AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I cross over lines and I broke all the rules w/victoria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 83
- since : 04/02/2018

( end game )

MessageSujet: I cross over lines and I broke all the rules w/victoria   Dim 29 Juil - 18:56


≈ ≈ ≈
{ All of these lines across my face
Tell you the story of who I am. }
crédit/ tumblrsara ramirez.

Abi avait besoin d’une bonne séance pour se remettre de ses émotions. Elle avait donc pris rendez-vous avec le docteur Walker recommandé par son ancien psychologue. Elle l’avait vu deux fois depuis qu’elle était à Brighton sans pour autant réellement accroché, du moins pas assez pour se livrer. Cependant, Abi se sentait au bord de la crise nerveuse et elle avait besoin de vider son sac, mais également d’être conseillé. Elle était venue ici pour obtenir le divorce et elle apprenait sa femme était enceinte suite à leur dernière fiv. C’était un réel choc pour elle qui pensait enfin tourner la page. Maintenant elle ne pouvait plus tourner la page aussi « facilement ». Elle devait prendre une décision rapidement. Rose ne lui avait pas facilité les choses en lui demandant une autre chance. Si Abi avait refusé de faire ceci dans ces conditions, elle lui avait dis qu’elle serait présente pour elle. Comment elle n’en avait aucune idée pour le moment. Une chose est sûre, Abi ne comptait pas se remettre avec Rose uniquement parce qu’elle était enceinte, cela ne changeait pas la raison de leur rupture. Abi avait essayé depuis plusieurs jours de régler cela seule, mais elle échouait lamentablement. Elle avait besoin de l’aide d’un professionnel. Abi se sentait piégée, come prise de piège et elle se détestait de ressentir cela. Elle culpabilisait parce qu’elle avait eu envie de cet enfant avec Rose, mais que cela arrivait trop tard. Si Abi savait qu’elle avait envie d’être mère, elle ne savait pas si elle avait envie d’être une famille avec Rose. Elle avait été bien trop heurté par les actions de sa femme. La jeune femme avait envie d’hurler, de tout envoyer valser. Elle savait donc qu’elle ne pouvait pas gérer un tel stress. Peu de gens le savent mais Abi ayant vécu une expérience traumatisante à la suite de violences conjugales avec un précédent conjoint a toujours des réactions excessives. Abi était donc dans la salle d’attente à attendre le docteur Walker, en se demandant si c’était une bonne idée, si elle allait vraiment pouvoir l’aider et l’apaiser.

_________________

We can breathe, and be in the same world. You live in me and it still hurts but I won't cry anymore. You return to them and I return to you. Again, my friend, there's nothing I can do 'cause I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Victoria Walker

the road to hell is paved
with good intentions

- paper notes : 2127
- since : 17/06/2018

( end game )

MessageSujet: Re: I cross over lines and I broke all the rules w/victoria   Dim 5 Aoû - 22:43


i told my psychiatrist that everyone hates me. he said i was being ridiculous - everyone hasn't met me yet.
— abigail jenkins, victoria walker




Parler. S’ouvrir. Partager. Trois actions qui faisaient rarement partie du vocabulaire des personnes qui prennent la décision de consulter. La situation était différente d’un client à l’autre. Si pour certains il ne fallait qu’un minimum d’écoute pour qu’ils prennent la parole plus ouvertement, avec d'autres, la confiance prenait plus de temps à se fonder. Tout dépendait de la nature de la personne, et de son vécu. La notion de consulter un professionnel restait illogique pour bien un monde. Aujourd’hui encore l’Anglaise continuait d’entendre des répliques de la sorte, des « je ne suis pas fou, vous savez. », ou encore « je ne vois pas ce que je fais là. ». Alors, Victoria disait à toutes ces personnes fondamentalement la même chose ; elle ne garantissait jamais un résultat concluant à ses patients les plus ouverts, seulement, avec une attitude refermée il était certain que l’outcome final ne sera pas satisfaisant. Ce que beaucoup ignorent de la thérapie était que c’était un chemin à parcourir conjointement. Le psychiatre n’était là que pour aider l’autre personne à y voir plus clair. À ordonner ses idées et le fil de sa pensée. Et dans des cas qui nécessitent un traitement plus pousser, savoir mettre le doigt sur la prescription adéquate. Avec Abigail, le schéma qu’essayait de suivre Vicky ne s’éloignait pas trop de sa méthode classique. Une transparence entière. Laisser du temps à la jeune femme de partager à son propre rythme. Il fallait forcer la main à certains de le faire, mais pas à d’autres, au risque de les voir reculer en arrière, sans résultat.

Pour garantir la confidentialité à ceux qui ne souhaitent pas forcément être vus, le bureau de l’Anglaise avaient deux portes distinctes. L’entrée différait de la sortie. Et tous ses rendez-vous étaient espacés par une quinzaine de minutes pour limiter la possibilité que plusieurs patients se retrouvent dans la salle d’attente en même temps. Après avoir accompagné son client précédent jusqu’à l’exit, la trentenaire prit quelques minutes pour classer son dossier et passer à celui d’Abigail. Il ne lui fallait qu'un court instant avant qu’elle ne se dirige à la salle d’attente pour accueillir la jeune blonde. «Bonjour mademoiselle Jenkins, j’espère que je ne vous ai pas fait patienter. », dit la brune en faisant signe à son interlocutrice d’accéder à son bureau pour s’installer. Victoria se dirigeant également vers la table basse qui meublait la pièce pour se servir une tasse de thé. « souhaitez-vous une tasse de thé également ? ». Le passage chez un psychologue ou un psychiatre ne devait pas s’apparenter forcément à une corvée. Anglaise jusqu’au bout des ongles, Vicky avait cette coutume avec ceux qui la visitaient en après-midi.


_________________


    -----------------

    “ she is clothed
    in strength
    and dignity,
    and she laughs
    without fear of
    the future. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 83
- since : 04/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: I cross over lines and I broke all the rules w/victoria   Sam 11 Aoû - 15:52

Abi n’avait pas pour habitude de parler, de s’ouvrir et de partager ses émotions. Elle avait grandit dans une famille assez froide et distante émotionnellement. Lorsqu’elle avait voulu être honnête vis-à-vis de sa sexualité par exemple elle n’avait pas reçu le soutien qu’elle attendait. Elle avait longtemps eu honte de ce qu’elle était. Alors aujourd’hui parler à un psychologue était une évidence si elle voulait ne pas perdre les pédales d’autant plus que son quotidien se compliquait chaque jour un peu plus. Abi ne connaissait pas encore bien sa nouvelle psychologue, mais elle fondait des espoirs dans cette séance. Elle l’accueilla avec une certaine chaleur ce qui l’étonnait toujours. Son ancien psy n’était pas aussi prévenant. « Merci, mais je ne bois pas de thé. » Lui répondit Abigail qui buvait uniquement du café comme toute américaine qui se respecte, mais elle appréciait la proposition de sa psy. Elle essayait sûrement de la mettre à l’aise. Elle trouvait cela agréable bien qu’elle ne boive pas de thé. La jeune femme se murait dans le silence. Elle avait demandé un rendez-vous et maintenant elle ne savait pas par où commencer. Elle savait qu’elle aurait l’air d’une vraie folle en lui racontant sa nouvelle. Cependant, dix minutes étaient passés et elle risquait de repartir bredouille si elle ne se faisait pas violence. Abi ne pourrait pas continuer ainsi, elle avait besoin d’en parler, de recevoir des conseils et elle savait que seul un professionnel pourrait l’aider. Elle avait peu d’amis ici et elle savait qu’il prendrait forcément partie pour elle, mais elle avait besoin d’impartialité dans cette situation. « Rose, je vous en ai parlé lors de notre première séance, m’a appris une nouvelle assez bouleversante, d’où notre séance aujourd’hui. Alors que j’étais venue à Brighton pour lui faire signer les papiers du divorce, elle m’a annoncé qu’elle était enceinte. » Commença par lui dire Abi. Elle souffla un bon coup afin de se donner du courage pour la suite. Elle ne savait pas si elle était prête à en parler, cela rendra tout ceci tellement réel. « Avant notre rupture, nous avons effectué plusieurs FIV qui ont toute échoué à cause de son comportement alimentaire. Enfin bref, apparemment la dernière a fonctionné et elle est enceinte, elle tient à ce que je fasse partie de tout ça. Plus précisément, elle m’a demandé de lui donner une seconde chance. » Continua la jeune femme. On aurait dit qu’elle laissait un moment de suspens, mais ce n’était pas le cas. Elle essayait simplement d’assumer sa propre réponse à cette demande. Elle craignait fortement le jugement de sa psy comme le regard du reste du monde. « Je n’ai pas répondu positivement à sa demande. Je pense que le fait qu’elle soit enceinte ne doit pas être la raison d’une réconciliation, j’accepte néanmoins de l’épauler et peut-être à terme de faire partie de la vie de cet enfant. » Fini par lui expliquer Abi. Elle avait l’impression de parler de la vie de quelqu’un d’autre. Elle restait très factuelle, prenait de la distance face à la situation comme pour ne pas s’impliquer émotionnellement. Plus le temps passait plus Abi se demandait si elle n’avait pas fait une erreur en disant non à sa demande. Elle ne voulait pas être une mauvaise personne, mais cette situation était si compliquée. Elle n’avait plus confiance en Rose et elle aurait besoin de plus qu’une grossesse pour changer cela. Ayant besoin d’un avis extérieur elle lui demanda : « Pensez-vous que j’ai pris la bonne décision ? »

_________________

We can breathe, and be in the same world. You live in me and it still hurts but I won't cry anymore. You return to them and I return to you. Again, my friend, there's nothing I can do 'cause I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Victoria Walker

the road to hell is paved
with good intentions

- paper notes : 2127
- since : 17/06/2018

( end game )

MessageSujet: Re: I cross over lines and I broke all the rules w/victoria   Jeu 16 Aoû - 0:34


i told my psychiatrist that everyone hates me. he said i was being ridiculous - everyone hasn't met me yet.
— abigail jenkins, victoria walker




Ce n’est qu’un simple détail mais, beaucoup de gens qui défilent ici sont plus enclin à partager s’ils ont l’impression d’entretenir une conversation, et non un interrogatoire. Une tasse de thé, des petits biscuits, ou un peu de café, ces éléments étaient mineurs s’ils pouvaient mettre à l’aise les autres. « Du café dans ce cas ? Il me semble que Julia vient d’en préparer. », Julia, la demoiselle à l’accueil. Prenant finalement place dans son siège, face à la blonde, Vicky se contenta dans un premier temps à prêter une oreille attentive à tout ce qu’elle lui disait. Concentrée sur chaque mot prononcé par son interlocutrice pour pouvoir en faire une synthèse adéquate au final. Ne prenant finalement la parole que pour répondre à la question de sa patiente… « Vous êtes la seule à pouvoir répondre à cette question. », une partie intégrante d’une bonne prise de décision c’est d’en assumer toute responsabilité. D’être entièrement convaincu de son choix.

Objectivement, Victoria lui dira qu’elle a entièrement raison. Un enfant ne doit jamais être une raison pour que deux personnes continuent leur vie ensemble. Cette notion que la société peut avoir de la séparation crée plus de problèmes qu’elle n’en résout, en réalité. Deux parents peuvent parfaitement donner à leur progéniture toute la stabilité dont il a besoin, même en étant séparés, à condition qu’ils restent sur la même longueur d’onde. Se forcer à un quotidien tumultueux, nerveux, n’est jamais une bonne idée, encore moins pour un bambin. Ce que traversait Abigail était conflictuel, sans le moindre doute. Les relations humaines n’étaient pas une chose facile à entretenir, encore moins si l’amertume et des sentiments détruits sont de mise. Pourtant, dans les brumes de sa vie actuelle, la jeune blonde devait être certaine d’une seule et unique chose. « Ce que je peux vous dire c’est qu’il faut faire preuve d’égoïsme de temps à autre. », au-delà de savoir d’aimer soi-même ou non, elle devait choisir ce qui la pousserait vers un meilleur état. À force de se négliger, ou de laisser de côté son propre ressenti au profit d’autres personnes, Abi risquait de se perdre plus qu’elle ne l’est déjà. La priorité actuelle de la psychiatre était le bien-être de sa patiente. Si cette béatitude était en danger à cause d’éléments externes, il fallait les identifier, et les régler. « Si vous voulez lui accorder une seconde chance, cela doit résulter de raisons bien plus profondes qu’une grossesse. » , autrement, Rose et Abigail se remettront continuellement en question. M’aime-t-elle encore ? Reste-t-elle uniquement pour l’enfant ?

À terme, ces questions pèseront sur l’atmosphère, et risqueront de déborder sur le futur bébé également. « Êtes-vous capable de lui pardonner, avec ou sans bébé ? », c’est l’unique question qui devait préoccuper la jeune femme à l’heure actuelle. Cet enfant sera sa propre personne, et Abigail pourra avoir sa propre équation avec lui. « Avant de savoir si votre décision vis-à-vis de l’enfant est bonne, il faudrait déjà savoir si votre décision vis-à-vis de Rose l’est. Bâtir une famille sur un néant ne fera qu’empirer les choses. L’idée serait de savoir s’il y a des débris qui peuvent être réparés dans votre relation. », que ça soit pour pouvoir se remettre ensemble, si c’est ce que la journaliste souhaite, ou pour élever ce bébé ensemble. Parce que pour cela, il fallait également un minimum d’entente entre les deux.


_________________


    -----------------

    “ she is clothed
    in strength
    and dignity,
    and she laughs
    without fear of
    the future. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 83
- since : 04/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: I cross over lines and I broke all the rules w/victoria   Mar 4 Sep - 20:23

« Oui, merci. » Lui répondit Abigail. Elle détestait lorsqu’on lui disait qu’elle était la seule capable de répondre à cette question. Elle voulait une réponse, qu’elle voulait qu’on l’aide. La psy décida alors d’aller plus loin , de lui poser des questions et de dire des choses lourdes de sens. La question que venait de lui poser la psy venait la toucher en plein cœur. Est-ce qu’elle était capable de lui pardonner avec ou sans bébé ? Abigail n’avait aucune idée si elle était capable de pardonner à sa femme de lui avoir menti sur sa maladie, d’avoir pris le risque de mener auparavant une grossesse à risque. Elle était encore profondément touchée par tout ce qui s’était passé. Abi était aussi refoulée le fait qu’en ayant développée cette maladie elle aurait très bien pu perdre sa femme. Elle sentit alors une vague d’émotions l’envahir. Elle était à la fois en colère contre Rose pour les mensonges aussi, mais parce qu’elle avait risqué sa vie, leur vie à deux et finalement leur mariage avait été mis en péril. Elle en eut les larmes aux yeux pour la première fois depuis longtemps. Elle avait raison lorsqu’elle disait que bâtir une famille sur un néant ne fera qu’empirer les choses. L’idée était de savoir si leur relation était repérable. Cette psychologue dont elle n’était pas fan au départ n’était finalement pas si nulle, elle était même très performante. Elle avait réussi à désarmer Abigail avec les bonnes questions. Elle qui détestait être vulnérable l’était totalement à tel point qu’elle pris un mouchoir pour essuyer ses yeux larmoyants. « Comment est-ce que je pourrais à nouveau lui faire confiance ? » Lui demanda Abigail. Elle aurait aimé qu’on lui donne une formule magique pour la confiance. Il faut dire qu’elle n’était pas douée dans ce domaine. Elle avait été blessé auparavant et Rose était la seule personne qui ne lui avait pas menti jusqu’à ce qu’elle ne tombe malade. « Je n’ai jamais été douée dans ce domaine et quand ma confiance est ébranlée c’est pire que tout. Je veux lui pardonner, je le veux vraiment avant même de pouvoir savoir si on peut sauver notre mariage, mais je ne sais pas comment. » Lui confia la jeune femme avant de baisser les yeux. Elle ne parlait même pas de sauver leur mariage. Pour le moment, elle ne savait pas si elle en avait encore envie pour la simple et bonne raison que sans pardon elle ne pouvait rien envisager. Elle était comme bloquée sur ce problème de confiance. Abi pensait que si elle était capable de lui faire confiance à nouveau, de lui pardonner alors peut-être qu’elle pourrait savoir si elle a encore envie d’être mariée à Rose. Tout ce drame des derniers mois a fait qu’Abi ne sait absolument pas ce qu’elle souhaite. En effet, elle aime Abi, mais elle ne sait pas si leur histoire peut encore être sauvée ni même si elle en a encore envie.

_________________

We can breathe, and be in the same world. You live in me and it still hurts but I won't cry anymore. You return to them and I return to you. Again, my friend, there's nothing I can do 'cause I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Victoria Walker

the road to hell is paved
with good intentions

- paper notes : 2127
- since : 17/06/2018

( end game )

MessageSujet: Re: I cross over lines and I broke all the rules w/victoria   Sam 8 Sep - 23:20


i told my psychiatrist that everyone hates me. he said i was being ridiculous - everyone hasn't met me yet.
— abigail jenkins, victoria walker




Dire ce que l’autre veut entendre. Prononcer les mots qui soulagent la conscience. Cela n’a jamais été la tasse de thé de Victoria. Cela n’a jamais été son devoir. Et encore heureux. La première chose essentielle que la psychiatre essaie de montrer à ses patients c’était d’apprendre à assumer l’entièreté de leurs responsabilités. Aussi minimes soient-ils. Aussi considérables soient-ils. La vie n’est après tout qu’un enchaînement de décisions, bonnes, mauvaises, incertaines ou beaucoup plus claire. La jeune blonde était en mesure de répondre à son propre questionnement, Vicky en était certaine. Le seul souci ? Abigail se projetait dans un lointain futur.

Quand un édifice se brise, il n’en reste que des bouts. Des fragments fractionnés, fragilisés. Impossible de tout remettre en place du premier coup. Insensée, cette idée de rebâtir une bâtisse identique à sa précédente, de toutes pièces et de tout angle. Ce que la brune constatait jusqu’ici, c’est que la terreur d’Abi face à sa situation actuelle était cela ; incapable de se projeter dans un futur lointain, incertaine de son futur avec Rose, indécise donc quant à l’aventure qui l’attend. La réalité était que tout cela était on ne peut plus normal. D’un geste de la main, l’Anglaise poussa la boîte de tissus pour la rapprocher un peu plus de sa patiente. Elle n’avait pas à se retenir. Vraiment pas. Si ses larmes étaient preuves d’une quelconque chose, c’était que la blonde commençait un peu plus à s’ouvrir. Et c’est un pas considérable en avant. « Abigail, la confiance est la pierre angulaire de toute relation, je vous l’accorde. », la foi en l’autre, et la loyauté. « Cependant, ce n’est pas la première brique à reconstruire. », ça se gagne au fil du temps. « C’est normal de ne pas savoir comment vous y prendre. En quelque sorte, c’est une toute nouvelle relation que vous pourriez entamer toutes les deux. Rien ne vous oblige à décider sur le champ ce que Rose représente pour vous. », l’envie d’accorder sa clémence montre en partie que la jeune femme ait au moins décidé d’essayer. Il ne restait plus qu’à définir ce qu’elle essayait au juste. Repartir à zéro avec sa bientôt ex-femme, la garder en simple contact dans son carnet d’adresses, ou l’effacer entièrement de sa vie. « Considérez-la comme une nouvelle connaissance. Vous n’êtes pas encore suffisamment proches pour lui faire une confiance aveugle, mais une certaine attirance vous unis. ». La Londonienne marqua une pause avant de reprendre, « Cette idée vous conviendrait-elle ? Apprendre à connaître Rose de nouveau ? ». Les mensonges changent les liens tissés. Changent les personnes. Il n’était donc pas idiot pour Abigail de considérer que la femme qu’elle considérait un jour son épouse n’était plus la même. « Rien ne vous oblige à aller au-delà d’une simple amitié avec cette nouvelle femme, tout comme rien ne vous oblige à continuer de la côtoyer si cette personne ne vous inspire pas. ».

Son regard s’égard un instant sur la journaliste avant de prendre une petite gorgée de sa tasse de thé. La conclusion de son discours était simple, et peut-être c’était ce dont Abigail avait besoin. « Prenez la situation au jour le jour sans vous mettre de pression. ». Parce qu’avant tout, la blondinette devait prendre en considération son propre intérêt. Encore une fois ; il faut se montrer égoïste par moments. Même si un bébé n’attendra pas qu’elle fasse son choix, tant pis. Même si Rose essaye de la pousser vers une décision, tant pis. Abigail n'a de comptes à rendre qu'à Abigail.


_________________


    -----------------

    “ she is clothed
    in strength
    and dignity,
    and she laughs
    without fear of
    the future. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 83
- since : 04/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: I cross over lines and I broke all the rules w/victoria   Mar 11 Sep - 14:48

Abigail écoutait attentivement ce que la psychologue avait à lui dire parce qu’elle ne trouvait pas une solution par elle-même. Elle était étonnée par les paroles de la jeune femme qui lui expliquait que même si la confiance était la pierre angulaire d’une relation ce n’était pas la première brique à construire. Elle lui rappelait que c’était en quelque sorte une nouvelle relation qu’elle commençait avec Rose. Elle lui conseillait alors de ne pas tout de suite décider ce que Rose représentait pour elle. Mieux elle lui disait de faire machine arrière et de faire comme si Rose était une connaissance, comme si elle ne l’a connaissait pas assez pour lui faire confiance. Elle devait considérer Rose comme une nouvelle femme et se laisser du temps avant de livrer son jugement. Elle devait ainsi se laisser du temps pour apprendre à la connaitre, se laisser peut-être même séduire à cause de l’attirance qui continue de les unir. La psychologue la rassura même en lui disant qu’elle aurait parfaitement le droit à l’issu de la considérer simplement comme une amie, pas forcément comme plus que cela. Elle ne devait pas s’engager avant d’être prête. Elle pourrait même la considérer uniquement comme la mère de son bébé rien de plus rien de moins. « Faire comme si le passé n’existait pas pour recommencer une relation ? Pourquoi pas ça vaut le coup d’essayer. » Lui répondit la jeune femme. Abi considérait cette option comme intéressante. Elle savait que cela ne serait pas facile à mettre en place, mais cela lui permettrait d’y voir plus clair. Elle n’avait pas envie de décider sur un coup de tête simplement pour le bébé. La psychologue lui donnait donc une solution pour considérer Rose comme une nouvelle femme, faire table rase du passé et décidé si elle a réellement toujours des sentiments et envie d’être avec elle. Abi ne savait cependant pas si Rose accepterait de prendre son temps et de recommencer à zéro sans se mettre de pression. Rose portait un bébé en elle et elle était stressée par la grossesse, par son régime alimentaire. Elle avait beaucoup de choses à gérer. Abi comprendrait qu’elle refuse, mais elle savait également que si elle ne lui posait pas la question elle n’en saurait rien. « Mais comment faire abstraction du bébé ? » Lui demanda Abi. Elle ne savait pas comment faire ceci, même si elle était d’accord pour essayer. Elle lui demandait donc si elle n’avait pas une astuce ou quelque chose. Dans tous les cas, elle l’avait déjà bien aidé. Elle savait que le temps passait vite et que la séance ne tarderait pas à se terminer très prochainement.

_________________

We can breathe, and be in the same world. You live in me and it still hurts but I won't cry anymore. You return to them and I return to you. Again, my friend, there's nothing I can do 'cause I can't live without you.


Dernière édition par Abigail Jenkins le Mer 3 Oct - 19:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Victoria Walker

the road to hell is paved
with good intentions

- paper notes : 2127
- since : 17/06/2018

( end game )

MessageSujet: Re: I cross over lines and I broke all the rules w/victoria   Dim 23 Sep - 19:46


i told my psychiatrist that everyone hates me. he said i was being ridiculous - everyone hasn't met me yet.
— abigail jenkins, victoria walker




La possibilité de recommencer à zéro. De faire tabula rasa. Un concept libérateur. Au moment où Abigail cessera de considérer ses échanges avec Rose une obligation, elle y verra certainement plus clair. En cet instant précis, la psychiatre analysait ce qui était mieux pour sa patiente. Les chances que sa future-ex-femme ne soit pas de cet avis étaient grandes, cependant, et en toute objectivité, elle n’avait pas son mot à dire. Elle devait payer les frais de ses erreurs. Tout comme Abigail devrait le faire un jour ou l’autre. Toutefois dans cette relation-ci, dans ce que la jeune femme présentait à Victoria, le plus simple pour la trentenaire était de tenter. Réessayer, tout simplement. Sans engagement. Sans obligation. Rien n’était inscrit sur le marbre. Elle semblait plus encline à le faire, d’ailleurs, si ce n’est pour son manque de confiance. Et cette caractéristique, comme beaucoup d’autres, ne se dévoile jamais du jour au lendemain. « Beaucoup de personnes fréquentent des parents célibataires, vous savez. », un enfant dans la vie de quelqu’un qui nous intéresse n’est pas forcément un handicap. La situation dans laquelle se trouvait Abigail aujourd’hui était certes insolite, cependant, Victoria lui rappelle une fois encore qu’il n’y a aucun mal à être égoïste. Si cet égoïsme lui garantira qu’au bout du compte elle prendra la décision idéale pour elle-même, pour Rose, et pour le bébé. Mieux encore, apprendre à connaître Rose dans toutes ses nouvelles dimensions donnera à la journaliste tous les éléments nécessaires pour qu’elle se fasse sa propre opinion.

« L’important pour vous deux c’est d’être sur la même longueur d’onde concernant ce sujet. Votre épouse n’a aucun droit d’utiliser le bébé pour vous forcer la main. », et surtout, la jeune blonde avait tous les droits de ne pas permettre à sa femme de le faire. Sous aucun prétexte. Si Rose en venait à le faire, en tout cas, cela en dirait long sur ses qualités et sur sa personnalité. Malgré l’amour et la passion, garder quelqu’un en usant de la contrainte, en le forçant, n’est jamais une bonne chose. Tout finit par exploser et s’empirer. Tout finit par prendre des proportions irréelles qui auraient pu être bonnement évitée dès le départ. « Et vous n’avez pas de reproches à vous faire si votre réponse est négative à l’issue de cette tentative. ». Victoria jugeait qu’il était essentiel de le rappeler. Après tout, la confiance se gagne, et se construit au fil du temps. Il n’était pas entièrement du ressort de la blonde de la donner, en un claquement de doigt. Et peut-être aussi qu’en essayant de voir où les choses mèneront, elle arrivera à une décision concernant l’enfant également. Là aussi, c’était une relation qu’elle pouvait maintenir même sans être dans le cadre du mariage.


_________________


    -----------------

    “ she is clothed
    in strength
    and dignity,
    and she laughs
    without fear of
    the future. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 83
- since : 04/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: I cross over lines and I broke all the rules w/victoria   Mer 3 Oct - 19:34

Abigail était touchée lorsque sa psy lui confia que Rose n’avait aucun droit d’utiliser le bébé pour lui forcer la main. Elle savait que Rose ne voulait pas le faire directement, mais c’est ce qu’elle faisait d’une certaine façon. Cela la mettait profondément mal à l’aise et cela lui faisait du bien qu’on lui dise qu’elle n’avait pas à se faire de reproche que ce soit sur ceci ou encore si sa réponse à la fin du compte est négative. Elle savait que Rose lui en voudrait sûrement, mais elle ne pouvait rien promettre. Elle ne savait pas si au bout du chemin le résultat serait positif. Abi se demandait naturellement si une thérapie ne pourrait pas être bénéfique. Cependant, elle ne savait pas si cela entravait l’idée de sa psy de recommencer à zéro et faire comme si elles n’étaient pas mariées. — Vous pensez qu’une thérapie “conjugale” serait efficace ? Lui demanda Abi. Elle savait que ça serait plus intéressant pour sa psy d’un point de vue financier, mais elle espérait qu’elle serait honnête. Elle voulait essayer de sauver sa relation et même si elle n’avait pas envie d’étaler tous les détails de leur relation elle en serait capable. Elle savait qu’elle n’aurait jamais pensé cela sans l’arrivée du bébé, mais elle ne pouvait pas faire comme si cela ne changeait pas les choses. Elle allait devenir mère et cela changeait forcément les choses. Elle n’arrivait pas encore à se projeter dans ce nouveau chapitre de sa vie, tout ceci lui paraissait très flou et incroyable. Cependant, elle allait rapidement devoir se faire à cette situation. Quelques secondes plus tard, une petite sonnerie retentit, c’était le bruit qui annonçait la fin de la séance. Si souvent, Abi se sentait frustrée à la fin d’une séance ce n’était pas le cas aujourd’hui. — Je vous remercie, cette séance était très enrichissante. Lui confia la jeune femme avant de se lever. Elle savait qu’elle réglerait les frais à l’assistante de la jeune femme. Elle lui serra la main avant d’aller vers la porte. Pour une fois, Abi avait réussi à s’ouvrir et la jeune femme en face d’elle avait fait un travail correct. Elle n’avait pas l’impression d’avoir perdu son temps.

_________________

We can breathe, and be in the same world. You live in me and it still hurts but I won't cry anymore. You return to them and I return to you. Again, my friend, there's nothing I can do 'cause I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Victoria Walker

the road to hell is paved
with good intentions

- paper notes : 2127
- since : 17/06/2018

( end game )

MessageSujet: Re: I cross over lines and I broke all the rules w/victoria   Ven 12 Oct - 22:02


i told my psychiatrist that everyone hates me. he said i was being ridiculous - everyone hasn't met me yet.
— abigail jenkins, victoria walker




Si Abigail retenait l'idée de faire un nouveau départ avec Rose, penser d'ores et déjà à une thérapie de couple était se projeter trop loin. L'idée n'était pas foncièrement mauvaise, au contraire. Victoria pourrait en tirer quelques bonnes conclusions pour sa patiente. Dans le sens où se confronter permettra à l'une et l'autre de maintenir une transparence dans leur communication depuis le début. « Tout dépend de ce que vous voulez obtenir de vos séances à deux. » , la thérapie conjugale n'était pas une solution miracle à tous les problèmes. La jeune blonde devait le savoir pour ne pas se donner plus d'espoir qu'il ne le faut. Il se peut que cela fonctionne, tout comme il se peut que cela leur montre qu'elles ne sont pas faites pour continuer ensemble. Du moment que la journaliste accepte ces deux figures de cas potentielles, elle sera moins déçue du résultat. « Cela ne sera efficace que si Rose l'accepte également. » , se livrer, en toute franchise, sans filtre. Certains n'y arrivaient pas. D'autres voyaient en cela un moyen de provoquer leur partenaire inutilement, et se défouler. « Je recommanderai que vous en discutiez ensemble. Si sa réponse est positive, j'aimerais bien la voir seule avant de se lancer dans quoique ce soit d'autre. » , question pour la psychiatre de s'assurer de la sincérité de Rose, et surtout, pour que cette dernière puisse avoir une chance de s'exprimer également. Seule, sans retenue. Autrement, elle risquait de se sentir visée. Ciblée par un complot taillé sur-mesure pour la démonter. Ce qui n'était pas le cas. Cependant, étant donné que Vicky n'a eu que la vision d'Abigail sur l'histoire, elles seraient à deux contre une. Loin d'être idéal pour avoir une thérapie de couple constructive.

Or, rien ne devait être forcé. Tout n'était pas une question de profits pour l'Anglaise. Elle n'allait pas pousser sa patiente et sa partenaire à une thérapie sans s'assurer un minimum de la situation. Au moindre doute sur l'efficacité du procédé, Victoria arrêtera tout. Encore faudrait-il que Rose soit encline à l'idée. Sans quoi, cela serait foncièrement inutile. Ainsi donc la séance avec Abigail touchait à sa fin. Son remerciement n'était pas tombé dans l'oreille d'une sourde, bien que Vicky se contenta simplement de lui sourire avant de lever de son siège pour l'accompagner vers l'entrée de son bureau. « N'hésitez pas à me contacter en cas de besoin, ou de contacter Julia en attendant la prochaine séance. » . D'ici là, la jeune femme pourra prendre son temps à poser les pour et les contres sur sa situation actuelle.


_________________


    -----------------

    “ she is clothed
    in strength
    and dignity,
    and she laughs
    without fear of
    the future. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: I cross over lines and I broke all the rules w/victoria   

Revenir en haut Aller en bas
 
I cross over lines and I broke all the rules w/victoria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti and Guyana - the two fault lines of the Caribbean
» Récit du cross de GENK (VBM)
» recit du cross de hamont a la VBM
» le reportage du cross de meewen les mouettes.............
» confirmation du cross de ebly.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: