AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 549
- since : 30/07/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Lun 30 Juil - 17:09




- jillian walsh -
moi pour toujours, j'envoie valser,
les preuves d'amour, en or plaqué


i. harness your blame, walk through
- âge et lieu de naissance: vingt-neuf années qui se sont écoulées. des années bercées par l'ivresse du bonheur, les éclats de rire et les sourires attendris au bord des lèvres rosies. puis cette traînée de cendres. la métamorphose de l'enfer. et le temps qui semble si long, si lourd. chaque seconde, chaque minute, chaque heure n'est plus qu'un supplice contre son échine de porcelaine. les illusions se sont infiltrées dans son quotidien telle une mécanique chaotique. - origines et nationalité: ses veines battent de cette intensité folle. un mélange qui dévale et rythme son afflux sanguin. l'irlande au creux du palpitant et l'angleterre comme couche de soie autour. un caractère bien trempé qu'on doit à son père né sous la chance d'un trèfle à quatre feuilles. et une mère dont la douceur et la générosité se sont tissées au travers d'une éducation à l'anglaise. la balance a penché et c'est le pays maternel qu'elle a choisi pour y laisser s'écouler les chapitre de sa vie. - statut familial: les walsh représentent ce foyer familial où l'amour et le respect ont triomphé. dernière de la fratrie, il lui suffit de clore les paupières pour réveiller les souvenirs. les éclats de rire qui éclosent dans la maison. les regards protecteurs de ses aînés. la complicité défiant la nécessité des mots. chez eux, la famille devient une chose précieuse. comme un diamant brut à peine taillé auquel on ne veut pas toucher, tant c'est important. le soutien est quotidien. mains dans la mains pour avancer, pour défier le pire en attendant le meilleur. et parfois, étendue dans son lit, elle se revoit. inerte sur ce lit, les yeux si lourds qu'elle peine à observer les alentours. et quand elle le fait, c'est les iris embuées de sa mère qui dépeignent le paysage aseptisé. c'est la main de teddy qu'elle sert. c'est ses deux autres frères qui se précipitent pour lui demander si ça va et son père dans un coin qui soupire de soulagement : sa fille est en vie. sans sa famille, jillian ne serait sûrement plus rien. une ombre qui s'articule pour la forme. - statut civil: il ne devait être qu'un ami. ce gosse baisé par la vie avant l'heure que les parents walsh prenaient sous leurs ailes. d'enfants, ils sont devenus adolescents. les premières émotions. les premières sensations. comme sa peau qui a frissonné quand il a déposé un baiser dans son cou, sans poser de mots sur le geste. comme ses yeux brillants de bonheur quand il débarquait par la fenêtre de sa chambre pour discuter à trois heures du matin. comme lorsqu'il était là, prêt de ses frères à applaudir et à laisser la fierté imprégner ses traits à la remise des diplômes de la blonde. il est devenu une nécessité, une dose d'adrénaline, un amour inavoué sans le saisir. alors les deux amis ont dansé sur la corde des non-dits. ils ont préféré faire mine de rien, laissant leurs coeurs dévastés. la corde s'est effritée et a cédé. elle a rencontré un autre homme. soren. un médecin militaire. il était tout l'opposé de rhys. droit, sincère, carriériste, prêt à aimer vraiment. alors elle s'est faite une raison. elle a mis dans un coin de son palpitant les sentiments encore brûlants. elle est tombée amoureuse d'un autre en se lançant à corps perdu dans cette relation. elle a aimé soren. si fort, si passionnément. son corps nu étendu dans les draps, saupoudré de baisers sucrés. la peau qui frissonne, les muscles qui se tendent, le désir grimpe, les battements puissants dans sa cage thoracique. et ce diamant à l'annulaire. prête à officialiser cet amour. elle se souvient du regard colérique de rhys à l'annonce. elle avait préféré l'ignorer. et un soir, il a sonné à sa porte : tu fais la connerie de ta vie, ne l'épouse pas, putain. elle n'avait rien pu répondre. et lui avait claqué ses lèvres sur les siennes dans un baiser si lourd de sens. et il s'est barré une nouvelle fois. une semaine plus tard, ce sont deux militaires en uniforme officiel qui ont frappé à la porte. elle n'a pas eu besoin de mots pour comprendre. les larmes ont perlé. son corps si lourd a chuté au sol. le coeur atrophié. le coeur brisé. - occupation: c'est à l'adolescence que sa vocation a trouvé tout son sens. l'épreuve du lycée où les injustices se font quotidiennes sous ses yeux encore crédules. les moqueries. les répliques cinglantes. la détresse d'adolescentes mises de coté comme des numéros inachevés. ce goût de la défense, ce goût de faire tomber les tyrans. elle a réussi avec brio ses études de droit dans une faculté réputée. major de sa promotion, jill n'a rien lâché. compétitrice et prête à tout pour réussir. pour faire taire les mots à peine silencieux. une blonde perchée sur des talons hauts. une poupée pour beaucoup. une idiote pour d'autres. et quand ses lèvres rougies s'ouvrent, c'est une plaidoirie qui s'extirpe. une ode aux apparences qui s'abandonnent. et aux bouches qui se ferment sous le revers de l'agacement. elle bosse à présent dans un cabinet reconnu au centre de la ville. après un break imposé, elle a repris les rennes de sa carrière. un requin dans une marée d'hommes qui fait sensation à chaque procès. les talons qui claquent sur le sol, ses cheveux dorés en cascade dans le dos, des robes soulignant la tournure sensuelle de ses courbes et ses mots accrocheurs. si accrocheurs qu'elle remporte un bon grand nombre de victoires.  - cinq choses favorites: les voitures de courses et l'adrénaline que ça lui procure. les mains sur le volant, la vitesse qui fait grincer les pneus, le myocarde en ébullition et la sensation d'être tellement vivante que ça lui arrache un cri de bonheur. puis le goût si prononcé du bourbon. c'est pas un alcool de fille que prononce son père en riant à chaque dîner. mais c'est son favori. quand il dévale sous le palais et laisse une empreinte amer et puissante. il y aussi les lys blancs. sa fleur favorite. celle qui composait son bouquet de mariée qu'elle avait imaginé dans les moindres détails. un bouquet qui n'a jamais vu le jour. les fleurs blanches sont devenus des fantômes sombres. elle est fan de football, aussi surprenant que ce soit quand on la voit défiler sur ses talons aiguisés. elle pratique ce sport depuis ses cinq ans et n'est pas prête d'arrêter. les pieds qui cherchent le ballon, sa respiration qui se saccade sous le poids de l'effort et sa tête qui élimine chaque souvenir trop toxique. enfin, de toutes les senteurs du monde, c'est sans aucun doute l'odeur de la pluie qui ravive ses sens. ce besoin viscéral d'ouvrir la fenêtre quand il pleut pour écouter le claquement des gouttes sur le sol et l'odeur se dégager dans chaque partie de son appartement. - saison préférée: le voile blanc de l'hiver réveille cette réminiscence des instants passés. sa peau claire qui rougie à cause des flocons qui dévalent. ses dents qui claquent tant la température semble glaciale. cette période de fêtes où les lumières deviennent impératrices des rues de brighton. ce moment si particulier de l'année où les rêves s'éveillent et l'amour rivalise avec la douceur. une saison où à présent son coeur n'est plus que glace et froideur. le voile maculé devenu si noir. - traits de caractères: déterminée, généreuse, a l'esprit de famille, manipulatrice, cynique, observatrice, cultivée, franche (trop franche), angoissée, impulsive, émotive, obstinée, consciencieuse, pugnace, perfectionniste, carriériste, impatiente, tatillonne. - groupe: hydrangea. - avatar: amber heard.

ii. swing wide your crane, run me
Ses paupières sont lourdes. Bien trop lourdes pour ouvrir les yeux. Lorsqu'elle le fait, c'est le visage de teddy qui apparaît. Assis dans le fauteuil, Les coudes enfoncés dans son jean. Le regard compatissant et brillant de ce qu'elle ne veut pas nommer. Layton n'est pas loin.
Chaque battement cardiaque est un supplice.
Chaque mouvement devient une lente agonie.
Elle inspire.
Elle expire.
Ses phalanges relâchent le cadre photo avec lequel, elle a fini par s'endormir.
Soren et elle.
Le temps des sourires.
Le temps de la vie.
Elle s'extirpe des draps, foule le parquet glacé par les coeurs en sang. A l'identique d'un quotidien rodé, elle reproduit chaque geste, chaque habitude comme si le monde ne venait pas de s'écrouler.
— Je dois me préparer. Ma fleuriste m'attend pour convenir des arrangements floraux pour le mariage.
Les mots soulèvent le coeur. Ils donnent la nausée. Elle est prête à s'habiller comme si la vie continuait. Alors Teddy se lève le premier. Il vient attraper la main de sa soeur et pose un regard attristé sur ce visage dont les traits sont déformés par les larmes.
— Jillian, arrête, reste avec nous. Soren est mort.
Mort. Mort. Mort. Mort.
Seul le dernier mot fait écho dans sa boîte crânienne.
Elle le regarde, crédule. Jill se met à rire. Elle rit si fort que ça devient un chant mélancolique. Il n'est pas mort. Ce n'est pas arrivé. Deux hommes en uniforme ne se sont pas pointés, le regard peiné en lui crachant au visage que Soren a péri lors d'un attentat suicide. Ils n'ont pas soutenu son corps qui s'est écroulé au sol. Elle a rêvé. Elle a cauchemardé.
Elle se libère de l'étreinte fraternelle et s'enferme dans la salle de bain. Le miroir vient refléter ses yeux gonflés et bousillés par la peine. Ses traits sont tirés, fatigués.
— Il n'est pas mort.
Les lettres dansent sur le courbe de ses lèvres. C'est une danse placide, lasse et tellement déchirante.
Et le déni devient roi.
- - - - - - - - - - - -

Le ciel est gris. Autant que le coeur de Jill. Vêtue de sa robe noire, à la couleur du deuil, à la couleur du drame. Assise sur son lit, elle sent une larme glisser sur son visage. Les mots sont aux abonnés absents depuis de longues heures. Les invités se succèdent dans la maison familiale. Les regards compatissants viennent lui soulever le coeur. L'intérêt qu'on lui porte n'est qu'un poignard dans le bide. Elle fixe le sol et se demande à quel moment tout a merdé. Elle revoit le visage de Soren. Elle pense à Rhys une courte seconde. Et c'est la présence de Teddy qu'elle sent dans son dos. Il ne dit rien. Parce que les mots ne servent plus à rien. Ils ne sont qu'un ramassis de conneries que la blonde n'est plus prête à tolérer. Les mots sont des lames incisives qui sont venus foutre en l'air sa vie.
— Fais les partir Teddy. Je peux plus les supporter. À me fixer avec leurs regards plein de pitié. À me demander si ça va. Comment ça pourrait aller putain ? Je viens de perdre mon fiancé. Je viens de tout perdre. Tu crois que ça peut aller toi ? Je suis en train d’étouffer. Ils doivent dégager.
Les paroles sont crachées d'un ton colérique. Elle serre les poings. Sa mâchoire se contracte. Et elle se lève. Ses pupilles semblent dilater. Son corps tremble sous l'effet de cette poussée d'adrénaline qu'on nomme rage.
Elle attrape un vase. Il termine au sol et se brise.
Les morceaux de porcelaine rejoignent ceux de son palpitant.
Comme ces coussins.
Comme ces livres.
Comme eux.
Et quand elle termine, Teddy s'approche. Sans un mot, il vient la serrer si fort qu'elle n'est plus en mesure de bouger. Le corps léthargique dans les bras réconfortants de son frère. Elle se laisse faire. Marionnette en devenir qui n'a plus l'énergie.
Et la colère ronge ses entrailles.
- - - - - - - - - - - -

Un cachet. Deux cachets. Trois cachets. Et elle arrête de compter.
Les comprimés glissent contre son palais. Ils doivent effacer la plaie béante qui déchire son coeur. Ses phalanges dérapent sur cette photographie. Elle et Soren au bord d’une plage thaïlandaise. La pulpe claire dessine les souvenirs d’une traînée idyllique.
Et ses pensées s’égarent vers Rhys. Elle ferme les yeux et peut ressentir l’empreinte de ses lèvres sur les siennes. Ce soir là, lorsqu’il a débarqué. Il pleuvait dehors. Les gouttes tombaient en cascade et humidifiaient son visage. Sur le perron de sa porte, il a frappé comme un acharné. Quand leurs regards se sont croisés, le monde s’est arrêté de tourner. Encore une fois. Comme à chaque fois. Parce que depuis leur enfance, ils se sont confondus. Un peau à peau inavoué. Un coeur à coeur enflammé dans les bas-fonds des peurs. Et L’audace du silence avec les yeux brillants de tout ce qu’ils pouvaient refléter.
Tu fais la connerie de ta vie, ne l’épouse pas.
Les mots avaient été crachés avec facilité. L’alcool déliait les langues. Mais pas celle de Jill. En retrait. Pétrifiée par ce qu’elle entendait. Bien trop surprise pour dire quoique ce soit. Il s’est approché à vivre allure, attrapant son visage pour capturer ses lèvres.
Leur premier baiser.
Leur premier putain de baiser.
La lune en témoin. La pluie en couverture.
Et la culpabilité dégoulinant sur eux.
Il n’a rien dit de plus et s’est tiré. Parce que Rhys, il est bon qu’à ça. Faire des conneries, balancer des mots et partir. La fuite. C’est là où il est excelle. Comme depuis l’annonce du décès de Soren.
Abonné absent d’une existence bousillée.

Citation :
to rhys — 23h18.
soren is dead. and you decided to leave. where are u ?

Citation :
to rhys — 23h26.
please rhys. don’t be a jerk.

Citation :
to rhys — 23h47.
i hate u.

Elle lâche son téléphone. Les réponses deviennent des inconnues de plus. Et c'est son corps qui s'immerge dans cette baignoire. L'eau est brûlante et pourtant l'instant devient glacial. Les paupières lourdes. Les muscles qui se détendent.
Et l'abandon.
Sa silhouette coule au fond de cette baignoire.
Ses poumons se ferment.
Elle abandonne la partie.
Parce que la dépression devient un monstre.
Et les monstres gagnent tout le temps.
- - - - - - - - - - - -

Teddy extirpe le corps inerte de la baignoire. Il exerce des pressions sur sa cage thoracique. Il supplie sa soeur de revenir à la vie. Puis quelques heures plus tard, dans une chambre aseptisée, c'est Layton et son troisième frère qui débarquent. Ils ont les yeux rougis et ils s'assoient de part et d'autre du lit.
C'est sans compter sur les parents Walsh qui ont accouru, le coeur au bord du gouffre d'avoir entendu les mots tentative de suicide.
Jillian a parlé d'un accident. D'un banal accident et d'un accès de fatigue. Mais ça n'a pas pris. Ni avec sa famille. Ni avec les médecins de cet institut spécialisé. Elle a compté les heures, assise dans un coin à attendre que le temps défile et fasse son oeuvre. Elle se revoit à capturer l'air de silences pesants face aux psychiatres. La dépression. On en parle comme d'une croyance populaire, d'une tristesse extrême avec un ras le bol général. C'est tellement plus que ça.
C'est une overdose de la vie.
Un débordement des émotions.
Une honte si fort qu'elle devient une couche de l'épiderme.
Alors les mots disparaissent dans les soupirs rauques.
C'est la voix de sa mère qui vient la ramener à la réalité. Elle lui passe un plat alors que le dîner familial prend forme. Tout le monde a mis de l'eau dans son vin pour se réunir autour de Jillian. Son retour à la vie. Une réanimation qui a permis à ses poumons de se gonfler à nouveau. Chacun sourit, semble prêt à rire et veille du coin de l'oeil sur la benjamine. Elle essaye de faire bonne figure et de garder le cap.
Celui de la vie.
Celui des souffles oxygénés.
Des éclats de rire.
De sa passion pour son boulot.
De cette famille qui est son pilier.
L'acceptation fait son chemin.
Jillian aussi.


iii. when eyes are all painted sinatra blue
- pseudo/prénom: encore la même. - âge et pays: vingt-cinq ans, france. - type de personnage: inventé et pré-lien familial de @teddy Walsh    - votre avis sur le forum: c'est perfection.  - où avez-vous connu le forum: bazzart. - autre: donnez-moi de l'amour please.

_________________
oublier ces heures qui tuaient parfois à coups de pourquoi le cœur du bonheur.


Dernière édition par Jillian Walsh le Mar 31 Juil - 16:41, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

- paper notes : 162
- since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Lun 30 Juil - 17:14

Rebienvenue parmi nous petite soeur I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

- paper notes : 626
- since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: open soon (teddy, julian)

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Lun 30 Juil - 18:05

Ils sont quand même sacrément canons les Walsh dis donc. The sister is on top tho
Rebienvenue et courage pour cette fiche déjà bien entamée de merveilles I love you

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down. there are no words in the english language. i could scream to drown you out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 1402
- since : 24/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (alex, alex/lisa, charles, clara, cole, layton, logan)

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Lun 30 Juil - 18:28

non mais ce début de fiche terrible, ce titre, oh la que c'est beau.
t'es parfaite, j'ai bien trop hâte de lire la suite.
rebienvenue à la maison !

_________________

- Is there a pill we can take To lift us to a higher place? So that our love don't fade, And make our touch feel the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 1394
- since : 17/12/2017

( end game )

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Lun 30 Juil - 21:08

amber, cette beauté
re à la maison

_________________
- He put a star in my heart, and I haven't stopped burning.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Marlene Kenway

get some sleep and i'll be fine

- paper notes : 638
- since : 07/04/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Lun 30 Juil - 21:15

oh fuck
rebienvenue chaton I love you

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Lun 30 Juil - 22:19

bordel, heard
re bienvenue chez toi
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andy Cavendish

she was only half bird now,
and the other half song.

- paper notes : 337
- since : 18/01/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Lun 30 Juil - 23:34

dear lord
amber, toi, cette plume, ce perso je décède quand ?

_________________
- i cut your name out of my mouth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nash Kershaw

be happy, it drives people crazy.

- paper notes : 3673
- since : 16/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side w/ lula.
contact book:
availability: (off) lula, elian, april, bash.

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Lun 30 Juil - 23:40

T'es belle comme ça, Jenn.
Rebienvenue à la maison. I love you

_________________

the biggest adventure you can take is to live the life of your dreams.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Jem Lyons

i put a spell on you

- paper notes : 820
- since : 18/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Mar 31 Juil - 13:00

tu sais à quel point t'es fraiche (j'espère elle est bi, sinon je pleure)

_________________

- the starring role -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 549
- since : 30/07/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Mar 31 Juil - 15:39

merci les chatons pour l'accueil et les compliments. I love you
vous êtes parfaits.

_________________
oublier ces heures qui tuaient parfois à coups de pourquoi le cœur du bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Mar 31 Juil - 16:49

I CAN'T EVEN.
TROP. TROP. TROP. PARFAITE.
*ugly tears*

j'vais t'acheter des petites menthes "mint to be" What a Face
je t'aime, wowowowow, wtf que j'ai eu la chance de pouvoir jouer rhys ??
rebienvenue ici I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Mar 31 Juil - 16:58

Amber est tellement parfaite
Rebienvenue avec ce nouveau personnage
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 94
- since : 10/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: levi, eli, toi ?

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   Mar 31 Juil - 17:28

ta fiche m'a filé le bourdon
TMTC QUE J'AVAIS PAS BESOIN DE CA HEIN

mais elle est parfaite, comme d'hab ! amuse-toi bien avec ma femme

_________________


i'd swallow the moon and the stars, to follow the beat of your heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.   

Revenir en haut Aller en bas
 
all is lost, hope remains, and this war's not over @jillian.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE
» • I hope that tomorrow will be better
» Le HOPE, une bouffée de gaz carbonique pour l’économie ?
» 01. Only Hope • Dakota (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: hear them whispers. :: run for the fences.-
Sauter vers: