AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Faye Oakes

may the flowers remind us
why the rain was so necessary

⋅ paper notes : 312
⋅ since : 23/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: #361, east side w/ her kids.
contact book:
availability: (off) layton, marlene (ng).

MessageSujet: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Mar 17 Juil 2018 - 22:22


- you're the reason i believe in something i don't know -
faye oakes x layton walsh

Outfit | Rarement est-elle de ceux qui s’avouent facilement vaincu, Faye. Elle se décourage, parfois, comme n’importe quel autre être humain imparfait de ce monde, mais elle parvient toujours à remonter la pente, et à trouver le moyen de parvenir à ses fins. Pourtant, le poids de l’énorme charge mentale qu’elle porte sur ses épaules, en tant que mère, et en tant que propriétaire d’une petite boutique florissante, en plus de cette fatigue accumulée qu’elle tente, tant bien que mal, de surmonter, l’ont repoussé dans ses derniers retranchements. Lorsqu’elle s’est mise à pleurer, alors que son petit dernier réclamait à nouveau son attention, pour une quatrième fois, cette nuit-là, la dure réalité la frappa de plein fouet. Elle avait besoin d’une pause. D’arrêter, ne serait-ce qu’une seule journée, de s’occuper des autres, et de se focuser sur elle. Combien de fois, d’ailleurs, les parents de Grant lui avaient-ils proposés de prendre les enfants, le temps d’un week-end? Son cœur de maman poule s’était serré rien à l’idée de s’imaginer plus que quelques heures loin d’eux. Mais les faits étaient là, et elle ne pouvait plus les éviter : elle avait besoin de ce répit, plus que jamais. Ils vinrent cueillirent les petits un peu avant l’heure du repas, ce vendredi-là. Mattie, trop heureuse d’aller dormir chez papi et mamie, ne montra aucune résistance. Lip chigna un peu, quand elle le déposa dans les bras de son grand-papa, mais bientôt, il se mit à gazouiller et à rire, la longue barbe de son aïeux lui chatouillant le visage alors qu’il se recevait une pluie de bisous affectueux. Faye eut un petit pincement au cœur, en voyant sa progéniture s’éloignée ainsi d’elle, mais elle n’avait pas à s’inquiéter. Ils étaient entre bonnes mains, les mêmes qui avait cajolé et consolé son propre époux tout au long de sa courte vie. Refermant la porte à leur suite, c’est le silence qui régnait dans la maison qu’elle remarqua en premier. L’absence de ces bruits qui marquaient son quotidien l’angoissait presque, tant ils étaient devenus routiniers, anodins. Ce vide lui rappelait aussi l’absence et la solitude, tout ce qu’elle avait tenté d’éviter depuis son départ précipité. La musique, qu’elle laissa bientôt s’élever dans la pièce, lui permit de chasser cet inconfort, momentanément. Lasser de cuisiner, trop fatiguée pour se poser derrière les fourneaux, Faye se contenta plutôt de commander quelques plats au chinois du coin. Grossière erreur, remarqua-t-elle, alors que le livreur déposait son repas sur la table basse du salon. Les portions démesurées qui le composaient lui firent lever les yeux au ciel. Comment avait-elle pu oublier l’immensurable générosité dont faisait preuve les propriétaires et cuisiniers de ce restaurant? L’excuse était presque trop belle, le prétexte idéal pour inviter quelqu’un à venir partager son copieux festin. Et pour combler le vide que ses enfants avaient laissé derrière eux. Il ne suffit que d’un rapide échange de texto pour trouver preneur : une offre aussi généreuse, ça ne se refusait pas. Déposant les plats au four, à basse température, afin d’éviter qu’ils ne perdent de leur chaleur, elle s’affaira à mettre la table en se laissant porter par les paroles de cette chanson de OneRepublic qu’elle aimant tant, Counting Stars. Elle aurait presque pu se laisser tenter de chanter à tue-tête, si elle n’avait pas été interrompue par le carillon de sa sonnette d’entrée, qui résonna dans toute la maison. Un énigmatique sourire s’afficha sur ses lèvres, alors qu’elle se précipitait vers l’entrée pour accueillir son invité, bien plus en avance que sur l’horaire prévue. – Je ne t’attendais pas aussi tôt. – lui mentionna-t-elle sur un ton léger, avant de libérer le passage, en l’invitant à pénétrer à l’intérieur, lui collant un léger baiser sur l’une de ses joues en guise de salutation. – Mets-toi à l’aise, après tout, tu connais bien la maison.

_________________

    --- ( faye oakes )
    i wish that i could say i am a light that never goes out, but i flicker from time to time.


Dernière édition par Faye Oakes le Lun 5 Nov 2018 - 2:41, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 183
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Lun 23 Juil 2018 - 17:13


≈ ≈ ≈
{ You see her when you close your eyes
Maybe one day you’ll understand why. }
crédit/ tumblrpassenger.

Layton était seul chez lui lorsqu’il reçu l’invitation à venir manger de Faye. Sa solitude n’était un secret pour personne puisque depuis la mort de sa femme il y a déjà plusieurs années, il se complaisait dans une sorte de solitude ou léthargie assumée. Pourtant, de plus en plus souvent, il ressentait une certaine tristesse à contempler son appartement vide. Il se surprenait à vouloir le remplir d’autre chose. C’est une nouvelle phase du deuil, la dernière celle de l’acceptation qui se profilait à l’horizon pourtant, Layton ne s’en rendait pas encore compte. Layton se surprenait encore à attendre que la porte s’ouvre et que sa femme ne rentre du travail pour-tant, cela faisait déjà des années. Il avait encore de vieilles habitudes d’homme marié même si finalement il avait passé peu de temps avec ce titre. Layton avançait, il avait enlevé certaines photos qui ornaient son appartement afin de ne plus vivre dans ce sanctuaire. Il faut dire que cela avait été maintes fois gênant lorsqu’il avait ramené une jeune femme pour la nuit, qu’elle se mette à penser au réveil qu’il est en réalité toujours marié. C’est d’ailleurs avec l’aide d’une amie qu’il avait rangé la plupart des photos qu’il avait mis dans un car-ton, un carton soigneusement rangé dans son placard à l’abri des regards indiscrets. L’heure approchait et Layton sortit de ses pensées pour rejoindre la réalité. Il se prépara alors pour ce dîner qui n’avait rien d’un rendez-vous, il se doutait qu’elle voulait simplement tout comme lui combler ce silence. Tantôt l’épaule sur laquelle elle pouvait pleurer, tantôt un homme dont le regard lui faisait se sentir à nouveau comme une femme, Layton jouait plusieurs rôles à la fois presque sans s’en rendre compte. Il faisait de son mieux pour ne pas se rendre compte de la façon dont elle le faisait se sentir. Il se refusait à la voir autrement que comme la veuve de son ami. Pourtant, Faye avait presque tout chez une femme qu’il pourrait souhaiter, désirer. Dans d’autres circonstances, il aurait sans doute essayé de la séduire. Comment ne pas succomber à ce sourire envoûtant, à ses yeux à la fois forts et fragiles ? Layton se sentait presque nerveux à mesure qu’il finissait de se préparer. Il n’avait pas voulu trop en faire, il avait mis un pantalon noir et un polo bleu. Il se voulait relax pour une soirée en très bonne compagnie. Il décida de ne pas arriver les mains vides, une vieille habitude que lui avait transmis sa mère. Il ramena alors un vin blanc dont le gout était reconnu. Il savait que la jeune femme préférait le vin blanc au rouge alors il se pliait au goût de son hôte. Quelques minutes plus tard, il arriva devant chez Faye et sonna à la porte. Elle arriva ensuite assez surprise et ne manqua pas de lui faire remarquer qu’il était en avance. « Je suis désolé, je pensais qu’on avait dit 19h30.. » Lui répondit Layton un brin gêné. Il trouve cela étrange parce qu’il ne se sent que rarement gêné en la présence d’une femme. « Je me suis dit que cela s’accorderait bien avec le dîner. » Lui lança le beau brun en lui tendant la bouteille. Il savait comment la pren-dre par les sentiments. Il entra ensuite dans cet endroit qu’il ne connaissait que trop bien. Cela lui faisait toujours bizarre d’y revenir sans son ami, mais la vie était faites ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Faye Oakes

may the flowers remind us
why the rain was so necessary

⋅ paper notes : 312
⋅ since : 23/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: #361, east side w/ her kids.
contact book:
availability: (off) layton, marlene (ng).

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Lun 30 Juil 2018 - 5:05

La vie n’avait pas été tendre avec elle, au cours des dernières années. Avec du recul, c’est ce qu’elle était à même de constater. Si la perte abrupte de son époux en avait été le point culminant, le fait de vivre une grossesse et un deuil au même moment s’était révélé tout aussi éprouvant, moralement, physiquement. À chaque instant, Faye se devait de chasser les nuages gris qui envahissait ses pensées pour s’occuper de sa fille, et de cet enfant qui grandissait en son sein. C’est en grande partie à cause d’eux, et pour eux qu’elle était restée forte alors qu’elle aurait tout aussi bien pu s’effondrer. Ses enfants étaient tout ce qu’il lui restait de Grant, et elle comptait bien les chérir pour deux. Mais dans ce brouillard qui avait envahi ses journées, elle a su trouver un rayon de soleil pour lui apporter un peu de réconfort. Une épaule sur laquelle pleurer. Une oreille attentive pour l’écouter. Layton était comme un cadeau du ciel, et parfois, Faye songeait que Grant l’avait peut-être semé sur sa route pour l’aider à mieux retrouver son chemin. Pour l’accompagner dans ce long voyage qu’était celui du deuil. Car ils avaient en commun cette triste réalité qu’était d’avoir perdu l’être aimé. Un détail les ayant sans doute rapprochés, malgré son caractère tragique et dramatique.  Il semblait pourtant être le seul à comprendre ce qu’elle traversait, et les émotions, parfois contradictoire, qui pouvait s’infiltrer dans son esprit. Elle culpabilisa, la première fois qu’elle s’entendit rire après sa mort. Parce qu’à ses yeux, jamais ne pourrait-elle être heureuse s’il n’était pas à ses côtés. Pourtant, la vie ne s’était pas arrêté, le monde n’avait pas cessé de tourner. Combien de fois Layton lui avait-il dit que Grant n’aurait pas voulu qu’elle s’empêche ainsi de vivre sans lui. Et il avait raison, elle le savait. Mais tout ça faisait partie d’un long processus, et nombreuses larmes coulèrent avant qu’elle n’accepte cette finalité. Sans ses deux enfants, et sans Layton à ses côtés, Faye ignorait si elle serait parvenue à survivre à cette traversé du désert. Elle était pourtant toujours là. Épuisée par ce quotidien, par cette réalité parfois trop lourde à porter sur ses frêles épaules, mais bel et bien vivante, un sourire légèrement fané posé sur ses douces lèvres rosées. Chasser la solitude en sa compagnie, ça lui semblait tellement familier, désormais, qu’elle n’avait même pas hésité avant de le contacter. Elle se doutait bien qu’il dirait oui. Et ça lui faisait du bien de savoir qu’elle pouvait compter sur Layton, qu’il y avait toujours une petite place pour elle dans sa vie à lui. Malgré ses traits tirés, marqué par le stress et la fatigue, c’est avec bienveillance et amabilité qu’elle l’accueillit à sa porte. Il s’excusa de son arrivée hâtive et il lui tendit une bouteille de vin blanc, qui allait merveilleusement s’accorder avec le repas qui n’attendait plus qu’eux. – Tu sais comment te faire pardonner. – le taquina-t-elle, avant de refermer derrière lui et de se diriger vers la cuisine, où elle s’affaira à servir deux verres de vin, cueillant deux coupes dans une armoire, et tire-bouchon dans un tiroir. – J’espère que tu aimes la nourriture chinoise… je crois que j’en ai suffisamment pour nourrir une armée. – Elle parla assez fort afin qu’il ne l’entende, d’où il s’était installé. Au salon fort probablement. Lieu où elle s’empressa de le rejoindre, leur breuvage bien en main, se posant à ses côtés sur le canapé. Elle lui tendit l'un des deux verres, gardant l'autre entre ses doigts élancés. – Mes beaux-parents… - Faye s’arrêta, etouffant une petite toux nerveuse, avant de reprendre doucement sa phrase. – Mes anciens beaux-parents ont récupérés les enfants pour quelques jours. Je devrais en profiter pour me reposer, mais… ce silence. La maison est terriblement vide sans eux. – lui confia-t-elle à demi-mot en s’enfonçant dans les coussins, portant son verre de blanc à ses lèvres. Tournant la tête vers lui, son regard remplit de sollicitude à son égard, Faye ne put s’empêcher d sourire. – Tu n’es sans doute là rien que pour la nourriture, mais merci d’être venu. J’apprécie. Vraiment. – La sincérité perçait au travers de sa voix, et sa main, doucement posé sur son bras, ne faisait que renforcer ce sentiment.

_________________

    --- ( faye oakes )
    i wish that i could say i am a light that never goes out, but i flicker from time to time.


Dernière édition par Faye Oakes le Lun 5 Nov 2018 - 2:41, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 183
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Mer 1 Aoû 2018 - 17:47

Faye lui expliqua que ses beaux parents avaient pris les enfants pour quelques jours, sans doute pour lui donner l’occasion de se reposer. La jeune femme en était incapable et il savait bien pourquoi. Elle mettait cela sur le compte des enfants, mais il savait que son défunt mari était encore partout dans cette maison. Il savait qu’elle souffrait beaucoup. A l’époque, Layton avait eu envie d’hurler dans la maison dans laquelle il habitait avec sa femme. Il avait même fini par la vendre, mais Faye ne pouvait pas avec des enfants à charge. Si la situation était différente, Layton aurait pu penser que Faye le prenait pour son bouche-trou, mais il savait que ce n’était pas le cas. Elle avait des amis, des tas d’amis, mais il était celui qui pouvait la comprendre, l’épauler sans aucunement la juger. Il était aussi celui qui ne disait jamais non à de la nourriture, mais surtout à se pointer en cas de besoin. Layton ne faisait pas uniquement cela à cause de la promesse qu’il avait fait à son défunt ami. Il le faisait parce qu’il appréciait Faye. Il se reconnaissant dans la douleur qu’elle vivait et il avait eu la chance d’avoir un ami assez fort pour l’aider à sortir la tête de l’eau. Aujourd’hui, il voulait être cette personne pour Faye. Pourtant, ce n’était pas évident pour lui. Faye ne le voyait pas ou ne voulait pas le voir, mais Layton avait un autre regard sur elle. Il l’a voyait comme une femme, une femme incroyablement forte et attirante, le genre de femme dont on peut tomber amoureux. Il sent bien qu’il se perd dans cette amitié, dans cette relation. La bonne solution pour lui serait de prendre la fuite, mais pas pour Faye. Il mettait donc toutes ses idées farfelues dans un coin de sa tête pour jouer le rôle de l’ami dévoué dont elle avait besoin. Faye continua donc à lui expliquer combien elle était reconnaissante qu’il soit venu. « Je suis là parce que je suis ton ami Faye, dans les bons comme dans les mauvais moments. » Lui rappela Layton tout en posant doucement sa main sur la sienne, amicalement. Il voulait qu’elle comprenne qu’elle n’avait pas besoin de nourriture pour le faire venir. Il serait venu même si cela avait été à lui de cuisiner. « Et je sais ce que c’est de se retrouver dans une maison terriblement vide. » Rajouta-t-il avant de baisser les yeux. C’est cette douleur, cette tragédie qui les rapprochait, mais il en était reconnaissant. Ils n’étaient pas seuls dans cette épreuve, ils étaient deux. « Que souhaites-tu faire ce soir ? » Lui demanda Layton. A demi-mot il lui demandait si elle avait un programme en tête. Il serait dans l’idée de ne plus parler de mort, d’enterrement et d’enfants ce soir. Il savait que de temps en temps elle aurait besoin de penser à autre chose. Il savait également qu’il représentait le souvenir de son défunt mari, mais il en voulait pas être que cela pour elle. Il en voulait pas la retenir en arrière alors qu’elle doit aller de l’avant et commencer un nouveau chapitre de sa vie. Layton était donc prêt à regarder netflix, se gaver de nourriture chinoise et d’alcool avant de terminer par un karaoké alcoolisé si cela pouvait l’apaiser quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Faye Oakes

may the flowers remind us
why the rain was so necessary

⋅ paper notes : 312
⋅ since : 23/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: #361, east side w/ her kids.
contact book:
availability: (off) layton, marlene (ng).

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Lun 13 Aoû 2018 - 3:51

Le temps filait à vive allure. D’ici quelques semaines, quelques mois, la famille Atwood soulignerait le deuxième anniversaire du décès de Grant. Un détail que Faye avait soigneusement rangée dans un coin de son esprit, comme si l’ignorer et faire comme si cette date n’existait pas pouvait tout simplement l’effacer. Septembre aurait dû être synonyme de festivité : ils auraient célébré leur noce de bois, cinq années de mariage et d’amour.  À la place, c’est devant une tombe qu’elle irait se recueillir et pleurer cette vie de couple avortée. La charge mentale qui l’accaparait, avec sa vie familiale et sa vie professionnel, n’était qu’une toute petite parcelle de ce qui tournoyait sans cesse dans ses pensées. Son entourage tendait, tant bien que mal, de la supporter dans ces moments difficiles, mais aucun d’entre eux ne pouvait réellement comprendre ce qu’elle traversait. Personne, sauf Layton.  Il avait été une véritable bouée de sauvetage à laquelle elle avait pu se raccrocher, après la mort de son mari. Mais au fil du temps, il était devenu bien plus que ça : un ami, un confident, une personne sur qui elle pouvait compter. C’est tout naturellement qu’elle se tournait vers lui, pour tout et pour rien, pour rire et pleurer, pour parler ou tout simplement se taire, respectant ce besoin de silence qui se faisait parfois sentir. Pour elle. Pour lui. Pour eux. Ce lien si précieux qu’ils partageaient comptait beaucoup à ses yeux, et jamais ne trouverait-elle des mots suffisants forts pour le lui signifier. Mais elle faisait de son mieux pour le remercier, à chaque fois qu’il accourait à sa demande. L’une de ses mains enveloppa la sienne, et Faye la bougea afin de lier ses doigts aux siens sans réellement y songer. Un geste qui lui semblait si familier, si réconfortant qu’elle ne s’était même pas questionnée sur le pourquoi. Elle avait besoin de ce contact, de sentir qu’il ne la lâcherait pas. Lorsqu’il baissa les yeux, elle en fit de même, serrant un peu plus fort cette main, ce lien tangible existant entre eux. Elle comprenait sa douleur tout autant qu’il comprenait la sienne. C’était là toute la beauté – et la tragédie – de leur amitié. D’une voix presque tendre, les extirpant d’un silence un peu trop religieux, il lui demanda si elle avait des plans pour leur soirée. – Idéalement, manger. – ironisa-t-elle doucement, lui rappelant la raison même de son invitation. L’odeur des mets chinois flottait toujours dans l’air, rappelant à Faye sa propre faim. – Mais rien de compliqué, vraiment. J’ai juste besoin de me changer les idées. – À vrai dire, le changement du ton de la conversation vers quelque chose de plus léger ne pouvait que lui faire du bien. Se séparant finalement du contact qu’elle entretenait toujours avec Layton, Faye s’extirpa du sofa, déposant son verre sur la table basse. – Je vais aller chercher la nourriture. Tu pourrais nous trouver quelque chose à regarder sur Netflix, en attendant? On décidera plus tard, pour le reste. – proposa-t-elle tout simplement. Peut-être auraient-ils envie de continuer sur leur lancée et finir la saison de cette série qu’ils venaient de débuter. Ou encore de sortir, comme deux jeunes étudiants, et d’aller faire la fête en ville. Ça, c’est si elle ne se laissait pas rattraper par le marchand de sable avant la fin de la soirée. Elle attendit qu’il acquiesce à sa suggestion avant de filer vers la cuisine, où elle récupéra un plateau-déjeuner juste assez grand pour y déposer le copieux menu de cette soirée. Elle réussit même à y caser une seconde bouteille de vin : juste au cas. Une dizaine de minutes plus tard, la voilà qui réapparaissait dans l’aire de repos. Elle ne tarda pas à mettre le tout en place sur la table : couverts et assiettes, et ustensiles de toute sorte pour se servir. – J’espère vraiment que tu as faim… - La jeune femme était un brin découragé devant l’importante quantité de nourriture qu’elle avait sous les yeux. Même avec ses enfants, elle ne serait jamais parvenue à venir à bout de ce festin. Mais c’était connu : les hommes avaient un plus grand appétit. Layton ne faisait pas exception à la règle. – As-tu trouvé quelque chose d’intéressant? – le questionna-t-elle, quand à cette quête qu’elle lui avait lancé.

_________________

    --- ( faye oakes )
    i wish that i could say i am a light that never goes out, but i flicker from time to time.


Dernière édition par Faye Oakes le Lun 5 Nov 2018 - 2:42, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 183
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Sam 18 Aoû 2018 - 21:42

Faye avait toujours cette tristesse dans le regard, cette pointe de regret. Elle avait beau sourire, faire comme si de rien était au reste du monde, il reconnaissait ce regard parce qu’il avait le même. Elle ne faisait pas illusion face à un autre veuf. Layton savait pour autant, qu’il ne devait pas le lui rappeler, il devait la laisser penser qu’elle a le contrôle de la situation. Il n’a pas besoin de retourner le couteau dans la plaie, au contraire, il doit l’écouter si elle dit qu’elle aimerait ce soir idéalement manger, même si c’est très ironique. Layton sait au fond qu’il ne pourra jamais lui donner ce dont elle a besoin parce qu’il ne peut ramener son mari. A défaut, il peut être un ami fidèle sur lequel elle peut compter, il en sera capable, il le sait. La jeune femme ne semblait pas avoir envie de parler, elle semblait avoir envie de faire tout sauf parler. Elle avait sûrement déjà assez parler au reste du monde. Il pouvait la comprendre puisque tout le monde essayait de le faire parler à la mort de sa femme. Layton était donc prêt à se plier à ses exigences ce soir. Alors lorsque la jeune femme lui demanda de choisir à regarder sur netflix il préférait ne pas discuter. « Oui chef ! » Lui répondit Layton avant de se mettre à la recherche de la perle rare pendant que Faye ramenait à manger.  Il ne savait pas vraiment quoi choisir. Il avait la sale habitude d’être indécis et de finir par ne rien regarder tellement il avait passé de temps à regarder le menu. Cependant, aujourd’hui il devait se montrer proactif, c’est ce qu’il fit jusqu’à ce que Faye revienne dans le salon pour finir d’installer le repas. Layton se rendait compte qu’il avait oublié ce que c’était que de partager quelque chose avec une femme, ne serait-ce qu’une soirée paisible, à préparer à manger, chercher un bon film à regarder. Il avait l’habitude de le faire avec sa femme, il chérissait ces moments, mais malheureusement il n’y avait plus droit. Il ne refaisait pas sa vie avec quelqu’un d’autre, il cultivait la solitude. Faye lui fit remarquer qu’elle espérait qu’il avait vraiment faim, apparemment elle avait assez de nourriture pour nourrir un régiment. Elle semblait mal le connaître, c’était pour lui un nouveau challenge. « Tu devrais savoir que j’ai toujours très faim ! » Lui répondit Layton avant de laisser échapper un léger rire. Heureusement qu’il avait un bon système sinon il serait sans doute déjà gros. Faye lui demanda naturellement s’il avait trouvé quelque chose d’intéressant. Il avait remplis sa quête et il espérait que la jeune femme en serait satisfaite. Il avait pris sur lui pour trouver quelque chose de pertinent. « J’ai deux propositions, le film humoristique ou alors un film d'horreur bien éloigné de notre réalité qu’on pensera à autre chose ? » Lui proposa Layton. Elle avait le dernier mot puisque c’était sa soirée. Il préférait le film d'horreur mais il n’a pas envie qu’elle se dise qu’il essaye de lui faire peur afin qu’elle se blottisse contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Faye Oakes

may the flowers remind us
why the rain was so necessary

⋅ paper notes : 312
⋅ since : 23/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: #361, east side w/ her kids.
contact book:
availability: (off) layton, marlene (ng).

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Lun 3 Sep 2018 - 21:58

L’absence de Grant s’apparentait à une douleur lancinante qui ne s’apaisait jamais totalement. Une vilaine migraine qui tambourinait à ses tempes de temps à autre, une souffrance que même le plus fort des analgésiques ne pouvait pas chasser. Elle était toujours là. Parfois plus subtile, plus effacée, mais à jamais dans son ombre, à guetter la moindre faiblesse, le moment parfait pour frapper. Car elle restait vicieuse, s’insinuant même dans les rares bons moments à parsemer sa vie. La tristesse, les remords, la culpabilité. Ils y étaient tous apparentés, ils provenaient tous de la même souche. Des larmes pouvaient perlés à son regard lorsqu’elle souriait. Un rire s’échapper de sa bouche alors que son estomac se serrait. Grant était mort. Faye, elle, était toujours vivante. Et à chaque jour qui passait, elle devait constamment se rappeler qu’il n’aurait pas voulu qu’elle se laisse ainsi abattre par la vie. Que malgré le vide que laissait sa mort, elle ne devait pas s’empêcher de vivre, d’avancer. Et si ce n’était pas pour elle, elle devait le faire pour eux. Ses enfants.  Ils étaient la raison pour laquelle elle se levait chaque matin. Car dans ses deux petits êtres qu’elle chérissait le plus au monde, elle ne pouvait s’empêcher de voir leur père. Mathilda, avec son tempérament et son regard océan; Philip avec sa chevelure bouclée et son sourire rieur. Elle osait aussi croire que de l’au-delà, il avait mis sur sa route un ange pour veiller sur elle et s’assurer qu’elle n’était pas seule dans cette épreuve. Cet homme, c’était Layton, auquel elle s’était de nombreuse fois accrochée pour ne pas sombrer. Lui qui répondait toujours présent quand elle appelait. Ce soir encore, il n’avait pas hésité à venir à sa rescousse, même si la seule urgence reposait en ce trop-plein de nourriture qui n’attendait qu’à être dévorée. – Pourquoi ne suis-je pas étonnée? –  lui répondit-elle, un sourire moqueur ayant prit possession de son visage au teint de poupée. Elle s’installa à ses côtés sur le canapé, en profitant pour remplir à nouveau sa coupe de vin. Les propositions cinématographiques de l’homme se trouvait à deux spectres opposés du genre. Elle y réfléchit un moment avant de lui donner son avis. – Je propose qu’on regarde la comédie en mangeant, et le film d’horreur ensuite. – Programme double, de quoi les occuper pour une partie de la soirée. – Juste au cas où mon estomac ne supporterait pas le trop plein d’émotions. – Il ne faisait jamais bon ménage de manger tout en regardant un film d’épouvante. Certaines scènes s’avéraient parfois pénibles pour les cœurs sensibles, et Faye n’avait aucune envie à ce que son repas ne remonte à la surface. L’horreur. Elle laissa Layton mettre en branle le film qu’il avait sélectionné, alors qu’elle s’affairait à remplir leurs assiettes d’un peu tout ce qui se trouvait sur la table basse. Assurément, ils ne manquaient pas de choix. La jeune mère s’installa en tailleur sur le sofa, posant son assiette en équilibre dans le creux de ses jambes, afin d’entamer ce petit festin improvisé. Son regard se tourna distraitement vers son voisin, dont elle observa longuement le profil, remarquant à quel point ses fossettes se creusait lorsqu’il riait. Il dut sentir ce regard posé sur lui, car il tourna la tête vers elle, et Faye sentit momentanément le rouge lui monter aux joues, comme une gamine prise sur le fait. – Tu as… tu as quelque chose là. – lui fit-elle remarquer en dirigeant jusqu’à son menton, où un peu de sauce avait coulé. D’un geste lent, elle essuya le tout, puis elle figea, réalisant ce qu’elle était en train de faire. Sa main, elle la retira rapidement, comme si son corps avait été frappé par la foudre. – Désolé. – Cette impression d’avoir franchi une limite, elle la prenait aux tripes sournoisement, si bien qu’elle en perdit presque l’appétit. Elle se contenta de prendre une longue gorgée de vin, afin de ravaler ses appréhensions.

_________________

    --- ( faye oakes )
    i wish that i could say i am a light that never goes out, but i flicker from time to time.


Dernière édition par Faye Oakes le Lun 5 Nov 2018 - 2:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 183
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Mer 5 Sep 2018 - 21:22

Faye avait le dernier mot et elle décida de commencer par la comédie pour finir par le film d’horreur. Elle prévoyait donc qu’il ne rentre pas tôt chez lui. Avec une autre femme il aurait pensé qu’elle tentait de le séduire, de lui envoyer un signe, mais il connaissait assez Faye pour savoir qu’elle cherchait simplement son amitié, sa présence pour combler sa solitude. Layton ne pu s’empêcher de rire lorsqu’elle lui confia que son estomac ne supporterait pas le trop plein d’émotions. « Merci pour cette image enchanteresse ! » Lui répondit Layton avec un sourire en coin. Il se sentait vraiment bien en sa présence. Elle savait comment réchauffer son coeur, comment lui redonner le sourire. Il ne se sentait plus seul à ses côtés, c’est comme si elle arrivait à combler ce sentiment de solitude si intense qu’aucune femme n’arrivait à combler dans ses draps. Layton mettait cela sur le compte de leur amitié si particulière. Il ne voulait pas en cela un signe précurseur de complication. Soudain, la jeune femme lui fit remarquer qu’il avait quelque chose sur le menton. Il ne s’attendait absolument pas à ce qu’elle l’aide à l’ôter. Layton resta figé lorsqu’elle posa sa main sur son menton pour essayer son visage. Il n’avait jamais été aussi proche physiquement d’elle. Il sentait une tension envahir tout son corps ne sachant plus vraiment quoi faire. Il n’osait pas croiser le regard de la jeune femme, il se sentait gêné comme si elle avait pu ressentir le même sentiment que lui. Cette électricité dans l’air, ce courant si naturel passer entre eux. Rien qu’un instant Layton se laissa à penser à ce qui pourrait se passer s’il rattrapait la main de la jeune femme, s’il approchait son visage du sien pour échanger ce baiser interdit. Il se laissa à penser à la réaction qu’elle pourrait avoir en retour. Layton sentit par la suite un sentiment de culpabilité l’envahir. De la culpabilité envers sa défunte femme parce qu’il pouvait désirer une autre femme, mais surtout parce que ce n’était pas qu’un désir physique, qu’une pulsion animale, mais c’était bien plus fort. Cela le prenait jusqu’aux tripes. Si Layton était capable de combler sa solitude dans différents draps c’est parce qu’il ne ressentait jamais rien. Faye arrivait à lui faire ressentir à nouveau quelque chose qui lui semblait si familier. Il se sentait comme coupable également envers le défunt mari de la jeune femme qui lui avait toujours dit de veiller sur sa femme, mais pas de ressentir ces sentiments pour elle. « C’est rien... On devrait mettre le plat à réchauffer. » Il ressentait ce malaise parce qu’il était si près de la chose qu’il désirait si fortement et en même temps si loin de l’obtenir un jour. Layton préférait alors passer à autre chose, faire comme si ce moment si intense n’avait jamais existé. Il évitait également soigneusement le regard de la jeune femme. Elle le connaissait assez pour deviner sa gêne et il ne serait pas capable de cacher ses pommettes qui devinrent plus rosées comme s’il était redevenu un adolescent le temps d’un instant. Lorsqu'il revint avec le plat chauffé, il pris une gorgée de vin comme pour se remettre d’aplomb et se mis ensuite à manger tout en regardant le film démarrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Faye Oakes

may the flowers remind us
why the rain was so necessary

⋅ paper notes : 312
⋅ since : 23/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: #361, east side w/ her kids.
contact book:
availability: (off) layton, marlene (ng).

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Jeu 6 Sep 2018 - 3:14

L’amitié qu’elle partageait avec Layton avait toujours été exempt d’ambiguïté, et ce, depuis le commencement. Il avait perdu sa femme, elle venait de perdre son époux. Ce n’était pas l’attirance qui était la cause de leur rapprochement, mais ces douloureuses circonstances et ce vécu qu’ils partageaient.  Et même les choses auraient pu évoluer d’une manière bien différente, Faye croyait, aveuglément, que la beauté de leur relation résistait dans ce statu quo qui perdurait. Il ne se cachait aucune arrière-pensée derrière chacune de ses invitations, ni même de viles intentions. Elle commençait à peine à imaginer son avenir sans la présence de Grant à ses côtés. Alors songer qu’un autre homme prendrait un jour cette place laissée vacante dans son cœur lui semblait absurde. – Heureusement que je t’ai épargnée les détails. – Elle souriait, elle-aussi, amusée par la réaction désabusée qu’avait provoqué son intervention. Les maux de cœur, à vrai dire, était le cadet de ses soucis. C’est plutôt son instinct de survie qui parlait. Car même si elle appréciait le genre horrifique, Faye succombait rapidement à l’atmosphère froide et effrayante typique de ces films. Elle sursautait aisément, et cherchant souvent refuge derrière un coussin ou une couverture qui se trouvait à porter. Elle finissait – trop – souvent dans les bras de Grant, du temps de son vivant. Ça n’avait rien d’étonnant qu’il favorisait toujours les films d’horreur lors de leur petite soirée en amoureux. Elle ne se rendit pas compte immédiatement qu’elle fixait Layton, son esprit vagabondant à des années de là, à une autre époque où sa vie semblait si simple. Mais elle fini par se perdre dans la contemplation de l’homme à ses côtés, jusqu’à lui mentionner qu’il avait échappé quelque chose sur son visage, en mangeant. Elle avait tant de fois essuyer le visage de ses enfants qu’elle ne perçut pas son geste comme étranger – à première vue, il ne s’agissait que d’un automatisme, d’un réflexe conditionné. La situation, pourtant, lui parut si singulière, comme si elle s’était figée dans le temps. C’est ce nœud au creux de son estomac qui l’alarma la première, avant qu’elle ne sente son palpitant s’emballé un peu trop follement, son battement résonnant tout contre ses oreilles. Ce geste de familiarité, frôlant les limites de l’intimité, provoquant une onde de choc en elle, et ça la troublait, Faye. Le dernier homme qu’elle avait touché de la sorte reposait désormais six pieds sous terre, et son cœur de serra à cette simple pensée. Son regard se fixa sur le contenu de son assiette, sans qu’elle ne parvienne à s’en détacher. Le malaise était palpable dans la pièce et Layton choisit de s’éclipser afin d’aller réchauffer leurs assiettes, brisant ce silence qui sévissait depuis bien trop longtemps. Ce court apartheid qu’il lui offrait, Faye l’accueillit avec un certain soulagement, alors qu’elle passait l’une de ses mains dans sa chevelure orangée, cherchant à échapper à cette vague déferlante d’émotions qui se déferlait en elle. Elle en fut incapable. Alors, à l’instar de Layton, elle se refugia dans son verre de vin, puis dans cette nourriture qu’elle se força à ingurgiter, ne serait-ce que pour bloquer toute tentative d’ouvrir la discussion. Le film défilait à l’écran, mais elle fut incapable d’y accorder toute son attention. Un éclat de rire parvenait tout de même à franchir ses lèvres, de temps à autre, mais ça tourbillonnait tellement dans sa tête qu’elle perdit bien vite le fil de l’histoire. Le générique de clôture se mit à défiler sur l’écran, près d’une heure plus tard, et Faye vit là un prétexte pour prendre une certaine distance à son tour, commençant à libérer la table d’appoint de ce qui s’y trouvait pour tout ramener à la cuisine. C’est sans un mot qu’elle s’éloigna du salon, le plateau de service chargée bien en main. Dans ses moments de nervosité, la seule chose qui lui permettait de se calmer était de faire du ménage. Et ranger le reste de leur victuaille lui semblait être la parfaite solution à son agitation du moment.

_________________

    --- ( faye oakes )
    i wish that i could say i am a light that never goes out, but i flicker from time to time.


Dernière édition par Faye Oakes le Lun 5 Nov 2018 - 2:43, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 183
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Mar 11 Sep 2018 - 14:52

Layton se sentait coupable de poser les yeux sur elle de cette façon-là. Il avait l’impression de trahir son ami. Il n’a pas le droit d’éprouver ce genre de choses pour sa femme même si aujourd’hui il n’est plus là. Il veut être un bon ami et pas celui qui convoite sa femme. Il tente de rattraper le coup, mais le mal est fait. Il sait ce qu’elle ressent parce qu’il s’est senti aussi mal à l’aise qu’elle à ce moment précis, mais également à un autre moment. Il s’en rappelait comme si c’était hier, la première fois qu’il s’est retrouvé proche d’une femme après la mort de sa femme. La situation n’avait rien d’ambigu, mais le fait qu’elle aurait pu l’être l’avait mis mal à l’aise. Aujourd’hui, il ne voulait pas la faire se sentir ainsi. Il voulait être rassurant, une épaule sur laquelle se poser. Il ne voulait pas devenir une complication même si à chaque fois qu’elle posait le regard sur lui, qu’elle souriait son cœur s’accélérait. Il était prêt à tout mettre de côté, à tout cacher. Il préférait une vie d’amitié qu’une vie sans elle. Faye trouve une excuse pour quitter la table. Elle s’éloigne dans la cuisine, elle lui donne l’impression de partir se cacher pour éviter de devoir affronter son regard après un moment inattendu. Il ne sait que faire. Son instinct lui dirait de fuir, de se retirer pour ne pas la brusquer, mais son cœur lui dit qu’elle n’a pas besoin qu’une personne de plus ne l’abandonne alors qu’elle a besoin de présence. Il doit se faire alors violence lorsqu’il ne l’a voit pas revenir après cinq minutes. Il met en route le second film et le met sur pause et la suit dans la cuisine. « Tu sais qu’en principe la maitresse de maison ne doit pas laisser son invité seul, à moins que tu ne veuilles que je boive tout ton vin et que je mange toute ta nourriture. » Lui lance maladroitement Layton comme pour remettre une once de dialogue entre eux. Il ne sait pas exactement ce qu’il s’est passé, mais il sait que c’est assez déroutant pour qu’elle change radicalement d’attitude envers lui. L’idée de la perdre lui est insupportable alors il décide de faire comme si de rien était. Il veut qu’elle revienne s’asseoir avec lui presque comme si l’avenir de leur amitié en dépendait. « Et si tu laissais tout ça et que tu revenais t’asseoir ? » Lui proposa le jeune homme avec un sourire amical. Il ne veut pas se montrer insistant, mais il sait que le moment est décisif, cela pourrait changer leur amitié. Il se comporte alors comme un ami en lui faisant poser ce qu’elle a dans les mains et la pousse de force vers le salon. Il est doux, prévenant et surtout amical. Il change de regard afin qu’elle ne perçoive rien dans le sien. Il sera son ami, ni plus, ni moins. Il sait qu’il arrivera à réprimer les sentiments qu’elle fait naitre en lui, même si pour cela il doit se rapprocher d’une autre femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Faye Oakes

may the flowers remind us
why the rain was so necessary

⋅ paper notes : 312
⋅ since : 23/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: #361, east side w/ her kids.
contact book:
availability: (off) layton, marlene (ng).

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Ven 12 Oct 2018 - 22:16

Perdue dans ses pensées, et ses mains occupées à ranger le reste de nourriture dans des plats qu’elle s’empresse de mettre au frigo ou à nettoyer la vaisselle qu’ils ont utilisés, Faye ne réalise pas qu’elle s’attarde un peu trop à la cuisine. Elle a laissé en plan son invité sans un mot, une explication, un immense désir de se retrouver seule, ne serait-ce que quelques minutes, l’ayant poussé à prendre la fuite, inopinément. Ce cœur qui battait frénétiquement derrière sa poitrine, ce serrement à l’estomac qui lui donnait cette terrible sensation d’inconfort. Il fallait vraiment être naïf pour ne pas reconnaître ces signes et ce qu’ils pouvaient bien signifier. Mais la rousse demoiselle, elle se voilait la face. Parce que d’admettre qu’elle puisse ressentir autre chose que de la simple amitié envers Layton, c’est aussi admettre qu’elle est prête à passer à autre chose. À laisser son histoire avec Grant, leur mariage, leur vie ensemble, au passé pour se permettre d’avancer. S’accrocher à un fantôme n’avait pourtant rien de sain, Faye le savait plus que quiconque. Elle n’était pourtant pas encore prête à renoncer à lui, et la présence de son alliance toujours à son doigt, après presque deux ans, témoignait de ce déchirant attachement. Elle sursauta lorsque Layton prit la parole, plus près d’elle que ne l’imaginait. Il avait quitté le salon pour venir à sa rencontre, mais trop obnubilé par le chaos de son esprit, elle n’avait pas été alertée par son mouvement en sa direction. – Je… je n’en ai pas pour longtemps, je t’assure. Tu peux retourner au salon, j’arrive dans quelques minutes... – Mais ses maigres supplications pour qu’il reste à l’écart, le temps qu’elle parvienne à mettre un peu d’ordre dans sa tête, reste vaine. Il s’empare du plat qu’elle tient toujours entre ses mains pour déposer le tout sur le comptoir, et la forçant à faire demi-tour, il la guide vers le salon où il la force – avec délicatesse – à reprendre sa place sur le sofa, lui laissant bien peu de chance de s’y opposer d’une quelconque façon. Il le fait d’une façon si désintéressé que pendant un cours instant, la jeune femme se demande si elle n’a pas tout simplement halluciné cette tension, cette électricité qu’il y avait dans l’air, un peu plus tôt ce soir-là. Elle devrait être soulagée, mais c’est un tout autre sentiment qui s’invite à la place : la déception. Confuse et déconcertée par ces émotions contradictoires, Faye reste muette et s’enfonce au fond du divan, attrapant un des coussins qu’elle calle dans le creux de ses bras. – Je suis désolée… - qu’elle marmonne d’une toute petite voix, prête à s’excuser de son comportement inhabituel, de ce brusque changement d’attitude. C’est pourtant autre chose qui s’échappe d’entre ses lèvres. – … d’être une si mauvaise hôte. – Un sourire, quoique forcé, remplace la moue sur son visage. Mais ça sonne si faux. Car même si elle tente de chasser le malaise ambiant en étirant doucement ses lèvres, Faye ne parvient pas à détacher son regard de celui de l’homme à ses côtés. À calmer le rythme effréné de son cœur en manque d’affection.

_________________

    --- ( faye oakes )
    i wish that i could say i am a light that never goes out, but i flicker from time to time.


Dernière édition par Faye Oakes le Lun 5 Nov 2018 - 2:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 183
⋅ since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Sam 27 Oct 2018 - 14:01

Layton l’écoute lorsqu’elle lui assure qu’il peut retourner au salon, qu’elle va arriver. Il décide de la croire et de lui laisser le temps dont elle a besoin pour revenir. Il ne tient pas à la mettre davantage mal à l’aise. Il tient à elle plus qu’à n’importe qui en ce moment alors il accepte de lui faire plaisir. Cependant, il veut l’aider et il s’empare du plat qu’elle tient toujours entre ses mains pour déposer le tout sur le comptoir, et la forçant à faire demi-tour, il la guide vers le salon. Il sait que sa place est sur le canapé à se détendre plutôt qu’à se sentir étrange dans la cuisine. Faye ne cesse de s’excuser pour son comportement, d’être une mauvaise hôte. A ses yeux, elle est parfaite, elle est simplement troublée par la situation et il le comprend parce qu’il semble aussi troublé qu’elle. Ils n’avaient pas prémédités de se sentir ainsi. Layton sent que quelque chose est différent, différent dans la façon dont elle le regarde, dont elle le traite. Elle semble lui laisser davantage de place. Ils essayent de chasser le malaise entre eux, mais il semblerait que cette attirance entre eux ne disparaisse pas aussi rapidement. Layton se sent comme vivant lorsqu’elle le regarde comme ça. Elle le regarde comme un homme, elle le regarde avec ses beaux yeux et il n’arrive pas à détacher son regard. Elle est si belle, si pure et innocente. Soudain, Layton en oublie ses bonnes manières, cette petite voix dans sa tête qui lui dit que ce n’est pas une bonne idée, qu’il n’a pas le droit. Il se rapproche doucement d’elle et comme pour combler le vide dans le coeur de la jeune femme et dans le sien il dépose un baiser sur ses lèvres. Un baiser qui se veut tendre, profond, mais qui le rattrape quelques secondes plus tard. Il se rend compte alors de ce qu’il est en train de faire et il se recule rapidement. Il n’ose pas la regarder dans les yeux, il prend conscience de la stupidité de son geste et il devient maladroit, il préfère alors se lever et ramasser ses affaires. Il n’arrive pas à croire qu’il ait fait quelque chose d’aussi stupide. Il venait littéralement de gâcher leur amitié et tout ce pour quoi il était présent. Il savait que sa place était loin d’elle. Il n’avait pas envie de la mettre encore plus mal à l’aise. Layton n’imaginait pas que ce baiser ait pu ne pas totalement déplaire à Faye, c’était impensable. Il préférait alors prendre la fuite. – Je suis désolé, je n’aurais pas dû, je ne sais pas ce qui m’a pris. Lâcha-t-il tout en rassemblant ses affaires. Il n’ose toujours pas croiser le regard de la jeune femme de peur de voir quelque chose qui lui ferait mal au coeur. Il sait bien qu’elle n’éprouve pas la même chose et que c’est bien trop tôt. – Je vais y aller… Rajouta-t-il avant de mettre son blouson sur son dos. Il en profite également pour ramener deux-trois choses dans la cuisine et se précipite vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Faye Oakes

may the flowers remind us
why the rain was so necessary

⋅ paper notes : 312
⋅ since : 23/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: #361, east side w/ her kids.
contact book:
availability: (off) layton, marlene (ng).

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   Lun 5 Nov 2018 - 2:34

Elle est consciente, beaucoup trop consciente de ce regard qui ne cesse de fixer son invité. De ses yeux qui peinent à se détacher de la silhouette de l’homme à ses côtés. Elle voudrait tant être capable de détourner la tête et de s’attarder sur autre chose dans cette pièce, mais ses pupilles restent accrochés dans celles de l’autre, qui la dévisage à son tour, ayant sans doute ressenti qu’elle l’observait, à la dérobée. Et à nouveau, cette électricité qui se fait ressentir jusque dans la moindre de ses extrémités, cette chaleur qui lui monte aux joues, alors qu’elle se sent rougir comme écolière, sous l’œil attentif de Layton, qui ne rate rien de ses effusions d’émotions sur sa peau. Et ce cœur qui tambourine fortement contre sa cage thoracique, qui se débat avec effervescence dans le creux de sa poitrine. La culpabilité cohabite avec l’envie, le désir avec l’interdit. C’est une véritable folie que de vouloir que cette distance qui existe entre eux s’amenuise pour combler ce vide qui l’habite depuis trop longtemps, maintenant. Ce trou béant que la disparition de l’être aimé a laissé derrière lui. Pourtant, c’est un léger mouvement de recul, à peine perceptible, qui s’opère lorsque l’homme réduit à néant l’espace qui les sépare. Son parfum envenime l’air et elle ne respire plus que lui, alors que ses lèvres se pose doucement sur les siennes, avec une tendresse infinie, porteur d’une multitude de secrets et d’aveux qu’ils n’osent, ni l’un, ni l’autre, prononcé de vives voix. Un contact qui se rompt avant qu’elle n’ait réellement le temps de l’apprécier. Un contact qui laisse un goût d’inachevé sur sa bouche rosée. Il s’éloigne si brusquement qu’un infame sentiment de rejet prends naissance au creux de ses reins, puis vint la déception, et enfin les regrets. Le dernier homme l’ayant ainsi embrassé repose désormais six pieds sous terre. C’est un sentiment de trahison qui bouille dans ses veines, alors que Faye réalise, avec effarement, qu’elle aurait été incapable de le repousser. Qu’elle n’en avait tout simplement pas envie. Mais elle ne se sent pas la force de protester, ni même l’envie de se battre contre ses démons pour calmer ceux de Layton. Il semble affolé, paniqué à la simple idée d’avoir pu faire un geste de trop, le geste de trop qui fouterait en l’air leur amitié. Il bafouille quelques mots, s’affairant à rassembler distraitement ses quelques effets personnels éparpillés ici et là dans la pièce. Des excuses, des justifications sur ses agissements, qu’il cherche à balayer du revers de la main. Comme s’il s’agissait d’une erreur. D’un futile égarement. Recroquevillé sur elle-même, Faye l’observe en silence. Elle ne fait rien pour le retenir. Mais son cœur se sert lorsqu’il disparait de son champ de vision, et que la porte d’entrée claque dans son sillage.

Sujet terminé

_________________

    --- ( faye oakes )
    i wish that i could say i am a light that never goes out, but i flicker from time to time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: — you're the reason i believe in something i don't know (fayton)   

Revenir en haut Aller en bas
 
— you're the reason i believe in something i don't know (fayton)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» The reason [PV CHASE]
» USA humiliates Toyota internationally for no reason
» Elisez vos meilleurs Rps
» Has Sean Penn been recruited by Jean-Claude "Baby Doc" Duvalier?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side. :: résidences.-
Sauter vers: