AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 156. Guess who's back ? (james)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: 156. Guess who's back ? (james)   Lun 2 Juil - 15:20

Complètement paumée. Ce sont les deux mots qui qualifient le mieux son état actuel. Elle se sent à la fois vide et complètement épuisée. Épuisée d'avoir parcouru tout ce trajet du Texas à l'Angleterre. Le vol a été pénible. Il faisait chaud, son voisin de siège était sans cesse dans sa bulle et la nourriture infecte. Non pas qu'elle était du genre à se plaindre du moindre petit défaut, mais un minimum de confort c'était la moindre des choses. En plus, elle avait eu cette boule dans l'estomac tout au long du trajet. Cette boule désagréable et pesante qui ne l'avait pas lâchée une seule seconde, communément appelée stress. Elle n'arrivait pas à croire qu'elle partait pour de bon... Qu'elle quittait sa ville natale après vingt-quatre ans d'existence et de souvenirs accumulés. Elle était partie sur un coup de tête, mais elle n'avait plus le choix. C'était rendu trop dangereux pour sa sécurité. Elle avait supporté les menaces, le sentiment d'être suivie et les regards louches pendant plusieurs semaines, croyant que ça n'allait pas durer, mais au contraire, c'était de pire en pire. Qu'on s'en prenne à elle, c'était une chose, mais quand sa grand-mère commença elle aussi à recevoir des messages étranges par la poste, elle eut vraiment peur. C'était le coup de trop. Elle ne pouvait pas laisser faire ça, alors pour leur sécurité à toutes les deux, elle décida de partir, mais à regret, sachant qu'elle laissait derrière elle une grand-mère vieillissante et sans personne pour s'en occuper. Olivia n'arrivait pas encore à le réaliser on dirait... Elle était sous le choc. Elle avait changé de nom et légèrement d'apparence, mais elle n'était pas encore habituée à la nouvelle elle. Ella Monroe devrait apprendre à connaître Olivia Braxton pour pouvoir lui construire une nouvelle vie dans une nouvelle ville.

C'est ainsi qu'elle était débarquée ici sans aucun point de repère, avec un sac à dos beaucoup trop petit pour le voyage permanent qu'elle s'apprêtait à entamer, mais à la fois beaucoup trop grand pour contenir le peu de dignité et d'espoir qui lui restait. Deux semaines passèrent pendant lesquelles elle enchaîna les motels miteux et les café de coin de rue. Elle commençait à être à sec. Il fallait qu'elle trouve un toit permanent et vite et un boulot surtout, sinon c'est le banc de parc qui l'attendait.

Elle avait fouillé les petites annonces maintes et maintes fois, mais tout était trop cher pour ses moyens. Il ne lui restait qu'une seule solution. Aller chez la seule personne qu'elle connaissait à Brighton, c'est-à-dire son demi-frère. Cela faisait de nombreuses années qu'ils ne s'étaient pas vus. Elle n'avait aucune idée de ce qu'il devenait et s'il voulait encore entendre parler d'elle. La dernière fois qu'elle lui avait parlé, il lui avait mentionné qu'il était à ici, mais elle n'avait plus eu de nouvelles depuis. C'est avec presque rien qu'elle se rendit à l'adresse que son frère lui avait donnée il y a un moment déjà. Elle ne savait même pas vraiment s'il y était encore. Les deux avaient bien des chances d'être surpris. Il était son dernier espoir, alors elle espérait que ça fonctionne. Elle avait fait le trajet en bus et elle marcha ensuite jusqu'à sa destination. Le papier chiffonné qui contenait l'adresse à la main, elle cherchait la bonne adresse. Elle dut revenir sur ses pas à un certain moment, par inattention. Quand elle trouva, la boule dans son ventre se fit ressentir à nouveau. Après tant d'années sans s'être vus, elle se demandait comment son frère allait réagir, surtout qu'elle venait lui demander refuge. Stressée, elle cogna trois petits coups sur la porte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 185
- since : 25/03/2018

( end game )

- getaway car.
address: # sea side.
contact book:
availability: open (conrad, jamie, andy, asher, jacob)

MessageSujet: Re: 156. Guess who's back ? (james)   Sam 14 Juil - 22:11

i don't quite know
how to say, how i feel
chasing cars / chase eagleson

Le calme. Son esprit se repose, loin des bombes et des souvenirs terribles. Du goût du sang et de la terre, des signes macabres de fumées qui se sont mêlés aux nuages, par le passé. Il oublie un peu Marjah, dans ces instants. Il oublie les combats, les ruines, les civils qui se sont trouvés au milieu du massacre. Il oublie tout le mal qu'il a fait, tout ce qu'il pensait pourtant être pour une bonne cause. Il oublie son passé. Oublie William, pour n'être plus que James. Nouvelle identité, nouveau départ. Rien de plus simple, n'est-ce pas ? C'était le plan, à la base. Jusqu'à ce qu'il ne se complique, quand il a cherché à renouer avec son passé. Andy. Jacob. Ses plus belles, ses plus douces erreurs. Les meilleurs moments de sa vie. Les pires. Tout cela lui est revenu à la face avec une violence inouïe. Le voilà qui se perd dans la solitude pour laisser les derniers événements de côté. Il écoute la radio cracher des chansons anciennes et s'égare dans les effluves de peinture. À grands coups de pinceaux, il rafraîchit les murs. Leur donne une teinte plus claire pour capter la lumière et le soleil, apporter un peu de chaleur dans cette maison déjà trop impersonnelle. En revenant à Brighton, James n'a jamais vraiment réussi à retrouver un chez lui. Sa maison, elle était avec Andy avant. Et il y avait son parfum, son goût pour la décoration, ses vêtements pour traîner ici et là. Il y avait sa présence pour apporter une certaine chaleur à leur foyer. La maison dans laquelle il a élu domicile depuis trois ans maintenant, est plus froide et ne lui apporte pas spécialement ce sentiment de sécurité qu'est censé amener un foyer. Les pièces lui semblent plus vides, plus neutres. La décoration est simple, les meubles aussi. C'est rangé comme une baraque militaire : au millimètre près. Les vieilles habitudes ont la vie dure. Mais il est seul, ici. Qui pourrait bien lui reprocher quelque chose ? Personne. Trois coups à la porte et il fronce les sourcils. Il n'attend personne, qu'il sache. Pourtant, il lâche son pinceau et essuie rapidement ses mains sur un bout de chiffon, avant de s'orienter vers la porte. Cette dernière s'ouvre sur une silhouette qui lui semble aussi lointaine que familière. Les souvenirs se mêlent dans sa tête, comme les rires d'une enfance perdue. « Vous... » Il a envie de lui dire qu'elle s'est trompée de porte. Qu'il n'est pas celui qu'elle cherche. Pourtant, elle a cette étincelle dans le regard et ces traits trop familiers qui lui rappellent quelqu'un – sa mère. Il reste interdit un instant. Elle a grandi. Tellement. Il n'a pas eu le temps de voir tout ça, n'a pas vraiment demandé de nouvelles, non plus. Il se pince les lèvres, danse d'un pied sur l'autre. « Olivia ? C'est toi ? » Il s'y essaye enfin, le cerveau en vrac. Il imagine le meilleur, mais aussi le pire. Peut-être que c'est l'armée qui l'a envoyée ici pour le retrouver. Peut-être qu'elle va le dénoncer, que.. Il s'arrête sur son sac à dos et ses airs de baroudeuse, ouvre un peu plus sa porte, légèrement plus confiant. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » Qu'il demande enfin, le regard aussi inquiet que concerné.

_________________
- you like to tell me how you hate All the ways I'm not enough for you. Then you'd say 'baby don't go, I didn't know, I'll change, I swear.'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: 156. Guess who's back ? (james)   Ven 20 Juil - 5:03

L'attente lui paraissait insoutenable. C'est toujours dans les moments où le stress et l'incertitude sont à leur comble que les secondes nous donnent l'impression d'être des heures. Elle détestait ce laps de temps entre la seconde où elle avait cogné à la porte et celui où quelque chose en résulterait, car elle avait trop de temps pour réfléchir. Tellement de pensées se bousculaient dans son esprit. À la fois positives et négatives. Trop de questions futiles, mais elle avait besoin de savoir pour pouvoir respirer librement à nouveau.  Allait-il être là ? Allait-il bien ? Comment réagirait-il en la voyant ? Est-ce qu'elle lui avait manqué ? Voulait-il la revoir ? Tant d'années sans s'être vus, sans s'être parlés... À une certaine époque, ils avaient été proches, mais depuis qu'il était parti à la guerre, plus de nouvelles. Maintenant qu'elle était là, elle avait plus hâte de s'assurer qu'il allait bien que de lui demander refuge.

Après ce qui lui parut être une éternité, la porte s'ouvrit enfin. Le James qu'elle vit n'était pas celui qu'elle avait connue. Il avait les traits durs et il paraissait plus vieux. La guerre abime les hommes et son demi-frère n'avait pas été épargné. Dès qu'elle comprit qu'il l'avait reconnu, dès qu'il mentionna son nom, Olivia se jeta à son cou. L'entendre prononcer ces paroles avait eu sur elle l'effet d'un élastique tendu au maximum qu'on relâche enfin. Un soulagement total. Ils n'avaient jamais été très démonstratifs l'un envers l'autre et avaient rarement eu des contacts physiques, mais c'était plus fort qu'elle. Il était en vie. Une fois la surprise passée des deux côtés, il ouvrit la porte un peu plus et elle vit cela comme un signe positif. Olivia le vit reluquer son bagage d'un oeil interrogateur. "James... T'es là. J'espérais tellement que tu sois là." Elle était heureuse, Olivia. Elle ne savait pas trop par où commencer. "Et bien, imagine-toi que je viens de débarquer en ville il y a à peine quelques semaines. J'suis complètement fauchée. J'ai plus du tout de quoi me payer le motel. Dis, je pourrais squatter ici temporairement ? Juste le temps de me trouver quelque chose. Promis, je serais pas chiante." Elle dit cela en riant. Ils savaient tous les deux qu'elle était chiante. Plus jeune, elle était souvent là à le taquiner et à l'énerver pour tout et rien. Elle avait changé, mais pas tant. Elle espérait qu'il la trouverait suffisamment charmante avec son petit air espiègle d'enfant de cinq ans pour accepter de l'héberger quelque temps. Elle avait évacué ses paroles d'un trait sans prendre la peine de vraiment reprendre son souffle. Peut-être par peur qu'il lui coupe l'herbe sous le pied avec un non catégorique ou qu'il ne veuille simplement pas d'elle. En fait, elle n'avait aucune idée s'il avait quelqu'un dans sa vie, s'il avait déjà des colocs ou même si elle tombait dans un bon moment, mais voilà, elle était là, paumée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 185
- since : 25/03/2018

( end game )

- getaway car.
address: # sea side.
contact book:
availability: open (conrad, jamie, andy, asher, jacob)

MessageSujet: Re: 156. Guess who's back ? (james)   Lun 6 Aoû - 21:30

Tu lui ressembles. Les mots s'entassent dans sa gorge sans qu'il ne soit pour autant capable de les prononcer. Il la dévisage comme si elle était une inconnue. Cherche au fond de son regard ce qu'il pensait avoir oublié depuis tout ce temps. Sa mère – leur mère a laissé son empreinte ici et là. Aux coins de ses sourires, au bord de ses paupières. Il retrouve un peu d'elle dans chaque mimique et même dans ses soupirs. C'est un pincement au cœur et un coup de poing dans les tripes ; il ne s'y attendait pas. Ouvrir sa porte et la trouver là, plantée avec son sac à dos et ses rêves de nouveau départ. Maladroit ou simplement mal à l'aise, il reste planté là, devant l'entrée. Elle lui plonge dans les bras et il perd son souffle pour une fraction de seconde, pris de court et incertain. Qu'est-ce qu'il est censé faire ou même dire ? Voilà une éternité qu'ils n'ont pas parlé. Il n'est même plus sûr de vraiment la connaître ou d'avoir le droit de lui parler comme si elle était sa sœur – ce qu'elle est, jusqu'aux tréfonds de son code génétique. Le son de sa voix lui semble aussi familier que lointain. Il tente un sourire, James, pour couvrir sa surprise. « Ouais, je - » Pas le temps de dire un mot de plus qu'elle lui expose la situation d'une traite. Il a envie de lui dire de respirer, d'articuler, qu'il ne saisit pas toutes les subtilités de ce qu'elle peut bien lui raconter. Il l'écoute, la regarde s'agiter, alors qu'il a parfaitement compris le message. Puis, pour une fois depuis trop longtemps, il se met à rire, Monroe. « Tu devrais reprendre ton souffle Oli. » Il la taquine et s'approche une fois de plus pour la serrer contre lui. Le cœur apaisé et l'esprit au clair, il réalise qu'une éternité s'est écoulée depuis leur dernière rencontre. « J'vais quand même pas laisser ma petite sœur dormir dehors. Et puis, si t'es trop chiante, tu finiras dans le garage. » Qu'il ajoute, haussant les épaules. Il se recule enfin. Encadre le visage délicat de la blonde avec ses grandes mains abîmées. Il prend son temps pour la détailler, graver dans son esprit chaque élément qui a pu changer avec les années. Une ride au coin de cet œil, un pli de plus sur son front. Ce n'est plus une enfant qui lui fait face, mais bien une jeune femme, bien loin de l'image qu'il avait gardé d'elle. Il se perd dans la nostalgie et leurs quelques souvenirs en commun. Olivia n'a jamais vraiment fait partie de la fratrie – pas au sens commun du terme. Elle n'a toujours été qu'une pièce égarée pour une famille éclatée, un fragment d'une mère partie trop vite, une mère qu'il a longtemps haï pour ses abandons et ses trahisons. « Allez, entre. Pose tes affaires et explique-moi ce que tu fais vraiment là. » Il ne veut pas croire à un simple voyage ou à une visite de courtoisie. On ne renoue pas avec les fantômes du passé juste par plaisir.

_________________
- you like to tell me how you hate All the ways I'm not enough for you. Then you'd say 'baby don't go, I didn't know, I'll change, I swear.'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: 156. Guess who's back ? (james)   Mer 22 Aoû - 18:40

S’il y a bien une chose qui effraie Olivia dans la vie c’est le rejet. La peur qu’on ne veuille pas d’elle, qu’on la repousse avec ou sans raison. Il faut dire qu’elle a eu sa dose de rejet depuis l’enfance. D’abord, son père qui est parti avant même de la connaître, la laissant seule aux bras de sa grand-mère. Ensuite Astrée qui l’a délaissée du jour au lendemain après plusieurs années de passion et de relation torride. C’est pour cela qu’elle anticipait ses retrouvailles avec son demi-frère. Durant leur enfance, ils s’étaient à la fois rejetés mutuellement et aimés. Parfois, elle se sentait importante à ses yeux, il la faisait sentir importante, tandis que d’autres fois, il partait de longues périodes sans rien dire, comme si elle ne valait pas la peine d’un au revoir ou d’un à bientôt. Toujours des zones grises. James était en ce moment sa seule connaissance à Brighton et elle avait appréhendé le moment de devoir sonner à sa porte pour lui demander refuge. Elle avait retardé le moment le plus possible par peur qu’il ne veuille rien savoir d’elle. Maintenant, elle était là. Elle avait pris son courage à deux mains et avait fait une femme d’elle et au fond d’elle, elle était heureuse de revoir James après tant d’années. Bien qu’il ait changé, elle reconnaissait le demi-frère qu’elle aimait, elle revoyait toutes les facettes qu’elle avait toujours appréciées chez lui. Quand il rit de sa spontanéité, elle est heureuse Olivia. Ce son lui avait terriblement manqué. Instantanément, leurs souvenirs de jeunesse lui reviennent en mémoire. Leurs parties de cache-cache, les chatouilles sur le ventre à en être presque incapable de respirer et sa présence. Cette présence qui avait toujours su la rassurer. Calmer ses peurs et ses cauchemars.

Puis, il revient la serrer dans ses bras. Cette sensation lui est indescriptible. Elle sent les larmes lui monter aux yeux. Petites gouttes discrètes qui s’enfuient de ses yeux, mais qui la soulagent et libèrent sa joie. Mais elle les sèche bien vite. Elle n’aime pas montrer ses émotions. « Merci. Tes le meilleur. Oui, je te donne le droit de me chasser au garage si je suis trop énervante. Je peux m’en contenter. Ce sera déjà mieux que le trottoir. » Regard sincère, reconnaissant et étonné à la fois. Elle avait tant espéré qu’il accepte, mais sans se faire de faux-espoirs non plus. Connaissant leur relation, elle ne voulait pas le faire fuir en s’imposant. L’entendre prononcer les mots « petite sœur » valait plus que n’importe quel oui de la terre. Ça lui avait tellement manqué ! Elle entre dans l’appartement et dépose sa valise près de la porte avant d’aller s’asseoir sur le divan. Elle passe sa main doucement sur ce dernier afin de se faire une idée du potentiel niveau de confort. « Ça peut faire office de lit si tu n’as pas d’autre endroit pour moi. Je peux m’en contenter amplement. Si tu avais vu le matelas dur et usé sur lequel je dormais au motel… » Elle ricane en repensant à ses dernières nuits dans l’endroit miteux qui avait fini par la ruiner. Quatre murs à la peinture défraîchie par les années et dont elle connaissait les moindres fissures par cœur.

James lui demande de lui raconter ce qu’elle vient faire à Brighton. Ouf !! Par ou commencer… « Alors… en gros, disons que j’ai fait la rencontre d’une fille merveilleuse pendant un été au camp de vacances. Je me souviens plus si je t’ai déjà parlé d’elle ? Bref, nous avons été en relation « on and off » pendant quatre ans. Nous nous voyions seulement l’été, mais à travers cela, je suis sortie avec un mec de qui je suis aussi tombée amoureuse. Et ce triangle amoureux a très mal fini… » La blonde laisse planer le suspense le temps de reprend son souffle. Elle a le don aujourd’hui de parler rapidement et de « vomir » l’information. Mais, on dirait que ça fait tellement longtemps qu’elle a envie d’en parler à quelqu’un que ça lui fait du bien. C’est plus fort qu’elle, plus elle parle et plus elle sent le besoin de parler pour se sentir libérée. Et le fait d’avoir retrouvé son frère la rend tellement heureuse qu’elle a du mal à contenir son excitation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 185
- since : 25/03/2018

( end game )

- getaway car.
address: # sea side.
contact book:
availability: open (conrad, jamie, andy, asher, jacob)

MessageSujet: Re: 156. Guess who's back ? (james)   Mar 18 Sep - 21:46

Une famille éclatée, éparpillée sur des latitudes instables. Quelques cœurs abandonnés sur le nouveau continent, des fragments d'histoires anciennes, enfermés dans les recoins les plus paisibles de son esprit. Le souvenir d'une sœur riant aux éclats, fille d'un autre, sang-mêlé au sourire aussi mutin que celui d'une mère commune. Puis de l'autre côté de la barrière, l'accent texan au bord des lippes, un frère, Noah. Fantômes égarés entre les permissions et les allers sans retours, alors que James – William, à l'époque – se construisait un nouveau foyer à Brighton. Et la voilà qui se présente sous ses yeux, grande et presque distante, alors que dans ses yeux, il ne retrouve que le reflet de cette petite fille collante. Un rire sincère roule jusqu'à la bordure de ses lèvres, un rire qui crève les cœurs, car il couvre tellement plus ; des excuses qu'il ne parviendra jamais à prononcer et autant de regrets. L'idée qu'elle ne passe ne serait-ce qu'une nuit sur un banc dans un parc ou au bord des caniveaux, fait déborder son palpitant de culpabilité. Il s'était juré d'être là pour elle et aujourd'hui, il en ramasse quelques morceaux ; ce qu'elle veut bien lui avouer, entre deux grands sourires rassurants. Il capture les informations et les indices, cherche les échos d'une vérité qu'elle dissimule dans ses syllabes. « Le canapé ? Hors de question, il y a une chambre d'ami. » Vide et sans vie, peu voire pas du tout décorée – mais ça reste une chambre avec un lit et un toit pour la nuit. Il se pince les lèvres James, les épaules contractées par les incertitudes et la nervosité qui coule dans ses muscles. « Un motel miteux. Pourquoi ne pas être venue directement ? Ma porte était ouverte. N'importe quelle heure, n'importe quel jour.. Il n'y a personne ici à par moi et quelques chats errants. » Un pauvre éclat de rire qui se perd dans le silence, un fait qu'il admet sans ciller – loin, il est bien loin le souvenir d'Andy et de sa présence, de son empreinte dans chaque pièce, sur chaque meuble. Un énième soupir lui échappe et il s'intéresse finalement à la raison de la présence de la petite blonde par ici. La réponse est décousue et fantastique, une romance improbable qui lui arrache un sourire incertain. Il n'est pas moqueur Monroe, juste surpris. « Je ne suis pas sûr d'avoir tout suivi, ça ressemblait à un mélange entre une mauvaise télé-réalité et une œuvre de Shakespeare. » Un sourire malicieux borde ses lèvres et il s'échappe déjà faire la chambre d'ami, lui adressant un petit signe pour lui intimer de le suivre. « Très mal fini, c'est à dire ? » Qu'il ajoute, en poussant la porte. Les planches craquent sous ses pas et il s'approche d'une vieille commode pour en tirer quelques draps qu'il abandonne sur le lit. « Et ils sont où maintenant, Romeo et Juliette ? » Il prend l'histoire avec légèreté malgré tout, James ; il relativise, comme toujours, et ne prend pas nécessairement l'ampleur du chaos qui s'est dessiné dans la vie de se cadette dernièrement.

_________________
- you like to tell me how you hate All the ways I'm not enough for you. Then you'd say 'baby don't go, I didn't know, I'll change, I swear.'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: 156. Guess who's back ? (james)   

Revenir en haut Aller en bas
 
156. Guess who's back ? (james)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guess who's back?
» GUESS WHO'S BACK MOFOS!!!!
» KATHLEEN ► guess who's back?
» Guess who's back... ft. Arianne Martell & Oberyn Martell
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: