AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 little white lies [pv/jessi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Cole Baldini

wish you were a better man.

- paper notes : 95
- since : 23/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #078, sea side.
contact book:
availability: [open] jessi, vee. | next: al.

MessageSujet: little white lies [pv/jessi]   Jeu 28 Juin - 1:01

- little white lies -
jessi byrne x cole baldini

Une petite voix dans sa tête lui criait de faire demi-tour immédiatement, mais les pieds de Cole continuait d'avancer sur le bitume des ruelles. Il connaissait l'endroit, il y passait tous les jours. Avant, c'était simplement parce que c'était l'un des chemins pour aller de son bureau à son appartement. Mais depuis qu'il y avait croisé Jessi, qu'il avait vu où se trouvait sa galerie, il y passait plus qu'il n'oserait l'avouer. Il voulait défier le destin, se donner plus de chance de tomber sur elle, même s'il n'aurait jamais su quoi lui dire. Cole était en constante dispute avec lui-même, des sentiments trop incertains et inavouables l'empêchant de penser correctement, de rester éloigner de celle qui lui avait brisé le coeur des années plus tôt. Mais ce jour-là, c'était différent. Il venait volontairement la trouver, elle. Ils devaient parler, mettre les choses au clair. Il devait savoir la vérité sur elle, sur son fils, sur toutes les années qu'il avait voulu passer sous silence, et qui finissait par le rattraper, inévitablement. Il ouvrit la porte de la petite galerie, y entrant rapidement, alors que son regard se posa rapidement sur le visage de Jessi. Son coeur s'emballa un instant, juste en la revoyant, avant que Cole ne sente son estomac se tordre. Il n'était pas sûr d'être prêt à entendre toute la vérité. Pourtant, il était là. La brune s'occupait d'un client et, malgré son avis de faire un scandale, de réclamer tout de suite la vérité, l'Irlandais se contenta de détourner le regard pour observer les tableaux qui les entouraient, croisant les bras pour se montrer patient. Ça faisait quinze ans. Il pouvait attendre quelques minutes de plus. Le client fini par quitter la galerie, les laissant tous les deux seuls, et Cole ne tarda pas à reposer son regard sur la jeune femme. — Je suis venu. — Il lui avait dit qu'il passerait, au lieu de s'expliquer par message, et il l'avait fait. Parce qu'il devait lui parler, ils devaient tirer ça au clair. Il y avait trop de mensonges dans cette relation, des secrets qui ne cessaient de se savoir, à un moment ou à un autre. Il en avait marre, l'ainé Baldini, des coups bas et des scandales. Il voulait tirer un trait sur ce passé, qui finissait toujours par revenir avant de lui exploser au visage. — C'est vrai, alors ? C'est... C'est pas le fils d'Al ? — Il avait encore du mal à dire les mots mon fils, Cole, même s'il avait essayé, depuis les fameux messages de son frère. Pour lui, ça lui semblait insensé. Il ne connaissait rien de ce garçon, même pas son prénom. Pourtant, son frère le lui avait maintenu, et Jessi n'avait pas nié. Cet enfant était le sien.

_________________

(cb) you can run, but you can't hide from the feeling you bury inside.


(absente jusqu'au 02 août. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 228
- since : 07/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: available, fr [cole, al]

MessageSujet: Re: little white lies [pv/jessi]   Mer 11 Juil - 13:08

Elle ne cessait de repenser à ce message qu’elle avait reçu quelques jours plus tôt. Elle n’avait pas eu le courage de supprimer la courte conversation, revenant sans cesse que ses mots qu’il avait écrits. Elle avait rapidement senti l’énervement de Cole en lisant ces quelques phrases et depuis ce jour, Jessi arpentait les rues avec une boule au ventre. Elle qui avait maintenant récupéré Carl, elle allait devoir se confronter à son père. Père qui, jusqu’à maintenant, n’avait jamais été au courant de ce fils. Mais le jeune Baldini avait décidé, une fois de plus, de mettre son grain de sel et de tout ruiner entre Cole et elle. Comme s’il n’avait pas déjà fait assez de dégât des années auparavant, quand bien même la Byrne y était aussi pour quelque chose. Cependant, les journées continuaient de passer, et toujours aucune nouvelle de Cole. À chaque personne entrant dans sa galerie, son coeur se serrait et ses mains devenaient moites. Mais jamais elle n’avait vu son visage. Jusqu’à aujourd’hui. Alors qu’elle était occupée avec un client et un potentiel acheteur, Jessi entendit la porte s’ouvrir. Pendant un instant, elle avait presque réussi à oublier cette future discussion, celle qu’elle espérait ne jamais avoir. Et quand elle se retourna, elle le vit. Un visage fermé, presque sévère. Instinctivement, elle eut une boule au ventre et sa gorge s’assécha. Elle ravala sa salive, retournant son attention vers son client. Elle ne voulait pas qu’il parte, Jessi. Elle voulait que son client reste là, mais ce ne fut pas le cas. La conversation se termina et à peine avait-il franchit la porte, que Cole la confronta en s’approchant d’elle. — Je vois ça. Merci de t’être déplacé. Son ton était neutre, elle essayait de ne rien laisser paraître alors que tout son corps tremblait et que sa voix était prête à flancher. Elle n’osa pas le regarder dans les yeux, car elle savait qu’une fois son regard plongé dans le sien, elle fondrait en larmes. Alors elle fixa son corps à lui. Ses bras, dans lesquels elle aimerait se réfugier comme avant. Et là, la question tant redoutée arriva. Jessi soupira longuement. Elle ne pouvait plus nier, elle ne pouvait plus le cacher. Ce secret était bien trop lourd. — C’est vrai, Al a dit la vérité. Carl n’est pas son fils. Il ne l’a jamais été. Il est le tien. Jessi eut le courage de le regarder dans les yeux, parce que Cole méritait bien ça. Ça en était trop pour elle, elle sentit son regard s’humidifier un peu trop. Mais elle se devait de rester forte, car Cole n’allait pas lui pardonner si facilement. Elle le savait. Elle le connaissait par coeur, même si quinze longues années se sont écoulés depuis la dernière fois. Et il n’avait pas changé. Pas le moins du monde.

_________________
// For many years, everything I touched would fade away. And you are so full of life it scares me. I admire your spirit too much to let it be clouded by my darkness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
little white lies [pv/jessi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "White Lies." [A.]
» ❧ BROKEN - You've been taking up my mind with your little white lies.
» zack d.coyle ☆ little white lies (end)
» ALBANE & DAWN - White lies
» Young Haitian MD named White House fellow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side.-
Sauter vers: