AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 the easiest way (aprish)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 21
- since : 24/07/2018

( end game )

MessageSujet: the easiest way (aprish)   Mar 7 Aoû - 4:10




- April & Nash -
The easiest way

La lumière chancelante au-dessus de sa tête lui donnait une mauvaise mine. Ses lèvres se posaient sur un grand verre de bière qu’elle sirotait depuis des heures. April détestait le goût, mais elle s’entêtait à vouloir le finir. Elle fixait le vide. Le bruit se perdait dans ses oreilles, si bien que même si la salle était pleine à craquée, elle avait l’impression d’être seule dans une pièce silencieuse. Son esprit fuyait encore plus loin, c’était sa façon de faire. Sa valise, posée près d’elle, en était la preuve flagrante encore une fois. La stabilité, l’engagement et surtout l’amour, tout ça ce n’était pas pour elle, ça ne l’était plus du moins. Autrefois, avec Nash, la raison lui paraissait d’une simplicité évidente ; Wyatt était encore si frais dans sa mémoire, dans son cœur. Casey subissait simplement les conséquences d’un mode de vie beaucoup trop ancré en elle ; celui de protéger comme un lion les souvenirs d’un mort. La douce femme à la peau chocolatée était revenue depuis quelques jours maintenant, elle trainait sa petite valise avec elle partout et séjournait dans un motel. Elle n’osait pas encore se rendre chez ses parents adoptifs, elle ne saurait pas quoi dire. Cela faisait un moment qu’elle n’avait pas donner de nouvelles, elle n’était pas en dispute avec eux, mais elle ne voulait surtout pas que sa mère s’inquiète encore pour elle. Aux dernières nouvelles elle était à Dublin, avec un ‘’ami’’. C’était ça le fond du problème, cet ‘’ami’’. « Casey… » Marmonna-tu. Il avait tout gâché, c’était bien et il avait tout foutu en l’air. April était réellement tomber amoureuse de l’Irlande. C’était différent, différent de tout ce qu’elle avait pu voir ces dernières années. Toute cette verdure était rafraîchissante après avoir vu autant de zones désertiques, délabrés et brunâtres. Là-bas elle s’y sentait bien et elle commençait même à songer à se prendre un appartement. Oui, elle partageait l’appartement de Casey, et la même chambre d’ailleurs, mais elle ne s’imaginait qu’ils étaient ‘’rendu-là’’. En tout cas, April elle ne se sentait pas là. La demoiselle poussa un profond soupire, maudissant Casey. En relevant lentement les yeux, prenant conscience soudainement de toutes ces personnes autour d’elle, quelqu’un attira son attention, lui faisant louper au passage quelques battements de cœur. Étais-ce réellement lui ? April ne se souvenait plus très bien, cela faisait un moment maintenant qu’elle ne l’avait pas vu. Elle ne fréquentait pas non plus les réseaux sociaux, de toute façon la journaliste n’en avait pas le temps. April le regarda, le dévisageant presque, étais-ce possible ? Lorsque l’homme se tourna vers elle, elle figea. Une douche froide n’aurait pas pu lui faire plus d’effet. « Nash ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nash Kershaw

be happy, it drives people crazy.

- paper notes : 3486
- since : 16/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side w/ lula.
contact book:
availability: (off) lula, elian, april, bash.

MessageSujet: Re: the easiest way (aprish)   Mer 15 Aoû - 3:46

Outfit // Les soirées dans les bars, ça n’avait jamais réellement été son fort, à Nash. Il leur préférait aisément le calme d’un petit café tranquille ou, à l’inverse, l’électrisante énergie des salles de spectacles. Plus elle était intime, et mieux il s’y sentait. Ces amis et anciens collègues, pourtant, étaient des habitués de ce genre d’endroits, et comme les moments passés avec eux se faisait plus rares, depuis qu’il avait quitté son emploi au sein de l’entreprise où ils bossaient encore, l’homme se pliait à leur volonté et accepta de jouer le jeu. Mais il n’avait aucunement l’intention de s’attarder. Lula n’avait eu de cesse de le rassurer, elle pouvait bien se passer quelques heures de sa présence à l’appartement. L’envie de la retrouver, pourtant, éclipsait pourtant tout le reste. Le seul avantage de cette sortie improvisée était que, pour une rare fois, Nash sentait qu’ils avaient enfin de quoi bavarder, en dehors de ce qui se passait dans le cadre de leur travail. À force de se voir du matin au soir, les conversations deviennent banales, voir routinières. Ses potes se faisaient un plaisir de le mettre à jour avec les dernières informations du bureau, et il répondit à toutes leurs questions concernant sa nouvelle vie, même si, pour l’instant, il ne faisait que vendre des vinyles dans une petite boutique du centre-ville. Une chose à la fois. Le reste viendrait bien assez tôt, il l’espérait. Buvant la dernière gorgée de sa bière, le Kershaw fit signe à ses camarades qu’il s’éclipsait, le temps d’aller chercher une nouvelle bouteille au bar. La foule était compact et il eut du mal à se frayer un chemin à travers celle-ci, avant de finalement atteindre son but. Visiblement, les autres clients s’étaient passé le mot, mais Nash savait se montrer patient, d’autant plus que le service se faisait rapidement, merci aux barmaids qui se trouvaient de l’autre côté du comptoir. Ne manquant pas de guetter son tour, il s’était accoudé au bar, son regard cherchant au loin la table qu’ils partageaient avec ses amis. Les hommes riaient entre eux et lui faisaient de grands signes afin qu’il vienne vite les rejoindre, ce à quoi il répondit d’un air contrit, affichant ses mains vides en guise d’excuse. Ce ne fut qu’en se retournant qu’il la remarqua, ses yeux perçants rivés vers lui, le dévisageant avec stupeur. Nash, lui, eut l’impression de voir un fantôme, une entité qui n’avait eu de cesse d’hanter son esprit, des années durant. Elle était toujours aussi belle que dans son souvenir, mais l’amertume et la rancœur avaient assombrit cette représentation parfaite qu’il gardait d’elle, à une autre époque. Ces années de silences et d’incompréhensions avaient eu un véritable impact sur sa vie sentimentale, et sur sa capacité à faire confiance aux autres. Il n’avait jamais su rouvrir son palpitant, jusqu’à ce que Lula ne revienne dans sa vie, détruisant ses barrières une à une, pour l'atteindre en plein coeur. – April Davis, de retour à Brighton. C’est tout une surprise. – lui lança-t-il d’une voix forte pour couvrir les bruits les entourant, tout en conservant ses distances. Une touche d'ironie berçait ses propos, une attitude qui reflétait bien les émotions conflictuelles de ces retrouvailles impromptues.

_________________

the biggest adventure you can take is to live the life of your dreams.


Dernière édition par Nash Kershaw le Sam 8 Sep - 4:38, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 21
- since : 24/07/2018

( end game )

MessageSujet: Re: the easiest way (aprish)   Sam 25 Aoû - 4:03




- April & Nash -
The easiest way

La femme de couleur regardait cet homme à quelques mètres d’elle, c’est fou parfois comment le temps joue des tours. Autant que ses sentiments et ses aventures pour Wyatt lui semblaient tout aussi frais que si elles les avaient vécus la journée même, autant que la relation qu’elle avait partagée avec Nash lui semblait à des années lumières, pratiquement une autre époque. « April Davis, de retour à Brighton. C’est tout une surprise. » Un sourire se forma malgré tout sur le visage d’April, c’est vrai, c’était une surprise pour elle également. « Tenons-nous en à l’idée que ce n’était pas prévu. » Pouvait-elle dire quelque chose supplémentaire ? Quel genre de conversation pouvaient-ils avoir, sans évoquer un instant le coup bas qu’elle lui avait fait. April savait que dans ses relations précédentes c’était elle la méchante de l’histoire. C’était elle le salop qui prenait la fuite en refermant doucement la porte derrière elle, croyant peut-être que si elle ne fait pas de bruits son absence ne sera pas remarquer. « Tu as vraiment l’air bien Nash. » April croisa les bras sous sa poitrine en haussant maladroitement ses épaules. April était une étrange créature, autant elle était un véritable moulin à parole pour balancer des futilités sur la vie de tous les jours, autant elle restait une véritable tombe lors que venait le temps de parler à cœur ouvert. Autrefois elle aurait cru que Nash méritait mieux qu’une simple lettre, puis les mois et finalement les années se sont écoulés sans qu’elle ne trouve le temps, ou le courage disons-le, de venir le voir. Aujourd’hui elle sentait que lui demander pardon serait étrange. Il paraissait réellement bien, enfin, comment pouvait-elle dire ça ? C’était en tout cas ce qu’elle voulait pour lui. « Ça fait plaisir de te voir, vraiment. » Il semblait incroyable de dire qu’il avait été un jour une source de bonheur pour elle. April n’était pas prête autrefois, ni maintenant d’ailleurs, mais il n’en demeurait pas moins que Nash Kershaw avait été une personne importante dans sa vie. Il avait su la faire rire dans ses moments les plus douloureux, il avait su lui redonner cette force de vivre. Malheureusement, cette force se caractérisait par son besoin de fuir. Peut-être ne le voyait-il pas ainsi, mais il avait été essentiel dans sa réhabilitation sociale. Une petite pièce de puzzle peut-être, mais une très importante pour l’harmonie du dessin. April le regardait avec intensité. Si elle serait moindrement croyante elle dirait que ce n’est pas un hasard qu’il croisa sa route aujourd’hui même, alors qu’elle se retrouve exactement dans la même position que le soir où elle l’avait quitté. La roue tourne comme on dit. « Tu veux qu’on prenne un verre ? Depuis le temps, tu dois avoir vécu pas mal de choses ! Raconte-moi, si tu veux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nash Kershaw

be happy, it drives people crazy.

- paper notes : 3486
- since : 16/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side w/ lula.
contact book:
availability: (off) lula, elian, april, bash.

MessageSujet: Re: the easiest way (aprish)   Mar 4 Sep - 2:51

Elle était partie en ne lui laissant qu’une seule note, sans plus d’explication que l’annonce de ce départ précipité, semant dans l’esprit de Nash des questions auxquels il savait pertinemment qu’il n’obtiendrait aucune réponse. Elle n’avait jamais retourné ses appels, ni même ses messages. À un point tel qu’à un moment, il se demanda s’il ne l’avait pas tout simplement imaginée. Comme un mirage qui s’était dissipé parce qu’il l’avait approché d’un peu trop près. Il n’aurait jamais cru qu’elle daignerait remettre ses pieds à Brighton, après ses années de silence à jouer au fantôme. Surtout, qu’elle pousse l’affront jusqu’à l’aborder dans un bar, comme s’ils étaient de vieux amis sur qui ont été enchantés de tomber. Leur histoire aurait connu une toute autre fin, et la situation aurait été différente. Mais l’indifférence qu’elle avait laissée derrière elle, après sa fuite, n’avait qu’un gout amer en bouche que même le chewing-gum qu’il mastiquait de parvenait pas à chasser. Visiblement, elle n’avait nullement planifié son retour en ville, et Nash se mit à songer à quel point le destin s’amusait bien de cette situation. De tous les bars existants dans les environs, il avait fallu qu’ils se retrouvent au même endroit, au même moment. Douce ironie.  – Et toi, tu n’as pas tellement changé.  – glissa-t-il à son intention, alors que les clients qui attendaient au comptoir libérait l’espace pour retourner à leur table, verres en main. Il se rapprocha de la femme, précautionneusement, se positionnant à une distance qui leur permettrait de se parler sans toutefois devoir enterrer les sons environnants. Nash, pourtant, restait sur ses gardes. D’autant plus que lorsqu’elle admit être heureuse de le revoir. – Vraiment? – ne put-il s’empêcher de répéter, un peu trop interloqué de ses propos qui semblait réellement venir d’un bon sentiment.  – Te dire que c’est réciproque serait totalement déplacé de ma part, alors ne t’attends pas à ce que ses mots sortent de ma bouche. – Aussi bien être honnête et franc envers elle. Il avait chassé l’idée de jouer la comédie et de prétendre que rien ne s’était passé entre eux. Mauvais acteur, son faciès n’aurait pas tenu sur la longueur un tel mensonge, une telle mise en scène. Au moins savait-elle désormais sur quel pied danser avec lui. Elle osa tout de même lui proposer de prendre un verre avec elle, une offre qu’il faillit refuser du revers de la main sans trop se poser de questions. Mais justement, il y en avait des centaines qui s’accumulaient dans les neurones de son cerveau, et il ne pouvait se permettre de passer à côté de la seule occasion où il pouvait les lui poser. – Un verre et c’est tout. Je ne peux pas trop m’attarder, ils vont croire que je leur fausse compagnie. – Son regard se dirigea là où son groupe d’amis bavardait avec entrain, sans trop se préoccuper de son absence. Du moins, pour le moment. Se posant sur le siège vacant à ses côtés, il l’arrêta d’un geste sec. – Je crois plutôt que c’est toi qui a des choses à me raconter. –  Et des explications à me donner.

_________________

the biggest adventure you can take is to live the life of your dreams.


Dernière édition par Nash Kershaw le Sam 8 Sep - 4:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 21
- since : 24/07/2018

( end game )

MessageSujet: Re: the easiest way (aprish)   Mar 4 Sep - 4:10




- April & Nash -
The easiest way

Le temps réparait et effaçait les choses, enfin en règle général. April était bien placé pour savoir que dans la vie le temps n’était pas le remède à tout, mais pour son histoire avec Nash ça avait été le cas. La culpabilité avait fini par laisser place aux beaux souvenirs et c’est tout. La femme avait certainement été naïve pour croire que ce sentiment était partagé. « Vraiment? » April cligna simplement des yeux, surprise. C’était bien le sentiment qui se glissa en elle, pourquoi semblait-il surpris lui, de sa sincérité ? Elle n’osa pas répondre par l’affirmative puisqu’elle sentait que ce n’était pas réellement une question qu’il lui posait. Il lui reprochait en réalité qu’elle lui dise ça. « Te dire que c’est réciproque serait totalement déplacé de ma part, alors ne t’attends pas à ce que ses mots sortent de ma bouche. » Un petit sourire nerveux se forma sur ses lèvres. « Et bien, je ne pourrais pas prétendre que tu n’es pas honnête avec moi. » Peut-être l’était-il un peu trop ? Peut-être pas aussi, au fond dans une situation où les rôles étaient inversés, sans doute aurait-elle été aussi franche et direct que venait de l’être Nash. Dans une réalité où les rôles étaient inversés, souvent le garçon était traité de tous les noms. Une petite voix au fond d’April lui disait qu’elle ne méritait pas qu’il accepte de prendre un verre avec elle, chose qu’il accepta malgré tout. À peine avait-il prit place près d’elle qu’il lui lança un avertissement. « Je crois plutôt que c’est toi qui a des choses à me raconter. » Quelques secondes auparavant la femme se disait que lui offrir des excuses sembleraient ridicules, elle, elle trouvait ça ridicule, mais visiblement cette histoire affectait toujours l’homme, d’une manière ou d’une autre. April regardait Nash et elle se senti légèrement troubler. « Puisque tu sembles vouloir prendre l’allée de la franchise, je ne tournerais pas autour du pot. Je suppose que tu veux savoir pourquoi je suis partie ? » Les mots franchissaient ses lèvres et le trouble grandissait de plus en plus en elle. April avait l’impression de se donner de l’importance, plus qu’elle n’en avait, à son propre sens. « Je suis partie parce que j’étouffais. » Un peu plus et elle lui resservait ce qu’elle avait jadis écrite dans la lettre laisser au seuil de sa porte. ‘’Ce n’est pas toi, mais c’est moi qui n’arrive plus à respirer à Brighton, je dois partir. Désolée.’’. April évitait soigneusement de regarder Nash dans les yeux, elle détestait ça. Elle avait toujours détesté regarder les gens dans les yeux, en tout cas, ces dernières années elle n’y arrivait pas. April regardait partout autour d’eux, partout sauf son regard à lui. Elle commença à avoir chaud. Comment une simple rencontre dans un bar pouvait-elle lui donner autant de sueurs ? « Je voulais simplement voir autre chose. Je suis vraiment désolée, tu méritais probablement mieux qu’une simple lettre… » Elle releva doucement ses yeux vers lui, ses pupilles se dilatait lorsqu’elle le regardait. « Crois-moi, vraiment. » Évidemment qu'April aurait voulu une autre fin que celle-ci, ses sentiments pour l'homme avaient réellement exister et avaient réellement compter. C'était bien ça le problème. Pourtant, elle ne regrettait pas, elle devait tout faire pour préserver cette chimère qu'elle avait tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nash Kershaw

be happy, it drives people crazy.

- paper notes : 3486
- since : 16/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side w/ lula.
contact book:
availability: (off) lula, elian, april, bash.

MessageSujet: Re: the easiest way (aprish)   Mer 5 Sep - 20:18

Il aurait dû tourner la page sur cette histoire. La laisser derrière lui, l’oublier, tout comme semblait l’avoir fait si facilement April, quand elle avait disparu de sa vie, ne laissant derrière elle qu’un bout de papier où quelques mots avaient été griffonnés. Des explications vides de sens, des excuses qui ne voulaient rien dire. Nash, il n’était jamais parvenu à faire une croix sur les émotions qu’il avait ressenties en réalisant qu’elle s’était évaporée dans la nature, sans avertissement. La tristesse, la colère, l’incompréhension. Il lui avait donné son cœur sans concession, sans rien lui demander en retour. Il ne voulait que son bonheur, ne désirait que la voir sourire ou être là pour essuyer ses larmes. Il voulait l’aider à traverser ce deuil qu’était aussi le sien. Peut-être à deux, ils seraient parvenus à surmonter leur peine. Mais elle n’avait réussi qu’à lui en causer d’avantage, lorsqu’elle elle lui avait filé entre les doigts. Les années avaient su endormir l’amertume qu’il cultivait à son égard, la douleur, pourtant, ne s’était jamais totalement dissipée de son palpitant. Il avait craint trop longtemps de s’attacher trop profondément aux gens, se refrénant de témoigner quelconques gestes d’affection envers l’objet de son attention de peur de le faire fuir, comme ça avait été le cas avec elle. Sa réplique sembla secouer son interlocutrice, et son faciès se tordit en une risette inconfortable. S’attendait-elle à un autre accueil de sa part? Pensait-elle qu’il allait se réjouir d’ainsi la retrouver, après toutes ses années? – De toute façon, tu sais à quel point je ne sais pas mentir. – Même si parfois, la vérité faisait mal à entendre, il la préférait quand même à un mensonge, qui, tôt ou tard, reviendrait le hanter. Il accepta tout de même de prendre un verre en sa compagnie. Plus par politesse que par réelle envie. Peut-être que cette conversation lui permettrait enfin d’obtenir des réponses à ses multitudes de questions. Peut-être qu’il parviendrait enfin à clore une bonne fois pour tout ce chapitre de son histoire. – Oui. – admit-il seulement quand elle le questionna quant au véritable sens de sa réflexion. Oui, il voulait savoir. Même si ça lui semblait absurde. Même s’il aurait dû, depuis longtemps, avoir tourné la page. Quelque part, dans un coin de sa tête, elle la hantait pourtant toujours. Je suis partie parce que j’étouffais. Une explication aussi vague que celle qu’elle lui avait servi, des années plus tôt. Une affirmation qui le fit sourciller, le forçant pendant un temps à se remettre en question. Avait-il été la cause de son trouble? Aurait-il pu faire quelque chose pour l’éviter? April se détourna de lui, son regard survolant la foule qui s’amassait autour d’eux. Nash n’osa pas reprendre la parole, espérant qu’elle avait autre chose à ajouter. Des éclaircissements à lui donner. Mais sa patience ne fut que sommairement récompensé, alors qu’elle s’avouait désolé de la façon dont les choses s’étaient terminées entre eux. Tu méritais probablement mieux. Ses yeux acceptèrent enfin de croiser celui de l’homme, et il ne put ignorer l’éclat de sincérité qui brillait au creux de ces derniers. – April… Tu aurais pu m’en parler plutôt que de prendre la fuite comme une simple voleuse. – L’animosité au creux de sa voix s’était muée en une déception douce-amère, face à une finalité sur laquelle il n’avait eu aucun contrôle. Sur laquelle il aurait eu envie d’avoir son mot à dire. – Est-ce que c’est moi, ou notre relation qui t’étouffait? – La question, elle était pendue au bout de ses lèvres, et il ne put la retenir. Une part de lui-même voulait comprendre. L’autre espérait seulement que si erreurs il avait commises, il n’était pas en train de les reproduire dans sa relation avec Lula. La seule crainte de la perdre lui était insupportable.

_________________

the biggest adventure you can take is to live the life of your dreams.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: the easiest way (aprish)   

Revenir en haut Aller en bas
 
the easiest way (aprish)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Easiest Man to Spy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: