline. « On a tous nos petits secrets, pas vrai ? » Qu'il rétorque, dans un vague écho à une de leurs dernières conversations, sur le plateau. À cette menace bancale, jetée à la volée – Seth aussi, il trouvera quelque chose pour le faire tomber de son piédestal, un jour. « Il y a beaucoup de choses qui m'intéressent, Mun. Je pensais que tu t'en étais rendu compte. » Un peu de vérité et quelques notes de mensonge. Il joue à un jeu dangereux, Seth, tangue à la limite du raisonnable sur ce qu'il peut admettre et ce qu'il n'osera jamais dire. Ça sonne comme un aveu, mais ce n'est certainement pas une confession. Il se pince les lèvres et finit sa coupe, l'abandonnant sur le plateau d'un serveur, pour en attraper une autre. Il se fait taquin, un peu espiègle. Jette un coup d'oeil à Lorenzo avant d'en revenir à l'autre. « Je suis surpris. Je ne pensais pas que tu savais te tenir comme ça, en société. Tu m'as habitué à autre chose. » Plus besoin d'édulcorer ses propos. Lorenzo a sans doute déjà compris, de toute façon ; du moins il a vu. Quelque chose ne va pas entre ces deux, quelque chose n'ira jamais. Ils s'opposent autant qu'ils se ressemblent ; beaucoup trop.

_________________
- Cosmic violence, chills dripping like acid rain, Keep coming back 'cause it's you I crave .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lorenzo Farnese

a king in my own mind

⋅ paper notes : 907
⋅ since : 27/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: under and over it (seth)   Lun 26 Nov 2018 - 22:47

Le sourire ancré sur les lèvres, infaillible. T’es comme un gamin, Lorenzo. Un gosse devant le putain de Père Noël. Et bordel, tu sais que t’as l’air d’un con avec ce rictus sur les lippes, tu sais que tu vas passer pour le pire fanboy de base mais hell, c’est Min-ho fucking Mun. Ce type, dont t’as regardé les films en boucle, jusqu’à connaître les moindres dialogues par cœur. Tu te souviens des moqueries du reste de ta fratrie, de la façon dont ça râlait entre les murs de votre pauvre petite baraque quand tu squattais la seule télévision pour remettre cette vieille cassette usée. Et tu t’revoies, les yeux brillants à t’imaginer dans sa peau, à aller affronter toi aussi les dangers de l’espace. Être un Spartan, comme Max Wire. L’option de carrière numéro deux, si le football était impossible. Heureusement que t’as percé, alors.
Tu retires ta main presque trop rapidement, te rends compte que t'as l'air d'un con et que tu passes pour le pire des emmerdeurs. T'enfonces tes doigts dans les poches de ton pantalon, un simple hochement de tête à son compliment sur le match. Et t'en oublies presque la présence de Seth, dans toute cette histoire, vers qui l'attention de l'acteur se tourne tout aussi rapidement. Déception au fond de ton crâne, de voir qu'il ne s'intéresse pas plus que ça à toi. Il avait peut-être raison ton pote, en le décrivant comme un connard. Alors tu fermes ta gueule, ne dis rien et les laisses se jauger comme des coqs devant toi. Des échanges houleux que tu prétends inintéressant, mais que tes oreilles ne manquent pas de recueillir. Des propos qui ne font qu'exposer la relation chaotique dépeinte entre les deux acteurs. T'attrapes un verre de champagne au passage d'un serveur, ton troisième (quatrième ?). Liquides deux gorgées avant de laisser un léger rire s'échapper d'entre tes lèvres. « Wow, gardez cette anomosité pour la promotion du film. » Anomosité ? Animosité ? Putain t'en sais rien, t'as trop picolé et ton anglais se fait approximatif. Les pensées qui vont trop vite dans ton crâne, dans ta langue natale qui combat pour sortir à la place de l'autre. Les sponsors vont encore venir te cartonner s'ils te voient dans cet état. Tu jettes un coup d'œil par-dessus tes épaules, autour de toi à la recherche du moindre visage familier d'un membre du staff de l'équipe. Rien en vue, mise à part la somptueuse femme du coach. Tu lui mettrais bien une giclée à celle-là. De trop longues secondes où tes yeux se perdent le long de sa silhouette dans cette robe trop moulante, sur cette poitrine qui t'appelle presque. Et t'arrives enfin à détourner le regard, à te concentrer de nouveau sur les deux combattants. « Ad ogni modo*, j'ai le droit à un spoiler ou pas ? », que tu finis par demander en les regardant tour à tour.


*bref, anyway (j'suis pas certaine mais j'ai la flemme d'éplucher les traductions alors on va dire que j'ai bon).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Min-ho Mun

i will never be extinct

⋅ paper notes : 485
⋅ since : 18/07/2018

( end game )

- getaway car.
address: #003, sea side.
contact book:
availability: (closed)

MessageSujet: Re: under and over it (seth)   Dim 9 Déc 2018 - 1:36

Ses sourires se confondent dans un méli-mélo d’échanges forcés. Ses sourires sont faux, bien qu’il ait appris depuis longtemps à les faire sonner vrais. Échos hypocrites d’un monde que la plèbe imagine idyllique. C’est ce que Min-ho a cru, lui aussi – vingt ans plus tôt. Il n’est pas tombé du piédestal sur lequel les Galactic Fighters l’ont propulsé, cela dit. Il a vacillé, l’espace d’un instant. Il a perdu l’équilibre pour finalement le retrouver, drapé dans une dignité aussi épaisse que l’armure de son alter-ego. Un besoin, dans un milieu tel que le sien. Une nécessité – c’est ça, ou se faire boulotter par les requins. Min-ho a préféré les rejoindre.
Chez lui, le mordant est verbal. Ses mots, brutaux. Grinçants. Piquants. Violents. Au lieu d’échanger des coups, il échange des répliques. Et cette soirée-là, aussi clinquante paraît-elle, ne fait pas exception  la règle. Dans les bulles de champagne se dissimulent l’amertume. Un dégoût pour ce qui l’entoure, des lustres brinquebalants suspendus au plafond jusqu’aux tables ornées de petits-fourres. Des serveurs qui sillonnent les invités jusqu’au Maire de Brighton qui n’a qu’une idée en tête - se parer des plus beaux joyaux de la ville. Des gens, c’est toujours des gens. Des têtes vieillottes qui reviennent et dont il se souvient à peine. Des visages plus jeunes, plus beaux, plus fins. Seth, qui lui rappelle qu’il compte lui dérober la couronne. Une couronne qu’il n’aura non pas gagnée, mais volée. Un mérite qu’il s’octroie sans le mériter – sans chercher à le mériter. Et c’est un sourire qui s’étire sur les lèvres de Min-ho, écho parfait de celui que son antagoniste à l’écran exhibe. Un jeu de qui rira le plus longtemps, le mieux et le plus vite. Un jeu qui s’étire et qui se poursuit dès qu’ils se rejoignent sur les plateaux. Dès qu’ils les quittent et surtout, dès qu’ils les abandonneront définitivement, chacun leur tour. There’s only a couple of weeks left. Une semaine, un mois. Peut-être deux, si les scènes traînent.
Et Min-ho, il y voit avant tout d’innombrables possibilités – une flopée d’oreilles différentes, toutes prêtes à l’écouter. Toutes prêtes à entendre cette bombe-là. Celle qui scarifiera les faux-semblants et décèlera la vérité parmi les mensonges que Seth continue de dégobiller. Min-ho, il roule simplement des épaules. Exhibe l’indifférence comme une seconde peau. Il se protège, Min-ho. Il s’arme face à la descendance qui le rattrape. Un serveur passe et il attrape une nouvelle coupe, l’œil alerte. L’œil tourné vers Seth. « Je suis surpris que tu sois venu tout court, Seth. » Un sous-entendu sur son statut – acteur, mais pas encore célébré. Acteur, mais qui peut être si vite éclipsé. Ils se pressent, les jeunots. Ils s’accrochent. Et ce sont eux qui s’écorchent les genoux sur les marches du succès le plus vite.
Min-ho, il a oublié l’autre. Le footballeur. Le fan. Et de sa bouche, c’est l’alcool qui dégueule. Sur celle de Min-ho, c’est le mépris qui s’étale. Un automatisme qu’il ne contrôle plus – un réflexe qui le protège de la bêtise humaine. Bouche pâteuse, anglais hasardeux soulignés par une paire d’yeux qui se baladent le long des hanches d’une femme déjà prise. D’une femme qu’il a déjà connu, le temps d’une nuit, avant qu’elle ne se marie à l’ennui. Un souvenir qui se délite lorsque la voix de Lorenzo lui écorche à nouveau les oreilles. Sourire indolent aux contours paisibles. Une sympathie feinte dans une haine perpétuelle qui déborde. « Qu’est-ce qui te fait croire tu le mérites ? » Qu’il demande en arquant un sourcil. « Mais si tu insistes... » Et Min-ho se penche dans un simulacre de confidence. Il désigne la femme que le mioche a lorgné, quelques minutes plus tôt. « Tu n’as pas encore ce qu’il faut pour la satisfaire, gamin. » Trop jeune, trop minet. « Seth non plus, d’ailleurs. » Ajoute-t-il en se redressant, son verre au bord des lèvres.
Ce qui leur manque, c’est une présence.

_________________
— stand in the ashes of a trillion dead souls and ask the ghosts if honor matters. the silence is your answer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: under and over it (seth)   

Revenir en haut Aller en bas
 
under and over it (seth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seth Tienyue (Serpentard)
» Technique Seth'Gya
» seth greko
» Seth a une soeur : Isis !
» Seth, The Sorcerer's Apprentice.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side.-
Sauter vers: