AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 who can i turn to? [pv/asher]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Isveig Burston

i've been breaking hearts a long time.

- paper notes : 146
- since : 14/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #025, west side.
contact book:
availability: [close] eli.

MessageSujet: who can i turn to? [pv/asher]   Lun 25 Juin - 1:13

- who can i turn to? -
asher rutherford x isveig burston

Son sac de voyage rempli dans une main, sa veste dand l’autre, la brunette arpentait les rues de cette ville d'accueil qu’elle connaissait maintenant si bien. Elle devait partir, elle devait s’en aller, le quitter pour de bon. Ses affaires étaient à présent débarrassées, ces derniers vêtements avaient trouvé leur place en boule dans son sac au moment où elle avait décidé que ç’en était trop. Elle perdrait son boulot s’il le fallait, elle perdrait tout, mais elle refusait de mettre en danger sa vie et celle de son bébé. Isveig avait trouvé du soutient là où elle n’aurait jamais penser en trouver. Asher, cet homme détestable, et qui était pourtant toujours doux avec elle. Stay. I'm gonna take care of you. Elle en avait besoin, la Burston, que quelqu’un soit là pour elle. Ni Philip, ni Eli n’avaient été à la hauteur. Encore moins elle-même. Elle s’en était tant voulu, elle, la femme forte, indépendante, sûre d’elle. Elle était devenu l’ombre d’elle-même, se laissant malmener par un homme par peur de le quitter. Mais ç’en était trop. Les mots d’Asher avaient été un vrai déclic en elle. Philip ne pourrait pas élever cet enfant, ce bébé qui n’était même pas le sien. À quoi bon retarder le moment fatidique. Prise d’une poussée d’adrénaline, elle avait récupéré ses dernières affaires encore présentes dans la villa, écrit une lettre maladroite pour lui annoncer son départ. Il tomberait dessus en rentrant du boulot, ou de l’endroit où il trainerait avant de rentrer chez lui déjà énervé, prêt à critiquer les moindres faits et gestes de la jeune femme et à hausser le ton si elle décidait d’y répondre. Elle ne pouvait plus, c’était fini, elle avait atteint sa limite. Elle méritait mieux. Elle se forçait à le croire, du moins. C’est comme ça qu’on l’avait éduqué, chez les Burston. Elle devait retrouver ses valeurs, elle devait se retrouver, elle. La vraie Isveig. Elle ne tarda pas à arriver devant la porte de sa destination, la maison d’Asher. Les yeux encore rouges des larmes qu’elle avait laissé couler alors qu’elle était encore seule, elle prit une longue inspiration avant de frapper à la porte. Il était averti, qu’elle allait arriver. Peut-être pas dans cet étant, peut-être pas avec toutes ces affaires. Mais Is savait qu’il serait là, malgré tout. La porte s’ouvrit finalement, laissant apparaitre la carrure du bel homme juste devant elle. La brune prit une nouvelle inspiration avant de prendre la parole, la voix affaiblit par les cris et les pleurs des dernières semaines. Elle tentait de ne pas craquer devant lui, ou devant quiconque. Elle n’était pas comme ça, Isveig. — It’s over. I left a note because I just can’t face him. And I don’t want to be alone tonight because I’m scared he’s gonna find me and hurt me. — Ses yeux se remplirent rapidement de larmes à l’idée même qu’il ne puisse la trouver, sous la colère de cette rupture probablement trop soudaine à son goût. Son appartement l’attendait, pourtant. Elle n’avait jamais rendu les clés. Mais l’idée de s’y retrouver seule ce soir lui donner des frissons. — I’m not kind of woman that ask for help. But I just can’t do it anymore, Asher. I can’t… — Sa voix craque finalement sous l’émotion, les dernières semaines lui revenant à la mémoire, les cris et les coups, les bleus à cacher du reste du monde, et pour quoi ? Elle ne savait même pas. Is essuya les larmes de ses joues du revers de sa main, prenant une longue respiration pour se calmer avant de poser son regard sur l’homme devant elle. Ça lui semblait impensable de se retrouver chez lui, pourtant il était le seul à lui avoir montré ne serait-ce qu’un peu d’attention et d’empathie depuis bien trop longtemps.

_________________

(ib) they say that you must follow your heart, but if your heart is in a million pieces which piece do you follow?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: who can i turn to? [pv/asher]   Lun 25 Juin - 18:56

Il pose son téléphone portable sur la table du salon où règne de nombreux cadavres de bières. La solitude le hante, Asher, malgré ce qu’il en dit, malgré ce qu’il en pense – ou croit penser. Et de savoir que quelqu’un vient, ça lui met du baume au cœur, ça lui donne envie de sourire, ne serait-ce qu’un peu. Mais il se dépêche de tout ranger et de nettoyer le lieu de son crime ou plutôt, celui de son vice. Celui qui ronge ses veines jour après jour et qui détruit le peu de neurones corrects qu’il lui reste encore. L’alcool, son péché mignon, sa plus vicieuse des amitiés. Et Asher, il ignore pourquoi, mais il n’a pas envie d’apparaitre sous ce jour aux beaux yeux d’Isveig. Elle s’en doute probablement, mais lui n’a pas envie de céder au cliché de sa propre personne, alors il débarrasse les pièces principales de sa petite maison en deux temps, trois mouvements, puis il allume des bougies. Il n’aime pas tellement ces odeurs chimiques, mais Pippa les a laissé ici et il se dit que ça doit plaire aux femmes, tout ça. Et il a envie de lui faire plaisir, à Is. Il a envie qu’elle se sente bien. Et c’est sans doute la première fois qu’il s’intéresse autant au bien-être d’une femme ou même d’un autre être vivant. D’habitude, il ne vit que pour lui, Asher, à s’en foutre royalement du reste du monde. Et c’est étrange, venant de lui, mais il ne s’attarde pas sur la question. Il n’y prête même pas attention, à vrai dire, trop occupé à songer à ce dont la jeune femme pourrait avoir besoin ou non. Il pense à la vie qui pousse dans son ventre et ça le rend aussi triste qu’heureux, parce qu’il ne peut s’empêcher de penser à sa propre paternité partie en fumée lorsque Pippa s’est envolée. Oui, il aurait bien aimé être père, Asher, mais faut croire que c’est pas donné à tout le monde. Et il conclut en se disant que son tour ne viendra peut-être jamais. Cependant, il n'a pas le temps de s’attarder davantage sur l’idée, puisque ça sonne à la porte. Son cœur dévale les étages alors qu’il s’assure que tout est bien en ordre chez lui. Il jette un dernier coup d’œil, puis il va ouvrir, croisant instinctivement le regard d’Isveig qui est rougit de larmes versées et à venir. – No one’s gonna hurt you. Il le dit comme une promesse doublée d’une menace, si jamais quelqu’un ose lever le doigt sur elle. Et Asher, il est bourré de défauts, mais il n’a qu’une parole. Personne ne l’approchera au risque de goûter à ses phalanges. Finalement, quand elle cède au poids de ses émotions, il ne peut faire autrement que de l’attirer contre lui. L’une de ses mains passe dans les cheveux bruns de la jeune femme, tandis que l’autre trouve sa place dans le creux de son dos. Il dépose un baiser volatil contre son front, puis il dépose son menton contre le haut de sa tête, la serrant aussi longtemps que nécessaire pour la réconforter. – You don’t have to explain yourself, il se défait légèrement d’elle pour croiser à nouveau son regard. Elle est divinement belle, Isveig, même quand les foudres de la vie s’abattent sur elle. Elle est animée par une force qu’Asher ne peut qu’admirer – mais il serait presque plus sensible à ses faiblesses. Et ça le touche, l’homme au cœur de pierre, cette scène qui le bouleverse dans toutes ses croyances. – And you don’t have to be strong all the time. It’s ok to be weak, sometimes. Il se détache finalement d’elle puis l’invite à entrer. – But not too much, otherwise, you’re just a pussy. Il laisse s’échapper un rire franc alors qu’il se heurte à la froideur de la jeune femme qui essuie encore ses larmes. – I’m joking, relax. Il lui adresse un clin d’œil, puis il referme la porte après son passage. – Do you want something to drink or to eat ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Isveig Burston

i've been breaking hearts a long time.

- paper notes : 146
- since : 14/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #025, west side.
contact book:
availability: [close] eli.

MessageSujet: Re: who can i turn to? [pv/asher]   Mar 26 Juin - 1:38

Il y avait plusieurs mois maintenant que la confiance qu’elle portait aux hommes avaient commencé à s’effriter, ne laissant aujourd’hui que des tas de poussière balayés par le vent. Il y avait eu Philip, celui pour qui elle avait tout laissé tomber, pour son amour, avant qu’il ne devienne l’homme le plus désagréable au monde, aux tendances violentes, bien loin du Philip dont elle pensait être tombée amoureuse. Puis il y avait eu Eli. Oui, c’était elle, la fautive. Elle qui lui avait brisé le coeur. Mais la façon dont il lui avait donné des espoirs, d’abord avec un baiser, puis à la consolant à l’hôpital, pour au final la repousser un peu plus fort, n’avait fait que briser un peu plus son coeur déjà fragile. Elle ne pouvait pas non plus se faire confiance. Qui aurait confiance en une femme qui quitte son fiancé pour son amant ? Pas elle, en tout cas. Non, Isveig n’avait plus confiance, elle n’avait plus confiance jusqu'à ce moment-là. La façon dont il la regardait, comme s’il était prêt à tout pour elle. Elle le connaissait, pourtant, au Rutherford. Il avait une réputation qui le précédait, des tas de conquêtes pour témoigner de son manque d’élégance envers la gente féminine. Mais à cet instant-là, il n’y avait qu’Asher qui lui semblait encore être capable d’être là pour elle, d’être là pour l’aider. Et ce soutien, elle en avait besoin plus qu’elle n’osait l’avouer, Isveig. Elle avait besoin de quelqu’un, elle avait besoin de lui.  Ses efforts pour retenir ses sanglots ne durèrent que peu, avant qu’elle se laisse faillir un instant, réalisant à quel point sa vie n’était plus que l'ombre de ce qu'elle aurait dû être. Tout avait changé, pour le pire. D’ici peu, elle serait une mère célibataire sans emploi et sans famille. Elle avait des buts, Isveig. Des rêves. Aucun n’impliquait pourtant de se retrouver à devoir choisir entre une relation toxique et son boulot. Il l’attira dans ses bras avant qu’elle ne le réalise, sursautant légèrement sur le coup, avant de se laisser aller contre lui. Les derniers gestes tendres qu’on a eu à son égard remontaient trop. Depuis plusieurs mois, elle s’était habituée à ce qu’on lui force la main, à ce qu’on la tienne un peu trop fort, un peu trop fermement. Les gestes d’Asher étaient doux, naturels, et pendant un instant elle en oublia tout ce qu’elle avait vécu. Elle resta là, sa tête contre le torse de l’homme, alors qu’elle sentait ses doigts se glisser doucement dans ses cheveux, la calmant rapidement, comme s’il la connaissait par coeur. La brune écouta ses mots, arrêtant finalement de sangloter alors que l’homme s’éloigna assez pour la regarder malgré leur proximité. C’était la première fois qu’ils se retrouvaient si proches, qu’elle se retrouvait dans ses bras, pourtant ça lui semblait bien trop naturel. Elle se sentait bien, tout contre lui, comme si une part d’elle avait besoin de sentir qu’elle n’était pas bonne qu’à engueuler et pousser contre les murs. Sa remarque la fit s’écarter, surprise par ce changement soudain de personnalité, avant de rire doucement, malgré ses joues encore humides, lorsqu’elle entendit son rire et sa façon de la regarder, très clairement amusé par sa réaction. — I’m hormonal, no one can call me a pussy. I can just put it all on my pregnancy. — Les avantages d’être une femme, du moins c’est ce qu’elle maintenait. Lorsqu’elle craquait, elle n’avait qu’à prétendre que c’était les hormones, sachant au fond d’elle que la seule raison pour laquelle elle pleurait, c’était à cause de la vie qu’elle menait. Il lui arrivait de s’enfermer seule, à la brunette, simplement pour imaginer ce qu’aurait été sa vie à cet instant précis si elle n’avait jamais rencontré Philip. Elle s’imaginait encore dans les bras d’Eliott, fiancée, enceinte et heureuse. Car Eli Goldstein avait tout d’un père parfait, d’un époux parfait. Sans sa tendance à s’auto-détruire, ils auraient pu être heureux, elle en était persuadé. Is finit par suivre Asher dans la petite maison, son regard faisait rapidement le tour des pièces par simple curiosité. Elle remarqua les bougies allumées, l’endroit qui semblait si calme, comme un havre de paix qui l’attendait après la tempête de ces derniers mois. Elle n’arrivait pas à savoir s’il l’avait fait exprès, s’il l’avait fait pour elle. Si ça avait été le cas, cette attention l’aurait touché en plein coeur, mais la Burston se contenta de répondre à la question de son hôte. — I wouldn’t mind a glass of water, please. — Elle lui lança un doux sourire, soudainement calmée par l’atmosphère, alors que son coeur tambourinait encore dans sa poitrine, ayant du mal à passer outre les émotions de cette journée. Isveig posa finalement ses affaires dans un coin avant de trouver une place sur le sofa, sa capacité à rester debout touchant à sa limite. Ces dernières semaines l’avaient rendu faible, bien plus faible qu’elle ne l’avait été auparavant. Elle blâmait la grossesse à chaque fois que la tête lui tournait ou que ses jambes flanchaient, pourtant consciente de la réalité des choses. Un nouveau sourire s’installa sur ses lèvres lors qu’Asher réapparu dans la pièce. — I seriously feel so bad for bothering you this much but… You’re the only one who has been there despite knowing the whole story. Most people think I’m a bitch for dumping Eli. — Il avait beau lui dire de ne pas se justifier, elle ne pouvait pas s’en empêcher. Entre ceux qui l’avaient abandonné après sa rupture et ceux qui n’avaient aucune idée de tout ce qui s’était passé avec Philip, elle s’était vite retrouvé sans la moindre personne pour l’aider, pour la soutenir, avant de le trouver lui. Isveig l’observa un instant en silence, cet homme qu’elle connaissait bien et qu’elle découvrait pourtant sous un tout nouveau jour. Un homme tendre, aimant, prêt à aider quelqu’un dans le besoin. Personne ne l’aurait cru, si elle venait à le décrire comme ça, dans le futur. C’était pourtant ce qu’il était à ces yeux, ce soir-là. Un tout nouvel homme, bien meilleur que la réputation qu’on lui avait fait. — What you said earlier… It was pretty nice, Asher.

_________________

(ib) they say that you must follow your heart, but if your heart is in a million pieces which piece do you follow?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: who can i turn to? [pv/asher]   Sam 30 Juin - 1:31

Il est comme un gosse maladroit et incertain, Asher, alors qu’elle entre chez lui. Ça lui rappelle des années plus ingrates, échos d’une adolescence moins glorieuse. Il n’a pas toujours été beau, ni même doué avec les filles – ce sont des choses qu’il a cultivé et qui sont venues avec le temps, lassé d’être laissé sur la touche. Pourtant, il a toujours eu un charme certain, une réelle emprise sur les gens. Il n’était pas bon à l’école, mais il a très vite compris le pouvoir des mots et il n’a jamais hésité à s’en servir, parce qu’il a toujours pensé que la vie lui en devait bien une. Il a toujours tout justifié en se disant qu’il reprenait seulement ce qui lui revenait de droit. Mais il n’a jamais été comme cela avec Isveig, il n’a jamais fait semblant, il n’a jamais menti. Il ne s’est jamais caché, révélant au grand jour ses parts d’ombre et ses plus noirs desseins, comme ses plus bons côtés. Sans doute parce qu’il la trouve différente. Ou peut-être parce qu’il respecte trop la vie qui germe en elle pour la traiter comme toutes les autres. Et Asher, il s’en fout de pas mal de choses, mais il a tout de même quelques principes qui lui tiennent à cœur. Et jamais il ne la fera mauvaise à une femme qui porte la vie ; quelle ironie pour un homme qui s’acharne à en bousiller à longueur de temps. – I’m so jealous ! I don’t have any excuse like that so i’m juste playing the tough guy all the time. Il se déplace pour la laisser entrer, puis il referme derrière elle alors que l’humour teinte ses mots. Il ne le montre pas, mais ça vacille un peu à l’intérieur, comme un légère brise qui ferait doucement valser une flamme. Elle l’intimide. Un peu. C’est déjà beaucoup plus qu’avec le reste de la gente féminine et pourtant, il n’en fait rien. Son visage garde son air insolent habituel, comme si de rien n'était.  – Maybe I can blame it on my dad from now on. Un rire grave résonne entre les murs du salon, mais très vite, il attrape la petite croix qu’il a autour du cou, celle de son père, pour y déposer un baiser du bout des lèvres. Asher n’a pas beaucoup connu son patriarche, un homme froid et très dur, mais il garde ce lien paternel très fortement ancré, comme une sale habitude dont il n’arrive pas à se détacher. C’est pour lui qu’il a accepté d’épouser Pippa. C’est pour lui qu’il s’est endurci, gamin, pour éviter ses foudres. Et pourtant, il n’a jamais réussi à le satisfaire, jamais réussi à trouver grâce à ses yeux. Mais il garde ce respect à son égard, comme certains l’ont avec dieu. On ne lui a pas appris à faire autrement. On ne lui a pas laissé le choix. – A glass of water coming right away ! Il lui adresse un léger sourire en pointant le canapé du doigt, lui faisant signe d’y prendre place. – Don’t be silly, I don’t mind at all. Otherwise I wouldn’t have told you to come, qu’il répond tout naturellement. S’il n’avait pas voulu d’elle ici, il lui aurait simplement dit de faire autrement, parce qu’il est comme cela Asher, il ne passe pas par quatre chemins et il ne fait pas des propositions pour être poli. Il s’en fout d’être bien vu, sauf si cela peut lui permettre de gravir les échelons ou de se caler entre les cuisses d’une fille, mais il n’est pas du genre à feindre l’intérêt par bonté d’âme ou hypocrisie. S’il est ainsi avec Isveig, c’est qu’il lui porte un minimum d’attention et que celle-ci est sincère. – Oh and to be honest, most people are morons. Il lève les yeux au ciel pour ponctuer ses mots. Asher, il déteste les gens et il les méprise, sans essayer de s’en cacher. Et sur ces bonnes paroles, il s’éclipse un instant dans la cuisine pour lui préparer son verre d’eau et il revient dans le salon quelques secondes plus tard. Il lui dépose le tout sur la table basse, puis il s’assoit sur son fauteuil préféré, juste en face d’elle. – What ? That you’re a pussy ? Il sourit, visiblement très amusé par sa propre bêtise. En réalité, c’est en faisant l’idiot qu’il désamorce les situations potentiellement dangereuses pour lui. L’homme déteste être en position délicate ou de faiblesse et ce genre de conversation s’annonce comme un terrain glissant. Et pour le moment, il n’est pas prêt à dévoiler son jeu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Isveig Burston

i've been breaking hearts a long time.

- paper notes : 146
- since : 14/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #025, west side.
contact book:
availability: [close] eli.

MessageSujet: Re: who can i turn to? [pv/asher]   Dim 1 Juil - 0:43

Elle leva les yeux au ciel à sa remarque, plus amusée qu’ennuyée. Son humour lui changeait les idées, lui faisait oublier les larmes qui coulaient sur ses joues quelques minutes plus tôt. Il avait ce don, Asher, de relativiser dans les pires moments, de redonner le sourire à la brunette même quand tout semblait s’effondrer autour d’elle. Isveig le laissa aller chercher un verre d’eau, profitant de l’instant de silence pour respirer, longuement, silencieusement. Elle était loin de tout, ici. Toujours à Brighton, et pourtant. Personne ne viendrait la chercher chez lui. Ni Philip, ni Eliott. Elle se sentait en sécurité chez Asher. Sa main se glissa automatiquement sur son ventre bien arrondi par l’enfant qu’elle portait, le calme régnant autour d’elle l’apaisant immédiatement. Peut-être qu’elle s’en sortirait. Peut-être que tout n’était pas perdu. Elle voyait enfin un peu de lumière, la fin d’un trop long chemin dans l’obscurité. Elle se redressa assez pour prendre le verre d’eau lorsqu’il le posa sur la table base, le remerciant directement avant d’en boire une longue gorgée. Elle voulait oublier le reste de la journée. Elle voulait tout oublier, et simplement profiter de cette soirée loin de l’ouragan qui avait prit sa vie au piège depuis des mois. Reposant son verre sur la table, elle lui lança un nouveau sourire amusé alors qu’il prenait place face à elle. — Not that part, idiot. — Un léger rire échappa ses lèvres, doux et honnête, la surprenant au moment où il résonna dans la pièce. Is ne savait pas depuis quand elle n’avait pas réellement rit à une blague aussi idiote. Rit, tout simplement, sans y réfléchir à deux fois et sans devoir faire semblant. Elle en avait presque oublié la sensation. Son coeur qui se réchauffait dans sa poitrine, doucement, faisant place à de jours meilleurs après un hiver trop rude. Asher savait comment s’y prendre pour la faire se sentir simplement comme une femme comme les autres, tout en connaissant son histoire et toutes les ombres qu’il y avait sur le tableau. — How you said you’d help me and… take care of me. And, how you said I didn’t deserve what he was putting me through. — Ses lèvres se pincèrent alors que son regard se perdait légèrement devant elle, réfléchissant à ce qu’elle avait vécu. Comment avait-elle pu rester si longtemps ? Comment avait-elle pu lui trouver des excuses, des prétextes, pendant ces longs mois ? Elle ne savait pas, et elle n’aurait certainement jamais la réponse. — Deep down I knew it, I guess. But when you said it, it just… made sense, and I had to do something.  — Isveig aurait dû quitter Philip bien plus tôt. Mais elle ne s’était jamais sentie assez soutenue pour le faire. Elle y avait songé, quand Eli l’avait découvert à l’hôpital, des bleus sur le corps. Il semblait si compréhensif, avant que tout ne change à nouveau. Un instant d’espoir avant qu’il ne lève à nouveau sa garde, la laissant seule face à cet homme qu’elle craignait bien trop. Ce soutien, elle en avait besoin, Isveig. L’idée même de se retrouver seule après avoir rompu la terrifiait dans tout son être. S’il était violent en temps normal, que ferait-il si elle venait à le quitter ? Elle ne pouvait même pas imaginer cette scène, digne de ses pires cauchemars. Mais avec Asher présent à ses côtés, tout lui avait semblé plus simple. Elle pouvait le faire. Elle devait le faire. Et sans même y réfléchir à deux fois, elle l’avait fait, avec quelques mots sur un papier. Après tout, elle ne lui devait aucune excuse après tout ce qu’il lui avait fait endurer. Elle continua d’observer l’Anglais, comme si elle l’étudiait. — I think people are morons, too. But not you. You’re one of a kind, Asher. — Sous ses airs de macho et d’homme dur se cachait quelqu’un de bien différent, qu’elle appréciait de connaitre. L’idée même que le reste du monde ne connaisse pas cette version d’Asher Rutherford lui plaisait. Elle pencha légèrement la tête sur le côté, continuant de le toiser du regard. Elle avait beau le connaitre depuis plusieurs mois, c’était la première fois qu’elle le voyait ainsi. Était-ce lui qui se découvrait pour la première fois, ou elle qui voyait les choses différentes maintenant qu’elle avait su se libérer de ses chaines ? Probablement un peu des deux, c’est ce qu’elle pensait. Le monde aurait peut-être un jour la chance de découvrir Asher pour autre chose que son visage digne de la une de magazine et de son corps parfaitement sculpté qui, elle n’en doutait pas, devait plaire à un bon nombre de femmes. Son sourire s’agrandit, franc et délicat, avant qu’elle ne prenne un ton plus sérieux et ironique. — So, charming sense of humour. Are you sure of this? — Elle tenta de détendre l’atmosphère et d’oublier la raison première de sa visite, en jouant simplement sur les mots qu’il avait utilisé dans les derniers messages qu’il lui avait envoyé avant qu’elle ne vienne frapper à sa porte. Elle avait besoin de se changer les idées, et elle savait qu’elle pouvait compter sur lui.

_________________

(ib) they say that you must follow your heart, but if your heart is in a million pieces which piece do you follow?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: who can i turn to? [pv/asher]   Mar 3 Juil - 21:16

Not that part, idiot. Quelques mots et son rire suffisent à lui arracher un sourire amusé à s’en décrocher la mâchoire. Ça lui fait du bien, à Asher, d’offrir un peu de bonne humeur à quelqu’un et surtout à Isveig, puisque généralement, c’est plutôt l’inverse. D’habitude, il les enlève les sourires, à coups de paroles bien aiguisées, à coup de railleries mal placées, parce qu’il s’en fout de tout et de tout le monde – tout le temps. Il a toujours cru n’avoir besoin de personne, mais la solitude dans laquelle l’a plongé son divorce le fait douter de ses croyances les plus ancrées, lui qui pensait aimer le silence, lui qui pensait aimer la tranquillité, il se retrouver à les mépriser et à les fuir comme il le peut. Et l’alcool coule davantage depuis le départ de Pippa, d’abord pour célébrer, puis pour enterrer. Pour enterrer ses rêves de paternité, pour enterrer ses jeunes années, car le temps n’épargne personne et Asher ne va pas en rajeunissant, même s’il demeure toujours aussi attrayant. – Well, it’s the truth. I’m not saying that to be nice, qu’il répond assez spontanément. Non, Asher n’est pas le genre d’homme à faire de belles promesses dans le vent. Bien loin du prince charmant ou du chevalier servant, s’il dit quelque chose, c’est probablement parce qu’il estime qu’il doit intervenir. Et pourtant, la situation a tout l’air de l’hôpital qui se fout de la charité, parce que le mécanicien est loin d’être tendre – s’en souvient la peau malmenée de Pippa qui prenait sans moufter. Il n’a jamais vraiment posé de coup, mais ses gestes n’avaient rien de délicat et il y a songé à de nombreuses reprises. Mais malgré cela, et malgré son amitié avec Philip, il ne supporte pas la situation dans laquelle Isveig est plongée. Et il ferait n’importe quoi pour l’aider à s’en tirer. – But you know, I’m in no place to judge Lip. I’m no angel myself, prononcé à mi-mots alors qu’il regarde à présent ses mains posées sur ses genoux. Asher a… honte. Un peu. C’est un sentiment qu’il ne connait pas bien et qui le met dans une position inconfortable. Et Asher, il ne supporte pas la vulnérabilité et encore moins sous les yeux d’Isveig. Cette idée le démange et l’agace et d’un bond, il se relève, se dirigeant vers la fenêtre pour y admirer l’horizon. Il aimerait sortir une blague salace ou vaseuse, ou même un commentaire déplacé pour attirer l’attention sur autre chose, mais rien ne lui vient. Et soudain, c’est la panique et son monde menace de s’écrouler. Cependant, il n’en montre rien, le visage impassible et inexpressif comme à son habitude. Mais le silence est synonyme d’une guerre intérieure qu’il n’est pas sûr de vouloir mener. Il sent les choses changer et cela lui fait terriblement peur. – Anyway, you did the right thing, il conclut là-dessus, puis il tousse pour éclaircir cette gorge qui s’était enraillée. Finalement, il se tourne pour faire de nouveau face à la jeune femme, s’asseyant à moitié sur le bord d’une commode qui se trouve juste en dessous de la fenêtre. Il aimerait lui offrir des sourires à foison et tout ce dont elle souhaite, mais l’homme s’est refermé comme une huitre aux premiers signes de faiblesse. Pourtant, il fait front, luttant contre ses démons pour demeurer un hôte digne de ce nom. Mais son corps et son esprit réclament cette liqueur qui l’attend sagement au frigo. – You’re not so bad yourself, little whale, il lui adresse un clin d’œil alors que le surnom pourrait en faire vriller plus d’une. Mais il espère que ce ne sera pas le cas d’Isveig, après tout, ce n’est que de la taquinerie. Enceinte ou non, elle demeure l’une des plus belles femmes qui l’ait jamais vu. D’ailleurs, il trouve que la grossesse la rend plus belle encore – et pas seulement à cause de la taille plus volumineuse de sa poitrine, même si ça entre en jeu. Il ne reste qu’un homme, après tout. – Well, you’re still here and you’re laughing so it ain’t that bad, right ? Un léger sourire fend ses lèvres alors qu’il pose à nouveau son regard sur elle. Finalement, il décide d’aller s’assoir près d’elle sur le canapé pour s’éloigner au plus loin possible de cette cuisine et de ce frigo qui le hantent. – When is it due ? Il a les yeux rivés sur son ventre rebondis. – Do you think I could feel a kick or something ? You can say no, though, un léger rire pour ponctuer ses mots et masquer une énième preuve de vulnérabilité. Il n’a pas envie de la mettre mal à l’aise, mais Asher, il a envie de sentir la vie au bout de ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Isveig Burston

i've been breaking hearts a long time.

- paper notes : 146
- since : 14/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #025, west side.
contact book:
availability: [close] eli.

MessageSujet: Re: who can i turn to? [pv/asher]   Ven 10 Aoû - 12:46

Elle n’aurait jamais pensé se retrouver là, chez Asher Rutherford, enceinte de plusieurs mois et récemment séparée. Rien ne semblait convenir, rien ne faisait sens dans sa tête. Elle se sentait perdue, la Burston. Perdue, mais en sécurité dans cet endroit qui ne lui voulait aucun mal. Elle sentait ses muscles se détendre au fil des minutes où elle était là, à ne pas craindre les coups ou les cris dans la maison. Elle sentait son coeur se calmer, sa tête s’apaiser, juste à l’idée de ne plus jamais avoir affaire à l’homme qui l’avait malmené pendant trop longtemps. — You don’t have to be an angel to judge him. — Sa réponse fut simplement. Isveig doutait, de ce qu’elle avait le droit de dire, ou ce qu’elle devait encore taire. Après tous ces mois, elle en avait prit l’habitude. Garder sa bouche fermée, ses anecdotes pour elle seule. Ne jamais expliquer, ou ça lui retomberait dessus. Personne ne savait, si ce n’était Eli, pour les coups, pour sa soirée à l’hôpital. Elle avait su se taire pour s’assurer de ne pas recevoir plus de coups. Si Asher n’avait rien d’un ange, et qu’elle le savait, elle doutait qu’il est un jour mit une femme à l’hôpital. Elle l’observait, se demandant s’il n’avait ne serait-ce que lever la main sur son ex-femme, si c’était une des raisons de son départ. Pendant une seconde, Isveig se demanda si elle le connaissait assez pour avoir confiance, pour se retrouver ici. Mais dès que son regard retrouva les yeux clairs de l’homme, l’idée qu’il puisse lui vouloir du mal disparue dans un soupir, avant qu’elle ne lui sourit doucement. La brunette pouvait voir dans sa posture et son regard quelque chose qu’elle n’avait jamais vu chez Philip. De la honte, peut-être. Des regrets. Il finit par se lever, s’écartant pour ne pas rester sous les beaux yeux de la femme qui l’observe, qui l’étudie presque, au fil des minutes. Elle pouvait sentir que les choses avaient changé en lui à l’instant où il avait parlé de Lip, sans qu’elle ne sache réellement pourquoi. Elle ne le forcerait pas à parler, non. Lui ne l’avait jamais forcé à avouer quoi que ce soit. Sa blague tendit finalement l’atmosphère, alors qu’Is lâche un rire franc lorsqu’il s’adresse à elle. Little whale. À un tout autre moment, elle aurait réagit. Elle n’aurait pas laissé faire. Mais là, avec lui, elle se sentait assez bien pour accepter un tel surnom. — You’re an ass. — C’est tout ce qu’elle trouva à répondre, parfaitement consciente de la vérité dans son propos. Asher la faisait rire. Il lui changeait les idées avec son humour déplacé, il l’aidait à oublier la misère dans laquelle elle s’était mise depuis trop longtemps. Elle ne trouva rien d’autre à dire, pourtant, que de l’insulter, comme elle aimait trop le faire pour ne pas avoir à reconnaitre qu’il marquait des points. L’homme s’installa finalement à côté d’elle, le regard rivé vers son ventre arrondit, dans lequel un petit être grandissait aussi sûrement que possible. — Late August. If he’s not lazy. — Elle avait tant caché sa grossesse, Isveig, qu’elle n’avait répondu qu’à très peu de questions. Elle avait apprit à garder ses joies et ses peines pour elle, du sexe du bébé aux prénoms qu’elle aurait aimé lui donné. Si elle l’éduquait seule, si Eliott ne revenait pas vers elle, c’était à elle que reviendrait toutes les décisions. Son regard se releva finalement vers l’homme, surprise par sa requête. Elle aimait ce côté doux et vulnérable qu’il s’aventurait à lui faire découvrir, lui qu’elle avait toujours vu comme un homme froid et prétentieux, un brin désagréable. Elle apprenait à le connaitre, à découvrir cette autre facette, sans même savoir pourquoi il acceptait de se dévoiler à elle comme ça. Sa demande la fit sourire, touchée qu’il veuille sentir cet enfant que personne, hormis elle, n’avait jamais vraiment calculé. Relevant son haut pour découvrir son ventre avant de prendre délicatement la main de l’homme pour venir la poser sur son ventre, gardant la sienne dessus pour le guider. — He’s been quiet since I arrived, but he likes it when someone gives him attention, so you never know. — Un sourire un peu amusé s’installe sur son visage, mais elle savait qu’elle disait vrai, Isveig. Cet enfant avait beau être calme la plupart du temps, dès qu’elle décidé de lui parler, il semblait se réveiller et lui donner des coups, comme pour lui faire comprendre qu’il était là, qu’il l’entendait. Elle avait trouvé du réconfort dans les coups de ce bébé qui n’était même pas encore né, se confiant à lui sûrement plus qu’elle ne l’aurait fait d’ordinaire. Et, habituée, elle se mit à lui parler doucement, à mi-voix, cherchant la moindre réaction pour qu’Asher puisse le sentir bouger. Isveig garda sa main sur la sienne, son regard rivé sur son ventre, incapable de le regarder dans les yeux comme elle le faisait depuis le début. Il était bien trop proche d’elle pour qu’elle n’ose plonger son regard dans le bleu du sien.

_________________

(ib) they say that you must follow your heart, but if your heart is in a million pieces which piece do you follow?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: who can i turn to? [pv/asher]   

Revenir en haut Aller en bas
 
who can i turn to? [pv/asher]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» And what's small turn to a friendship. [pv Aaron]
» asher ∞ call me a safe bet i'm betting i'm not
» (aria) a queen will always turn pain into power
» Ne la laisse pas tomber, elle est si fragile.. | Asher
» 01. Turn down these voices, inside my head

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: